Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 08:00

Logo-FNE-web-little.jpg

Communiqué de presse

Mardi 5 février 2013

 


Véhicules à moteur : le Parlement européen doit mettre la sourdine


 

En ce début de mois de février 2013, le Parlement européen va examiner une proposition de règlement de la Commission européenne (2011/0409 COD) sur le niveau sonore des véhicules à moteur. FNE soutient les mesures proposées et demande leur application rapide. Un citoyen européen sur trois est régulièrement exposé à des niveaux de bruit de circulation qui mettent sa santé en danger et en France 80% de ces nuisances sonores sont engendrées par les transports1.


Une loi pour faire silence


En Décembre 2011, la Commission européenne a adopté une proposition de nouveau règlement visant à renforcer les normes d'émissions sonores pour voitures, camionnettes, camions et autobus. Ces normes ne sont pas mises à jour depuis 1996 ! Pour devenir loi, le règlement doit maintenant être approuvé par le Parlement et les Etats membres.


Moins de bruit pour une meilleure santé


Même si on le sait peu, le bruit du trafic est identifié comme un des problèmes les plus dangereux pour la santé et l’environnement en Europe. D’un point de vue sanitaire notamment, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le bruit peut causer des troubles auditifs, dépressions, maladies cardiovasculaires, troubles d'apprentissage chez les enfants et des troubles du sommeil, pour ne citer que quelques exemples.


P1030911

Un rapport réalisé pour Transport and Environment (T&E2 ) en 2008, a lié la pollution sonore à 50.000 attaques cardiaques fatales chaque année et 5% des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) en Europe. L’OMS estime de plus que la diminution du bruit lié au trafic pourrait permettre d’économiser chaque année 1 million d'années de vie en bonne santé.


Moins de bruit pour gagner plus


Les estimations récentes montrent que plus de 85 milliards d’euros de dépenses de santé pourraient être économisés chaque année dans l'UE3 si une législation plus stricte sur le bruit des véhicules était mise en œuvre4 . Pour exemple, 11% des accidents du travail et 15% des journées de travail perdues sont imputables au bruit5 . En 2011, une vingtaine d'experts européens du bruit écrivait à la Commission européenne pour l’alerter sur l'impact négatif du bruit des véhicules sur la qualité de vie de centaines de millions d'Européens.


Bruno Genty, président de FNE : « La réduction du bruit du trafic est essentielle pour améliorer la santé et la qualité de vie des citoyens Européens ».

 

 

 

1Source ADEME janvier 2012
2http://www.transportenvironment.org/

3Union Européenne
4Source T&E 2012
5Source ADEME janvier 2012

Télécharger ce communiqué en format PDF.

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNE - Communiqué de Presse
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 09:00

pays de la loire

Nantes Egocentrique ?

 

En ce qui concerne les distributeurs de billets régionaux, à Nantes l'usager ne peut acheter que des billets origine Nantes.


P1000982.JPG

 

ecran-distributeur.JPG

 

 

Au Mans, à Angers et Laval (et d'autres gares) il peut acheter un billet TER avec n'importe quelle origine et pour n'importe quelle destination.

C'est bien meilleur, car c'est très pratique, il est fréquent arrivé d'acheter des billets avec d'autres origines que Le Mans.


 

P1000983.JPG

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Politique régionale des transports
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 08:00

 

fnaut logo pdl

janvier 2013

 

 

La FNAUT dresse un bilan du nouveau réseau nazairien de transport collectif

 

 

Le BNHS Hélyce : un succès indiscutable


On peut dire sans exagération qu’il s’agit d’une vraie réussite. Le site propre rend les bus rapides et ponctuels. Les bus sont remplis, et ce à toute heure de la journée, même s’ils ne sont qu’exceptionnellement bondés. Ceci est d’autant plus remarquable qu’une telle offre n’existait pas dans l’ancien réseau.

 

bus-st-nazaire-015.JPG

 

Le réseau classique, un succès réel, mais plus mitigé


Le réseau classique est constitué de 4 lignes, repérées par leur indice « U ». Elles sont peu fréquentées, leur clientèle étant essentiellement scolaire. Cependant, il est rare qu’un bus soit totalement vide.

Cette performance n’est pas si mauvaise, dans la mesure ou l’offre a été fortement augmentée par rapport à l’ancien réseau. Du reste la ponctualité des bus est correcte, mais n’oublions pas que la circulation est plutôt fluide à Saint-Nazaire.

 

Les autres lignes, une multiplicité d’indices qui nuit à la lisibilité


Si les lignes périurbaines se caractérisent par leur indice « T », on trouve une ligne dotée de l’indice « C », sans doute du fait qu’elle va moins loin que les autres. Cet indice sui generis n’est pas bon pour la lisibilité du réseau, d’autant plus que dans la ville voisine

de Nantes, il correspond aux lignes structurantes, ce qui n’est pas vraiment le cas ici. Il semble donc souhaitable de la rebaptiser « T6 ».

On peut également remarquer l’existence d’une ligne S/D circulant les soirs et les dimanches. Elle fait le tour de l’agglomération, en complément du BHNS Hélyce. Cependant, ce circuit spécial au trajet circulaire n’est pas très lisible, et peut-être faudrait-il envisager de faire circuler certaines lignes urbaines le dimanche en lieu et place de ce système.

 

bus-st-nazaire042.JPG

 

Le cadencement : un système avantageux pour l’usager, qu’on aimerait voir partout


Le système du cadencement mis en place sur le réseau est extrêmement pratique pour l’usager, puisqu’il lui permet de mémoriser facilement son horaire, ce qui donne une facilité d’usager, y compris lorsque la fréquence n’est pas très élevée.

La seule chose qu’on peut regretter et que tout le monde ne s’y soit pas encore mis, en particulier la SNCF.

Ce cadencement du réseau de bus de Saint-Nazaire rend plus que jamais indispensable sa mise en place sur le réseau SNCF pour 2017, afin de systématiser les correspondances, qui sont parfois médiocre.

Le pire exemple de cela étant certainement celui du train qui arrive à 22h11, et dont les usagers peuvent voir le Hélyce de 22h10 à destination de Trignac s’en aller sous leur nez.

 

gare-st-nazaire023.JPG

 

Que faire à l’avenir ?


Si la fréquentation du réseau classique n’augmente pas de manière plus significative, peut-être faudrait-il envisager de supprimer une ligne, par exemple le U2, dont le trajet est très proche du BHNS Hélyce.

On pourrait alors redéployer les moyens sur le reste du réseau, par exemple en faisant passer le cadencement de l’ensemble des lignes à 15 minutes, et 7,5 minutes sur le BHNS Hélyce pour la semaine, et à 20 et 10 minutes pour le samedi après-midi.


Les lignes restantes seraient adaptées pour compenser cette suppression – par exemple le U4 pourrait passer par l’hôtel de ville et faire son terminus à la gare – et on pourrait les faire circuler le dimanche, d’autant que les moyens à engager seraient moindres.


Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Loire Atlantique
commenter cet article
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 08:00

Il n'y a pas que des mauvaises nouvelles pour les propriétaires des terres et les exploitants agricoles menacés d'expulsions... Le 29 janvier dernier, la Cour de cassation a rendu 5 arrêts qui rejettent la demande de la société AGO....

 

P1100696

  Le Tribunal Administratif de Nantes

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

En octobre 2011, des propriétaires de terres et exploitations agricoles impactés par le projet aéroportuaire de NOTRE DAME DES LANDES ont saisi le Juge administratif d’une demande d’annulation de l’arrêté de cessibilité (acte élaboré par le Préfet consistant à lister les parcelles expropriables).

 

Le 18 janvier 2012, le Juge de l’expropriation a rendu des ordonnances prononçant l’expropriation de propriétaires de terres et exploitations agricoles dans le cadre du projet aéroportuaire de NOTRE DAME DES LANDES.

 

Les propriétaires et les exploitants ont formé un pourvoi en cassation contre cette ordonnance, il ressort de cette procédure :

 

+ Les expropriés ont notamment demandé la cassation (annulation) des ordonnances d’expropriation pour des motifs de procédure qui dépendent de l’issue du recours à l’encontre de l’arrêté de cessibilité,

 

+ La société AGO, concessionnaire désigné au titre du projet aéroportuaire, a sollicité le rejet immédiat du pourvoi, sans attendre l’issue du recours contre l’arrêté de cessibilité.

 

En décembre 2012, le Tribunal administratif de NANTES n’a pas annulé l’arrêté de cessibilité. Il s’agit d’une décision rendue en première instance, qui va faire l’objet d’un appel et n’est en aucun cas définitive.

 

Le 29 janvier 2013, la Cour de cassation a rendu 5 arrêts qui rejettent la demande de la société AGO et prononcent la radiation de l’affaire dans l’attente d’une décision définitive de la Juridiction Administrative concernant l’arrêté de cessibilité.

 

Concrètement, jusqu’à expiration de l’ensemble des recours devant les juridictions administratives à l’encontre de l’arrêté de cessibilité (Cour administrative d’appel de NANTES et ultérieurement Conseil d’Etat), la Cour de cassation met le dossier en attente en ne prononçant aucune décision.

 

Cette décision est donc favorable aux intérêts des expropriés puisqu’elle sanctionne la volonté de la société AGO de « passer en force » sans laisser le temps aux juridictions saisies de statuer.

 

Enfin, il sera relevé que l’accord politique signé par l’équipe du candidat François HOLLANDE en 2012, stipule qu’aucune expulsion des propriétaires et exploitants n’interviendra avant que la Cour de Cassation se soit prononcée sur l’Ordonnance d’expropriation du 18 Janvier 2012.

 

 

Erwan LE MOIGNE                              Etienne BOITTIN

 

  P1060788

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 09:00

 

le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

Faites votre choix !!!

 

Signez notre pétition sur http://acipa.free.fr/Petition/petition.htm

 

Autres pétitions :

 

Pétition photo : http://www.flickr.com/photos/nddl/sets/72157632365364648/ 

 

Pétition de soutien Cyberacteurs : http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/comite-soutien-grevistes-faim-projet-aeroport-dame-landes-467.html

 

Appel de syndicalistes opposé-e-s au projet d'aéroport à Notre Dame des Landes ou ailleurs : http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2012N26982

 

156234 10150879358717661 86539967660 9562491 988057261 n

 

Pétition AVAAZ :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Abandonnez_le_projet_dAeroport_a_NotreDamedesLandes/?fdnauab&pv=12

 

Pétition des contribuables associés :

http://www.contribuables.org/2012/12/05/non-au-projet-daeroport-a-notre-dame-des-landes-3/#formulaire-petition

 

ff1c9136f1bbd3da777e8163a00c27cb

 

Nantes capitale verte 2013

http://petition.avaaz.org/fr/petition/Non_Nantes_ne_peut_pas_etre_la_capitale_verte_de_lEurope_en_2013

 

Une pétition internationale a été créée : http://www.thepetitionsite.com/268/029/343/save-french-woodland-from-destructive-new-airport/

 

badge


Site des élus opposés au projet d’aéroport : http://aeroportnddl.fr/ 

 

Pour participer à l'opération "Citoyens Vigilants" inscrivez-vous à :  

 

citoyensvigilantsndlandes@orange.fr   ou au 02 40 57 64 33

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Il faut sauver ... Agir avec la FNAUT
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 09:00

Logo-FNE-web-little.jpg

 

Le réseau santé environnement de FNE, la FRAPNA et URVN FNE PACA (Union Régionale Vie et Nature) vous invite à participer à une journée d'échange sur la qualité de l'air :

 

Journée d'échange sur la Qualité de l'air


Le 7 février 2013 à Lyon,

 

de 10h à 16h


à la Maison Rhodanienne de l'environnement

 

 P1100297

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNE - Communiqué de Presse
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 08:00

 P1020411.JPG

 

Le guichet SNCF de la Flèche pourrait être maintenu ...

 

Une délégation du Collectif de défense fléchois des services publics, composée de cinq de ses membres, a été reçue à Nantes par Gilles Bontemps, vice-président du Conseil Régional en charge des transports. La délégation était accompagnée par Grégory Ferrand qui est l'auteur d'un mémoire sur la réouverture de la ligne SNCF La Flèche-Le Mans.

 

Cette entrevue était attendu depuis mars 2012 par les membres du Collectif.  Pour donner du poids à leur démarche, une pétition de quelque cinq mille noms demandant à la SNCF de renoncer à la fermeture du guichet SNCF de la gare routière au 1er juillet prochain, a été remis à l'élu. Il semble que "sur ce point, on nous a laissé entrevoir la possibilité d'une solution pour maintenir une ouverture des bureaux. Il y a en tout cas de la part du conseil régional la volonté de trouver cette solution" déclarait Martial Chateau en sortant de l'entrevue.


Haute résolution

Z2  (Photo Luc Chanteloup)

 

L'horizon s'assombrit pour la ligne La Flèche - Le Mans via La Suze

 

Par contre, l'avenir du dossier de réouverture de la ligne La Flèche-Le Mans via La Suze est plus incertain. L'étude commandée par la Région n'est pas terminée et les quelques échanges avec la Région ne sont guères encourageant. Mais même si l'étude n'est pas finie, il parait clairement d'après le sondage du Collectif  que les demandes des usagers concernant un transport ferroviaire sont bien supérieures à la fréquentation actuelle des lignes de bus. Élémentaire, non ? La récente étude de la FNAUT ne le démontre-t-elle pas ?

 

Voir aussi le site de la Fnaut National : ici 

Repost 0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 08:00

nv logo fnaut 

 

 

Chutes de neige : des interrogations sur les réponses

apportées par les réseaux de transports collectifs urbains

 

Face aux récentes chutes de neige qui ont fortement affecté les conditions de déplacement dans un certain nombre de villes, leurs réseaux de transports collectifs ont réagi de manières très diverses, depuis l'arrêt complet des services jusqu'au maintien intégral de leur fonctionnement, en passant par des services partiels.


Certes, il est difficile de formuler un jugement catégorique, les situations pouvant varier fortement : neiges plus ou moins abondantes, verglas plus ou moins marqué, pentes plus ou moins fortes. Ce qui ne nous empêche pas de formuler des interrogations, en partant de quelques considérations :

 

1. Les transports collectifs sont un élément essentiel au bon fonctionnement de la cité ; toute dégradation du service qu'ils assument perturbe gravement la vie de nombreux citoyens de tous âges, et a des répercussions sensibles sur l'économie locale.


2. Leur crédibilité sera d'autant plus forte qu'ils sauront prouver leur fiabilité, y compris et surtout dans les situations défavorables où l'usage du véhicule individuel est problématique.


3. Les progrès de la météo font que les intempéries sont très généralement prévisibles plusieurs jours à l'avance, ce qui donne aux services techniques le temps de s'organiser.


4. Les mêmes services ont à disposition toute une gamme de moyens préventifs et d'intervention : pneus neige, déneigement, sablage, salage, formation préalable des conducteurs etc.

 

 

100107104631162 15 001 apx 470

Circulation des bus de la SETRAM lors des fortes neiges 


Forts de ces considérations et au vu de ce c'est passé durant les trois jours de forte neige du 18 au 20 janvier, nous avons été amenés à nous poser un certain nombre de questions :


+ Pourquoi dans les mêmes conditions, à savoir quelques centimètres de neige au sol, on a pu constater : à Nantes, un arrêt complet des bus durant de longues heures, à Rennes, Angers, Le Mans ou Caen des perturbations certes, mais un service était assuré au mieux de ce qui était possible selon ces villes, à Saint-Nazaire et La Roche sur Yon pratiquement rien à signaler ? (Signalons aussi que les cars départementaux de Loire Atlantique ont, eux, assuré un service !)


120206062027382501

A Angers, un service était assuré au mieux de ce qui était possible


+ Pourquoi à Lille, ville située à une latitude où ce genre d'intempéries n'est pas rare, trois centimètres de neige ont-ils réussi à paralyser les bus sur une longue période, laissant des centaines d'usagers non prévenus grelottant un soir à 20h dans les abribus, sans moyen de rejoindre leur domicile ?


+ Pourquoi en Île-de-France tous les tramways de banlieue fonctionnaient-ils le 20 janvier, mais pas le T3 parisien ?


+ Pourquoi, à Chambéry, ville alpine habituée à la neige, le service a-t-il dû être considérablement réduit (un bus toutes les 30 minutes sur les lignes principales aux heures de pointe) parce qu'un bus sur trois seulement étaient équipés de pneus neige (à Lausanne, où il y a 200 mètres de dénivelés entre les villes haute et basse, le service est sauf exceptions normal en tous temps… mais tous les bus sont équipés de pneus neige).


+ Pourquoi, au contraire, une agglomération comme Dijon, moins habituée aux intempéries, a-t-elle bien su anticiper, si bien que son réseau a pu fonctionner avec à peine quelques retards (dus à une circulation automobile ralentie), malgré là aussi deux centimètres de neige ?


120205172317889 44 000 apx 470 Circulation des Trams au Mans


Force donc est de constater que le sens du service public n'est pas le même partout.

 

La FNAUT invite donc les services défaillants, qu'il s'agisse de l'autorité organisatrice des transports ou de la préfecture, à se montrer à la hauteur de leur mission et à suivre les exemples de pratique intelligente et solidaire qui existent ailleurs.

À Copenhague, on déneige en priorité les pistes cyclables, ensuite les axes de transports, et en dernier ressort les autres voies : un exemple européen parmi d'autres à méditer.

 


Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT en France
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 08:00

nv logo fnaut

Franche-Comté

 

La FNAUT Franche-Comté réagit au vote de subventions pour soutenir l'activité aérienne vers et à destination de Paris par le CG 39, alors qu'il existe une liaison ferroviaire déjà fragilisée...  

Stupeur et indignation !

Ainsi donc, le Conseil Général du Jura a voté hier, A L’UNANIMITE, une expérience de liaison aérienne entre Tavaux et Orly, à raison de 4 vols par jour, de fin mars à fin octobre 2013 !

 

La FNAUT Franche Comté ne peut pas taire sa stupeur et son indignation. Pendant toute l’année 2012, avec ses associations jurassiennes (APVFJ) et Transport 2000 elle a, plus que quiconque, (pas un élu jurassien ne pourra le démentir) organisé et développé la mobilisation pour sauver les dessertes ferroviaires LYRIA Paris – DOLE – Suisse et les arrêts des TGV à Mouchard et Dole.


Au niveau des ministères, des institutions territoriales de la SNCF, de Lyria, partout où une tribune lui était offerte (réunions, médias, audiences, etc…).

 

 

Même si les élus ont récupéré à leur seul profit la superbe manifestation en gare de Mouchard le dimanche 5 décembre 2012, nous nous réjouissions de cette démonstration sans précédent (même à Dole au début des années 80, on avait fait moins fort !).

 

 

Comment interpréter ce hara-kiri ferroviaire ? A qui fera-t-on croire que la SNCF va maintenir des dessertes TGV vers la Suisse par Dole dès lors que le Conseil Général subventionne lourdement un concurrent aérien ?

 

 

Il est incompréhensible que des élus de la montagne, en particulier, aient pu voter une pareille proposition qui sinistre tout le Haut Jura frontalier et une bonne partie du Haut Doubs ?


A la suite d’un conseil d’administration de la FNAUT Franche Comté, réuni le 25 janvier à Besançon, nous nous apprêtions à donner notre point de vue dans le débat en cours dans le Jura, au sujet de l’aéroport de Tavaux. La décision du Conseil Général nous fait reporter à plus tard la publication de notre analyse qui se veut globale et complète.

 

Dans l’urgence, nous tenons à dénoncer haut et fort cet incroyable mauvais coup.

Nous n’aurons aucun mal à démontrer que ces vols ne font pas gagner une seule minute à leurs passagers, que la clientèle ciblée est…très ciblée !

 

 Avec cette décision, le Conseil général du Jura, s’est bien tiré une balle dans le pied !

 


Voir la suite de l’article du journal "Le Progrès" sur son site :
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 08:04

 

B0000017.JPG

Un TER Centre en gare du Mans, assurant la ligne Le Mans - Paris MP  par Chartres

 

La Cour de cassation se prononce concernant le remboursement des frais de transports par un employeur.

 

C'est à l'occasion d'une affaire portée devant la justice par un salarié demeurant à Chartres et travaillant à Paris, que  la Cour de cassation a fait un rappel  des obligations de l''employeur. Ce dernier avait limité le remboursement des frais de transports publics à hauteur de 50 % de l'abonnement Ile-de-France.

 

Dans son rapport la cour énonce que l'employeur devait rembourser la moitié du coût du transport public sur toute la distance entre Chartes et Paris.

 

Frais de transport en commun : l’employeur doit rembourser 50 %, quelle que soit la distance.

 

La Cour de cassation rappelle que l'article L. 3261-2 du code du travail impose aux employeurs la prise en charge partielle du prix des titres d'abonnements souscrits par leurs salariés pour leurs déplacements accomplis au moyen de transports publics entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail, sans distinguer selon la situation géographique de cette résidence (Voir Cass. soc., 12 déc. 2012, n° 11-25089)

 

 

Information provenant du site :

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Consommateurs
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques