Ici, nous ne parlons pas de transports amoureux, mais nous sommes des amoureux du transport public

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !
Lundi 20 octobre 2014 1 20 /10 /Oct /2014 07:04

logofnaut2012

 

Communiqué de Presse du 17 octobre 2014

 

Prix de l’autocar et du train : une erreur regrettable du ministre de l’Economie

 

Selon Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, le car coûte « de 8 à 10 fois moins cher que le train » : cette affirmation est très éloignée de la réalité.


Il est certain que le train est aujourd’hui trop cher pour une partie de la population française, ce qui explique le succès de l’autocar (Eurolines, iDBus) et du covoiturage pour les déplacements à moyenne et longue distance.


La FNAUT a d’ailleurs souvent dénoncé le niveau excessif des tarifs du TGV pour les voyageurs obligés d’acheter leur billet en dernière minute.

 autocar3

 

Une erreur regrettable


Deux expertises réalisées récemment à l’initiative de la FNAUT (voir annexe) montrent que la différence de prix entre le train et l’autocar est très nettement inférieure à celle qui est avancée par le Ministre.


L’erreur manifeste du Ministre est regrettable car elle accrédite l’idée, répandue mais fausse, que le train est toujours cher, donc fait pour les riches, et que l’autocar est le transport des « pauvres ».


Des tarifs mieux adaptés aux jeunes et aux familles modestes


A juste titre, le ministre de l’Economie souhaite que les tarifs des transports interurbains soient plus accessibles aux voyageurs les plus modestes.


La FNAUT demande donc au Ministre de ramener à 5 %, au titre des services de première nécessité, le taux de TVA sur les transports publics récemment porté de 7 % à 10 %.


Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : FNAUT en France - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 18 octobre 2014 6 18 /10 /Oct /2014 08:31

Rassemblement citoyen contre la Fermeture du point de vente et d’information de la SNCF à La Chapelle sur Erdre

 

Photos de Association Chapelaine : Pour une alternative écologiste et citoyenne ·

 

La boutique SNCF  de la Chapelle sur Erdre va fermer…

 

Faisant suite à l’annonce de la fermeture du point de vente et d’information de la SNCF à la Chapelle sur Erdre l’association « pour une Alternative Écologiste et Citoyenne », organisait un grand rassemblement citoyen le vendredi 17 octobre à partir de 17 h 30 devant la boutique rue Olivier de Sesmaisons à la Chapelle sur Erdre.
Quelques 300 personnes ontt répondu présente pour manifester leur opposition à cette fermeture. En effet, la SNCF a annoncé la fermeture prochaine de la boutique. Un comble alors que la ligne de tram train vient de réouvrir..

 

A l'occasion de ce rassemblement, une prise de parole a permis aux différentes organisations de s'exprimeer sur le sujet.

Outre l'association « pour une Alternative Écologiste et Citoyenne » instigatrice du rassemblement, les syndicats se sont exprimés à leur tour, la FNAUT a, à l'occasion de son intervention, pu rappeler l'historique du dossier :

  • la suppression des trains entre Nantes et Châteaubriant,
  • puis l'intervention de l'association auprès des maires pour défendre les points de vente restant même sans trains,
  • la mise en place d'une boutique dans la commune alors que la gare était détruite suite à la construction de la rocade ...

Gérad GAUTIER  pour la FNAUT insista sur le paradoxe des décisions de la SNCF qui après avoir lancé la ligne Nantes -- Châteaubriant ferme la boutique ensuite...  Rappelant devant les manfestants avec humour que "la SNCF n'en ratait jamais une..."

 

Réouvrir une ligne et fermer la boutique ... tel est la devise de la SNCF

 

La réouverture de la voie ferrée devait conforter le maintien de la boutique SNCF mais ce n'est pas vers cela que tend le transporteur qui a grand coup de fermetures, élague son réseau de distribution  partout sur le territoire nationale. avec le mot rentabilité comme seule légitimité... 

Une pétition pour dire son opposition à la fermeture

 

L’association « pour une Alternative Écologiste et Citoyenne » a lancé également une pétition  :


http://www.change.org/p/a-tous-les-citoyens-du-canton-de-la-chapelle-sur-erdre-stop-%C3%A0-la-disparition-des-services-publics-de-proximit%C3%A9-demandons-le-maintien-du-point-d-information-et-de-vente-de-la-sncf-de-la-chapelle-sur-erdre


 

Cette pétition lancée par la "PAEC" , association Pour une Alternative Écologiste et Citoyenne pour le maintien de la boutique SNCF" a déjà recueilli plus de 2000 signatures depuis son lancement .


 

Contact pour l’association « pour uneAlternative Écologiste et Citoyenne ».

Isabelle Verdon.

Conseillère municipale d’opposition à la Chapelle sur Erdre.


Contact de la FNAUT
 



Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : Nantes - Châteaubriant - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 18 octobre 2014 6 18 /10 /Oct /2014 07:00

 

http://www.agirpourlenvironnement.org/sites/default/files/imagecache/illustration_une_580_300/images/unes/C40.gif

Transport de marchandises : Un train de retard ?!

La campagne Transport de marchandises : Un train de retard ?!, éditée à 80 000 exemplaires, a été initiée par 5 partenaires afin de faire pression sur le premier ministre, le secrétaire d'Etat aux transports et sur le président de la SNCF, afin d'obtenir :

  • l'inscription dans la loi de transition énergétique d'un objectif de réduction de 50% en 2030 du trafic poids lourds en zone de montagne,
  • de revenir sur la décision de généraliser la circulation des 44 tonnes,
  • de mettre un oeuvre une écotaxe poids lourds
  • et d'adopter un moratoire sur la fermeture des gares, triages et lignes fret.

 

Cette campagne a débuté le 1er juillet 2014 et devrait se clore le 31 décembre 2014.

 

Pourquoi cette campagne ?

Les demandes

Participez à cette campagne : http://www.agirpourlenvironnement.org/campagne/fret-ferroviaire

 

En savoir plus :

  • Avis sénatorial sur la loi de finances pour 2014 Transports routiers par Ronan Dantec
  • Rapport d’information n°1937 « Pour une politique durable du transport de marchandise : l’éco-redevance poids lourds » par Jean-Paul Chanteguet
  • Pollutaxe maintenant : http://www.pollutaxe.org/
  • Le vrai/faux de l’éco-redevance : http://www.fne.asso.fr/fr/nos-dossiers/transports--mobilite-durable/eco-redevance/vraifaux.html
  • Vu du Fret n°4 – 20 propositions pour enrayer le déclin - http://fr.calameo.com/read/0017987325b415b7b9314

 

LogoAPE1.jpg

 

Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : Il faut sauver ... Agir avec la FNAUT - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 17 octobre 2014 5 17 /10 /Oct /2014 15:30

nv logo fnaut

Communiqué de Presse du 16 octobre 2014

Libéralisation du transport par autocar : miser sur la complémentarité

 

La libéralisation totale des liaisons interrégionales par autocar, actuellement autorisées uniquement sous forme de cabotage sur des relations internationales, vient d’être annoncée par le ministre de l’Economie.

 

La FNAUT plaide pour la complémentarité et l'optimisation des différents modes de transport au profit des voyageurs.

 

Complémentarité ou concurrence ?


Des liaisons routières régulières sont nécessaires sur des itinéraires actuellement non desservis par le train, afin de répondre à des besoins non satisfaits de mobilité. Mais si les liaisons routières se multiplient à l’initiative des seuls transporteurs routiers, l’autocar deviendra inévitablement un concurrent, et non un complément, du train.

 

La libéralisation du transport par autocar ne doit pas menacer la pérennité des services ferroviaires, déjà fragilisés par la concurrence de l’avion à bas coût, de l’autocar caboteur et du covoiturage. Il faut en effet éviter le retour d’une partie des voyageurs à la voiture, contraire aux objectifs de la loi sur la transition énergétique.

 

P1070915

 

Une régulation de la concurrence est indispensable


La libéralisation du transport par autocar est prématurée : elle doit être précédée d’une forte amélioration de la qualité et de la productivité du système ferroviaire. Cette amélioration ne doit pas résulter d’une réduction de l’offre à une minorité d’axes à fort trafic mais d’une valorisation du réseau ferré classique.

 

La FNAUT demande donc :

  • que la libéralisation du transport par autocar soit régulée par les pouvoirs publics ;
  •  qu’elle soit précédée de l’introduction de la concurrence dans le secteur ferroviaire, sous forme de délégations de service public comme dans le transport urbain ou départemental, afin de provoquer une amélioration des services ferroviaires et une baisse des prix ;
  • que l’Etat et les Régions organisent, dans le cadre d’un schéma national de mobilité, l’ensemble des services de voyageurs à longue distance, ferroviaires et routiers, afin de garantir une complémentarité entre ces services ;
  •  enfin que le régulateur ferroviaire actuel, l’ARAF, se voit attribuer des fonctions intermodales.

 

autocar3.jpg

Transport par autocar : complémentarité ou concurrence du mode ferroviaire ?

 

 

Contacts presse 

  • Jean Sivardière, président de la FNAUT : 04 76 75 23 31
  • Jean Lenoir, vice-président de la FNAUT : 06 19 09 78 89
Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : FNAUT en France - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 16 octobre 2014 4 16 /10 /Oct /2014 08:30

images eelv

 

Communiqué de Presse du 9 octobre 2014

 

Suspension de l’écotaxe : qui paiera les pots cassés ?

 

 

EELV dénonce la décision prise par la ministre de l’écologie Ségolène Royal de repousser une nouvelle fois la mise en application de l’écotaxe prévue pour le début de l’année 2015.

 

Cette décision est d’autant plus surprenante qu’une phase d’expérimentation était en cours depuis le 01 octobre, afin de prendre le temps d’évaluer l’impact d’une telle mesure. Cette précipitation, qui donne raison aux pressions et aux menaces des lobbies routiers contre l’intérêt général, est particulièrement choquante pour les écologistes.

Cet énième report en forme d’enterrement est un signal terrible au moment où la transition énergétique française est en passe d’être engagée, permettant à notre notre pays de se tourner vers les solutions d’avenir et un modèle de développement plus propre, plus sain et durable.

 

P1020920

Sur la RCEA

 

Ce dispositif, qui existe dans de nombreux autres pays en Europe (Allemagne, Autriche, République Tchèque, Slovaquie, Pologne…), a déjà démontré des succès probants, en privilégiant les circuits courts et une utilisation plus effective du transport routier. En Allemagne, où nos décideurs publics ont tendance à prendre exemple en matière économique, elle génère plus de 4 milliards d’euros.

 

De nombreuses mesures compensatoires avaient été prises à l’origine, dès 2009, pour favoriser le transport routier (diminution de la taxe à l’essieu, exonérations fiscales diverses, comme la TICPE1) en prévision de la mise en place de l’écotaxe.

 

Rien ne justifiait donc cette victoire des lobbies.

 

En France, ce dispositif, déjà fortement raboté au demeurant (4300km au lieu de 15000km prévu initialement, engendrant moitié moins de recettes) aurait permis de financer et de développer d’autres modes de transports, moins polluants, comme le frêt ferroviaire et fluvial. De nombreux projets sont désormais gravement menacés. S’ils parviennent à voir le jour, ce sera au prix d’efforts supplémentaires de la part des contribuables, qui paieront pour les pollueurs.

 

Cette décision pose la question de la réelle volonté de la France de se moderniser et de se tourner vers une voie écologique.

 

Les questions locales de pollutions sonores, de pollutions de l’air, de rénovation des routes, rencontrées par nos concitoyens, ou les questions internationales d’émissions de Gaz à effet de serre et de réchauffement climatique ne sont malheureusement pas, elles, reportées «sine die».

 

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux EELV

 

 

Voir les précédents  communiqués de Presse 

du 4 avril 2014 :  Remise à plat » de l’écotaxe : EELV pour une vraie taxe poids lourds

du 21 ocobre 2013 : Ecotaxe : halte à la démagogie ! 

 


Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : Ecotaxe, Taxe Carbone, contribution Energie-Climat - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 16 octobre 2014 4 16 /10 /Oct /2014 07:30

fnaut logo pdl

 

 

Pour bien voyager, il faut être bien informé... Voici une liste des meilleures applications mobiles de transport disponibles sur le marché.

Nantes - Naoned bus
Disponible uniquement sur Android, un portage iOS est en cours.
Elle est née de l'absence d'application mobile pour les transports de Nantes et avant la mise en place de l'Open Data. Lorsque la TAN a sorti son application, le développement ne s'est pas arrêté pour autant et a motivé le développeur pour l'améliorer. C'est l'application la plus utilisée par les jeunes nantais aujourd'hui sur Android.

Celle-ci est mon application de prédilection en Île de France. Elle existe pour iOS et Android, elle est rapide, efficace et utilisable aussi sur le site internet. C'est intuitif et multitude, mais pas multimodale. Mais elle permet de se passer des applications franciliens et de ne garder que Tranquilien. Elle fonctionne dans plusieurs villes dans le monde, mais seulement des capitales. C'est une application anglaise dont le siège est à Londres, regardez les descriptifs de mise à jour qui sont hilarants. Elle a même été classée parmi les applications indispensables sur l'App Store d'iTunes.

Transit App est probablement l'application la plus innovante en terme d'interface. Elle est la plus utilisée par les jeunes nantais sous iOS. Elle propose automatiquement lors de son lancement les prochains passages des transports situés aux arrêts autour d'un périmètre définissable par l'utilisateur. C'est développé par une équipe canadienne basée au Québec.

J'ai mis Moovit, mais je ne suis pas super fan, je trouve que l'interface n'est pas super pratique justement par rapport à toutes les autres, par contre elle met en avant les erreurs dans les fichiers GTFS, un peu malgré elle, mais par exemple pour choisir le tramway à Nantes on a le choix entre tous les services partiels existants, ce qui montre la faiblesse du fichier GTFS. Elle fonctionne sous Android et iOS.

Rengo est une suite de 6 applications mobilité fonctionnant sous iOS. Elle est multi-services, elle propose en une seule interface l'ensemble des services mobilités des villes proposées, avec de la cartographie et du calcul d'itinéraire. Elle a été la première application mobile disponible sur iOS pour Bordeaux, Nantes et Rennes et proposait déjà les départ des trains avant que la SNCF ne sorte son application dédiée, c'était d'ailleurs la fonction phare lors de son lancement.
nv-technologie 0626
Du door-to-door worldwide, ça permet d'avoir les itinéraire (sans les horaires) en porte à porte à travers le monde. L'application ne donne pas les horaires, mais les fréquences de passage des transports en commun. C'est développé par des Australien avec une interface web super sympa. Elle existe en version mobile pour Android et iOS.

Tisséo a développé une appli sympa. C'est la seule application développée par un réseau proposant de la cartographie !

Toulouse transport
Une application développée par une startup toulousaine Instant system. Elle propose la même chose que l'application Tisséo officielle, mais avec une interface plus agréable et un petit plus, du calcul d'itinéraire vélo et marche à pieds. Elle n'existe que pour iOS.

Angoulême STGA a conçu une appli innovante pour les aveugles et mal voyants

Ce petit réseau repris en régi récemment (ex-Veolia) a développé en interne sa suite d'application en essayant de proposer des services qui soient innovants. Ils sont le plus petit réseau à proposer le billet électronique.
C'est le seul réseau à mettre à disposition une application mobile pour les mal voyants.
Co-Rider est une application qui ne fait que calcul d'itinéraire et du guidage GPS à vélo. Par contre, elle permet d'enregistrer un itinéraire et de l'exporter en GPX ou PDF, et peux importer des itinéraires au format GPX ou KML, par exemple un relevé GPS ou une recherche sur Google Maps. Elle propose également le guidage vocal, par contre pour utiliser cette fonction il vaut mieux un casque car sinon à vélo on n'entend rien. Elle peut se connecter avec l'application DropBox ou même Evernote pour échanger les documents. Elle n'existe que pour iOS.
Les itinéraires proposés sont cohérents et très bons et elle est très réactive. En outre, elle est en mesure de recalculer automatiquement et rapidement l'itinéraire en cas de déviation du parcours, par exemple une rue fermée à cause de travaux.

Whoosh est une application de paiement de stationnement par mobile assez simple et plutôt bien faite. Elle permet d'utiliser le stionnament sans avoir à courir après un ticket. Pour l'utiliser il faut bien évidemment créer un compte dans lequel il faudra stocker ses coordonnées bancaires afin d'être prélevé pour le paiement. Ça ne fonctionnement pas dans toutes les villes, mais Cannes, Compiègne, Gravelines, Honfleur, Le Touquet, Saint-Émilion (la bouteille n'est pas offerte) et Saumur. Elle permet même d'exporter les tickets de paiement au format PDF, pour un remboursement par exemple. C'est développé par le groupe Parkeon, bien connu pour ses automates de paiement. L'interface est très agréable et très sympa.

Il y a UrbanPulse qui est développée par Veolia, ce n'est pas une application mobilité à proprement parler. En fait c'est une application sociale qui recense tout ce qui se passe dans sa ville et propose un itinéraire pour y aller. Elle mélange information, réseau social et calcul d'itinéraire. Le concept est original et elle permet des itinéraires avec n'importe quel mode, j'ai pas testé le vélo, alors je ne sais pas ce que ça vaut. Elle fonctionne dans pas mal de villes dont Strasbourg et une bonne partie de l'Alsace, IdF, Rennes, Bordeaux etc … Ce qui est dommage c'est qu'elle n'est pas capable de faire du calcul auto + P+R + TC, ça serait le plus indispensable notamment pour les ruraux qui se déplacent en ville.

WayzUp est une application qui a été développée spécialement pour le covoiturage domicile-travail. Elle propose de la cartographie des itinéraires et intègre un mini réseau-social interne entre covoitureurs le tout emballé dans une jolie interface. Elle permet d'annoncer à distance le départ à ses passagers.

Vous connaissez tous Capitaine train, ce service qui concurrence la SNCF pour la vente en ligne de billets de trains ? Et bien il existe aussi une version mobile, bien évidemment avec les mêmes services que sur le site internet, à savoir une interface légère qui propose tous les services Ouigo, Eurostar, iDBUS etc, même thello ou DB ! Annecdote, lors de la dernière grève de la SNCF, elle permettait même de rembourser les billets ! On peut aussi payer avec PayPal, chèque vacances ou chèques voyages. En quelque sorte vous pourrez faire avec tout ce que ne permet pas l'application SNCF. le but des développeurs ? Plus rapide, plus simple et sans pub.

Pour terminer, voici skobbler. il s'agit d'une application GPS, donc auto, mais aussi vélo et piéton. C'était développé par des berlinois, mais elle a été rachetée par Scout, une startup US spécialisée dans les application de guidage. L'équipe de développement berlinoise est néanmoins restée.
Elle utilise OSM comme cartes. L'intérêt c'est que le calcul GPS pour le vélo est cohérent avec ce qu'attend un cycliste, par exemple à Nantes elle sait proposer les navibus pour traverser la Loire. L'interface est agréable et simple et couvre une bonne partie du monde. Il est possible d'enregistrer des itinéraires favoris ou de les partager. Elle permet un mode 3D et un guidage vocal comme n'importe quel GPS. L'utilisateur à le choix de télécharger une carte hors-ligne ou pas, la première est gratuite, les autres sont payantes, mais c'est par pays, autant dire que dans les faits vous ne paierez quasiment jamais pour l'utiliser, sauf si vous êtes de grands voyageurs à vélo.
Capture d’écran 2014-04-24 à 21.10.18
Comme je l'avais déjà écrit, en général, les applications développées par les réseaux ne sont que des moules standards modulaires qui sont adaptés aux désidératas des AOT clientes. ça coute moins cher en développement car il y a un service de base, il suffit d'adapter l'interface et les services au besoin. C'est fait pour être standardisé et faire du développement à moindre de cout qui sera rentabilisé sur le volume, mais pas du tout pour être innovant. C'est une des raisons pour laquelle il n'y a jamais de cartographie qui nécessite un serveur, ce n'est pas incompatible, juste plus lourd donc plus cher.
L'application TCL ne propose la cartographie que pour la géolocalisation, mais pas pour le calcul d'itinéraire.

La majorité des applications présentées ici (CityMapper, Transit App, Moovit, Toulouse transport) utilisent le moteur de OpenTripPlanner, un logiciel de calcul d'itinéraire OpenSource. C'est développé par une startup new-yorkaise, et ils ont créé l'application au départ pour le réseau Trimet de Portaland. Je crois que Naoned bus va peut être y passer. Ces applications nécessitent un serveur Tomcat (JAVA) qui héberge les données en cloud et le téléphone ne sert que de point d'accès.

Aymeric GILLAIZEAU
Fnaut Pays de la Loire
Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : Les bons plans de la FNAUT Pays de la Loire - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 15 octobre 2014 3 15 /10 /Oct /2014 08:30

fnaut logo pdl

 

octobre 2014

 

 

 

La fréquentation du TER Pays de la Loire en baisse sensible en 2013

 

 

La fréquentation a baissé de 2,4%, avec a priori plusieurs causes : activité économique stagnante, et des ménages en  difficulté, recours croissant au covoiturage, travaux sur le réseau, carburant à un niveau tel qu’il ne pousse pas à la recherche systématique du recours au transport public.


Le nombre de cartes de réduction délivrées aux jeunes pour leurs déplacements non scolaires baisse depuis 2011, ce qui pourrait venir du covoiturage.


Cette baisse de fréquentation est inégalement répartie. Elle touche très faiblement  les 3 plus importantes liaisons, soit Nantes vers Angers, St Nazaire et la Roche sur Yon, avec des pertes au pire de 0,5%. Le poids des trajets domicile travail effectués à tarif très subventionné, la difficulté d’accéder en voiture au centre de Nantes, de bonnes fréquences peuvent expliquer ces résultats.


Ces arguments devraient pouvoir encore s’appliquer aux 2  liaisons suivantes, Angers Saumur et Angers le Mans, même si la baisse y est un peu plus sérieuse.

pays de la loire

Ces 5 liaisons (toutes à plus de 1200000 voyages par an ou 3350 voyages/jour) qui assurent un peu plus de la moitié du trafic régional, ne baissent que globalement de 1%.


La fréquentation des liaisons ferroviaires moins fréquentées, et trois fois plus nombreuses,  baisse par contre de 4% en moyenne. La faible fréquence des trains, et  donc un plus faible pourcentage de déplacements domicile travail, des vitesses pas toujours élevées, les rendraient plus sensibles à la concurrence de la voiture et du covoiturage.


Les recettes directes (billets) ont baissé de 7% et couvriraient encore 30 % des charges.


En 2014, la Région table sur une poursuite de ces tendances avec une prévision de près de 5% de baisse des recettes, et une augmentation des charges d’autant, dues à Nantes Châteaubriant, et à la croissance des versements à RFF. Le taux de recouvrement descendrait à moins de 29%.


La crise et le covoiturage mettent les TER sous pression. Des solutions sont connues :


  • le cadencement en 2017, qui devrait attirer de nouveaux usagers, à condition de réduire les « trous  horaires » de desserte
  • une meilleure coordination entre les différentes AOT, sous pilotage région
  • des liaisons mutualisées et plus longues dépassant les frontières régionales, entre agglomérations principales (exemple récent de Saumur / la Roche sur Yon / les Sables d’Olonne) 
  • Un service meilleur et plus fiable
  • L’amélioration des infrastructures, pour plus de rapidité et de fiabilité
  • Une tarification plus adaptée aux nouvelles demandes
  • La taxation accrue du gas-oil, pour qu’il couvre mieux ses effets externes

 

P1040293

rame TER en gare d'Angers

Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : TER en Pays de la Loire - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 15 octobre 2014 3 15 /10 /Oct /2014 07:30

logofnaut2012

Communiqué de Presse du 14 octobre 2014

Les super-bénéfices autoroutiers doivent financer les infrastructures de mobilité durable

 


La FNAUT est choquée que la ministre de l’Ecologie, après avoir fait échouer le projet d’écotaxe poids lourds, propose aujourd’hui une baisse des péages autoroutiers et même la gratuité des autoroutes le week-end ou aux heures de pointe.


Vouloir stimuler ainsi la circulation routière est irresponsable dans le contexte environnemental actuel, et totalement contradictoire avec la présentation d’une loi sur la transition énergétique.


Suite à l’abandon consternant de l’écotaxe, l’Etat manque dramatiquement de ressources et ne parvient pas à financer les projets d’avenir : transports collectifs urbains en site propre, lignes à grande vitesse et modernisation du réseau ferré classique (il manque plus d’un milliard d’euros par an pour enrayer son vieillissement).


P1110785

Les super-bénéfices autoroutiers doivent servir à financer les infrastructures de mobilité durable et non à baisser les péages ou à financer de nouveaux projets autoroutiers.


Une baisse des péages autoroutiers ne pourrait par ailleurs qu’inciter les voyageurs à délaisser les transports publics, dont l’équilibre financier est aujourd’hui fragilisé.


La FNAUT regrette que la ministre de l’Ecologie propose une baisse des péages autoroutiers alors qu’elle n’a pas protesté lors de la hausse de la TVA sur les transports publics, dont une utilisation accrue permettrait des économies importantes de pétrole et une réduction des nuisances routières.

 

 

Contacts presse :

  • Jean Sivardière, président de la FNAUT : 04 76 75 23 31
  • Fabrice Michel, responsable communication : 01 43 35 35 75
Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : Peut mieux faire ! - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 14 octobre 2014 2 14 /10 /Oct /2014 09:00

  logo 3x3cm

 

Sans plus attendre les réactions n'ont pas tardé suite à l’annonce par Ségolène Royal de suspendre "sine die" l'écotaxe poids lourds. Sans surprise, c'est l’opposition et les élus écologistes qui critiquent le plus "vertement" cette décision alors que les soutiens se font plus discrets...

 

 

SOUTIENS


Manuel Valls, Premier ministre

"C'est une décision sage car le dispositif était devenu incompréhensible. La ministre a eu raison de suspendre son application sine die. Il faut trouver une solution pérenne et simple". 

 

Jérôme Dubus, conseiller de Paris UMP et délégué général du Medef Ile-de-France

"Suspension de l'écotaxe, une très bonne mesure pour l'économie, il n'y a plus que certains élus de droite qui soutenaient cette taxe inique".

 

CRITIQUES


Frédéric Cuvillier, député PS, ancien secrétaire d'Etat aux Transports

"Taxe poids lourds, 1 abandon qui pose + 2 questions qu'il n'apporte de réponse. #financement infrastructures #contrat Ecomouv" (tweet)

 

Jean-Paul Chanteguet, député PS et rapporteur de la mission d'information parlementaire sur l'écotaxe

"Cette écotaxe présentait l'avantage de procurer à l'Etat des ressources, qui lui permettent de financer l'entretien des routes mais aussi le développement d'infrastructures alternatives de transport durable comme le chemin de fer ou les voies fluviales". "Sans ces moyens, l'Etat n'est plus en mesure d'assurer sa responsabilité" (communiqué)

 

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

"Quel avenir pour les projets de fret ferroviaire et fluvial ? Alors que le débat parlementaire en cours a éclairé la faiblesse du projet de loi de transition énergétique pour la croissance verte en matière de logement et de transport, cette annonce vient doucher les minces espoirs de celles et ceux qui attendaient un engagement ferme du gouvernement pour la transition écologique." (communiqué)

 

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV

"Je suis scandalisée parce que si cette écotaxe avait été mise en place, c'était surtout pour avoir une évolution du trafic routier, diminuer les pollutions et harmoniser au niveau européen ce qui se fait déjà dans d'autres pays. Et aujourd'hui, on arrête tout parce qu'il y a un ultimatum des routiers alors même qu'ils ont eu beaucoup de contreparties à cette écotaxe depuis 2009"."Qui va payer pour la pollution de l'air ? Pour l'entretien des routes ? (...) ça va être encore les consommateurs, les citoyens et les automobilistes". (iTélé)

 

Christophe Najdovski, adjoint EELV à la mairie de Paris, chargé des Transports

"De reculade en reculade, tout cela vire à la pantalonnade" (tweet)

 

 Esther Benbassa,  EELV, sénatrice EELV

"Je me demande si la place des lobbies n’est pas aussi importante que le Parlement. Et c’est un vrai problème. On vit sous l’effet des lobbies "

 

Corinne Rufet, conseillère régionale EELV d'Ile-de-France, vice-présidente en charge de l’Environnement

"C’est un pur scandale. Cette mesure avait été prise pour diminuer la pollution de l’air et rattraper le retard pris par rapport aux autres pays européens »(...) « Le gouvernement plie devant l’ultimatum des transporteurs routiers au beau milieu du débat sur la transition énergétique, c’est un signal désastreux à un an de la conférence sur le climat."

 

Pierre Serne, EELV, conseiller régional EELV d'Ile-de-France, vice-président aux transports et à la mobilité


"Même si on le sentait venir, ce énième recul devant le lobby routier pèsera lourd sur les projets transports en manque de financements mais aussi sur la pollution et donc la santé des Français-es. C'est honteux et criminel." (...) "L’Etat avait déjà pris beaucoup de retard dans les co-financements des projets, aujourd’hui nous craignons qu’il se désengage complètement des projets de transports, et notamment du Nouveau Grand Paris."

 

Yann Wehrling, porte-parole du MoDem

"La concertation avec les professionnels des transports, réussie dans plusieurs pays européens dont l'Allemagne par exemple, a été bâclée en France. A cela s'ajoute l'ambiance exécrable de consentement à l'impôt qui rend, pour tous, n'importe quelle nouvelle taxe inacceptable, aussi justifiée et vertueuse soit-elle. Bref, l'écotaxe paie les frais d'un manque de convictions doublé d'une politique fiscale désastreuse." (communiqué)

 

Yves Pozzo di Borgo, sénateur UDI

"Quelle faiblesse ce gouvernement! Supprimer l'écotaxe. Les réformes sont impossibles".

 

Nathalie Kosciusko-Morizet, députée UMP et ancienne ministre de l'Ecologie 

"Par manque de courage, Ségolène Royal tue l'#écotaxe et assassine l'écologie" (tweet)

 

Hervé Mariton, député UMP et candidat à la présidence de l'UMP

"Le piteux abandon de l'écotaxe est le résultat d'un grand désastre pédagogique, d'une grande lâcheté de la part du gouvernement, d'une grande incurie de gestion. La droite n'a pas suffisamment expliqué cette taxe, n'a pas fait tout le travail pédagogique mais la gauche a considérablement aggravé les choses. C'est un désastre ruineux et stupide." (déclaration à l'AFP)

 

 

 

Voir aussi :

http://www.lagazettedescommunes.com/282435/lecotaxe-poids-lourds-a-nouveau-suspendue-et-bientot-enterree/

 

A suivre...

Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : Ecotaxe, Taxe Carbone, contribution Energie-Climat - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 14 octobre 2014 2 14 /10 /Oct /2014 08:00

nv logo fnaut

Communiqué de Presse du 13 octobre 2014

 

 

Emprunts routiers illégaux : RFF devra poursuivre le département

La cour d'appel de Lyon ordonne à RFF d'engager des poursuites

contre le département sous astreinte

 

La ligne Rives-St Rambert ne connaît plus de trafic sur l’essentiel de son parcours depuis de nombreuses années, mais celle-ci n’a jamais été déclassée et reste donc dans le domaine public ferroviaire de Réseau ferré de France. La Région Rhône-Alpes envisage d’ailleurs à long terme sa remise en service au trafic voyageurs.


A cinq endroits différents (au passage de la RD156 et RD519), le Département de l’Isère a « emprunté » la voie ferrée pour y réaliser des travaux routiers et éviter de construire des passages dénivelés, rendant ainsi très difficile la réaffectation de la voie ferrée au trafic ferroviaire.

RFF avait dans un premier temps délivré de simples autorisations orales, puis, postérieurement aux travaux, écrites. Ces deux types d’autorisations ont été jugées illégales sur recours de la FNAUT, les premières comme « inexistantes », les secondes comme incompatibles avec l’affectation du domaine public.


Dès lors, c’est sans autorisation régulière que le Département a aménagé ces emprunts routiers sur la ligne ferroviaire. La Cour juge que RFF ne peut invoquer l’intérêt de la sécurité routière pour refuser de constater les infractions et engager les poursuites dès lors qu’il ne s’agit pas d’intérêt ferroviaire dont il a seul la charge. 


Aussi, pour la première fois en France, une Cour d’appel condamne dans un cas précis le laxisme de RFF dans la protection de son domaine public ferroviaire et ordonne :

  • La constatation des 5 infractions par procès verbal de contravention de grande voirie.
  • L’engagement des poursuites devant la juridiction compétente.
  • Une astreinte de 100 euros par jour de retard à engager lesdites poursuites (au delà d’un délai de 2 mois)
  • Le versement d’une indemnité de 1200 euros à la FNAUT.

Les poursuites qui devront être engagées par RFF devront normalement conduire à la condamnation du département au réaménagement de ces passages routiers par installation de passages à niveau préservant la fonctionnalité ferroviaire de la ligne.


La FNAUT sera particulièrement attentive à la suite de cette procédure, unique à ce jour, et qui devra permettre de mettre fin au laxisme de RFF dans la protection des lignes inutilisées mais susceptibles de réouverture.

 

 

Contact presse : Xavier Braud, juriste conseil de la FNAUT : 02 32 43 40 02 ;  xavier.brionne@orange.fr.

 

 

Voir aussi précedent jugement  : Le jugement du T. A. de Grenoble du 5 novembre 2013 relatif à la ligne Rives-St Rambert très favorable à la FNAUT

 

 voir : http://voiesdesaffectees.free.fr/rives-strambertdalbon.html

Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : Contentieux et actions juridiques fnaut - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

Syndication

  • Flux RSS des articles

... Et avant !

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Nos rubriques

Archives

Vous aimez ?

Vous cherchez ?

OverBlog

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés