Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 05:49

A quelques heures du mouvement de grève du 29 janvier 2009 un rapide tour d’horizon de la situation dans notre région s'impose.

 

Pour les transports urbains, l’UTP (l’Union des Transports Publics et ferroviaires) a annoncé que dans 77 réseaux sur les 137 réseaux interrogés par l'organisation professionnelle les organisations syndicales avaient déposés des préavis, allant de 55 minutes à 24 heures.

 

Dans les Pays de la Loire les réseaux d’Angers, Laval, Le Mans, Nantes, La Roche-sur-Yon, Saint-Nazaire sont touchée. Voir les sites internet respectifs des réseaux pour connaître l’état du trafic : http://www.cotra.fr/pages/actualites.html, http://www.tul-laval.com, http://www.setram.fr, http://www.tan.fr, http://www.sty.fr/, http://www.stran.fr/menu.htm.


Circulation d'un TUL à Laval
 

Illustration de cette situation « le réseau des TUL à Laval qui annonce une perturbation du réseau le jeudi de 10h30 à 12h00 hors manifestation ». Il est même annoncé « un bus sur 2 pour les communes de Laval, Bonchamp, Louverné, l’Huisserie, Changé et Saint Berthevin ». « Pour les autres communes de l’Agglomération Lavalloise ,les services circuleront normalement ».

 

Seule Saumur n’est pas concernées par le mouvement. http://www.agglobus.fr/evenement/index.asp?rub_code=3&thm_id=63&evn_id=73


Seules les transports urbains circuleraient sans perturbations
 

Pour les réseaux d’autocar interurbains, l’information auprès des réseaux est nécessaire. Voir

http://www.cg49.fr/themes/transports/default_transports_v3.asp

http://www.cg44.fr/cg44/jcms/c_5032/lila

http://www.lamayenne.fr/?SectionId=969

http://www.lestis72.com/detail_actu.php?id_actu=57

http://www.sovetours.com

 

Autocar des TIS
 

Trafic ferroviaire

Au niveau national, la SNCF prévoit plus de 60% de TGV et 40% des TER et Transilien assurés.

Le trafic du TGV Est ne devrait pas être perturbé, celui des TGV Nord sera assuré à 65%, celui des TGV Atlantique et Sud Est à 50%. Mais aucune circulation TGV Province province ne ciculera.

 

Seuls 30% des trains Corail seront assurés et 40% des Corail Intercités (trafic inter-régional) circuleront.


Les TER resteront-ils à quai ?

Pour les Trains Régionaux des Pays de la Loire, il est conseillé de consulter l’état du trafic dans les gares, de plus le site internet : http://www2.ter-sncf.com/pays_de_la_loire/infostrafic/index.asp donne une information détaillée par lignes ferroviaires. 

Les Usagers sont invités à appeler Info Trafic TER Pays de la Loire au 0 800 58 42 60 (appel gratuit depuis un poste fixe).

 

Destinéo (http://www.destineo.fr)

La grève du 29 janvier risque de pertuber de nombreux réseaux. Il est conseillé de se renseigner directement auprès des réseaux.


FNAUT Pays de la Loire 
 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 23:45

Communiqué de Presse de la FNAUT

A la veille d'une nouvelle journée de grève dans les transports, la FNAUT Nationale tient à réaffirmer sa position et son analyse.   

De très graves perturbations du service public sont survenues récemment sur le réseau SNCF de la gare Saint Lazare : une grève perlée des conducteurs de trains pendant un mois, à l’occasion du dernier changement de service, a été suivie, après l'agression d'un conducteur, de l'exercice du droit de retrait sans tenir compte des 450 000 usagers qui n’ont pu rentrer chez eux qu’au prix des plus grandes difficultés. Des perturbations prolongées des services TER sont encore observées en région Provence Côte d’Azur.

 
Matériels TER remisés en gare d'Angers : image récurrente du service TER pendant les grèves

Une indemnisation satisfaisante des usagers est indispensable, mais elle ne règlera pas les problèmes de fond :

  •  le blocage inquiétant du dialogue social au sein de la SNCF ;
  •  la persistance de l'insécurité dans les transports collectifs ;
  •  la disproportion, manifeste et inacceptable, entre les motivations du personnel gréviste et les conséquences de leur mouvement sur la vie quotidienne de centaines de milliers d'usagers ;
  •  enfin l’impact des grèves à répétition sur l'attractivité des transports collectifs, l’économie et l’environnement.

 

Gare routière déserte : image courante lors des grèves ? (gare routière d'Angers )

La loi Bertrand du 21 août 2007 relative au “service prévisible” est aujourd’hui contournée par de nouvelles pratiques syndicales (grève tournante, grève surprise, minigrève de 59 minutes), alors que son respect, comme on a pu le constater lors d’autres conflits à la SNCF ou dans les transports urbains, permet de mieux organiser et de faire connaître les services maintenus, ce qui est la première exigence des usagers.

 

Dans ce contexte, la FNAUT demande avec insistance :

  • à la direction et au personnel de la SNCF, ainsi qu’à l’Etat qui est son actionnaire unique, de prendre les initiatives nécessaires à la reprise du dialogue social ;
  • à l’Etat de renforcer les mesures de surveillance afin d’assurer la sécurité des usagers et des personnels ;
  • au gouvernement et au Parlement de faire évoluer la loi Bertrand afin de prévenir les usages abusifs et irresponsables du droit de grève et du droit de retrait, ce dernier ne devant être utilisé qu’en cas de danger immédiat, et d’atténuer ainsi la pénalisation imposée aux usagers.

 

Le trafic TGV sera comme à son ordinaire moins perturbé que le trafic TER ou Transilien

La FNAUT rappelle enfin que les grèves ne doivent pas occulter la dégradation des infrastructures, l’inconfort, le manque d’entretien et la saturation des matériels roulants dont ils subissent quotidiennement les conséquences, que les pouvoirs publics n’ont pas su prévenir, et que le plan de relance de l’économie doit être l’occasion de corriger.

 

Jean Sivardière, président de la FNAUT

tous les textes en italiques sont des compléments du texte d'origine 

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 07:30
A Sainte-Luce Vendredi 23 janvier 2009, les habitants de l'Est de l'agglomération Nantaise manifestaient pour une meilleure desserte

La manifestation du Vendredi 23 janvier a réuni plus de 200 personnes à Ste Luce. Les représentants de la FNAUT étaient présents dans le cortége pour défendre une meilleur offre de transports collectifs.    

"Clémentine" l'une des associations actives sur la question du transport à Sainte-Luce-sur-Loire et Thouaré-sur-Loire, à l'origine du rassemblement avait le soutien d'un élu Régional  : Patrick Cotrel, vice-président du Conseil régional et élu de la commune et auteur d'un rapport sur la question.
Les conditions de déplacement se sont dégradées entre ces communes et Nantes. Et les évolutions démographiques ne vont qu'accentuer cette situation.

source photos association "Clémentine". Dès le début de la manifestation, l'accent est mis sur l'amélioration des Transports Collectifs 

Entre Ste Luce et Nantes : des transports en commun rapides et cadencés
Les manifestants ont bien exposé les revendications pour une meilleure offre de transport public : fréquence, cadencement, développement de l'étoile ferroviaire, coordination des transports, intégration des modes doux.


source photos association "Clémentine. Au centre avec un gilet orangé, le Président de l'Association Clémentine 

Améliorer la fréquence, avant d'envisager l'arrêt d'un TER

Plus de Bus dans un premier temps avant la mise en place d'un "chronobus" en partie sur site propre qui relierait toutes les 5 minutes le tramway et Nantes. Avant la solution ferroviaire à long terme et l'implantation d'un arrêt TER à Ste Luce.  

source photo association "Clémentine : le cortège a traversé  Sainte-Luce-sur-Loire et Thouaré-sur-Loire

En attendant la réponse de Nantes Métropole sur le sujet
Et pour compléter cet article, nous vous renvoyons à un article de Presse Océan du samedi 24 janvier 2009 consultable : http://www.presseocean.fr/actu/actu_detail_-Mettre-fin-a-la-galere-quotidienne-_40310-804683_actu.Htm . Une seule coquille journalistique a relever toutefois celle d'avoir confondu Gilles Retière et Jean-François Retière


 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 07:46

Depuis le 5 janvier, la nouvelle halte routière a été mise en service à Laval .... Attention pour la visite suivez les flèches ...


En sortant de la gare, le fléchage indique la direction à prendre. Les photos de cet article  ont été prises le 29 décembre ce qui explique les scotches sur les panneaux.
A noter que ce flèchage est une nouveauté par rapport à l'information de l'emplacement de l'ancienne halte qui ne bénéficiait que d'un seul panneau de guidage dans le hall de la gare.  


Le fléchage se combine avec un marquage au sol pour le cheminement piétonnier... Nous sommes au niveau de la passerelle , en bout du Bâtiment Voyageur. Le Parking, ancien parcotrain, occupe l'emplacement qui selon les plans sera réservé aux autocars... Pour la halte routière s'est tout droit...    



Au passage, le cheminement longe les voies Sernam, dont l'une (à gauche sur la photo) pourrait être réutiliser pour le service voyageur TER ( voir
ici la proposition de la FNAUT) 


Après avoir contourné la première hall marchandise, le cheminement emprunte un couloir de grillage. 



Suivez les flèches! C'est simple il n'y a qu'à suivre les grillages


A la date du 29 décembre il ne manquait que les panneaux-totems des 2 régions Bretagne et Pays de la Loire. Pas de bancs et encore moins de poubelles ...et ne parlez pas des commodités. 



Sortie de l'esplanade de la halte routière. La route passe par un ancien quai de marchandises ...  et arrive sur la rue des 3 Régiments.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 07:34

Logo-FNE-web-little.jpg

 

Écotaxe poids lourds : halte aux exceptions

 

La Bretagne : terre d'exception ?

Des responsables économiques ont prévu une rencontre à Rennes le 12 janvier pour s’opposer à l’éco-taxe. Mais face à l’urgence, l’heure n’est plus aux exceptions corporatistes. FNE soutient les réactions de ses associations fédérées régionales qui interpellent les élus à ce sujet.

 

Les responsables économiques se trompent gravement sur l’objectif. Les experts sont unanimes, il y a urgence à agir, et les conclusions du Grenelle correspondent à un compromis national entre toutes les parties. L’heure n’est plus aux exceptions corporatistes. Le transport routier est émetteur de gaz à effet de serre (GES) dans des proportions importantes (près du quart des émissions totales). Comme les autres acteurs de la société civile, le transport routier, doit contribuer à la réduction des émissions de GES.




Faire payer le transport à son juste prix...

Pour Michel Dubromel, responsable du réseau transport et mobilité durables à FNE, « Ce n’est pas un scandale que de faire payer aux utilisateurs du transport routier une redevance d’usage du réseau (ou éco-taxe) et investir l'argent résultant dans le développement du cabotage et du fret ferroviaire, mais uniquement du bon sens. Il s’agit de l’application d’une directive européenne (2006-38) : la Bretagne ne peut pas demander à y échapper alors qu’elle inscrit son développement dans une stratégie européenne. »

 

Daniel Piquet-Pellorce, administrateur de Bretagne Vivante, ajoute : « S'il est vrai que la Bretagne occupe une position géographique particulière, elle a bien plus à gagner à se mettre au premier rang pour les investissements concernant la navigation et le fret ferroviaire qu'à s'opposer à l'écotaxe. » À titre d'exemple, concernant le poisson rendu à Rungis, l'écotaxe renchérit le prix de 0,5 centimes le kilo. Il poursuit : « Il est temps d'offrir des transports combinant activités portuaires, régionales et ferroviaires pour acheminer plus rapidement les containers qui aujourd'hui arrivent au Havre ou au-delà, encombrant la voie déjà saturée de la Manche. »

 

 


Privilégier le long terme sur le court terme.

L’avenir est à une organisation efficace d'un transport ferroviaire. Michel Dubromel conclut : « On ne peut en permanence parler de développement durable et s'insurger à la première occasion où il est proposé de privilégier le long terme sur le court terme. »

 

Le Président de la République a annoncé que « la relance économique devait être verte ». Nous estimons qu’il faut mettre à profit l'occasion que représente l'écotaxe sur le transport routier.

France Nature Environnement demande aux élus et aux responsables économiques de la région Bretagne de nous montrer leur sens des responsabilités et leur capacité à nous proposer des investissements et des organisations réellement durables.

Communiqué de Presse de FNE
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 07:58

 

A l’occasion de la mise en service de la nouvelle halte routière, l’antenne mayennaise de la FNAUT ne peut que constater que le nouvel emplacement loin de conforter l’image des transports publics, et favoriser l’intermodalité ne peut guère l’encourager.

 

Si les conditions de sécurité sont assurées, celles d’une bonne intermodalité ne sont pas réunies. Le confort est réduit à sa plus stricte expression.

 

Plus éloigné que le site d’origine sur l’avenue Leclerc puisque distant de plus 300 mètres de la gare (100 m à l’origine), invisible du seuil de la gare, accessible par un seul endroit et non situé à proximité ou sur les itinéraires d’accès de la part des usagers (scolaires, salariés…) la nouvelle halte routière est excentrée.

La nouvelle halte est reléguée dans une zone de no man ‘s land de hangars désaffectés, encadrée par une forêt de grillage (pour sécuriser l’endroit qui a souvent été squatté) et servie par un confort très spartiate (aucun abris, sans sièges, pas de marquise sauf le toit de la hall Sernam qui n’a pas brûlé) le lieu a de quoi filer le bourdon et donner une image des plus détestables des transports collectifs.

En tous cas ce n’est pas le moyen pour que les usagers apprécient les cars de la Région et du département. 

 

La FNAUT comprend tout à fait la nécessité de déplacer la halte routière d’où elle était. Elle constate que ce déplacement s’est fait suite à des plaintes de riverains mais que les usagers n’ont pas été consultés.  

 

La FNAUT mesure encore l’écart qu’il existe entre le discours et les actes. Elle ne peut que déplorer l’image que cette mise en service donne des transports publics car les usagers des autocars sont vraiment traités sans égards depuis des années autour du site de la gare avec un éloignement progressif des deux pôles.

 

La FNAUT s’interroge également, sur la nouvelle localisation tout d’abord.

Pourquoi ne pas avoir utilisé l’ancien parking parcotrain transformé en parking sauvage pour cette gare routière, alors que cet espace doit devenir à terme l’espace réservé pour les autocars?

Cette halte sera t-elle du provisoire de courte, de moyenne ou de longue durée ?

Il est évoqué une durée de 2 ans … Ce délai est inacceptable pour les usagers… Surtout quand les discours encensent ou donnent la part belle aux transports publics.

 

Il est évident que l’état des finances publiques et le déficit de 5 millions d’euros du parking de la gare ne plaident pas pour une évolution rapide du dossier mais le début d‘année est la période des vœux et l’association émet celui de voir émerger et se concrétiser très rapidement la gare routière.

 

Communiqué de Presse de l'antenne Mayennaise  

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 12:00
C'était la réponse à notre quizz de novembre.

Situés sur  Vaclavske Náměstí, le Café "Tramvaj" est constitué de deux Tramways  originaux de la ligne N°11 qui arpentait la place Wenceslas.  Situé au milieu de la place, les tramways servent d'abris et de bar pour un café en pleine air.

 


Dans le passé, il y avait une ligne de tram qui traversait la place et ce jusqu'aux années 1980. La construction du Métro dans les années 70 a modifié la physionomie des lieux. Pour avoir une idée de Prague à l'époque une visite au Musée du Tramway in Patočkova 4, au nord ouest du Hradčany (le château de Prague) s'impose.



Après la fermeture de la ligne, suite à la construction du Métro, les tramways ont été transféré à Plzen. Ils ont été restaurés et remis dans leur état d'origine. ils sont encore debout sur leurs Trucks d'origine.



Wencleslas Square, on distingue les tramways en arrière plan. 


La statue de St.  Wenceslas et le Musée National en arrière plan qui se situe en haut de la place.
Le monument est un lieu de mémoire pour le peuple Tchèque car il a été témoin des moments importants de l'histoire de la Tchécoslovaquie. 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 08:10

A l'occasion du dernier Congrès de la FNAUT au Mans les traditionnels prix ont été décernés pour reconnaître ou condamner les politiques transports des collectivités ou des élus.


Tickets verts

 

La communauté d’agglomération du Grand Dijon

Depuis de nombreuses années, elle mène une politique progressive, cohérente et déterminée de développement des modes alternatifs à la voiture (marche à pied, vélo et bus) et de maîtrise du trafic automobile. Elle vient de décider d’introduire le tramway et de commander du matériel en commun avec l’agglomération de Brest.

 

La région Midi-Pyrénées

Confrontée à la dégradation rapide de son réseau ferré et à l’insuffisance des interventions de RFF, elle a décidé de lancer un grand emprunt régional de 500 millions d’euros pour financer les travaux indispensables pour éviter des suspensions du trafic TER.

 

L'entreprise Monoprix

Elle s'est engagée dans une démarche d'approvisionnement plus écologique de ses magasins, qui s'est concrétisée en 2007 par un accord avec fret SNCF. L'objectif est de réduire de 10 000 le nombre annuel de ses camions entrant dans Paris. L'acheminement des marchandises depuis l'entrepôt ferroviaire se fait par des camions peu polluants. Cette démarche est d'autant plus intéressante qu'elle concerne des magasins implantés au coeur de la ville, notamment les “DailyMonop”.

 

Tickets rouges

 

André Vallini, président PS du Conseil général de l’Isère

Il a relancé le projet de rocade nord de Grenoble (6 km en grande partie en souterrain). La consultation de la population qu’il a organisée en juillet 2007, au moment des premiers départs en vacances, a été une parodie de démocratie participative : les opposants n’ont pas pu s’exprimer, les questions posées étaient orientées, les conclusions d’une étude de l’Agence d’Urbanisme de l’Agglomération Grenobloise démontrant la nocivité du projet (induction de trafic au détriment du tramway et du TER qui perdraient 8000 voyageurs par jour) ont été soigneusement occultées.

 

Hubert Falco, maire UMP de Toulon et président de Toulon Provence Méditerranée

Il a renoncé à une ligne de tramway décidée en 2000 dans le cadre du plan de déplacements urbains qu’il avait fait adopter, au profit d’un trolleybus guidé de moindre capacité, puis reporté la construction de la ligne après la réalisation du second tunnel routier qui doit traverser la ville de Toulon en 2012. Enfin il a décidé de ne réaliser d’ici 2015 que la moitié de la ligne prévue. Toulon est la seule grande agglomération française à ne posséder encore ni métro ni tramway.



Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 07:38
Une année nouvelle que la FNAUT espère voir placer  sous le signe de la concrétisation de nombreux projets  pour les transports publics...

Bonne Année 2009 !




Partager cet article
Repost0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 15:03


Ile de Nantes : inquietudes et propositions de la FNAUT et de l’ANDE

La FNAUT Pays de La Loire et l’ANDE, association adhérente qui s’implique pour le transport en commun dans l’agglomération, observent avec attention l’aménagement des quartiers situés entre les bras de la Loire et les débats qui s’y rattachent.


1 / Une opération d'aménagement remarquable


Les deux associations favorables à l’essor du  transport public et à sa coordination approuvent la volonté des collectivités locales et des sociétés concernées de :

  • Favoriser un site central de l’agglomération dont des quartiers ont besoin de requalification urbaine,
  • Densifier cet espace en donnant un exemple de développement opposé à l’étalement urbain coûteux en place et en énergie, et de mixité des fonctions, avec cependant un développement insuffisant des services de proximité (commerces) .

       2 / Nos inquiétudes quant aux Transports Collectifs

 

Les deux associations observent toutefois que, si les axes de transport reliant l’île de Nantes au centre actuel et à la rive Sud sont développés :

  • La desserte interne de l’île ne suscite guère de concertation et fait au contraire l’objet d’annonces contradictoires ou est oubliée
  • Le volet « transport » n’est pas clairement explicité, en particulier dans les présentations graphiques de l’aménageur même s’il est toujours question d’une ligne 5 à l’horizon 2013. L’absence d’annonce actuelle fait fortement douter du respect de cet objectif.
  • C’est donc un quartier classique du XX ème siècle qui se développe, avec ses nappes de stationnement voitures, ses parkings, ne laissant à une bonne part des nouveaux arrivants que le choix de l’automobile dans un secteur déjà embouteillé. Les deux roues doivent s’adapter à un réseau incomplet, disparate et à une forte présence automobile .

       3 / Nos demandes et priopositions


La FNAUT Pays de la Loire et l’ANDE proposent que  la ligne n°5 soit un véritable tramway connectable avec les axes ferroviaires traversant l’île, et qu’un tracé et un calendrier de réalisation soient rapidement proposés.


Son financement doit faire partie des promesses liées au « Grenelle de l’Environnement » et sa réalisation ne saurait souffrir de retard.


2° il est nécessaire qu’un réseau de circulations douces quadrille le quartier y compris le long des quais pour pouvoir faire le tour de l’île en rencontrant le moins possible d’axe automobile. (cf la coupure d’itinéraire pour les 2 Roues, les poussettes et les fauteuils roulants à la hauteur du Pont Anne de Bretagne).

 

3° Les deux associations rappellent l’intérêt du patrimoine ferroviaire sur l’île de Nantes, qu’elles sont prêtes à défendre.


Les deux associations souhaitent qu’en concertation avec le propriétaire du réseau, Nantes Métropole mène une étude d’optimisation du réseau Gare SNCF-Gare de l’Etat dans la perspective de la création d’une desserte ferroviaire de l’Ïle de Nantes prolongée par un pont vers le bas Chantenay, techniquement facile à réaliser. Cette desserte permettrait :

  • d’intégrer l’île de Nantes dans un réseau métropolitain et d’accroître sa valeur de centralité
  • de desservir des gares en correspondance avec les axes lourds de la SEMITAN à « Beaulieu » et « Wattignies », et ainsi de participer grandement au transfert modal dans l’agglomération
  • de soulager le trafic passant à la gare principale
  • de désenclaver la pointe Ouest de l’île par des circulations douces adjacentes au pont ferroviaire
  • d’offrir une alternative au tunnel ferroviaire actuel, en cas de d’incident. La desserte ferroviaire Est Ouest, vitale pour les urbanisations de l’Estuaire et le Port, n’a actuellement pas de solution alternative de qualité. Tout aménagement de ligne nouvelle sur un nouvel itinéraire demandera au mieux de nombreuses décennies, des financements importants et apparaît, de fait utopique       

 

Un  pont ferroviaire c'est la solution préconisée par la FNAUT

 

Cette liaison de désenclavement de l’île  est donc un enjeu majeur pour le siècle qui vient,  et concerne l’ensemble de l’Estuaire.

 

Nous sommes bien conscients de l’impact sur le bras de la Madeleine de cette proposition, qui pourrait limiter le tirant d’air pour les voiliers et grands bateaux (les navibus devant pouvoir continuer à circuler sans problème).

 

Le maintien d’un quai à Nantes (quai d’honneur, accueil plaisance) est une question sensible qui a des réponses techniques (sans doute un pont avec travée mobile de portée limitée), architecturales (qualité de l’ouvrage, plus ou moins discret ou affirmé) ou d’aménagement (par exemple transfert de cette fonction d’accueil au quai Wilson ou au quai d’Aiguillon, ou création d’un bassin comme toujours indiqué sur le schéma Ile de Nantes). 

 

Le débat pour ne pas être polémique, doit être éclairé par des études globales, avec différentes alternatives, donnant tous les impacts, débat auquel nous sommes prêts à participer. Un concours international pourrait ensuite traiter des ouvrages les plus sensibles.

FNAUT Pays de la Loire et ANDE
Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques