Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 07:00

Une impression de déjà vue ....

 

Une voie ferrée rouverte dans le pays de Retz ?

 

Une "étude d'opportunité de réouverture" de la ligne Saint-Hilaire-de-Chaléons/Paimbœuf, fermée depuis 1998, a été  présentée mardi 2 juillet 2013 aux élus locaux par la région ...

 

Cela ne vous rappelle t-il pas quelque chose....

 

200px-A8

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Loire Atlantique
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 07:30

CDMP coordination marais poitevinVendée N ENVLogo-FNE-web-little.jpg

 

 

Sortie de route confirmée pour l’A831

 

 

La Commission « Mobilité 21 » vient de rendre son rapport sur le projet de Schéma national des infrastructures de transport (SNIT), en attente d’approbation… depuis 2009.

 

En cause, un empilement de nombreux projets de liaisons ferroviaires, routières et fluviales, d’opérations d’intervention sur les réseaux existants, sans réelle vision stratégique de la politique des transports à mettre en oeuvre à moyen et long terme ; et le caractère irréaliste du montant total des investissements prévisionnels : 245 milliards d’euros…

 

La Commission devait donc examiner « la pertinence, l’intérêt et l’urgence des opérations » inscrites au projet de SNIT, en s’affranchissant d’une approche jusque là centrée sur les infrastructures pour s’intéresser aux besoins de la population en termes de « transports du quotidien ». Une vraie révolution copernicienne !

 

Nous apprenons ainsi que la Commission ne retient le projet d’autoroute A831 (Fontenay-le-Comte / Rochefort) dans aucun de ses deux scénarios, estimant qu’il ne répond pas aux critères environnementaux et sociétaux qui doivent fonder une politique raisonnée des transports.

vba 831

 

Nos associations s’en félicitent évidemment ; elles n’en sont nullement surprises pour autant : depuis le lancement des premières études, en 1997, elles n’ont cessé d’exprimer ce que dit aujourd’hui la Commission Mobilité 21 ; elles n’ont cessé de dénoncer la gabegie financière à laquelle conduirait la réalisation de ces 64 km d’autoroute (1) ; elles n’ont cessé d’alerter sur les impacts irrémédiables que causerait un tel projet sur les deux grandes zones humides qu’il traverserait (marais Poitevin et de Rochefort, tout deux sites Natura 2000).

 

Ce sont aujourd’hui de nouvelles orientations qu’il faut dessiner pour la politique des transports, à tous les niveaux pertinents (du local au national), et en cohérence avec les principes qui ont conduit le travail de la Commission à la demande du Gouvernement.

 

Multimodalité des transports, transition écologique et énergétique doivent impérativement être pris en compte dans la définition des objectifs de l’aménagement du territoire et la programmation des infrastructures.

Plus largement, c’est aussi la façon dont sont instruites les déclarations d’utilité publique qui doit être profondément modifiée. Celles-ci, privilégiant une approche comptable, sous-estiment trop souvent la dimension environnementale, et conduisent de ce fait à consacrer des décisions d’aménagement en réalité contradictoires avec l’intérêt général.

 

Contact : Yves Le Quellec, 06 32 24 28 03

 

 

 

(1)  Le coût estimatif est passé de 560 M€ en janvier 2004 à 650 M€ en janvier 2011, puis à 890 M€ en octobre 2011, soit 14 M€ du km.

 

 

al102


Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Transport et Environnement
commenter cet article
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 08:00

Visiblement la décision d'EELV, de prendre position pour la réouverture de la ligne La Suze - la Flèche contre l'avis de la Région n'a pas été appréciée par le Président de la Commission Infrastructures, Transports et Déplacements. Gilles Bontemps, lors de la présentation du tome transports, jeudi 27 juin dans l'après midi, a attaqué les élus écologistes pour leur soutien à la réouverture de la ligne ferroviaire.

 

images eelv

Réponse de Michel Perrier à Gilles Bontemps, Président de la commission Transport

Intervention de Michel Perrier

 

"Monsieur le Président, chers collègues

 

Je ne pensais pas intervenir dans ce débat, mais après les propos de Gilles Bontemps (Président de la commission Infrastructures, Transports et Déplacements) contre les positions des élus écologistes, il est indispensable d’y répondre.

 

Tout d’abord, chacun connaît maintenant les préconisations de la commission Mobilité 21 chargée de réviser les Schéma national des Infrastructures de Transports (SNIT), Philippe Duron vient de remettre son rapport au Ministre Cuvelier. Contrairement à certains ici, les conseillers régionaux EELV des Pays de la Loire se félicitent des conclusions du rapport. Elles sont inscrites dans une vision responsable de l’offre de transports sur le plan budgétaire, social et environnemental. Une approche de l’aménagement du territoire et de la mobilité durable en phase avec la transition écologique et énergétique.

 

Une bonne nouvelle déjà : l’A831, projet de nouvelle autoroute, contestée de longue date par les écologistes et bien d’autres, se trouve de fait repoussée aux calendes grecques. Nous nous en félicitons.

 

Le projet d’aéroport de Notre dame des Landes n’a pas été pris en compte dans l’évaluation. Mais, la commission Duron met un sérieux coup d’arrêt au projet en ne priorisant pas sa desserte ferroviaire. En effet, la commission a repoussé à long terme une éventuelle ligne Nantes/Rennes par Notre Dame des Landes, estimant que l’ensemble des lignes nouvelles Bretagne-Pays de la Loire, je cite : « se traduit par un coût pour la collectivité sans commune mesure avec les gains attendus ». Inutile de préciser que pour les élus régionaux EELV, ce jugement vaut aussi pour l’aéroport.

 

Les écologistes saluent la commission Mobilité 21 lorsqu’elle précise que, même déclaré d’utilité publique, un projet peut être réexaminé si le contexte change, et quand elle préconise, fortement, l’optimisation des équipements existants plutôt que la construction d’infrastructures nouvelles, aux coûts et à l’empreinte écologique supérieure.

2013 03 16 La Flèche 010

Michel Perrier et plusieurs élu(e)s écologistes étaient venus préter main forte aux membres

du Collectif pour débrousailler un tronçon de la voie ferrée

 

Venant au dossier de la réouverture dea ligne ferroviaire La Flèche/La Suze. Il n’y a aucune surprise que les écologistes expriment leur désaccord avec la position négative prise par la région. Effectivement, l’étude sommaire qui motive cette décision est discutable. La comparaison en termes de temps s’appuie sur un tram-train qui serait plus long qu’un car, alors qu’un train classique permet de faire le trajet en 35 mn, soit un gain de temps appréciable. De même les chiffres du potentiel d’usagers semblent être basés sur le nombre d’utilisateurs du car et non sur le potentiel réel futur. Il est donc logique, plutôt que des invectives de tribunes, de reprendre sereinement la discussion sur ce sujet.

 

D’autant que si les propositions de la commission Duron sont reprises par le gouvernement, les écologistes encourageraient un redéploiement des budgets vers des projets d’aménagements pour l’ensemble du territoire ligérien et non seulement pour les métropoles notamment nantaise.

 

Merci"

Michel PERRIER

EELV

 

 

Sur la Commission 21 : ce qu'en pense la FNAUT

Sur la décision de non réouverture de la voie ferrée : les premières réactions du Collectif Flèchois

Repost 0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 07:50

La Communauté de Communes du Pays de Château Gontier en Mayenne a engagé depuis peu une réflexion sur les transports sur son territoire avec le cabinet ITER. Un Comité de Pilotage a été mis en place.

 

De son côté, la FNAUT sollicitée par des associations, a déjà réfléchi à la problématique, elle livre ici, dans un premier temps, ses observations sur la forme avant d'aborder le fond ...

 

 

fnaut logo pdl

juin 2013

 

 

 

Quel transport pour le Pays de Château Gontier ?

 

 

Le sujet est d’importance mais avant d’aborder le fonds du dossier il faudrait dans un premier temps aborder la forme … La comparaison avec Mayenne est intéressante de ce point de vue.

 

Mayenne, ville de taille comparable, a lancé sa réflexion depuis plusieurs années et a mis en place un comité de pilotage qui très régulièrement a été élargi aux autres acteurs que les élus concernés. Ces séances ont permis des échanges d’une part avec le cabinet d’étude et d’autre part avec les élus et l’ensemble des personnes dont les associatifs entre autre. Pour Mayenne, deux associations d’usagers (la FNAUT et Tracès) ont participé à ce comité de pilotage élargi et ont produit une analyse et une proposition argumentée sur le type de service et de desserte pour Mayenne. Les débats ont été constructifs et le Conseil Général comme acteur de la Mobilité a pu exprimer ses analyses et ses attentes (notamment sur le pôle gare).

 

P1060600

Le "Bus" à Mayenne dont l'évolution est attendue prochainement sous la forme d'un réseau

 

Château Gontier fonctionne à l’inverse, alors que Mayenne a choisi la transparence, c’est l’opacité puisque même des élus de l’agglomération n’ont pas accès aux informations… Le domaine du transport étant un dossier très technique, il est pour le moins curieux que ce dossier reste la « chasse gardée »de quelques élus quelle que soit leur place au sein de la Communauté de Commune.

Il est quand même utile de souligner que pour Mayenne, même l’opposition municipale  participait au comité de pilotage élargi et donc à la réflexion du projet.

 

Concernant le fond maintenant : Il est curieux de constater que le transport est considéré avec une approche cloisonnée. C’est un écueil qui démontre bien que l’improvisation n’a pas sa place. Le transport public fait parti d’une chaîne des transports qui englobe l’ensemble des modes de déplacement. Les études et l’usage montrent que pour répondre aux différentes contraintes (hausse des carburants,  pollution, restriction des finances publiques, baisse des ressources…) les réponses à apporter aux usagers doivent être diverses et variées. L’intermodalité doit occuper une place prépondérante dans ce cas.

 

imm002-3a.jpg

Pour chercher les transports collectifs à Château Gontier ... il faut trouver ceux du CG53 (Château Gontier, rue Thiers)

 

Il est inconcevable en effet de cloisonner les scolaires sur les modes doux et le ramassage scolaire et les personnes âgées sur le bus ou sur le Transport à la Demande (TAD).

C’est caricatural …

 

De même l’exploitation doit reposer sur l’innovation  (information multimodale, application téléphonique …) mais aussi sur des méthodes fiables (le cadencement) et un réseau.

 

La taille de la ville ne doit pas être un frein car beaucoup de villes moyennes disposent d’un réseau. Le Transport collectif répond également à d’autres usages que la seule mobilité, c’est avant tout un lien social et un service public…qui doit être intégré à toutes les réflexions urbaines et non juxtaposées sur un plan de ville…

Le coût d’exploitation ne doit pas non plus être le seul critère d’analyse même si l’on résonne en terme « économique » …

 

 

A  suivre  

image003-copie-2

Les grands groupes privés gérent bien de nombreux réseaux de TC...

C'est bien parce que le seul critère économique n'est pas la seule variable pris en compte...

Et la gestion directe existe aussi ... (autobus de la TAN)

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Mayenne
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 07:00

nv logo fnaut

 

Paris, le 27 juin 2013

 

Communiqué de Presse

 

Rapport de la commission Mobilité 21 : trop de routes, une ambition ferroviaire trop limitée

 

 

Malgré une démarche apparente de rationalisation des choix, la commission n’a examiné les projets qu’au cas par cas, sans dégager une vision globale.

 

Elle a manqué d’ambition en ignorant les possibilités offertes par la fiscalité écologique, pourtant exploitée avec succès par nos voisins suisses. Enfin, tout en rappelant la nécessité d’une «transition écologique et énergétique», elle a retenu des projets routiers pléthoriques : la situation énergétique et environnementale exigeait une véritable priorité au rail et non un blocage des investissements ferroviaires, grande vitesse et fret, à un niveau insuffisant.

 

La FNAUT approuve plusieurs aspects des propositions de la commission Mobilité 21 :

 

+ la hiérarchisation des projets, totalement absente du Schéma National d’Infrastructures de Transport publié par le gouvernement Fillon ;


+ l’attention portée à la modernisation des infrastructures existantes, à la prévention de la saturation des grandes gares ferroviaires et de l’axe Paris-Mantes, et à l’amélioration indispensable de la desserte des ports ;


+ l’élimination, par « report à un horizon lointain », d’un certain nombre de projets inutiles, voire fantaisistes: autoroute A51 Grenoble-Sisteron, LGV Poitiers-Limoges, canal Saône-Moselle, «barreau ferroviaire est-ouest» Lyon-Limoges…


tgvrhone 

La FNAUT regrette cependant que la commission se soit essentiellement fondée sur une dépense de 8 à 10 milliards d’euros d’ici 2030 (scénario 1) et n’ait pas envisagé une extension des moyens financiers disponibles.

 

Or il suffirait d’une hausse d’un centime par litre des taxes sur le diesel pour passer à une dépense de 26-28 milliards (scénario 2) permettant de retenir des projets justifiés par l’importance des métropoles à desservir et les effets des transferts modaux attendus.

 

Les priorités de la commission dans le cadre de ce scénario 2 sont très contestables :

 

+ La commission retient, sous prétexte de désenclavement, un grand nombre de projets autoroutiers qui s’ajouteraient aux projets très coûteux de modernisations d’itinéraires routiers (PDMI). Mais qui peut encore croire qu’une autoroute va garantir le développement local ?


+ Le maintien des projets A45, A31-bis et des grands contournements de Strasbourg, Lyon,… est aberrant: si les routes et autoroutes existantes sont engorgées, c’est par un trafic de proximité qui ne pourra être absorbé que par des transports collectifs ferroviaires et routiers plus efficaces.


+ Seule la LGV Bordeaux-Toulouse est envisagée. Ce choix prioritaire est judicieux. Mais il est très regrettable que le projet POCL soit reporté malgré sa double fonction de doublement de la LGV Paris-Lyon, dont la saturation est prévue dès 2030, et de desserte du centre de la France.


+ La commission a manqué d’une vision « réseau » en ignorant la possibilité de créer à moindre coût, à partir du POCL, des transversales performantes Lyon-Rennes/Nantes et Lyon-Strasbourg. Le report de la VFCEA, opération exemplaire de maillage du réseau ferré, est incompréhensible.


+ Enfin la commission a manqué d’une vision européenne en reportant la LGV Montpellier-Perpignan et le prolongement Est de la LGV Rhin-Rhône.

 

Contact presse : Jean Sivardière, président de la FNAUT, 04 76 75 23 31

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT en France
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 07:00

images eelv

Communiqué de Presse                                                                                                                                      26/06/2013

 

 

Non réouverture de la ligne La Flèche-La Suze :

Quid du service public des transports pour tous ?

 

 

Les élu-e-s EELV du Conseil régional des Pays de la Loire est en désaccord avec la décision de ne pas réouvrir la ligne de train La Flèche - La Suze.

 

Une décision politique qui risque de conforter l’enclavement et éloigne les habitants d’un service public des transports, pourtant facteur d’intégration sociale et professionnelle.

 

Pour les élu-e-s écologistes Marie-Laure Motreuil et Michel Perrier, membres de la Commission Transport «L’étude qui motive cette décision est discutable. La comparaison en termes de temps s’appuie sur un tram-train alors qu’un TER permet de faire le trajet en 35mn, soit un gain de temps de 10 à 15mn par rapport à un autocar». Sophie Bringuy, élue écologiste sarthoise, poursuit : «L’argument démographique… n’en est pas un ! Le potentiel de voyageurs est comparable à d’autres lignes du territoire comme Nantes Cholet par exemple.»


inaugurationmayennemov2005.jpg

Inauguration fictive de la ligne Laval / Mayenne par EELV en présence d'élus socialistes. Ce projet

contribuerait également a réduire la fracture actuelle entre le centre et les territoires périphériques

 

Pour les écologistes, ce choix intervient à contretemps de la remise du rapport de la Commission 21 chargée d’étudier le Schéma National des Infrastructures de Transport.

 

En effet, les conclusions pourraient remettre en cause des projets d’infrastructures, comme l’A831 ou la ligne Rennes Nantes, par exemple. Si tel était le cas, les écologistes encourageraient un redéploiement des budgets vers des projets d’aménagements pour l’ensemble du territoire ligérien.

 

Ces projets, desquels on ne peut exclure la ligne La Flèche-La Suze à moyens termes, permettraient de réduire la fracture actuelle entre le développement de l’hyper-métropolisation et le déclin des territoires périphériques.


Repost 0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 07:30

 header article tmpphpeXqA05

 

Le Président de l'AUT, Jean-Paul Juillet répond aux questions d'une journaliste de Ouest France.

Alors qu'en Sarthe et en Mayenne, des associations et des collectifs militent pour la réouverture de lignes ferroviaires au trafic fer en Vendée, l'AUT continue son action pour faire aboutir une promesse électorale... non tenue.

 

Pour les usagers du transport : il n'y a rien de concret ...

 

logo-ouest-france

 

 

L'association vendéenne demande toujours la réouverture de la ligne SNCF Fontenay-Niort ...

Et souhaite un arrêt à Velluire.

 

 

Deux questions à ...  Jean-Paul Juillet, Président de l'Association des Usagers du Transport de la Vendée.

 

 

Où en est-on de la réouverture de la ligne Fontenay-Niort ?

 

C'est toujours au point mort. On est passé d'une convention État-Région, qui estimait la réouverture à 8 millions d'euros en 2007, à une étude réalisée ensuite par Réseau ferré de France (RFF), qui estimait les travaux nécessaires à 43 millions d'euros. Le vice-président de la Région chargé des transports dit que le projet n'est pas enterré à condition que toutes les collectivités participent financièrement. Mais ni le Département de Vendée ni la ville ou l'agglomération de Niort ne veulent y participer.


P1100570 

Et les travaux sur la ligne Bordeaux-Nantes, entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle ?

 

Cet hiver, 6 000 traverses ont été remplacées, soit une sur 40. Ces travaux étaient faits seulement pour éviter une plus grande détérioration. Nous aurons, en octobre, le résultat de l'étude globale d'Inexia, la filiale de RFF, sur ces travaux de modernisation et une précision du coût en fin d'année. RFF ne va pas engager des travaux, pour une ligne peu utilisée, si les collectivités ne paient pas.

 

Nous continuons à défendre un arrêt du TER à Velluire car il n'existe pas de halte entre Luçon et La Rochelle. Nous sommes satisfaits que le conseil de développement de Fontenay-le-Comte ait adressé un courrier aux élus des régions Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Aquitaine demandant le maintien de la double voie, sa modernisation et la création d'un arrêt à Velluire.


P1100556 (1)

La gare de Velluire

 

Enfin, concernant le guichet SNCF de la ville, il ne reste plus qu'un seul employé depuis mars. L'autre a été mutée. Au 31 décembre 2014, la SNCF arrêtera de financer ces bureaux de ville, c'est dans le projet SNCF vision 2015. Nous continuons à nous battre pour le maintien du guichet avec une présence humaine.

 

Propos recueilli par Sophie CAPELLE

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Vendée (AUT 85)
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 07:15

Mais ne désarme pas ...

logo2

 

Suite aux conclusions négatives de l’étude sur la réouverture de la ligne La Flèche La Suze et aux déclarations du Président de la Commission Transport le Collectif Fléchois a décidé de réagir.

 

Quelques observations contestables !

 

Les justifications données sont que le nombre de voyageurs / jour potentiel est trop faible par rapport à d’autres projets situés dans des  zones plus urbanisées et que le coût de remise en état de la ligne est prohibitif. (80 millions pour un tram-train et 140 millions pour un train classique).

 

Pour le Collectif :


+ cette étude minimise le nombre de voyageurs/jour potentiel, elle ne prend pas en compte les habitants des communes situées à plus de 5 km de la ligne et elle s’apppuie sur la fréquentation actuelle par bus alors que, comme le demontre le petit sondage réalisé par le Collectif, le train a une attractivité très supérieur au bus.


+ Les coûts pour la reconstruction de la ligne sont surévalués. L’étude prend comme point de départ l’ancienne gare alors que le Collectif  propose de démarrer la ligne de la route des Mollans derrière le Carrefour Market ce qui évite la remise en état de 3 à 4 km de ligne ainsi que de 3 passages à niveau et deux ouvrages d'art  (2 ponts qui sont à reprendre).


P1020396L'ancienne gare de la Flèche


Les coûts sont établis à partir du seul choix de l’électrification de la ligne, ce qui ne semble ni indispensable ni judicieux car il existe du matériel bimode tout à fait adapté à ce type de circulation (électrification sur Le Mans / La Suze et traction thermique jusqu'à La Flèche). Elle a un inconvénient majeur car le choix "tout électrique" augmente fortement le prix du km de ligne.

 

+ La seule prise en compte du rapport coûts/ nombre de voyageurs potentiel condamne de façon inexorable les territoires ruraux. Ces critères pénalisent ces territoires car ils ne peuvent pas «rivaliser» avec des territoires plus densément peuplés !

 

 

Pour prendre connaissance dans la presse: voir

L’interwiev de G Bontemps est écoutable sur www.lafrap.fr  à la rubrique frap info

Repost 0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 23:30

images

 

Communiqué de presse étoile ferroviaire du Mans

25/06/2013


Gilles Bontemps, Vice-Président de la Région Pays de la Loire, président de la Commission « Infrastructures, transports et déplacements », a présenté mardi matin aux élus sarthois, l’étude de définition et de faisabilité de mise en œuvre de dessertes périurbaines sur l’étoile ferroviaire du Mans. Il a également abordé l’analyse socio-économique menée sur l’opportunité d’un service ferroviaire sur la ligne La Flèche-La Suze (Le Mans).

 

"L’analyse socio-économique menée sur l’opportunité d’un service ferroviaire sur la ligne La Flèche-La Suze (Le Mans) a également été abordée avec les élus sarthois. Les flux de déplacements insuffisants du secteur La Flèche-La Suze vers le Mans ne constituent pas aujourd’hui un volume de déplacements permettant de justifier les investissements très lourds dans les infrastructures (entre 82 et 142 M€ selon le mode ferroviaire retenu). De plus cela conduirait dans tous les cas à un temps de trajet estimé aujourd’hui à 55 minutes en moyenne, supérieur à celui de la ligne d’autocar régionale, reliant La Flèche au centre-ville du Mans (45 à 50 min).


P1100634

La solution Tram Train est encore mise en avant ...

 

Aujourd’hui, la ligne autocar Le Mans/La Flèche/Saumur propose 12 allers-retours par jour. A l’horizon 2015, la ligne autocar passera à 15 allers-retours quotidiens, c’est-à-dire 1 autocar toutes les 30 min, un niveau d’offre qui ne pourrait pas être atteint par le train. La réouverture de la ligne ferroviaire La Flèche-La Suze n’est à court terme pas envisageable. La Région entend néanmoins préserver les conditions de sa réouverture éventuelle si le contexte socio-économique évoluait à moyen-long terme."

 

Pour le président de la commission infrastructures, transports et déplacements au conseil régional des Pays de la Loire, les conclusions de l'étude ne sont pas favorables. Elles précisent entre autre que  « Les flux de déplacement insuffisants du secteur La Flèche-La Suze vers Le Mans ne constituent pas aujourd’hui un volume de déplacements permettant de justifier les investissements très lourds dans les infrastructures, à savoir entre 82 et 142 millions d’euros selon le mode ferroviaire -train ou tram-train - retenu », ne permettent pas d'envisager la réouverture de la ligne ferroviaire La Flèche-La Suze.

 

Quand on veut noyer son chien ... on dit qu'il a la rage... Quand la Région veut torplller le projet de réouverture d'une voie ferrée en Pays de la Loire, elle évoque les passages à niveau, le Tram Train et son coût pour la collectivité ...

Repost 0
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 07:30

cropped-TousAVeloLeMans20051logo-cyclamaine.gif

Découvrez Le Mans... à vélo grâce à Cyclamaine...

Visites guidées :

Le 4 juillet : Au fil des moulins…
Le 18 juillet : Au fil du patrimoine industriel…
Le 1er Août : Mancelles et maisons de ville…
Le 29 Août : Immeubles de ville et nouveaux quartiers…

départ: 19h place de la république, au débouché de le rue de Bolton
Participation: 6€ ou 3€ (adhérents Cyclamaine)
Contacts: Cyclamaine au 06 84 50 25 13
Inscriptions: office de toutisme du Mans

Visites Cyclamaine : (gratuites)

Le 11 juillet : chez un boulanger bio
Le 8 Août :  une cidrerie, avec dégustation de cidre

Avec la participation de le Mans Métropole

Site internet  de Cyclamaine

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans A bicyclette
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques