Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 08:30

CARTE POSTALE CHATEAUBRIANT

 

Le 31 mai 1980, le dernier train de voyageurs circulait entre Nantes et Châteaubriant. 34 ans après, la ligne, ouverte en 1877, reprend du service.

 

L’évènement est de taille. C’est un projet à 207 millions d’euros pour relier Châteaubriant à la cité des Ducs !

 

La première "réouverture" d'une ligne ferroviaire digne de ce nom en Pays de la Loire... et la dernière ?

Partager cet article
Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 07:30

fnaut logo pdl

 

 

Deux belles et importantes décisions de justice sont intervenues ces derniers mois :

 

 

I - Vente ligne Le Pouzin-Privas (préfecture de l’Ardèche)

 

Le 9 janvier 2014, la Cour administrative d’appel de Lyon confirmait entièrement la décision obtenue en première instance et ordonnant sous astreinte à RFF de résilier la vente de l’emprise de la ligne ferroviaire Privas-Le Pouzin.

 

Elle confirme, ce qui était attendu, l’illégalité de cette vente, en raison de l’annulation du déclassement (bien que cette annulation soit postérieure à la réalisation de la vente et qu’à la date de la vente, celle-ci était donc légale).

 

Elle confirme également, ce qui était beaucoup moins évident, l’injonction faite à RFF de résilier la vente dans un délai de trois mois (à compter du jugement de 1è instance du 27 novembre 2012) et surtout, le tout sous astreinte de 50€ par jour de retard. Le délai étant expiré depuis un an, et aucune résiliation n’étant en cours à ma connaissance, c’est une astreinte potentielle de 18 200€ au bénéfice de la FNAUT qui pèse sur la tête de RFF.

 

La Cour rappelle que l’avis de la Région est défavorable au déclassement, cette ligne figurant parmi les lignes à rouvrir à l’horizon 2030 au schéma régional des transports.

 

Le CUTPSA, association locale membre de la FNAUT a obtenu un bel article à ce sujet dans « L’Hebdo de l’Ardèche » du 30 janvier 2014.

 

Nous attendons de savoir si RFF forme un pourvoi en cassation avant de faire liquider l’astreinte.

 

defchgpn11-11a.jpg

 

 

II - Atteintes routières au domaine public ferroviaire (ligne Rives-St Rambert).

 

 

Nouveau rebondissement, positif, dans cette affaire, qui n’est pas pour autant terminée.

 

En première instance, le Tribunal de Grenoble avait ordonné à RFF d’engager des poursuites à l’encontre du Conseil Général de l’Isère en raison d’emprunts routiers illégaux. En appel, la Cour de Lyon avait annulé ce jugement, en raison de l’application de l’art. 121-2 du code pénal qui réduit la responsabilité pénale des collectivités locales.

 

La FNAUT avait alors engagé un pourvoi en cassation devant le Conseil d’Etat, et a obtenu gain de cause par un arrêt du 22 janvier 2014. Le Conseil d’Etat suit le raisonnement de la FNAUT selon lequel l’art. 121-2  du code pénal n’est pas applicable aux contraventions de grande voirie ferroviaires. OUF !

 

L’affaire est donc renvoyée devant la Cour de Lyon qui devra statuer à nouveau. On espère que le jugement audacieux de Grenoble sera confirmé, mais rien n’est gagné d’avance tant il est « délicat » d’enjoindre à une personne publique de poursuivre une autre personne publique, notamment s’agissant de la construction de « beaux » ouvrages routiers.

 

Je rappellerai également qu’entretemps, le Conseil Général avait obtenu de RFF des autorisations d’occupation du domaine public pour ces emprunts routiers, mais ces autorisations ont elles-mêmes été annulées sur recours de la FNAUT.

 

Xavier Braud.

Partager cet article
Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 07:30

 

 

Monsieur le Ministre de l’Intérieur,

 

 

Je vous ai entendu commenter dès samedi soir les événements en marge de la manifestation contre l’aéroport de Notre Dame des Landes et vos propos appellent de ma part quelques réactions et aussi plusieurs questions.
.
Sur les chiffres d’abord : vous avez parlé de 1000 casseurs et de 20 000 manifestants dont vous avez dit qu’il fallait les différencier des premiers. Je crois décidément que vos services ont un problème avec le calcul car nous étions beaucoup plus de manifestants et il y avait beaucoup moins de casseurs : disons qu’on pourrait diviser le premier chiffre et multiplier le second par deux au moins pour approcher de la vérité. Mais dans cette affaire d’aéroport, la vérité est décidément malmenée depuis longtemps…


Sur les fameux casseurs : je vous avoue que j’ai été très surprise de comprendre que vos services les connaissaient visiblement bien (vous avez donné des précisions sur leur origine, leur positionnement politique) et même qu’ils savaient ce qui allait se passer. Depuis deux jours, les bruits couraient sur des incidents à venir ; les avocats savaient qu’ils risquaient d’être réquisitionnés pour de nombreuses gardes à vue. Samedi matin, au moment où nous étions avec les tracteurs à l’aéroport de Nantes-Atlantique, les policiers présents nous ont spontanément parlé des «blacks blocs », en nous disant « qu’ils allaient gâcher notre manifestation ».


nantes atlantique
Je m’étonne donc que « les forces de l’ordre » n’aient pas été au fond plus efficaces puisque cela aurait dû être leur mission, n’est-ce pas ? Puisque l’on sait désormais interdire un spectacle avant même qu’il n’ait lieu, et puisque nous n’avons pas sur la ZAD 1000 casseurs ni blacks blocs, pourquoi ne les avez-vous pas fait arrêter avant leur arrivée ? J’imagine que s’ils sont si dangereux, vous avez certainement des preuves et même des faits graves à leur reprocher ?

 

Mais peut-être préfériez-vous les arrêter en flagrant délit ?

Est-ce pour cela que vous n’avez pas fait protéger l’agence Vinci, située au tout début du parcours de la manifestation, pas plus que des engins de chantier Vinci aussi (car Vinci est partout vous le savez, immobilier, parkings, aéroports…) dont vous saviez qu’ils seraient forcément des cibles ?

Est ce pour cela que la Préfecture n’a autorisé qu’un parcours ridiculement petit, jamais vu jusque là ?

Est-ce pour cela que les échauffourées localisées dans un périmètre pourtant restreint ont duré plusieurs heures ?

Et au bout du compte combien y a-t-il eu d’interpellations ?

Une douzaine seulement…C’est assez curieux et à vrai dire difficilement compréhensible alors que les moyens déployés étaient impressionnants, en hommes et en matériel anti-émeute, alors que la fermeture du centre ville était inédite, alors qu’il y avait vraisemblablement des hommes à vous des deux côtés.


Manif_Acipa_2003_11_22_011.jpg
Évidemment les images de « la guérilla urbaine » dont vous avez parlé seront reprises à l’envi plus que celles du char-triton, des 520 tracteurs présents ou des nombreuses familles manifestant paisiblement.

Évidemment, cela permettra d’occulter une fois encore le fond du dossier, évidemment le choeur des partisans de l’aéroport poussera des cris horrifiés en rejetant la responsabilité sur les organisateurs de la manifestation. Organisateurs qui ont pourtant tenté d’éviter l’affrontement en interposant des tracteurs entre l’imposant mur de fer érigé et ceux qui voulaient effectivement en découdre.
Organisateurs dont le métier n’est pas d’assurer l’ordre, vous en conviendrez et à qui il serait malvenu de demander de faire mieux que vous…

Organisateurs particulièrement choqués, en tout cas, par les propos du Préfet de Loire-Atlantique qui n’a pas hésité à affirmer que nous « opposants historiques » devions cesser « d’être la vitrine légale d’un mouvement armé ». Je me suis pincée pour y croire…encore un peu de temps et nous finirons nous-mêmes par être tenus pour de dangereux terroristes alors que nous avons participé loyalement au débat public, et à toutes les commissions mises en place. Débat déloyal puisqu’il y a une « vérité officielle » intangible même quand elle est contraire aux faits, aux chiffres et à la réalité.

Le Premier Ministre ne reconnaît la validité que de la commission du dialogue à qui il avait donné mission de valider à nouveau le projet, mais refuse de regarder les conclusions accablantes de la commission des experts scientifiques au regard de la loi sur l’eau. Comment croire encore à la parole de l’État ?

 

En réalité, Monsieur le Ministre, tout cela est très lisible et vieux comme le pouvoir.
Pour discréditer notre combat, et tenter de retourner l’opinion publique qui nous est aujourd’hui favorable, on fera appel à la peur du désordre, on utilisera l’image, déplorable je vous l’accorde, des dégradations commises par les méchants casseurs et on justifiera ainsi une nouvelle opération policière pour aller enfin nettoyer la ZAD de ses «délinquants dangereux », en même temps que de ses tritons et de ses paysans. Il faudra mettre les moyens (ils sont mille, ne l’oublions pas, et les tritons innombrables…) mais vous y êtes peut-être prêts pour que «force reste à la loi »?

 

Permettez-moi de vous le déconseiller car pour que nous, citoyens, acceptions désormais cette clef de voûte théorique de la société, (« la seule violence légitime est celle de l’État »), il faudrait que l’État soit irréprochable, que la loi soit juste et que ses représentants soient dignes du mandat que nous leur avons confié. Vous avez compris, je pense, que ce n’est pas le cas depuis longtemps.


photo 2

 

Depuis deux jours, j’ai lu et entendu que le centre ville de Nantes était « saccagé », qu’un commissariat avait été « dévasté », qu’il faudrait du temps pour « panser les plaies de la ville », que les dégâts ne pouvaient pas encore être chiffrés, autant dire que c’était l’apocalypse. Les mots eux-mêmes sont visiblement sens dessus dessous... Puis-je vous suggérer de venir à Nantes pour juger de la situation ? Aujourd’hui dimanche, flottait certes une petite odeur de gaz lacrymogène, mais le tramway roulait et les nantais flânaient. Je ne nie pas les poubelles brûlées, les pavés arrachés, les vitrines brisées et les murs maculés dans le secteur des affrontements. Je déplore ce vandalisme d’autant plus que nous dénonçons par ailleurs le gaspillage d’argent public qu’induirait le transfert de l’aéroport !


Mais je voudrais aussi vous rappeler que samedi des personnes âgées, des enfants ont été noyées sous les lacrymogènes. Et qu’un jeune manifestant a perdu un oeil à cause d’un éclat de grenade assourdissante. Ce n’était pas un casseur. Et cela nous rappelle le même malheur survenu déjà à Nantes, à cause d’un tir tendu de flash ball lors d’une manifestation sans violence devant le Rectorat. Les aubettes seront reconstruites, cela fera même monter le
P.I.B mais ce jeune restera, lui, marqué à jamais. Cela m’interroge sur la manière dont les forces de l’ordre utilisent leurs armes et me scandalise davantage que la casse matérielle. Et demain, si le gouvernement persistait dans son projet d’aéroport, la destruction du bocage de Notre Dame des Landes et de la vie qu’il abrite serait elle aussi irréversible.


Il faut arrêter un projet désormais dans l’impasse et régler le problème en prenant la seule décision raisonnable : respecter la loi sur l’eau, améliorer l’aéroport de Nantes-Atlantique et rendre sa sérénité à Notre Dame des Landes pour que la ZAD redevienne une campagne où vivre et travailler. Vous pourrez ainsi, Monsieur le Ministre, vous consacrer aux blacks blocs si vous le jugez indispensable.

 

Dans l’espoir de votre réponse, je vous assure de mes salutations les plus distinguées,

 

Françoise Verchère,
Conseillère générale de Loire-Atlantique

 

 

nouveau-logo-pg

Partager cet article
Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 15:00

ande-1.jpg

 

L’ANDE par son représentant au conseil d’administration déplore tous les actes de vandalisme qui ont été commis par des manifestants extrémistes (il s’agirait des black blocs).

L’ANDE n’est pas favorable à l'aéroport de Notre-Dame des Landes et elle préfère que l’argent investit soit au service du développement de l’étoile ferroviaire Nantaise et à des transports plus respectueux de l’environnement.

photo-5.JPGVandalisme sur l'espace mobilité

Cela n’empêche pas l'Association de dénoncer les actes inacceptables qui ont été commis sur du matériel et des locaux de la SEMITAN qui servent à l’exploitation du réseau de bus et tramway et à l’accueil du public.

L’ANDE demande de ne pas être associée à ces actions tout comme les associations et les partis politiques qui sont contre un projet inutile mais qui ne sont pas extrémistes.

L’ANDE ne voit pas d'ailleurs comment des partis politiques et des associations qui défendent des transports plus respectueux de l’environnement puissent casser des éléments qui servent à la vie quotidienne et sont au service de l'ensemble des nantais.

Alain Boeswillwald le directeur de la SEMITAN  estime le coût des réparations sur le réseau de transport entre 200 000 et 500 000 € .

photo-2.JPGLes équipes de la SEMITAN en action

L’ANDE aurait préféré que l’argent qui va être nécessaire à la remise en état, serve à des aménagements sur le réseau TAN pour le confort des voyageurs mais aussi des chauffeurs et des personnels de la SEMITAN. (Pour rappel : un distributeur de billet c’est environ 20 000€ selon le modèle et c’est le contribuable qui va payer la note finale).

L’ANDE se joint à la SEMITAN en tant qu'administrateur pour condamner les actes de vandalisme.

Par ailleurs, l'ANDE félicite la SEMITAN pour sa bonne communication envers les usagers lors de ces évènements. L'ANDE a constaté la présence des agents sur le terrain et les bus s'étaient adaptés à la situation.

Nicolas POINOT

Administrateur SEMITAN pour l’ANDE.

Partager cet article
Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 07:29

 

fnaut logo pdl

 

Réaction du 18 février 2014

 

En réponse au propos de M. le Maire de Château Gontier dans le H A du 14 février 2014



A l'évidence M. le Maire de Château Gontier a la mémoire qui ne dépasse pas la durée de son mandat électoral ou qui est sélective …

 

Claironner que la FNAUT n'a pas défendu le fret ferroviaire c'est oublier que l'engagement de l'association des usagers des transports des Pays de la Loire pour le ferroviaire remonte à2001 dans le Haut Anjou, année des premiers contentieux que la FNAUT a déposé contre les retranchements ferroviaires et en particulier contre celui de la ligne Château Gontier - Segré - Châteaubriant .


2006-sable-chateaubriant-nantes-tract-p2-v1.jpg

Plaquette mise à jour en 2006, la réouverture de Nantes  - Châteaubriant  était déjà programmée en 2009 ...

 

L'argumentaire « qui n'a jamais varié » de l'association a toujours été le retour du trafic mixte sur cette ligne (Fret et TER) pour pérenniser la desserte ferroviaire. Argumentaire qu'elle a défendu auprès de RFF et des collectivités et dans les E U P . Elle a d'ailleurs souvent utiliser l'exemple des établissements Maisonneuves et de son approvisionnement par le fret ferroviaire. 

  2006-sable-chateaubriant-nantes-tract-p1-v1.jpg

    Techniquement ce serait ...une voie ferrée ouverte au trafic mixte voyageurs et marchandises... (extrait...)

 

Elle a même été avec 2 autres associations (RE gare et l'Association des modélistes ferroviaires de la Mayenne) à l'origine d'une initiative pour relancer des circulations touristiques entre Sablé et Château Gontier ...toujours dans l'optique de préserver le capital ferroviaire.

 

La FNAUT s'est mobilisée également lors de la disparition du guichet de la gare de Château Gontier , craignant que le départ de l'opérateur historique ne marque la fin du ferroviaire à Château Gontier.


touche pas à ma gare

  Touche pas à ma gare ...

 

Maintenant il faut l'avouer, la FNAUT n'est pas dans les secrets d’alcôve de RFF, des collectivités et des industriels. Et à part nos déclarations et nos communiqués, l'association n'a pas pu témoigner d'autres soutient … Nous en sommes bien désolé mais M. Le Maire ne peut pas nous reprocher de ne pas avoir défendu « son projet » de fret ferroviaire, pour la bonne et simple raison qu'il aurait fallu en être informé. CQFD

 

Autre élément de notre préoccupation pour préserver le capital ferroviaire, lors de la réunion concernant la création d'un cheminement « modes doux » à la gare, nous avons marqué notre très grande réserve concernant la mise en place d'un grillage sur le quai car il allait empêcher toute utilisation d'exploitation ferroviaire des lieux (fret, touristiques …). C'est pourtant ce qui a été entériné malgré notre avis et ce en présence de M. Henry.


imm002-3a.jpg

Les transports publics sont quasiment absents du paysage urbain à Château Gontier .  "Pégase" où es tu ?

 

Concernant maintenant les transports collectifs, visiblement ce dossier a du mal à progresser puisque le 1er appel public à candidature pour un marché de transport de voyageurs a été infructueux et qu'il a été lancé le 24 décembre dernier un nouveau... M le Maire peut lancer tous les schémas territoriaux de mobilité du monde qu'il veut si son appel d'offre n'a pas de réponse, le schéma restera bancal...

 

Quant à la rocade nord, si l'objectif est d'améliorer les relations avec Nantes, la FNAUT rappelle seulement que la voie ferrée Château Gontier - Segré - Châteaubriant  avait pour desserte finale Nantes. Pour s'en convaincre il suffit d'attendre le 28 février 2014 puisque le Tram Train sera inauguré entre Nantes et Châteaubriant … La FNAUT mettait déjà en avant le retour du train sur cet axe.il y a plus de 10 ans..

 

Concernant la Rocade Nord il est assez surprenant qu’en 2014, on puisse proposer un aménagement routier qui est ou sera :

 

+ toujours plus gourmand en financement,

 

+ toujours plus consommateur d’espace,

 

+ toujours plus exclusif (au dépend de la voie de chemin de fer) et réducteur de l’offre de transport à la seule voiture.

 

+ toujours plus gênant pour les riverains en terme de nuisances.


Et cela sans jamais avoir organisé les déplacements dans la communauté de communes en dehors du schéma traditionnel de la voiture. D’autant que force est de constater que cette rocade Nord ne contribuera pas à réduire le trafic routier, bien au contraire. Les infrastructures nouvelles dopent les trafics qui se cumulent mais ne les suppriment pas. 

 

Pour la FNAUT

Fabrice EYMON

Partager cet article
Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 23:09

fnaut logo pdl

samedi 22 février 2014

 

La FNAUT a participé à la manifestation de ce jour, samedi 22 février à Nantes contre le projet d’aéroport à Notre Dame des Lande.

 

La FNAUT réclame une véritable politique de transport qui nécessite de passer du soutien au trafic aérien, le plus polluant et le moins taxé, à la promotion des modes de transports sobres en énergie : éco redevance, financements des projets de réseaux urbains, amélioration du réseau ferroviaire.


photo-1.JPG

Kiev ??? ; non  Nantes Février 2014

 

Elle regrette la présence d’une petite minorité de casseurs qui ont, en fin de manifestation, dénaturé une lutte pacifique dont la justesse des arguments finit par convaincre une majorité de français.

 

20140222_191915.jpgCasseur : 0 ; Vinci : 1

Partager cet article
Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 17:00

fnaut logo pdl

 

Tous ensemble, tous ensemble...

 

Retrouvez les militants de la FNAUT à la manifestation de Nantes...

 

Le rendez-vous est fixé à 13h devant la Semitan...

 

Vous participerez ainsi au cortège contre le projet de Nortre Dame des Landes...

 

Attention le cortège part à 13h de la préfecture  et  les circulations de bus et de tramways sont coupés vers 11h30 en centre-ville : infos ici . Prévoyez vos temps de parcours en conséquence.

 

22 02 14
Partager cet article
Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 06:30

  fnaut logo pdl

 

 

Communiqué du 20 février 2014

 

La FNAUT rappelle son opposition

au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes


A l’occasion du rassemblement, prévu le 22 février, des opposants au projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes, la FNAUT réaffirme son opposition de longue date à ce projet bâti sur des arguments fallacieux, des rêveries et des risques financiers.

 

 

Des arguments fallacieux


L'aéroport existant de Nantes-Atlantique n'est pas dangereux ; il peut accueillir plus de trafic qu’aujourd’hui, y compris à longue échéance ; ses nuisances sonores peuvent être réduites. Un nouvel aéroport nantais est donc inutile.

Les conséquences environnementales de la construction du nouvel aéroport « HQE » seraient graves malgré une soi-disant « intégration dans la trame bocagère » : artificialisation de terres agricoles, induction de trafic routier, encouragement à l'urbanisation diffuse. 

 

le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

Des rêveries


Alors que Nantes-Atlantique n’est que le dixième aéroport français, le nouvel aéroport n’offrira pas de relations intercontinentales « ouvrant le Grand Ouest sur le monde ».


Lyon – Saint-Exupéry, dont le trafic est plus de deux fois supérieur à celui de Nantes, ne propose aucun vol vers les Etats-Unis ou la Chine, alors que sa zone de chalandise - Rhône-Alpes, Auvergne et une large partie de PACA - est bien plus peuplée que le Grand Ouest.

 

Des risques financiers sous-estimés


La réalisation du nouvel aéroport implique des coûts immédiats non comptabilisés (accès routiers, construction et exploitation d'une desserte ferroviaire, entretien et gestion de l’aéroport actuel maintenu) et, à plus long terme, des risques financiers pour la collectivité.


Le projet est contradictoire avec la « transition écologique » et la préservation de la biodiversité et du climat souhaitées par le gouvernement, et avec la nécessité impérieuse d'économiser l'argent public.


Le gouvernement ne doit pas s’entêter, le projet doit être abandonné (comme l’a été le deuxième aéroport de Toulouse) au bénéfice d’une amélioration de l’aéroport existant, des transports régionaux et des liaisons ferroviaires avec Roissy et Orly, Bordeaux, Clermont-Ferrand et Lyon.

 

 

Contact presse : Dominique Romann, membre du Conseil national de la FNAUT

et du bureau de la FNAUT Pays de la Loire, tél. 02 40 38 01 06.

 

22 02 14

Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 07:46

place-au-velo.png

 

Laval, le 9/2/2014

  A Monsieur ......................................

candidat tête de liste aux élections

municipales et son équipe.

 

Objet : politique de déplacements à Laval,

 

 

Chacun doit pouvoir choisir son mode de déplacement en ville sans être insécurisé. La réduction des déplacements individuels motorisés et leur vitesse pour les déplacements de proximité doit être recherchée.

 

Il s’agit du partage de l’espace public qui prend davantage en compte piétons, cyclistes et bus pour plus de sécurité, de convivialité, de qualité de l’air, moins de bruit et c’est bon pour le commerce.

 

Les usagers doivent être associés jusque dans les aménagements à créer.

 

Les continuités cyclables sont à poursuivre. Les doubles-sens cyclables et sas aux feux sont à généraliser puisqu’ils donnent satisfaction. Des appuis-vélos manquent,…

 

La circulation de transit par le centre ville des individus motorisés doit être dissuadée par des aménagements conçus pour réduire la vitesse.

 

Pourrez vous travailler dans ce sens, pour la vie locale, comme l’illustre la brochure ci-jointe « la ville à 30km/h…ça marche » (regardez aussi ce que font, par exemple, Rennes, Nantes, Angers ou Lorient) ?

 

 

 

Le président

Philippe Mottier

 

Association « Place au vélo »

64 rue Prosper Mérimée à Laval

 

 

 

N.B. : pour information, projets pour avril :

 

+ bourse aux vélos, le samedi 12/4 prés de la halte fluviale,

+ gravage des vélos contre le vol avec Véloland le 26/4

 

P.J. brochure

 

Bourse-velo-5-04-08-151.JPG

Partager cet article
Repost0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 08:00
P1110875IMGP6779.jpg
L'Observatoire Régional des Transports,

a le plaisir de vous convier au Mardi de l'ORT

OFP*, transport combiné ou multimodal,...
Quelles initiatives dans le fret ferroviaire en Pays de la Loire ?

 

qui se déroulera


 

le mardi 25 février 2014 à partir de 14 h

 au Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire
18 quai Ernest Renaud - Nantes)


imageort

 
Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques