Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 07:16

 

Alors que la LGV Atlantique et le cadencement des TER vont se mettre en place prochainement, la FNAUT revient sur la "pseudo" concertation qu'il y a eu en Pays de la Loire et se plait à rêver du possible qu'il aurait pu se produire en prenant connaissance du Bilan de la Consultation qui a été produit en décembre 2016, par la Région Bretagne. 

 

La SNCF en dessous de tout

Les Pays de la Loire n'ont pas été à la hauteur des attentes des usagers... D'ailleurs aucun chiffre ne peut être produit pour l'illustrer, mettant en avant l'absence d'échanges, de  transparence ...et de concertation avec les usagers...

Comment en serait-il autrement puisqu' aucune réunion avec les associations de consommateurs n'a lieu avec la SNCF en Région et ce depuis des années...

 

 

Bilan de la consultation TER 2017

Parallèlement à la mise en service de la nouvelle Ligne à Grande Vitesse (LGV), tous les horaires TGV et TER Bretagne seront nécessairement modifiés, à partir de septembre 2017. Après plus de deux ans d’une démarche d’information et d’échanges autour du projet Bretagne à Grande Vitesse, la Région avait invité, en juin dernier, tous les usagers à consulter et à émettre un avis sur la nouvelle offre TER.

En 2017, tous les horaires changeront

En juillet 2017, les lignes à grande vitesse Le Mans – Rennes et Tours – Bordeaux vont être mises en service. Les horaires seront cadencés à Montparnasse modifiant les grilles horaires TGV et TER de tout le grand ouest. Il n’était pas possible de conserver l’offre TER actuelle.

Ce moment historique a été saisi afin de bâtir une nouvelle offre TER en Bretagne qui soit au service de la diffusion de la grande vitesse à tous les territoires et au service des usagers quotidiens ou occasionnels du réseau.

À partir de juillet 2017, ce sont donc tous les horaires TER qui vont changer. Impliquant d’inévitables réorganisations dans le quotidien des usagers, ces évolutions peuvent générer lors de leur mise en place des insatisfactions compréhensibles. Pouvant être perçues à court terme comme une somme de difficultés individuelles, elles deviendront une chance pour la Bretagne et les Bretons.

Une consultation pour accompagner les inévitables changements dans le quotidien des usagers du TER Bretagne.

Frise consultation BGV

Pour accompagner ce changement, la Région Bretagne a engagé depuis 2014, une large démarche d’information et d’échanges. En juin 2016 une large consultation sur ces nouveaux horaires TER a été mise en place. Avec 6 000 personnes ayant consulté les horaires sur près de 700 trajets différents (13 400 recherches de fiches horaires effectuées), la mobilisation a été forte et a permis à la Région et à SNCF d’apprécier le niveau de satisfaction sur les changements induits. Un quart des consultations a ainsi donné lieu à des commentaires négatifs. Les remarques émises par téléphone, mail, courrier ou voie de presse ont également été prises en compte.

Des demandes prises en compte

Le Conseil régional et SNCF ont alors pu identifier 27 blocs de problèmes (pour plus de la moitié sur l’axe sud Rennes – Quimper) qui ont tous été remis à l’étude. Des solutions ont pu être apportées dans 75 % des cas. Suite à cette consultation, ce sont ainsi 150 arrêts supplémentaires qui ont été créés par semaine (dont 20 arrêts en car TER) et qui seront ajoutés dès la mise en place de la nouvelle offre en 2017.

A partir de septembre 2018, après des travaux entre Rennes et Redon, la situation s’améliorera sur l’axe Rennes-Vannes.

L’offre complète connue au printemps

Cette consultation ne portait que sur les horaires TER en semaine – du lundi au jeudi – hors période estivale, la SNCF n’ayant pas dévoilé les horaires TGV des vendredis, week-end et périodes estivales.

Les horaires définitifs pour toutes les semaines de l’année vont être produits par SNCF. Il faut donc attendre la fin du processus technique piloté par SNCF avant de pouvoir accéder aux nouvelles grilles horaires à partir d’avril 2017.

Dès le début de l’année 2017, la Région Bretagne reprendra le rythme de ses comités de lignes qui lui permettent d’aller à la rencontre des élus, associations et usagers. Pour chaque ligne, elle pourra présenter et expliquer les évolutions de l’offre, les questions soulevées par la consultation et les suites données.

Bilan de la concertation en Bretagne

Repost 0
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 11:01

TRANSPORTS ET HANDICAPS : HALTE AUX DISCRIMINATIONS ! LIBERTÉ DE CIRCULATION !

 

Depuis plus de 40 ans, les Personnes à Mobilité Réduite (PMR), les personnes en situation de handicap que ce soit de façon permanente ou temporaire, les personnes âgées en perte d’autonomie, etc., soit une personne sur trois, attendent l’application effective des lois successives concernant l’accessibilité des moyens de transports collectifs publics.

 

 

Des textes fondateurs, et des promesses, toujours des promesses … non tenues :

1948 :  Déclaration universelle des droits de l’homme (art. 13) ratifiée par la France : « Tout homme a le droit de circuler librement … ».

 

1975 :  Loi Handicap et décrets parus en 1978 et 1985 :

  •  Définition des normes minimales d’accessibilité des transports en commun à appliquer ;
  •  Préconisation : mise en place de transports PMR à la demande, en porte à porte, afin de pallier l’inaccessibilité des réseaux de transports publics ;
  •  Constat : ce dispositif palliatif est inexistant sur de nombreux territoires, ou assorti de conditions disparates de fonctionnement préjudiciables aux usagers PMR …

 

2005 :  Nouvelle loi Handicap (celle de 1975 étant inappliquée) :

  •  Elle garantit sous 10 ans (soit pour le 11 février 2015) la mise en accessibilité de l’ensemble des réseaux de transports publics : infrastructures, matériels roulants, avec continuité de la chaîne de déplacements, etc.
  •  Constat : application contrastée selon les territoires et non-respect de l’échéance de 2015.

 

2006 :  Directive et réglementation prévoyant pour 2011 la mise en œuvre de « transports de substitution … destinés à assurer … dans des conditions analogues … la desserte de lignes de transport en commun non accessibles aux PMR … »

         Constat : ces transports servent trop souvent d’excuse pour l’absence d’une véritable politique d’accessibilité des transports en commun et les autorités organisatrices des transports en commun ne respectent pas les textes réglementaires.

         Aujourd’hui, la plupart des territoires ne sont toujours pas couverts par des transports de substitution. De plus, ces services ont des pratiques discriminatoires, notamment l’inscription et la réservation préalables pour les PMR (plusieurs jours à l’avance).

 

2014-2015 : Ordonnance sur l’accessibilité ratifiée, qui constitue une régression inacceptable, et prévoit :

  •  La mise en accessibilité de seulement certains arrêts dits « prioritaires » sur les lignes de transport en commun
  •  De nouveaux délais de réalisation augmentés de 3, 6 ou 9 ans (agendas d’accessibilité programmée et demandes de dérogations), sans sanctions en cas de retard.

L’accessibilité aux PMR des transports en commun collectifs publics se révèle encore une fois remise aux calendes grecques !

Aujourd’hui, les PMR restent privées de leur droit fondamental à circuler librement sur l’ensemble du territoire Français !

 

 

Couverture

CIAH31, CER Occitanie, CDTHED, Accessible pour tous

 

Je, soussigné(e), exige :

1.       Le droit aux transports publics et à la libre circulation de tous, sans restrictions : personnes en situation de handicap, personnes âgées en perte d’autonomie, etc. ; droit devant se traduire par l’engagement d’une véritable politique nationale transversale et coordonnée : volontariste, cohérente et efficiente en matière de TRANSPORTS ACCESSIBLES A TOUS POUR TOUS avec programmation, moyens financiers et humains, etc.

 

 

2.       L’abrogation de l’ordonnance accessibilité ratifiée en 2015 : ordonnance qui élargit et multiplie les dérogations et les délais ce qui se traduit par une accessibilité limitée aux lieux les plus fréquentés ;

 

 

3.       Dans l’attente, le respect du cadre légal des transports de substitution, c’est-à-dire sans inscription ni réservation préalable.

 

 

4.       La mise en place, sur tous les territoires (y compris les zones rurales), d’une DESSERTE PAR DES SERVICES TPMR (transport adapté aux personnes à mobilité réduite notamment les plus dépendantes), à la demande, en porte-à-porte,

 

 

5.       L’accès de ces services (transport de substitution et TPMR) à tous les usagers qui, du fait de leur handicap, ne peuvent pas utiliser régulièrement les transports en commun dans les mêmes conditions de confort et de sécurité que les usagers valides - cela sans restriction de domiciliation, d’âge ou de type de handicap, aux mêmes tarifs que ceux appliqués aux usagers dits « valides ».

 

 

6.       La disparition des procédures infantilisantes ou discriminatoires et des intrusions dans la vie privée prévues dans certains règlements locaux (dossiers de demande d'admission payants, absence de recours contre les refus éventuels, priorisation des déplacements en fonction de leurs motifs, ...)

 

 

Initiateurs de la pétition : CIAH 31 Collectif Inter Associatif Handicaps 31, Comité d’Entente Régional Occitanie des personnes en situation de handicap et de leurs proches, CDTHED Comité pour le Droit au Travail des Handicapés et l’Égalité des Droits, Réseau Accessible pour tous

Signez :

https://www.change.org/p/transports-et-handicaps-stop-discriminations-liberté-circulation?source_location=minibar

 

 

Cette pétition sera remise à:

  • Président de la République
  • Premier ministre
  • Groupement des Autorités Responsable de Transport GART
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Peut mieux faire ! Consommateurs
commenter cet article
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 09:08

Pour un département de plus de 300 000 habitants ... c'est léger... et même indécent au regard des déséquilibres socio-économiques et de la fracture numérique et générationnelle que connaissent les territoires concernés.

Cette situation qui est souvent le résultat d'une décision unilatérale de la part de la SNCF se traduit par le déménagement des services publiques des territoires et l' abandon des populations à leur sort.  

L'éloignement  et la rareté ne favorisant pas la fréquentation, encourage encore plus cette fuite en avant des opérateurs publics, qui "rentabilité oblige" s'appuient sur les données comptables pour prendre des décisions stratégiques. Décisions qui s'inscrivent dans un cercle "non vertueux" qui pénalise trop souvent les populations fragiles, isolés, pauvres, creusant un peu plus un fossé entre des territoires urbains mieux desservis et des territoires ruraux délaissés.

C'est oublier au passage que cette présence participe au maillage du territoire et lutte contre la désertification des espaces et à la sensation d'abandon.. La décision n'est pas qu'une simple décision de "saine gestion entrepreneuriale" mais découle, et c'est encore plus vrai quant il s'agit d'une entreprise dont l'actionnaire principal est l'Etat, d'une décision politique... 

Mais l'Etat est au abonné absent ... Il y a longtemps qu'on lui a coupé le téléphone ?

 

Fabrice EYMON

Président de la  FNAUT Pays de la Loire

Repost 0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 10:27

 

Fabrice Eymon, président de la Fnaut* Pays-de-la-Loire sur France Bleu Mayenne : "On se retrouve avec des territoires complètement vides de représentants Sncf."

Notre invité réagit à la fermeture de la boutique Sncf de Mayenne le 1er juin prochain. Pour lui, la Sncf poursuit sa politique de fermeture des guichets sans se préoccuper de la fracture numérique et générationnelle.

https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-france-bleu-mayenne/mayenne/l-invite-35

 

*FNAUT : Fédération Nationale des Usagers des Transports.

 

Capture écran de l'émission

Capture d'écran du site TER SNCF

Repost 0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 18:13

 

 

 

 

 

La Région Bretagne réagit à la mise en place de nouvelles liaisons SNCF Ouibus...

 

Le torchon brule entre la Région Bretagne, par la voix de Gérard LAHELLEC  et la filiale Low Cost de la SNCF : Ouibus.

 

En cause, la concurrence "réelle" selon la Région de l'ouverture de nouvelles lignes Ouibus par autocar au départ du finist7re (Brest) et desservant la péninsule Bretonne.

 

La Région Bretagne accuse la SNCF de mettre à mal le transport ferroviaire régional et les investissement que la collectivité injecte dans le TER car le groupe SNCF vient de décider la mise en place de 5 lignes routières qui, au départ de Brest, viendront concurrencer directement le service TER.

 

La FNAUT ne manquera pas de réagir sur son blog à cette nouvelle offensive de la SNCF dans le mode routier Ce n'est pas la première fois que la Direction de la SNCF préconise le développement de l'autocar alors qu'elle exploite les TER.

 

Cette décision a des répercutions sur la Région Pays de la Loire qui bénéficie de nouveaux arrêts sur les itinéraires... parallèles aux voies ferrées.

 

Compléments d'informations

 

 

http://www.sncf.com/fr/presse/article/nouvelles-destinations-ouibus/020317

 

http://www.sncf.com/ressources/communique_ouibus_02032017_printemps_national.pdf

 

Pour en savoir plus et prolonger le débat :

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ouibus-concurrence-deloyale-aux-ter-region-bretagne-1207521.html

http://www.letelegramme.fr/economie/cars-macron-la-region-bretagne-hausse-le-ton-face-a-la-sncf-04-03-2017-11421114.php#closePopUp

Communiqué de Presse de la Région Bretagne

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Peut mieux faire ! Consommateurs
commenter cet article
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 14:58

 

Il y a quelques jours un cycliste lillois a fait une remarque à une automobiliste effectuant un dépassement dangereux au volant d'une voiture de la Ville de Lille. L'incident a été filmé par une camera embarquée ... ainsi que la suite ....

 

Scène de la vie quotidienne d'un cycliste qui va au taf en vélo...

La scène se passe à Lille près du Grand Palais, une rue, en sens unique, dispose de deux voies, dont une pour tourner à gauche. Alors que le feu est au rouge, une automobiliste qui conduit une voiture de la Ville double un cycliste par la droite pour se rabattre rapidement devant lui.

Le cycliste, frôlé de près, toque à la glace latérale pour faire remarquer la conduite imprudente et entame le dialogue : "Ça sert à quoi de me doubler si c'est pour me serrer au feu rouge ?", lui demande-t-il calmement. "C'est bon, vous me prenez la tête", lui répond rapidement la femme au volant avant de redémarrer.

 

La cavalerie arrive...

L'incident aurait pu s'arrêter là, reflétant une scène assez familière du quotidien des cyclistes. Mais quelques secondes plus tard, c'est un véhicule de la police municipale qui force le cycliste à mettre pied à terre.

Tout de suite, le cycliste est pris à partie par les municipaux : "On va se calmer, un petit peu, à vélo", indique l'agent qui poursuit : "La prochaine fois, vous n'avez pas à vous appuyer sur une voiture. C'est un bien privé une voiture", pendant que la femme dans sa voiture vocifère contre le cycliste. "On ne s'appuie pas dessus et on ne fait pas de grands gestes comme ça." reproche encore le policier. Rien que cela.

Scène ubuesque, alors que le comportement de l'automobiliste est dangereux, la police municipale préfère arrêter un cycliste pour lui reprocher ses "grands gestes".

Cette situation a fait l'objet d'un reportage et a donné lieu à de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.

Mais il est quand même hallucinant de constater que le cycliste, protégé parce que vulnérable par la loi Badinter, est considéré comme en faute et qu'a aucun moment, les policiers ne tiennent compte de ses observations. L'automobiliste a une conduite dangereuse et son comportement n'est nullement remis en cause par les forces de l'ordre. Circonstances aggravantes, le fait que ce soit un véhicule de la ville donne une mauvaise image de la collectivité ... et de la police qui est partiale...

 

Voir la vidéo originale : https://www.youtube.com/watch?v=2xmjAt109-c

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-pas-calais/nord/lille-metropole/lille/lille-cycliste-manque-se-faire-renverser-voiture-se-fait-alpaguer-police-1196681.html


 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette Peut mieux faire !
commenter cet article
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 07:39

Pas né de la dernière pluie...

Si l'information vous parait suspecte, c'est que vous êtes d'un naturel méfiant ou tout simplement vous ne prenez pas pour argent comptant ce que l'on vous annonce .... Car un usager avertie en vaut deux !

 

La SNCF n'a pas augmenter ses prix ... c'est une bonne blague !

Même si en 2017, année de promesses et de cadeaux (élections obligent), la SNCF a annoncé l'absence d'augmentation de ses prix, rien ne prouve qu'au moment de l'achat, le prix du billet ne sera pas plus élevé pour autant. Tout simplement et c'est la FNAUT qui a levé le lièvre car même si ce sont les prix des billets les plus chers qui n'augmentent pas, ce n'est pas le cas pour tous ! Exemple a l'appui, si un trajet Paris-Lyon fait au maximum 100 €, ce tarif ne va pas changer.

En revanche, rien n'empêche la SNCF, qui pratique le yield management,(l'entreprise fait varier ses prix en fonction de la demande), de proposer en 2017 davantage de billets à 80 € plutôt qu'à 70 €. Au final, les prix des billets auront augmenté.

 

La stratégie tarifaire de la SNCF loin d'être transparente 

Comme le dit Jean Lenoir, le vice-président de la FNAUT « La stratégie tarifaire de la SNCF est gardée secrète » et il quasi impossible de connaître la clef de répartition tarifaire dans une rame de TGV. L'usager peut toujours se tourner vers la concurrence quand bien même il soit   « Difficile pour la compagnie ferroviaire de maintenir des prix trop hauts ». Encore une chance pour voyager en train !

Le statu quo tarifaire a été imposé par la tutelle de l'Etat. Il peut cacher des rattrapages insidieux effectués par l'entreprise ferroviaire sur ses tarifs minimum ou intermédiaires ou bien sur le quota de petits prix mis en vente. Le yield management insidieusement, permet en effet de nombreuses astuces pour faire varier le prix moyen acquitté par les voyageurs.

 

Un gel des tarifs annoncé officiellement

C’est l'Etat, le Ministère de tutelle qui a annoncé le gel tarifaire, le deuxième depuis 2016. Même si l'annonce a été faite officiellement que "les tarifs SNCF n'augmenteront pas au 1er janvier 2017, il est difficile de se défaire d'une réalité car depuis le début de la décennie, l’entreprise publique – avec l’accord de l’Etat – a trop souvent sollicité le pouvoir d'achat de ses clients-usagers : +2,85% d'augmentation en 2011 ; +3,2% en 3012 , +2,3 % en 2013 ; +3%  en 2014 ; +2,6 % en 2015

La SNCF a assumé seule une politique tarifaire sans aucun contrôle de l'Etat, autorité de tutelle, avec comme conséquence, le sentiment qui se développe au sein des usagers que le TGV est hors de prix aux horaires et aux périodes les plus prisés et si on ne réserve pas des semaines à l’avance. Et ce n'est pas une campagne de publicité qui pourra effacer ce sentiment profond...

La SNCF ce n'est pas elle qui devait nous faire préférer le train ?

 

 

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 05:55

 le 17 juin 2015

 

La loi Macron, imposée par le gouvernement, libéralise sans précaution le transport interrégional par autocar. Elle risque de déstabiliser les relations ferroviaires conventionnées, TER et Intercités, de pénaliser les voyageurs et les contribuables, et de jouer contre l’aménagement du territoire.

 

Une initiative incomplète

Aujourd’hui, le train n’assure pas certaines liaisons interurbaines : une offre routière est donc nécessaire pour compléter l’offre ferroviaire. Mais la loi n’incite pas les autocaristes à s’implanter sur les itinéraires non desservis par le train.

Elle n’introduit aucune harmonisation entre la tarification de l’autocar et celles des offres existantes, ferroviaires et routières. Elle n’étend pas à l’autocar la tarification sociale nationale (familles nombreuses,…). Le financement des nouvelles gares routières nécessaires n’est pas organisé. 

 

Une libéralisation dangereuse et prématurée

Avant d’autoriser l’ouverture de services d’autocar à moyenne et longue distance, l’Etat devait :

  • mettre en place une régulation beaucoup plus stricte de ces services ;
  •  publier le schéma national des services ferroviaires prévu par la loi du 4 août 2014 et décréter un moratoire sur les suppressions de dessertes Intercités recommandées par le rapport Duron ;
  •  renforcer les dessertes ferroviaires TER et Intercités afin de réduire le risque d’écrémage par l’autocar, en maîtrisant leurs coûts d’exploitation, en modernisant les infrastructures et le matériel roulant, et en améliorant la qualité de service. 

Il est incompréhensible que le gouvernement introduise une concurrence entre les modes ferroviaire et routier et que, dans le même temps, il refuse d’expérimenter la concurrence entre les opérateurs ferroviaires dans le cadre de délégations de service public, alors qu’elle susciterait des innovations répondant aux besoins des voyageurs. 

 

Une libéralisation improvisée 

La libéralisation de l’autocar est totalement déconnectée de la réforme territoriale. Or la création des «  grandes régions » va exiger une réorganisation des dessertes TER interrégionales et Intercités : une telle réorganisation devait être menée avant la libéralisation du transport routier.

La FNAUT déplore que cette libéralisation ait été menée par le ministère de l’Economie sans vision d’une politique intermodale des transports et sans étude d’impact sur l’aménagement du territoire.

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Peut mieux faire !
commenter cet article
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 04:05
Carte des TET (Infographie la République du Centre)

Carte des TET (Infographie la République du Centre)

La FNAUT avait déjà lancé un cris d'alarme concernant la menace qui pesait sur les Trains d'Equilibre du Territoire  (voir).

En attendant l'analyse de la FNAUT, voici les attentes de la Fédération Nationale des Associations d'Usagers.

 

 

Communiqué de Presse du 26 mai 2015

 

Le député Philippe Duron remet aujourd’hui au Gouvernement son rapport parlementaire intitulé « Avenir des trains d’équilibre du territoire ». Dans l’attente de sa présentation, la FNAUT rappelle ses propositions.

 

Les trains Intercités doivent faire partie de l’offre globale de mobilité

Les trains Intercités sont un outil indispensable à l’aménagement du territoire, en particulier pour la desserte des villes moyennes et des axes transversaux. Leurs dessertes doivent valoriser l’accessibilité des villes de province, le maillage national du réseau, les relations de cabotage, les trains de nuit, les relations parallèles aux LGV et les relations internationales.

 

Les services ne sont pas à la hauteur

L’exploitation et l’usage de ces trains doit être optimisée. Les usagers défendent le développement du cadencement pour l’amélioration des correspondances et le développement des services à bord.

Il est également nécessaire de modérer la tarification, d’homogénéiser les modes de distribution, de généraliser la réservation facultative.

 

La gouvernance doit être clarifiée

Les responsabilités de l’Etat et des Régions doivent être clarifiées. L’État doit assurer la définition du réseau ferroviaire national et reconstituer le réseau Intercités à l’échelle nationale. Les financements des trains Intercités doivent être pérennisés. Il est indispensable de garantir le mécanisme de financement intermodal des trains Intercités, de garantir des ressources pour le gestionnaire de l’infrastructure, enfin de développer une exploitation par délégation de service public.

 

La FNAUT attend des propositions de la commission la définition d’un schéma national des services de transport, tel que validé par la loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire. En l’attente de son vote et de sa mise en œuvre, la FNAUT rappelle sa demande de moratoire sur toute suppression de desserte Intercités.

 

 

 

http://limousin-en-tgv.over-blog.com/2015/04/contribution-des-regions-pour-l-avenir-des-trains-d-equilibre-du-territoire.html

http://www.fnaut-paysdelaloire.org/tag/fnaut%20pays%20de%20la%20loire/

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Peut mieux faire !
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 19:46

Il y a des "prunes" qui se perdent...

 

D'habitude ce sont les particuliers qui gênent les autocars dans les gares routières "ouvertes" comme celle d'Angers ou de Laval par exemple... Régulièrement le vendredi soir, le d imanche soir, les autocars ont du mal soit à stationner, soit à accéder à leurs quais réservés, soit à s'extirper du flot de véhicules en infraction par rapport à la réglementation (sens interdit aux véhicules légers)... mais rien y fait ! Mais que fait la police !


P1090921

Un petit espace où ne devrait évoluer que les Transports Collectifs

 

Un constat récurrent !

 

Ce constat est récurrent au point que les conducteurs des autocars se fâchent  parfois... devant tant d'incivisme. Dans le cadre des Comités de Ligne, cette situation a déjà été dénoncée à plusieurs reprises par la FNAUT.

 

Régulièrement en effet des automobilistes viennent stationner sur les aires des autocars pour une "dépose" minute de leurs passagers mais souvent ils y stationnent et les conducteurs des autocars régionaux et départementaux sont génés pour leur manoeuvre et l'ouverture des soutes... La sécurité des voyageurs est quelque fois mis en danger, puisque les véhicules légers se faufilent entre les voyageurs ...

 

La gare routière de Laval  : une zone à défendre  (ZAD) ?

 

Dimanche 7 décembre, la gare routière de Laval était encore dans cette situation sauf que cette fois, elle était "occupée" par une compagnie de CRS faisant étape à Laval ? Pour protéger la gare routière et faire appliquer la loi ? Peut être pour voir les illuminations ? Toujours est-il qu'en plus de la suppression des arrêts du centre ville pour cause d'illuminations, l'accès aux T.C. était  en quelque sorte un parcours du combattant...  

 

DSC00241.JPG

Les cars de CRS stationnés devant les abribus de la gare routière alors que l'autocar Laval - Mayenne de la ligne 2 du réseau Pégase a eu du mal à se faufiler entre les cars de CRS en stationnement gênant. En même temps sur l'autre quai, les autocars de Nantes et Angers attendaient de partir... photo prise Dimanche 7 décembre 2014 vers 16h 45

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Peut mieux faire !
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques