Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 08:00

Ils sont  économistes, ancien dirigeant de compagnies aériennes, avocat, journaliste et réalisatrice ou consultant et ils interpellent ensemble le gouvernement sur le site Médiapart pour qu'il n'engage pas  "les travaux prévus par les arrêtés préfectoraux " publiés en décembre dernier.

 

Fresque 2006 06 25 07

 

Nous venons d’horizons divers...


Nous venons d’horizons divers. Et c’est pour diverses raisons que nous nous sommes intéressés au sujet controversé et singulièrement médiatisé depuis un an d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Malgré la forte mobilisation citoyenne et les failles du dossier, il semble que l’État persiste dans sa volonté de réaliser un projet vieux de plus de quarante ans. Le préfet de région vient en effet de publier les derniers arrêtés qui autorisent le démarrage des travaux.

 

L’État persiste dans sa volonté de réaliser un projet vieux de plus de quarante ans


Personne ne peut croire que cela se fera dans le calme sur le terrain. Aussi, avant que l’irréversible ne se produise, nous en appelons à l’opinion publique et à la plus haute autorité de l’État, car ce dossier est symptomatique de toute une série de graves dysfonctionnements qui ne peuvent être passés sous silence.

Il faut d’abord réformer la manière de mener le débat public en France et faire cesser le « saucissonnage » des procédures. Est-il raisonnable de déclarer en 2008 l’utilité publique d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes et de n’examiner qu’en 2012 ses impacts environnementaux ? Il faut aussi admettre l’expertise contradictoire car les citoyens ne peuvent plus accepter d’être consultés seulement pour la forme alors que le projet est, au fond, déjà décidé.

 

Dans une démocratie éclairée, il ne suffit pas d’écouter, il faut aussi entendre et  vouloir rechercher la vérité


La mise en place de trois commissions, en fin d’année 2012, avait fait naître l’espoir d’un débat objectif. Hélas, il n’en a rien été au bout du compte ! La Commission du dialogue avait fort sagement demandé que soit expertisée l’hypothèse d’un maintien de l’aéroport actuel. Or ces études complémentaires qui devaient être contradictoires ont été menées par les services de l’État, à la fois juge et partie. Comment s’étonner dès lors qu’elles répondent à la commande qui leur a été faite : justifier à nouveau le projet de Notre-Dame-des-Landes ? La contre-expertise portée par les opposants (pilotes, personnalités du monde aéronautique, bureaux d’études, élus et citoyens), bien que reconnue comme sérieuse, a été balayée d’un revers de main, sans débat réel et sans arguments recevables. L’État prétendra certes qu’il a discuté, voire qu’il a écouté. Mais dans une démocratie éclairée, il ne suffit pas d’écouter, il faut aussi entendre et surtout vouloir rechercher la vérité.

 

On ne peut à la fois parler d’économies nécessaires et gaspiller l’argent public


Il est temps de mettre en cohérence les discours et les actes...  Retrouver la suite sur le site Médiapart

 

156234 10150879358717661 86539967660 9562491 988057261 n

 

par Geneviève Azam, Jean Gadrey et Susan George, économistes,

Jacques Bankir, ancien dirigeant de compagnies aériennes,

Arnaud Gossement, avocat,

Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice,

et Patrick Warin, consultant,

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 08:30

 

"Le plus bas niveau de tués" depuis que des statistiques sont officiellement comptabilisés

 

Le ministre de l'Intérieur a annoncé une baisse record de 11% des morts sur les routes en 2013 en présentant le bilan annuel des accidents de la route. Ce chiffre marque déjà un niveau seuil historique.

 

Cela correspond tout de même à 3250 personnes tuées. C'est "le plus bas niveau de tués" d'après le Ministre depuis qu'une comptabilité enregistre officiellement comptabilisés en 1948...  http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT8y7-Kh91mKPFngo1n1CJQJmDwhXWWSBOpHlViGXy1vOeYfiEmMA

On est loin des 18 000 morts enregistrés il y a 40 ans !

 

La baisse de 2012 avait déjà enregistré un -8%. Alors que le pic de mortalité routière avait été atteint il ya 40 ans en 1972 avec 18.000 personnes tuées !

 

Autre constat enregistré la mortalité des 18-24 ans qui "suit la tendance générale" avec un recul de 10% en 2013. C'était une des priorités fixées par la Ministère. Même chez les motocyclistes, le nombre de morts baisse mais pas dans ces proportions pour atteindre 3 %...

 


Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 07:30
nv logo fnaut

 

Colloque du 10 Janvier 2014 : Tarifications des différents modes de transport

 

"Différenciation tarifaire et attractivité des transports publics"
au colloque de la FNAUT
 par Catherine Bouteiller, chercheur au Laboratoire d’Economie des Transports

 

 

 

L’objectif de l’étude est de contribuer à augmenter la fréquentation des transports urbains en différenciant la tarification.


Cette pratique permet aux autorités organisatrices des transports de générer des revenus supplémentaires et subsidiairement d’aider le consommateur. C’est un levier d’optimisation de la recette.

 

En ce qui concerne le réseau urbain, une tarification sur des critères différents (la zone géographique, la classe, les horaires de circulation) n’est pas proposée en France.

C’est le tarif plat qui est en général préféré, il est pratiqué à 84% en France . De même, pour l’opérateur, il est plus facile de connaître l’abonné que l’utilisateur à la demande. Enfin il est démontré que le passage en tarif plat augmente l’usage.

 

TICKET-SETRAM089.jpg

 

Pour le réseau interurbain départemental, la tarification zonale est préférée pour 51% des réseaux, contre 49 % à la tarification plate.

 

Aujourd’hui la tendance est vers un retour à la tarification à l’usage, pour mieux orienter cet usage et répondre aux besoins du consommateur. Ce mode de tarification est aussi jugé plus équitable par les consommateurs, qui payent selon leur consommation réelle.


Dans tous les cas, pour opérer une différenciation tarifaire, il faut connaître les pratiques des consommateurs et leur consentement à payer, par la maîtrise des courbes tarifaires qui permet de maximiser les recettes.

 

La difficulté pour l’opérateur est alors de connaître l’utilisateur. Pour cela, il doit pratiquer la tarification multiple : tarification à la distance (liée à l’utilisation spatiale du réseau), tarification à l’usage, tarification sociale.

 

Par exemple à Singapour, la carte Ez-Link permet depuis 2002 une forme de multimodalité, et des avantages tels que la possibilité de payer dans les commerces, de faire office de carte de fidélité,...

Le succès de cette carte se chiffre à 5 millions d’exemplaires, pour une part modale de 63%.

FNAUT 1FNAUT 5

 

Campagne de la FNAUT pour la promotion et l'amélioration des Transports Publics à Nantes

 

De même à Londres, la carte Oyster introduite en 2003 a été distribuée à 29 millions d’usagers et présente aussi des caractéristiques de multimodalité et de carte de fidélité.

 

Enfin à Belfort, la carte Optymo permet d’accéder à n'importe quel mode et de payer a posteriori. Son succès est tel que la fréquentation a augmenté de plus de 66% depuis 2007.

 

En conclusion , diversifier les prix permet l’accès à la «mobilité courante» et à tous les modes de manière facile. Il faut pour cela une gouvernance forte pour s’entendre sur la répartition des recettes, ainsi que des services élaborés à partir de modèles économiques amenant à un prix juste.

 

 

Colloque du 10 Janvier 2014 : Tarifications des différents modes de transport

page 4/13

 

site internet de la FNAUT

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 07:30

Les FNAUT Pays de la Loire et Poitou-Charentes ont adressé un courrier commun à la Région Pays de la Loire...  

 

nv logo fnaut

 

Suaux, le 19 janvier 2014

 

 

 

Monsieur Gilles BONTEMPS

Conseiller Régional

Vice Président de la Commission Transports

Région Pays de la Loire

 

 

Monsieur le Vice Président, 


Nous avons appris par voie de presse la réaction des élus suite à l'inquiétude exprimée par notre Président Jean SIVARDIÈRE au micro d'Europe 1 à propos des lignes TER fragilisées parmi lesquelles l'axe Thouars-La Roche sur Yon qui concerne nos deux Régions.


Sans nier les efforts des collectivités régionales pour conserver et améliorer le service ferroviaire : cas du TER d'été Saumur - Les Sables, nous restons très vigilants sur le devenir des lignes jugées peu rentables, car le passé nous a malheureusement donné raison sur des réductions ou suppressions suite à des offres mal positionnées en horaires ou fréquences et pour lesquelles, malgré nos propositions pour une meilleure desserte, nous n'avons pu obtenir la réouverture ou l'amélioration en tenant compte de la clientèle potentielle liée aux nouveaux modes devines de déplacements.


Dans le contexte actuel difficile, les FNAUT Pays de Loire et Poitou-Charentes restent mobilisées pour la défense du service public ferroviaire car des projets « remisés » peuvent refaire surface, par exemple, si les financements sont remis en cause. 


Je vous prie d'agréer, Monsieur le Vice Président, l'assurance de nos salutations distinguées. 


FNAUT Poitou-Charentes 
FNAUT Pays de la Loire
Pour les FNAUT
Henriette TRIMOULINARD
images-hors-pl 0750P1040734.jpg
De Thouars à la Roche sur Yon... une ligne à péréniser et que la FNAUT a déjà sauvé en 1977
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 07:30

 fnaut logo pdl

 

 

Desserte de l’hinterland de Nantes :

Qualité de la desserte en transport en commun en 2017, après mise en service de la LGV Ouest 

et de Nantes - Châteaubriant

 

Nantes fait partie de la dizaine des principales agglomérations françaises, qui ont un statut particulier dans le secteur des transports voyageurs. Nantes (avec Rennes pour l’Ouest) est tête de ligne d’un service cadencé de TGV pour Paris, accueille des têtes de ligne de TGV intersecteurs pour Lille, Strasbourg, Marseille et Montpellier, (qui desservent aussi Angers et le Mans) en plus de son rôle de principal « hub » régional TER. Nantes est aussi tête de ligne pour l’Interloire vers Orléans, et voit passer de rares InterCités vers Quimper, Bordeaux,Toulouse.


2005-voiture-interloire-v.jpg

Nantes dispose du seul aéroport d’envergure européenne de l’Ouest, à la fois relié aux grandes agglomérations françaises (y compris Bordeaux, très proche, ce qui montre le manque d’investissement sur la voie ferrée), mais aussi aux principales métropoles et capitales européennes, plus quelques destinations plus lointaines (Antilles, …) et de nombreuses destinations de vacance autour du bassin méditerranéen. Nantes contribue donc à mettre en relation l’Ouest, avec les autres « métropoles » françaises et l’Europe.


Nantes est siège aussi de groupes ou d’antennes de groupes énergétiques, bancaires, commerciaux, de services, d’universités, de labos de recherche, …. qui « commandent » ou rayonnent sur plusieurs régions. Il y a donc de nombreuses raisons, personnelles, d’enseignement ou de travail, pour se déplacer entre Nantes et les régions proches, dans un rayon d’environ 200 km à vol d’oiseau.

 

Le schéma ci-dessous analyse la qualité des liaisons avec les principales villes concernées, en se basant sur l’offre existante, par rapport à ce qu’elle devrait être. Il prend en compte le fait que le car joue un rôle marginal sur longues distances (cf constat de la faible attractivité et fréquentation sur Nantes Poitiers).

 

  SchémaDessertHinterlandNantes 14

+ A partir de 2017, les principales villes de la Région seront bien reliées à Nantes, y compris Laval via  la « virgule de Sablé », qui permettra de relier les branches LGV.

 

+ Les relations avec plusieurs petites villes régionales resteront difficiles en transport en commun : Fontenay, Segré, Château Gontier, la Flèche, Mayenne, etc….Améliorations envisagées pour Pornic et St Gilles Croix de Vie

 

+ Au-delà des frontières régionales, les liaisons vont de bonne (Paris) à correcte (vallée de la Loire moyenne, côte Sud bretonne) ou médiocre : la Rochelle, du fait d’une insuffisance de desserte, Brest, 2ème agglomération de Bretagne, du fait d’une correspondance quasi obligée à Quimper et d’une ligne Quimper Brest lente, Caen, du fait d’une liaison Rennes Caen peu performante.

 

+ Les liaisons sont très mauvaises en direction Sud Est vers le Poitou et le Limousin, depuis la fermeture de l’axe Cholet Poitiers : Bressuire, Parthenay, Niort, Poitiers et au-delà vers Limoges. Il devient alors plus rapide de faire un détour coûteux par l’agglomération tourangelle (St Pierre des Corps) ou par la Rochelle.

 

+ L’Ouest sera mal relié vers le Sud à la LGV Sud Europe Atlantique en construction entre Tours et Bordeaux, et ses prolongements vers la frontière espagnole et Toulouse. Le passage par St Pierre des Corps sera peu performant et coûteux pour l’usager, et celui plus direct par Bordeaux restera peu rapide.

 

 

Nantes restera éloignée des grands axes LGV

 

La qualité variable des T.C. de surface ne permet pas à Nantes de jouer en toutes directions son rôle de « métropole » dans son hinterland potentiel et d’être prête pour les défis énergétiques et écologiques à venir.

 

Elle restera éloignée des grands axes LGV. L’amélioration de la ligne des Estuaires (Bordeaux, Nantes, Rennes, Caen, Rouen, Lille) qui permettrait de resituer l’Ouest sur un axe structurant, ne fait l’objet que de projets de modernisation isolés et lointains (Nantes Rennes, Caen Rouen possible en lien avec la liaison rapide Paris Normandie).

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 00:30

C'est une question que France 3 pause dans le cadre d'un sondage partagé avec d'autres médias au sujet d'une question d'actualité ... Et à laquelle vous pouvez répondre... ici

 

http://www.linternaute.com/regie/2013/sondage-francetv/bandeau.jpg

 

 

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a annoncé ce mardi 21 janvier sur BFMTV son intention de tester la  limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire, dans une dizaine de départements, dès cette année.

 

Abaisser la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires peut-il, selon vous, sauver des vies ?

 

 

PENSEUR

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 12:00

C'est dans ce contexte que les associations environnementales et les naturalistes souhaitent donner une information en contradiction avec le discours édulcoré des promoteurs de NDDL ...

 

 

  http://img.over-blog-kiwi.com/0/33/38/80/ob_f1fc44_bandeau.png

 

 

Le collectif des Naturalistes en lutte, avec le soutien de la coordination des opposants propose une soirée exceptionnelle sur la nature à Notre-Dame-des-Landes animée par Denis Cheissoux.


Après un an de travail sur le terrain et d’étude des dossiers réalisés, les experts des naturalistes en lutte mettront en évidence les incroyables insuffisances des dossiers officiels et les perspectives de la lutte contre le projet d’aéroport.


Lundi 27 janvier 20h30


Salle de la Manufacture de Nantes 10 boulevard de Stalingrad

 


Cette conférence sera suivie d'une sortie sur le terrain dans le cadre de la journée mondiale des zones humides.
  

 

Rendez-vous le dimanche 2 février 2014 à 14h  à la Vacherie, lieu-dit les Domaine, Notre-Dame-des-Landes.

 


                                                                            Contacts :

Yves Riou 06 02 23 36 04
Guy Bourlès 06 20 70 11 37
François de Beaulieu 06 16 20 30 93

 

Site internet : naturaliste en lutte

 

 

P1060788

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 14:00

http://pietons.org/sitewp/wp-content/uploads/2012/12/logo.png

 

Communiqué de Presse du 7 janvier 2014

Stationnement payant pour les deux-roues motorisés !

 

L’association LES DROITS DU PIÉTON a saisi le Tribunal Administratif afin que celui-ci enjoigne au Maire de PARIS d’appliquer le stationnement payant aux véhicules à deux-roues (et trois-roues) motorisés.

 

Cette requête a été réceptionnée par le Tribunal le 14 octobre 2013 et la Ville de PARIS doit y répondre pour le début de janvier 2014.

 

Elle fait suite à un échange de courriers sur ce sujet entre LES DROITS DU PIÉTON et la Mairie de PARIS, celle-ci invoquant des difficultés techniques pour ne pas étendre dès à présent aux motos et cyclomoteurs la règle du stationnement payant en vigueur pour les véhicules à quatre roues depuis 1971.

 

http://pietons.org/sitewp/wp-content/uploads/2012/12/Rue-de-la-Villette-Paris-19-676x300.jpg

 

L’Association LES DROITS DU PIÉTON considère que ces prétendues « difficultés techniques » ne sont que le prétexte invoqué pour ne pas appliquer aux utilisateurs des 2 et 3 roues motorisés une mesure dont aucune considération objective ne justifie que ceux-ci en soient dispensés et qui heurte le principe d’égalité, alors que par ailleurs elle contribuerait à la régulation de l’usage des véhicules dont le nombre pose des problèmes de stationnement qui se traduisent par l’envahissement des trottoirs au détriment des piétons.

 

C’est la raison pour laquelle LES DROITS DU PIÉTON a également saisi le Tribunal Administratif de PARIS d’une demande tendant à ce que le Préfet de Police l’indemnise du préjudice porté aux intérêts dont elle a la charge en raison du laxisme dont celui-ci fait preuve en ce qui concerne la verbalisation des deux-roues motorisés illégalement stationnés sur les trottoirs.

 

site de l'Association Les Droits du Piéton

 

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:00

Logo-FNE-web-little.jpg

 

Notre-Dame-des-Landes : l’État franchit la ligne rouge

 

Le préfet de Loire-Atlantique a annoncé ce lundi 16 décembre qu’il s’apprête à accorder aux porteurs de projet les autorisations rendues nécessaires au titre de la « loi sur l’eau ». Les autorisations « espèces protégées » suivront quelques semaines plus tard. Au vu de la non-conformité manifeste des dossiers sur ces aspects, l’État va porter un coup très sérieux au droit de l’environnement, ce que nos associations ne pourront pas accepter. Nous contesterons en justice ces autorisations.

 

Une méthode de compensation environnementale invalidée

 

La réalisation du projet suppose la destruction de plus de 1200 hectares de zones humides, secteurs écologiquement très sensibles. Pour procéder à leur destruction, les porteurs de projet doivent démontrer qu’ils ont les moyens de compenser ces atteintes.

 

L’État avait à l’automne 2012 nommé un collège d’experts scientifiques chargés de valider la méthode de compensation proposée : en avril 2013, les experts ont invalidé cette méthode, soulignant son incompatibilité avec la législation applicable. Les autorisations « loi sur l’eau » seront donc accordées en dépit de cette invalidation, qui n’a aucunement été levée par les experts. « Le Ministre de l’Écologie n’a d’ailleurs pas répondu à notre demande visant à soumettre de nouveau le dossier aux experts » rappelle Yves Lepage, président de FNE Pays de la Loire.


Fresque 2006 06 25 07

 

Des inventaires naturalistes à refaire entièrement

 

Plusieurs centaines d’espèces protégées différentes devraient être détruites lors des travaux de construction de l’aéroport. De la même manière, cette destruction devrait légalement, s’il était démontré qu’elle est inévitable, donner lieu à une compensation.

 

Pour y procéder, les porteurs de projet doivent en premier lieu avoir réalisé un état des lieux complet de l’environnement du site. Or, le Conseil National de Protection de la Nature a alerté en avril 2013 les porteurs de projet sur le fait que les inventaires initiaux étaient très incomplets et devaient être complétés pendant une période d’au moins deux ans. Ceci ne pourra évidemment pas être fait d’ici quelques semaines. Hervé Le Strat, vice-président de Bretagne Vivante, explique : « C’est un passage en force d’autant plus inacceptable que plusieurs espèces « oubliées » ont été identifiées par les Naturalistes en Lutte sur le terrain. Le constat et la prise en compte de ces espèces dans le dossier est une formalité incontournable. En tout état de cause, les transferts d'espèces protégées et d'habitats ne permettront pas de sauvegarder ni de reproduire à l'identique les milieux avec toutes leurs fonctionnalités ».

 

le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

L’État se met hors la loi

 

L’État a décidé sur ce dossier de passer en force et d’imposer ce projet anachronique par tous les moyens. Pour Michel Dubromel, pilote du réseau Transports de FNE, « toute atteinte aux milieux naturels est empêchée légalement par l’existence d’une alternative : le réaménagement de l’aéroport existant de Nantes-Atlantique, reconnu possible par les derniers travaux de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC). Pour peu que l’on prenne des hypothèses de travail similaires, on s’apercevra d’ailleurs que ce réaménagement sera moins couteux que la construction d’un nouvel aéroport ».

 

Les autorisations qui vont être accordées de façon imminente seront nécessairement annulées par les tribunaux, que nos associations saisiront dans les semaines qui viennent. Il est à craindre que l’État et la société AGO ne commencent très prochainement des travaux qui auront un impact irréversible sur les milieux. Ce faisant, l’État s’enfoncerait encore davantage dans l’illégalité.

 

 

Télécharger ce communiqué en format PDF.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 08:00

cgt  fgtevoLogo-FNE-web-little.jpgLogoAPE1.jpgrac.gif7a2de8c312f57f5d5557fec

 

Pour 2014, tous nos vœux à l’écotaxe poids lourds

par un collectif de syndicats et d'associations écologistes 

Tribune parue dans le journal Libération du 8 janvier 2014


Chaque jour sans taxe poids lourd coûte cher socialement, économiquement et pour l’environnement.

Depuis le mercredi 1er janvier 2014, les transporteurs routiers doivent s’acquitter d’une taxe fixée en fonction du nombre de kilomètres parcourus. Cette taxe sera répercutée sous forme de majoration des prix pour les chargeurs, incitant d’une part les transporteurs à optimiser leurs déplacements et orientant les chargeurs vers des modes de transport alternatifs d’autre part.

Ou du moins, c’est ce qui était prévu.

 

En réalité, après cinq reports, la taxe sur les poids lourds a été suspendue sine die, sous le poids des lobbies. Pour autant, le problème reste entier !


Dans un contexte marqué par une politique des transports complètement dévalorisée, très favorable au mode routier et fortement marquée par le dumping social et environnemental, le fret ferroviaire comme le fluvial sont de plus en plus marginalisés. Baisse de la taxe à l’essieu, généralisation des 44 tonnes en janvier 2013, exonération de contribution carbone et réhabilitation des projets routiers dans les contrats de plan État-région, les transporteurs routiers jouissent de multiples privilèges, que leur octroie l’Etat alors même qu’ils figurent parmi les premiers émetteurs de gaz à effet de serre. Au lendemain de la publication du rapport alarmant du GIEC, le gouvernement envoie un bien mauvais signal à l’encontre des engagements pris en faveur d’un véritable report modal vers le fer et le fluvial.


DSCF1419 bis(1)

Un Collectif Basque manifeste pour l'Ecotaxe


Le transport routier est le mode de transport le moins cher parce que ses coûts externes ne sont pas facturés : usage des infrastructures, nuisances sonores, pollution et accidentologie ; ces coûts restent assumés par la collectivité, les salariés et les contribuables, vous et moi en somme.

Inscrite dans la loi LOTI en 1982, disparaissant avec la suppression de la Tarification routière obligatoire (TRO) en 1986, une tarification obligatoire, basée sur le juste coût des transports en internalisant les coûts externes, doit être remise en place.


Ceux qui tirent aujourd’hui profit d’un transport tellement sous-tarifé qu’il n’est même plus un frein aux délocalisations industrielles, qui multiplient les parcours parasites et polluants de marchandises, et contribuent à vider l’emploi des territoires, grande distribution, chargeurs, gros donneurs d’ordres doivent être responsabilisés, doivent payer.


La mise en place de l’écotaxe poids lourds est un premier pas pour s’orienter vers le juste coût du transport et œuvrer à une véritable politique de report modal.


Elle doit s’accompagner d’une politique claire sur la volonté du gouvernement de relancer le fret ferroviaire sous maîtrise publique, le concept du «wagon isolé» que seul «fret SNCF» est capable d’assurer, de remettre aux normes les lignes ferroviaires, les triages à niveau, et de renouveler le matériel, pour une véritable reconquête d’un transport ferroviaire de marchandises maillé sur l’ensemble du territoire, mais aussi en complémentarité avec le fluvial dont nombre de canaux ont, eux aussi, besoin de remises en état. La décision du Grenelle de l’environnement de déclarer d’intérêt général le développement du fret ferré, maritime et fluvial doit être transcrite dans la loi.

P1020920

Le partenariat public-privé contracté avec EcoMouv’ pour collecter cette taxe est largement contesté, la collecte de l’impôt et des taxes répondant des fonctions régaliennes de l’Etat. Néanmoins, ceci ne doit pas être pris comme prétexte pour enterrer l’écotaxe.

 

Chaque jour sans taxe poids lourd coûte cher socialement, économiquement et pour l’environnement. Le risque est réel de voir la fermeture de lignes de fret et la remise en cause du financement des Trains d’équilibre du territoire (TET). Priorité absolue doit être donnée au financement des modes de transports alternatifs à la route.

 

2014 doit sonner le retour du report modal et de la maîtrise publique, l’année où nous transporterons mieux, moins et autrement.

 

 

Par Fabienne Cru-Montblanc (dirigeante de la CGT en charge des questions de développement durable),

Dominique Launay (secrétaire général de l’Union interfédérale des transports de la CGT),

Bruno Genty (président de France nature environnement),

Stéphen Kerckhove (délégué général d’Agir pour l’environnement),

André Milan (secrétaire général de la CFDT transports-environnement),

Cécile Ostria (directrice de la fondation Nicolas-Hulot),

Pierre Perbos (président du réseau Action Climat).

 

 

http://www.rac-f.org/Pour-2014-tous-nos-voeux-a-l


Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques