Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 10:00


Découvrez le quizz de la FNAUT ...

Ce  n'est  pas l'Eté mais les vacances pour certains, aussi pour détendre l'atmosphère alors que les "nuages" s'accumulent  voici une plaque énigmatique...  Où-est-elle ? Quel appareil est-ce ? C'est semble -t-il dans une gare ? Quel poids a le chef de gare dans la décision d'usage ?

Participez... Un jeu sans obligations de dépenses, qui n'entame pas votre pouvoir d'achat sauf si vous adhérez à la FNAUT... 

Une énigme pour les vacances ...
Partager cet article
Repost0
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 08:00

Daté du 5 mars mais reçu vers le 24 mars, voici la réponse du candidat socialiste Guillaume GAROT à la mairie de Laval et actuellement maire de la préfecture de la Mayenne. 

L'intêret de la publier réside dans le fait qu'il est devenu depuis le 1er magistrat de la ville et qu'il devrait occuper la présidence de Laval Agglo.


53-01, Laval 

 

 

 

titulaire

titre

 

Questionnaire transmis le

 

Guillaume GAROT

Tout Laval en mouvement

Gauche Unie

Le 1 mars (directement en main propre ) + courriel

 

 

François d’AUBERT

Agir ensemble pour Laval

UMP -UDF -MD

Le 1 mars (directement en main propre ) + courriel

 

 Geneviève  BOUGARD

Lutte Ouvrière

LO

 

 

Abdelkader MASRAF

Laval, c’est ma ville aussi

Miqpi -LCR

Le 1 mars par courriel

 

 

Bruno BERTIER

Changer d’ère 
Démocrates pour Laval

Démocrate
centriste

Le 1 mars (directement en main propre ) + courriel

 

 

J'ai bien reçu votre courrier relatif à la politique des transports de Laval et de son agglomération.

 

Pour préparer notre avenir, je souhaite faire de Laval une ville référente en matière d'écologie d'ici à 2020. Dans ce sens, je propose une nouvelle politique des transports. Je suis convaincu que cette nouvelle politique est nécessaire pour améliorer notre qualité de vie et faire de Laval une ville plus agréable.

1 – Généralités

1.      Quels sont les grands axes de la politique des transports que vous mettrez en place si vous êtes élus sur LAVAL et au niveau de l’agglomération ? 
 

Laval a pris du retard. Dans de nombreux quartiers, la vitesse des voitures, le stationnement, la sécurité des piétons font l'objet d'inquiétudes et d'interrogations. Certains points noirs sont apparus : pont de Pritz, pont d'Avesnières, place du 11 novembre. Je souhaite poursuivre deux objectifs: mieux se déplacer à Laval et dans l'agglomération, mieux répartir l'espace entre tous les modes de transports.

2.      L’Agglomération lavalloise a atteint la taille de 100 000 habitants, seuil d’élaboration d’un PDU (Plan de Déplacement Urbain). Quand ce dernier sera t-il élaboré ? De quelle manière ? Quels seront ses objectifs ? 

Je propose un grand plan Transports Doux qui comprend un service de bus amélioré et modernisé, un vrai réseau cyclable sécurisé et un engagement sécurité piétons (rénovation des trottoirs, itinéraires sécurisés...).

Cette nouvelle politique des transports s'appuiera sur un Plan des Déplacements Urbains qui fait aujourd'hui défaut à notre agglomération. Ce plan devra être élaboré en concertation avec toutes les communes, les représentants d'usagers et les associations concernées.

2 -- Transports en commun

3.      Les TUL ont transporté 7 008 641 voyageurs en 1998, 10 ans plus tard le réseau stagne autour de ce chiffre de 7 000 000 de voyages alors que le périmètre de transport est passé de 6 à 20 communes dans le même temps. Comment expliquez-vous cette situation alors que la circulation a augmenté et de nouvelles voiries ont été construites? 

4.      Les conditions de transport se sont dégradées et la fréquentation sur le réseau a baissé. Comment comptez-vous endiguer cette situation ?

  5.      Avec-vous l'intention de favoriser l’intermodalité ? De quelle manière ?

Le service des TUL ne répond plus aux besoins d'une agglomération de 100 000 habitants. De nombreux Lavallois préfèrent utiliser leur voiture faute d'un service de transport en commun adapté et rapide. Le renouvellement du contrat entre la communauté d'agglomération et le gestionnaire du réseau est actuellement en cours. Je défends plusieurs propositions pour rendre les TUL attractifs et plus rapides :

-  Créer une ligne de bus circulaire entre quartiers ;

-  Améliorer l'amplitude horaire le matin et le soir ;

-  Renforcer la fréquence et développer le cadencement des lignes principales ;

-  Développer les dessertes des communes périphériques.

3 – Stationnement

Etes-vous d'accord :

6.      Pour décourager le stationnement des déplacements quotidiens domicile travail ? Et ne pas réaliser de parcs de stationnement en centre ville supplémentaire ?

Aujourd'hui, de nombreux espaces publics sont utilisés pour le stationnement des voitures. Hormis le parking sous-terrain place de Hercé, qui permettra de libérer de l'espace en surface, je ne souhaite pas créer de parkings supplémentaires.

Parallèlement à l'amélioration du service des TUL, il convient de permettre aux automobilistes de laisser leurs voitures aux portes de la ville. Ainsi, je propose la création de deux parkings relais, route de Tours et au Foirail, reliés au centre-ville par des navettes rapides. Ce nouveau service sera d'abord expérimenté lors des illuminations de décembre 2008.

Gare et infrastructure routière

4 – Gare et infrastructure ferroviaire

7.      Comment comptez-vous renforcer l’attractivité de la gare de Laval ?


Le développement de la gare de Laval est essentiel pour le dynamisme de notre ville. Je propose d'y développer des activités tertiaires. Au-delà, pour être attractive, la gare doit s'intégrer dans l'organisation des modes transports au niveau de l'agglomération, en renforçant l'intermodalité (correspondances bus/train, création de parkings à vélo...).

8.      Avez-vous un avis sur le dossier TGV? La « virgule de Sablé » est-elle un atout ou un handicap pour LAVAL ?

La construction prochaine de la ligne à grande vitesse est un enjeu majeur pour l'attractivité de notre agglomération et de toute la Mayenne. D'ici à 2012/2014, nous devons être prêts pour relever ce défi et faire de « la grande vitesse » un levier pour le rayonnement économique et culturel de notre ville.

La virgule de Sablé est un projet très intéressant que je défends depuis plusieurs années. Rapprocher Laval de Nantes répondrait aux attentes de nombreux Lavallois et Mayennais. Ce serait également un outil pour que Laval profite mieux du dynamisme économique de la Région.

5 – Démocratie participative

9.     Remettrez-vous en place un conseil de Développement à Laval dont l’existence a été éphémère ?

Je souhaite rompre avec les pratiques actuelles pour favoriser la mobilisation des acteurs locaux et des citoyens. Si je suis élu maire, je proposerai au prochain conseil communautaire la création d'un vrai conseil de développement associant les représentants des entreprises, des salariés, des associations.

10.  Seriez-vous favorable à la participation des associations en amont des projets?

Au-delà, je m'engage pour associer les citoyens et les associations aux projets de la ville. Je suis convaincu que la concertation et le dialogue sont utiles pour être efficace et répondre aux attentes des habitants.


Je reste à votre entière disposition et vous prie de recevoir, Monsieur le Vice-président, mes plus cordiales salutations.

 

 Guillaume GAROT

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 12:00

Le Prix du  Pétrole pousuit sa lente augmentation vers les sommets. Après les 100$, voilà qu'il aborde les 110$.

Et ce n'est qu'un début ...

Mercredi soir un nouveau record a été établi tant à Londres qu'à New York pour "l'or noir". Respectivement le baril de Brent a atteint 109, 39 $ et 112,04 $  dans les deux places boursières
.

Cette hausse ne peut qu'inciter les collectivités à revoir l'urbanisme et les plans de déplacements. En matière de TER, il est urgent que RFF réforme  sa politique qui vise  à pénaliser les arrêts TER (DRAG).
Plus un train s'arrête plus il coûte cher à la collectivité ! Si cela peu être acceptable pour les TGV,  il n'en est rien pour les TER dont la qualité de l'offre (dont le nombre d'arrêts) créee l'usage.


Entre Sablé et la FLèche la nouvelle structure hospilalière : le pôle santé Sarthe et Loir a ouvert ses portes en novembre 2007. Le projet de rassemblement des hôpitaux de Sablé sur Sarthe et La Flèche est situé à coté de.... la sortie autoroutière sur l'A11.
Vous prendrez bien une petite dose d'autoroute... C'est bon pour le développement durable....

Partager cet article
Repost0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 08:00
Retour sur le Comité des lignes  Le Mans / Laval...

L’ambiance n’était pas à la fête pour la SNCF lors du dernier Comité des Lignes Le Mans / Laval / Rennes, Laval / Nantes et Laval / Angers qui se déroulait à Sillé le Guillaume  le 27 mars  dernier

 

Le lieu prédisposait a un échange et une explication entre  les usagers très remontés contre les trains TER supprimés en cascade, en retard, en surcharge au départ du Mans notamment et l’exploitant la  SNCF qui de fait ne remplit pas son contrat de transport et qui n’avait sans doute pas pris la mesure du mécontentement.

Le Mans / Laval : deuxième ligne ferroviaire sous surveillance en Pays de la Loire


Car devant l'ampleur de la situation, l
a réaction de la Région ne s’est pas fait attendre : Gilles BONTEMPS, vice président de la Région en charge des transports décidait et annonçait devant le représentant du  Directeur Régional,  médusé et mécontent de la tournure des événements de placer la ligne Le Mans / Laval sous surveillance.

 Même traitement de choc donc que la ligne Le Mans /Tours (voir http://www.fnaut-paysdelaloire.org/article-5608906.html). D’ailleurs  cette situation est forte inconfortable pour les differents acteurs car l’information n’a pas filtré que se soit de la part des services de la Région, ou que se soit de la part de la SNCF et pour cause. Pour l'exploitant c'est un camouflé. 

Cela fait la deuxième ligne placé
sous surveillance, en Pays de la Loire, la SNCF est sommée d’avoir des résultats et de remplir son contrat  de transport sinon la Région  qui paye la SNCF pourrait ne plus être aussi généreuse. Cette situation intervient alors que la nouvelle convention vient d'être signée et qu'à l'heure où nous écrivons nous n'en connaissons pas la teneur : y - a - t'il un bonus malus ?  


Gilles Bontemps (à gauche sur la photo) pilote l'ensemble des Comités de ligne des Pays de la Loire, ici lors de l'AG de la FNAUT à Ancenis qui avait été marquée par sa présence.
  
Cette décision devrait néanmoins avoir des incidences positives sur la réduction des situations perturbées sur cette ligne. Encore faut-il que la SNCF et la Région s'accordent sur la définition d'une situation perturbée? 

Autres constats : faute de temps, les problèmes et les améliorations sur les autres lignes, notamment routières,  n’ont pu être abordés. La prise en considération des doléances de la partie mayennaise semble ne pas avoir été apprécié  avec la même importance que celles de la Sarthe.

Il faut dire également que la fréquence de ces réunions (une tous les ans) ne permet pas d'aborder toutes les doléances. Cela permet surtout à la Collectivité d'inonder l'assistance d'informations sur la politique Régionale des transports, certes intéressantes et d'autant plus riches que le retard dans ce domaine est important et que les réunions sont peu fréquentes mais elles ont pour effet d'être très consommatrices de temps au dépens de l'info du terrain. 

Le cadencement a été évoqué ainsi que l'augmentation des circulations qui seraient portées à 17 allers/ retours  pour l'horizon 2020, sans indication d'échéancier.

La FNAUT a réaffirmé  la nécessité d’obtenir des arrêts supplémentaires à Neau pour prendre en compte non seulement le besoin des populations mais également  le développement des pavillonnaires et de la hausse du prix du pétrole. Une demande appuyée par une pétition des usagers qui réclament que les trains s'arrêtent dans cette gare.


Elle a regretté également la décision par la Région, de supprimer un arrêt en gare de Louverné alors que cette gare proche de Laval assurerait une desserte péri-urbaine si une information adéquate existait ce en quoi la Région devrait remédier prochainement.


Espace Gare de Louverné : les lotissements pavillonnaires poussent comme des champignons alors que la gare était isolée auparavant. L'arrêt "gare" est situé au niveau des clotures bétons marquant l'emplacement de la gare détruite dans les années 70. lE périurbain est en marche...    

Les sujets récurrents : accessibilité des TGV de fin de journée pour les abonnés TER et unification des fiches horaires pour la ligne Le Mans / Rennes entre les régions Bretagne et Pays de la Loire ont été réclamés également. Avec les mêmes réponses aussi dogmatiques de la part de la SNCF pour les TGV alors qu'en Bretagne les abonnés régionaux ont cette possibilité (http://www.fnaut-paysdelaloire.org/article-12311573.html) .


Suite au prochain numéro...

Partager cet article
Repost0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 08:00

En effet  quelques remarques sont à faire...

Une desserte lente pour Châteaubriant, et donc moyennement incitative
  :

De Sucé à Châteaubriant (47 km), il n’y aura que 3 gares intermédiaires seulement. Il aurait été souhaitable de disposer de matériels plus rapides pour cette desserte en rase campagne. Les temps de parcours jusqu’à Châteaubriant ne vont pas être exceptionnels : de l’ordre d’une heure (pour 64 km), même s’ils sont  meilleurs que ceux des autocars actuels.

 

Pas de liaison directe Nantes Rennes : un occasion manquée

Les deux tronçons Rennes Châteaubriant et Nantes Châteaubriant utiliseront  des matériels différents. On devra donc « transborder » à Châteaubriant pour monter dans les automoteurs de la Région Bretagne ! si on veut poursuivre le voyage.

 

Le tracé Nantes Rennes par Châteaubriant,  plus court que le tracé actuel par Redon qui demande 1h 15, pourrait  être amélioré et parcouru par  des automoteurs classiques, aptes aux 160 km/h. Ces liaisons directes auraient  intéressé au moins les banlieusards concernés des deux agglomérations, sinon l’ensemble des agglomérations.

 

Les Régions étudient une ligne nouvelle Nantes Rennes, qui risquent de prendre du temps avant réalisation vu les financements à dégager (un milliard ?). Ne pouvait-on pas faire d’une pierre deux coups ? jumeler au moins partiellement desserte locale et axe rapide ? Il n’y a apparamment pas eu de débat sur la question.

 

Un « sous-réseau », un tronçon exclusivement à usage péri urbain ?

Les caractéristiques de la voie ne sont pas données. Nantes Châteaubriant pourra t’il accepter tous les trains, et en particulier les trains  lourds ? et  ainsi  compléter et mailler le réseau existant ? permettre l’implantation d’activités nouvelles raccordées ? être utilisée comme voie de secours en cas de difficulté ailleurs ?

 

Cette réouverture doit donc être saluée (il y en a encore peu malgré l’explosion de la demande périurbaine et l’urgence climatique) mais n’y avait il pas moyen

 

1     d’une meilleure coordination interrégionale ?

2     d’une intégration complète dans le réseau national ?. N’est-ce pas le rôle de l’Etat et de RFF de maintenir la cohérence du réseau (et donc d’intervenir dans les programmes régionaux qui peuvent s’intégrer dans un réseau interrégional/national),  d’avoir une vision d’avenir  laissant ouverte toutes les options ? Pourtant RFF et l’Etat participent au financement.

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 07:19

L'information fait déjà l'évènement : la ligne Nantes Châteaubriant  réouvre bientôt. Officiellement la date retenue est 2010.  Le site  officiel précise d'autres élèments  : http://www.reouverture-nantes-chateaubriant.fr/

 Définition du projet  : les grandes lignes...

La Région prend en charge une bonne part de l’investissement : 30 % de l’infrastructure (estimée à environ 160 millions €) plus le matériel roulant :  tram train de 96 places assises, le double « en charge », capable de rouler à 100 km/h.

Le Département , non compétent en théorie pour le ferroviaire,  est en pointe pour les alternatives à la route : il a choisi de reporter les crédits prévus pour un doublement de voie entre  Sucé et Nort sur Erdre pour investir dans l’alternative ferroviaire (pour 40 millions environ, soit 27% de l’investissement).

Nantes Métropole apporte 9,7%,  l’Etat 24%, le solde devant venir de RFF, de la SNCF, de l’Europe.

 

                                      Le Tram- Train présenté dans le journal des Pays de la Loire

Les dessertes
 

 Les dessertes varieront en fonction de l’éloignement de Nantes :

1 /    Nantes  / Sucé ( 17 km), 23 AR quotidiens, soit toutes  les ½  heures en heure de pointe pour desservir la première et deuxième couronne de l’agglomération, avec 5 arrêts intermédiaires, éloignés en moyenne de moins de 3 km

2    Sucé / Nort sur Erdre (12 km), 14 AR quotidiens. La demande de la commune de Casson, de disposer d’un arrêt entre Sucé et Nort a été écartée : la commune est à l’écart de la ligne et les utilisateurs risquent d’aller directement à la gare de Sucé où la desserte sera plus fréquente. La Fnaut n’avait pas appuyé cette demande consciente que les risques de favoriser l’étalement urbain n’étaient pas contrebalancés par des avantages importants en terme de service aux usagers et de transfert modal.

3     Nort sur Erdre / Chateaubriant (35 km), 5 AR quotidiens depuis Nantes, sera réalisé en 2ème phase, mais dans la continuité. Au terminus, la ligne retrouve la liaison fer vers Rennes, qui n’a jamais été fermée.

 Pour la visite réelle de la ligne , un Blog vient de se constituer  ayant pour but de réaliser un suivi des travaux de réouverture de la ligne Nantes - Chateaubriant ...  Donc à voir : http://reouverture-ligne-nantes-chateaubriant.over-blog.com/
 

Cette réouverture de ligne, que nous saluons et avons appuyé ( nous nous sommes même opposé à la fermeture au trafic voyageur de la ligne en 1980 !), comporte cependant quelques aspects moins  favorables que vous découvrirez demain sur le Blog.

                                                                                                                                              à suivre

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 19:26

Et de Trois...  

La 3ème réunion du Comité de ligne des axes  : "Le Mans - Laval - Vitré - (Rennes) / Laval - Angers / Laval - Nantes" se déroulera  le  :

jeudi 27 mars 2008 à 18 heures
au Centre Culturel Maurice TERMEAU
à Sillé Le Guillaume

Si vous avez des observations, des réclamations, n'hésitez pas, la FNAUT y sera !

Partager cet article
Repost0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 11:00

...l 'Etat se sert en premier...

Un dividende versé à l’Etat par la SNCF :
la FNAUT fait part de son incompréhension et de son inquiétude

 

Selon le ministère de l’Economie et des Finances, cité par le Journal du Dimanche du 16 mars 2008, la SNCF va verser à l’Etat un dividende (qui pourrait se monter à 150 millions d’euros) au titre de son exercice 2007, au cours duquel le groupe SNCF a dégagé un bénéfice de 930 millions d’euros.

Cette information suscite l’incompréhension, car la SNCF n’est pas une entreprise industrielle ordinaire tenue de rémunérer son actionnaire.



L'état du réseau necessite déjà des moyens financiers supplémentaires pour régénérer les voies ferrées hors d'âge  (train de travaux en gare d'Angers)

Elle suscite l’inquiétude car, manifestement, l’Etat sous-estime l’ampleur de l’effort financier qui est nécessaire pour mieux répondre aux exigences de service public, d’aménagement du territoire et de sauvegarde de l’environnement exprimées par les voyageurs et les régions.


Le Chef de l’Etat vient, dans une lettre de mission datée du 27 février, de fixer au nouveau président de la SNCF des objectifs sociaux et écologiques ambitieux, en remarquant qu’ils exigeaient « la mobilisation de moyens financiers supplémentaires de l’entreprise ».


Parmi ces objectifs, figure celui de « faire des déplacements ferroviaires quotidiens un nouveau modèle de service public ». Sa réalisation suppose que la SNCF puisse moderniser ses gares et son matériel roulant, étoffer et fiabiliser ses dessertes de proximité (Transilien, TER, Corail Intercités), en Ile de France comme en province.


Dans ces conditions, on comprend mal que l’Etat, pour alimenter son budget général, cherche à priver la SNCF de moyens dont, sauf à s’endetter dangereusement, elle a un besoin impératif pour atteindre des objectifs qu’il a lui-même fixés.


Cette décision augure mal de sa volonté de mettre en œuvre les préconisations du Grenelle de l’environnement, qui supposent un effort sans précédent pour développer les performances et l’attractivité du rail.

 

Paris, le 18 mars 2008

 

Jean Sivardière, président de la FNAUT

Communiqué de Presse de la FNAUT Nationale

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 12:00
Notre Dame des Landes, quelle alternative pour le développement durable ?
 
 
Miser sur le développement du transport aérien, c’est prendre deux risques :
 
1/    Ne pas répondre aux besoins du futur. La croissance du transport aérien ne va pas durer éternellement, du fait des taxes anti pollution à venir et de l’augmentation du coût du carburant. 
2/    Aggraver la pollution. Les trafics aériens ont une incidence très forte sur la pollution : l’avion est une usine à produire du CO², entre 10 et 20 fois plus que le train. Et les financements pour l’aéroport ne permettront pas de dégager les financements nécessaires pour développer les transports moins polluants.
  
 
Quelles alternatives pour l’Ouest, loin des centres européens ?
La moitié (soit 1 200 000 passagers/an) du trafic de Nantes Atlantique est assurée par des vols réguliers à destination de la France, à des distances variant entre, à vol d’oiseau 300 km (Bordeaux, Brest) et 800 km (Strasbourg, Nice), en passant par de forts trafics vers Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, etc….

Le mode aérien  : un mode trés polluant
Ces liaisons aériennes engendrent une production de CO² dépassant les 200 000 t, sans compter les approches terrestres qui se font essentiellement en voitures individuelles. C’est énorme. Tout ceci n’est évidemment pas comptabilisé dans les études d’impact de l’aéroport. 

undefinedPour concurrencer l'avion, il vaut mieux améliorer les relations TGV et Grandes Lignes pour desservir le réseau des villes
(TGV Duplex en gare de Rennes).
 
Favoriser le train pour les dessertes à moins de 800 km devrait permettre de diviser par deux ou trois ces chiffres, car l’on sait que pour des trajets de quelques heures, le train est très concurrentiel par rapport à l’avion, à qui il prend des parts de marché .
Il faudrait pour cela mettre l’accent sur les lignes à grande vitesse, (LGV) et la modernisation de quelques lignes classiques. Concrètement cela voudrait dire pour Nantes :
 
1/      Créer de nouvelles LGV : Nantes Angers est à dédoubler car proche de la saturation ; cela permettrait de gagner au moins un quart d’heure en direction de Paris, de Lyon, de Lille et de l’Est. Le passage amélioré en banlieue Sud parisienne devrait permettre de réduire d’autant les temps de trajets.
 
2/     Améliorer les lignes vers Brest et Bordeaux pour passer en dessous de 3h de centre à centre, durée pour laquelle le train est concurrentiel par rapport à un avion, qui atterrit loin du centre et bénéficierait de fréquence moindre.
 
3/     Se raccorder vers le Sud à la nouvelle LGV Tours Bordeaux, dont le compte à rebours est lancé et qui donnera accès à la péninsule ibérique, à Toulouse (la LGV Bordeaux Toulouse est pratiquement décidée) et à la Méditerranée languedocienne et catalane. Mais faut-il s’y raccorder via à Bordeaux, ce qui nécessiterait de transformer Nantes Bordeaux en quasi LGV, ou via Poitiers, plus proche, en (ré)ouvrant une liaison rapide Nantes Poitiers Limoges). L’Ouest doit réfléchir à ses relations avec le Sud de la France et la péninsule ibérique.
 
Une politique de priorité au développement durable permettrait donc de contenir ou de limiter le nombre d’avion au dessus de Nantes.

Faire de véritables choix écologiques et durables 
Les collectivités n’ayant pas les moyens de tout financer (aéroport et lignes ferroviaires), la solution d’avenir et du développement durable est de prioriser les déplacements par un mode de transport peu polluant, qui a d’autres avantages :
 
1/    Desserte fine du territoire : l’avion pousse à la concentration des fluxs et des hommes sur les métropoles, au détriment des villes intermédiaires, (Angers, la Roche sur Yon, le Mans, etc…, qui sont au contraire desservies par le train).
 
2/   Lutte contre l’étalement urbain : les trains desservent les centre ville, et sont raccordés à des transports en commun, tandis que les aéroports, en lointaine périphérie, poussent à la croissance du trafic automobile et à l’extension de nouvelles banlieues et zones d’activité impossibles à desservir avec une bonne fréquence par du transport en commun. 

Pour un désenclavement « durable »
L’Etat et les Régions doivent mettre leurs actions en cohérence avec leurs discours. S’opposer à l’aéroport maintenant, ce n’est donc pas forcément bloquer le développement de l’Ouest. Il faut organiser et mettre en œuvre avec plus de vigueur un désenclavement « durable » qui soit respectueux de l’environnement. 


 Fresque Humaine et Manifestation anti Notre Dame des Landes sur le terrain le 26 juin 2006 (photo ACIPA)
 
Partager cet article
Repost0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 07:00
Pétrole ...Pétrole...Pétrole...
 
Lundi 10 mars, le baril de pétrole a atteint pour la première fois 107 dollars sur le New York Mercantile Exchange.
Le pétrole continue ainsi sa hausse inexorable. 

Le prix de l’énergie fossile n’en finit plus de poursuivre son ascension fulgurante ce qui devrait conduire les politiques publiques en matière de transport vers une plus grande sobriété énergétique et des choix en matière d’infrastructure privilégiant les modes économique et peu gourmand en énergie. 
 undefined
La gare de Coueron en 2006. Quand le prix du Pétrole augmente rendant le déplacement en voiture impossible du fait du renchérissement , il ne reste que l'offre des tranports collectifs pour répondre  à la demande de déplacement .

Les raisons de cette hausse sont multiples et ne sont pas toujours en rapport avec les facteurs fondamentaux. La spéculation et les tensions diplomatiques accroissent la fébrilité du marché.  
Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques