Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 10:30

bandeau

 

Règlement sur les émissions de CO2 des véhicules, inclusion du secteur aérien dans le marché européen des quotas d’émission, révision de la politique de soutient aux agrocarburants, etc. D’importantes politiques sont aujourd’hui réexaminées au niveau européen. Et la France ne fait montre d’aucun leadership.

 

 

Révision du règlement sur les émissions de CO2 des véhicules : l’UE fait marche arrière

 

Le Parlement européen, la Commission et le Conseil ont trouvé un accord en juin 2013 pour limiter les émissions moyennes des véhicules neufs à 95g CO2/km (3,7L/100) en 2020, en plafonnant dans le même temps les super-crédits à 2,5g CO2/km.

Mais, pour satisfaire les intérêts des constructeurs allemands les plus polluants (Daimler et BMW), et au moyen du chantage et de la pression sur d’autres Etats, l’Allemagne a réussi à empêcher l’adoption de cet accord de façon quasi-unilatérale.

 

Un pas en avant trois pas en arrière ... pour les Allemands

Cet ajournement constitue le premier d’une longue série de trois reports que l’Allemagne a réussi à obtenir afin de jouer la montre et emporter le soutien d’autres Etats. C’est ainsi que la Pologne et le Royaume-Uni se sont ralliés à l’Allemagne et les pays de l’Europe de l’Est où les constructeurs allemands tiennent des usines, pour empêcher l’adoption de l’accord trouvé en juin par le Conseil des Ministres de l’environnement le 14 octobre 2013.

En revanche l’Allemagne n’a pas rassemblé de majorité autour de ses propositions d’introduire une période de transition (phase-in) reportant l’objectif de 95g CO2/km à 2024 et relevant, automatiquement, l’objectif de 2020 à 104g CO2/km, ni de multiplier davantage les super-crédits, sorte de bonification accordée aux véhicules émettant moins de 50g CO2/km.

 

1-4326a4ae04

 

Face à cette impasse, les négociations ont repris entre le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil pour trouver un accord en première lecture qui puisse être accepté à la majorité du Conseil sans trop porter atteinte à l’intégrité environnementale du texte.

Ces négociations devraient aboutir d’ici le 20 novembre, date choisie par le Parlement européen pour voter en plénière.

 

La France : la grande muette  !

Ces derniers temps, la France est restée bien silencieuse pour défendre l’objectif de 95gCO2/km de 2020 qu’elle avait pourtant tenu à introduire dans la législation en 2008. L’objectif de 95gCO2/km, connu depuis 5 ans, est techniquement faisable avec la seule amélioration des technologies existantes. Il représente de gains importants tant en termes de climat que d’économies pour les automobiles et d’emplois pour la société européenne.

De plus, il n’avait jamais été remis en cause par les Etats membres, ni par les constructeurs. Il est donc impensable qu’il puisse, au fil des négociations, être affaibli à coup de super-crédits, ou différé, ne serait-ce que d’une année !

 

Enfin, il est encore temps pour le Parlement et le Conseil de fournir un règlement à la hauteur des enjeux de la crise climatique, en établissant deux objectifs ambitieux et sans dérogations pour 2020 et 2025.

 

Image 11-2

 

Voir les autres sujets  sur le site du RAC France :

Inclusion du secteur aérien dans le marché européen des quotas d’émission

Révision de la politique de soutient aux agrocarburants

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Transport et Environnement
commenter cet article
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 09:00

nv logo fnaut

 

 

Le parlement vote en faveur de la hausse de la TVA pour les transports publics en rejettant les propositions d'un taux réduit à 5,5% !

 

Le gouvernement est dure d'oreille car visiblement il n'a pas entendu les voies de l'Union des Transports Publics (UTP), de la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs (FNTV), de la Fédération des Associations d'Usagers des Transports (Fnaut) du Groupement des Autorités Responsables de Transport (GART) qui associées avaient déjà interpellé le gouvernement sur la TVA à 10%.

 

La TVA sur les billets de transports urbains interurbains, régionaux et sur les trains longue distance va passer de 7% à 10% au 1er janvier 2014.

Et le gouvernement avec la majorité socialiste a même récidivé à la session parlementaire en rejetant en première lecture les cinq amendements déposés par plusieurs groupes (UMP, UDI, Front de gauche, EELV) qui allaient tous dans le même sens : passer la TVA pour les transports publics au taux réduit de 5,5%.

 

Au final la TVA va augmenter de trois points au 1er janvier, comme cela était inscrit au projet de loi de finances 2014.

 

Le caractère de services de première nécessité des transports publics largement oublié à l'occasion des débats.

Les amendements déposés ne concernaient uniquement que les transports du quotidien: urbains, interurbains et régionaux.  Les transports aériens ou ferroviaires longue distance en étaient exclus ce qui limitait le manque à gagner de l'Etat à 300 millions d'€ et non à un milliard d'€ contrairement à ce qu'annonçait le gouvernement pour justifier son refus si l'ensemble des transports de voyageurs quotidiens était taxés à 5,5%.

 

Un résumé du manque à gagner que le Député Denis Baupin (EELV) a illustré en précisant : "C'est ce que rapporterait une augmentation de un centime de la TICPE sur le gazole que l'Etat ne veut pas augmenter. Aujourd'hui, on subventionne le carburant le plus polluant et quelque part, les usagers des transports collectifs vont subventionner le carburant qui les empoisonne". .

 

Un impôt qui ne dit pas son nom ! 

Mais pour le ministre délégué au Budget, deux autres raisons ont poussé le gouvernement à ne pas écouter les spécialistes du transport :

+ l'Europe et l'irrecevabilité d'avoir plusieurs taux de TVA en fonction des différents modes de transports ;

+ le CICE (Crédit impôt compétitivité et Emploi) que les entreprises, y compris la SNCF, vont toucher et qu'elles pourront reverser à la collectivité locale. Comme Autorité Organisatrice de Transport, elle pourrait décider ne pas répercuter la hausse de TVA sur le prix des billets de transport.

 

L'impact de cette augmentation de TVA serait alors largement couvert ... selon le gouvernement !

 

Les usagers seront pénalisés

Pour les usagers, les impressions seront totalement différentes d'autant que l'information à peine connue, la SNCF annonçait  que ses tarifs allaient  augmenter de 3% si la hausse de TVA sur les transports était confirmée.

 

Autre certitude, en  Ile-de-France, alors que le STIF avait  demandé au gouvernement d'abandonner la hausse de la TVA sur les transports, la hausse aura bien lieu car la RATP n'est pas soumise à l'impôt sur les sociétés et ne bénéficiera donc pas du méchanisme du CICE.


 

ter Tranchée de NantesP1070615

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Consommateurs
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 13:45

fnaut logo pdl

 

La prochaine réunion du conseil d' administration de notre association aura lieu le samedi 26 octobre à 14h30 au café "Le Royal", Place de l' Académie à Angers.

 

Il se déroulera dans le lieu habituel, à savoir le petit café situé près de la gare, comme à chaque fois à Angers.

 

L' ordre du jour sera le suivant:

 

+ Suivi de l' organisation du congrès de 2014 à Nantes.
+ Actions dans les départements
+ Organisation de l'association

+ Questions diverses.

 

Capture d’écran 2012-06-12 à 12.34.28

Le château est derrière le photographe et la direction de la gare est devant

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Pays de la Loire
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 12:00

logo2

SNCFvamtuer@

 

Du fait des travaux sur les lignes (Nantes-Angers), les usagers de la ligne ont la "bonne" surprise de devoir courir après leur train certains matins depuis le 21 octobre... 

 

Un TER : yo yo, attrape moi si tu peux !

 

En effet leur train avait été décalé en septembre de 4 minutes après l'heure théorique, il a été décalé et avancé de 5 minutes depuis le 21 octobre.

Et tout cela sans aucune information, sans aucune information SMS (sms info traffic par exemple) et sans aucune information par courrier, un comble pour les abonnées TER !

 

IMAG1131.jpg

L'affichage en gare de Nantes Sud, masqué le plus souvent par les voyageurs et donc invisible...

(et après vérification le 22 octobre, les fiches horaires de la ligne Nantes-Angers n'y sont pas!)

 

Les usagers ont donc fait part de leur mécontentement au guichet SNCF à la gare de Nantes, qui a répondu avoir mis des panneaux aux entrées Nord et Sud, ainsi que des annonces dans le hall !

 

Information dérisoire, mal placée et totalement insuffisante au vue du nombre de voyageurs ayant couru pour attraper  leur train !

 

Un des usagers a donc envoyé le mail ci dessous à la division TER pays de la Loire.

 

Le Raz le bol des usagers !

 

Bonjour,

 

J'emprunte le Ter pour faire le Cellier Nantes tous les jours et j'ai eu la désagréable surprise de devoir courir après mon Ter ce matin, passant 5 min plus tôt que la semaine passée.
Le dépliant horaire de juillet est illisible, AUCUNE information en gare flagrante, AUCUNE alerte sms alors que je suis abonnée au flash trafic, et aucune annonce dans le train (les contrôleurs pourraient faire des annonces la semaine précédente !).

 

bref, un énorme ras le bol de subir vos contraintes, sans aucune prévention.

 

Même le contrôleur n'était pas au courant.

 

Et je découvre que c'est la même chose pour les trains du soir !

 

Inadmissible, aucune considération du voyageur.

 

Ras le bol de votre système qui est bien content de nous avoir pour payer les abonnements mais n'en a rien à faire de ses usagers ter !

 

IMAG1142.jpg

La gare du Cellier  avec son affichage sombre (surtout à 7h45 le matin). Aucune information si ce n'est qu'il va y avoir des travaux et des perturbations et les nouveaux horaires et de ceux à venir sont absents ! 

 

Le mécontentement est à son comble, au point que certains usagers comptent à titre personnel, refuser de présenter leur titre de transport jusqu'à nouvel ordre; même s'ils sont en règle parce qu'ils achètent leur abonnement.

 

Le reproche des usagers est évident : le raz-le-bol d'être pris pour un porte-monnaie et l'absence de considération de la part de la SNCF.

 

A cela il faut rajouter les nombreux retards hebdomadaires et les fréquences beaucoup trop faibles pour cette ligne !


Un nouveau changement horaire est prévu le 13 novembre prochain ... la SNCF réussira-t-elle à faire mieux ? Nous serons bientôt fixé ... A suivre sur le Blog !

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans TER en Pays de la Loire
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 10:30

Cyber @ction N° 581 : NDDL Exprimez-vous sur la demande de dérogation "espèces protégées" 

 

Le dossier de demande de dérogation "espèces protégées" pour la création d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été mis en ligne lundi 7 octobre sur le site internet de la préfecture.

Cette mise en ligne consiste à laisser pendant trois semaines les dossiers de dérogation et à laisser une petite case pour déposer un avis.

 

Lien pour lire les dossiers


http://www.loire-atlantique.equipement-agriculture.gouv.fr/Publications/Consultation-du-public/Dossier-en-cours/Derogation-especes-protegees-aeroport-du-grand-ouest 


Lien pour déposer votre avis :


http://www.loire-atlantique.equipement-agriculture.gouv.fr/Enquetes/Participation-du-public-sur-la-derogation-au-titre-des-especes-protegees-Aeroport-du-grand-Ouest-et-sa-desserte-routiere

 

Nous proposons aux plus courageux (et ou aux plus experts en maniement électronique) de déposer un avis circonstancié sur le site de la Préfecture. Mais nous proposons à tous de participer à la cyber @ction qui permettra de faire masse pour réclamer une prolongation de la consultation.

 

 

 Alain Uguen

Association Cyber @cteurs

 


Nous comptons sur vous pour déposer votre avis sur cette consultation au plus vite !

 

 

 

 

Cyber @ction N° 581 : NDDL Exprimez-vous sur la demande de dérogation "espèces protégées"


COMMENT AGIR ?
 

sur le site

La cyber @ction est signable en ligne

 
 

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/nddl-exprimez-demande-derogation-quot-especes-protegees-quot-684.html
 
par copier-coller

  

C'EST FACILE : A VOUS DE SUIVRE LES 6 ETAPES SUIVANTES :
  1- Copiez LE TEXTE À ENVOYER ci-dessous entre les ############
  2- Ouvrez un nouveau message et collez le texte
  3- Signez le : prénom, nom, adresse, ville
  4- Rajouter l'objet de votre  choix :  Pour une vraie enquête publique !
  5- Adressez votre message aux  adresses suivantes :

cyberacteurs@wanadoo.fr


ddpp@loire-atlantique.gouv.fr

 

 

Cliquer ici : <mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr,ddpp@loire-atlantique.gouv.fr>


ou ici selon votre logiciel de messagerie


  mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr;ddpp@loire-atlantique.gouv.fr>

 

Vérifiez que les 2 adresses apparaissent bien

 

  6- Envoyez le message

 

Par cette action, vous ferez connaître votre opinion au Préfet de Loire Atlantique  et à Cyber @cteurs pour nous permettre d'évaluer l'impact de cette action.


Prénom NOM
adresse
code postal commune :


Monsieur le Préfet,Les dossiers que vous mettez à l'enquête qui aurait du être une enquête publique comportent plus de 2000 pages, de nombreuses cartes, des tableaux et des annexes. Il est tout à fait anormal que le public ne dispose que de 3 semaines pour en faire l'analyse et vous la communiquer. Je vous demande donc une prolongation de la durée de cette consultation. Par ailleurs vous voudrez bien mettre en ligne l'avis rendu par le CNPN qui peut utilement éclairer le public.Dans cette attente, recevez l'expression de ma mobilisation citoyenne.

 


Vous pouvez vous inspirer de ce texte pour une déposition à minima :

« Les dossiers que vous mettez à l'enquête comportent plus de 2000 pages, de nombreuses cartes, des tableaux et des annexes. Il est tout à fait anormal que le public ne dispose que de 3 semaines pour en faire l'analyse et vous la communiquer. Je vous demande donc une prolongation de la durée de cette consultation. Par ailleurs vous voudrez bien mettre en ligne l'avis rendu par le CNPN qui peut utilement éclairer le public. »

Il est aussi important de dénoncer cette transparence de façade (consultation non obligatoire !) et le peu de cas qui est fait des recommandations de la commission d'expertise car sur le fond rien n'a  changé.

Il faut aussi profiter de cette consultation pour :
1 - constater l'incohérence de la procédure espèces protégées car nous ne connaissons pas les mesures compensatoires eau
2 - indiquer qu'il fallait joindre la « consultation espèces protégées » avec l'enquête publique eau sur les mesures compensatoires,
3 - regretter qu'il s'agisse d'une simple « consultation » entreprise sous le régime de l'ordonnance du 5 juillet 2013.

Deux raisons :
a) une consultation ne présente pas les mêmes garanties qu'une enquête publique (pas de commissaire enquêteur, pas de rapport réalisé et questions posées au pétitionnaire),
b) si le préfet a choisi la procédure de consultation, rien ne lui interdisait d'engager une enquête publique

4 - demander à ce que l'arrêté de dérogation ne sorte pas avant l'arrêté eau.

Vous pouvez aussi citer les conclusions du Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) visibles sur le blog des Naturalistes en lutte : http://naturalistesenlutte.overblog.com/le-comit%C3%A9-permanent-du-cnpn-donne-le-coup-de-gr%C3%A2ce-cnpn

 

 

le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 07:30

 

logofnaut2012

 

 

Encore un contentieux à propos des déposes illégales de voies

 

La Cour administrative d’appel de Nancy a rendu le 30 septembre deux arrêts très intéressants. Ils sont relatifs aux conventions d’occupation « temporaire » délivrées sur la ligne Lons-le-Saunier-Chaugey par RFF à la Communauté de commune de Lons-le-Saunier d’une part et à une entreprise privée d’autre part, située à Larnaud.

 

La méthode du fait accompli a encore frappé

 

Même si la ligne a été illégalement déposée, elle ne sera pas reposée. Par contre, ces arrêts énoncent très clairement les limites de cette procédure obscure (aucune consultation) de convention d’occupation temporaire.

 

 

defchgpn11-11a.jpg

L'ouest n'échappe pas non plus aux déposes illégales comme ici à Château Gontier

 

Mais la justice a tranché . Extrait :


« Considérant que la désaffectation d’une ligne ferroviaire ne saurait résulter du seul arrêt de la circulation des trains décidé par l’opérateur ferroviaire (…) que la seule circonstance que la ligne ne soit plus en activité depuis 1994 ne saurait donc suffire pour considérer que cette ligne n’est plus affectée à la circulation ferroviaire ; que si RFF a la possibilité de délivrer des autorisations d’occupation des dépendances de son domaine public, c’est à la condition que l’utilisation faite du domaine public par l’occupant soit compatible avec son affectation ; (…) que la convention autorisait la Communauté de communes à procéder à tous travaux d’aménagement nécessaires à la réalisation d’une voie verte ; qu’il est constant au vu des clichés photographiques (produits par la FNAUT) (…) que depuis la réalisation des travaux prévus à la convention, les rails ne sont plus apparents ; que, par suite, la ligne restant affectée au service public ferroviaire, RFF ne pouvait légalement, nonobstant le caractère temporaire donné à l’opération, décider de signer une convention permettant l’aménagement d’une piste cyclable sur l’emprise de la voie ferrée, qui impliquait nécessairement la dépose ou le recouvrement des rails ».

 

Une ligne non fermée ne peut pas être dépossédée de ses voies

 

Ainsi, une ligne non fermée (la fermeture exige l’avis de la Région, et RFF renonce aux fermetures en cas d’avis défavorable de la Région) ne peut pas légalement faire l’objet d’une dépose de la voie, ni même d’un simple recouvrement des rails pour aménager une piste cyclable. Pour faire court, une voie verte, même avec maintien des rails, ne peut se réaliser légalement sans l’accord de la Région.

 

La balle est dans le camp des Régions pour que celles-ci émettent des avis défavorables aux fermetures injustifiées.

 

Et pour parachever le tout, la Cour a condamné RFF à verser 3000€ à la FNAUT.

 


Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Contentieux et actions juridiques fnaut
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 09:30

logo

 

Communiqué du Ministère des Transports


 

Pour rétablir quelques vérités sur l’écotaxe poids lourds

 

21 octobre 2013

 

Le Gouvernement est en train de mettre en place l'écotaxe poids-lourds adoptée par le Parlement en 2009 à l'unanimité, mais sans que le gouvernement précédent ait traité les difficultés d'application de ce dispositif. Cette écotaxe fait en ce moment l'objet de rumeurs qui confinent à la désinformation. Frédéric Cuvillier tient donc à rappeler quelques informations factuelles concernant l'écotaxe poids-lourds.

 

+ La fiscalité nouvelle, dite écotaxe, fait contribuer le transport routier pour compenser les impacts qu’il génère réellement, notamment sur l'environnement mais aussi sur les routes elles-mêmes. Elle incite à faire attention à la manière dont la France fait voyager les marchandises sur son territoire, et incite à choisir un autre mode de transport quand il est possible.


+ Elle a également pour avantage de permettre le financement de nouvelles infrastructures de transport par les clients des transporteurs, et non par l'ensemble des contribuables (donc pas par le budget général de l'État). Les sommes collectées pour les kilomètres effectués sur les routes nationales, dans l'ensemble de la France, seront intégralement versées à l'agence de financement des infrastructures de transport et bénéficieront donc à l'amélioration du réseau de transport.


+ Ces chantiers d'entretien du réseau ou de désenclavement du territoire permettront de créer de l'emploi : 920 millions d'euros du produit de la taxe iront directement à ces opérations bénéficiant à des entreprises de BTP implantées sur tout le territoire, et dans la majorité des cas, il s’agit de PME-PMI. 1 milliard d'euros investis par an dans les travaux publics, c’est 8000 emplois directs et 12 000 emplois indirects.

 

P1110785

 

Elle ne crée pas de concurrence déloyale par rapport à nos voisins :

 

+ plusieurs pays ont déjà mis en place une telle taxation, dont l'Allemagne, l'Autriche, la Suisse et la République tchèque. Par ailleurs, tous les poids lourds seront soumis à l'écotaxe française, y compris les poids-lourds étrangers : elle ne peut donc pas constituer un élément de concurrence déloyale « en faveur des poulets allemands » et « au détriment des poulets bretons ». Au contraire, cette taxe kilométrique donne une prime aux circuits courts et favorise ainsi le « made in France ».

 

Son impact économique est limité :

 

+ l'écotaxe poids-lourds représente un coût moyen de 0,13 € par kilomètre parcouru sur les routes taxées, contre 0,175 € en Allemagne, et 0,19 € pour les kilomètres parcourus sur les autoroutes françaises. Il faut toutefois signaler que seul 1 % du réseau routier français sera taxé et qu'en pratique le réseau routier local de proximité n'est pas taxé.


+ Les véhicules agricoles ne sont pas concernés par l’écotaxe.


+ Les entreprises de transport routier vont répercuter le coût de cette taxe sur la facture qu’ils adressent à leurs chargeurs, répercussion automatique et forfaitaire. En bout de course, c'est donc le distributeur qui sera concerné. Sachant que le coût du transport représente au maximum 10 % du prix des produits vendus aux consommateurs, la taxe poids lourds renchérira ce prix de 4 % environ soit un impact sur le prix final de la marchandise de 0,4 %. C'est équivalent voire inférieur à d'autres variations à la hausse ou à la baisse d’éléments de coût, comme le coût du travail, l'énergie, les matières premières. En pratique, pour certaines marchandises avec peu de transport et des circuits courts, l'impact sera limité à 0,1 %.


+ Ce calcul moyen inclut le coût final du transport pour tous les produits, tous transports inclus. Il est donc inexact de dire que « pour certains produits, il faudra payer la taxe six fois ». Cela revient au même de faire 100 km en 10 fois ou en une seule fois.


P1020920

 

La situation en Bretagne :

 

+ l'écotaxe poids-lourds ne peut pas expliquer la grave crise que traverse en ce moment le secteur agro-alimentaire en Bretagne, puisqu'elle n'est pas encore appliquée.


+ Concernant la Bretagne, son caractère péninsulaire et le fait qu'elle ne comptait aucune autoroute à péage ont bien été pris en compte. Il est inexact d'affirmer que le Gouvernement aurait rogné certains avantages accordés aux Bretons en vertu de la périphéricité de la région.


+ Les 150 km de la route nationale 164, l'axe Est-Ouest principal de la Bretagne, ne font pas partie du réseau taxable, ce qui représente une économie de 24 millions d'euros pour les redevables bretons.


+ Aucune route locale (autres que les routes nationales, hors RN 164) ne sera taxée en Bretagne, contrairement à la situation observée dans les autres régions. Au final, le réseau éco-taxé et payant en Bretagne est le plus faible des régions françaises.


+ Pour tous les transports effectués en Bretagne sera appliqué un abattement de 50 % sur le taux kilométrique de la taxe, ce qui représente une réduction de 40 millions d'euros (un abattement de 30 % concernera Midi-Pyrénées et Aquitaine, également en raison de leur périphéricité).


+ Les véhicules affectés à la collecte du lait seront exonérés, ce qui a été rendu possible en vertu de textes européens.


+ L’écotaxe acquittée par la Bretagne sera donc de 42 millions d'euros, soit moins de 4 % du montant prélevé à l'échelle nationale.


+ Grâce à un système de péréquation, la Bretagne sera largement bénéficiaire de l'effet redistributif : pour 42 millions d'euros de contribution chaque année, elle recevra 135 millions d'euros chaque année et pendant les cinq prochaines années pour l'amélioration de ses infrastructures de transport (mise à 2 × 2 voies de plusieurs tronçons de la RN 164, modernisation des lignes ferroviaires classiques Rennes - Brest et Rennes - Quimper et ligne de TGV desservant Rennes).

 

Télécharger le communiqué de presse 

 

Contact presse :

Service de presse: 01 40 81 77 57

secretariat.presse-transports@developpement-durable.gouv.fr

Repost 0
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 07:29

fnaut logo pdl

 

 

Transports Régionaux en Pays de la Loire : la fréquentation à la hausse !

 

Avec près de 16,5 millions de voyageurs, la fréquentation des lignes ferroviaires régionales des Pays de la Loire a connu une hausse de trafic de 4,9 % par rapport à 2011.

 

La Région des Pays de La Loire l'explique par un service renforcé avec de nouvelles dessertes (37 au total depuis 2012). L'incitation tarifaire et le coût du carburant qui poussent de plus en plus au report vers le train. La progression est maintenant une tendance qui se confirme d'année en année. 

 

imagespays de la loire

 

La France était il y a quinze ans le bonnet d'âne de l'Europe pour le transport régional

 

La FNAUT Pays de la Loire est très satisfaite de l'évolution récente du trafic d'autant que cela vient confirmer ses propositions pour l'amélioration du réseau TER. Jacques Michaux, le président régional de la Fédération, l'a souligné dans un article au quotidien 20 Minutes.


« Il ne faut pas oublier qu'en France, on était il y a quinze ans les bonnets d'ânes de l'Europe en matière de trains régionaux ! Certes, un effort important a été fait depuis pour renouveler le matériel roulant et augmenter les dessertes, en particulier en Pays de la Loire. Mais on partait de tellement bas! On répond enfin à la demande. »

 

« Si l'on augmente les fréquences, qu'on ne se focalise pas uniquement par rapport aux échanges domicile-travail, un peu comme le RER parisien, la fréquentation continuera d'augmenter. Il faudrait aussi penser davantage les gares comme des lieux de vie, avec des commerces et des services, plutôt que comme des lieux de passage. On a encore du rattrapage à faire par rapport à nos voisins européens. »

 

Pour la FNAUT, le potentiel de croissance existe et l'offre actuel ne répond pas à la demande autre que celle des salariés et des scolaires. Faute d'une offre suffisante, c'est le trafic TGV qui répond bien souvent à cette demande.

 

Article réalisé à partir du journal 20 Minutes

 

P1010635

 

Les trois lignes les plus fréquentées en 2012 sont Nantes-Angers avec 2,3 millions de voyageurs, puis Nantes-Saint-Nazaire (1,6 million) et enfin Nantes-La Roche-sur-Yon qui avec 1,4 million de voyageurs suit de très prêt. Les plus fortes progressions sont également centrée sur Nantes et son étoile : Nantes-Clisson (+50,5%), Nantes-Rennes (+11,4 %) et enfin Nantes-Angers (+6,2 %).

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans TER en Pays de la Loire
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 07:34

 

P1020580.jpg

Entre Tours....

 

S.O.S. les "Interloires" sont pleins à craquer ...

 

Les trains "Interloire"sont régulièrement en surcharge tous les lundis principalement entre Tours et Angers et dans le train quittant Orléans à 11h27.

 

Et si la SNCF avait la bonne idée de modifier la composition des trains ...

 

La composition de ces trains devrait être d' au moins 6 voitures au lieu des cinq habituellement seules les Régions sont de taille pour  exiger que la SNCF mette fin à cette situation déplorable....

 

2006_interloire_st_nazaire_v1.jpg

Et Nantes, il devrait être possible de trouver une voiture corail disponible ....

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT interrégional
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 10:30

SNCF logoHD

 

Depuis le 17 octobre vous pouvez acheter vos billets de train pour Noël

 

Pour voyager moins cher en train ... il faut prendre son billet à l'avance et  pour avoir le meilleur prix pour la période de Noël, il faut acheter son billet sur le site de la SNCF. Depuis le 17 octobre il est donc possible de réserver des billets pour la période du 15 décembre au 17 janvier 2014.

 

Noël n'est pas une période "normale" pour la SNCF !

 

Des bonnes affaires ... seulement 2 mois à l'avance contrairement aux autres périodes où il est possible de se les procurer trois mois avant... 

 

Mais cette offre n'est valable que pour les trajets réalisés sur les TGV et les trains Intercités. La période de Noël est le moment de prédilection pour les déplacements privés et les chassées croisés vers les stations de ski. En 2012 le réseau avait absorbé presque 4 millions de voyageurs avec en particulier de très forte fréquentation au départ et à l'arrivée des gares parisiennes

 

Voyagez malin... redécouvrez le train !

Pour se rendre sur le site SNCF: c'est ici !

Repost 0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques