Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 07:21

avril 2014

 

De nouveaux trains pour Clermont et Lyon ?

 

L’association de promotion de la ligne ferroviaire Nantes Lyon par l’itinéraire direct via Tours et Bourges RACO (Rhône-Alpes Centre Océan), a fait étudier par le bureau d’études Rail Concept, les potentiels de desserte de l’axe, axe dont la desserte n’a cessé de se dégrader : liaison seulement en fin de semaine,  temps de parcours passé de 6h à 8 h.


Trois dessertes structurantes journalières sont conseillées : 4 allers et retours Nantes Lyon, 3 AR Orléans Lyon, 2 AR Nantes Dijon, couplées sur la partie Ouest avec 2 AR Nantes Clermont.


 AU-NantesLyonRailConcept13.jpg

 

Le potentiel est important : plus de 8000 voyageurs par jour (3 millions sur l’année), avec une subvention limitée à 5 € par voyageur gagné (et 2,7€/train km), soit moins que la moyenne des « Trains d’Equilibre du Territoire » existants (où la subvention est égale à 20% du coût).


Car ces trains relèvent normalement des TET  (assurés par les trains InterCités de la SNCF), avec arrêts dans les gares principales de l’axe, qui multiplient les possibilités de trajets partiels et de correspondances.

 

Les temps de parcours sont ceux du routier, les prix sont inférieurs à ceux de la route ou du TGV, le bilan environnemental est très favorable par rapport à l’existant. Le report de la voiture sur le train atteindrait 40%.

 

 

SchemaDessertNantesLyonRailConcept13.jpg


L’étude note qu’avec une amélioration de la voie existante, le temps de trajet pourrait être ramené à 5h ou 5h 30, et qu’en empruntant le tronçon de la LGV prévue par  l’étude POCL (Paris - Orléans - Clermont - Lyon) entre la vallée de l’Allier et Lyon, partie la plus lente du trajet actuel, le temps de trajet serait ramené à 4h30, soit le temps actuel de Nantes Lyon via Massy, avec l’avantage de désaturer la ligne empruntée en banlieue Sud parisienne et les LGV proches (et de proposer des billets plus économiques).


Plus généralement, cela confirme  l’absence de volonté de l’Etat, autorité organisatrice de ces trains TET, et de la SNCF qui les fait circuler, de répondre aux besoins.


Avec des correspondances correctes et un minimum de desserte, l'étude montrerait que  la rentabilité des liaisons proposées serait mieux assurée que dans la moyenne des liaisons TET.

 

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/01/23/Une-nouvelle-jeunesse-pour-la-ligne-SNCF-Nantes-Lyon-1768753

Partager cet article
Repost0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 14:00
image002-copie-2
Du 26 avril au 3 mai - Mobilisons-nous pour la pollutaxe !

 

 

Alors que la remise du rapport de l’assemblée nationale sur l’écotaxe au gouvernement prévue initialement pour le 30 avril,a été reporté suite aux dernières déclarations de la nouvelle ministre de l'Environnement, Mme Ségolène ROYAL,  les soutiens à la pollutaxe se mobilisent. une semaine d’actions, pour rappeler que c’est aux pollueurs, et non à toute la société, d’assumer le coût des pollutions liées aux transports.

 

Il est urgent de réduire l’impact du transport routier sur le climat

Pour lutter à temps contre les changements climatiques et rester sous la barre des 2°C, une révolution économique fondée sur la sortie des énergies fossiles est nécessaire, nous rappelle le groupe intergouvernemental des experts sur le climat (GIEC) dans son dernier rapport.

Le transport est l’un des principaux consommateurs d’énergie fossile en France et le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre. Selon le rapport du GIEC, les transports pourraient devenir la première source d’émissions de gaz à effet de serre à l’échelle internationale si les responsables politiques ne prennent pas rapidement les mesures suffisantes pour les réduire.

L’histoire française de la taxe poids lourds illustre les hésitations et le retard pris par les responsables politiques pour agir efficacement pour réduire la consommation d’énergie fossile et les émissions de gaz à effet de serre.

Les poids lourds sont responsables de 23,6% des émissions de gaz à effet de serre du transport routier qui rejette à lui seul plus de 90% des émissions de GES du secteur des transports. La part du transport routier de marchandises dans les émissions de gaz à effet de serre augmente depuis plusieurs années alors que la part du transport ferroviaire et fluvial est en déclin. Nous nous éloignons donc des objectifs que la France s’est fixé dans la loi Grenelle, pour atteindre 25% de fret non routier et non aérien d’ici 2022.

La redevance poids lourds fut identifiée comme une mesure clé pour optimiser le transport routier, déclencher un report modal vers le fret fluvial et ferroviaire, et enfin dégager de nouvelles ressources pour financer les infrastructures alternatives dont les projets sont aujourd’hui au point mort.

 

DSCF1419 bis(1)

 

La pollutaxe, une mesure positive pour construire les alternatives

Selon un sondage récent (YouGov pour 20 Minutes), 85,5 % des personnes interrogées estiment que « davantage de moyens alternatifs à la voiture devraient être proposés pour circuler en ville ». Or, la suspension de l’écotaxe a causé le gel de l’appel à projet du gouvernement pour le financement des transports collectifs (bus en site propre, tram, métros) dans une soixantaine de villes françaises et le gouvernement ne prévoit aucun financement nouveau pour le développement du vélo dans la cadre du plan national pour les mobilités actives.

Les travaux de rénovation du réseau ferré classique, indispensables pour redynamiser le fret ferroviaire, encourent le risque de passer à la trappe. Dans le même temps, chaque jour sans pollutaxe coûte cher socialement, économiquement et environnementalement pénalisant aussi les contribuables puisque la collectivité toute entière doit assumer les coûts et les nuisances induites par le transport routier en termes de dégradation des routes, de santé et de congestion.

Passons à l’action

Pour modérer la consommation de carburant du transport routier et diminuer ses pollutions, pour investir dans les infrastructures de fret fluvial et ferroviaire et enfin, dans les solutions de mobilité alternatives que constituent le vélo et les transports collectifs, l’application de la « pollutaxe » aux poids-lourds selon leur niveau de pollution est une nécessité.

Mobilisons-nous pour montrer aux députés et au gouvernement notre soutien à la pollutaxe entre le 26 avril et le 3 mai partout en France !

Rendez-vous sur le site www.pollutaxe.org ou inscrivez directement votre action sur cette carte de France 

 

 

ATT00298

Partager cet article
Repost0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 07:09

pays de la loireimages

 

Nouvelle  réunion du comité de ligne Angers - Nogent-le-Rotrou

 
La 7ème réunion du comité de ligne SNCF Angers-Le Mans-Nogent-le-Rotrou aura lieu jeudi 24 avril, à 18 h, à Sablé, en présence de Gilles Bontemps, vice-président de la Région.

Et comme à chaque Comité de Ligne il sera question du fonctionnement des dessertes, des travaux prévus, de la situation actuelle en terme de qualité de service...

 

Si vous avez des remarques, vous pouvez vous adresser à la FNAUT Pays de la Loire... qui fera remonter les informations...  

 

 

7ème réunion du comité de ligne SNCF Angers - Le Mans - Nogent-le-Rotrou


jeudi 24 avril 2014, à 18 h

 

salon Théophile-Plé, rue Théophile-Plé à Sablé sur Sarthe 


 

P1020633.jpg

Partager cet article
Repost0
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 07:30

nv logo fnaut 

 

 

Paris, le 22 avril 2014

 

Communiqué : Les usagers des transports ont besoin de l’écotaxe

 

 

Le report prolongé de l’écotaxe et sa remise en cause par la ministre de l’Ecologie ont des conséquences graves pour les usagers des transports, qui attendent avec impatience des investissements massifs dans les transports collectifs.

 

Les besoins des usagers des transports ne sont pas satisfaits

 

+ Dans bien des villes, les bus sont saturés et circulent difficilement faute de priorités de circulation. Des tramways et bus à haut niveau de service sont indispensables.

 

+ L’état des infrastructures ferroviaires s’est dégradé faute d’entretien ; de nombreuses lignes régionales et même interrégionales sont aujourd’hui menacées de disparition.

 

Le report de l’écotaxe pénalise les usagers des transports, les habitants soumis aux nuisances du transport routier et les contribuables

 

+ Le report de l’écotaxe prive le système de transport de 800 millions d’euros par an. Il bloque les projets de transports urbains en site propre, l’accélération de la rénovation du réseau ferré et les investissements permettant de développer le transport ferroviaire du fret.

 

+ Son abandon obligerait de plus l’Etat à dédommager la société Ecomouv, chargée de collecter l’écotaxe, à hauteur de 800 millions d’euros.

 

L’écotaxe est légitime

 

+ Considérer l’écotaxe comme un impôt est un contresens, c’est une redevance kilométrique d’usage de la voirie par les camions, combinée à une taxe pollueur-payeur.

 

+ Elle vise à soulager le contribuable qui, aujourd’hui, paie ce que devrait payer le transport routier, et à inciter les chargeurs à rationnaliser leur logistique et à davantage utiliser le rail.

 

+ En Allemagne, la taxe poids lourds est 4 fois plus élevée que celle prévue en France.

 

Il n’y a pas d’alternative à l’écotaxe


+ La législation européenne ne permet pas de taxer uniquement les transporteurs étrangers et de les obliger à utiliser les autoroutes.


+ Tous les transporteurs routiers doivent acquitter cette redevance car tous les camions, français et étrangers, contribuent à l’usure des voiries et sont responsables de nuisances.


La mise en place de l’écotaxe est urgente. La FNAUT demande au gouvernement de ne pas céder devant les lobbies qui s’opposent à l’écotaxe au détriment de l’intérêt général.

 

 

Contact Presse

Jean Sivardière, président de la FNAUT

Jean Lenoir, vice-président de la FNAUT

 

P1020920

Partager cet article
Repost0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 11:00
nv logo fnaut

 

 

Bis répétita...


Les Pays de la Loire accueilleront donc le prochain Congrès National de la FNAUT. Après le Mans en 2008, s'est au tour de Nantes de recevoir les Congressistes des Associations d'Usagers, des élus, des techniciens....


Nantes avait déjà eu les honneurs de recevoir le Congrès National de la FNAUT alors que le tramway Nantais faisait sa réapparition...

 

P1100225

Nantes a déjà accueilli le Congrès National de la FNAUT alors que le tramway reprenait  du service

 

 

La FNAUT Pays de la Loire et l'ANDE (Association Nantaise de Défense de l'Environnement) accueillent le Congrès de la FNAUT National qui a lieu tous les 2 ans, les 14-15-16 novembre 2014 à la Manufacture des Tabacs.


Le thème des débâts n'est pas encore totalement défini mais il abordera certainement l'intermodalité, la desserte du périurbain... Des questions de transports et de Mobilité qui sont d'actualité et qui permettront de débattre ...

 

P1030896.jpg

En 2008, au Mans, le Ministre des Transports, Dominique BUSSEREAU (au centre), avait fait une intervention... 


 
Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 07:30

 

 

P1110785

 

Pour une réduction des vitesses routières sur l’ensemble du réseau routier

La FNAUT approuve le projet de réduction de la vitesse automobile de 90 kmh à 80 km/h sur les routes ordinaires. Elle estime qu’il doit concerner l’ensemble du territoire et qu’une réduction de la vitesse sur autoroute de 130 km/h à 120 km/h est également nécessaire.

 

Pourquoi réduire la vitesse ?


+  L’insécurité routière en France reste un fléau malgré les résultats obtenus depuis 2002. Elle est supérieure à la moyenne d’Europe occidentale. Les accidents les plus graves ont lieu hors des villes.


+  La vitesse joue un rôle dans tous les accidents, comme facteur causal et comme facteur aggravant. Il est prouvé que, si on réduit de 1 % la vitesse moyenne, on réduit de 4 % le nombre des tués.


+  Réduire la vitesse permet aussi de réduire la pollution chimique de l’air, la consommation de carburant donc de pétrole importé, et les émissions de gaz à effet de serre.

 

 

Une mesure pertinente mais insuffisante


La réduction de 10 km/h de la vitesse sur les routes ordinaires, proposée par les experts du Conseil national de la sécurité routière, est donc pertinente. Elle provoquerait un choc psychologique salutaire, comme l’ont été l’introduction du permis à points et celle des radars automatiques.


Elle doit être appliquée sur l’ensemble du territoire et étendue aux autoroutes (de 130 km/h à 120) et voies express (de 110 km/h à 100).


+  Une réduction dans certains départements seulement serait peu lisible.


+  Une différence de 50 km/h entre les vitesses maximales sur route et sur autoroute serait bien trop élevée, elle exigerait un changement trop brutal de comportement des automobilistes passant du  réseau autoroutier au réseau routier ordinaire.


+  C’est sur les autoroutes qu’une réduction de la vitesse est la plus efficace pour réduire la consommation de carburant et les émissions de gaz à effet de serre.

 

Une réduction de la vitesse automobile doit s’accompagner d’un contrôle renforcé du transport routier de marchandises (vitesses, charges, temps de conduite journaliers et hebdomadaires).


Une mesure conforme à l’intérêt bien compris des automobilistes


Une réduction de 10 km/h des vitesses maximales n’aurait qu’un impact mineur sur la durée des trajets routiers. Les automobilistes y gagneraient en sécurité et réduiraient sensiblement leurs dépenses de carburant (1300 euros par an en moyenne).

 

Contact presse : Jean Sivardière, président de la FNAUT

Partager cet article
Repost0
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 08:34

Le texte ci-contre provient du site suivant : http://www.l-olivier.org/petit-train-jaune/

Une importante littérature  internet aborde la problématique et il est donc conseillé de la consulter...

 

trainjaunelolivier

 

Personne ne contestera que le Train Jaune est l’un des symboles les plus forts du Pays Catalan. Pourtant,

 

«aujourd’hui le Train jaune est surtout menacé de disparition. Il est totalement obsolète, qu’il s’agisse de la voie ou du matériel roulant ».

 

Nous devons cette déclaration à Christian Bourquin, Président du Conseil Régional (Indépendant du 21 février 2013) dont une partie des compétences est de veiller, justement, au devenir du Train Jaune. Cette menace ne peut donc être prise qu’au sérieux.

 

Il n’est pas nécessaire de chercher bien loin les raisons d’une telle situation : le Train Jaune n’a jamais réellement mobilisé la volonté des élus à mettre au point puis à financer un projet de développement durable de la ligne autour de sa fonction touristique, notamment. Les différents élus, se succédant au gré des alternances, se sont contentés de «rapiécer» de ci, de là, sans réelle volonté de développement ou de préservation d’un des plus beaux joyaux du Pays Catalan.

 

 

Le Train Jaune est né d’une grande ambition : il se meurt d’une absence totale d’ambition !

Revenons à son origine : la construction du Train Jaune est lancée à l’initiative d’Emmanuel Brousse (le ministre, mort pauvre) et de Jules Dax. La construction du premier et plus long des tronçons (de Villefranche à Mont-Louis) ne prendra que 7 ans. Au total, soit jusqu’à Latour de Carol, le Train Jaune aura finalement mobilisé un budget qui équivaudrait, aujourd’hui, à 99,8 Millions d’euros pour 62,6 kilomètres.


A titre de comparaison, la construction de la nouvelle rocade nord de Perpignan a mobilisé plus de 64 Millions d’euros pour 2,8 kilomètres seulement, soit un coût, rapporté au kilomètre, 14 fois supérieur à celui du Train Jaune !

 

La nouvelle rocade nord a coûté 14 fois plus cher au Km.

 

«Ecodurables» avant l’heure, les « pères » du Train Jaune ont promu l’alimentation électrique à une époque où le charbon et le diesel régnaient en maître dans les transports ferroviaires. C’est ainsi qu’ont été construites plusieurs centrales électriques tout au long de la voie qui produisent de l’énergie « propre », à base d’énergie renouvelable : l’eau de la Têt et celle provenant du barrage des Bouillouses. Sa capacité de production de 200 000 000 Kw/h n’est utilisée qu’à 1% par le Train Jaune ; le reste est réinjecté dans le réseau d’EDF pour alimenter les communes environnantes.

 

Le Train Jaune est le symbole d’un Pays Catalan ambitieux, qui ne reculait devant aucune difficulté et qui rayonnait sur l’ensemble de l’économie du territoire. Aujourd’hui, c’est bien de son abandon pur et simple dont il est question.


Selon le président du conseil régional, sa remise en état imposerait un investissement supérieur à 200 Millions d’euros : ces chiffres ne sont justifiés par aucune étude. Ils ne semblent être diffusés que dans le but de décourager les citoyens-contribuables de consentir à un tel effort financier. Il existe pourtant des solutions intermédiaires que les spécialistes de la ligne (ses cheminots, en premier lieu) ont clairement identifiées comme l’entretien régulier des voies et des matériels roulants.  


En premier lieu, l’investissement nécessaire serait plutôt de l’ordre de 30 Millions d’euros pour le remplacement de 18 Kilomètres de rails et 4500 traverses, soit 1/3 de la ligne.

 

 

 

carte en provenance du site suivant

 

Plutôt 30 que 200 M€ !


A l’image du projet originel, aucun projet ne peut se concevoir sans l’affirmation d’une ambition solide pour le Train Jaune et de son territoire naturel (Haut Conflent, Cerdagne, Capcir). C’est ce manque d’ambition que nous déplorons aujourd’hui et pour lequel nous demandons une mobilisation générale.


Depuis 2010, le conseil régional nous annonce la réalisation d’un schéma directeur pour le Train Jaune qui n’a toujours pas vu le jour. Pendant ce temps, des opérations fort couteuses comme « le TER à 1 € » ont littéralement siphonné les finances de la région qui n’a plus les moyens d’entretenir le Train Jaune et, encore moins, de lui préparer un avenir plus radieux.

 

Ce que nous proposons :

 

+ Que le Conseil Régional vote un budget exceptionnel d’entretien et de préservation du Train Jaune afin d’éviter sa disparition,


+ En parallèle, que soient rendues publiques les conclusions du schéma directeur du Train Jaune lancé en 2010,


+ Qu’une concertation publique soit lancée, en relation avec les forces vives du Pays Catalan, pour travailler à un projet ambitieux et fédérateur autour du Train Jaune, de son environnement naturel et patrimonial mais aussi de ses capacités à représenter l’épine dorsale d’un projet touristique à très forte valeur ajoutée pour le Pays Catalan

 

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 07:30

place au velo

 

La bourse d'échanges de Place au vélo, c'est samedi, à Laval

L'association « Place au vélo » de Laval organise sa nouvelle bourse aux vélos à Laval, entre le parking du Viaduc et la halte fluviale.

La réception des vélos à vendre se fera à partir de 10h jusqu'à 12h30. Les vendeurs doivent se présenter avec une pièce d'identité et leur vélo, dont le prix sera fixé en accord avec l'association.
 
Alors que le matin sera consacré à la réception, l'après midi sera réservé à la vente qui se déroulera entre 13 h 30 et 16 h.
 
Chaque vélo doit être en état de rouler dans le cadre du respect des règles de sécurité.

Ensuite ... tout roule...

bourse-velo-5-04-08-149.JPGbourse-velo-5-04-08-148.JPG

Partager cet article
Repost0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 07:30

avril  2014

http://ceser.paysdelaloire.fr/templates/common/images/conseil-economique-social-environnemental-pdl.png

 

 

Le CESER organise des auditions en commission sur le thème de l'intermodalité

 

Le CESER souhaite interviewer des représentants de la FNAUT dans le cadre de la commission «Infrastructures, Déplacements, Télécommunications, Energie» qui comprend une trentaine de membres issus de tous les milieux professionnel (patronat, syndicats de salariés, associations, etc.).


Le Conseil économique, social, environnemental, régional (CESER) réalise actuellement une étude à partir d'un document de cadrage.


Une nouvelle compétence pour la Région

 

La loi du 27 janvier 2014 sur la Modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des Métropoles (loi MAPAM) charge la Région d'une nouvelle compétence : "l'intermodalité et la complémentarité entre les modes de transport" et lui affecte la position de chef de file en ce domaine.

 

Dans ce nouveau cadre législatif, la Région devra élaborer avec les autres autorités organisatrices de transport un schéma régional de l'intermodalité . Ce schéma aura pour objectifs de coordonner à l'échelle régionale les politiques de transports et mobilité (services, information des usagers, tarification et billetique). C'est sur ce schéma que travail le CESER...

 

P1070859

La gare routière du Mans au contact de la gare SNCF


L'intermodalité pour la FNAUT ... en 20 minutes top chrono

Il s’agit pour la FNAUT, à l'occasion de son "oral" qui aura lieu le  16 avril, de présenter sa vision de l’intermodalité dans les transports collectifs  pour que cette commission puisse se faire une idée d’ensemble des éléments à analyser par la suite.
 
Ainsi au cours d'une présentation qui durera au maximum 20 minutes et qui sera suivie d’un débat de 40 min, la FNAUT devra répondre à des questions relatives à l'intermodalité et notamment à ces enjeux :

+    Quel est le point de vue des usagers de transport collectifs sur l’intermodalité ?

+   Quels sont, selon vous, les besoins de cohérence entre les différents modes de transports ? A quels niveau se situent ces besoins (billetique, pôles d’échanges multimodaux, services aux usagers …) ?

+   Lorsque demain la Région deviendra « coordinatrice » des différentes AOT, quels sont les principaux points qui selon vous doivent attirer sa vigilance (organisation, financements …) ?
Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:30

Après FNE  et la FNAUT, c'est maintenant au Réseau Action Climat de réagir sur la prise en compte de l'Environnement dans le nouveau gouvernement... 

 

http://www.rac-f.org/IMG/_perso/css/logo.png

 

Communiqué de Presse

Montreuil, le 3 Avril 2014

 

 

Ecotaxe poids lourds : Faux-départ pour Ségolène Royal ?

 

 

Le Réseau Action Climat s’inquiète qu’un jour seulement après avoir pris la tête du Ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, Ségolène Royal décide de remettre à plat le dispositif de l’écotaxe poids lourds, appelant à l’examen « d’autres possibilités » pour dégager les financements nécessaires au soutien des infrastructures de transport, notamment des alternatives à la route et à l’aérien.

 

Les couts supportés par la collectivité

« Tant que ce dispositif n’aura pas été mis en place, les coûts des externalités du transport routier seront supportés par la collectivité toute entière », rappelle Lorelei Limousin, chargé de mission climat-transport au Réseau Action Climat.

Il s’agit d’un dispositif incontournable pour atteindre l’objectif de report modal fixé au niveau national (25% de fret non-routier en 2022) alors que le fret ferroviaire subit une concurrence très forte du transport routier qui, lui, bénéficie de nombreux privilèges : diminution de la taxe à l’essieu, remboursement de taxe sur le gazole, autorisation des 44 tonnes sur les routes françaises...




 

 

Transports en commun : le grand perdant

La suspension de l’écotaxe a par ailleurs conduit au gel de l’appel à projet de transports collectifs, punissant ainsi de nombreux citoyens qui préfèreraient avoir le choix et prendre les transports en commun.

« L’écotaxe poids lourd n’est pas un impôt « punitif », contrairement aux propos tenus par la nouvelle Ministre de l’écologie. C’est l’absence de sa mise en place qui revient de fait à pénaliser l’ensemble des citoyens au nom de la préservation des intérêts d’une partie d’entre eux », conclut Lorelei Limousin.

Le RAC appelle la Ministre à ne pas débuter sa prise de fonction par une remise en cause de l’un des dispositifs les plus efficaces pour lutter contre la pollution de l’air et les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports.

 

 

Contact presse :
Lorelei Limousin, Réseau Action Climat

 

 

bandeau

 

 

Pour en savoir plus : quelles sont les associations membres du Réseau Action Climat

Le site du RAC

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques