Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 06:04

Vendredi 22 mai, dans les Pays de la Loire, quatre TER sur dix ne circuleront pas.

Plusieurs  syndicats appellent à une grève régionale reconductible à partir du vendredi 22 mai. Ce mouvement va perturber essentiellement les trains régionaux en Pays de la Loire.

 

Le Trafic des TGV sera normal

D'après la SNCF, "en moyenne, six TER sur dix circuleront. Les TGV et trains intercités rouleront normalement".

Comme à chaque mouvement de grève les prévisions de trafic des trains, ligne par ligne, sont consultables:

  • par téléphone (0800 58 42 60),
  • sur internet (paysdelaloire.ter.sncf.com) ou
  • en affichage dans les gares
  • et sur les applications SNCF et TER mobile (téléchargement gratuit).

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Grèves et commentaires
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 23:50

La ville de Laval organise la deuxième édition de "Laval sans voiture."

 

Rendez-vous est fixé le dimanche 17 mai au square de Boston à partir de 14h30 pour des circuits à vélo, à roller ou à pied. Des promenades en calèche sont également organisées à l’occasion de cette animation ouverte à tous et entièrement gratuite !

Les automobiles devront, dans dans la plupart des rues de l'hypercentre, à l'occasion de ce dimanche après midi, partager l’espace avec d’autres moyens de locomotion.
« L’idée est de permettre aux gens de se réapproprier la ville sur de petits parcours, de valoriser les pistes cyclables et montrer qu’il est plus facile de circuler à pied ou à vélo que l’on ne le pense », indique Claude Goupil, du service de communication.
L'objet est de
découvrir la ville sur un circuit réservé aux véhicules non motorisés....À pied, à cheval, à vélo, à roulettes…

 

Cette manifestation est organisée avec le soutien et la participation des associations Place au vélo, Audax et le comité d'animation du Bourny section roller.

Cette manifestation a été programmé avec l'aide de diverses associations dont "Place au Vélo" de Laval. Les départs des balades sont prévus dès 14h30 et  même  les TULs pourront prêter des vélituls, sur présentation d’une pièce d’identité. Ce qui est prévu :

  • des promenades en calèche de 14h30 à 17h, avec un circuit en centre-ville;
  • un circuit en roller, de 14h30 à 16h30, avec casque et protections obligatoires;
  • des randonnées pédestres sur deux circuits de 5,5 et 7 kilomètres ; un plan sera remis aux participants;
  • et enfin des circuits cyclistes : un de 13 kilomètres, en ville, avec encadrement, partira à 14h30, et l'autre à la campagne de 32 kilomètres Le port du casque est obligatoire.

Rien d'ambitieux dans tout cela.

Lorsque les premières opérations furent lancées par Dominique VOYNET, Ministre de l'Environnement, Laval avait refusé, mettant en avant qu'il ne fallait pas pénaliser les gens , les salariés. A l'époque, l'opération se déroulait , il est vrai en semaine ... Beaucoup plus tard, de nombreuses années sont passées. Il faut croire que les mentalités ont évolué, y compris chez les élus du même bord politique...

Mais un dimanche après midi, au moment le plus creux de la journée, cela n'est tout de même pas ambitieux...

 

NB : Les cyclistes et pratiquants de roller sont priés de se munir de leur propre équipement

Télécharger le programme

 

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 12:00

Appel à la mobilisation

Le rassemblement du 7 mai 2015 à la Préfecture de La Roche sur Yon où doit se tenir le Comité de Pilotage devant statuer une nouvelle fois sur la mise en voie unique de la section ferroviaire entre La Rochelle et La Roche sur Yon.

RFF aujourd'hui SNCF Réseau, propose une VU (voie unique) de 102 km avec un point de croisement à Luçon et un abaissement de la vitesse sur tout le parcours selon les infos dont nous disposons à 60 km/h et 40 km/h en période de fortes chaleurs.

 

Une offre ferroviaire rabotée une fois de plus

Deux circulations des vendredis et dimanches soir seront supprimées entre Bordeaux et Nantes et Nantes et Bordeaux à partir de décembre 2015 ne laissant plus que 3 Allers Retours quotidiennement et plus de pointe de fin de semaine. Les derniers trains au départ de ces deux villes se situeront vers 15h00. Quid des correspondances ?

 

Une mobilisation citoyenne

La mobilisation est d'importance afin de parer une nouvelle fois à l'urgence de la menace et de contrer les orientations qui sont faites pour favoriser :

  • la dégradation de cette axe ferroviaire majeur pour l'aménagement du territoire,
  • la suppression d'une liaison inter-citée capitale entre deux métropoles régionales de la façade atlantique 
  • la mise en place des liaisons autocars "Macron".

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 10:00
Le train la Roche sur Yon - la Rochelle bientôt en situation de handicap !

Ci-joint une des rares réactions politiques soutenant la mobilisation du 7 mai...

 

Communiqué de Presse d'EELV du 5 mai 2015

 

Groupe local de La Roche sur Yon Centre Vendée

 

 

Le train la Roche sur Yon - la Rochelle bientôt en situation de handicap!

 

Europe Écologie les Verts appelle les défenseurs des transports collectifs à manifester jeudi 7 mai à partir de 14h30 devant la Préfecture de Vendée à La Roche sur Yon.

Cette manifestation organisée par l’antenne vendéenne de la Fédération Nationale des Usagers des Transports FNAUT se déroulera à l’occasion de la réunion du comité de pilotage au sujet de la voie ferrée La Roche sur Yon / La Rochelle, sous la Présidence du Préfet de Région.

EÉLV rappelle son attachement au maintien et à la rénovation de la ligne Nantes Bordeaux dont le tronçon La Roche-La Rochelle est particulièrement usé, car non entretenu. Les trains ne circulent qu’à vitesse très réduite 40 km/h entre Champ Saint Père et Les Magnils Régniers, et la SNCF annonce encore des ralentissements supplémentaires.

Cette situation est inacceptable pour EÉLV, qui dénonce aussi la position des responsables départementaux voire régionaux* qui sont prêts à dépenser des dizaines de millions pour une autoroute A831 inutile, mais qui ne font rien pour valoriser le rail dans notre département.

Les usagers ont été sondés par la SNCF pour savoir si la ligne Nantes Bordeaux était utile, est-ce un Ballon d’essai pour envisager sa fermeture ? pour la mise en 1 voie comme préconisé par certains ?

EÉLV ne laissera pas passer de telles décisions, et la campagne des Régionales sera l’occasion de remettre la défense et le développement du rail au centre des choix Régionaux pour un Développement Durable des territoires Ligériens.

EELV

 

*Intervention de Michel Perrier élu EÉLV au débat  Bretagne Pays de la Loire 2015 du Conseil régional des Pays de la Loire :

« Ainsi, si la Région avait une véritable ambition pour l’axe ferroviaire Atlantique entre Nantes et Bordeaux, il faudrait doubler l’enveloppe de 80M€ actuellement inscrite. Ce que constate aussi le CESER. Si rien n’est fait dès aujourd’hui pour l’améliorer, d’ici trois ans, les usagers passeront par Tours pour aller à Bordeaux avec la LGV Sud Europe Atlantique et dès lors, les territoires sud vendéen et charentais seront progressivement abandonnés. L’avenir de cet axe est dans une mobilisation interrégionale mais il peut aussi permettre une amélioration de la desserte locale, et nous demandons que la réouverture d’une gare à Vélluire (85) soit réellement étudiée. »

 

 

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 07:00

Aux adhérents et sympathisants de l'Association pour la Promotion de la Ligne Nantes Bordeaux, des Fnaut et des AFAC.


Je vous confirme que le prochain Comité de Pilotage de l'étude Nantes-Bordeaux aura lieu le 7 mai à 15 heures à la Préfecture de La Roche-sur-Yon.

Comme il est question de limiter la vitesse à 60 km/h  sur tout le parcours La Roche sur Yon- la Rochelle et de ne renouveler qu'une seule voie (sous couvert d'une première phase, mais qui risque fort d'être définitive), je vous invite à venir faire foule pour faire pression sur les décideurs.

Rendez vous à 14 h 30 devant la Préfecture.

 

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux APNB
commenter cet article
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 13:00
Le 1er mai c'est plus la fête de la voiture que du travail !

Communiqué du 29 avril 2015     

 

1ermai : fête du travail ou fête de la voiture ?

Les usagers des transports ne doivent plus être pénalisés

 

Dans la quasi-totalité des agglomérations et départements de province, les transports publics ne  fonctionnent pas  le 1er mai. La FNAUT demande qu’ils soient maintenus, afin que les habitants non motorisés ne soient plus pénalisés ce jour-là.

 

Une atteinte à la liberté de se déplacer

 

Comme l’absence fréquente de desserte de soirée en période normale, l’absence de tout  service  le 1er mai pénalise injustement tous les habitants qui, faute de moyens financiers, de  capacités  Physiques ou d’offre d’autopartage,  n’ont pas accès à la  voiture  :   

  • ceux qui ne travaillent pas ce jour-là sont contraints de rester chez eux ou d’avoir recours à un   taxi  très coûteux  en cas  de  déplacement obligé ;
  • ceux   qui   travaillent  (hôpitaux,  restauration,…) doivent se débrouiller  pour se rendre sur leur lieu d’activité,  souvent éloigné  de leur domicile ;
  • les voyageurs devant accéder à une  gare ferroviaire ou routière depuis leur domicile  ou se rendre dans une localité non  desservie par le train ou l’autocar ne peuvent se déplacer.

 

Une anomalie  injustifiée    

 

La FNAUT attire donc à nouveau l’attention sur une anomalie sans fondement légal, incompatible avec la notion de service  public et contraire au Code des transports qui  reconnaît  « le droit au transport »  dans  son  article L 1111-1. 

 

Le 1er mai, la SNCF,  la RATP, les compagnies aériennes et maritimes sont en activité : pourquoi n’en est-il pas de même de tous les transports urbains et départementaux ? L’ensemble de la chaine de transport doit  fonctionner le 1er mai comme les autres jours.

 

La FNAUT demande  donc aux autorités organisatrices de transports locaux  et départementaux de mettre fin  à  une situation  injustifiée  et  de  maintenir,  le  1er  mai, une offre de transport selon les horaires des autres jours fériés.   

 

       

Jean  Sivardière, vice-président,              

Bruno  Gazeau,  président  de  la  FNAUT

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans proposition de la FNAUT NationaleLE
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 07:00
Pour une nouvelle ambition ferroviaire française

 

Des acteurs économiques s'alarment de l'état du ferroviaire en France, le blog reprend l'appel publié dans la Revue La Vie du Rail .
La France est l’homme malade de l’Europe ferroviaire pour les signataires de l’appel : Pour une nouvelle ambition ferroviaire française… Les signataires sont les présidents de sept groupements ou associations directement concernés par l’état du ferroviaire en France. Forces économiques nationales, avec les Chambres de commerce et d’industrie (CCI), la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). Utilisateurs directs des services de fret, comme l’Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF), l’Association française des ports intérieurs (AFPI). Industriels du secteur regroupés dans la Fédération des industries du ferroviaire (FIF).
Usagers du quotidien ou voyageurs de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports, (FNAUT). Ce n’est pas la première fois que ces signataires critiquent ensemble l’orientation donnée au secteur par la réforme ferroviaire du 4 août 2014, dans laquelle ils auraient tendance à voir une restauration des privilèges de la SNCF. Pour eux, il est encore temps de réagir, d’ouvrir le ferroviaire à la concurrence, de permettre à des PME ferroviaires de s’investir dans le fret, de revivifier un réseau vieillissant, peu circulé, et de redynamiser une industrie ferroviaire dont le carnet de commandes ne se remplit pas.

 

avril 2015

Pour une nouvelle ambition ferroviaire française

Déclaration commune


Dans l'indifférence ou l'ignorance des politiques, des médias, du public, la France, pays du TGV et des trains à l'heure, est en voie de perdre son statut de grande nation ferroviaire et de devenir un maillon faible de l'Europe ferroviaire. Pourtant nos territoires, nos entreprises, nos ports, pour renforcer leur identité, leur compétitivité, leur attractivité ont impérativement besoin de bonnes connexions ferroviaires entre eux et avec l'Europe. Il le faut pour valoriser notre position de carrefour européen occidental. Comme il le faut pour renforcer les liens entre nos ports, maritimes et fluviaux, et leurs hinterlands. A ces enjeux s'ajoutent les grands défis transverses, environnemental, énergétique, climatique.

Nous vivons la fin de l'ère des opérateurs nationaux exclusifs, supposés être en mesure de répondre à tous les besoins de leur territoire, chacun d'eux étant le seul utilisateur de « son » réseau, placé sous son contrôle. Ce qui ne veut en aucun cas dire que ces opérateurs publics historiques n'ont pas encore un rôle majeur à jouer. Mais les modalités en seront différentes. A défaut, ils courent à leur marginalisation. Le moment est venu de jouer la carte de la diversité et d'une nouvelle modernité ferroviaire européennes, d'ouvrir notre réseau ferré national à de nouveaux opérateurs, publics ou privés, de vendre notre savoir-faire ferroviaire dans d'autres pays.

Le niveau actuel d'utilisation de notre réseau ferré national, même avec les nouveaux opérateurs de fret, ne permet plus d'assurer son équilibre économique. Ce déséquilibre structurel, insoutenable, menace sa pérennité. La France a un besoin impérieux de « nourrir » son réseau de nouvelles utilisations, de nouveaux opérateurs. Ce qui créera de nouveaux services au public et aux entreprises. C'est le rôle du gestionnaire du réseau, de statut public, indépendant, de les susciter et les prospecter. Il est appelé à devenir le pilier de la politique ferroviaire française. Il y a urgence d'action.

Même s'il reste parmi les plus sûrs, les experts alertent sur le vieillissement de notre réseau et son manque d'ouverture aux technologies modernes. Est-il acceptable en 2015 que des trains de fret se « perdent » encore ? La modernisation de notre réseau, appuyée sur la révolution numérique, incluant le contrôle et la connexion centralisés des points sensibles, recèle d'importants gisements de sécurité, de fiabilité, de productivité, d'économie d'énergie. Prolongée par un réseau capillaire décentralisé, géré « en proximité », cette modernisation, augmenterait la performance nationale, européenne et territoriale du mode ferroviaire. Dès lors, pourquoi ne pas en faire un projet franco-européen contribuant à la relance économique, mobilisateur pour des start-up françaises ?

Le fret ferroviaire, en quelques années, à contre-courant de l'exigence de report modal portée par le Grenelle de l'environnement, a chuté en France de 16 à 9 % de part de marché. Ce recul spectaculaire, ignoré du grand public, est une exception européenne qui devient un handicap logistique pour notre économie. La comparaison avec l'Allemagne est alarmante qui, avec 17 % de part de marché, connaît une croissance que se partagent l'opérateur national DB Schenker et ses concurrents. Le recul de l'offre pour le wagon isolé en France est lourd de conséquences à court et long terme. A l'heure où des chaînes logistiques virtuelles structurent le transport de fret, à l'échelle planétaire, le retard numérique du transport ferroviaire est incompréhensible. La médiocre traçabilité qui en résulte, la complexité de l'accès aux sillons, affaiblissent son potentiel logistique et écologique.

Dans le domaine des voyageurs, si le TER reste un succès de fréquentation, les régions ne peuvent plus assumer la montée de son coût. Le Transilien est dans la même situation, le vieillissement du réseau et la baisse de qualité pèsent sur la vie quotidienne des Franciliens. Les Intercités se dégradent depuis l'avènement du TGV, il y a plus de trois décennies. Le TGV, polarisé sur la concurrence aérienne, fragilisé par les low cost, peine à trouver un nouveau souffle. La France a repoussé l'échéance de l'ouverture à la concurrence, au risque de voir son opérateur national, et ses filiales, écartés des appels d'offres européens. Ce délai, à tout le moins, doit être utilisé pour traiter nos points faibles.

Le ferroviaire français, et il faut veiller à ce que la réforme ne l'accentue pas, souffre d'un excès de centralisation qui génère des charges de structures élevées. Il a besoin de réactivité, d'adaptabilité, de proximité, d'un développement de sa capacité d'initiative locale. C'est une évidence pour le TER et les Intercités. C'est tout aussi vrai pour le fret qui, contrairement à d'autres pays, dont l'Allemagne, manque cruellement de racines territoriales et portuaires. Des PME ferroviaires réactives et flexibles pourraient aller chercher et organiser les envois dans les territoires et amorcer les chaînes logistiques modernes à dominante ferroviaire dont notre économie a besoin. Beaucoup d'entreprises sont prêtes à s'impliquer dans des initiatives locales pour peu qu'elles soient menées dans un esprit de partenariat et d'innovation. En particulier pour les lignes capillaires, dont le potentiel logistique est sous-estimé, dont il faut résolument exclure la fermeture. Le bilan des premiers OFP, opérateurs ferroviaires de proximité ou portuaires, appelle à investir ce champ d'innovation.

Le ferroviaire illustre le paradoxe français : d'un côté un potentiel technique et humain que, malgré son recul, bien des pays peuvent encore nous envier, de l'autre la peur de l'avenir et l'illusion que cet avenir passe par le retour à un passé révolu et idéalisé.

La France, si elle l'ose et si elle le décide, peut figurer parmi les grands gagnants de l'Europe ferroviaire. La réforme le permet. Encore faut-il que sa mise œuvre ne soit pas détournée de son objectif originel, renforcer l'efficacité de notre système ferroviaire. Pour cela, l'Etat stratège doit impulser une stratégie innovante, appuyée sur un secteur public différencié et renforcé, une stratégie ouverte à la concurrence, à l'initiative privée, à l'Europe.

Nous attendons du transport ferroviaire qu'il devienne un acteur du développement durable et de l'attractivité de la France. Nous mesurons l'ambition, l'énergie, l'esprit transpartisan qu'implique ce grand projet national et européen. Nous sommes prêts à y prendre notre part.

 

François Asselin, président de la CGPME,

Xavier Beulin, président de FNSEA,

Denis Choumert, président de l'AUTF,

Jacques Kopff, président de l'AFPI,

André Marcon, président de CCI France,

Louis Nègre, président de la FIF,

Jean Sivardière, président de la FNAUT

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans agir avec la FNAUT
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 07:17
2015 : une année décisive pour NDdL
2015 : une année décisive pour NDdL2015 : une année décisive pour NDdL

Notre Dame des Landes : une année de plus, la bonne ?

 

L’ACIPA (Coordination des opposants au projet d’Aéroport, dont la Fnaut est membre) organise sa traditionnelle fête annuelle à Notre Dame des Landes les 11 et 12 juillet. Une occasion de se mettre au vert, d’entendre musiques et discussions sur l’opération et les enjeux des grands projets. (Même si la Fnaut n’est pas d’accord sur l’inutilité parfois proclamée de certaines LGV).

 

Les avis contre le déménagement de l’aéroport de Nantes Atlantique se renforcent. Après le dossier de l’Express en janvier 2015 « Notre Dame des Landes, histoire d’un crash annoncé », c’est la CGT, souvent favorable aux grands travaux qui se prononce contre. Elle a un avis dont l’expertise ne peut être reniée, du fait de sa forte présence parmi les près de 2000 salariés de la plateforme aéroportuaire, qui connaissent tous les aspects de l’activité. Citons quelques paroles rapportées par Ouest France début avril :

"Nous avons étudié les dossiers de Nantes-Atlantique et Notre-Dame-des-Landes à travers les prismes de l’environnement, de l’emploi, de la sécurité aérienne..., " Rester à Bouguenais, mais avec des conditions : améliorer la sécurité, l’entretien de la piste, aménager l’aérogare, favoriser l’accès en transports publics. La CGT est donc confiante dans les capacités d’évolution du site actuel. "Vinci a laissé volontairement la plateforme aéroportuaire à l’abandon, sans investir, pour justifier le transfert".

Un argument important pour la CGT est le transfert des emplois alors que 80 % des salariés habite en Sud Loire : déséquilibre accentué des emplois entre le Nord et le Sud de l’agglo, problème de circulation (périphérique et ponts chargés), d’allongement des déplacements, de manque de transport en commun, et de manque de logements : rien n’est prévu, ni financé. Pour la CGT, le volet social est occulté et est mis à charge des salariés.

 

Cette intervention a le mérite de mettre en lumière un coût caché supplémentaire du projet et des aspects sur lesquels la Fnaut a depuis longtemps mis l’accent : éloignement du nouveau site, manque de transport en commun, augmentation des déplacements routiers et des pollutions, poussée à l’étalement urbain dans le Nord-Ouest de l’agglomération.

La CGT, sensible à la création d’emplois supposée induite par les nouveaux équipements, en parle peu. Ceci confirme que le transfert n’aurait pas d’impact significatif sur l’évolution de la fréquentation de l’aéroport et des emplois. Le fait de s’appeler « Aéroport du Grand Ouest » ne fera pas venir plus de passagers et de compagnies aériennes, surtout si les redevances aéroportuaires, les redevances commerciales et de stationnement augmentent pour rembourser l’opération et rémunérer l’opérateur (Vinci).

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 08:01
Pour Sud Rail, "Touche pas à mon contrôleur" lundi...

Suppression des contrôleurs et des contrôleuses : avec la SNCF, c’est possible !

 

Suite à la décision de la Direction SNCF de la région des Pays de la Loire de lancer des trains sans contrôleurs , le Syndicat Sud a décidé de lancer une campagne contre la suppression des contrôleurs. Une distribution de tract destiné aux usagers, sera effectuée dans les gares de la région le lundi 27 avril au matin.

 

Plusieurs lignes touchées

 

Dans les prochains mois, les premières lignes touchées seront Nantes-Cholet, Angers-Cholet, Nantes-Pornic et Nantes-St Gilles croix de vie.

Pour le Syndicat, le conseil régional qui est l’autorité organisatrice des transports et donc des TER n’a pas pris la mesure d’une telle décision et a accepté le choix inconscient de la SNCF.

 

Une pétition est en ligne :

Le lien pour signer la pétition en ligne est le suivant.

http://www.mesopinions.com/petition/social/veux-garder-controleur/14126

 

 

 

 

Commentaire de la FNAUT

La FNAUT relaie cette information mais elle fait  observer qu'il est quand même paradoxal que sur beaucoup de voyages, il a été constaté que :

  • les contrôleurs, pourtant présents dans les TER  sont "invisibles" aux yeux des usagers ;
  • ils n'assurent pas l'information voyageurs de base par annonce au micro (parce qu'il y a les bandeaux lumineux?) ;
  • ils ne contrôlent pas les billets (la SNCF ne se plaint sans doute pas assez du manque à gagner par la fraude ?).

Dans ces conditions, la demande des syndicats semble moins fédératrice car il n'y a pas systématiquement de "valeur ajoutée" par la présence d'un contrôleur dans les TER. Ce qui est certain c'est que la dirction de la SNCF ne mettra pas plus de personnel dans les gares pour autant et le billet de train n'en coûtera pas moins cher ... Entre "logique corporatrice" et "logique industrielle made in SNCF", l'usager a du mal a se positionner ... et pour ce faire il faut d'abord qu'il y trouve son intêret ...

 

 

Partager cet article

Published by Fnaut Pays de la Loire - dans TER en Pays de la Loire
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 07:52
PN à Vaas (72)

PN à Vaas (72)

Communiqué de Presse du 23 avril 2015

 

 Passages à niveau : un plan d’action cohérent est nécessaire

 

La collision survenue le 21 avril 2015 entre un train Intercités Belfort-Paris et un poids lourd immobilisé sur un passage à niveau de Nangis (Seine-et-Marne) souligne une fois de plus les dangers encourus par les voyageurs.

 

La FNAUT Nationale et ses associations régionales dont la Fnaut Pays de la Loire réclament au gouvernement un plan d’action qui tienne compte du comportement trop souvent inadapté des usagers de la route sur ces ouvrages.

 

Trop souvent les accidents sont présentés comme des « accidents ferroviaires » (c’est le « train qui entre en collision » rejetant par ce commentaire la faute sur le mode ferroviaire) alors que les vraies responsabilités ne sont pas dénoncées.

 

Pourtant les « accidents de passages à niveau » sont, dans 99 % des cas, des accidents routiers, dus au comportement inadapté des usagers de la route, automobilistes et conducteurs de poids lourds, et non des accidents dus à des dysfonctionnements du système ferroviaire.

En octobre 2013, un poids lourds avait provoqué une interruption de trafic à Saint-Rémy-de-Sillé limite de la Sarthe et de la Mayenne au passage à niveau 128, le porte-char transportant deux tracteurs était resté bloqué sur le PN après avoir emprunté une route interdite au plus de 6 tonnes.

 

La sécurité aux passages à niveau s’est améliorée depuis dix ans, mais la responsabilité de l’Etat reste engagée, qu’il s’agisse des moyens financiers disponibles pour le contrôle de la circulation routière et la suppression ou l’aménagement des passages les plus dangereux. 

 

La situation des PN ne doit pas occulter les progrès nécessaires et indispensables en matière de sécurisation des traversées au niveau des gares pour les usagers. En effet ces aménagements doivent être poursuivies, en particulier au niveau des gares et des haltes ferroviaires surtout quand les aménagements PMR qui devraient exister sont absents et ce afin d’éviter des accidents comme celui qui s’est produit dernièrement en gare de La Fère dans l’Aisne, où un homme en fauteuil roulant avait été percuté par un train.

 

La FNAUT réclame au gouvernement les mesures suivantes : 

  • Le renforcement de la sécurité routière et de l’information des usagers de la route (y compris les coureurs cyclistes…) sur la réglementation du franchissement des passages à niveau. Depuis de trop nombreuses années, la politique de la prévention basée sur la pédagogie et l’information ne sont pas systématiques.

  • L’engagement financier de l’Etat pour le remplacement des 150 passages à niveau répertoriés de longue date comme étant les plus accidentogènes par des ouvrages dénivelés. Pour rappel, le financement de la sécurisation des passages à niveau s’effectue sur le budget des collectivités locales. En Mayenne, le PN 145 sur la commune de Neau est inscrit au programme de sécurisation national (prioritaire).

  • L’extension de la vidéo surveillance à tous les passages à niveau dangereux avec verbalisation automatique des contrevenants. A ce jour, seulement 62 passages à niveau sont équipés de radars. Quatre sont en service en Sarthe mais pourquoi n’y en a t’il pas dans les autres départements ?

  • La mise à disposition par SNCF Réseau d’une cartographie des passages à niveaux et de leurs contraintes de franchissement (largeur, garde au sol, passages interdits) facilitant leur prise en compte dans le GPS spécifique des poids lourds.

 

En pays de la Loire, il existe 1 087 passages à niveau dont 365 en Loire-Atlantique, 189 en Maine et Loire, 45 en Mayenne, 237 en Sarthe, 251 en Vendée. Les PN classés préoccupants sont ceux classés en fonction d’accidentologie et des trafics routiers et ferroviaires. Actuellement (liste 2009), il en existe environ 216 en France dont 9 en Pays de la Loire qui se localisent pour 4 d’entre eux en Loire Atlantique, 2 en Vendée, 2 en Sarthe et 1 en Mayenne.

Entre 2000 et 2013, 52 passages à niveau ont été supprimés en Pays de la Loire, dont en Mayenne, les PN 157 de Saint-Berthevin et 164 de Saint-Pierre-La-Cour.

 

La FNAUT attend aujourd’hui du gouvernement qu’il accélère les investissements et les mesures d’information et de contrôle des automobilistes et conducteurs de poids lourds susceptibles d’améliorer la sécurité aux passages à niveau.

Pour la FNAUT

F. EYMON

Partager cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques