Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 08:00

badge

 

La coordination des opposants au projet d'aéroport à Notre Dame des Landes a lancé l'appel ci-dessous pour un rassemblement samedi 20 octobre au Pont Morand à Nantes en soutien aux expulsés sur la zone.

 

Elle invite la presse à un point presse qui se tiendra :

 

le samedi 20 octobre à 10H 30 au Pont Morand

 

La coordination des opposants – 45 associations, mouvements politiques, syndicats et collectifs – appelle la population à se rassembler à 11H, samedi 20 octobre au Pont Morand à Nantes, en signe de protestation contre les expulsions et destructions ayant eu lieu sur la ZAD ce début de semaine.

 

Nous dénoncerons :


+ l’ignominie de ces expulsions concernant 150 personnes ( dont des enfants scolarisés à Notre

Dame des Landes) à la veille de l’hiver

 

+ l’inutilité des ces expulsions et destructions alors que ces lieux ne sont pas concernés par les

travaux d’étude à venir;


+ la destruction de maisons habitables et habitées alors que tant de demandes de logement

restent insatisfaites ;


+ le passage en force voulu par l’Etat et AGO/Vinci puisque les résultats des enquêtes publiques

ayant eu lieu cet été ne sont pas encore connus et que les autorisations de travaux n’ont donc pas été délivrées.

 

P1100686

Lors de la campagne électorale, le camp des grèvistes de la faim n'a pas été évacué ... En présence des médias cette action aurait été sans doute mal perçue et aurait pu être contreproductive pour les socialistes...

 


Tout ceci n’a d’autre justification que de mettre dans la tête de la population que plus rien ne pourra empêcher la réalisation de cet aéroport !


Réagissons maintenant car demain d’autres expulsions d’habitant-e-s, d’exploitant-e-s agricoles suivront à Notre Dame des Landes et ailleurs et préparons-nous dans les semaines à venir à un appel à la ré-occupation des lieux expulsés !

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 08:00

nv logo fnaut

 

 

La région Pays de la Loire étudie actuellement la faisabilité pour la mise en service de liaisons suburbaines ferrées pour les grandes agglomérations ligériennes.

 

Nantes possède une étoile ferroviaire très intéressante de par son patrimoine industriel qui permettrait de réaliser un certain nombre de liaisons avec un potentiel de desserte fort.


vie-associative 1501-2

Le Collectif  Transport en pleine action "commando"

 

C’est pourquoi la FNAUT demande le maintient et la préservation des infrastructures ferroviaires existantes sur l’agglomération de Nantes. Si ces infrastructures existantes sont détruites et surtout, leur emprise réutilisée pour la construction, il deviendra difficile et surtout très couteux pour les générations futures de pouvoir réaliser les infrastructures ferroviaires qui deviendront nécessaires à l’évolution de la ville.


Cette question est d’autant plus d’actualité, qu’avec l'augmentation constatée du trafic TER et le projet de liaison Nantes - Rennes, l’entrée ouest de Nantes risque de vite être saturée et dans l’impossibilité de pouvoir absorber l'accroissement du trafic à venir si tous ces paramètres venaient à se vérifier.

 

Voir la proposition de la FNAUT

 


Repost 0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 08:00

Fresque 2006 06 25 07

 

L'expulsion des squattters occupant des habitations sur la ZAD de Notre-Dame des Landes fait réagir EELV qui demande que le chantier soit stoppé tant que les recours juridiques ne sont pas épuisés et que le jour soit fait sur les obligations légales de Vivendi eut égard à la loi sur l’eau.

 

 

 

Communiqué de presse Europe Écologie Les Verts

 

Aéroport Notre-Dame des Landes : à grand projet inutile déploiement de force policière encore plus inutile !

L’évacuation  par plus d'un millier de représentants des forces de l'ordre (600 CRS, 400 gardes mobiles, tout le dispositif de Gardes Mobiles de Châteaubriant et 26 cars d’Angers) des occupants d'habitations sur la ZAD de Notre-Dame des Landes, qui s'est déroulée au petit matin ce mardi 16 octobre est d’une ampleur sans précédent.

Europe écologie Les Verts déplore ce déploiement démesuré de forces de l'ordre, qui n'est justifié par aucune urgence, ni aucune nécessité. 

 

Les écologistes rappellent que le gouvernement et le groupe Vinci devraient avant tout assumer leurs obligations réglementaires, qui ne sont à ce stade pas remplies, entrainant par exemple le scandaleux contournement de la loi sur l'Eau, avant de s'adonner à une démonstration de force d'une telle démesure.


Europe Écologie Les Verts demande l'arrêt des expulsions et réaffirme que le projet  d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, situé sur des terres agricoles, est inutile, pharaonique et ruineux à l'heure où les comptes publics sont dans une situation catastrophique.

 

Europe Écologie les Verts Pays de la Loire, l'ensemble de ses élu-e-s, parlementaires et locaux, demandent à nouveau à ce que la raison l'emporte sur toute autre considération.

 

 

images eelv

 

 

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 08:00

SetWidth600-article2

 

"Je voudrais vous parler d’autres jeunes, Monsieur le président. Ils sont près de cent cinquante, et n’ont pas choisi d’accumuler du capital."

 

Monsieur le président, j’ai admiré la rapidité avec lesquels les entrepreneurs surnommés les « pigeons » ont obtenu satisfaction. Ces jeunes gens demandaient qu’on n’applique pas lors de la cession de leur entreprise un taux d’imposition qu’ils jugeaient trop élevé. Ces apprentis capitalistes avaient bien entendu le mot clé de votre campagne présidentielle, qui était la jeunesse.

 

Vous promettiez de faire de celle-ci votre priorité.


Je voudrais vous parler d’autres jeunes, Monsieur le président. Ils sont près de cent cinquante, et n’ont pas choisi d’accumuler du capital. Non, ils veulent créer un autre monde, voir s’il est possible de vivre autrement, ils cultivent la terre, cuisent leur pain, font du théâtre, partagent leurs savoirs. Plusieurs ont des enfants, qui vont à l’école, et vivent heureux sans télévision.


P1060788

"La vache qui rit", le haut lieu de résistance de Notre Dame des Landes

 

Il semble, Monsieur le Président, que ces jeunes sont tout aussi méritants que ceux qui rêvent d’empocher une belle plus-value.

Ils vivent, voyez-vous, à Notre Dame des Landes.

Ah, vous sourcillez.

Oui, à l’endroit même où votre premier ministre Jean-Marc Ayrault rêve depuis si longtemps de construire un aéroport. Il prévoit d’utiliser un dispositif proche de ces partenariats public-privé que Alain Rousset, le président (PS) de la région Aquitaine, vient de qualifier de « mécanique infernale », et dans des conditions économiques qui font frémir dans un moment où les dépenses publiques sont censées être soigneusement balancées.

Or, nous apprenons que des compagnies de gendarmes s’apprêtent à investir les champs et les bois pour en chasser ces jeunes nouveaux paysans et leurs familles. Il s’agit de laisser place aux bétonneuses, et d’opérer avant la trêve hivernale, qui s’ouvre le 1e novembre.

 

Je ne doute pas, Monsieur le Président, que votre ministre du Logement, l’écologiste Cécile Duflot, vous priera de ne pas créer de nouveaux sans-logis. Je voudrais aussi vous rappeler l’accord que vous avez fait conclure, en mai, pour achever la grève de la faim de paysans à Notre Dame des Landes : arrêt des expulsions jusqu’à l’épuisement des recours.

P1100691

Tente des grévistes de la faim

 

Sur le plan juridique, vous pouvez certes laisser se poursuivre l’expulsion des jeunes occupants sans titre de Notre Dame des Landes. Mais dans l’esprit, il s’agirait bel et bien d’une trahison. Il serait accablant, Monsieur le Président, que cette semaine, votre souci de la jeunesse se traduise par des matraques et des gaz lacrymogènes.

 

Hervé Kempf - 13 octobre 2012

reporterre

 

 

Source : Cet article est paru dans Le Monde daté du 14 octobre 2012.

 

Lire aussi : Alerte à Notre Dame des Landes

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 09:00

 

http://www.oxfamfrance.org/squelettes/images/oxfam-logo.gif

 

Participez à la campagne d' OXFAM France, concernant les agrocarburants...

 

Remplir les réservoirs de voitures plutôt que les ventres de celles et ceux qui souffrent de la faim. Voilà à quoi conduisent les politiques de soutien aux agrocarburants. En 2008, la surface agricole utilisée pour produire les agrocarburants consommés en Europe aurait pu nourrir 127 millions de personnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agissez avec nous pour mettre fin à cette injustice !

 

Avec la campagne internationale CULTIVONS, Oxfam s’attaque aux racines de notre système alimentaire mondial défaillant. Un avenir où tout le monde mange à sa faim, où le système alimentaire mondial serait efficace, durable et juste est possible. Des solutions concrètes et réalistes existent ! Demandez aux ministres de l’énergie des pays de l’Union européenne (UE) d’agir dès maintenant en mettant fin aux politiques de soutien aux agrocarburants qui affament les populations du Sud.

 

La politique énergétique de l’UE booste la consommation d’agrocarburants. Des agrocarburants qui prennent la place, dans les champs, de cultures destinées à l’alimentation et qui font augmenter les prix des aliments. Pire encore, pour répondre à notre demande croissante en agrocarburants, dans les pays en développement, compagnies privées et Etats peu scrupuleux expulsent des populations entières des terres qui les nourrissent pour y faire pousser soja, tournesol, palme et autres jatropha destinés à alimenter les moteurs de nos voitures.

 

Pour aller plus loin et agir !

Signez notre pétition pour mettre fin aux politiques de soutien aux agrocarburants

 

"Nourrir ou conduire, il faut choisir !" : demandez à l’Union Européenne et à ses Etats membres de mettre fin aux politiques de soutien aux agrocarburants

 

En savoir plus sur les agrocarburants

 

Découvrir la campagne CULTIVONS d’oxfam, pour avenir où tout le monde pourra manger à sa faim

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Il faut sauver ... Agir avec la FNAUT
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 08:00

 

Plutôt que de s’obstiner à maintenir un modèle dépassé...


Economie, prestige, étalement urbain... sur tous les fronts, l’automobile perd ses avantages et des pratiques nouvelles de transport s’élaborent. Plutôt que de s’obstiner à maintenir un modèle dépassé, les dirigeants devraient soutenir les nouvelles voies de transport, qui feront l’économie de demain

 

bus_27_dans_embouteill.jpg

 

Selon Jean-Claude Marcusl’automobile en a encore pour longtemps car on ne peut simultanément réduire les distances domicile-travail, maîtriser les heures de pointe et faciliter les échanges de domiciles, d’emplois et de formation ». Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, déclare de même : «Tels que les modes de vie sont organisés aujourd’hui, je crois difficile de se défaire du véhicule individuel ».


Il est certain que le règne de la voiture ne va pas s’interrompre brutalement car peu d’initiatives sont prises pour enrayer l’étalement urbain, mais bien des observations permettent de penser que son déclin progressif n’est pas une vue de l’esprit. De nombreuses tendances, en effet, freinent ou vont freiner l’utilisation intensive de la voiture, ralentir le renouvellement du parc et même rendre moins nécessaire la propriété individuelle d’une voiture, et surtout d’une deuxième voiture.


Depuis une vingtaine d’années, l’offre alternative à la voiture s’est considérablement améliorée dans les grandes agglomérations, et des contraintes y ont été apportées à la circulation automobile. Les plans de déplacements urbains (PDU), rendus obligatoires par la loi Lepage de 1995 dans les agglomérations de plus de 300 000 habitants, puis les plans de déplacements d’entreprises ont joué un rôle fondamental.


2005-nantes-tram-tan-v.jpg

Le tramway a été réintroduit avec un succès spectaculaire, après Nantes (1984) et Grenoble (1987), dans une vingtaine de villes ; des couloirs réservés et des priorités aux carrefours ont facilité la circulation des bus et de nombreux aménagements pour piétons et cyclistes ont été réalisés, réduisant ainsi l’espace accessible à la voiture ; l’usage du vélo a été stimulé par l’offre en libre service ; les services périurbains d’autocar ont été modernisés ; les services TER se sont rapidement développés depuis 2002, date à laquelle leur gestion a été confiée aux conseils régionaux par la loi SRU, et leur fréquentation a augmenté de près de 50% (mais on partait d’un niveau très bas)...

 

Lire la suite ici

 

Jean Sivardière - 28 septembre 2012

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT en France
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 08:00

Logo-FNE-web-little.jpg

Vendredi 29 septembre 2012

 

 

 

 

Pas besoin de posséder une voiture pour l’utiliser !


 

Communiqué de Presse

 

 

Le mondial de l’automobile 2012 s’ouvre cette semaine. Attractions de cette édition, les véhicules électriques et hydrides y seront présentées une nouvelle fois comme l’avenir de la filière automobile. Or face aux crises économiques, sociales et environnementales que nous subissons actuellement, la substitution d’une motorisation par une autre ne suffira pas pour assurer la pérennité du modèle. Plus que jamais un changement radical s’impose.

 

Un modèle sous respiration artificielle

 

Pollutions de l’air et dégradation des conditions de vie, changement climatique, érosion de la biodiversité et fragmentation des milieux, artificialisation de l’espace, crise économique, énergétique et sociale… Autant d’alertes et nuisances imputables en partie au modèle du « tout automobile » autour duquel s’est organisée notre société depuis l’après guerre.

 

Pour Michel Dubromel, Vice-président en charge des questions de transport à France Nature Environnement : «Que ce soit d’un point de vue écologique ou économique, nous sommes arrivés au bout du système. Substituer l’électricité au pétrole n’est pas vraiment écologique1. De plus, le taux d’équipement des ménages est désormais largement suffisant. Dernier élément : la concurrence des constructeurs étrangers dont les coûts de production sont souvent bien moindres… Bref, le modèle qu’on veut nous vendre aujourd’hui n’est ni viable, ni durable. »


P1100297

Une économie de service

 

Pour assurer son avenir et celui de sa filière industrielle, l’automobile doit nécessairement passer par un changement de modèle profond. Elle doit s’intégrer pleinement dans l’éco-mobilité qui repense nos déplacements pour concilier respect de l’environnement, bien-être et qualité de vie des individus avec la nécessaire vitalité économique.

 

La voiture ne doit plus être considérée seulement comme une propriété un bien de consommation mais comme un service partagé. L’industrie toute entière doit évoluer pour se mettre au service de ce nouveau modèle. Les constructeurs automobiles doivent passer d’un modèle de production de masse à un modèle de prestation de services de mobilités partagées.

 

Pour Michel Dubromel : « Ce nouveau paradigme n’a rien d’utopique ni d’irréaliste. Il constitue au contraire la seule opportunité durable pour sauver un secteur aujourd’hui à l’agonie et engager une transition vers un modèle sobre et profitable à tous tant sur le plan énergétique et environnemental qu’économique. »

 

 

 

 

1Aujourd’hui en France, l’essentiel de l’électricité provient du nucléaire et n’a donc rien de renouvelable ni de durable : l’uranium est un minerai dont les stocks sont physiquement limités. La fabrication des batteries dépendent du Lithium, dont les principales ressources se trouvent en Bolivie. L’extraction de ce minerai menace directement l’approvisionnement en eau des populations locales.

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNE - Communiqué de Presse
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 07:32

logofnaut2012

Paris, le 27 septembre 2012


 

 

 

 

 

Gouvernance du secteur ferroviaire : la FNAUT est opposée à une réunification

 

 

La FNAUT s’inquiète des intentions manifestées par le gouvernement de réunifier le secteur ferroviaire dans le cadre d’une formule de holding qui serait pilotée par la SNCF, avant même que les idées directrices d’un indispensable « plan rail » aient été formulées par l’Etat.

 

Un triple constat

 

+ Avant la loi Pons-Idrac de 1997, la SNCF disposait de tous les pouvoirs pour exploiter le rail. Mais sa gestion, qui s’est révélée à court terme, s’est traduite par l’absence de réforme interne, un manque d’entretien du réseau classique, la négligence du fret et des services voyageurs hors TGV.

 

+ La création de RFF a permis l’émergence d’idées nouvelles, inspirées des bonnes pratiques européennes, telles que la régénération du réseau classique, le cadencement des services voyageurs et la desserte fret des ports.

 

+ Les succès de la Deutsche Bahn (DB) ne sont pas dus à la formule de holding qui rassemble la DB et le gestionnaire de l’infrastructure (DB Netz) : la dette ferroviaire a été reprise par l’Etat allemand en 1994 ; le réseau est en bon état ; la DB a été stimulée par la concurrence d’autres opérateurs, qui a eu un impact très favorable sur la fréquentation et a permis de maintenir l’emploi cheminot.


SNCF logoHD

Les risques d’une réunification

 

+ Une réunification rétablirait un monopole de pensée ferroviaire au détriment de l’innovation.

 

+ La stratégie de la SNCF s’imposerait alors qu’elle consiste, en contradiction avec les objectifs du Grenelle de l’environnement et de la récente Conférence environnementale, à supprimer les services non rentables sans chercher à les valoriser (wagon isolé, services TER et Intercités peu fréquentés, trains de nuit, autotrain, TGV «intersecteurs » et parcours terminaux des TGV sur lignes classiques).

 

+ La SNCF recherche une croissance externe par diverses initiatives telles que la création d’iDBus, alors que c’est un recentrage de ses activités sur le rail, qui correspond le mieux aux attentes des voyageurs et des chargeurs et doit impérativement constituer sa mission première.

 

La FNAUT demande à l’Etat et aux régions un gel immédiat des transferts sur route.

 

 

 

Une proposition irréaliste

 

La SNCF vient de proposer un partage de la dette ferroviaire entre l’Etat, la SNCF elle-même, les régions et les usagers du TER. Si la SNCF estime en avoir la capacité financière (mais au « prix » de quelles suppressions de services ferroviaires?), ce n’est le cas ni de l’Etat, déjà lourdement endetté, ni des régions qui peinent à financer le TER (mais refusent, pour la plupart, toute ouverture du TER à la concurrence alors qu’elle permettrait une réduction sensible des coûts d’exploitation).

 

Quant à augmenter fortement les tarifs des TER, la FNAUT refuse cette perspective. Pour dégager des ressources nouvelles pour les transports collectifs, il faut en priorité :

 

+ faire payer les coûts économiques et écologiques engendrés par les déplacements automobiles de proximité, particulièrement élevés dans les zones denses ;

 

+ supprimer les niches fiscales anti-environnementales.

 

 

• Jean Sivardière, président de la FNAUT,

• Jean Lenoir, vice-président,

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Pays de la Loire
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 08:00

 logofnaut2012

 

Front commun contre les propositions de la SNCF 

 

Les Régions et les associations d'usagers des transports sont opposées à l'idée émise par la SNCF de reprendre à son compte une partie de la dette du propriétaire du réseau ferré RFF.

 

Alors que Jacques Auxiette, le président de la commission Transports de l'Association des régions de France (ARF) qualifie la proposition récente de la SNCF pour désendetter le ferroviaire de proposition "absolument inacceptable", la FNAUT monte à son tour au créneau.

 

La FNAUT se montre hostile aux solutions de la SNCF qui consiste à faire prendre aux usagers une part plus conséquente à l'effort de desendettement ce qui supposerait une hausse du prix des billets de TER. Alors que, dans le même temps, les usagers subissent tous les jours retards, pannes et annulations dus au mauvais état du réseau.

 

Il y a "mieux à faire", disent les usagers

 

La Fédération Nationale des Association d'Usagers des Transports (Fnaut) considère qu'il y a "mieux à faire" que d'augmenter le prix du billet du TER pour résorber la dette du rail.

 

Elle estime que des économies sont réalisables sur des "projets d'infrastructures inutiles". Parmi les "sources de gaspillages", la Fédération pointe du doigt les projets d'autouroute A45 entre Lyon et Saint-Etienne, estimé "à plus de un milliard d'euros", de liaison autoroutière entre Saint-Denis et la Possession sur l'île de la Réunion (2 milliards) ou encore le Canal Seine-Nord "autour de 5 milliards". "Les gisements sont énormes", martèle son président Jean Sivardière.

 

Autre piste d'économies, selon la Fnaut, l'ouverture à la concurrence via des délégations de service public (DSP), des lignes TER, qui sont aujourd'hui sous monopole de la SNCF.

"Nous estimons que l'ouverture à la concurrence permettrait d'amorcer un cercle vertueux", souligne Jean Sivardière.

 

Il suggère plusieurs mesures à mettre en place dans le cadre des DSP pour réduire le coût des trains régionaux, sans pour autant réduire les salaires des cheminots: augmentation de la polyvalence du personnel, hausse du temps annuel de conduite, réduction du nombre de circulations avec agent d'accompagnement.

 

"De cette démarche, on attend une réduction des charges de l'exploitant, ce qui engendre une augmentation de la fréquentation du TER".

La Fnaut suggère également d'exploiter "quelques niches fiscales anti-environnementale" comme la taxe poids-lourds, la taxe sur le gazole, le stationnement et les péages urbains.


Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Les brèves de la FNAUT (l'actualité)
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 08:00

Un forum de la Mobilité Durable est organisé le 28 septembre à BREST


Brest Métropole Océane et l'Ademe Bretagne organisent le 28 septembre un forum Mobilité Durable à destination des entreprises et administrations.


breizhgo 001

 

Cette journée technique vise à :


+ mieux connaître les déplacements liés au travail, qui sont nombreux, et qui ne se limitent pas aux déplacements domicile-travail (déplacements durant la pause méridienne, déplacements professionnels...) ;


+ promouvoir les solutions alternatives au déplacement individuel en voiture pour optimiser les déplacements : concevoir un PDE, limiter le risque routier...

 

 

Plus d'informations :


http://www.brest.fr/agenda/evenements/b/1213/h/ef094b0e96/category/58/article/forum-mobilite-durable-au-quartz.html

 

 

ter bretagne v 170709 20h05 P1050198

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT interrégional
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques