Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 06:52

Sarthe Nature Environnement et la FNAUT Pays de la Loire vous invitent :


Discussion autour de l’étoile ferroviaire Mancelle


Sarthe Nature Environnement est une fédération départementale d’associations de protection de l’environnement qui articule son programme associatif autour d’une thématique annuelle, à raison  d’une action par mois. En 2015, les actions menée sont concerné, «le transport dans tous ses états».
Pour lutter contre la pollution générée par les transports et particulièrement par l'utilisation de la voiture individuelle, le concept d'éco-mobilité se répand. Préférer le train pour des déplacements, à l’intérieur et hors du département, et l’utiliser en zone péri-urbaine quand une desserte ferroviaire existe fait partie intégrante de ces objectifs.
Quel serait l’intérêt de continuer à se déplacer et rejoindre le Mans en voiture?

 

L’Etoile ferroviaire Mancelle, héritage du passé récent est un atout pour le territoire. Elle présente un grand intérêt pour les communes péri-urbaines dont une part de la population nécessite un déplacement jusqu’au Mans.
La création de nouvelles dessertes et de nouvelles haltes le long des axes existants est déjà engagée.
A quoi sert-il de renforcer des haltes si le modèle de développement des communes concernées n’est pas adapté?
Ces objectifs interviennent directement dans les plans d’urbanismes des communes concernées afin de densifier leur urbanisation autour des haltes et non sur des parties trop éloignées.
Ces questions de modernisation du réseau ferroviaire en Sarthe ont fait l’objet d’une étude régionale qui n’a jamais été présentée dans son intégralité à la population.Pour y remédier,une table ronde sera mise en place.

 

La discussion est ouverte à toutes et à tous et se veut citoyenne,
que vous soyez simple usager ou acteur de terrain, venez nombreux !

 

Cette soirée est organisée le Mercredi 16 décembre à 18h,
 au cinéma le Royal
,

409 Avenue Félix Geneslay, 72100 Le Mans.


La soirée s’articulera de la manière suivante :

  • Introduction avec une présentation de l’étoile ferroviaire Mancelle
  • État des lieux du réseau actuel
  • Exposition des problématiques liées au transport ferroviaire
  • Les conséquences pour l’urbanisme des communes concernées
  • Quelles perspectives pour le développement du réseau ferroviaire en Sarthe ?
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Sarthe
commenter cet article
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 06:16

Communiqué de Presse

15 décembre 2015

 

Sécurité routière : trop d'hésitation !

Il faut des mesures plus ambitieuses

 

Face à l’aggravation de l’insécurité routière observée depuis le début 2014, le gouvernement n’a pris aucune mesure pouvant provoquer un choc psychologique et influencer massivement les comportements des conducteurs. La situation s’est donc encore dégradée en 2015.

 

Des mesures utiles que la FNAUT approuve

La FNAUT reconnait l’intérêt des mesures adoptées, en particulier l’abaissement du taux légal d’alcoolémie de 0,5 g/l à 0,2 g/l pour les conducteurs novices, l’interdiction de stationnement des véhicules à moins de 5 mètres avant les passages piétons, l’autorisation donnée aux maires d’instaurer le 30 km/h sur l’ensemble du territoire communal, le renforcement des contrôles (modernisation des radars) et des sanctions (stationnement très gênant).

 

Mais l’essentiel a été oublié

La FNAUT ne voit pas en quoi les nouvelles mesures annoncées le 2 octobre dernier constituent « une nouvelle approche du déplacement routier ». Seules des initiatives plus novatrices peuvent améliorer la sécurité de manière décisive, rapide et durable :

  • l’interdiction stricte de téléphoner au volant, une pratique qui s’est considérablement répandue et perturbe fortement le comportement des conducteurs ;
  • la suppression des panneaux avertisseurs de radars ;
  • un contrôle strict du transport routier de fret (temps de conduite et de repos, charges autorisées) ;
  • la réduction de la vitesse maximale autorisée de 130 à 120 km/h (valeur moyenne européenne) sur les autoroutes, de 110 à 100 km/h sur les voies rapides et de 90 à 80 km/h sur l’ensemble des routes à double sens (seule l’expérimentation du 80 km/h sur trois courts tronçons de routes départementales a été lancée).

 

Il est temps d’agir plus efficacement

Sans l’adoption de ces mesures recommandées par tous les experts, l’objectif officiel d’une mortalité routière (actuellement de 3450 tués par an) ramenée à 2000 tués en 2020 restera une incantation.

La réduction des vitesses permet aussi de réduire le bruit, la pollution de l’air et le gaspillage énergétique. Accompagnée d’une campagne de promotion de l’écoconduite, elle peut constituer un élément essentiel d’une politique de transition énergétique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La FNAUT attend du gouvernement qu’il résiste aux groupes de pression pour lesquels la vie humaine passe après le bon plaisir des automobilistes, et applique une politique volontariste de sécurité routière.

La FNAUT préconise une nouvelle étape de développement des transports publics, afin de réduire le nombre des véhicules en circulation et de faire ainsi baisser l’insécurité routière.

 
 
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Communiqué de Presse
commenter cet article
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 09:02

Les 2 points mis en avant dans l'accord électoral PS et EELV sur NDDL : une étude indépendante sur l'optimisation de l'aéroport actuel Nantes-Atlantique et le refus des expulsions demandées récemment par AGO

 

http://www.rfi.fr/france/20151209-france-elections-regionales-gauche-unie-partout-second-tour-front-republicain    photo rfi

 

Notre-Dame-des-Landes

 

Le projet de Notre-Dame-des-Landes fait l'objet d'un fort désaccord entre écologistes et socialistes depuis de nombreuses années. La liste conduite par Christophe Clergeau réaffirme son soutien à la réalisation de ce projet ; celle conduite par Sophie Bringuy, son opposition à ce projet, et son soutien à l'optimisation de Nantes-Atlantique.

Recours multiples, suspension des procédures et installation d'une « commission du dialogue », expertises complémentaires qui n'ont pas réglé les controverses, le projet connait de multiples reports.

Le Préfet des Pays de la Loire a indiqué que depuis les attentats du 13 novembre, les services de l'État doivent faire face à de nouvelles priorités en matière d'ordre public.

Aucune date de démarrage des travaux n'est publiquement avancée, ce qui rend incompréhensible l'accélération brutale par AGO Vinci, concessionnaire de l'Etat, des procédures d'expulsion de familles et d'agriculteurs habitant légalement sur le site avant la DUP. Pour nous, ces expulsions ne peuvent pas intervenir sans mise en œuvre effective du transfert d'aéroport. 

Partisans ou adversaires du projet, cette situation ne satisfait personne. La Région, acteur public partenaire de l'Etat, doit prendre des initiatives qui prennent en compte cette situation de fait.

Concernant les impacts environnementaux du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, des études et des concertations complémentaires sont demandées par la Commission européenne. La Région y contribuera au regard de ses compétences actuelles et à venir.

Par ailleurs, dans le cadre du comité de suivi du contrat de concession, il est nécessaire de prendre en compte les années supplémentaires d'exploitation de Nantes Atlantique. Une étude indépendante sur son optimisation sera décidée par la région. Elle intégrera les perspectives actualisées d'augmentation du trafic, le Plan d'exposition au bruit actualisé, les données environnementales, les enjeux juridiques et les coûts d'aménagements nécessaires. Cette étude sera lancée dès le début du mandat, avec l'objectif de la conclure avant fin septembre 2016.

Le cahier des charges sera élaboré dans la recherche du consensus entre les partisans du projet de Notre-Dame-des-Landes et de ceux de l'optimisation de Nantes-Atlantique, et finalisé par accord entre les groupes de la majorité. L'exécutif régional commandera cette étude. Elle fera l'objet d'un suivi par l'exécutif régional en associant les président(e)s de groupe et les parties prenantes. Cette étude sera conduite dans la transparence, et l'ensemble des données sera rendu public.

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Election régionale
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 07:33

Petit panel des propositions transports 

 
Tous Unis pour les Pays de la Loire (PS)
 
  • La carte unique de transports pour le TER, les cars, les transports urbains, les transports scolaires ou l’autopartage, une seule carte en poche pour faciliter les déplacements !
  • Les transports scolaires gratuits(cars et trains régionaux) pour les familles des 150 000 jeunes concernés, notamment des petites villes et du monde rural.
  • Un pas de plus vers la gratuité de l’école pour tous.
  • LA : La nouvelle Gare de Nantes pour offrir plus de confort aux 35 000 voyageurs de tout le dé- partement qui y passent chaque jour. Le développement de l’offre TER sur les gares périurbaines autour de Nantes permettra également de compléter l’offre de transports publics.
  • M&L : La rénovation de la ligne Cholet-Nantes pour plus de confort et de rapidité. La création d’une gare à Trélazé pour améliorer les déplacements dans l’agglomération d’Angers. L’engagement des études pour améliorer la fréquence sur la ligne de train Angers-Nantes.
  • Mayenne : Près d’une heure gagnée sur le trajet en train vers Angers et Nantes grâce à la virgule de Sablé. (Drôle de promesse sachant que ça date du mandat actuel …)
  • La déviation de Moulay Mayenne et l’amélioration de la RN 12 Alençon Fougères pour plus de sécurité.
  • Sarthe : L’aménagement de l’étoile ferroviaire du Mans pour utiliser le train en complément du tramway grâce à des haltes nouvelles (Hôpital et Moncé-en-Belin). La défense de la gare du Mans pour la desserte TGV et pour la ligne de train Caen - Alençon - Le Mans - Tours.
  • Vendée : La modernisation de la ligne de train Nantes-Bordeaux pour plus de confort, de sécurité et pour une meilleure desserte en défendant la gare de Luçon. La réouverture de la gare de Velluire (Fontenay-le-Comte).
 
 

Union pour les Pays de la Loire (Républicains)

 

  • Nous appliquerons un Plan Ponctualité avec la SNCF pour lutter contre les retards et nous lancerons un billet électronique, valable quel que soit le mode de transport ainsi que la 4G dans les TER.
  • Malgré les millions investis, les retards s’accumulent et la fréquentation des TER a chuté de 5 %, un record national !
  • Soutenir le désenclavement de la Vendée :

- exiger que l’État relance l’A831 ou s’engage à réaliser une voie rapide entre le Sud Vendée et La Rochelle ;

- moderniser la ligne ferroviaire Nantes/Bordeaux et maintenir la desserte de la gare de Luçon ;

- relancer le projet d’un nouveau franchissement de la Loire pour permettre aux Vendéens de contourner plus facilement l’agglomération nantaise.

- Faciliter la mobilité des Mayennais en milieu rural (réseau Pégase) et urbain (TUL, projet de réseaux de bus de Château-Gontier et Mayenne)

  • et moderniser la gare de Laval, pour en faire un véritable pôle d’échanges entre le train, le car et le covoiturage. Moderniser les axes routiers stratégiques : la RN 162 (Laval/Château-Gontier), la RN 12 (contournement d’Ernée et Mayenne), la D 771 (Cossé-le-Vivien), pour accélérer le désenclavement de la Mayenne
  • Relancer le projet d’un nouveau franchissement de la Loire,
  • pour mettre fin aux embouteillages sur le périphérique nantais et permettre aux habitants du sud Loire d’accéder rapidement au futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
  • Améliorer et fluidifier la ligne ferroviaire Nantes/Angers, pour mettre fin à la saturation des voies et aux retards des trains.
  • Défendre le maintien de la ligne ferroviaire Caen/Le Mans/Tours, menacée par le rapport du socialiste Philippe Duron, et conserver la desserte du Mans en TGV ainsi que des gares de proximité en TER.
 
 
Partageons plus qu’une région (EELV)
 
  • Une contribution climat régionale pour les poids lourds, dans le principe du pollueur-payeur (pollution de l’air, émissions de gaz à effet de serre, usure accélérée des axes routiers…). Ces nouvelles recettes seront affectées au développement des transports en communs en zones urbaines et rurales et au développement du fret ferroviaire et fluvio-maritime.
  • Transports régionaux gratuits lors des pics de pollution, en concertation avec les autres collectivités. En cas d’alerte pollution (particules, pollens), coordination avec les collectivités, écoles, hôpitaux pour informer la population (mesures mises en place et comportements à adopter).
  • Promouvoir l’indépendance énergétique de notre territoire en multipliant par 5 la production d’électricité renouvelable d’ici 2050.
  • Encourager et accompagner les projets citoyens de production d’énergies renouvelables.
  • Un “chronobus rural” à moins de 5 km de chaque domicile. Mise en place de bus plus fréquents en milieu rural sur des axes très fréquentés par la voiture (routes départementales transversales).
  • Un billet unique pour tous les transports, pour favoriser les échanges entre les modes de déplacement (voiture + train, vélo + train, tram et bus + train, etc.) avec une tarification sociale pour les familles à faibles revenus.
  • Préserver nos milieux naturels et agricoles : arrêt des subventions aux zones d’activités qui gaspillent les terres et détériorent les paysages.
  • Soutenir les projets de zones d’activités et de bâtiments réversibles et partageables.
  • DIMINUONS LE TEMPS PASSÉ DANS LES TRANSPORTS : 35 min maximum par trajet pour aller au lycée et au collège : passages plus fréquents et bus plus petits, tari cation selon le quotient familial.
  • Des lignes de TER rénovées et plus de dessertes : notamment Nantes-Rennes via Redon, Nantes-Cholet, Caen- le Mans-Tours, Nantes-Bordeaux via La-Roche-sur-Yon, Luçon et un nouvel arrêt à Velluire, six TER quotidiens Nantes-La Rochelle, Rennes-Saint Nazaire en direct, étudier la possibilité d’ouvrir Sablé/La Flèche, etc…
  • NON à Notre-Dame-des-Landes : Le climat n’a pas besoin d’un nouvel aéroport. Osons abandonner le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Écologiquement désastreux, économiquement irréaliste, il est temps de tourner la page de ce projet d’un autre siècle. Moderniser l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique coûterait 7 à 10 fois moins cher qu’un nouvel aéroport. Nous lancerons, dès le lendemain de notre prise de fonction, une étude indépendante pour concrétiser cette alternative et engagerons un débat citoyen sur le sujet. Nous soutiendrons l’ancrage de l’agriculture paysanne à Notre-Dame-des-Landes, ainsi que les projets d’innovation citoyenne qui y seront portés.
 
 
L’humain d’abord  (PC)
 
21 Atteindre la gratuité des transports scolaires d’ici 2020.
42 Accompagner le port de Nantes / Saint-Nazaire (le 1er port de la façade atlantique) dans son développement

Depuis 2004, une politique de développement du transport ferroviaire est mise en place, sous la responsabilité d’un élu communiste. Il faut continuer à agir pour le développement des TER et pour déplacements collectifs accessibles à tous (scolaires, comme déplacements domicile-travail).

46 Organiser au cours du premier trimestre 2016 des Assises régionales des transports qui permettent de s’appuyer sur le COP 21 et de prendre en compte toutes les nouvelles connaissances et les enjeux eux aussi nouveaux. Les transports en commun sont de la responsabilité de la Région, responsabilité souvent partagée avec l’Etat, la SNCF et d’autres partenaires.
47 Revoir la tarification des TER à la baisse, améliorer sa régularité, la fréquence des passages et envisager de nouvelles dessertes.
48 Étendre aux départements et communautés de communes le billet unique intermodal (TER, bus, trams …)
49 Agir auprès de la SNCF pour le maintien des lignes ferroviaires inter-régionales (ex : Caen/Le Mans/Tours et Quimper-Nantes La Roche sur Yon-Luçon-Bordeaux)
50 S’opposer à la loi Macron.
51 Développer les transports maritimes et fluviaux.
52 Donner la priorité au ferroviaire public et à l’achat de trains conçus et fabriqués en France.
 
 
Debout la France
 
Notre second axe est la réorganisation du territoire : nous voulons rééquilibrer la ruralité et les villes moyennes par rapport aux métropoles. Pourquoi pas rouvrir des voies ferrées actuellement fermées pour désenclaver des zones qui le nécessitent – le nord de l’Anjou ou la Mayenne par exemple ? Nous voulons aussi raccorder les carrières au réseau ferré, partout où c’est possible : cela fait moins de camions et de nuisances. En matière d’aménagement du territoire, il faut arrêter de marcher sur la tête.
Que pensez-vous de l’aéroport de Notre-Dame des Landes, soutenu par le gouvernement et par une partie de la droite parlementaire ?
En tant que mère de famille et responsable politique, je supprimerai la ZAD. C’est épouvantable, ce no man’s land. Un lieu de non-droit. Je ne vois pas pourquoi des choses se créeraient en-dehors des structures de l’Etat.
Cependant, je suis contre le projet d’aéroport, daté, et économiquement pas justifié. On peut tout à fait augmenter les capacités des aéroports de Nantes et de Rennes
 
Propostions  du FN pour le transport
 
Nous souhaitons renégocier la convention qui lie la Région et la SNCF : Qualité de service et mise en place d’une Police Régionale des Transports. Mise en service d’une liaison Métro-TER entre les aéroports de Rennes et de Nantes. Maintien des lignes existantes et amélioration de la liaison Nantes-Bordeaux. Amélioration des liaisons routières de la métropole nantaise et des réseaux transverses.
Aéroport de Notre-Dame-Des-Landes
Nous sommes farouchement contre ce projet d’aéroport qui est une folie en termes d’aménagement du territoire, d’écologie et de budget. Il détruira une zone humide de migration et des dizaines d’exploitations agricoles, ne développera aucun emploi durable, coûtera environ 4 Mds € en intégrant les infrastructures d’accès ferroviaires et routières, créera une dépendance économique de la Région avec Vinci qui facturera au prix fort toute extension de la plateforme aéroportuaire.
Grands travaux d’infrastructure : Annulation du projet NDDL. Réhabilitation de lignes ferroviaires et création de lignes d’autocars de dessertes locales. Projet de canal St-Nazaire Seine
Referendum régional concernant le projet NDDL. Proposition d’accueil à Angers des lignes low-cost.
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Election régionale
commenter cet article
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 06:52

 

Alors que la France s'apprête à accueillir le sommet des Nations Unies sur le changement climatique du 30 novembre au 11 décembre 2015,plus de 130 organisations de la société civile, des syndicats aux associations de solidarité internationale, en passant par des organisations confessionnelles, des ONG de défense des droits humains, de l’environnement ou encore des mouvements sociaux, se sont alliées au sein de la Coalition Climat 21.

 

Ensemble, elles affirment que ces négociations, si elles sont une étape nécessaire, ne seront pas suffisantes pour combattre le dérèglement climatique et les inégalités qu’il entraîne, comme nous l’ont montré celles des 20 dernières années. C'est pourquoi elles appellent les citoyennes et les citoyens à profiter du rayonnement politique et médiatique de la COP21 pour s’organiser et se mobiliser largement afin de lancer ensemble un mouvement fort et durable pour la justice climatique. Ouvert à toutes et à tous, ce mouvement puise sa force dans sa diversité.

 

- Coalition Climat 21

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans agir avec la FNAUT
commenter cet article
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 06:52

Sans indemnité kilométrique vélo accessible à tous, quelle crédibilité de la France à la COP21 ?

 

Communiqué de Presse
13 octobre 2015

 

La Loi de transition énergétique (LTE) a instauré une indemnité kilométrique vélo à titre obligatoire. Le Réseau Action Climat et la FUB appellent le gouvernement à traduire de manière fidèle et ambitieuse cette mesure en décret le plus tôt possible.

 

Une politique climatique exemplaire. Celle-ci ne peut laisser de côté le secteur des transports, premier émetteur de gaz à effet de serre en France (27% du total) en raison de la prédominance du transport routier. Le report modal vers des mobilités moins polluantes est incontournable, il contribuera de façon déterminante à améliorer la qualité de l’air.

La loi de transition énergétique, adoptée récemment, a franchi un premier pas en créant une indemnité kilométrique vélo pour les salariés se rendant au travail à vélo, mettant ainsi sur un pied d’égalité le vélo avec les autres modes de transports. Cette mesure pourrait contribuer à doubler l’utilisation du vélo si son montant est fixé à un niveau suffisamment incitatif, comme en a témoigné l’expérimentation menée par l’Ademe.

 

Non à une indemnité kilométrique vélo au rabais !


Par conséquent, le RAC(2) et la FUB regrettent les effets d’annonce récents, avec une indemnité annoncée tantôt à 12 ou 15 centimes, tantôt à 25 centimes, tantôt "obligatoire", tantôt "facultative" (note 8 sur obligation dans la réponse ministérielle(3)). Elles demandent la publication sans délai du décret précisant les conditions de versement de l’indemnité kilométrique vélo prévue par la loi de transition énergétique. L’Etat, qui se veut porteur d’une politique ambitieuse pour le climat et lutter contre la pollution de l’air, et s’est dit récemment "déterminé" pour l’accompagnement du
développement inéluctable des modes actifs, doit envoyer un signal fort avec une indemnité vélo:

  • à 25 centimes par km
  • sans plafonnement
  • obligatoire
  • ouverte à tous et donc aux fonctionnaires
  • exonérée de cotisations sociales et d’impôt sur le revenu, comme le prévoit la loi.


Il serait très incohérent de vider de sa substance la plus importante mesure en faveur du vélo que contient la loi de transition énergétique. L’enjeu de la COP21 l’exige : la France doit donner l’exemple en mettant en place une indemnité kilométrique vélo efficace pour reconnaître le vélo comme un mode de transport à part entière.

Notre dossier complet réalisé avec la FUB

voir communiqué de presse

 

Le Réseau Action Climat France est un réseau multidisciplinaire de 18 associations nationales et de 11 associations locales rassemblées autour de la lutte contre les changements climatiques.
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Reseau act
commenter cet article
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 07:43

 

Communiqué de Presse du 4 novembre 2015

 

Plusieurs accidents ou incidents ont montré récemment que la sécurité des usagers des transports est mal assurée. La FNAUT rappelle que la sécurité est la première exigence des voyageurs, et que sa garantie doit constituer la priorité des exploitants et des pouvoirs publics.

 

Incidents ferroviaires

+ Le 12 octobre dernier, un autorail X 73 500 a déraillé à faible vitesse sur un aiguillage à Sainte-Pazanne (Loire-Atlantique). Précédemment, on a observé le non-abaissement de barrières de passages à niveau entre Bordeaux et Hendaye, et entre Saumur et Thouars.

Depuis le 2 novembre, certains autorails ne sont plus autorisés à circuler en solo sur certaines lignes d’Alsace, de Lorraine et d’autres régions, ce qui entraîne la suppression de trains sur d’autres lignes : un paradoxe sinon un contresens.

+ Le 20 octobre, un autorail TER, endommagé après avoir heurté deux bovins à 140 km/h, a roulé sans frein sur 19 km, entre Abancourt et Serqueux (Seine-Maritime) : « un incident grave et préoccupant », selon le secrétaire d’Etat aux transports.

Les voyageurs veulent être rassurés. La FNAUT demande que les enquêtes en cours sur ces incidents graves et les mesures qui devront être prises par la suite fassent l’objet de communications publiques périodiques, comme cela a été fait lors de l’accident de Brétigny.

 

Accidents routiers

+ Le 21 octobre, à Toulenne (Gironde), un autorail TER a percuté un camion heureusement non chargé, bloqué sur un passage à niveau. L’accident a fait 17 blessés, dont 13 parmi les passagers du train. Les accidents de ce type ne sont pas rares.

+ Le 23 octobre, à Puisseguin (Gironde), 43 personnes sont décédées lors de la collision entre un autocar et un camion sur une route départementale.

Le transport par train ou autocar est nettement moins dangereux que le transport automobile.La FNAUT estime cependant que sa sécurité peut et doit être améliorée.

Qu’il s’agisse de la réglementation ou des aménagements, la sécurité doit être renforcée aux passages à niveau. La FNAUT rappelle que 99 % des accidents qui s’y produisent sont des accidents routiers, dus à un comportement inadéquat des automobilistes et conducteurs de camions.

La FNAUT ne s’exprimera sur l’accident de Puisseguin qu’une fois connues les conclusions de l’enquête en cours, et si elle l’estime nécessaire.

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Communiqué de Presse
commenter cet article
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 09:22

C'est la Fédération France Nature Environnement qui se pose la question en constatant le décalage croissant entre la perception des français et celle des décideurs politiques...

 

Afficher l'image d'origine

Les Français osent l’écologie, quid des candidats ?

Malgré la crise les Français continuent de se préoccuper d’environnement. Tel est le premier enseignement de ce sondage. A noter également qu’au regard de la couleur politique des sondés, on remarque que l’écologie politique n’est plus l’apanage d’un seul parti. Que l’on parle des transports, de l’agriculture, des énergies renouvelables, des repas sans viande dans les cantines ou encore du retour de la consigne, les Français se préoccupent de leur environnement et dessinent des priorités pour les futurs élus de leur région.
 

Priorité aux transports en commun

Ainsi, ils sont 44% à trouver prioritaire, le maintien des lignes de TER s’opposant ainsi à toute fermeture de gare. Ce chiffre monte à 88% si l’on ajoute ceux pour qui c’est important. Seuls 11% des sondés considèrent que le maintien des transports de proximité n’est pas prioritaire. Cette volonté exprimée des Français est un soutien au modèle défendu par FNE dans lequel les investissements publics vont en priorité sur les transports en commun du quotidien plutôt que sur les lignes à grande vitesse. Le bénéfice en matière de climat d’un report des déplacements domicile-travail de la route vers les lignes de TER ne reste plus à prouver quand ces déplacements représentent 30% des émissions de CO2 de la France.

Les élus ont une éolienne de retard sur les Français

La frilosité des collectivités est d’autant plus incompréhensible face à l’engouement des Français pour les énergies renouvelables (ENR) (Les Français sont 85% à souhaiter le doublement des ENR sur leur territoire). Ces derniers semblent avoir compris l’importance majeure du développement des ENR pour diminuer notre impact climatique lié à l’usage des hydrocarbures mais aussi pour diminuer la pollution de l’air et réduire le risque nucléaire. Les conseillers régionaux, pour être représentatifs doivent être le moteur de ce doublement souhaité par les citoyens.

Viande dans les cantines : moins et mieux

Au regard des chiffres, les Français savent que la sortie de crise du monde agricole passera par le développement d’une démarche de qualité semblable à celle engagée hier par le monde viticole. Ainsi les Français tournent clairement le dos à l’agriculture « low cost » et exigent à 89% que les aides européennes servent à la mutation de notre agriculture industrielle en une agriculture de qualité. Ils sont également 49% à trouver important qu’un repas sans viande puisse être servi dans les lycées s’il permet, pour les autres repas, d’acheter de la viande de qualité : bio, label rouge, élevée à l’herbe, française... Ils ne sont malgré tout que 24% à considérer cette mesure comme prioritaire. Il n’est pas exclu que ce chiffre s’explique en partie par le débat actuel portant sur les « repas confessionnels » alors que l’intention de FNE était de rappeler que le coût environnemental et climatique de la viande, industrielle en particulier, est tel qu’il justifie à lui seul de tenter d’en consommer moins et mieux.

Michel Dubromel, Vice-président de FNE : «Malgré une offre politique assez pauvre en matière d’environnement, les Français sont prêts. Des mesures faciles à mettre en œuvre existent. Quand nos concitoyens promeuvent à 73% le retour de la consigne des bouteilles et des flacons, nous ne pourrions pas comprendre que les candidats aux élections régionales ne s’en saisissent pas pour poser un acte concret et visible permettant de réduire notre empreinte écologique. Ce sondage, qui propose des pistes d’action, doit aider les élus à s’engager résolument en faveur de la transition écologique. »

Consulter le sondage

Télécharger ce communiqué en format PDF.

Repost 0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 10:06

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNE - Communiqué de Presse
commenter cet article
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 07:15

 

A l’occasion de la première journée nationale de la qualité de l’air, la FNAUT rappelle que le développement des transports urbains et ferroviaires est, avec l’encouragement à l’usage de la bicyclette, une composante essentielle de toute politique visant à réduire la pollution de l’air.

Les citadins et les riverains des grands axes routiers et des grands aéroports n’ont pas besoin d’être sensibilisés à la qualité de l’air. Ils savent qu’ils respirent un air pollué par les particules fines, les oxydes d’azote,… et attendent avec impatience que le gouvernement mette en œuvre des mesures sérieuses dans le secteur de la mobilité afin de réduire les trafics routiers et aériens.

Réglementer le trafic routier et réduire sa vitesse dans les zones denses les plus polluées est utile, mais c’est sur l’ensemble du territoire qu’il faut agir, en favorisant un report de trafic sur les modes respectueux de l’environnement et de la santé publique.

 

A quand une politique cohérente avec les bonnes intentions ?

Les transports collectifs urbains, saturés dans les zones denses et sous-développés dans les zones périurbaines, nécessitent, en région parisienne comme en province, de très importants investissements. Quant au réseau ferré, il manque au moins un milliard d’euros par an pour enrayer son vieillissement, le moderniser et le développer, afin de faciliter la circulation des trains de voyageurs et de fret.

Est-il cohérent, dans ces conditions, de réduire de 400 millions d'euros le budget 2016 de l'AFITF, l'agence de financement des infrastructures de transport, déjà fragilisée par l’abandon de l’écotaxe nationale ? de maintenir à 10 %, au lieu de 5,5 %, le taux de la TVA appliquée aux transports publics terrestres ? de réduire de moitié l’indemnité kilométrique promise aux salariés cyclistes et de retarder sa mise en œuvre ? d’abandonner l’autoroute ferroviaire atlantique et d’investir plus de 3 milliards d’euros pour renforcer la capacité du réseau autoroutier ?

 

Une fiscalité écologique est indispensable

L’effondrement du prix du pétrole rend possible aujourd’hui une hausse de la taxation des carburants routiers (un centime sur le seul gazole rapporte près de 400 millions d’euros par an), une taxation du kérosène consommé par les avions effectuant des vols intérieurs, et l’introduction d’écotaxes régionales sur le transport routier de marchandises.

La FNAUT attend donc du gouvernement qu’il renfloue l’AFITF grâce à cette ressource nouvelle, relance ainsi les investissements de transport urbain et ferroviaire, et renforce l’offre de transport : les opérations de communication ne peuvent suffire.

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT en France
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques