Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 02:34

Les "bonnes nouvelles" sont toujours annoncées pendant les comités de ligne...

Lundi soir, l'annonce que les TER, roulant sur la ligne Le Mans - Alençon, devaient baisser leur vitesse commerciale sur deux points du trajet, à cause de la corrosion "avancée" de la structure de la voie, est tombée au cours du Comité de ligne de Montbizot.

En cause : le mauvais état de l'infrastructure et en particulier des entretoises des traverses bibloc en bétons qui sont attaquées par la corrosion. L'équipement de la ligne est composé de traverses en béton formées de deux blocs de béton, les blochets, sur lesquels reposent les rails, reliés par une entretoise métallique nécessaire pour maintenir le même écartement

L'usure est importante au point que des ralentissements préventifs pourraient concerner 40 km de voie et être mis en place à partir de la mi-décembre. SNCF Réseau, prend très au sérieux la situation et a mis la ligne en observation car crainte de risques de déraillement du fait que les traverses s'écartent.

 

Retour à la vitesse des trains de grand papa...

La voie est examinée actuellement pour déterminer si d'autres éléments de la structure sont dégradés ce qui va permettre de mesurer l'étendue du kilométrage concerné afin d'adapter la vitesse a mettre en place en décembre 2017 pour le service 2018. Les trains pourraient rouler à 100 km/h au lieu de 140 km/h. Un exploit !

La ligne de chemin de fer est pourtant une de plus ancienne de la Sarthe car l'ouverture de la ligne le Mans - Alençon remonte au

 

Les trains du quotidien pénalisés une fois de plus.

Par manque d'investissements depuis les trente dernières années, de nombreuses lignes régionales sont fragilisées. Et les trains y roulent bien souvent moins vite que dans les années 80. Conséquence directe, le trajet vers l'Orne sera donc plus long de 5 à 8 minutes.

 

Diagnostic à l'étude mais les travaux eux ne sont pas prévus

Il faut dans un premier temps, que la phase diagnostic soit terminée  car elle déterminera la nature des travaux à réaliser. Ensuite un montant sera calculé par SNCF Réseau. Il ne restera plus qu’à chercher le financement.

Cette ligne n’a jamais bénéficié, malgré les demandes des associations et des syndicats, des élus, du budget nécessaire pour la mettre à niveau. Même le vice-président LR du conseil régional des Pays de Loire, M. Roch Brancour en convient au point de déclarer : « il est temps aujourd'hui qu'on remette davantage d'investissements sur les lignes régionales ». Ce qui n’empêche pas l’actuelle majorité du Conseil Régional de financer à hauteur de 115 millions les routes qui ne sont pas de la compétence régionale…

Avant que les travaux ne commencent, la ligne se sera encore un peu plus dégradée… entrainant de nouveau un allongement du temps de parcours au risque de perdre des usagers un peu plus…. A cela il faut rajouter les horaires du futur cadencement !

 

Ce qui est déplorable c’est que l’annonce est faite sans que SNCF Réseau ne donne de délais pour résoudre ce problème.

Cette ligne en aura vue de toutes les couleurs depuis ces dernières années, puisqu'elle a connu :

  • la suppression de trains par manque de matériel car cette ligne (Caen- Tours) à cheval sur 3 régions servait de variable d'ajustement pour le matériel lorsqu'il en manquait sur d'autres lignes des 2 régions périphériques.
  • l'absence de l'électrification puisque l'Etat n'a jamais entrepris les travaux (pourtant c'est un maillon indispensable de l'itinéraire de contournement du grand  Paris)
  • la menace de la disparition des TET puisqu'elle fait partie des 3 lignes menacées. Elle est pilotée depuis peu par la Région Normandie.
  • l'attaque des blaireaux qui destabilisaient la voie...

et maintenant se sont les ralentissements imposés par l'état de l'infrastructure...

Il y a quelques années un directeur régional Sncf de Normandie s'était prononcé favorablement à la circulation d'autocars sur l'autoroute... Encore un petit effort pour la SNCF et elle y parviendra !

 

Repost 0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 10:27

 

Fabrice Eymon, président de la Fnaut* Pays-de-la-Loire sur France Bleu Mayenne : "On se retrouve avec des territoires complètement vides de représentants Sncf."

Notre invité réagit à la fermeture de la boutique Sncf de Mayenne le 1er juin prochain. Pour lui, la Sncf poursuit sa politique de fermeture des guichets sans se préoccuper de la fracture numérique et générationnelle.

https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-france-bleu-mayenne/mayenne/l-invite-35

 

*FNAUT : Fédération Nationale des Usagers des Transports.

 

Capture écran de l'émission

Capture d'écran du site TER SNCF

Repost 0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 02:30

Le 1er avril, à Laval on échange des vélos

et c'est pas un poisson... 

 

http://a406.idata.over-blog.com/0/11/17/04/VELO/place-au-velo.png

 

Une bourse aux vélos

A Laval, le Samedi 1er avril 2017, une bourse au vélo est organisée par l'Association Place au Vélo de Laval.

 Où : Rue du Vieux-Saint-Louis entre la halte fluviale et le parking du viaduc SNCF

Le dépôt des vélos en état de marche se fait entre 10 h et 12 h 30.

Et la vente entre 13 h 30 et 15 h 30

Restitution des invendus et des paiements avant 16 h 30.

le Tarif : Gratuit pour le dépôt

Contact et réservation :

 tel : 02 43 56 59 87/ 06 02 09 25 06

http://placeauvelo.fr

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 06:21

L'autocar et le train n'assure pas le même service

et jamais dans les mêmes conditions ...

 

La FNTV et le député Hervé Mariton réclament que les autocaristes soient autorisés à exploiter des services express à moyenne et longue distances sur autoroute, " en complémentarité avec le train ".

Il est normal, et souhaitable, qu'une telle autorisation leur soit déjà accordée pour les relations sur lesquelles, faute de voie ferrée directe, le train n'est pas compétitif par rapport au car express, par exemple Nice - Aix-en-Provence ou Nantes - Poitiers. Mais, hors de ces cas très particuliers, le train et le car sont inévitablement en concurrence sur les liaisons intercités : la FNTV parle d'ailleurs d'offre " alternative ou complémentaire au rail " et imagine que " des lignes d'autocars pourraient utilement remplacer les lignes ferroviaires en grande difficulté ".

Exploiter les deux modes en parallèle ne pourrait en effet qu'affaiblir le train, en le privant d'une partie de sa clientèle - au moment même où l'État cherche à maintenir les trains dits " d'équilibre du territoire ".
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le voyageur serait perdant car les services ferroviaires les plus fragiles disparaîtraient (Caen - Rennes, Lyon - Bordeaux), la circulation automobile augmenterait et les autocaristes ne capteraient qu'une clientèle limitée attirée par une offre " low-cost " : quel intérêt pour la collectivité ?

Sur les axes plus importants, on peut se demander si le car aurait du succès, car le public préfère le train. Selon une étude récente commandée par la SNCF, les usagers des trains Intercités réclament (avant même la ponctualité ou un bar) des prises de courant pour faire fonctionner les appareils permettant de valoriser leur trajet : ordinateurs, lecteurs DVD, smartphones, téléphones, lecteurs MP3... Aucun car n'offre ce type de service.

 

Pour en savoir plus :

http://www.fnaut.fr/actualite/communiques-de-presse/474-liberalisation-du-transport-par-autocar-une-reforme-utile-mais-improvisee

Repost 0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 06:28

Calendrier des principales dates politiques en 2017 Si cela vous est utile... Il en manque sans doute mais voici l'essentiel :

 

  • 9 et 10 mars : Conseil européen des chefs d'Etat et de gouvernement

  • 20 mars : clôture de la liste des candidats à la présidentielle par le conseil constitutionnel

  • 20 mars : débat politique entre tous les candidats à la présidentielle sur TF1

  • 25 mars : Conseil européen pour l'anniversaire du Traité de Rome, sur le futur de l'UE

  • 20 avril : débat entre tous les candidats sur France 2

  • 23 avril : 1er tour de l'élection présidentielle

  • 7 mai : 2nd tour de l'élection présidentielle

  • 8 ou 9 mai : sommet franco-allemand ?

  • 8-18 mai : intersession de négociations internationales de Bonn

  • 30-31 mai : sommet des chefs d'Etat du G7 en Italie (1ere sortie internationale du future président français)

  • 1er juin : premiers éléments sur l'avenir de la PAC (?)

  • 11 juin : 1er tour des élections législatives

  • 18 juin : 2nd tour des élections législatives

  • 22-23 juin : Conseil européen

  • 26 juin : début de la nouvelle législature ? + Conseil des ministres ENVI de l'UE sur le Paquet 2030 (DEE, DPEB, ENR, gouvernance, marchés de capacité)

  • 7-8 juillet : G20 en Allemagne

  • Vers le 10 juillet : projet de loi de finance rectificative ?

  • ​19-23 septembre : Assemblée générale des Nations unies à New York

  • ​24 septembre : élections sénatoriales

  • 24 septembre : élections fédérales allemandes

  • 19-20 octobre : Conseil européen

  • 6-18 novembre : COP23 à Bonn sous présidence fidjienne

  • Mi-fin novembre : formation d'un gouvernement de coalition en Allemagne

  • 14-15 décembre : Conseil européen​

 

http://www.vie-publique.fr/focus/2017-annee-electorale.html

Repost 0
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 06:00

Communiqué de Presse du 26 03 2017

 

 

 

La SNCF continue sa politique de suppression des gares sans tenir compte des territoires

 

Et de trois ! Tous les 6 ans environ la SNCF ferme une gare ou un point de vente en Mayenne.

Après Ernée en 2004, Château-Gontier en décembre 2010 voici venir le tour de Mayenne dont la fermeture est annoncée pour juin 2017 ! Beau palmarès pour la SNCF qui clame à qui veut l’entendre qu’elle est là pour vous faire aimer le train… Encore faudrait-il que les voyageurs occasionnels ou abonnés puissent acheter, retirer leurs billets, leurs abonnements, se renseigner, être conseillé, trouver des réponses à leur questions. Que ces Pôles d’Echanges Multimodaux en devenir puissent proposer une offre de services, outre l’information sur les Transports Collectifs et touristique, la billetterie, la location et les services vélos, le covoiturage, les prises voitures et vélos électriques, les services en gare (poste, colis, commerces, appels taxis, bureaux…) comme cela se fait déjà dans des gares de la Région. Cette présence des services publics de proximité est essentielle afin que sur les territoires d’un département fort de 300 000 habitants il y ait de véritables points d’informations sur la mobilité.

Car au rythme où vont les choses il n’y aura bientôt plus que deux gares « survivantes » en Mayenne : Laval et … Evron qui, selon le programme méthodique de la SNCF devrait avoir des soucis à se faire d’ici 5 ou 6 ans… ou même avant !

 

La SNCF fait ce qu’elle veut !

Pour justifier la fermeture de la gare de Mayenne, comme pour ces consœurs ici ou ailleurs l’annonce de la baisse du chiffre d’affaire, contrecoup de l’émergence d’internet, est imparable; c’est un prétexte tellement facile puisque la SNCF ne jure que par l’internet … Encore faudrait- il,

  • d’une part que la gare soit correctement référencée sur internet ! : Mayenne ne figure même pas sur la carte du réseau TER Pays de la Loire et la gare de Mayenne n’est même pas recensée sur le site SNCF-TER Pays de la Loire comme gare alors qu’elle est conventionnée ! Un comble qui s’apparente à un véritable sabotage en ligne !
  • et que d’autre part il n’existe pas de fracture numérique qui pourtant est bien réelle en Mayenne tant spatiale que générationnelle…

 

La Région a –telle été consultée ?

Cette annonce de fermeture par la SNCF est d’autant mal venue car à partir de septembre 2017, la Région devient autorité organisatrice des transports pour l’ensemble des lignes d’autocars, gérées anciennement par les Conseils départementaux. Que Mayenne, même sans trains, reste une étoile routière (au moins 5 lignes) à défaut d’être ferroviaire et qu’il serait bien étonnant que ces nouvelles compétences n’amènent un travail supplémentaire de la part des usagers nouveaux TERriens (utilisateurs des transports Express Régionaux).

Cela est encore plus mal venu de la part de la SNCF pour la gare de Mayenne car celle-ci, à la différence de la gare de Château-Gontier fermée par la SNCF en décembre 2010, déjà pour les mêmes raisons, est une gare conventionnée TER / SNCF : c’est-à-dire que la SNCF est payée par la Région pour assurer le bon fonctionnement. Quand on voit comment elle assure le référencement sur le net de cette gare !

 

La SNCF hors sol ! Déménagement en règle du territoire …

Depuis des années, la SNCF ferme gares et guichets, supprimant le seul contact qui reste entre l’entreprise publique et ses clients. Sans doute que la décision était dans l’air depuis un certain temps et pour faire des économies : la SNCF supprime comme à son habitude les postes de proximité et favorise l’éloignement vis à vis de l’usager… alors que l’entreprise pâtit d’une hypertrophie de son encadrement …et une hyper concentration sur Nantes et les gros pôles urbains !

Tout comme elle privilégie les TGV au détriment des trains du quotidien, la SNCF préfère l’internet au guichet, le « yied managment » aux tarifications régionales, les autocars Ouibus aux trains intercités. Elle triche et joue de sa position de quasi-monopole pour imposer ses choix aux collectivités qui sont bien souvent abusés.

 

Au final : c’est l’usager qui trinque

Car l’usager en fait les frais immédiatement car la gare c’est aussi un bâtiment ouvert qui pouvait accueillir des voyageurs en attente. Cette seule caractéristique est à noter car dans le paysage de la Mayenne les lieux sont rares où les usagers des transports collectifs peuvent bénéficier d’un confort de « base ». Il suffit pour s’en convaincre de voir l’état des conditions d’accueil de la gare routière à Laval (où les conditions n’ont cessé de se dégradé depuis plus de 15 ans) et devrait sans doute s’améliorer avec le PEM de Laval.

Il en va de l’image des transports publics qui pâtissent régulièrement du sous-investissement chronique par les collectivités dans les équipements… et dont « souffrent » les usagers bien souvent modestes ou simplement captifs.

 

Acharnement de la SNCF sur Laval Mayenne, tous les prétextes sont bons pour la Direction de la SNCF pour fermer des gares.

Pour Mayenne cette annonce de la fermeture de la gare coïncide avec la date anniversaire du début des contentieux concernant le retranchement de la voie ferrée Laval-Mayenne qui avait débuté en mars 2000. Dix sept ans plus tard, la FNAUT Pays de la Loire a obtenu l’abrogation du décret de retranchement par le Conseil D’Etat et tout dernièrement depuis novembre 2016 l’annulation du contrat de vente de l’emprise entre la SNCF et le Conseil Général. Faut-il en conclure que le « hasard » fait bien les choses et que la fermeture de la gare clos un peu plus ce dossier ?

Sans doute le nord Mayenne va devenir une « réserve d’indiens » comme Château-Gontier est devenu au dire de son Maire, Philippe HENRI une zone blanche de transports collectifs.

La fermeture si elle se confirme, fragilise un peu plus la chaine des transports publics dans le nord Mayenne en contribuant une fois de plus à l’isolement. La FNAUT avait déjà regretté l’abandon du projet de réseau de bus urbain sur Mayenne par les élus qui venait renforcer pourtant le pôle de la gare…après l’absence de soutiens politiques dans le dossier du retour du train.

 

La FNAUT s’élève donc contre cette décision qui est préjudiciable et contraire aux intérêts des habitants du nord Mayenne et du sud de l’Orne.

 

La FNAUT dénonce encore la perte d’un service public de proximité qui rayonnait bien au-delà de Mayenne et qui rendait service aux usagers.

 

Elle dénonce une lecture et analyse purement comptable des gares par la SNCF qui ne prend pas en compte les évolutions futures du réseau régional, ni les populations sur le territoire.

 

Enfin la FNAUT souhaite que le rôle des gares soient renforcés par une réelle politique régionale de mobilité et de services où les gares auraient toutes leurs places, dans le cadre de convention entre l’autorité organisatrice de Transport (la Région), les collectivités territoriales et les transporteurs.

Elle regrette également que dans le cadre de la réforme ferroviaire, les gares soient restées dans le giron de la SNCF et n’aient pas été rétrocédées aux collectivités.

    Peut-être serait-il pertinent enfin, que les élus arrêtent de prendre le train « en marche » et s’imposent dans le dossier de la mobilité afin qu’ils se soucient un peu plus des besoins de leurs concitoyens, et pour que la SNCF, seule entreprise de transport ferroviaire de voyageurs, soit autre chose qu’un TGV fugace qui passe dans le paysage de la Mayenne… et qui s’arrête ou pas en gare de Laval.

    La FNAUT profitera des prochaines échéances législatives pour interpeler les candidats sur ces questions et questionnera les élus régionaux sur cette décision qui semble unilatérale.

     

    Fabrice EYMON

    Président de la FNAUT Pays de la Loire

    http://www.fnaut-paysdelaloire.org/article-la-sncf-n-est-pas-le-pere-noel-pour-la-ville-de-chateau-gontier-63723887.html

    Repost 0
    26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 05:26

    Une réunion publique est organisée par la CGT Cheminot le mardi 28 mars 2017 de 19h à 21h au Cinéma le Royal, avenue Félix Géneslay au Mans.

    Cette réunion s'inscrit alors que la SNCF et la Région des Pays de la Loire négocie la  nouvelle convention TER.

    La CGT promeut la défense d’un service public ambitieux et … assuré par la SNCF. Alors que la Région se propose d'expérimenter l'ouverture à la concurrence... En étant d'ors et déjà sur les rails de l'expérimentation, la Région lance la polémique et l'ensemble des intervenants entre sur un terrain miné ... Aucune informations ne filtrent des discussions...

    La FNAUT est invitée à cette réunion publique.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Repost 0
    24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 07:54

     
    Communiqué de Presse
    23 mars 2017
     
     

    Port du casque obligatoire :

    la FUB attend des mesures plus pertinentes

     

    La FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) demande depuis de nombreuses années que deux mesures soient adoptées pour améliorer la sécurité des personnes circulant en ville à vélo : généralisation de la ville à 30 km/h (à l’exception des grands axes pouvant rester à 50 km/h à condition d'être dotés d’aménagements cyclables de qualité) et apprentissage systématique du vélo à l’école avant l’entrée au collège. Ces mesures s’attaqueraient aux causes des accidents, alors que le casque ne peut qu’en limiter les conséquences, à condition d'être parfaitement ajusté. Le choix de porter ou non un casque, surtout en ville, doit rester libre. 

    S’attaquer aux causes des accidents en ville, sans en pénaliser la pratique 

    La FUB reconnaît qu'il y a des domaines de pertinence du casque – qui devient, pour rappel, obligatoire à compter du 22 mars pour les cyclistes de moins de 12 ans – mais en fonction de l'usage et du contexte et non d'une limite arbitraire d'âge. En effet, l'usage d'un casque est indispensable quel que soit l'âge dans trois situations : au stade de l’apprentissage, en compétition ou encore en pratique sportive à risque. La FUB souligne cependant que son obligation, outre le fait qu’elle ne s’attaque nullement aux causes des accidents (vitesse des voitures, défaut de maîtrise du cycliste), peut induire des comportements à risque chez des jeunes qui se croient ainsi à l’abri de tout choc. A l'inverse, cette obligation transmet aussi aux parents un message qui est faux : le vélo serait dangereux

    La FUB rappelle par ailleurs que dans les pays européens où la pratique quotidienne du vélo est beaucoup plus répandue (Allemagne, Pays-Bas, Danemark), il n’existe pas de mesure similaire à celle que vient de prendre la France. 

    Même si elle reste limitée aux moins de 12 ans, le message que sous-entend cette obligation aura inévitablement un effet dissuasif sur l’utilisation du vélo en ville, alors que sa pratique quotidienne donne une solution concrète pour remplir les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé d’une activité physique quotidienne pour prévenir les problèmes de santé liés aux modes de vie actuels et notamment à la pandémie de sédentarité. L’entrée au collège se faisant vers 11 ans, cette dissuasion arrive au mauvais moment dans l’évolution de l’enfant vers son autonomie, et pour son ouverture à une mobilité responsable non polluante. 

    La pratique du vélo : un enjeu majeur de santé publique 

    Le vélo n’est pas dangereux en soi si on sait en maîtriser les risques. C’est de ne pas en faire qui est dangereux en termes de santé publique, alors que progressent non seulement surpoids et obésité, mais plus généralement toutes les affections longue durée, plombent les comptes de la sécurité sociale. Ainsi les jeunes ont perdu pas moins de 25% de capacité cardiovasculaire par rapport à leurs prédécesseurs d'il y a à peine 40 ans : une véritable bombe à retardement. L’urgence est donc de faire marcher et pédaler une génération en addiction aux écrans, qui n’a jamais pris goût à l’activité physique quotidienne. 

    Pour permettre l’essor de cette pratique salvatrice pour la santé, la FUB appelle fortement la Sécurité routière et la collectivité nationale à s’attaquer aux causes des accidents à vélo en ville, sans pénaliser sa pratique. 

     

    Télécharger le communiqué de presse 

     

    Contact : Olivier SCHNEIDER 

    président : Tél. 06 16 09 12 29 

    o.schneider@fub.fr

    La FUB attend de réelles avancées pour la sécurité des cyclistes : baisse des vitesses et apprentissage de la mobilité à vélo

    Repost 0
    Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
    commenter cet article
    24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 01:50

    Michel Quidort (FNAUT) est élu président de la Fédération Européenne des Voyageurs

    Lors de son Assemblée Générale qui s'est tenue le 17 mars à Rotterdam, la Fédération Européenne des Voyageurs (EPF-European Passenger Federation) a élu comme Président Michel Quidort, membre du Bureau National de la FNAUT.

    La FEV (ou EPF) est une institution européenne sans but lucratif créée en 2002 à l’initiative de la FNAUT et basée en Belgique. Elle rassemble 40 associations européennes représentatives des voyageurs utilisant l'ensemble des modes de transport publics.

    Elu le 17 mars dernier lors de l’Assemblée Générale de la FEV, Michel Quidort est membre du bureau de la FNAUT. C'est un très bon connaisseur des institutions bruxelloises et un spécialiste réputé des affaires et politiques européennes. 

    L'EPF et la FNAUT partagent de nombreuses priorités, parmi lesquelles :

    -       transférer les déplacements vers des mobilités respectueuses de l'environnement et égaliser les conditions de concurrence entre les différents modes de transport ;

    -       développer les droits des voyageurs dans l'ensemble des pays membres de l'Union Européenne ;

    -       assurer l'intermodalité grâce à une coordination fluide et régulée entre modes de transport ;

    -       travailler sur la question essentielle de l'open data et ses implications dans le développement de nouveaux services utiles aux voyageurs.

    Pour Bruno Gazeau, président de la FNAUT, "l'élection de Michel Quidort à la Présidence de l'EPF est une reconnaissance du rôle de la FNAUT et de ses adhérents pour porter et faire progresser les dossiers concernant les voyageurs auprès des institutions européennes".

     

     - Site de l'EPF

    - Contacts presse

    Repost 0
    Published by Fnaut Pays de la Loire
    commenter cet article
    7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 08:43

    Collectif des usagers du TER Angers 7h45 →Cholet 8h31

     

    FNAUT Pays de la Loire

    FNAUT Maine et Loire

     

    Angers, le 5 mars 2017

     

    Objet : Alerte sur les changements d’horaires des TER Angers Cholet Angers

     

     

    Messieurs,

    Lors de la réunion du comité de ligne de septembre 2016, les usagers de la ligne TER Angers ↔ Cholet ont été informés qu’à partir de juillet 2017 les horaires des TER seraient régulés (cadencement) par rapport aux arrivées/départs des TGV Angers ↔ Paris. Cette évolution impacte fortement les horaires Angers → Cholet du matin et réduit le nombre de TER réellement utilisables par les usagers.

    Afin d’alerter la Région des Pays de la Loire et la SNCF du non-sens de telles décisions,les usagers ont décidé de se réunir et de créer un «collectif des usagers du TER Angers 7h45 →Cholet 8h31».

    En octobre et novembre, ce collectif a mené une enquête ciblée auprès de tous les usagers du TER Angers départ 7h45 → Cholet arrivée 8h31 afin de mieux connaître la situation et les attentes des usagers de ce TER.

    Les résultats de cette enquête (voir annexe 1) sont sans appel :

    - 89% sont entièrement satisfaits de l’horaire actuel

    - 79% sont défavorables à ce changement d’horaire

    Le résultat de cette enquête a été envoyé à la Région, demandant un retrait pur et simple de ce changement d’horaire afin de conserver les horaires actuels.

    Mi-décembre, dans le but de confirmer cette enquête, le collectif a fait signer une pétition auprès de 98 passagers empruntant ce jour-là ce TER (voir annexe 2) que nous avons fait parvenir à la Région. Nous avons alerté la presse locale qui a fait paraîtres des articles en novembre et en janvier (voir annexe 3).

    Malgré cela, à la demande du collectif, une réunion a été organisée par la Région et la SNCF mi-janvier, les nouveaux horaires ont été officiellement présentés au collectif (voir annexe 4).

    Ainsi, au départ d’Angers :

    - le 1er train arrivera en gare de Cholet à 7h05 (actuellement 7h27),

    - le 2ème train arrivera en gare de Cholet à 8h07 (inchangé),

    -l e 3ème train arrivera en gare de Cholet à 9h08 (actuellement 8h31).

    Lors de cette réunion, le collectif a présenté une trame (voir annexe 5) dans le but d’argumenter -- une fois encore – sur le non-sens d’une telle décision. En effet, le nouveau cadencement TGV/TER ne fera que satisfaire une poignée d’usagers en provenance de Paris au détriment de centaines d’usagers empruntant ces 3 TER tous les matins.

    De plus, ces changements d’horaires du matin auront pour conséquence directe le transfert d’une grande majorité des usagers des 1er et 3ème trains vers le 2ème train. Nous avons alerté la SNCF et la Région du risque capacitaire de la rame ainsi que le manque de solution de remplacement en cas de suppression de  ce 2ème train (problème technique, retard, ...).

    Au sein de ces 3 trains du matin, le collectif a déjà effectué un sondage «non officiel» : de nombreux usagers vont se détourner du TER au détriment du covoiturage.

    La FNAUT intervenant régulièrement auprès de la SNCF et de la Région quant aux horaires et correspondances, le collectif espère que ces informations vous permettront d’argumenter auprès de la Région et de la SNCF dans le but de maintenir les horaires actuels.

    Le collectif reste à votre disposition pour plus amples informations.

    Veuillez recevoir, Messieurs, nos sentiments respectueux.

     

    Le collectif des usagers du TER Angers 7h45 →Cholet 8h31

    collectif.ter.angers.7h45@gmail.com

     

    PJ :

    Annexe 1 : Synthèse de l’enquête

    Annexe 2 : Pétition

    Annexe 3 : Articles de presse

    Annexe 4 : Nouveaux horaires TER Angers-Cholet 2017

    Annexe 5 : Trame de réunion

     

    Annexe 1 : Synthèse de l’enquête

    Annexe 2 : Pétition

    Annexe 4 : Nouveaux horaires TER Angers-Cholet 2017

    Annexe 5 : Trame de réunion

    Repost 0

    N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

    Vous Cherchez ?

    La FNAUT sur scoop.it

    Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

    En Ligne Hier...

    Nos Rubriques