Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 07:54

 
Communiqué de Presse
23 mars 2017
 
 

Port du casque obligatoire :

la FUB attend des mesures plus pertinentes

 

La FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) demande depuis de nombreuses années que deux mesures soient adoptées pour améliorer la sécurité des personnes circulant en ville à vélo : généralisation de la ville à 30 km/h (à l’exception des grands axes pouvant rester à 50 km/h à condition d'être dotés d’aménagements cyclables de qualité) et apprentissage systématique du vélo à l’école avant l’entrée au collège. Ces mesures s’attaqueraient aux causes des accidents, alors que le casque ne peut qu’en limiter les conséquences, à condition d'être parfaitement ajusté. Le choix de porter ou non un casque, surtout en ville, doit rester libre. 

S’attaquer aux causes des accidents en ville, sans en pénaliser la pratique 

La FUB reconnaît qu'il y a des domaines de pertinence du casque – qui devient, pour rappel, obligatoire à compter du 22 mars pour les cyclistes de moins de 12 ans – mais en fonction de l'usage et du contexte et non d'une limite arbitraire d'âge. En effet, l'usage d'un casque est indispensable quel que soit l'âge dans trois situations : au stade de l’apprentissage, en compétition ou encore en pratique sportive à risque. La FUB souligne cependant que son obligation, outre le fait qu’elle ne s’attaque nullement aux causes des accidents (vitesse des voitures, défaut de maîtrise du cycliste), peut induire des comportements à risque chez des jeunes qui se croient ainsi à l’abri de tout choc. A l'inverse, cette obligation transmet aussi aux parents un message qui est faux : le vélo serait dangereux

La FUB rappelle par ailleurs que dans les pays européens où la pratique quotidienne du vélo est beaucoup plus répandue (Allemagne, Pays-Bas, Danemark), il n’existe pas de mesure similaire à celle que vient de prendre la France. 

Même si elle reste limitée aux moins de 12 ans, le message que sous-entend cette obligation aura inévitablement un effet dissuasif sur l’utilisation du vélo en ville, alors que sa pratique quotidienne donne une solution concrète pour remplir les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé d’une activité physique quotidienne pour prévenir les problèmes de santé liés aux modes de vie actuels et notamment à la pandémie de sédentarité. L’entrée au collège se faisant vers 11 ans, cette dissuasion arrive au mauvais moment dans l’évolution de l’enfant vers son autonomie, et pour son ouverture à une mobilité responsable non polluante. 

La pratique du vélo : un enjeu majeur de santé publique 

Le vélo n’est pas dangereux en soi si on sait en maîtriser les risques. C’est de ne pas en faire qui est dangereux en termes de santé publique, alors que progressent non seulement surpoids et obésité, mais plus généralement toutes les affections longue durée, plombent les comptes de la sécurité sociale. Ainsi les jeunes ont perdu pas moins de 25% de capacité cardiovasculaire par rapport à leurs prédécesseurs d'il y a à peine 40 ans : une véritable bombe à retardement. L’urgence est donc de faire marcher et pédaler une génération en addiction aux écrans, qui n’a jamais pris goût à l’activité physique quotidienne. 

Pour permettre l’essor de cette pratique salvatrice pour la santé, la FUB appelle fortement la Sécurité routière et la collectivité nationale à s’attaquer aux causes des accidents à vélo en ville, sans pénaliser sa pratique. 

 

Télécharger le communiqué de presse 

 

Contact : Olivier SCHNEIDER 

président : Tél. 06 16 09 12 29 

o.schneider@fub.fr

La FUB attend de réelles avancées pour la sécurité des cyclistes : baisse des vitesses et apprentissage de la mobilité à vélo

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 04:36

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Février 2017

Communiqué

 

Un bonus de 200 €

pour les vélos à assistance électrique, un bon début

 

Jusqu'ici exclus de tout dispositif national d'aide, les vélos à assistance électrique auront eux aussi leur bonus : 20 % du prix d'achat dans la limite de 200 euros. Sept organisations[1] se réjouissent de l'annonce de la Ministre de l'environnement, Ségolène Royal, concernant la création de ce dispositif. Déjà mise en pratique avec succès dans certaines collectivités, cette mesure était attendue pour le territoire national. Elle marque une étape importante pour la reconnaissance du vélo en tant que mode de déplacement à part entière, et comme solution de mobilité durable. 

 

Le vélo à assistance électrique, une solution pour la pollution, le climat, les déplacements et la santé

Le vélo à assistance électrique (VAE) permet de réduire la pollution de l’air par rapport aux deux-roues motorisés et aux voitures, tout en allégeant les efforts et la sur-ventilation des cyclistes fragiles. C’est aussi une solution pour la nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre des transports, en particulier en zone périurbaine ou rurale où les solutions de transports publics sont moins développées. En effet, la moitié des usagers du vélo à assistance électrique qui ont déjà bénéficié d’une aide locale à l’achat d’un VAE ont fait ce choix en remplacement de la voiture, selon l’étude de l’Ademe sur les bénéfices des services vélo[2]. Rappelons qu’environ la moitié des trajets automobiles fait moins de 3 km et pourraient pour la plupart être faits autrement. 

Le décret paru au JO le 18 février 2017 marque l’adoption de cette mesure, dans des conditions encourageantes (20% du prix d’achat, plafonné à 200 euros). A noter que cette aide n’est pas cumulable avec les aides éventuellement déjà accordées par certaines collectivités locales.

Nous sommes convaincus que cette mesure permettra à de nombreux Français d’accéder à une mobilité propre, durable, tout en confortant une filière industrielle en plein essor et créatrice d’emplois locaux. Le tout permet également d’agir contre le fléau de la sédentarisation des Français.

Cette mesure doit aussi s’inscrire dans une politique cyclable volontariste, en commençant par le déploiement complet des mesures déjà partiellement mises en place, comme l’indemnité kilométrique vélo. Pour encourager efficacement les déplacements domicile-travail à vélo[3], elle doit être obligatoire dans le secteur public comme le secteur privé, être cumulable avec le remboursement de 50% de l’abonnement transport en commun. Son plafond de défiscalisation, aujourd’hui limité à 200 euros, doit se montrer plus généreux. Espérons aussi que le nouveau bonus soit prochainement élargi à d’autres usages utilitaires tels que les vélos cargo et pliants.

 

Vers une politique nationale favorable à la marche et le vélo ?

Enfin, nos associations attendent la mise en œuvre d’une véritable stratégie nationale de développement des mobilités actives (marche et vélo).

Pour rendre crédible son engagement, l’État doit donc se doter d’un fonds national dédié, permettant :

  • de soutenir les investissements des collectivités territoriales par des appels à projets "villes pilotes" notamment à destination des villes moyennes,

  • de permettre de résorber les coupures urbaines et autres ruptures de continuités,

  • de financer des campagnes nationales de communication positive en faveur des mobilités actives,

  • de généraliser l’apprentissage de la mobilité à vélo, avant la sortie de l’école primaire,

  • de finaliser le maillage des véloroutes d’intérêt national d’ici 2030 (et les itinéraires principaux - Eurovélo - d’ici 2022). 

Avec la mise en place d’un fonds national vélo, la France serait ainsi le premier pays à répondre à l’appel des Nations Unies qui recommande de consacrer au minimum 20% du budget transports aux mobilités actives (marche et vélo). L’organisation internationale en fait une condition d’atteinte des objectifs climatiques, mais également une exigence de santé publique et d’amélioration de la qualité de l’air[4].

 

Contacts presse :

Olivier Schneider 
Président de la Fédération française des Usagers de la bicyclette (FUB)
06 16 09 12 29 - president@fub.fr

Lorelei Limousin 
Responsable transports-climat au Réseau Action Climat France (RAC-F)
07 70 31 09 19 - lorelei@rac-f.org

Bruno Gazeau 
Président de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT)
06 76 73 31 09 - bruno.gazeau@fnaut.fr

Demba Diedhiou            
Coordinateur du réseau Transports et Mobilités Durables à France Nature Environnement (FNE)
01 44 08 77 81 - demba.diedhiou@fne.asso.fr

Denis Voisin
Porte-parole Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme (FNH)
01 41 22 10 70 - d.voisin@fnh.org

Olivier Blond
Président de Respire
olivier@respire-asso.org

Marielle Chaumien
Attachée de presse à WWF France
06 15 39 24 95 - mchaumien@wwf.fr

 

[1] La Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB), Réseau Action Climat, France Nature Environnement,  Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, FNAUT, WWF et l’Association Respire.

[2] Ademe, Etude d'évaluation sur les services vélos, 2016 http://www.ademe.fr/etude-devaluation-services-velos

[3] Selon l'enquête de l'Insee, seuls 2% des déplacements domicile-travail étaient effectués à vélo en France en 2015 : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2555446

[4] Rapport du PNUE intitulé "Perspectives mondiales sur la marche et le cyclisme » et publié en octobre 2016. 

 

Télécharger le communiqué de presse commun aux sept organisations.

 

Le communiqué du Club des villes et territoires cyclables suite au décret VAE

Repost 0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 14:58

 

Il y a quelques jours un cycliste lillois a fait une remarque à une automobiliste effectuant un dépassement dangereux au volant d'une voiture de la Ville de Lille. L'incident a été filmé par une camera embarquée ... ainsi que la suite ....

 

Scène de la vie quotidienne d'un cycliste qui va au taf en vélo...

La scène se passe à Lille près du Grand Palais, une rue, en sens unique, dispose de deux voies, dont une pour tourner à gauche. Alors que le feu est au rouge, une automobiliste qui conduit une voiture de la Ville double un cycliste par la droite pour se rabattre rapidement devant lui.

Le cycliste, frôlé de près, toque à la glace latérale pour faire remarquer la conduite imprudente et entame le dialogue : "Ça sert à quoi de me doubler si c'est pour me serrer au feu rouge ?", lui demande-t-il calmement. "C'est bon, vous me prenez la tête", lui répond rapidement la femme au volant avant de redémarrer.

 

La cavalerie arrive...

L'incident aurait pu s'arrêter là, reflétant une scène assez familière du quotidien des cyclistes. Mais quelques secondes plus tard, c'est un véhicule de la police municipale qui force le cycliste à mettre pied à terre.

Tout de suite, le cycliste est pris à partie par les municipaux : "On va se calmer, un petit peu, à vélo", indique l'agent qui poursuit : "La prochaine fois, vous n'avez pas à vous appuyer sur une voiture. C'est un bien privé une voiture", pendant que la femme dans sa voiture vocifère contre le cycliste. "On ne s'appuie pas dessus et on ne fait pas de grands gestes comme ça." reproche encore le policier. Rien que cela.

Scène ubuesque, alors que le comportement de l'automobiliste est dangereux, la police municipale préfère arrêter un cycliste pour lui reprocher ses "grands gestes".

Cette situation a fait l'objet d'un reportage et a donné lieu à de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.

Mais il est quand même hallucinant de constater que le cycliste, protégé parce que vulnérable par la loi Badinter, est considéré comme en faute et qu'a aucun moment, les policiers ne tiennent compte de ses observations. L'automobiliste a une conduite dangereuse et son comportement n'est nullement remis en cause par les forces de l'ordre. Circonstances aggravantes, le fait que ce soit un véhicule de la ville donne une mauvaise image de la collectivité ... et de la police qui est partiale...

 

Voir la vidéo originale : https://www.youtube.com/watch?v=2xmjAt109-c

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-pas-calais/nord/lille-metropole/lille/lille-cycliste-manque-se-faire-renverser-voiture-se-fait-alpaguer-police-1196681.html


 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette Peut mieux faire !
commenter cet article
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 20:46

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiqué de Presse : 15 déc 2016

 

Le 17ème Congrès de la Fédération française des Usagers de la Bicyclette aura lieu à Nantes du 28 au 30 avril 2017, en co-organisation avec l’association Place au vélo Nantes.

 

Durant trois jours, le vélo comme mode de déplacement au quotidien sera au cœur de l’actualité.

Lors de la journée d’études vendredi 28 avril, élus, techniciens, experts et chercheurs, dirigeants et militants associatifs seront invités à croiser regard et expérience avec une perspective commune : favoriser l’usage quotidien du vélo, qui est l'une des réponses aux problèmes de plus en plus préoccupants de pollution de l'air et de santé publique.

Le thème de cette nouvelle édition sera « Le vélo façonne la ville, le vélo fascine la ville », encouragé par les opportunités nantaises :

  • Plusieurs tables rondes, sessions et ateliers participatifs seront proposés et aborderont le vélo comme « choix de vie, choix de ville », les questions d’urbanisme, le partage de la rue, la multi-modalité ou encore le tourisme à vélo et la mobilité pour tous…
  • Un espace d’exposition permettra de rencontrer et d’échanger avec des professionnels.
  • Des évènements festifs ponctueront le congrès, notamment une balade à vélo commentée dans les rues de Nantes à l’issue de cette journée.

L’Assemblée générale extraordinaire de la FUB aura lieu les 29 et 30 avril, l’occasion de participer à la définition des objectifs stratégiques de la fédération.

Notez ces dates dans vos agendas et n’hésitez pas à diffuser largement cette information.

Renseignements, programme et bulletin d’inscription à venir prochainement.

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 12:08

Place au Vélo demande aux pouvoirs publics de mettre tout en œuvre pour éviter la pollution

Afficher l'image d'origine
Décembre 2016

Communiqué de Presse

 

Un épisode de forte pollution frappe une grande partie du territoire européen. L’Ile de France, les régions de l’Est, la région Rhône Alpes sont particulièrement affectées et des mesures de restrictions de la circulation des véhicules motorisés sont prises par les pouvoirs publics.

La qualité de l’air, certes moins catastrophique du territoire nantais, est très médiocre mais dans le cadre de mesures préventives, l’association Place au Vélo demande aux pouvoirs publics d’engager une campagne d’information forte en direction des habitants afin d’éviter l’utilisation des véhicules motorisés. Nantes Métropole a annoncé dans son journal de septembre dernier que les transports étaient responsables à hauteur de 50 % des émissions de gaz à effet de serre.

À la suite des congrès Vélo-city, de la COP 21 et de Climate Chance qui ont rappelé l’urgence à changer nos comportements et nos modes de déplacements, la métropole engage un grand débat sur la transition énergétique. Place au Vélo demande aux pouvoirs publics de mettre tout en œuvre pour concrétiser les engagements et les préconisations afin d’améliorer les conditions de vie des habitants. Il s’agit de faire face à des enjeux de santé publique. Des mesures politiques courageuses sont à prendre. Les déplacements en transports collectifs, les déplacements à vélo, les déplacements à pied doivent être privilégiés. La gratuité des transports collectifs, des restrictions de la circulation des véhicules motorisés sont à envisager afin de garantir la qualité de vie des habitants.

Nous sommes persuadés qu’une forte campagne d’information et de communication sera comprise par les habitants. La santé de nos enfants, notre santé sont des biens trop précieux qu’il nous faut préserver. L’association Place au Vélo est prête à accompagner l’ensemble des mesures qui doivent être prises pour préserver notre qualité de vie.

Le conseil d’administration de Place au Vélo

 
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 07:00

Transition énergétique : des mesures significatives pour encourager les salariés à se mettre au vélo

 

 Communiqué de Presse du 18 août 2015

 

Un an après sa présentation en Conseil des ministres, la loi de transition énergétique pour la croissance verte a franchi avec succès le 13 août dernier l’ultime étape de son parcours législatif : le Conseil constitutionnel en a validé la quasi-totalité des dispositions.

Cette loi prévoit notamment dans son article 50 la mise en place d’une indemnité kilométrique vélo, assortie d’une exonération de charges pour l’employeur et d’une exonération fiscale pour le salarié. Charge alors à l’employeur de payer tout ou partie des trajets domicile-travail des salariés.

La Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) se réjouit de la validation de cette mesure qu’elle a contribué à promouvoir, permettant ainsi au vélo d’être fiscalement reconnu comme un moyen de transport à part entière. Elle demande que les décrets d’application, qui doivent notamment fixer le montant de l’indemnité, ne réduisent pas la portée de cette mesure.

La FUB se réjouit également d’une seconde mesure encourageant les entreprises à favoriser les trajets à vélo de leurs salariés : l’article 39 de la loi prévoit en effet que les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt égale aux frais générés par la mise à la disposition gratuite de leurs salariés, pour leurs déplacements entre leur domicile et le lieu de travail, d’une flotte de vélos, "dans la limite de 25% du prix d’achat de ladite flotte de vélos".

La FUB attend du gouvernement qu’il passe donc des paroles aux actes en faisant une vraie place au vélo dans les politiques de mobilité. Ces deux premières mesures doivent être les prémices d’une véritable politique cyclable globale, englobant incitations, aides aux infrastructures et aux services.

Télécharger le communiqué de presse de la FUB.

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 03:38

http://www.anjou-velo-vintage.com/images/espace-presse/fichiers/images/AVV-kit_communication-2015-logo-AVV-noir.jpg

Anjou Vélo Vintage

Evénement incontournable pour les amoureux de la petite reine , les  ans de mode vintage et les curieux souhaitant découvrir de manière originale le Val de Loire , Anjou Vélo Vintage connaît un succès grandissant depuis sa création.

Organisée à Saumur (49) au cœur d’une région connue pour ses paysages de bords de Loire, son patrimoine culturel et ses vins, la cinquième édition du premier événement vélo rétro de France aura lieu le week-end du 13 et 14 juin 2015.

Avec 3 500 participants et 30 000 visiteurs français et étrangers attendus, la manifestation 100% vintage promet découverte, glamour, sport et convivialité !

 

De jolies randos vélo au cæurdes richesses du Val de Loire

A travers cinq parcours pour tous niveaux et tous âges*, les participants français et étrangersd’Anjou Vélo Vintage s’élanceront sur les routes de la région saumuroise à la découverte de son fleuve, son vignoble, ses prestigieuses maisons de vins, ses châteaux, ses caves troglodytiques... une balade dans le temps et une manière originale de visiter la région.

 Tous en selle ...

 

 

Anjou Vélo Vintage : 5ème édition
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 23:50

La ville de Laval organise la deuxième édition de "Laval sans voiture."

 

Rendez-vous est fixé le dimanche 17 mai au square de Boston à partir de 14h30 pour des circuits à vélo, à roller ou à pied. Des promenades en calèche sont également organisées à l’occasion de cette animation ouverte à tous et entièrement gratuite !

Les automobiles devront, dans dans la plupart des rues de l'hypercentre, à l'occasion de ce dimanche après midi, partager l’espace avec d’autres moyens de locomotion.
« L’idée est de permettre aux gens de se réapproprier la ville sur de petits parcours, de valoriser les pistes cyclables et montrer qu’il est plus facile de circuler à pied ou à vélo que l’on ne le pense », indique Claude Goupil, du service de communication.
L'objet est de
découvrir la ville sur un circuit réservé aux véhicules non motorisés....À pied, à cheval, à vélo, à roulettes…

 

Cette manifestation est organisée avec le soutien et la participation des associations Place au vélo, Audax et le comité d'animation du Bourny section roller.

Cette manifestation a été programmé avec l'aide de diverses associations dont "Place au Vélo" de Laval. Les départs des balades sont prévus dès 14h30 et  même  les TULs pourront prêter des vélituls, sur présentation d’une pièce d’identité. Ce qui est prévu :

  • des promenades en calèche de 14h30 à 17h, avec un circuit en centre-ville;
  • un circuit en roller, de 14h30 à 16h30, avec casque et protections obligatoires;
  • des randonnées pédestres sur deux circuits de 5,5 et 7 kilomètres ; un plan sera remis aux participants;
  • et enfin des circuits cyclistes : un de 13 kilomètres, en ville, avec encadrement, partira à 14h30, et l'autre à la campagne de 32 kilomètres Le port du casque est obligatoire.

Rien d'ambitieux dans tout cela.

Lorsque les premières opérations furent lancées par Dominique VOYNET, Ministre de l'Environnement, Laval avait refusé, mettant en avant qu'il ne fallait pas pénaliser les gens , les salariés. A l'époque, l'opération se déroulait , il est vrai en semaine ... Beaucoup plus tard, de nombreuses années sont passées. Il faut croire que les mentalités ont évolué, y compris chez les élus du même bord politique...

Mais un dimanche après midi, au moment le plus creux de la journée, cela n'est tout de même pas ambitieux...

 

NB : Les cyclistes et pratiquants de roller sont priés de se munir de leur propre équipement

Télécharger le programme

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 07:29

 

CONFÉRENCE DE PRESSE DU 28/01/2015 – COMMUNIQUÉ

 

Le vélo pour réussir la transition écologique

 

2015 sera-t-elle l’année du vélo ? « Elle a tous les atouts pour cela et il faut donc saisir toutes les opportunités » a déclaré Pierre Serne, président du Club des villes et territoires cyclables à l’occasion des vœux à la presse le 28 janvier*. « Il faut mettre le vélo au service de la transition écologique. Le vélo a fait ses preuves : il est un outil de développement social, économique et environnemental. Il convient dorénavant de déployer son potentiel dans la transition écologique. Le vélo, la mobilité active peuvent jouer un rôle majeur dans cette transition non seulement vers d’autres organisations énergétiques, mais aussi vers d’autres modèles économiques, de nouvelles façons de consommer et de se déplacer, et de nouvelles pratiques collaboratives ».

 

Au début du mandat municipal 2014-2020, à la veille des élections départementales et régionales, en mettant dès janvier le cap sur la Conférence mondiale Paris Climat 2015 (COP21) de décembre, le Club des villes et territoires cyclables se mobilise pour que le vélo ait toute sa place dans les arbitrages et les engagements nationaux et locaux en 2015, qui peut et qui doit être l’année du vélo.


Avec l’État


Le Plan national pour les mobilités actives (PAMA), lancé en mars 2014, prévoit 25 mesures pour 2014 et ouvre des chantiers. Le Club des villes et territoires cyclables demande que les mesures à l’agenda 2014 soient toutes mises en œuvre. Il se félicite que plusieurs évolutions du Code de la route pour une meilleure sécurité des piétons et des cyclistes figurent dans les 26 mesures présentées par le Ministre de l’Intérieur le 26 janvier 2015. Et souhaite que le nouveau décret du Code de la rue, avec l’ensemble des mesures réglementaires validées dans les travaux d’élaboration du PAMA, soit publié sans délai.


Le Club veillera également à ce que la réglementation évolue vers la suppression du surteintage des vitres avant des véhicules comme il le demande depuis plusieurs années (mesure Sécurité routière n°23) et que la mesure n°11 du PAMA, relative à la cohabitation avec les véhicules à grand gabarit et à la mise en œuvre des propositions validées en 2010, soit enfin appliquée en 2015, à défaut de l’avoir été en 2014 comme prévu.


Des dispositions incitatives à l’usage du vélo pour la mobilité domicile-travail figurent aujourd’hui dans le projet de loi pour la transition énergétique et la croissance verte sous l’action du Club des parlementaires pour le vélo, lancé par le Club des villes et territoires cyclables en juillet 2012. Tandis que le ministère de l’Ecologie vient de publier, le 23 janvier, les résultats positifs de l’expérimentation de l’indemnité kilométrique vélo menée du 1er juin au 1er novembre 2014 auprès de plus de 8000 salariés dans 18 entreprises volontaires, le Club des villes et territoires cyclables intervient auprès des parlementaires pour que les incitations fiscales prévues aux articles 9 bis A et 13 bis A du projet de loi soient maintenues. Le levier financier a conduit des salariés à opter pour le vélo comme le montre l’expérimentation, dont 20% d’automobilistes ! Mais la fiscalisation des sommes perçues ou versées a été considérée comme un frein par les entreprises et par certains salariés qui ont renoncé à l’aide tout en participant à l’expérimentation. L’exonération de cotisations sociales sur les sommes versées pour les entreprises et du calcul de l’impôt sur le revenu pour les salariés donnera donc toute son ampleur à cet outil qu’est l’indemnité kilométrique vélo.

 

Les collectivités locales mobilisées


Comme le montre l’enquête nationale du Club des villes et territoires cyclables sur les politiques en faveur des piétons et des cyclistes, le vélo conforte sa place dans les stratégies de mobilité des villes et des agglomérations. L’ensemble des indicateurs entre les deux vagues d’enquêtes de 2011 et 2013 montre une progression de l’offre d’infrastructures et de services. La question des financements est cependant cruciale avec la diminution des dotations de l’Etat. Les collectivités locales disposent de marges de manœuvre dans l’accompagnement de l’innovation vélo sur le territoire et dans les actions pour encourager le changement de comportement de mobilité et une plus grande utilisation des services offerts. Le Club des villes et territoires cyclables accompagne les collectivités de son réseau dans ces domaines en lançant un programme « Innover pour le vélo » en partenariat avec la FING afin d’explorer le potentiel d’invention de nouveaux services, de développement économique et de création d’emplois pouvant être généré grâce à la montée en puissance de l’écosystème vélo.


La poursuite d'un rythme important d'investissements des collectivités locales pour les aménagements cyclables demeure un objectif fort du Club pour encourager le transfert modal de la voiture solo vers le vélo et l’intermodalité vélo et transports collectifs.


Le Club des villes et territoires cyclables est également mobilisé pour que les arbitrages budgétaires des contrats de projet Etat-Région soutiennent les politiques vélo engagées par les Régions.

 

Le vélo, puissant remède anti-crise


Depuis 2010, le Club des villes et territoires cyclables démontre que le vélo est bon pour l’économie : bon pour la collectivité et bon pour le pouvoir d’achat des ménages.


Les retombées économiques directes du vélo en France représentent aujourd’hui 4,5 milliards d’euros et sont neuf fois supérieures à l’investissement public assuré à plus de 90% par les collectivités locales. Elles peuvent être facilement multipliées par dix si l’investissement s’intensifie. Le vélo représente 200 milliards d’euros pour l’Union européenne (étude ECF, 2014) dont 121 milliards sont des bénéfices liés à la santé. Le potentiel de création d’emplois du secteur est très important : plus important que celui du secteur automobile qui emploie trois fois moins de personnes par million d’euros de chiffre d’affaires.

 

Pour la relance économique et pour que la France soit « exemplaire en matière d’écologie » selon le vœu du Président de la République le 6 janvier dernier, 2015 doit être l’année du vélo et donner le feu vert aux nombreux projets et dynamiques des territoires.

 


* Conférence de presse de Pierre SERNE, président du Club des villes et territoires cyclables, vice-président de la région Ile-de-France chargé des transports et des mobilités, en présence des élus membres du Bureau du Club : Michel GILLOT, vice-président du Club, adjoint au maire de Saint-Cyr-sur-Loire (37), Alain JUND, vice-président du Club, conseiller communautaire de Strasbourg Eurométropole (67), Olivier LE LAMER, vice-président du Club, adjoint au maire de Lorient, vice-président de Lorient Agglomération (56), Gilles PEROLE, vice-président du Club, adjoint au maire de Mouans-Sartoux, conseiller communautaire de Pôle Azur Provence (06), Jacques GARREAU, secrétaire-adjoint du Club, vice-président de Nantes Métropole (44), Yoann RISPAL, trésorier du Club, conseiller municipal de Fontenay-sous-Bois (94), Dominique CARRE, membre du Bureau du Club, conseiller communautaire de Plaine Commune (93), Christine THOMAS, membre du Bureau du Club, conseillère municipale de Troyes (10).

 

 

 

 

La lettre du Club des Villes et Territoires Cyclables - 33 rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris
tél 01 56 03 92 14 - fax 01 56 03 92 16 - info@villes-cyclables.org

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 07:24
logo
Question - 10 septembre 2013 - du député Pierre Léautey (Socialiste, Seine-Maritime) :

M. Pierre Léautey interroge M. le ministre de l'intérieur sur l'opportunité de rendre obligatoire le port du casque à vélo.
Alors que l'on ne peut que se réjouir de constater que le nombre de tués dans les accidents automobiles ne cesse de diminuer, on ne peut que déplorer, en revanche, l'augmentation d'année en année, du nombre de cyclistes tués sur les routes.
En effet, selon les derniers chiffres publiés par l'Observatoire de la sécurité routière, la mortalité des cyclistes a augmenté de 10 % en France en 2012. Ce sont ainsi 155 utilisateurs du vélo qui ont trouvé la mort sur les routes, des décès liés dans 80 % des cas à des traumatismes crâniens. La pratique du vélo est en hausse constante, notamment dans les villes où l'utilisation a doublé voire triplé ces dernières années, et la poursuite de son développement doit être encouragée. Cependant, c'est aussi en ville que l'utilisation du vélo est la plus dangereuse. Or une étude publiée en 2011 par l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux et portant sur les 8 000 accidents à vélo du Rhône, montre que porter un casque diminuait de 30 % le risque de blessures à la tête, et même de 70 % le risque de blessure grave à la tête.
Aussi, dans ces conditions, il souhaite connaître ses intentions sur ce sujet.


Réponse - 25 février 2014 - du ministre de l'Intérieur :

Les services du ministère de l'intérieur suivent avec attention l'évolution des chiffres de la sécurité routière et notamment ceux concernant les cyclistes, même si leur accidentalité reste faible au regard de celle d'autres usagers. Les variations annuelles ne peuvent en aucun cas être considérées comme significatives sur le plan statistique pour lequel seules les séries chronologiques peuvent permettre de déterminer un indicateur fiable.
De ce point de vue, l'augmentation de 10 % évoquée pour les chiffres de l'année 2012 , si elle doit inciter à la vigilance, s'inscrit néanmoins dans une courbe décroissante depuis les années 2000 alors même que le nombre de cyclistes s'accroît considérablement.
On est ainsi passé de plus de 200 cyclistes tués en 2003 à 141 en 2011 avec un quasi doublement de leur proportion sans les déploiements. Le casque protège dans certaines circonstances, c'est pourquoi les pouvoirs publics continueront à en promouvoir l'usage au travers des actions locales de sécurité routière, que ce soit en milieu scolaire ou au travers des actions des plans départementaux de sécurité routière.  
En revanche, il n'est pas envisagé de rendre le port du casque obligatoire.
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques