Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 06:40

Pic de pollution : la FNAUT est défavorable à la gratuité des transports

 

Comme on a pu le vérifier en Ile-de-France au cours du dernier week-end, la gratuité des transports publics, décrétée de manière isolée lors des pics de pollution de l’air, a un impact négligeable sur le comportement des automobilistes.

Ces derniers, en temps normal, dépensent déjà bien plus que s’ils utilisaient les transports publics. C’est la raison pour laquelle, dans les villes où la gratuité a été instaurée de manière permanente, elle attire essentiellement des habitants non motorisés.

 

 

Une mesure injuste

 

La gratuité coûte cher aux autorités organisatrices de transports puisqu’elle exige un renforcement des services et lui fait perdre des recettes. Ce sont finalement les usagers habituels qui en supportent le coût alors que, tout en payant leurs déplacements (y compris la TVA au taux porté à 10 % par le gouvernement), ils n’ont contribué en rien à l’apparition du pic de pollution. Où est la logique ?

C’est à l’automobiliste pollueur de payer les mesures de maîtrise de la pollution. Il est démagogique et anti-pédagogique de subventionner intégralement ses déplacements lors des pics de pollution dont il est en partie responsable. En période normale, il est déjà largement subventionné par la collectivité puisqu'il ne paie que très partiellement ses coûts « externes » : congestion de la voirie, accidents, bruit et pollution de l’air, émissions de gaz à effet de serre.

 

Une mesure perverse

 

L’instauration de la gratuité des transports publics est perverse : elle a surtout servi à retarder le recours urgent à la circulation alternée, au mépris de la santé publique.

Sans être la solution miracle, la circulation alternée est une mesure efficace contre la pollution de l’air. Elle est bien comprise des automobilistes concernés et bien respectée : la qualifier de « mesure punitive », de « galère » et de « restriction des libertés » est abusif.

La FNAUT demande donc que la circulation alternée soit instaurée systématiquement (et pas seulement à Paris) dès qu’un risque sérieux de pic de pollution de l’air est détecté, et qu’elle ne soit accompagnée d’aucune mesure de gratuité des transports publics.

Partager cet article

23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 06:30
L'Etat recueille votre avis sur les trains "intercités"...

Lancement d’une consultation publique sur les trains "Intercités"

 

La commission sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire souhaite recueillir l’avis des citoyens, des associations et des collectivités sur ces trains.

 

Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat chargé des transports, de la mer et la pêche, a confié en novembre dernier au député Philippe Duron la présidence d’une commission chargée de réfléchir à l’avenir des trains d’équilibre du territoire (TET), plus connus sous l’appellation commerciale « Intercités » de la SNCF, constatant que le service aujourd’hui offert par les TET ne répond qu’imparfaitement à la demande des voyageurs et des territoires.

Dans le cadre de ses travaux, dont les conclusions seront rendues avant l’été, et au-delà des auditions institutionnelles qu’elle organise depuis déjà quelques mois, la commission « TET d’avenir » souhaite recueillir l’avis de l’ensemble des parties prenantes concernant ces trains, leur qualité de service ainsi que leur positionnement par rapport aux offres concurrentes.

Citoyens, associations, élus locaux sont ainsi cordialement invités à répondre à la consultation ouverte à cet effet, en suivant ce lien :

http://enqueteur.dgitm.developpement-durable.gouv.fr/index.php?sid=54124&lang=fr

Cette consultation est ouverte jusqu’au vendredi 17 avril 2015 à 18h00.

 

Voir le dossier trains intercités

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Lancement-d-une-consultation,42690.html

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT interrégional
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 07:37

Communiqué de presse

le 18 mars 2015

 

Gare TGV-TER de Vandières : pour un vote du Conseil régional

 

L’expérience montre que les gares TGV implantées sur les lignes à grande vitesse sans connexion avec les transports régionaux, départementaux ou locaux (TGV Haute-Picardie, Le Creusot, Mâcon,…) ne répondent pas aux besoins des voyageurs.

 

Ces erreurs doivent être corrigées, comme cela a été fait récemment en Avignon.

 

La gare provisoire de Louvigny, perdue au milieu des champs, n’est accessible qu’en voiture, ou par des navettes routières et seulement depuis Nancy et Metz. Une gare d’interconnexion située à Vandières offrirait au contraire un accès aisé aux TGV « intersecteurs » (desservant directement Strasbourg, Lille, Rennes, Nantes, Bordeaux) par TER et depuis toutes les villes de Lorraine.

 

 

Une démarche incompréhensible

 

Le projet de gare de Vandières était bien au point, déclaré d’utilité publique en 2011 et soutenu par 155 municipalités des quatre départements lorrains ; il disposait d’un financement intelligent ; les recours déposés par des opposants avaient été rejetés par le Conseil d’Etat.

A la surprise générale, le président du Conseil régional de Lorraine, qui se disait pourtant favorable au projet et avait même annoncé un début des travaux fin 2015, a subitement décidé seul d’une consultation publique que personne, pas même ses opposants politiques, ne réclamait.

Cette consultation, organisée dans des conditions matérielles déplorables et sans véritable débat préalable, a été un fiasco puisque moins de 10 % des électeurs ont voté (2 % ont voté « blanc »). La faible majorité hostile au projet qui s’est dégagée à cette occasion n’est manifestement pas significative.

 

Un vote du Conseil régional est indispensable

 

Il n’est pas démocratiquement acceptable que le président du Conseil régional, après avoir affirmé que le résultat de la consultation n’aurait aucun caractère décisionnel, détermine seul, de manière irresponsable et désinvolte, le sort d’un projet structurant aussi important pour la Lorraine.

 

Dans ces conditions, la FNAUT réclame un vote du Conseil régional.

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT en France
commenter cet article
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 07:24
Communiqué de presse

Manifeste pour le renouveau des trains Intercités

 

Engagée de longue date dans la défense des trains Intercités, la FNAUT vient de publier un manifeste rassemblant son analyse des besoins des voyageurs et ses propositions.

Ce document s’adresse principalement aux parlementaires, aux élus territoriaux et aux membres de la commission Duron chargés d’une réflexion sur l’avenir des trains Intercités.

 

Les propositions de la FNAUT sont regroupées en 6 points.

 

1. Répondre aux besoins de déplacements : les trains Intercités doivent faire partie de l’offre globale de mobilité, ils sont un outil indispensable à l’aménagement du territoire, en particulier pour la desserte des villes moyennes et des axes transversaux.

 

2. Concevoir des dessertes adaptées aux besoins de déplacements : il faut valoriser l’accessibilité des villes de province, le maillage national du réseau, les relations de cabotage, les trains de nuit et revaloriser les relations parallèles aux LGV et les relations internationales.

 

3. Réinventer les méthodes d’exploitation : il faut développer le cadencement pour pallier les faibles vitesses sur les courtes distances, développer des compositions modulables et des relations directes, améliorer les modalités de correspondances, développer les services à bord.

 

4. Simplifier les méthodes de commercialisation : il est nécessaire de modérer la tarification, d’homogénéiser les modes de distribution, de généraliser la réservation facultative.

 

5. Clarifier les responsabilités de l’Etat et des Régions : il s’agit d’assurer le rôle de l’État pour la définition du réseau ferroviaire national, et de reconstituer le réseau Intercités à l’échelle nationale.

 

6. Pérenniser les financements des trains Intercités : il est indispensable de garantir le mécanisme de financement intermodal des trains Intercités, de garantir des ressources pour le gestionnaire de l’infrastructure, de passer d’une logique de régression à une logique de productivité, enfin de développer une exploitation par délégation de service public.

 

Des encarts complémentaires approfondissent des points spécifiques : enjeux environnementaux, concertation avec les usagers, matériel roulant, élaboration du schéma national des services ferroviaires prévu par la loi du 4 août 2014, complémentarité train-autocar.

 

Deux cartes présentent le réseau des relations Intercités souhaité par la FNAUT.

- Manifeste pour le renouveau des trains Intercités

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT en France
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 07:00

 

Communiqué de presse du 11 mars 2015

 

Droit de retrait : la FNAUT demande un encadrement par voie législative

 

Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre Manuel Valls (voir la pièce jointe), la FNAUT rappelle que, si le droit de retrait des agents des entreprises de transport public est licite « en cas de danger grave et immédiat », son exercice abusif n’est pas acceptable.

C’est ainsi que, le jeudi 29 janvier 2015, l’interruption brutale du service sur la ligne A du RER, fréquentée chaque jour par plus d’un million d’usagers, a provoqué une situation inextricable et des bousculades qui auraient pu mettre en cause la sécurité des usagers.

Le 7 février 2015, une agression survenue la veille dans un TER Lyon-Grenoble a entraîné une paralysie des services toute la journée sur l’ensemble de la région Rhône-Alpes.

 

Des agressions inadmissibles

Les agressions contre les agents des entreprises de transport public (contrôleurs, conducteurs) sont fréquentes. La FNAUT les condamne avec fermeté ; elle exprime sa solidarité avec les agents qui en sont victimes, estime légitime une réaction de leur part et demande à l’Etat de prendre des mesures efficaces pour enrayer l’insécurité à bord des trains.

 

 

Des réactions abusives

La FNAUT ne peut cependant accepter que l’exercice du droit de retrait bloque tout service pendant une journée entière et parfois sur une région entière alors que le danger immédiat a disparu, ce qui est aussi pénalisant pour les usagers qu’une grève surprise et peut avoir pour eux de lourdes conséquences financières, professionnelles et personnelles.

Les pratiques actuelles, disproportionnées et très impopulaires, desservent par ailleurs l’activité économique et la cause du transport public.

 

Un encadrement législatif est nécessaire

Le droit de retrait dans le secteur du transport public terrestre a été reconnu comme licite par la Cour de cassation en 2008, mais rien n’est prévu actuellement pour prévenir son exercice abusif.

Aussi la FNAUT demande au gouvernement d’intervenir par voie législative afin que l’exercice du droit de retrait soit limité à une heure et à la ligne sur laquelle une agression a eu lieu.

 

- Lettre ouverte relative à un encadrement législatif du droit de retrait dans les entreprises de transport public

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Grèves et commentaires
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 06:20

Strasbourg, – mardi 10 mars 2015

 

Le Parlement européen dit non aux méga-camions

 

Alors que la commission parlementaire s'était déjà prononcée avant, la commission transport du Parlement européen a, à son tour et à l’unanimité, voté le mardi le 24 février, son opposition aux méga-camions ou eurocombis expérimentés dans certains Etats lors d’'une séance plénière concernant la directive relative aux poids et dimensions des véhicules lourds.

Ce vote a été salué par des eurodéputés comme " une bonne nouvelle pour la qualité de vie des Européens " et il marque "l'opposition à l'autorisation générale des camions de 25 mètres de long pesant plus de 60 tonnes demandée depuis 2012 ! "

D'autres aspects sont pris en compte comme : la sécurité des usagers de la route et la préservation de l'environnement, avec la promotion des carburants alternatifs et de l'aérodynamisme des véhicules

Ce vote n'en constitue pas moins une petite pierre à l'édifice contre le dérèglement climatique

 

http://www.europaforum.public.lu/fr/actualites/2014/03/pe-tran-gigaliners/index.html

http://www.wk-transport-logistique.fr/actualites/detail/82966/les-mega-camions-recales-par-le-parlement-europeen.html

http://www.deputes-socialistes.eu/?p=11091

Dossier de Presse de FNE sur les Méga Camions :

www.fne.asso.fr/documents/PDF/dp_fne_megascamions_060709.pdf

 

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Transport et Environnement
commenter cet article
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 00:14

 

Un préavis de grève national a été déposé par la CGT à la SNCF pour la journée de mardi.

Le trafic pourrait être perturbé mardi 10 mars en Pays de la Loire même si « plus de 90 % des trains circuleront au niveau national, sur la région et en île de France », a tenuà préciser la SNCF.

Les prévisions de trafic s'établissent :

  • Sur la région des Pays de la Loire, la circulation des trains sera perturbée sur certaines lignes régionales : Angers - Cholet, Nantes - Angers, Le Mans / Chartres / Paris et Le Mans / Alençon / Caen. Neuf TER sur dix circuleront.
  • Trafic normal sur les TGV Paris <> Nantes et trafic normal sur les TGV Province <> Province.
  • Trafic normal pour les intercités.

 

Pour connaître les prévisions de circulation des trains :

  • paysdelaloire.ter.sncf.com ;
  • Tél. : 0810 324 324 (appel gratuit depuis un poste fixe) ;
  • sur mobile : avec les applications SNCF Direct et TER Mobile, à télécharger gratuitement ;
  • dans les gares (informations par affichage et auprès du personnel SNCF).

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Grèves et commentaires
commenter cet article
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 07:16

Objet : communiqué du comité pluraliste
du 05/03/2015

Communiqué de Presse

Appel pour défendre et

promouvoir la ligne SNCF Béziers -– Neussargues –- Clermont-Ferrand.

 

A l’'appel du Comité Pluraliste, venus de l’'Hérault, de l’'Aveyron, de la Lozère et du Cantal, 500 personnes se sont rassemblées à St Chely, samedi 28 février 2015 pour défendre et promouvoir la ligne SNCF Béziers -– Neussargues –- Clermont-Ferrand.

 

Le succès de ce rassemblement avec de nombreux jeunes, actifs et retraités, cheminots, usagers, population, élus, associations, organisations syndicales témoignent d’une mobilisation croissante.

 

Les intervenants ont mis l’'accent sur les questions d’'environnement, de lutte contre les dérèglements climatiques. Il a été démontré que le système ferroviaire, le Train, est 8 fois moins polluants que le Bus, que le transport routier marchandise par camions est responsable de 93 % des coûts externes de transport (650 milliards d’'euros au niveau européen selon une étude de l’'UIC) dus à : accidents–, embouteillages, –changement climatique, –pollution, –santé publique,– consommation d’'énergie.

 

Les avantages environnementaux du rail par rapport à d’'autres modes de transport sont incontestables. Quelle va être la décision du gouvernement, et des Conseils Régionaux pour notre ligne ?

 

Tous les jours, des centaines de signatures sur une pétition en cours contre la fermeture de la ligne parviennent au Comité Pluraliste. Déjà, plus de 5 000 signatures sont recueillies. De plus, les délibérations prises par les Communes et les Intercommunalités appuient cette exigence citoyenne.

 

Une grande manifestation est programmée pour le samedi 25 avril 2015 à Millau.

 

Nul ne pourra rester sourd à cette volonté collective, plurielle, de conserver, de développer cette ligne ferroviaire d'’intérêt national avec le train « Aubrac », les TER, les trains de marchandises, les gares, l'’emploi des cheminots.

 

Une ruralité vivante a besoin des services publics et du train.

 

Nous avons déjà ébranlé les certitudes des directions SNCF par nos mobilisations. Nous appelons le plus grand nombre à venir nombreux à la manifestation de Millau pour gagner ce combat.

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans agir avec la FNAUT
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 07:08

Les Ecologistes dénoncent les déclarations du Premier Ministre qui souhaite la relance du dossier d'A831, autoroute inutile, couteuse et surtout destructrice de zones humides dans le marais poitevin ... Une abération de la politique de la recherche de la croissance à tout prix... et surtout au prix fort (un milliard d'euros !).

le

A831 : Manuel Valls essaie de déterrer un fossile

 

Depuis samedi, les partisans du projet d’autoroute A831 se réjouissent des déclarations d’intention du Premier ministre, qui s’est engagé à demander au Conseil d’Etat la prorogation de la déclaration d’utilité publique (DUP) qui doit s’achever le 12 juillet prochain.

Pourtant, les élu-e-s écologistes du Conseil régional des Pays de la Loire réaffirment que tracer une balafre de béton sur pilotis entre Fontenay-le-Comte et Rochefort pour un cout estimé à près d’un milliard d’euros (dont la moitié d’argent public et sans aucune participation de l’Etat) n’est toujours pas une réponse adaptée aux véritables enjeux de développement et d’aménagement du territoire.

« Au lendemain de l’Appel de Manille – où le Président de la République a réaffirmé son intention d’obtenir un accord lors de la COP21 prévue en décembre à Paris – le Premier ministre déterre un projet désastreux pour les finances publiques, destructeur de l’environnement et loin, très loin des préoccupations quotidiennes des citoyen-nes du territoire, déclare Jean-Philippe Magnen, président du groupe EELV au Conseil régional des Pays de la Loire. Un double discours qui devient une habitude pour le gouvernement : en décembre déjà, l’annonce par François Hollande de sa « conversion » à l’écologie et de son intention de « verdir » la politique gouvernementale était immédiatement suivie par le soutien renouvelé du Premier ministre au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il est pourtant urgent d’abandonner ces projets qui perpétuent la poursuite effrénée d’une croissance carbonée, intensifiant le dérèglement climatique et provoquant hausse de la température, tempêtes et érosion côtière. »

Les élu-e-s écologistes vendéens remarquent que les échéances électorales sont propices à la résurrection des « serpents de mer », les partisans du projet (du PS à l’UMP) pouvant aujourd’hui se féliciter d’avoir « débloqué » le dossier. Leur obstination pour ce projet chimérique conduit en réalité à l’inaction car il existe des alternatives durables qui sont malheureusement ignorées ou sous-estimées :

  • la modernisation de l’axe ferroviaire Nantes – Bordeaux avec la création d’un arrêt en gare de Vélluire afin de mieux desservir le Sud Vendée,

  • la réalisation d’un contournement de Marans (projet pour lequel la Région Poitou Charentes a déjà provisionné 15 M€),

  • et la sécurisation et le réaménagement des départementales 137 et 148.

Pour Michel Perrier élu EELV membre de la commission transport, « ces projets, bien plus intéressants pour les finances publiques et l’environnement, auraient dû être intégrés ou renforcés dans le CPER 2015-2020 adopté le mois dernier par le Conseil régional, comme nous l’avions réclamé. »

Il est donc essentiel d’enterrer définitivement ce projet d’autoroute obsolète, véritable fossile du XXème siècle au coût démesuré pour l’environnement et les collectivités locales, afin de pouvoir porter un aménagement qualitatif du territoire qui réponde aux véritables besoins des usagers.

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 07:00

Février 2015

L'A 831 porte un «coup de grâce porté au ferroviaire» selon l'AUT 85

 

Le Conseil Général de Vendée n'a jamais été un hardi défenseur du ferroviaire... Aucun soutient à la réouverture de la ligne Fontenay - Niort et un appui du bout des lévres concernant Nantes - Bordeaux.

Mais lorsque une route est en péril, tous les moyens seraient-ils bons pour obtenir gain de cause? C'est ce que met en évidence l'AUT 85, car Bruno Retailleau, l'actuel président du CG, concentré actuellement sur la défense du dossier de l'autoroute 831, qui rencontre l'opposition du Ministère de l'Environnement, en aurait oublié les infrastructures ferroviaires.

C'est ce dont l'association des usagers des transports de la Vendée l'accuse. «Le président du conseil général s'apprête à condamner le maintien de la double voies ferrées entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle dans le seul but de faire pression sur la Ségolène Royal, actuelle ministre de l'Environnement».

La décision prise lors du comité de pilotage de l'étude de modernisation de la ligne SNCF Nantes-Bordeaux « est remis en cause par une des parties puisque l'engagement pris par la Vendée n'est pas respecté.» D'ou l'inquiétude de l'association de voir Bruno Retailleau «porter un coup de grâce au ferroviaire en Sud-vendée» avant de quitter le Département.

 

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques