Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 09:03

Communiqué de Presse

1 décembre 2016

 

Accord Etat / Nouvelle-Aquitaine pour les TET :

une bonne nouvelle pour les associations de la FNAUT

 

La Région Nouvelle-Aquitaine deviendra autorité organisatrice des lignes Bordeaux-La Rochelle, Bordeaux-Limoges et Bordeaux-Ussel à compter du 1er janvier 2018.

 

Sur les conséquences en général de l’accord : La connaissance fine des besoins du territoire permettra à la région Nouvelle AQUITAINE dans son cadre territorial de mieux coordonner sous son autorité l’ensemble des circulations ferroviaires. Relier entre elles les grandes villes de la Région de façon efficace tout en irriguant le tissu moins dense permettra une meilleure acceptabilité de la réunion à marche forcée des trois anciennes régions.

 

Sur les conséquences au vu des usagers :

Bordeaux-La Rochelle : l’exemple type d’un TET intra – régional à vocation TER. La politique des dessertes par une redéfinition des arrêts (demandée par la FNAUT Régionale, exemple arrêt à Cenon) permettra en coordination avec les circulations déjà existantes, un début de cadencement compréhensible par les usagers. Cette ligne restera aussi desservie par les 3 AR Bordeaux-Nantes restant dans le giron de l'Etat.

 

Bordeaux-Ussel : Ce train (2 AR par semaine) est un reste du Bordeaux-Clermont Ferrand- Lyon malheureusement limité par la coupure de la ligne. Dans l'état actuel, le transfert à la région devrait permettre une meilleure cohérence de la desserte Bordeaux-Brive qui devrait être prolongée systématiquement à Ussel (demandée par Périgord Rail Plus, association Sarladaise membre de la FNAUT) répondant particulièrement aux besoins de transports des étudiants du lycée d’Egletons spécialisé dans les métiers du BTP,

 

Bordeaux-Limoges : Ce train quotidien est un reste du Bordeaux-Lyon par Montluçon malheureusement non rétabli par l'Etat après la fin des travaux Son transfert à la région devrait permettre une amélioration (demandée par Périgord Rail Plus) de la cohérence de la desserte de la ligne avec le maintien de l'arrêt de Thiviers que la SNCF envisageait de supprimer mettant sur la route les étudiants de son lycée professionnel et du pôle d'excellence des métiers du cuir.

 

Le travail continue pour la FNAUT, il reste à obtenir le rétablissement de ces dessertes vers la Région voisine (Rhône - Alpes - Auvergne ) pour rallier Lyon et Clermont Ferrand, en clair faire tomber "La Muraille de Chine" qui sépare les deux territoires.

 

Contact presse : Christian Broucaret, président de la FNAUT Nouvelle-Aquitaine, 

tel : 06 80 15 07 48

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 07:11

FNAUT PAYS DE LA LOIRE

ASSOCIATION POUR LA PROMOTION DE LA LIGNE FERROVIAIRE NANTES - LA ROCHELLE - BORDEAUX

 

COMMUNIQUE COMMUN

 

Faire mieux que la A 831, et à moindre coût

Le projet A 831 Fontenay Rochefort n’a jamais été considéré comme prioritaire : outre les impacts négatifs du tout routier sur le climat et sur le portefeuille, tracé en plein marais poitevin et coût élevé (près d’un milliard pour 62 km), faible rentabilité. Des investissements routiers limités restent nécessaires, comme la déviation de Marans.

Mais la desserte du Sud Vendée et du marais doit être améliorée, sans pénaliser le climat. La sous-utilisation de la double voie ferrée Nantes Bordeaux dans le secteur (4 allers retours par jour dont 3 Intercités et 1 seul TER Nantes la Rochelle) le permet.

Avec un milliard, on pourrait électrifier et moderniser l’ensemble de la ligne Nantes Bordeaux (trajet en moins de 3h30), ce qui réduirait les coûts de circulation et faciliterait aussi le développement du fret ferroviaire. Que peut-on faire de déjà utile avec beaucoup moins ?

Avec une petite fraction de ce milliard, et à court terme, l’abandon de la A 831 est l’opportunité de réorienter les investissements :

  • Accélération du programme de remise en état de la ligne de Roche-sur-Yon à la Rochelle en injectant 60 millions supplémentaires (en plus des 120 déjà programmés) pour le réaliser dans le seul Contrat de Plan Etat Régions 2015-2020. Ceci permettra des économies globales de chantier, diminuera les perturbations et permettra une croissance plus rapide du trafic. Les collectivités prêtes à financer la A 831 devraient participer.
  • Aménagement des gares de Marans et Velluire (pour desservir Fontenay-le-Comte à moins de 12 km ) permettant de mettre en place une vraie desserte TER entre la Roche sur Yon et la Rochelle, en complément de l’arrêt existant de Luçon.

Les besoins de desserte sont à satisfaire, ce qui nécessite la coopération entre les partenaires, pour mieux articuler les horaires et les missions :

  • 4ème Intercités journalier, comme le recommande le récent rapport Duron, « Agir pour l’avenir » étudié à la demande du gouvernement, et qui reconnaît donc la demande à longue distance. C’est de la responsabilité de l’Etat, autorité organisatrice des « Trains d’équilibre du territoire », et de son opérateur, la SNCF. A court terme des trains partant en début de matinée de Nantes et de Bordeaux sont indispensables.
  • Au moins 4 AR/jour TER Nantes la Rochelle, en prolongeant des TER Nantes la Roche-sur-Yon, pour desservir les gares principales entre la Roche et la Rochelle ; cette fréquence existe entre la Rochelle et Bordeaux ; les 2 régions Pays de la Loire et (Aquitaine)- Poitou Charentes doivent mettre en place une offre TER conjointe.

Une programmation coordonnée entre les travaux et la mise en circulation de trains supplémentaires améliorera progressivement la fréquentation et la rentabilité de la ligne.

Les habitants de plus en plus nombreux le long du littoral et dans les villes atlantiques veulent pouvoir prendre le train, plus rapide, plus confortable et sûr que le car. Une voie ferrée active est indispensable au littoral atlantique et à son attractivité.

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 12:00

Appel à la mobilisation

Le rassemblement du 7 mai 2015 à la Préfecture de La Roche sur Yon où doit se tenir le Comité de Pilotage devant statuer une nouvelle fois sur la mise en voie unique de la section ferroviaire entre La Rochelle et La Roche sur Yon.

RFF aujourd'hui SNCF Réseau, propose une VU (voie unique) de 102 km avec un point de croisement à Luçon et un abaissement de la vitesse sur tout le parcours selon les infos dont nous disposons à 60 km/h et 40 km/h en période de fortes chaleurs.

 

Une offre ferroviaire rabotée une fois de plus

Deux circulations des vendredis et dimanches soir seront supprimées entre Bordeaux et Nantes et Nantes et Bordeaux à partir de décembre 2015 ne laissant plus que 3 Allers Retours quotidiennement et plus de pointe de fin de semaine. Les derniers trains au départ de ces deux villes se situeront vers 15h00. Quid des correspondances ?

 

Une mobilisation citoyenne

La mobilisation est d'importance afin de parer une nouvelle fois à l'urgence de la menace et de contrer les orientations qui sont faites pour favoriser :

  • la dégradation de cette axe ferroviaire majeur pour l'aménagement du territoire,
  • la suppression d'une liaison inter-citée capitale entre deux métropoles régionales de la façade atlantique 
  • la mise en place des liaisons autocars "Macron".
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 10:00
Le train la Roche sur Yon - la Rochelle bientôt en situation de handicap !

Ci-joint une des rares réactions politiques soutenant la mobilisation du 7 mai...

 

Communiqué de Presse d'EELV du 5 mai 2015

 

Groupe local de La Roche sur Yon Centre Vendée

 

 

Le train la Roche sur Yon - la Rochelle bientôt en situation de handicap!

 

Europe Écologie les Verts appelle les défenseurs des transports collectifs à manifester jeudi 7 mai à partir de 14h30 devant la Préfecture de Vendée à La Roche sur Yon.

Cette manifestation organisée par l’antenne vendéenne de la Fédération Nationale des Usagers des Transports FNAUT se déroulera à l’occasion de la réunion du comité de pilotage au sujet de la voie ferrée La Roche sur Yon / La Rochelle, sous la Présidence du Préfet de Région.

EÉLV rappelle son attachement au maintien et à la rénovation de la ligne Nantes Bordeaux dont le tronçon La Roche-La Rochelle est particulièrement usé, car non entretenu. Les trains ne circulent qu’à vitesse très réduite 40 km/h entre Champ Saint Père et Les Magnils Régniers, et la SNCF annonce encore des ralentissements supplémentaires.

Cette situation est inacceptable pour EÉLV, qui dénonce aussi la position des responsables départementaux voire régionaux* qui sont prêts à dépenser des dizaines de millions pour une autoroute A831 inutile, mais qui ne font rien pour valoriser le rail dans notre département.

Les usagers ont été sondés par la SNCF pour savoir si la ligne Nantes Bordeaux était utile, est-ce un Ballon d’essai pour envisager sa fermeture ? pour la mise en 1 voie comme préconisé par certains ?

EÉLV ne laissera pas passer de telles décisions, et la campagne des Régionales sera l’occasion de remettre la défense et le développement du rail au centre des choix Régionaux pour un Développement Durable des territoires Ligériens.

EELV

 

*Intervention de Michel Perrier élu EÉLV au débat  Bretagne Pays de la Loire 2015 du Conseil régional des Pays de la Loire :

« Ainsi, si la Région avait une véritable ambition pour l’axe ferroviaire Atlantique entre Nantes et Bordeaux, il faudrait doubler l’enveloppe de 80M€ actuellement inscrite. Ce que constate aussi le CESER. Si rien n’est fait dès aujourd’hui pour l’améliorer, d’ici trois ans, les usagers passeront par Tours pour aller à Bordeaux avec la LGV Sud Europe Atlantique et dès lors, les territoires sud vendéen et charentais seront progressivement abandonnés. L’avenir de cet axe est dans une mobilisation interrégionale mais il peut aussi permettre une amélioration de la desserte locale, et nous demandons que la réouverture d’une gare à Vélluire (85) soit réellement étudiée. »

 

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 08:00

 

De la A 831 aux déplacements respectueux des territoires, de l’environnement et de l’argent public

 

La Ministre de l’écologie, du Développement durable et de l’Energie, en charge des Transports, a décidé de ne pas lancer l’Appel d’Offres de la A 831, autoroute d’une soixantaine de km qui devait couper à travers le marais poitevin, milieu particulièrement sensible, pour relier Fontenay à Rochefort.

 

Ségolène Royal avait toujours émis des doutes sur ce projet dont le coût dépassait déjà les 900 millions € (évaluation des études préliminaires et chiffre souvent dépassé après réalisation).

 

Saluons cette décision courageuse qui soulève évidemment la tempête parmi la majorité des politiques, des milieux économiques et en particulier des travaux publics.

 

Malgré les avenirs radieux toujours annoncés, une autoroute aboutit souvent à vider les villes secondaires de leurs activités au profit des villes plus dynamiques (en l’occurrence le couple la Rochelle/Rochefort et les métropoles plus éloignées). Les exemples ne manquent pas qui devraient inciter à ne pas continuer à affirmer que couler du béton ou du bitume est indispensable au développement des territoires.(www.entreprises.ouest-france.fr/article/vendee-831-il-faut-reflexio)

 

 

Cette autoroute doublonnerait aussi la A 10 et la A 83 qui ne sont pas saturées et qui perdraient donc des péages.

Ce projet affaiblirait encore plus la ligne ferroviaire Nantes la Rochelle Bordeaux très sous utilisée entre la Roche sur Yon et la Rochelle/Rochefort (4 allers retour par jour !).

 

Le littoral atlantique en développement aurait bien tort de tout miser sur le routier. Il y a mieux à faire pour économiser l’argent public, aider une part des voyageurs à passer au train, préserver les sols et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

 

Il faut d’abord mieux utiliser ce que l’on a :

 

  • Création des déviations routières indispensables pour permettre la réanimation de centre bourgs. C’est déjà envisagé à Marans.

 

  • Accroissement du nombre d’Intercités Nantes Bordeaux de 3 à 4 et du nombre de TER Nantes la Rochelle de 1 à 4, ce qui égalerait la fréquence disponible entre la Rochelle et Bordeaux. Ces TER permettraient de desservir Luçon, Velluire (à proximité de Fontenay) et Marans.

 

  • Amélioration de la voie ferrée entre la Roche sur Yon et la Rochelle pour la pérenniser et la rendre plus rapide. Un Comité de Pilotage réunit les Régions et l’Etat le 7 mai à 15 h à la Préfecture de la Roche sur Yon (à moins d’un km de la gare) pour en décider. Venez y nombreux dès 14 h 30 pour soutenir un projet menacé par le manque de volonté et de financements.

 

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 07:08

Les Ecologistes dénoncent les déclarations du Premier Ministre qui souhaite la relance du dossier d'A831, autoroute inutile, couteuse et surtout destructrice de zones humides dans le marais poitevin ... Une abération de la politique de la recherche de la croissance à tout prix... et surtout au prix fort (un milliard d'euros !).

le

A831 : Manuel Valls essaie de déterrer un fossile

 

Depuis samedi, les partisans du projet d’autoroute A831 se réjouissent des déclarations d’intention du Premier ministre, qui s’est engagé à demander au Conseil d’Etat la prorogation de la déclaration d’utilité publique (DUP) qui doit s’achever le 12 juillet prochain.

Pourtant, les élu-e-s écologistes du Conseil régional des Pays de la Loire réaffirment que tracer une balafre de béton sur pilotis entre Fontenay-le-Comte et Rochefort pour un cout estimé à près d’un milliard d’euros (dont la moitié d’argent public et sans aucune participation de l’Etat) n’est toujours pas une réponse adaptée aux véritables enjeux de développement et d’aménagement du territoire.

« Au lendemain de l’Appel de Manille – où le Président de la République a réaffirmé son intention d’obtenir un accord lors de la COP21 prévue en décembre à Paris – le Premier ministre déterre un projet désastreux pour les finances publiques, destructeur de l’environnement et loin, très loin des préoccupations quotidiennes des citoyen-nes du territoire, déclare Jean-Philippe Magnen, président du groupe EELV au Conseil régional des Pays de la Loire. Un double discours qui devient une habitude pour le gouvernement : en décembre déjà, l’annonce par François Hollande de sa « conversion » à l’écologie et de son intention de « verdir » la politique gouvernementale était immédiatement suivie par le soutien renouvelé du Premier ministre au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il est pourtant urgent d’abandonner ces projets qui perpétuent la poursuite effrénée d’une croissance carbonée, intensifiant le dérèglement climatique et provoquant hausse de la température, tempêtes et érosion côtière. »

Les élu-e-s écologistes vendéens remarquent que les échéances électorales sont propices à la résurrection des « serpents de mer », les partisans du projet (du PS à l’UMP) pouvant aujourd’hui se féliciter d’avoir « débloqué » le dossier. Leur obstination pour ce projet chimérique conduit en réalité à l’inaction car il existe des alternatives durables qui sont malheureusement ignorées ou sous-estimées :

  • la modernisation de l’axe ferroviaire Nantes – Bordeaux avec la création d’un arrêt en gare de Vélluire afin de mieux desservir le Sud Vendée,

  • la réalisation d’un contournement de Marans (projet pour lequel la Région Poitou Charentes a déjà provisionné 15 M€),

  • et la sécurisation et le réaménagement des départementales 137 et 148.

Pour Michel Perrier élu EELV membre de la commission transport, « ces projets, bien plus intéressants pour les finances publiques et l’environnement, auraient dû être intégrés ou renforcés dans le CPER 2015-2020 adopté le mois dernier par le Conseil régional, comme nous l’avions réclamé. »

Il est donc essentiel d’enterrer définitivement ce projet d’autoroute obsolète, véritable fossile du XXème siècle au coût démesuré pour l’environnement et les collectivités locales, afin de pouvoir porter un aménagement qualitatif du territoire qui réponde aux véritables besoins des usagers.

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 07:00

Février 2015

L'A 831 porte un «coup de grâce porté au ferroviaire» selon l'AUT 85

 

Le Conseil Général de Vendée n'a jamais été un hardi défenseur du ferroviaire... Aucun soutient à la réouverture de la ligne Fontenay - Niort et un appui du bout des lévres concernant Nantes - Bordeaux.

Mais lorsque une route est en péril, tous les moyens seraient-ils bons pour obtenir gain de cause? C'est ce que met en évidence l'AUT 85, car Bruno Retailleau, l'actuel président du CG, concentré actuellement sur la défense du dossier de l'autoroute 831, qui rencontre l'opposition du Ministère de l'Environnement, en aurait oublié les infrastructures ferroviaires.

C'est ce dont l'association des usagers des transports de la Vendée l'accuse. «Le président du conseil général s'apprête à condamner le maintien de la double voies ferrées entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle dans le seul but de faire pression sur la Ségolène Royal, actuelle ministre de l'Environnement».

La décision prise lors du comité de pilotage de l'étude de modernisation de la ligne SNCF Nantes-Bordeaux « est remis en cause par une des parties puisque l'engagement pris par la Vendée n'est pas respecté.» D'ou l'inquiétude de l'association de voir Bruno Retailleau «porter un coup de grâce au ferroviaire en Sud-vendée» avant de quitter le Département.

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 16:30

La suppression à la chaine des 4 Intercités Nantes-Bordeaux supplémentaires, par manque de matériel fait réagir l'APNB...

 

Le Président de l'APNB, Jacques Ottaviani a adressé, ci-dessous un message il y a quelques jours à Jean Ghédira, nouveau directeur d'Intercités SNCF et Bénédicte Mazières directrice délégué d'Intercité Atlantique-Méditerranée. Un message avait déjà été envoyé à Guillaume Pépy en novembre 2013 sur le même sujet.

 

logo-apnb

 

 

Bonjour M. Ghedira,

 


J'apprends par recoupement de diverses sources que les 4 Intercités Nantes-Bordeaux supplémentaires jours de pointes de plein été (3829-3833-3840-3850) sont supprimés cette année.
La raison invoquée est le manque de locomotives, problème prévisible depuis longtemps (voir ci-dessous mon message de novembre 2013 à Mme Mazières et Monsieur Pépy et en PJ le dernier alinéa de ma lettre au ministre des transports de septembre 2013 dont le président de la SNCF était en copie).
Des transferts de 67400 d'autres régions devaient avoir lieu, mais ne se concrétisent pas en raison de la non autorisation de circulation des BB 75000 sur certaines lignes (dont tout ou partie de Nantes-Bordeaux).

Je ne comprend pas pourquoi la SNCF a tant attendu pour essayer d'adapter au service voyageur les 75000 et n'a toujours pas résolu (avec le constructeur) les problèmes d'adaptation à certaines lignes (Si je me souviens bien la DB avait refusé d'homologuer les 75000 en raison de leur agressivité à la voie, ce qui avait conduit la SNCF à commander en urgence en 2008 des BB 76000 Trax à Bombardier pour assurer le fret international - Ne serait ce pas le même problème qui retarde leur homologation sur les lignes dont l'armement n'est pas parfait).

Quoi qu'il en soit, c'est à la SNCF de trouver une solution à ce problème, et à faire le maximum pour remplacer les 67400 manquantes pour assurer le service TET prévu. Je suppose que la DGITM n'a pas donné son accord pour la suppression de ces trains supplémentaires indispensables les jours de pointe pour décharger les trois trains quotidiens habituels, souvent bondés en cette période. Au train ou vont les choses on peut même craindre qu'un de ces trains réguliers soit supprimé de temps en temps par manque de locomotive ou amputé d'une partie de sa composition pour UM impossible ou amputé du prolongement vers Quimper (à moins que la SNCF soit enfin passé à la traction électrique pour ces trains sur cette section sous caténaire). Je rappelle qu'il y a peu le manque de locomotive a été la cause de la mise sur route certains jours du Bordeaux-La Rochelle 3888/13899 et que c'est la raison avancé par la SNCF pour la suppression du Paris-Royan.

 

 2005-la-roche-sur-yon-corail-2v.jpg

Les 67400 peuvent-ils bénéficier d'une prolongation/modernisation ?

 

Je crains fort que la situation ne fasse qu'empirer et que le maintien du status quo (même avec les renforts promis) ne permette pas d'assurer un service de qualité dans les deux ou trois ans à venir, d'autant plus qu'on ne sait pas si Alstom pourra respecter le programme de livraison des Coradia Liner (dont on peu craindre aussi quelques retards dans sa mise au point, comme tout nouveau matériel).

Quelles solutions envisagez vous pour faire face à cette situation très critique ? De combien de locomotives disposez vous pour Nantes-Bordeaux ? Est-ce que les transferts promis vont pouvoir se concrétiser ? Est-ce qu'une prolongation/modernisation des 67400 (à l'instar de ce qui se fait pour les 72000) est envisageable ? Est-ce qu'une adaptation des 75000 à la ligne est envisagé ? Est-ce que la location via Akiem, de locomotives étrangères, aptes à 140 km/h, et inter-opérable comme vous l'avez fait pour le fret international, ne serait pas la solution (une homologation sera nécessaire mais peut-être plus facile) ?

Désolé pour ce message trop long, et je vous remercie d'avoir pris le temps de le lire


Bien cordialement

 
Jacques Ottaviani
Pdt de l'APNB

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:30

 

fnaut logo pdl

 

Novembre 2013 

 

Pour Nantes - La Rochelle, le statu quo actuel est toujours aussi médiocre

 

Pour Nantes - La Rochelle, le très médiocre statu quo actuel serait maintenu : un aller et retour par jour, qui permet au habitants de la Rochelle d'aller passer la journée vers la Loire Atlantique, mais pas l'inverse, alors qu'il y a 3 AR/jour entre la Rochelle et Bordeaux, sans traverser des zones plus actives. Mais les Régions Poitou Charentes et Aquitaine doivent sans doute mieux savoir collaborer que Poitou Charentes et Pays de la Loire.

 

On ne pourra donc toujours pas arriver à la Rochelle avant 11 h ! Il y a aussi une demande récurrente de liaisons Nord Sud de qualité pour les territoires entre la Roche sur Yon et la Rochelle, à Luçon, Fontenay le Comte, qui a demandé la réouverture de la gare de Velluire, à Marans, trois arrêts justifiés pour le TER. la région Poitou Charentes étudie même une liaison Marans la Rochelle.

 

http://img.scoop.it/RJ5lqEdfUbOYWem979dGIDl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

 

Les deux régions vont elles être capables de mettre en oeuvre une desserte commune, avec au moins 4 TER/jour, beaucoup plus utile et rentable ? Les petites villes méritent et justifient aussi une desserte, les InterCités étant orientés plutôt vers la desserte des villes principales. "

 

 

logo-apnb

 

 

N.B:  la Région Pays de la Loire demande sur son site l'avis des usagers sur les futures dessertes vers le Sud.

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 07:26

Une délégation EELV était reçue par le Ministre des Transports le mardi 5 novembre 2013...

 

Groupe Europe Écologie Les Verts

Conseil régional des Pays de la Loire

Les élu-e-s EELV plaident pour la mobilité du 21eme siècle auprès de Frédéric Cuvillier, ministre des transports

Reçue ce mardi par le ministre des transports, une délégation* d’élu-e-s EELV du Poitou-Charentes et des Pays de la Loire a été reçue par le Ministre des transports pour évoquer le projet d’autoroute A831. Projet inutile, couteux et aberrant d’un point de vue écologique.

 

Fort de l’analyse sans appel de la Commission Mobilité 21 repoussant le projet à un «horizon lointain», après 2050, «la délégation a mis l’accent sur les alternatives à un projet d’infrastructure au coût prohibitif et à l’impact environnemental irréversible» explique Tony Demeurant, coordonnateur du groupe local EELV Vendée Sud.

 P1100556 (1)

La gare de Vélluire

 

Les élu-e-s écologistes ont plaidé pour un nouveau regard sur la mobilité, avec des choix en accord avec les enjeux du 21ème siècle : répondre aux besoins quotidiens des usagers, faire des économies budgétaires, tout en préservant le patrimoine naturel et en tenant les engagements de la France sur les émissions de gaz à effet de serre.

 

Ainsi, plutôt que de mettre en chantier l’A831, une autoroute sur pilotis à travers le marais poitevin – option déjà repoussée en son temps par François Mitterrand- ils ont préconisé, côté route, de réaliser rapidement le contournement de Marans. Pour Bernard Ferrier maire de Marans, «Le tronçon coûterait environ 35 millions d’euros, contre 890 millions pour l’autoroute ».

 

Côté rail, ils ont insisté sur l’urgence à rénover la ligne Bordeaux-Nantes, notamment sur la partie La Rochelle-La Roche-sur-Yon. «Cette ligne existante nécessite une remise à niveau qui profiterait aux nombreux usagers qui la fréquentent. Un nouvel arrêt à Velluire (Vendée), ouvrirait ce territoire en évitant la logique du tout transport routier» précise Michel Perrier, élu régional membre de la Commission transport au Conseil régional des Pays de la Loire.


plan-r-gion-85233.jpg

 

Le ministre a déclaré que les événements récents, la suspension de l’écotaxe et les conséquences financières que cette décision entraîne, auraient des incidences sur le calendrier de discussion et de décision concernant les investissements sur les infrastructures de transports des Contrats de Projets Etat Région (CPER) tant au niveau routier que ferroviaire.

 

Pour Jean-Philippe Magnen, Vice-président du Conseil régional des Pays de la Loire, «Notre échange avec le Ministre a été franc, direct et nous apprécions que les questions n’aient pas été éludées. En attendant des réponses fermes, nous restons vigilants sur le dossier et continuerons à promouvoir les alternatives durables pour le territoire».

 

 

La délégation :

 

Pour les Pays de la Loire :

 

+ François de Rugy (député de Loire Atlantique, co-président du groupe écologiste à l’Assemblée Nationale)

 

+ Jean-Philippe Magnen (Vice-président du Conseil régional, porte-parole national d’EELV)

 

+ Michel Perrier (Conseiller régional membre de la Commission transport)

 

+ Tony Demeurant (Coordonnateur du groupe local EELV Vendée Sud)

 

 Pour le Poitou Charentes :

 

+ Véronique Massonneau (députée de la Vienne)

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Nantes Bordeaux A.P.N.B.
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques