Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 08:00

logo2

 

Une Pétition pour améliorer le réseau LILA...

 

 

Treffieux, le 10/01/2013


Conseil général de Loire-Atlantique

Monsieur le Président

BP 94109

44041 Nantes Cedex 1

 

 

Monsieur le Président,


Nous avons constaté depuis quelques temps une augmentation des voyageurs sur la ligne 42 du car Lila. Il arrive parfois que le conducteur soit obligé de refuser des passagers parce que le car au départ du Cardo à 17h47 est complet.

 

Ce grand nombre de passagers peut s’expliquer par le fait qu’il n’y a aucun car de la ligne 42 entre 15h30 et 17h47.

 

Depuis quelques temps un car a été rajouté à 17h45 pour décharger la ligne 10.

Mais il ne correspond pas à la demande car il n’y a que très peu de passagers. Et comme il est terminus à Nozay, il n’a aucun intérêt pour toutes les personnes habitants après Nozay.

 

Les passagers quotidiens ou occasionnels de la ligne 42 demandent donc qu’un nouvel horaire soit mis en place afin de répondre à leurs besoins.

 

Ce nouvel horaire aurait pour avantage de décharger le car de la ligne 10 qui est à 17h15 au départ du Cardo.

 

Vous trouverez ci-joint une pétition regroupant 76 signatures (tous les signataires sont des usagers de bus Lila) afin qu’un car de la ligne n°42 soit mis en service à destination de Châteaubriant, au départ du Cardo à 17h15 et qu’il soit maintenu pendant les vacances scolaires.

 

Nous vous remercions par avance de bien vouloir prendre en compte notre demande.

 

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en nos sincères salutations..

 

 

Contact :

Mme Karanke

10 rue du Don

44170 Treffieux

anne.karanke@sfr.fr

 

 

loire-atlantiqueP0147.jpg

 

 

Nous demandons qu'un nouvel horaire de la ligne régulière n°42 direction Châteaubriant soit mis en place avec un départ du Cardo vers 17h15 (y compris pendant les vacances scolaires).

 

Nom Prénom Commune Q 0 Signature
           
           
           
           

 

  Q . quotidien - 0 . Occasionnel

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Loire Atlantique
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 10:00

 

Communiqué de presse du CéDpa                                                                                                               Le 18 janvier 2013

 

 

 Nantes Atlantique : un bon cru 2012, qui ne justifie toujours pas Notre Dame des Landes !

 

 

Les chiffres définitifs 2012 de l’aéroport viennent d’être publiés et sont abondamment commentés par les tenants du transfert qui y voient la confirmation de leur point de vue. Pourtant il n’y a rien là de nouveau ou de définitif. Oui, avec 3,6 millions de passagers et 47 900 mouvements, Nantes Atlantique connaît pour la deuxième année consécutive une hausse importante du nombre de ses passagers, comme d’autres aéroports d’ailleurs. Bordeaux a accueilli 4, 4 millions de passagers (plus 8, 9%) et Toulouse 7,55 millions (plus 8,2 %).

 

La volonté d’attirer des compagnies low-cost comme Volotéa porte effectivement ses fruits, au moins à court terme, c'est-à-dire tant qu’existent des aides substantielles, par réduction des taxes, (80 % la 1ere année, 50 ou 60 % la deuxième…). Quel est le montant total de ces dégrèvements ? Comment justifier que pour l’immense majorité des habitants les transports collectifs voient leur tarif augmenter (le train notamment) et que quelques uns puissent partir à l’autre bout de la France pour 20 € comme le vantait une publicité récente ?

 

Qui paie ? Personne n’a oublié Ryanair, fermant son siège de Marseille, fermant la ligne Nantes-Londres pourtant remplie. …

 nantes atlantique

"et les transports collectifs arriver enfin sur le site", l'ancienne ligne de Nantes à Pornic longe l'aérogare de Nantes Atlantique...  

 

Combien de temps cette forte progression durera-t-elle, nous n’en savons rien. Mais nous n’avons jamais nié qu’il y aurait une augmentation du nombre de voyageurs dans les années à venir. La contre-étude du cabinet CE/Delft l’admet tout à fait même si elle est moins optimiste que les porteurs de projet. Et en tout état de cause, Nantes Atlantique a les capacités physiques pour absorber cette croissance. L’aérogare peut évidemment être améliorée et agrandie, les parkings optimisés et les transports collectifs arriver enfin sur le site.

 

Quant aux mouvements, l’augmentation de 2012 existe, entre autres vraisemblablement parce que les nouvelles lignes font baisser l’emport moyen, mais les chiffres n’ont pas « explosé » comme le prévoyait en 2003 M.Batard, alors président de la chambre de commerce. Se fondant sur les prévisions de trafic de l’A.I.T.A (association internationale des transports aériens), il affirmait alors (Presse Océan du 9 janvier 2003) que « dès 2010, avec 3 millions de passagers, on serait passé de 40 000 à 75 000 mouvements… ». ! Nous en sommes à 47 900. Et nous soutenons que de nouvelles procédures d’approche à Nantes ainsi que la mise en réseau des aéroports existants de l’ouest permettront de ne pas augmenter de manière insupportable les mouvements et donc le bruit pour les habitants de l’agglomération. Bruit aérien à comparer d’ailleurs avec les bruits routiers, bien plus prégnants et pour lesquels on se demande si les élus vont décider l’enterrement des routes, le déménagement du périphérique ou la non constructibilité de beaucoup de zones…

 

Oui, décidément, Nantes-Atlantique est un bon aéroport, qui mérite qu’on le laisse vivre encore longtemps là où il est !

 

P1060782Vue Aérienne de Nantes Atlantique, on distingue la voie ferrée entre l'aire de stationnement à proximité de l'aérogare et le parking voiture...   

 

site du CEDPA

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 08:00

tcm 28-23524 28-332-64

 

Le trafic des trains entre Le Mans et Rennes perturbé

 

Non ce n'est pas une descente de la police ferroviaire la "surge", la Surveillance Générale, qui organiserait une action policière contre la fraude à Laval par exemple mais l'appellation donnée aux chantiers de raccordements de la LGV avec les voies ferrées Paris - Brest réalisée conjointement par la SNCF et RFF...

 

 

Les travaux de raccordement de la LGV et de la "virgule de Sablé" nécessitent d'interrompre la circulation des trains.

 

Annoncé depuis le mois de septembre, par Guillaume Pépy, le patron de la SNCF indiquait dans les pages du journal Ouest France  : "On entre dans une année de travaux et il va falloir le répéter. "

 

Ces perturbations concernent plusieurs dossiers et en particulier les grands chantiers ferroviaires de la ligne à grande vitesse Bretagne - Pays de la Loire, Longue de 214 km et qui est en cours de construction entre Le Mans et Rennes.

 

Plus au sud se situent  la jonction et  "la virgule de Sablé" : ces 3,6 km de voies vont permettre aux usagers du train de relier Angers - Sablé à Laval sans passer par Le Mans. Sept jonctions doivent être réalisées entre la ligne existante et la nouvelle : une pour la "virgule de Sablé", deux à Laval, deux en amont et autant en aval de Connerré (Sarthe). A chaque fois les raccordements nécessitent de couper les circulations ferroviaires.

 

 

P1080338

Un TGV de passage en gare du Mans ...

 

Les perturbations

 

Première opération "coup de poing" programmée de l'année, cette perturbation va commencer dès samedi 26 janvier à 0 h 30 et durer jusqu'à 15 h 45. Cette coupure du trafic est provoquée par la nécessité des travaux de raccordement des voies de la nouvelle ligne à grande vitesse avec la voie Paris - Brest autour de Laval. Avec comme conséquence la suppression de tous les trains entre Le Mans et Vitré. 

 

Tous les TGV Paris - Bretagne passeront par Nantes. Le temps de parcours au départ et à destination des gares comprises entre Rennes et Brest sera allongé de 1 h 15 environ.

 

Du transport multimodale pour aller du Mans à Rennes...

 

Des autocars de substitution vont assurer les liaisons entre Le Mans, Laval et Vitré. Ils suivront la voie ferrée pour desservir les arrêts prévus en gare par les TER. Ce qui explique le rallongement des temps de parcours.

 

Les correspondances avec des TGV au Mans sont garanties. Entre Vitré et Rennes, le parcours sera assuré par des trains TER.

 

pays de la loire

 

Pour se renseigner

 

Par téléphone : TER Pays de la Loire 0 810 324 324 (prix d'un appel local), du lundi au vendredi, de 7h à 19h ;

                       36 35 (0,34 EUR TTC/min, hors surcoût éventuel).

 

Par site internet : www.ter-sncf.com/paysdelaloire rubrique travaux

    www.sncf.com.

 

Pour en savoir plus :

   http://www.sarthe.gouv.fr/IMG/pdf/SNCF_Horaires_et_travaux_2013_cle05b255.pdf

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans TGV Bretagne et Pays de la loire
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 11:00

Alors que les pro-Notre Dame des Landes annoncent la saturation prochaine de Nantes Atlantique en s'appuyant sur l'augmentation de la fréquentation de l'aéroport actuel, essentiellement liée à l'arrivée des Low cost. Les  professionnels de l'aviation civile et en particulier les pilotes sont de plus en plus critiques vis à vis du projet de transfert.

 

carte ndl nw

 

Lettre ouverte d'un pilote à M. François Hollande

 

MASSON Thierry 

Officier Pilote de Ligne 

avec le soutien de la coordination des opposants 

Monsieur François HOLLANDE

Président de la République française

55 rue du Faubourg Saint Honoré

77008 PARIS 8e

Lettre ouverte à François HOLLANDE

Haute Goulaine, le 3 janvier 2013

Monsieur le Président,

 

Si je n'ai pas ordinairement vocation à m'inscrire dans une logique contestataire, et encore moins rétrograde, je souhaiterais vous faire part de mon étonnement lorsque nous parlons du transfert de l'aéroport Nantais qui fonctionne parfaitement vers une future structure à Notre-Dame-des-Landes, ce dans le périmètre de mes compétences, fort de mon expertise technique d’officier Pilote de Ligne exerçant à ce jour depuis près de 25 ans à transporter des passagers, dont 10 années de Commandant de bord avec 18000 heures de vol, pour le compte de notre Compagnie Nationale.

 

Ce projet est loin de garantir un niveau opérationnel compte tenu de son architecture future déjà dépassée, à la viabilité relevant d'hypothèses hautes sans prise en compte de la technicité et de la fragilité du modèle économique et industriel lié à la spécificité du Transport Aérien, qu'aucun organisme aussi sérieux que l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale ou l'Agence Internationale du Transport Aérien n'aurait osé imaginer. Cependant, l'enquête conduisant à la déclaration d'utilité publique de février 2008 l'a validé.

 

L'aéroport de Nantes-Atlantique répond à la totalité des critères les plus stricts imposés à notre secteur d'activité. Sa croissance est certes constante, forte de ses 3,2 millions de passagers. Mais c'est en termes de mouvements d'avions que se calcule et s'anticipe avant tout le dynamisme d'une telle plateforme. A Nantes il y a une quasi stabilité avec environ 50000 mouvements de vols commerciaux par an. L'augmentation du nombre de passagers revient à une meilleure performance grâce à l'optimisation du remplissage de chaque vol où les compagnies aériennes assurent au jour le jour l'activité aéroportuaire avec un emport moyen ici de 75 passagers (moyenne nationale 90).

 

Pour cette activité, il faut faire un distinguo entre les lignes régulières qui ont une croissance conforme aux performances des autres aéroports régionaux similaires de France ou des pays voisins, et les vols charters ou lowcost, uniquement liés à la saisonnalité de cette activité, qui ''tirent'' vers le haut l'activité de Nantes Atlantique, saisonnalité significative seulement 6 mois par an !

 

Par ailleurs, la sécurité de Nantes Atlantique correspond aux performances détaillées par des normes les plus strictes rédigées par l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (191 états membres, 1200 compagnies aériennes). Celles-ci, reprises en France par le Ministère des Transports et la Direction Générale de l'Aviation Civile, ont classé Nantes Atlantique en catégorie A, c’est-à-dire sans aucune particularité référencée de type environnemental, contrainte de survol en tous genres, obstacles, espaces à particularités type industriel, militaire ou zone à sensibilités remarquables.

 

Voici de quoi faire taire définitivement les détracteurs de l'Aéroport actuel arguant maladroitement, vraisemblablement par méconnaissance, d'une nécessité absolue de transfert.

 

Son hypothétique saturation peut être anticipée à tout instant compte tenu de la surface aéroportuaire actuellement disponible avec de multiples extensions imaginables comme cela se fait partout en Europe mais aussi en France lorsque l'on constate une croissance significative en cours ou à venir. C'est ce qui se produit sur bon nombre d'aéroports nationaux et internationaux avec des extensions des aérogares et/ou des parkings avions. Localement citons Bordeaux, Marseille, Nice, Lyon, etc... La liste n'est pas exhaustive.

 

Capture d’écran 2012-11-05 à 15.31.15

Nantes Atlantique


Sa dangerosité un moment soulignée relève surtout de l'agitation médiatique alors qu'aucun constat sérieux ne l'a un instant indiquée au regard de l'ensemble des références aéronautiques sur cette question sensible. Localement, les organismes de surveillance et de suivi sont adroits et efficaces, l'Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaires parfaitement opérationnelle à ce jour. De nouvelles techniques de survol ont été ébauchées par des ingénieurs de l'Aviation Civile, démontrant que nous pouvons envisager à moindre coût des améliorations significatives dès lors que nous aurons surpassé le ''syndrome Notre-Dame-des-Landes '' celui qui semble actuellement nous dicter de ne rien faire à Nantes Atlantique puisque Notre-Dame-des-Landes pourrait être réalisé dans les années à venir...

 

Si dangerosité potentielle il y avait, que faire du principe de précaution que l'on sait applicable à tout instant, et suspendre sine die l'activité de notre aéroport actuel ?

 

Sur l'aspect logistique, faut-il le rappeler, l'aéroport de Nantes Atlantique possède ce dont bon nombre n'ont pas la chance d'être dotés à savoir des servitudes type ligne de tramway à proximité immédiate, voies ferrées jouxtant les aérogares actuelles, réseaux routiers performants ouverts vers l'océan proche ainsi que vers les axes routiers en direction de Paris, Bordeaux, la Bretagne immédiate, la Normandie toute proche. Ici satisfecit total concernant le Schéma de Cohérence Territorial local ! Nous ne sommes pas enclavés !

 

L'aéroport de Nantes Atlantique, classé depuis de très nombreuses années au 10ème rang des aéroports Français, c’est-à-dire dans le ventre mou de ces aéroports de province, a et aura une vocation avant tout régionale tant aux niveaux Français qu'Européen. Les compagnies aériennes régionales ont remis le trophée ERA Award 2011-2012 du meilleur aéroport européen à l’équipement pour Nantes-Atlantique.

 

Le réseau de lignes aériennes est dicté par la demande. Ce sont les compagnies aériennes qui nous l'indiquent et décident de venir se poser à Nantes à la seule condition que cette clientèle passagers soit au rendez-vous. Les capitales économiques à desservir sont limitées par cette demande et seule l'offre des vols vacances fluctue en fonction des choix économiques rentables et rémunérateurs pour les opérateurs de l'aérien. Un aéroport ne dicte pas l'offre, c'est le marché qui l'oriente, offre construite à partir de situations d'origines structurelles ou conjoncturelles.

Ce sont l'Observatoire des politiques et stratégies des transports en Europe ainsi que le Comité National des transports qui nous chiffrent cet état ainsi que les éventuelles perspectives de croissance reprises par les services de notre Aviation civile, ici en France ! Un aéroport répond toujours à un besoin mais ne génère pas ce besoin.

 

Quid alors de cette fameuse croissance pour Notre-Dame-des-Landes à 9 millions de passagers en 2065 et quelles perspectives à moyen ou long terme ?

 

L'ensemble des experts indiquent qu'il y aura croissance, mais résolument limitée à la Chine, à l’Inde et au Moyen Orient, régions formidablement émergentes. Peu ou pas sur le continent nord Américain et encore moins en Europe. En cause, la relation directe entre économie du transport aérien et PIB de nos états/région (diagnostic sinon repris par la DGAC). L'IATA annonce que sans croissance durable et supérieure à 2%, la ressource financière pourrait être exsangue. Les coûts carburant impactés par le prix du pétrole et les quotas de CO2 pour l'aérien intégrés aux accords de Kyoto feront du dynamisme économique et industriel un eldorado ou un... fiasco. A l'heure actuelle, toutes les compagnies aériennes mettent en place des plans d'adaptation avec réduction de leurs effectifs et leurs moyens matériels, en les minorants par exemple pour Air France -12%, pour Lufthansa -17%, Air Portugal -20%, British Airways et Ibéride – 25%, Alitatlia -28%, Scandinavian -44%, Ryannair immobilisant plus d'un quart de ses avions au sol...

 

Enfin, ces mêmes compagnies, traditionnelles ou émergentes, se rassemblent, créent des synergies en fusionnant et se centralisent sur des plateformes uniques, le cas est valable dans toutes les capitales européennes et au delà.

 

Dès lors, la mise en perspective de projet d'Aéroport du Grand Ouest avec une nouvelle plateforme dotée de 2 pistes, qui plus est non parallèles, étonne. Pourquoi 2 pistes ? Pourquoi la plus grande des deux, avec ses 2900m de long par 45m de large, limitatifs au regard des dimensions et des performances pures des avions gros porteurs n’est-elle pas plus grande que celle existant déjà à Nantes-Atlantique, pistes qui plus est non dotées de taxiways parallèles alors qu'aucun autre aéroport de cette catégorie n’a été créé en Europe avec une telle configuration depuis... Orly en 1973 ? Ces premières questions révèlent une méconnaissance significative du fonctionnement d'un aéroport ! Force est de constater qu'une seule piste astucieusement dotée de sorties rapides et d'une bande de roulement parallèle suffirait à absorber les flux espérés. La preuve n'est plus à faire qu'une aérogare correctement dimensionnée et optimisée peut traiter des dizaines de millions de passagers. Le nombre de futurs postes de stationnement avions à Notre-Dame-des-Landes est revu à la baisse vis à vis de l'existant à Nantes-Atlantique, les servitudes liées aux débarquements/embarquements des passagers se paupérisent, les contraintes des roulages des aéronefs vont s'imposer malgré la spécialisation des pistes annoncées...

De plus, il n'y a aucune garantie sur l'emploi puisque selon la règle observée, en tout cas si l'on se conforme aux usages, cet aéroport drainera en moyenne tout au plus 700 emplois directs par million de passagers, classique en France comme en Europe pour un aéroport de province.

 

Enfin, nombre d'aéroports aux santés financières exécrables sont sous utilisés compte tenu de leur dimensionnement, je pense notamment au troisième aéroport parisien de VATRY avec 52000 passagers/an et une piste de 3850m; que dire de Clermont Ferrand, Epinal, Metz-Nancy Lorraine, Tours, Poitiers, Bergerac, etc... La liste est malheureusement encore longue !

 

Si l'art de la politique est de prévoir pour gouverner, anticiper pour s'adapter, les approches intellectuelle, industrielle et pragmatique de ce projet d'aéroport devraient être de ces rendez vous à ne pas manquer. Quelle que soit l'attractivité en cours ou à venir pour nos belles régions de l'ouest, qui va parier sur des vols transcontinentaux entre Los-Angeles, Singapour, Sydney ou Dubaï vers Notre Dame des Landes ? Que va devenir le bassin industriel existant au Sud Loire avec l'unité de production d'Airbus si l'aéroport de Nantes-Atlantique, comme le prévoit la Déclaration d'Utilité Publique, est transféré vers le nord Loire ? Et si Nantes-Atlantique n'était plus déplacé ? Quelle place manque-t-il aujourd'hui à Nantes pour rester en connexion parfaite avec l'Europe immédiate ou le Monde tout proche ?

 

Rien n'indiquant que nos concitoyens et notre nation aient besoin d'une telle infrastructure, il est urgent de mettre en place les conditions raisonnables d'un moratoire pour revisiter les demandes et perspectives sérieuses du marché potentiel, les besoins et demandes des compagnies aériennes, ainsi qu'une cohérence industrielle, a fortiori économique et sociale.

 

Au regard des règles liées à l'aménagement du territoire, il n'a jamais été constaté qu'un aéroport allait générer une économie nouvelle, particulièrement lorsque l'outil correspondant existe déjà et reste sous utilisé, une efficacité améliorée et optimisée permettrait de ne pas grappiller, gaspiller de nouvelles ressources financières et foncières colossales dont on sait pertinemment que nous devons jour après jour en faire l'économie.

 

Dans les meilleurs délais, je vais m'impliquer en me rapprochant de la Commission de Dialogue mise en place à l'initiative de Monsieur le Premier Ministre, adossé au Collectif de pilotes de Ligne doutant de la pertinence du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, pour expliquer en détail les sérieux doutes de notre profession vis à vis de ces choix techniques et stratégiques particulièrement discutables.

 

Espérant ne pas avoir été trop long tout en restant suffisamment détaillé dans ces explications, je reste, Monsieur le Président, soyez en certain, à votre entière disposition, et je renouvelle la demande d'entretien que la coordination des opposants souhaite avoir avec vous depuis 4 mois.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de mon profond respect.

Thierry Masson

 

P1090299

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 08:00

nv logo fnaut

 

 

 

 

Le dix-huitième congrès de la FNAUT s’est tenu à Lons-le-Saunier les 20 et 21 octobre 2012. Il a rassemblé près de 200 participants, qui ont analysé la politique Transports du gouvernement Ayrault et étudié la desserte ferroviaire de la Franche-Comté.

 

La politique du gouvernement Ayrault

 

Les congressistes ont exprimé leur déception et regretté en particulier :

 

+ que le gouvernement Ayrault n’ait encore pris aucune mesure pour développer les transports urbains ou ferroviaires alors que la baisse démagogique des taxes sur les carburants automobiles décidée début septembre va induire un gaspillage de plus de 300 millions d’euros d’argent public ;


+ que la conférence environnementale ait quasiment ignoré le secteur des transports, premier contributeur français aux émissions de gaz à effet de serre ;


+ que les niches fiscales anti-écologiques (non-taxation du kérosène, sous-taxation du gazole,…) soient maintenues alors que seul le recours à la fiscalité écologique peut permettre de financer correctement les transports collectifs.

 

La FNAUT s’inquiète par ailleurs des intentions du gouvernement en matière de gouvernance ferroviaire :

 

+ recours envisagé à une solution à l’allemande (création d’une holding rassemblant RFF et SNCF) dans un contexte politique et économique totalement différent ;


+ report de l’ouverture souhaitable du TER à la concurrence (par délégation de service public, comme en transport urbain).

 

La FNAUT apprécie par contre les intentions du gouvernement concernant la relance du logement social dans les zones bien desservies par transport collectif : une telle politique permettra à terme de décongestionner les villes et de réduire la dépendance automobile des ménages à faible pouvoir d’achat.

 

http://www.fnaut.asso.fr/images/stories/diapocongreslons.jpg

 

La desserte ferroviaire de la Franche-Comté

 

La FNAUT constate la dégradation de la relation transversale Strasbourg-Lyon depuis la mise en service de la LGV Rhin-Rhône, et demande le rétablissement d’une desserte correcte. Elle demande que les relations Intercités Paris-Mulhouse par Troyes, Chaumont, Vesoul et Belfort soient pérennisées.

 

Elle s’inquiète par ailleurs des menaces qui pèsent sur les dessertes TGV Lyria Paris-Neuchâtel-Berne et Paris-Lausanne par Dijon et Dole, et sur la ligne régionale du Haut Jura dont le maintien et la revitalisation sont indispensables à la population de ce territoire de montagne.

 

 

Voir les photos du Congrès


Repost 0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 10:30

 

images pays de la loire

 

Pas de fausses notes pour la Région...

 

Les mélomanes et les spectateurs moins avertis pourront bénéficier d'allers-retours à 10 € pour aller à la Folle Journée.

Les spectateurs du festival de musique classique "
la Folle Journée", qui se tient du 30 janvier au 3 février, pourront s'y rendre en TER routier et ferroviaire (et en revenir) pour seulement 10 €.

 

On connait la Musique...

 

Dans la mesure ou il y a des TER pour les y conduire... car "la Folle Journée" est décentralisée...

 

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Politique régionale des transports
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 13:30

 fnaut logo pdl

ASSOCIATION REGIONALE DES USAGERS

DES TRANSPORTS DES PAYS DE LA LOIRE

 

 

Alors qu'un rendez-vous a été obtenu par le Collectif  Flèchois de défense des services Publics avec le vice Président en charge des transports à la région Pays de la Loire, la FNAUT apporte son expertise au dossier en établissant quelques parallèles avec la dossier de Nantes - Châteaubriant pour aller dans le sens de la réouverture de la ligne La Suze / La Flèche .  

 

 

Suite de la première partie  

 

L'affirmation d'une polarité organisée autour de l'axe La Flèche / Sablé contredit par la fréquentation des TC.

 

L'argument disant que la vie s'est ré-organisée autour de Sablé ne résiste pas à l'analyse des faits pour 2 raisons toutes simples :


1/ La ligne régionale N°26 est la plus fréquentée des lignes d'autocar de la région et en particulier sur son tronçon Le Mans - La Flèche. Cette ligne a été plusieurs fois renforcée, d'abord par des trajets supplémentaires, puis par augmentation de la capacité des véhicules (rallongement des cars) puis de nouveaux services ont été rajoutés cette année.

 

P1020411.JPG

La gare routière de la Flèche

 

Cette ligne drainait 122 000 voyageurs en 2011. Voir la fréquentation des lignes régionales .
 

En comparaison la ligne 40-41-42 du réseau Lila fait 25 km de plus que la LER et dessert presque le double de population. La fréquentation est donc double ce qui correspond à un rapport normal.

 

La ligne Lila 40-41-42 transportait 241 000 voyages en 2011. Voir la fréquentation des lignes en Loire  Atlantique.


En ce qui concerne l'offre de transport sur les secteurs correspondant,  il y a 3 lignes en Loire Atlantique, contre 1 seule en Sarthe, vers La Flèche. A ce décompte, il faut rajouter aussi la ligne TIS 6 qui suit la ligne de chemin de fer, (tout comme la ligne 41 Lila pour Châteaubriant), pour lequel nous n'avons pas les données, mais il semble vraisemblable que cette ligne ne doit pas dépasser les 50 000 voyageurs. La ligne TIS 9 à peu près équivalente fait 50 000 voyageurs par an. D'autant plus qu'il n'y a que 1 AR sur les 9 quotidiens qui connecte La Flèche et Le Mans. Le temps de parcours est porté à 1h50; le terminus ou le départ du service se faisant la plupart du temps de Malicorne. Cette ville, Malicorne, est par ailleurs, également connectée au Mans avec 2 AR supplémentaires assurés par la ligne TIS 8 Le Mans - Sablé.

 

P1020453.JPG

Ancienne gare de Malicorne et garage des autocars TIS


2/ Une grande quantité de services sont express entre Le Mans et La Flèche. Les 2 seuls arrêts intermédiaires sont Guécélard et Cérans-Foulletourte.

Sur 11 AR, 2 vont jusqu'à Saumur (services express) et 5 sont omnibus vers Le Mans et 4 vers La Flèche. Mais le lundi et le vendredi le service est renforcé par 3 services express supplémentaires dont 1 vers Saumur (le vendredi).
Le dimanche l'offre se limite à seulement 3 AR, tous express avec 2 arrêts supplémentaires tout de suite après La Flèche (Clermont et La Fontaine RN 23)


Cette simple présentation de l'offre actuelle prouve qu'il faut bien connecter les 2 villes de Le Mans et de La Flèche entres-elles.

 

 

Le Péri-urbain  : une évolution probable à prendre en compte

 

La commune de Guécélard est située dans le péri-urbain du Mans et le voeu communal est bien d'intégrer le territoire de Le Mans Métropole (LMM) mais ce souhait ne peut être exhaussé tant que Spay ou Moncé-en-Belin ne l'ont pas intégré car il n'éxiste pas de frontières communes entre Guécélard et LMM. 1,2 km sépare Guécélard et d'Arnage qui borde la commune de Moncé-en-Belin.

C'est le souhait de cette commune d'adhèrer à Le Mans Métropole mais ce voeu n'a pu se réaliser pour l'instant pour diverses raisons. Mais si Moncé-en-Belin adhère, Guécélard suivra. La desserte  de ces communes se fera alors par les bus de la Setram avec pour conséquence un arrêt de moins pour la LER (Ligne Express Régionale).

 

La Flèche - Sablé : une demande moins forte

 

En comparaison, l'offre proposée n'est que de 6 AR entre La Flèche et Sablé dont 1 en TAD et aucun service samedi dimanche et fêtes, ce qui ne veut pas dire qu'il ne faudrait pas en créer … Mais la fréquentation de cette ligne est décevante, 5000 voyageurs par an en moyenne. Ce qui prouve que la demande et l'attente sont moins fortes alors que les 2 villes sont pourtant distantes de 26 km seulement. Voir l'étude de la vieillissement de la population qui aborde les questions de mobilité : http://eps.revues.org/index3940.html

 

P1020633.jpg

 La Gare de Sablé

 

Le Mans -  La Flèche  par le train : une amélioration globale des relations en temps et en confort y compris pour Saumur !

 

Avec la mise en service du train, les voyageurs de la Flèche gagneraient 10 à 15 mn sur leur temps de parcours par rapport au service express (et jusqu'à 40 mn par rapport au service omnibus).

En assurant une bonne correspondance avec les cars de Saumur, et ce malgré le changement, les voyageurs vers Saumur gagneraient aussi du temps !

Si aujourd'hui la relation vers Saumur est moins fréquentée, c'est  :


+ d'une part parce que les saumurois vont vers Angers ou Tours mais également parce que les fléchois ne vont pas à Saumur, 


+ d'autre part, c'est aussi probablement parce que la relation n'est pas bonne pour aller vers Saumur : il faut en effet 1h50 pour faire Saumur - Le Mans en car !

 

En gagnant une quinzaine de minutes sur le trajet global, le temps de parcours serait ramené à 1h35 environ.

Le meilleur temps de parcours en train par Angers s'établit à 1h31 (1 seule relation dans la journée), déjà plus intéressant … Au vu du nombre de liaisons vers Tours au départ de Saumur, un saumurois désirant se rendre à Paris aurait du coup presque autant intérêt à passer par La Flèche que par Angers : Ce choix dépendant avant tout du temps de correspondance avec le TGV à Angers ou au Mans.


 

Aymeric GILLAIZEAU


 

2006_tis_le_mans.jpg

 

 

En savoir plus, rejoindre le Collectif Flechois de Défense des services publics.

 

 

Document annexe fiches horaires des services cités

 

http://telechargement.ter-sncf.com/Images/Pays_De_La_Loire/Tridion/L26_LM_-_SUD_Hiver_2012-2013_tcm-28-82345.pdf
http://www.lestis72.com/ftp/FR_evenements/ligne%2003.pdf
http://www.lestis72.com/ftp/FR_lignes/Ligne%206%20Janvier%202013.pdf
http://www.lestis72.com/ftp/FR_lignes/Ligne%208%20Janvier%202013.pdf

Repost 0
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 08:05

 

fnaut logo pdl 

 

ASSOCIATION REGIONALE DES USAGERS

DES TRANSPORTS DES PAYS DE LA LOIRE

 

 

Alors qu'un rendez-vous a été obtenu par le Collectif  Flèchois de défense des services Publics avec le vice Président en charge des transports à la région Pays de la Loire, la FNAUT apporte son expertise au dossier en établissant quelques parallèles avec la dossier de Nantes - Châteaubriant pour aller dans le sens de la réouverture de la ligne La Suze / La Flèche .  

 

 

Les données de base du dossier :


Tram-Train Nantes - Châteaubriant : 30 000 personnes directes pour 64 km et 18 gares.

La Suze - La Flèche 18 500 personnes directes pour 27 km et 4 gares (+ 18,5 km et 1 gare Voivres jusqu'au Mans)

Si tous les trains vers La Flèche desservent systématiquement La Suze (et Malicorne) cela contribue à l'augmentation de la desserte de la couronne péri-urbaine du Mans (La Suze) et ce, sans toucher aux TER qui vont vers Angers puisque les habitants de La Suze sont plus attirés par la direction Le Mans que vers Sablé-Angers. Et il est possible d'intégrer Voivres dans le lot qui n'a que 2 arrêts par jour.

En terme de population desservie, c'est le même cas de figure que Châteaubriant : la majorité de la population est localisée en bout de ligne, avec deux différences majeurs puisque la ligne est beaucoup plus courte et La Flèche est plus peuplée que Châteaubriant (12 000 à Châteaubriant contre 15 000 à La Flèche) avec une aire urbaine de La Flèche plus grande que celle de Châteaubriant.

 

P1020396

L'ancienne gare de la Flèche

 

Des ratios qui dépendent de la méthode de calcul


Si la méthode de la région est reprise concernant les ratios, méthode qui comptabilise les habitants par km de ligne, cela donne 469 hab/km pour Nantes - Châteaubriant et 381 hab/km pour Le Mans - La Suze - La Flèche, sans prendre en compte Voivres, mais si cette commune est intégrée le chiffre passe à 408 hab/km sachant que Voivres a considérablement gagné en population ces 10 dernières années (+ 151 %) et la croissance est soutenue (la population a plus que doublé en 40 ans).
 

 

La population de Malicorne reste stable, mais enregistre quand même depuis 40 ans une légère croissance soutenue (+10 %) et n'a jamais perdu de population. Même constat pour Vilaine-sous-Malicorne et Mézeray mais avec un gain plus important.


La Population de La Flèche (commune) est à peu près stable même si elle a perdu un peu en population (154 habitants en 10 ans), mais les communes limitrophes ont-elles toutes gagné en population près de 1000 habitants sur les 5 communes limitrophes, Clermont-Créans étant celle qui en a gagné le plus, 256 habitants en 10 ans.

 

P1070050

La ligne de Châteaubriant est longue de 64 km contre 27 km pour La Suze - La Fléche

 

Moins de population, mais moins de voie !

 

En utilisant le même procédé de comptage en habitants par km de ligne, mais en ne prenant pas en compte les 2 villes les plus peuplées (Châteaubriant et La Flèche), situées en bout de ligne, et donc dans une configuration identique, pour 64 km le ratio s'établit à 280 hab / km (Nantes Châteaubriant) et pour 48,5 km le résultat est 100 hab / km (Le Mans - La Suze - La Flèche).


Certe c'est moins dense entre Le Mans et La Flèche, mais il n'y a que 27 km de lignes nouvelles à poser contre 64. Avec un ratio de 2,8 appliqué à la population et un ratio de 2,4 pour la longueur de voies nouvelles,  les chiffres donnent en fait exactement le même ordre de grandeur (2,8 pour la population, 2,4 pour la voie) !

 

Moins de population, mais moins de voies ! De plus il n'y a que 2 gares intermédiaires à aménager contre 9.
Ce qui peut se traduire par un gain de finances, si en plus la ligne n'est pas électrifiée et que le système Tram-Train est écarté.


 A suivre


En savoir plus, rejoindre le Collectif Flechois de Défense des services publics.

Repost 0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 10:00

 

fnaut logo pdl

 

 

Le prochain CA de la FNAUT c'est samedi !

 

Le prochain Conseil d'Administration de la FNAUT Pays de la Loire est prévu :

 

le samedi 19 janvier 2013, samedi prochain, à 14H00.

 

Il se déroulera dans le lieu habituel, à savoir le petit café situé près de la gare, place de l'Académie comme à chaque fois à Angers.


Capture d’écran 2012-06-12 à 12.34.28

 

 Le jour même pour ceux qui peuvent, le soir, Stop Rocade organise une soirée échange en relation avec sa victoire.

 

 

Un ordre du jour qui n'est pas encore totalement finalisé...

 

 

L'ordre du jour actuel s'établit comme suit...

 

 

 Fonctionnement de l'Association :


+ Adhésion, site et Blog internet,

+ communication ...

 

 National :


+ Compte rendu du Conseil National de la FNAUT

+ campagne service des transports pendant les périodes de fêtes de fin d'année.

 

 Sarthe :

 + La Flèche, Compte rendu réunion

 

 Nantes / Loire Atlantique :

 

+ Compte rendu réunion SEMITAN (CA)

+ action SEMITAN

+ desserte Lila le Cardo/tram-train

+ stages

+ rencontre Commission dialogue NDL

+ Comité des Partenaires

 

Maine et Loire :

 

+ Stop Rocade

 

 Mayenne :


+ Collectif Mayennais contre le Projet NDL

+ travaux TGV et Projet de PEM de la Gare

+ Compte rendu Débat Régional sur les Énergies

 

 Vendée :


+ La Roche Saumur : retour des réunions et contact avec BET

+ Nantes / Bordeaux

+ Préparation de l'A.G. de la FNAUT

 

 

Le Conseil d'Administration de la FNAUT Pays de la Loire est ouvert aux adhérents et aux personnes qui voudraient prendre contact avec notre association...

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans La FNAUT Pays de Loire pratique
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 08:00

Pour savoir ce qu'attendent les usagers et quelles sont les attentes de la population, rien de plus simple que de le leur demander ... C'est ce à quoi le  Collectif Flechois de Défense des services publics s'est employé tout dernièrement afin de mesurer les attentes en matière de déplacements des personnes sondés ...

 

Une manière également de répondre aux études ... un peu trop hâtives dans leurs conclusions....

 

 

P1040735.jpg

A quand un X Ter en gare de la Flèche ?

 

C'est pour un sondage ...

 

Résultats de leur enquête au marché de La Flèche samedi courant décembre. Les résultats parlent d'eux mêmes :

 

1 - Utilisez-vous le bus vers Le Mans ?

 

Régulièrement 78 (20%) | Ponctuellement 184 (49%) | Jamais 120 (31%)

 

2 - Utilisez-vous le bus vers Sablé ?

 

Régulièrement 45 (12%) | Ponctuellement 89 (26%) | Jamais 223 (62%)

 

3 - Utiliseriez-vous le train vers Le Mans si la ligne ferroviaire était remise en service ?

 

Régulièrement 156 (41%) | Ponctuellement 199 (53%) | Jamais 21 (6%)

 

4 - Pour utiliser cette ligne quels critères seraient pour vous les plus importants ?

(en % des réponses, plusieurs réponses possibles)

 

a - Rapidité 254 (37%)

b - Prix 179 (26%)

c - Confort 107 (15%)

d - Fréquence 151 (22%)

 

Personnes interrogées environ 400

 

 

Une enquête très intéressante qui en rappelle une autre de l'O.R.T. (Observatoire Régional des Transports) qui cherchait à mesurer les facteurs favorisant l'usage du train par rapport à la voiture (ci-dessous une vignette)

 

ORT 2 261
En savoir plus, rejoindre le Collectif Flechois de Défense des services publics.


Repost 0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques