Ici, nous ne parlons pas de transports amoureux, mais nous sommes des amoureux du transport public

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !
Vendredi 24 octobre 2014 5 24 /10 /Oct /2014 09:00

Alors que le Ministre de l'Economie veut relancer l'usage de l'autocar  dans les déplacements interurbains, l'ANATEEP  lance sa  28ème campagne "Transport Attitude". Il y a en effet une catégorie d'usagers réguliers des autocars  bien souvent captive. Il s'agit des scolaires qui bien souvent n'ont pas une bonne perception  des transports publics ... après les avoir testé...

 

http://www.cndp.fr/carte-des-ressources/intracrl/img/img_notices/23194_1.jpeg

 

Lancement de la 28ème campagne "Transport Attitude"

 

 

Lancement de la 28ème campagne nationale « Transport Attitude »

 

Le lancement de la 28ème campagne nationale « Transport Attitude » d’éducation à la sécurité et à la citoyenneté de lANATEEP* a eu lieu le 17 octobre 2014, à Feurs (42) en présence de nombreuses personnalités, représentant la Préfecture, le Conseil général, l’Education nationale, l’association Réunir et le constructeur IvecoBus ainsi que de nombreux élus locaux et forces de Police, gendarmerie et SDIS.

 

Un car mis à disposition par les Transports Chazot a été utilisé pour un exercice grandeur nature de simulation d’évacuation des élèves par les vitres, et une fois le véhicule retourné, par les trappes et la vitre arrière, sous le contrôle et la vigilance des forces de gendarmerie et des pompiers.

 

 

Le point d’arrêt : lieu de tous les dangers

 

Cette année, le thème de la campagne est axé sur le comportement responsable et citoyen des jeunes passagers, au point d’arrêt, moment charnière du transport où ont lieu les accidents les plus graves.

 

Le Sénateur Jean-Claude Frécon, Président de l’ANATEEP, a présenté le slogan choisi pour la campagne : « Au point d’arrêt : trop de blessés, trop de tués». Chaque année, plus de 220 000 élèves sont sensibilisés à la sécurité dans le transport scolaire par le réseau associatif de l’ANATEEP lors de 2500 interventions.

Ce lancement 2014 s’inscrit dans célébration de la 12ème journée internationale pour la sécurité du transport d’enfants, de l’Association internationale de la sécurité du transport de jeunes (AIST) internationale pour la sécurité du transport d’enfants.

Le Sous Préfet de la Loire, Patrick Viellescazes, représentant la Direction à la sécurité et la circulation routières DSCR, s’est félicité de cette mobilisation et a souligné l’importance du travail accompli en matière de sécurité routière par les animations du réseau de l’ANATEEP qui se déroulent tout au long de l’année.

 

2014-campagne-anateep.png

 

 

*ANATEEP - Association Nationale pour les Transports Educatifs de l'Enseignement Public - www.anateep.fr

Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : FNAUT en France - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 24 octobre 2014 5 24 /10 /Oct /2014 08:30

Logo-FNE-web-little.jpg

Communiqué de presse

Jeudi 23 octobre 2014

 

Le TGV rattrapé par la Cour des comptes

 


La Cour des comptes, dans un rapport publié ce jeudi 23 octobre 2014, pointe les dérives de la gestion du réseau des trains à grande vitesse. Ce rapport confirme les inquiétudes de France Nature Environnement. Car si la mobili té durable ne peut se passer du train, il n’est pas judicieux, ni économiquement, ni écologiquement, de construire des Lignes à Grande Vitesse (LGV) pour un faible trafic. Une rénovation du réseau existant suffirait amplement et serait plus utile au quotidien pour les français.

 

Réseau Ferré de France gonfle artificiellement les chiffres du trafic

 

Les sages constatent que RFF a ‘’exagéré significativement’’ le niveau de trafic escompté de la ligne Limoges-Poitiers, ce qui induit d’importantes subventions pour financer la LGV : jusqu’à 80% pour faire fonctionner la ligne alors que la liaison est peu rentable. Dans le meilleur des cas, sa rentabilité est estimée à 3,3%. La Cour des comptes déplore donc un projet non prioritaire, non financé, mais poursuivi avec vigueur. Et cet entêtement des élus se retrouve dans de nombreux projets de LGV quelle que soit la région concernée.

 

P1080741

 

Des élus obsédés par la LGV

 

Car sur les lignes à grande vitesse, le TGV peut filer jusqu’à jusqu’à 320 km/h alors que sur le réseau classique, il peut rouler jusqu’à 220 km/h. Un atout pour les LGV qui ne sont pertinentes économiquement que pour une poignée de destinations. « Pourtant, à l’arrivée des premières LGV, les élus se sont montrés obsédés par ces nouveaux rails et ont complètement délaissé l’entretien et à la modernisation du réseau classique. Mais les rapports [1] Rivier de l’Ecole Polytechnique de Lausanne en 2005 et 2012 rappellent bien que cette rénovation est la vraie priorité ! » souligne Michel Dubromel, responsable transports et mobilités durables de FNE.

 

Un caprice des collectivités territoriales

 

Face à cette mode des LGV, une question taraude France Nature Environnement : l’Etat aurait-il une fâcheuse tendance à céder à la pression des Collectivités Territoriales ? Les sages constatent que les annonces politiques, à haut niveau, confortent solidement les projets avant même que soient menées à bien les phases préliminaires.

P1150448

 

Raymond Lang, spécialiste transport ferroviaire à FNE estime que « c’est la modernisation des lignes actuelles qui doit être privilégiée. Ce n’est pas le ma tériel roulant TGV qui est à remettre en cause mais le développement du réseau de LGV sans examen de la pertinence réelle du maillage ferroviaire »

 

L’Europe, par le biais de son plan ambitieux de réseau européen de transports, a sa part de responsabilité dans le développement de la grande vitesse car il promeut des projets dont la rentabilité socio-économique n’est pas toujours avérée.

 

Denez L’Host is, président de FNE « La création d’une nouvelle ligne a un coût économique et environnemental. D’un point de vue écologique mais aussi économique, de nombreux projets ne sont pas pertinents quand une modernisation du réseau existant suffirait amplement. Les projets de création de lignes doivent être conditionnés par des prévisions de trafic réalistes en cohérence avec la politique des transports. Il faut donner la priorité aux transports du quotidien pour offrir une alternative à « l’auto solo », la carte du réseau ferroviaire 2014 comparée à celle du siècle précédent est à ce titre édifiante. »

 

 

 

Contacts presse :

 

Michel DUBROMEL, responsable transports et mobilités durables

Benoit HARTMANN, porte-parole de FNE

 


[1]   Commandés par RFF + SNCF

Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : FNE / Communiqué de Presse - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 24 octobre 2014 5 24 /10 /Oct /2014 07:22

nv logo fnaut

Communiqué de Presse du 23 octobre 2014

 

 

Cour des Comptes : des critiques pertinentes mais une vision purement comptable

 

La FNAUT approuve certaines critiques de la Cour portant sur les infrastructures. Mais elle regrette que la Cour analyse le système TGV d’un point de vue purement comptable, sans vision sur l’aménagement du territoire et la politique des transports.

 

Des critiques pertinentes

 

La FNAUT ne peut qu’approuver les critiques de la Cour, qu’elle émet elle-même depuis des années, concernant certaines infrastructures telles que :

  • le projet irrationnel de LGV Poitiers-Limoges, récemment relancé par le Chef de l’Etat ;
  • le positionnement aberrant, sans connexion avec les transports de proximité, de gares nouvelles déjà réalisées ou en projet, imposées par des élus locaux davantage préoccupés de prestige que de l’intérêt des voyageurs et acceptées par l’Etat et RFF.

P1080338

Pour la FNAUT, réduire le nombre des gares desservies par le TGV pénaliserait les villes moyennes, déjà défavorisées par la dégradation des dessertes Intercités (Gare de Le Mans)

 

 

L’aménagement du territoire oublié

 

La Cour critique une desserte trop fine du territoire français par les TGV. L’expérience l’a largement démontré, cette desserte fine est au contraire à la base du succès commercial du TGV.

Concentrer la circulation des TGV sur les LGV serait une double erreur :

  • réduire le nombre des gares desservies pénaliserait les villes moyennes, déjà défavorisées par la dégradation des dessertes Intercités, et irait à l'encontre d'une « égalité des territoires » ;
  • une correspondance décourage les voyageurs autant qu’une heure supplémentaire de trajet.

Une analyse qui ignore les autres modes de transport

 

Il est normal que la construction des LGV soit subventionnée par l’Etat et les collectivités territoriales, comme le sont les autres infrastructures de transport. 


L’analyse de la Cour sur la baisse de rentabilité du TGV est incomplète : elle néglige les avantages fiscaux dont bénéficient les modes de transport concurrents du train.

 

tgvrhone

TGV Rhin Rhone

 

Alors que l’Etat a porté de 7 à 10 % le taux de TVA sur le transport ferroviaire, le kérosène consommé par les avions n’est pas taxé, et la taxation du gazole et de l’essence est loin de couvrir les coûts (congestion, accidents, nuisances, émissions de CO2) engendrés par le trafic automobile, de sorte que les modes de transport les plus énergivores sont favorisés par rapport au train.


La FNAUT attend de la Cour des Comptes qu’elle se prononce sur les subventions promises à des projets tels que l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le canal Seine-Nord, les autoroutes A831, A 45, le GCO de Strasbourg, la Nouvelle Route du Littoral de La Réunion,… et qu’elle réclame des conditions équitables de concurrence entre les différents modes de transport.

 


Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : FNAUT en France - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 23 octobre 2014 4 23 /10 /Oct /2014 08:00

ande-1.jpg

octobre 2014

 

Autobus place Graslin : une polémique d’un autre siècle

 

 

Premier constat : no bus, no business


Sans système transport public performant le centre-ville de Nantes perdrait une grande partie de ses chalands qui ont compris que les tramways, le busway et les chronobus permettent un accès rapide du centre-ville en les déchargeant notamment du temps de recherche de parking.

 

Deuxième constat : touche pas à grand-mère


Si l’ANDE demande l’accentuation du renforcement du réseau structurant (optimisation de l’étoile ferroviaire, liaison entre les lignes de tram, chronobus de ceinture) elle reste attentive aux lignes de « cabotage » qui comme la 11 Tertre-Perray via Graslin assure une fonction fine de quartiers denses et enclavés au profit d’usagers parfois fragiles et/ou âgés. Critiquer ces dessertes c’est mettre en cause la fonction sociale du transport public, la nécessité d’apprendre à vivre ensemble, la mixité sociale et générationnelle au profit de seuls intérêts mercantiles.

 

 Troisième constat : une mémoire urbaine en défaut

 

Si des conflits d’usage peuvent se développer place Graslin force est de constater que son aménagement livré en septembre 2013 a incontestablement favorisé la fonction commerciale (extension des terrasses, mise en scène urbaine attirant les visiteurs).Les pétitionnaires oublient certainement l’état précédent qui en faisait une zone assez répulsive : stationnement débridé, embouteillages, fuite des piétons vers les rues calmes voisines.

 

 Quatrième constat : toujours mesurer les pollutions liées à la mobilité par unité transporté et se méfier des généralités


Nous ne nions pas que les 120 bus qui passent place Graslin (les jours « roses » les plus chargés) émettent leur charge de gaz à effet de serre mais que dire des centaines d’automobilistes souvent seuls qui continuent de passer sur la voie routière toute proche préservée sous la pression du lobby routier. Le nuage noirci qui règne par temps anti cyclonique (celui où les terrasses de café sont pleines) au-dessus de Nantes n’est du qu’en infime partie aux moteurs de la Semitan qui a su renouveler sa flotte de moins en moins diésélisée.

 

Quant aux conducteurs dénoncés pour leur incivisme dans « Presse Océan » du 21 octobre les usagers des autobus connaissent la patience et le flegme face aux pratiques des autres usagers de la voierie d’une très grande majorité d’entre eux (ce qui n’excuse pas ceux qui trop pressés les bousculent sans pitié souvent parce que les embouteillages les retardent où la voierie moins sophistiquée que dans la place en cause !).

 

La place Graslin : permanence des transports collectifs... pour longtemps nous l'espérons.

http://www.odile-halbert.com/Paroisse/Loireat/Nantes-Place.htm  et Press Océan (référence photo)

 

 

Cinquième constat : du pire (haro sur le transport public) peut surgir le meilleur (renforçons leur rôle et celui de la bicyclette)


Cette polémique artificiellement développée à propos d’un aménagement certes coûteux et pouvant être amélioré montre que la construction de la ville où chaque mode de transport doit avoir sa juste place n’est pas un long fleuve tranquille. Elle a le mérite de renvoyer les décideurs à réfléchir sur les conséquences d’une trop grande marchandisation de la cité au détriment d’autres fonctions potentiellement porteuses, d’une trop grande minéralisation des rues et des places certes faciles à entretenir mais aussi très vite encombrées.


L’ANDE profite aussi de ce mauvais procès pour souhaiter aussi que le débat sur le recours à l’électrification et à l’hybridation pour les autobus avance à Nantes comme ailleurs au nom avant tout de la santé publique et de la souveraineté économique (même si nous pensons que dans chaque fil de tramway il y a encore trop d’électricité nucléaire).Et ricane un peu de ceux qui très en avance ont peur des véhicules électriques décrétés silencieux alors qu’ils tolèrent le bruit des autos et des deux-roues motorisées dont on m’a dit aussi qu’elles empruntaient le passage réservé en cause !


Last but not least nous aurions tant aimé que ces commerçants soit disant en colère soutiennent plutôt la revendication de nos amis de « Place au Vélo » qui ont remarqué que pour des raisons soit disant esthétiques les appuis-vélos ont été bannis de la place Graslin, mesure ahurissante qui témoigne d’un jugement très relatif sur le beau (une table et quatre chaises ?) et le laid , sur ce que l’on veut valoriser (un candélabre) ou écarter. Et nous vous ferons la grâce des coûts.

 

J B LUGADET (Association nantaise déplacements environnement)

Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : ANDE et Collectif Transport de Nantes - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 23 octobre 2014 4 23 /10 /Oct /2014 07:40

logofnaut2012

 

Pour palier à l'abandon de l'écotaxe. Hausse du gazole de 4 centimes pour les poids lourds

 

Vote de l'Assemblée Nationale

 

Les députés ont voté l'élargissement aux poids lourds de la hausse du gazole de quatre centimes d'euros, applicable aux automobilistes au 1er janvier 2015. C'est un amendement proposé par l'écologiste Eva Sas, auteur du texte voté qui a été retenu.

 

Alors que les routiers ont bénéficié d'allègement de charges conséquentes (taxe à l'essieu ... ) pour que leur fédération accepte l'écotaxe, l'abandon sine die du péage de transit poids lourds les dispensaient de leurs obligations. En effet, il est reconnu notoirement que la "route ne "paye pas ses coûts" qui sont pris en charge par la société, ainsi que par les collectivités... C'est face à ce constat qu'« Il n'était pas juste fiscalement que les transporteurs routiers ne participent pas à cet effort alors qu'ils sont responsables de l'essentiel de la dégradation d'usure du réseau routier »,

 

 

Un amendement signé et défendu par les écologistes

 

C'est sans doute ce que les députés ont voulu signifier aux transporteurs en votant dans la nuit de lundi 20 à mardi, 21 octobre dans le cadre du budget 2015, l'élargissement aux poids lourds de la hausse du gazole de quatre centimes d'euros, applicable aux automobilistes au 1er janvier,  mesure applicable afin de compenser l'abandon de l'écotaxe.

 

Cette hausse est décomposée de deux augmentations distinctes : d'une part, deux centimes, dans le cadre de la taxe carbone, dont les camionneurs devaient être initialement exonérés.

 

Et d'autre part, deux autres centimes votés cette année pour compenser le manque à gagner après l'abaissement du périmètre de l'écotaxe, ensuite abandonnée.

 

Les poids lourds devaient initialement y échapper puisqu'ils devaient payer l'écotaxe, ou «le péage de transit poids lourds » mais comme ces taxes n'ont pas abouti...

 

Une perte financière...

 

L'amendement ne rapportera que 332 millions d'euros qui seront transférés à l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf).

 

On est loin du chiffre annoncé pour le péage de transit poids lourds, qui aurait dû rapporter « 540 millions d'euros en régime de croisière »,

 

C'est d'autant de projets en moins pour les transports publics par manque de financement...

 

 


http://omondouvelo.com/images/bd/plantu_110813.jpg

© dessin de Plantu paru dans Le Monde 2 du 13 août 2011© dessin de Plantu paru dans Le Monde 2 du 13 août 2011

Le lobby routier a toujours été très écouté des politiques c'était vrai hier . Est-ce moins le cas aujourd'hui ?

© dessin de Plantu paru dans Le Monde rdu 13 août 2011

Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : Ecotaxe, Taxe Carbone, contribution Energie-Climat - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 22 octobre 2014 3 22 /10 /Oct /2014 09:00

  badge

 

Communiqué de presse du CéDpa
jeudi 16 octobre 2014

 

 

Notre-Dame-des-Landes : le jeu trouble des services de l’État

 

 

L'Avant Projet Simplifié du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes confirme tout à fait les révélations du Canard enchaîné du 8 octobre. Une présentation publique du projet réalisée par AGO en 2013 également.

Nous avons vérifié les chiffres cités par le Canard et avons fait de nouvelles découvertes :

  • la caserne des pompiers perdrait 20 % de sa superficie et sa distance maximale à une extrémité de piste passerait de 1700 m à 3200 m... Sachant que la DGAC recommande un maximum de 2150 m ;
  • le bâtiment servant à la maintenance des avions perdrait presque la moitié de sa superficie (3695 m2 à Nantes Atlantique, 2013 m2 prévus à NDL) ;
  •  « l'amélioration du parcours client » affichée par AGO-Vinci se traduirait par une distance parcourue par les passagers pour aller prendre leur avion deux à trois fois plus longue.

    Les passagers attendus par AGO à Notre Dame des Landes sont servis : parcours plus longs, temps d'attente probablement prolongés les jours de pointe (du fait du faible nombre de comptoirs d'enregistrement et de postes de contrôle), moins de passerelles d'embarquement.


    Le CéDpa demande des explications au Ministre des transports :  

    • Comment l'État peut-il justifier une si grande différence entre ce qu'il exige pour Nantes Atlantique et le projet qu'il a avalisé pour Notre Dame des Landes ?
    • A quel jeu trouble joue la DGAC ?

    De deux choses l'une : ou bien son cahier des charges initial pour Notre Dame des Landes ressemblait à ce que qu'elle veut pour Nantes-Atlantique et, dans ce cas, comment a-t-elle pu accepter finalement tout autre chose ? Ou bien la DGAC a rédigé pour Notre Dame des Landes un cahier des charges nettement plus modeste que celui qu'elle nous a présenté pour Nantes Atlantique, et alors elle a sciemment chargé la barque pour justifier le transfert...

     
    De manipulations en grossières exagérations, la coupe « NDL » déborde.

    Il est urgent d'abandonner ce projet infondé, dont les aspects calamiteux sont de plus en plus évidents, d'abroger la déclaration d'utilité publique de 2008 et de lancer les travaux de réaménagement de l'aéroport existant dont les grandes qualités vont commencer à pâlir faute d'investissements. Il est urgent de revenir à la raison sur ce dossier.


    Résultats de nos travaux de comparaison entre NA, projet NDL et recommandations de la DGAC pour NA sur ce diaporama de présentation

     

    carte ndl nw

     

    Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : N. D. Des Landes - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
    Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
    Mercredi 22 octobre 2014 3 22 /10 /Oct /2014 07:45

    Même si la FUB regrette une application différée à juillet 2015, la Fédération des usagers de la bicyclette ) se réjouit de cette mesure qu’elle a contribué à promouvoir, et y voit un geste significatif de l’Etat en faveur d’un moyen de déplacement très efficace en ville, non polluant, économique et d’un encombrement minime.
     

    bandeau nouveau logov2

    Communiqué de presse FUB : 17 octobre 2014  


    L’indemnité kilométrique vélo : une avancée significative


    Sous réserve que le Sénat ne modifie pas l’article concerné (13bis), la loi sur la Transition énergétique adoptée par le Parlement le 14 octobre crée une indemnité kilométrique vélo pour les déplacements domicile-travail, assortie d’une exonération de charges pour l’employeur et d’une exonération fiscale pour le salarié. La même loi transcrit ces dispositions dans le code du travail et dans le code de la sécurité sociale.

    Même si elle regrette une application différée à juillet 2015, la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) se réjouit de cette mesure qu’elle a contribué à promouvoir, et y voit un geste significatif de l’Etat en faveur d’un moyen de déplacement très efficace en ville, non polluant, économique et d’un encombrement minime. Elle est aussi un encouragement envers les nombreuses villes ayant investi ces dernières années dans des équipements cyclables sans soutien financier national, pourtant largement pratiqué en faveur de moyens de déplacement motorisés.

     

    La FUB demande que les décrets d’application, qui doivent notamment fixer le montant de l’indemnité, ne réduisent pas la portée de cette mesure.


    Le bénéfice écologique du vélo dans la circulation urbaine est un fait acquis, alors que les dispositions de la loi sur la transition énergétique encourageant l’achat d’une voiture électrique ou hybride ne font que déplacer les problèmes de pollution vers les sites de production d’électricité, et entérinent un encombrement abusif de l’espace public.


    Tout en applaudissant à la création de l’indemnité kilométrique vélo, la FUB déplore la suppression de l’écotaxe, décision lourde de conséquences qui vient de donner un signal de désaveu complet à tous ceux qui oeuvrent en faveur d’un report des moyens de transport polluants vers des modes de déplacement plus respectueux de l’espace public et de l’environnement.

     

    Télécharger le communiqué de presse FUB.

     

     Perrine BURNER
     Chargée de communication

    FUB – Fédération française des Usagers de la Bicyclette
    12 rue des Bouchers
    67000 STRASBOURG
    Tél : 03 88 76 70 86
    www.fubicy.org
     

     

    cropped-TousAVeloLeMans20051

    Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : A bicyclette - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
    Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
    Mardi 21 octobre 2014 2 21 /10 /Oct /2014 12:00

     

    L'affirmation est fausse et très éloignée de la réalité...

     

    Le ministre de l’Economie veut promouvoir le transport privé par autocar en indiquant que  le car coûte « de 8 à 10 fois moins cher que le train ».

    Cette affirmation est fausse et très éloignée de la réalité comme le démontre deux expertises réalisées récemment à l’initiative de la FNAUT. Elles montrent conjointement que la différence de prix entre le train et l’autocar est très nettement inférieure à celle qui est avancée par le Ministre.

     

    Cette manipulation des chiffres accrédite l’idée, répandue mais fausse, que le train est toujours cher, donc fait pour les riches, et que l’autocar est le transport des « pauvres ».

     

    Et sI le Ministre souhaite voir les tarifs des transports interurbains plus accessibles aux voyageurs les plus modestes, il suffit que son Ministère ramene à 5 %, au titre des services de première nécessité, le taux de TVA sur les transports publics récemment porté de 7 % à 10 %.

     

     

    CQFD...

     

    P1070909



     Mais non, Monsieur Macron, le car n’est pas moins cher que le train...

     

     

    Dans le cadre d’une expertise sur le covoiturage, suggérée par la FNAUT et financée par le GART et l’UTP, le cabinet ADETEC a étudié les prix proposés le 15 novembre 2013 par les transporteurs pour un trajet Paris-Lyon effectué au cours de la quinzaine suivante, et le 20 décembre 2013, début des congés de fin d’année.

    •   Le prix de l’autocar : Il était compris entre 19 € et 42 € (Eurolines) ou entre 29 € et 39 € (iDBus).
    •   Le prix du train : Le prix du TGV dépend fortement du jour et de l’heure de départ.

    Les prix cités ci-dessous concernent la seconde classe.

     

    Prix proposés le 15 novembre

    • Sans carte de réduction, le tarif du TER était de 62 €. Le tarif minimum du TGV était compris entre 29 € et 51 € ; le tarif médian (1) entre 53 € et 92 € ; le tarif maximum entre 65 € et 92 €.
    •  Avec une carte Jeune, le tarif du TER était compris entre 31 € et 48 €. Le tarif minimum du TGV était compris entre 27 € et 36 €, le tarif médian entre 38 € et 67 € ; le tarif maximum était de 67 €.

     Prix proposés le 20 décembre

    • Sans carte de réduction, le tarif du TER était de 62 € ; le tarif minimum du TGV était compris entre 38 € et 92 €.
    • Avec une carte Jeune, le tarif du TER était compris entre 31 € et 48 € ; le tarif minimum du TGV était compris entre 36 € et 67 €.

    Une expertise du cabinet Beauvais-Consultants, également suggérée par la FNAUT et financée par le GART, l’UTP, la SNCF et plusieurs autocaristes, avait déjà montré que les prix moyens (2) de l’autocar et du TER sont très voisins, de l’ordre de 7 centimes par km, le prix moyen du train Intercités étant de 9 centimes et celui du TGV de 10 centimes sur les relations intérieures.

     

    P1090946

     

    (1) Le tarif médian est le tarif en dessous duquel se situent la moitié des tarifs proposés.

     

    (2) Le prix moyen est obtenu en divisant les recettes commerciales (perçues par le transporteur) par le nombre de kilomètres parcourus par les voyageurs.

     

    voir  communiqué de Presse sur le sujet

     

      octobre 2014

     

     

     


    Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : Tarifications TGV , des TER, des Corails... - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
    Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
    Mardi 21 octobre 2014 2 21 /10 /Oct /2014 08:02

    Communiqué de Presse du 17 octobre 2014
    Le Réseau Action Climat ne participera pas à la table ronde de la conférence environnementale sur les transports

     

     Le Réseau Action Climat ne participera pas à la table ronde de la conférence environnementale sur les transports.
    Au vu des dernières annonces du gouvernement et du peu d’avancées dans la préparation de la table ronde transports de la conférence environnementale, le Réseau Action Climat préfère s’absenter, l’évènement ayant grandement perdu en crédibilité

    Entre défaut de concertation...

    Alors que les lobbies routiers ont obtenu satisfaction sur le sort de la taxe poids lourds, force est de constater que les attentes exprimées lors du débat sur la transition énergétique et des réunions préparatoires de la conférence environnementales n’ont, elles, pas été entendues. Pour le Réseau Action Climat, il est profondément anormal que la violence et le chantage des lobbies prévalent sur les processus de co-construction et de concertation.

    ...et signaux contradictoires à la transition énergétique

    Maintien du projet de l’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes, plan de relance autoroutier, gel des projets de transport en commun et d’infrastructures vélo en ville (via la suspension de l’appel à projet transport collectifs en site propres TCSP), hausse de la TVA sur les transports en commun, report des financements des Contrats de Projet État Région (CPER), etc. : le Réseau Action Climat ne compte plus les décisions prises à l’encontre de la transition énergétique et de l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les transports, premier secteur responsable du changement climatique en France.


    P1010792.jpg
    Avec l’abandon de la taxe poids lourds, annoncé sans véritable politique de remplacement pour le report modal et le financement des transports respectueux de l’environnement, le gouvernement a franchi une limite.

    En annonçant son boycott de la table ronde transports de la conférence environnementale, le Réseau Action Climat espère susciter un sursaut de cohérence du gouvernement pour qu’ils mettent en place les moyens nécessaires au développement de transports moins polluants au profit de tous, et honore le dialogue environnemental en le respectant et en passant enfin aux actes.


    Contact au Réseau Action Climat :
    Lorelei Limousin, chargée de mission transports et fiscalité. Tel : +33770310919.

     

    10. Derniers Communiqués

    Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : Transport et Environnement - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
    Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
    Mardi 21 octobre 2014 2 21 /10 /Oct /2014 07:15

    image001-copie-1

     

    Dans le cadre des débats sur le projet de loi « Transition énergétique » les députés ont adopté un amendement portant sur la création d’une indemnité kilométrique

     

    Création d’une indemnité kilométrique vélo versée par l'employeur

    Les employeurs pourront, s’ils le souhaitent, verser une indemnité kilométrique à leurs salariés se rendant à vélo, ou à vélo électrique, à leur lieu de travail, aux termes d’un amendement, voté par les députés le 14 octobre 2014 à l'occasion de l'examen en première lecture du projet de loi.

     

    Cet amendement (n°2146)  au projet de loi n°2188 relatif à la transition énergétique pour la croissance verte présenté par de M. Alexis Bachelay, Mme Alaux, M. Bies, M. Boudié, M. Féron, M. Gille, M. Pietrasanta et M. Plisson répond à une des préconisations du plan national vélo de janvier 2012 pour inciter les salariés à se déplacer à vélo. Ce plan stipule que «la création d’une indemnité kilométrique   peut être versée par l’employeur pour inciter ses salariés à se déplacer à vélo, sur le modèle de ce qui existe en Belgique depuis 1999 où elle est fixée à 21 centimes d’euros par kilomètre ».

     

    Le montant de cette indemnité, facultative pour l’employeur, sera fixé par décret selon cet amendement qui souligne que « le rapport remis par la coordination interministérielle au développement de l’usage du vélo préconisait un montant de 25 centimes d’euros par kilomètre ».

     

     

    Le montant de l’indemnité kilométrique vélo sera fixée par décret

     

    Afin que  les entreprises mettent en place cette indemnité kilométrique, facultative, plusieurs moyens sont mis en avant dans le texte de l'amendement pour inciter les chefs d'entreprises a l'adopter. Le texte propose une offre:

    •  de réduction des cotisations sociales dans la limite d’un montant défini par décret,

    •  aux salariés concernés une déduction de ces sommes de l’assiette de l’impôt sur le revenu.

    Les députés à l'origine de l'amendement précisent que « Seules ces mesures incitatives permettront de donner toute sa portée à l’expérimentation menée actuellement dans le cadre du plan d’action des mobilités actives (PAMA) et d’inciter véritablement au changement de comportement » 


    Mais pour être applicable, l’indemnité kilométrique vélo devra être maintenue en l'état lors de la navette parlementaire concernant le projet de loi, et en particulier quand elle sera examinée au sénat .

     

     

    P1060300

    L'indemnité kilométrique va compléter utilement les offres de locations vélos ou de prêt comme ici au dépôt STAO de Laval

     

    Voir le lien sur le rapport "indemnité kilométrique vélo"

    http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_IK_nov_2013.pdf

    Par Fnaut Pays de la Loire - Publié dans : A bicyclette - Communauté : FNAUT, usagers consommateurs
    Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

    La FNAUT sur scoop.it

    Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

    Syndication

    • Flux RSS des articles

    ... Et avant !

    Octobre 2014
    L M M J V S D
        1 2 3 4 5
    6 7 8 9 10 11 12
    13 14 15 16 17 18 19
    20 21 22 23 24 25 26
    27 28 29 30 31    
    << < > >>

    Nos rubriques

    Archives

    Vous aimez ?

    Vous cherchez ?

    OverBlog

    Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés