Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 07:30

Analyse et préconisations pour le transport des vélos dans les trains SNCF, présentées par les Associations avant la rencontre avec le Ministre le 31 janvier  ...


"L’AF3V et les associations et fédérations d’usagers FUB-FNAUT-FFCT-FFUTAN-MDB, ainsi qu’un voyagiste (Blue Marble Travel), avaient demandé à être reçu par Frédéric Cuvillier, ministre délégué, chargé des Transports et de l’Economie maritime, pour évoquer l’importance de l’inter modalité train+ vélo dans le développement du tourisme à vélo.

 

Cette demande faisait suite aux propos de Sylvia Pinel, Ministre du Tourisme qui affirmait le 5 juillet 2012 à l’occasion de l’inauguration d’une véloroute, sa volonté de faire de la France une destination majeure pour ce type de tourisme."

    logofnaut2012image001http://leblogdalternacom.files.wordpress.com/2012/09/logo-mdb.jpg http://www.7lieux.com/IMG/gif/mime-attachment-2.gifhttp://www.af3v.org/images/logo_af3v.gifffct-velo.jpg

 

 

Transport des vélos dans les trains nationaux et internationaux de longue distance

et dans les trains d’équilibre des territoires


 

L’ambition affichée par le gouvernement de faire de la France la première destination en Europe du tourisme à vélo et de doubler la part de ces séjours d’ici 2020 implique une politique globale et cohérente.


Elle concerne tant la promotion de la Destination France à vélo, la mise en place d’infrastructures (véloroutes et voies vertes), l’amélioration des conditions d’accueil des cyclistes (label accueil vélo) que la facilité d’accès aux transports ferroviaires. Les unes ne vont pas sans les autres.


Or, de plus en plus, l’accès aux trains nationaux et internationaux devient un frein au développement du tourisme à vélo.

 

1. Une ambition : la France première destination européenne du tourisme à vélo


Les retombées financières du tourisme à vélo sont importantes. D’abord mises en évidence chez nos voisins, elles ont été chiffrées par l’agence française d’ingénierie touristique :


+ 8 millions de séjours touristiques dont près de 2 millions de séjours de cyclistes étrangers profitant notamment aux régions frontalières (Franche-Comté, Alsace) à l’itinéraire la Loire à Vélo, au tour de Bourgogne..


+ 7 000 km de véloroutes et voies vertes, 50 000 km d’itinéraires VTT balisés en France, des aménagements qui génèrent de nombreux emplois directs pour leur conception, réalisation, entretien, valorisation, et indirects (hébergement, restauration, animations…) ;


+ Des dépenses entre 50 et 70 € par jour et par cycliste. La part modale du train dans les déplacements liés aux séjours itinérants est de 40% : c’est trois fois plus que la moyenne des touristes, une performance liée notamment à leurs besoins spécifiques (accéder à leur point de départ, trajets en cours de voyages, revenir). Sur l'Eurovélo 6 en France, 40% des itinérants à vélo utilisent le train pour accéder à l'itinéraire ou durant leur séjour. Le train est le mode d'accès privilégié par les Allemands et les Suisses, mais aussi par une part non négligeable d'Italiens, d'Espagnols, d’Anglais et de Français.


P1090937 Les fourgons vélos dans les Interloires.... Un exemple à transformer !

 

2. Une condition pour réussir : faciliter le transport des vélos dans les trains


Tout comme celui de la voiture dans les années soixante, l’usage du vélo ne peut se développer sans un environnement favorable.

Dans la chaine du déplacement d’un touriste à vélo, le train est souvent le premier contact avec le pays, la région, la culture française. Le randonneur à vélo se sent-il accueilli ou bien marginalisé, rejeté ?

 

La SNCF a été la première compagnie ferroviaire européenne à accepter les vélos non démontés dans les trains à grande vitesse. Le développement accéléré de la mise en service de TGV Duplex qui ne comporte aucun aménagement pour les vélos remet en cause cette avancée.


La dégradation des conditions de transport des vélos sur les lignes à grande vitesse de la SNCF (réduction de moitié des places vélos dans les TGV-A, suppression pure et simple de ce service sur certaines lignes) est incohérente avec l’ambition affichée par l’Etat de faire de la France la première destination européenne du tourisme à vélo. Elle déconsidère également les investissements financiers des Régions, Départements et Communes pour la construction d’un schéma européen et national de véloroutes.


La majorité des lignes ferroviaires internationales touchant la France est interdite aux cyclistes avec leur vélo non démonté. C’est le cas dans quatre des six grands pays frontaliers (France-Italie, France-Espagne, France Belgique, France-Royaume Uni), partiellement sur un pays (France-Allemagne), autorisée sur un seul pays (France-Suisse). Nos frontières ferroviaires se ferment de plus en plus aux cyclotouristes étrangers.


P1020532.jpg

En gare de Tours ancienne disposition des stationnements vélos : un exemple a péréniser...


Sur les trains longues distance à réservation obligatoire, la création d’espaces vélos à partir de sièges relevables a démontré que la demande peut être satisfaite sans diminuer la capacité en places assises aux heures de pointe, et que le chargement/déchargement du vélo par l’usager n’entraîne aucune contrainte d’exploitation.

Le transport des vélos non démontés ne pénalise donc pas l’économie du transport ferroviaire Seules l’ignorance et l’absence de volonté des opérateurs ferroviaires peuvent expliquer leur faible prise en compte de ce segment de marché.

 

Paris, le 31 janvier 2013

A  suivre

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 12:05

rac.giflogofnaut2012

 

Communiqué de presse du RAC  

Avril 2013

 

Les rapports des commissions du dialogue et des experts, qui intègrent bien les préoccupations en terme de biodiversité locales, laissent de côté un volet pourtant majeur et mis en avant à Rio par François Hollande : le climat.

 

Climat : le grand oublié

 

Les rapports des Commissions du dialogue et des experts confortent enfin les craintes des associations environnementales soucieuses de préserver la biodiversité locale qui serait mise à mal par la réalisation du projet d’aéroport. En revanche, elles font fi des problématiques globales que constitue la raréfaction des ressources et les changements climatiques.

Pourtant, de par ses rejets de CO2, de Nox et de vapeur d‘eau, le trafic aérien produit 5% des émissions mondiales de gaz à effet serre, et continue de croitre. Les émissions de gaz à effet de serre issues de l’aviation ont connu une augmentation de plus de 100% depuis 1990 ! Malgré cet impact non négligeable sur le climat, le secteur aérien, très peu régulé, est paradoxalement exempt de toute participation à l’effort mondial de lutte contre le changement climatique et reste en France gracieusement subventionné ! (1)

Notre Dame des Landes est incompatible avec la transition énergétique

Compte tenu de l’urgence de la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, il est impensable de continuer cette politique de l’offre qui, accentuée par le développement des low-costs, aura pour effet d’augmenter le trafic aérien, au détriment du report modal. Or une hausse prolongée du trafic aérien serait contradictoire avec le scénario de transition énergétique de Négawatt étudié au sein du débat sur la transition énergétique et qui prévoie notamment une diminution du trafic aérien intérieur pour atteindre le facteur 4.

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTbatS5CbkIAzS66u-Bh1-GYcIic9U1r0Tfy6mlUb--usxca7Gx

 

Il faut abandonner le projet d’aéroport

Les infrastructures de transports, en particulier celles qui sont décidées aujourd’hui et qui déterminent le trafic de demain, doivent être en cohérence avec la transition énergétique.

Pour Morgane Créach, Directrice du RAC, « à la fois la commission du dialogue et le Premier Ministre ont fait table rase de l’enjeu essentiel du dérèglement climatique. Alors que le Gouvernement a déclaré vouloir faire de la transition énergétique une priorité du quinquennat, il faut abandonner le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, un projet dispendieux, inutile et anachronique, et réguler le secteur aérien de façon à ce qu’il contribue à la hauteur de ses impacts, à la lutte contre le changement climatique. »

Appel à la mobilisation

Pour faire pression sur les décideurs qui ferment encore trop souvent les yeux sur ces enjeux, et pour refuser catégoriquement le projet de NDDL, nous vous donnons rendez-vous samedi 13 avril à la ZAD pour la manifestation « Sème ta ZAD » et le 11 mai au même endroit pour la grande chaine humaine.

 

- Site du RAC-France

 

(1) Sur le plan international, les émissions de CO2 ne sont pas couvertes par Kyoto et l’Union européenne a mise entre parenthèse l’inclusion des vols extra européens dans son système d’échange des quotas. Au niveau national, le kérosène utilisé comme carburant dans l’aviation ne subit ni TVA ni TICPE. Le taux de TVA sur les billets d’avions nationaux est réduit et nul pour les vols internationaux. Pour en savoir plus : http://www.rac-f.org/DocuFixes/stop...

 


Lorelei Limousin, Chargée de mission Transports au Réseau Action Climat :
lorelei@rac-f.org et 01 48 58 89 77

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 08:00

Une Chaîne Humaine contre le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes


affiche-chaine-humaine-9fevrier2013-mini

 

45 ans de lutte pour faire sauter les verrous régionaux et donner un éclat national et symbolique à l'opposition au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes.

45 ans pour que 40 000 personnes se lèvent contre le gaspillage d'argent public, la destruction de terres nourricières et l'inutilité du projet aujourd'hui techniquement dépassé.

45 ans pour que de nombreux journalistes s'emparent de ce sujet brûlant.

2013 année décisive pour enterrer le projet !

L'État a repoussé le début des travaux de 6 mois. Saisissons cette opportunité.
 

 

Tous, nous pouvons faire de cette chaîne humaine un moment historique !

Rendez-vous le 11 mai 2013 sur la ZAD
pour la constitution de la chaîne à 14h00.
 

Chaîne Humaine du 11 mai : l’organisation pratique de ce grand évènement se poursuit de manière dense et les équipes de travail ne demandent qu’à être étoffées.

 

« Enterrons le projet ! », c'est le slogan mobilisateur qui a été retenu pour mobiliser le plus de personnes, le 11 mai, tous unis main dans la main, contre ce projet inutile. 

 

A l'organisation de la chaîne humaine, c'est joint la fabrication de plus de 1 000 panneaux explicatifs qui vont fleurir le long des routes de France... Le 11 mai, un hélicoptère survolera la chaîne humaine pour une retranscription nationale et internationale de notre geste politique fort, soutenu également par deux soirées de concerts avec des artistes engagés...

 

Vous pouvez participer à cette chaîne humaine de 3 façons :


+ vous serez présent et vous souhaitez participer financièrement à l’opération (modique somme de 2€ souhaitée)

 

+ vous serez présent mais vous ne souhaitez pas participer financièrement à l’opération,


+ vous ne pourrez pas être présent mais vous souhaitez participer financièrement à l’opération.

 

Sur le site internet, http://www.chaine-humaine-stop-aeroport.org, il est possible de faire son choix selon ses convictions !

 

le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 09:00

Les opposants au projet répondent au promoteur de Notre Dame des Landes et en particulier à la "com" officielle. Celle du PS en particulier qui a distribué dernièrement un tract dont le contenu contient un certain nombre d'omissions que le texte ci-dessous corrige...

 

Désintox : Notre-Dame-des-Landes ou les "bobards du PS"

1/ Un nouvel aéroport mal conçu, comme on n’en fait plus depuis les années 70
 

Pour un trafic prévu à terme à 9 millions de passagers, une piste suffit amplement. La DGAC a prétendu que la loi imposait deux pistes à partir de 4 millions de passagers, c’est faux. Les deux pistes ne sont pas parallèles, ce schéma ne se fait plus nulle part depuis les années 70.


Il impose trop de contraintes dans l’utilisation des pistes. Elles n’ont pas de taxiways (voies de dégagement) dans la version prévue pour 2017. Plusieurs dizaines de pilotes de ligne,  réunis en collectif, sont très critiques, vu le nombre important de failles techniques du dossier.


ndl presse ocean

 

2/  Zones humides : ce projet est contraire à la Loi sur l’Eau

 

Il y a 50 ans, on n’avait pas conscience du rôle des zones humides et elles ont été détruites en très grand nombre. On pensait même bétonner les marais salants de Guérande ! Aujourd’hui leur rôle primordial est reconnu : sur le climat, les écoulements, la qualité de l’eau, la dépollution… Et la loi les protège. Quand bien même il faudrait un nouvel aéroport, il ne doit pas être situé à cet endroit !

 

Pour un projet de construction sur une zone humide, il faut :


1) prouver qu’il n’y a pas d’alternative : cela n’a pas été fait pour le projet d’aéroport;


2) chercher à réduire les impacts : faire deux pistes et des parkings à l’horizontale augmente au contraire les impacts ;


3) compenser en créant de nouvelles zones humides : surface identique à proximité, surface double plus loin.


Il est impossible de compenser les surfaces qui seraient détruites par le projet. Vinci et l’État ont donc proposé une méthode «expérimentale» pour passer outre. Au-delà du projet d’aéroport, si cette méthode était validée, ce serait la fin de la protection des zones humides et l’arrivée d’un droit à les détruire !


Fresque 2006 06 25 07

 

3/ Le projet est contraire au Grenelle de l’Environnement

Le projet est contraire à la loi Grenelle 1 qui affirme la nécessité de « lutter contre la régression des surfaces agricoles et naturelles, contre l’étalement urbain, assurer une gestion économe des ressources et de l’espace ».

 

Elle demande que toutes les alternatives soient examinées avant tout projet de nouvelles infrastructures. Le projet a été classé «grenello- incompatible » par toutes les grandes associations environnementales.

 

4/  Les bases économiques du projet sont contestées

Le collectif des élus qui doutent de la pertinence du projet (CéDpa) a fait expertiser l’analyse économique de 2006 qui concluait à un avantage économique du projet.

Le cabinet d’experts CE Delft est formel : ce projet représente un coût global pour la société, et non pas un avantage. L’optimisation de l’aéroport existant serait par contre un avantage global.


Entre autres éléments de cette expertise, il est question de la valeur donnée à une heure de temps gagnée par un passager. Il semble que l’étude de 2006 ait multiplié par cinq le coefficient de valorisation pour certaines dates, ce qui a permis de valoriser à 911 millions d’euros le temps gagné par les passagers sur 30 ans, soit 80% des avantages du projet d’aéroport !

 

Plus d’un an après la publication de l’expertise, la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) a rédigé une note tentant de valider les données de 2006. Cette note très incomplète a plutôt pour effet de raviver les doutes sur la probité des calculs de 2006. Il est d’ailleurs surprenant que dans l’analyse économique de 2006  elle-même, le bruit ne compte que pour 1 à 2% des avantages du projet et l’urbanisation pour moins de 10%! L’essentiel des avantages de ce projet serait donc le temps gagné par les passagers !
   badge

 

Le CéDpa a saisi le Conseil d’État pour demander l’abrogation de la déclaration d’utilité publique de février 2008, puisqu’un de ses fondements se révèle erroné.

 

Plus d’information sur : aeroportnddl.fr

5/  Un projet destructeur d’espèces protégées

 

Du fait de la création de la « zone d’aménagement différé » dans les années 60, les terres du projet ont échappé à tout remembrement. Un grand nombre d’espèces protégées y sont aujourd’hui recensées, tant pour la flore que pour la faune. 200 naturalistes indignés par le projet procèdent à des relevés tous les mois sur la zone.

 

Plus d’informations sur : naturalistesenlutte.overblog.com

 

Pour aller plus loin :

Si vous avez envie d’aller plus loin dans la connaissance de ce dossier, voici la liste des fiches argumentaire disponibles sur acipa.free.fr, rubrique «Ce qu’il faut savoir» :

 

Coordination des opposants au projet d’aéroport

  Avril 2013


le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

Pour découvrir le document dans son intégralité :  voir

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 08:00

Lors de son A.G., la FNAUT Pays de la Loire et l'APNB ont évoqué la situation de la ligne Nantes -Bordeaux...  Le quotidien Régional a fait échos de nos inquiétudes à travers un long entretien que Gérard Gautier a consacré à la journaliste Isabelle Moreau et dont l'essentiel est repris dans l'article ci-dessous...  

logo-ouest-france

Le Nantes-Bordeaux à la reconquête de sa voie                                      lundi 29 avril 2013

 P1100690

Gérard Gautier se situe à droite sur le cliché

 

La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (1) bataille pour que cette ligne, qui traverse trois régions, soit modernisée.

Entretien

Gérard Gautier, militant à la FNAUT depuis 40 ans.

 

Pourquoi, aujourd'hui, à l'ère du TGV, met-on 4 h 15 pour faire Nantes-Bordeaux ?

 

Dès le départ, le tracé a été mal fait. Il faut savoir que ce tracé date de l'origine des chemins de fer. Vu d'avion, il ressemble à un serpent. À l'époque, il n'y avait pas assez d'argent pour exproprier les paysans... Comme la ligne n'est pas électrifiée, le TGV ne peut pas y aller. Nantes-Bordeaux, ce sont des trains remorqués par des locomotives thermiques. Avant, on avait six trains par jour (cinq l'hiver). On pouvait même aller jusqu'à Vintimille, en Italie ! Aujourd'hui, il ne reste plus que trois trains de jour. Et les trains de nuit ont disparu. Faire Nantes-Bordeaux à la vitesse d'un escargot en 2013, c'est une honte ! Dire qu'on mettait moins de temps en 1973...


2005-voie-ferree-nantes-vers-bordeaux-1v.jpg

Entre Nantes et Bordeaux par le train... il n'y a pas photo sur l'Etat de la voie

 

La Fnaut dénonce, avec d'autres associations, l'état de la ligne. Notamment sur le tronçon La Roche-sur-Yon/La Rochelle.

 

La ligne traverse trois régions, les Pays de la Loire, le Poitou-Charentes et l'Aquitaine. La section La Roche-sur-Yon/La Rochelle est la plus critique. Elle est très abîmée. Des travaux ont été engagés pour 2 millions d'euros. Mais ça ne suffit pas. Il faudrait que la ligne complète soit modernisée (ndlr, le coût a été évalué à 222 millions d'euros). C'est une ligne d'intérêt national, sauf que l'État la délaisse. Or le trafic du littoral, dont la démographie est en hausse, ne demande qu'à progresser. La section La Roche/La Rochelle est en deux voies. RFF (Réseau ferré de France) veut la passer en voie unique. Nous pas... Le trajet serait encore plus long ! Avec toutes les correspondances du Nantes-Bordeaux, il y a toujours des retards. Si on passe en voie unique, ces retards seraient encore amplifiés !


2005-la-roche-sur-yon-corail-1v.jpg

C'était avant l'électrification de la voie entre la Roche sur Yon - Nantes... en 2006. Rien a changé après...

 

Vous avez une autre crainte. Que la SNCF fasse passer les voyageurs par Tours...

 

Oui, en court-circuitant La Roche-sur-Yon, La Rochelle, Rochefort, Saintes. Pourtant, dans chacune de ces villes, il y a tout un réseau important de correspondances. La SNCF veut habituer les gens à faire Nantes-Tours en TGV ou en TER et puis Tours-Bordeaux en TGV. Or c'est plus long et c'est plus cher ! La SNCF fait comme si entre le TGV et le TER, il n'y avait rien. Or, le TGV ne pourra jamais couvrir tout le territoire français.

 

Comment améliorer le Nantes-Bordeaux ?


Il faut revenir à une desserte de qualité. Et la qualité, ça n'est pas qu'une question de rapidité. C'est l'accueil, le confort, les fréquences, les correspondances... C'est un tout. Les locomotives diesel de cette ligne sont vieilles et fatiguées. Il faudrait acheter des automotrices modernes. Nantes-Bordeaux en 3 h 30, ça n'a rien d'utopique, ç'a déjà été fait ! C'est aussi une question d'entretien des infrastructures mais ça, ça coince.

 

 

 entretien réalisé par Isabelle Moreau à l'occasion de l'AG de la FNAUT

Ouest France 

 

(1) La Fnaut défend les usagers de tous types de modes de transport. Créée en 1978, cette association de consommateur compte 160 antennes en France.

 

Photo FNAUT

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 07:00

nv logo fnaut

 

 

En effet Nantes pourrait bien être la future ville qui accueillera le Congrès de la FNAUT...

 

La FNAUT Pays de la Loire a en effet entériné à l'unanimité la décision de proposer la candidature de Nantes comme ville pour accueillir le prochain congrès de la FNAUT en octobre 2014.

 

Si sa candidature est acceptée, Nantes recevrait donc pour la deuxième fois un Congrés de la FNAUT, la première fois c'était en 1985 ... Au temps du retour du Tram dans la ville...

 

Selon les "bookmakers" ou les preneurs de paris, Nantes serait très bien coté... et assuré de l'emporter ...

 

On verra ...

 

P1060726P1070118

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Les brèves de la FNAUT (l'actualité)
commenter cet article
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 22:00

  P1000988.JPGP1090921

La gare multimodale : côté voiture et côté transports collectifs...

 

195 297 € pour le Pôle d’échanges multimodal de Laval

 

C'est presque un mois après le vote par commission permanente du Conseil Régional des Pays de la Loire d'une enveloppe de 195 297 € pour des études complémentaires et de travaux sur le Pôle d’échanges multimodal de Laval que l'information est communiquée officiellement par voie de presse. En effet c'est lors de la Commission Permanente du lundi 8 avril dernier que la décision a été votée.

 

Ce vote concerne principalement les aspects d’accessibilité et des études de conception relative au réaménagement du bâtiment voyageurs en gare de Laval.

 

Reste que la FNAUT n'a toujours rien vu de l'aménagement ... et n'a bien évidemment pas été consulté ... même si elle en avait fait la demande...


 

2006-03-09-laval-gare-nord-.jpggarelavalpasserelvuepoled--echange0905.jpg

Quelques vues de la passerelle...

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Mayenne
commenter cet article
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 08:00

agrocarburants -thieury-fotolia cp

 

" Les banques françaises participent à l’insécurité alimentaire mondiale croissante en finançant les grands producteurs d’agrocarburants..."

 

Selon un rapport publié le 17 avril – journée internationale des luttes paysannes – par Oxfam France, les principales banques françaises auraient accordé entre 2009 et 2012 plus de 4 milliards d’euros de prêts aux dix principaux producteurs européens d’agrocarburants, et auraient émis pour ces entreprises des actions et obligations pour un montant total de plus de 3 milliards d’euros.

 

Oxfam France demande aux banques françaises de renoncer à financer les producteurs d’agrocarburants, qui mettent en péril la sécurité alimentaire mondiale.

 

Dans son rapport intitulé "Agrocarburants : les banques françaises font le plein", l'association établit un classement des différentes banques françaises qui financent le plus les producteurs d’agrocarburants basés en Europe ...

 

Pour en savoir plus  lire ici  ou sur le lien ci-contre...

http://www.oxfamfrance.org/Agrocarburants-les-banques,1670

 


 

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Il faut sauver ... Agir avec la FNAUT
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 08:00

La FNAUT va participer à une table ronde organisée par le CER SNCF ... 

Colloque CER – 13 juin 2013

http://www.cer-sncf-regionnantes.com/wp-content/uploads/2013/04/Logo-colloque2013_200313-e1366970656724.jpg

Le CER de Nantes organise un colloque régional le 13 juin 2013 au Palais des Congrès du Mans à partir de la question suivante :


Quel avenir pour le Service Public SNCF en Pays-de-la-Loire ? 

 

Les débats réuniront des personnalités politiques, des associations d’usagers, des élus de la République, des acteurs économiques et les organisations syndicales ainsi que la Direction régionale SNCF autour de deux tables rondes :

 

1. Etat des lieux des trafics SNCF en région et recensement des besoins,

 

2. Perspectives de développement et financements.

 

Les sujets FRET, INFRA et voyageurs seront débattus à l’échelle du territoire dans un environnement juridique et réglementaire en pleine évolution.

 

 

- Cliquez ici pour télécharger le programme


Cliquez ici pour télécharger le plan d’accès


Cliquez ici pour télécharger le dossier de presse

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Les brèves de la FNAUT (l'actualité)
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 08:30
site-internet-APRF-la-F-la-S.jpg
C'est assez rare mais il est bon de le signaler car voilà un site qui ne manque par d'intérêt et de documents. Il est spécialement destiné a alimenter le dossier de réouverture de la ligne (Le Mans) La Suze Sur-Sarthe- La Flèche.
Son auteur, Ferrand Gregory, a déjà réalisé un mémoire sur la réouverture de cette ligne et travaille actuellement avec le collectif Fléchois de défense des services publics sur ce même projet.

 

Ce site internet (voir) est encore en construction mais déjà des éléments s'y trouvent. Certaines informations sont encore incomplètes et les manquements vont être progressivement comblés. 

Repost 0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques