Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 10:01

    fne pdlbretagne vivanteLPO 44sos loire vivanteLogo-FNE-web-little.jpg

 

   

 

 

 

 

  eau et riviere bretagne

 

 

 

Communiqué de presse

Lundi 6 août 2012


  Notre Dame des Landes, un projet à remiser au hangar

 

 

Les enquêtes publiques loi sur l'eau concernant le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes (44) débutées le 21 juin 2012 se clôturent ce jour. France Nature Environnement, ses associations membres1 ainsi que SOS Loire Vivante - ERN France y ont participé.

Leur déposition commune demande à la commission d'enquête publique de donner un avis défavorable à la construction de cet aéroport en raison de son impact trop important sur les zones humides. Elles rappellent par ailleurs qu’une étude commandée par plusieurs élus locaux en 2011 confirme l’inutilité du projet et demandent qu’il soit abandonné au profit de la modernisation de l’aéroport de Nantes Atlantique. Explications.

 

Une concertation du grand public au rabais


Les enquêtes publiques, auxquelles ces différentes associations ont contribué, ont eu lieu en période estivale, ce qui est peu propice à la concertation du grand public. Le fait d'avoir lancé la démarche d'enquête publique seulement quinze jours avant la date d'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation en matière d'enquête publique plus favorable à la participation montre bien que les promoteurs de ce projet ne cherchent ni à favoriser la participation, ni la transparence.

 

La compensation ne règle rien


Au lieu de rechercher à éviter l'impact d'un tel projet en l'annulant tout simplement, le porteur du projet présente une méthode expérimentale de compensation des atteintes à l’environnement, incompatible avec les objectifs de protection des zones humides.


Pour Bernard Rousseau, responsable du pôle eau et milieux aquatiques à France Nature Environnement : « cette infrastructure va faire disparaître près de cinq cents hectares de zones humides dont les fonctionnalités naturelles, lentement acquises au cours des siècles, entretiennent un bon état de biodiversité et concourent puissamment à la préservation de la qualité de l’eau et ceci sans possibilité de retour. C’est une escroquerie intellectuelle d’affirmer qu’en quelques années, et ailleurs, les aménageurs vont pouvoir reconstituer ce qu’ils ne connaissent pas. »


Fresque 2006 06 25 07

Les porteurs de projets se comportent comme si notre territoire national était infini, en artificialisant, minéralisant, fragmentant toujours plus les espaces. C’est pourquoi FNE milite pour que la France atteigne l’objectif de zéro artificialisation nette du territoire d'ici à 2025, afin de stopper le gaspillage des espaces naturels et agricoles.


Pour Yves Lepage, président de FNE Pays de la Loire, "On nous demande de nous prononcer sur des mesures visant à compenser la destruction de centaines d’hectares d’espaces naturels et agricoles alors que pour nous, seule l'annulation de ce projet est acceptable. Tout le reste n'est que de la poudre aux yeux".

 

Il faut rénover et non pas empiler


Le bureau d'étude néerlandais CE DELFT2 a été missionné par le CéDpa (collectif des élus opposés localement au projet) pour conduire une étude sur le volet économique du projet. Cette étude conclut à l’inutilité du projet en remettant en cause les prévisions de croissance du trafic mises en avant par les porteurs du projet. Cette étude pointe du doigt la faiblesse du nombre de passagers par vol au regard de la taille de l’aéroport Nantes Atlantique dont elle préconise l’optimisation.


Michel Dubromel, Vice-président de FNE : « A l’heure où le ministre des Transports évoque la nécessité de hiérarchiser les projets recensés dans le schéma national des infrastructures de transport au regard de l’état des finances publiques, il n’est pas pensable que ce projet d’aéroport, même défendu par le Premier ministre, puisse voir le jour alors que sa rentabilité n’est pas du tout assurée. »

 

Télécharger ce communiqué en format PDF.

 

1FNE Pays de la Loire, Bretagne-Vivante, Eau et Rivières de Bretagne et la LPO 44

2http://aeroportnddl.fr/file/Etude_pertinence_economique_NDL_CEDPA_oct11.pdf

 

!cid 731094BD4F904E1C8ECCF6E410E235D5@JeanBernard

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans N. D. Des Landes
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 08:30

 

 fnaut logo pdl

 

 

La Fnaut a depuis longtemps réclamé des liaisons directes entre Brest et Nantes, contrariées par la non électrification de Quimper Brest, remise à plus tard. La Région Bretagne, grâce à du matériel bimode, fait circuler un convoi le week end depuis peu. Cette circulation vient d'être momentanément renforcée.

 

 

agc-BI-MODE.JPG

AGC Bimode

 

Jusqu'au 23 août, donc en régime d'été, un Aller Retour quotidien est mis en place, à l'horaire il est vrai plus pratique pour les finistériens que pour les ligériens qui doivent dormir à Brest ; mais ce peut être l'occasion de faire un tour à Oceanaopolis, de découvrir la rade, les chemins côtiers et le nouveau tramway, qui passe non loin de la gare, avant de franchir la Penfeld, sur le pont de Recouvrance.

 

TramBrest-12-001.JPGLe tramway de Brest (photo Vie du Rail et Transport )


A quand deux à trois aller retours quotidiens Nantes Brest, tout à fait justifiés sur cette liaison qui ne manque pas de potentiel, mais d'investissement ?

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT interrégional
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 08:15

Caen : le TVR perd son moteur sur la chaussée !

https://encrypted-tbn0.google.com/images?q=tbn:ANd9GcSLYjqL3CCCk7gWijng8RFfvn1rCzKolqt3ktxTrhECjFX1YhqK Un TVR vient de perdre un moteur

[origine Photo http://www.cotecaen.fr/wp-content/themes/default//images/icone_twitter.png]

 

Le tramway sur pneus perd son moteur sur la chaussée


Dans la nuit du 1er au 2 juillet 2012, un Tramway sur Voie Réservée (TVR) de Caen a perdu son moteur électrique sur la voie.

Aucune personne n'a été blessée forte heureusement. La seule victime a déploré est une perte "collatérale" et c'est le TVR lui-même.

 

La fiabilité du tramway sur fer n'est plus à démontrée

 

Cet incident s'ajoute à la longue liste de déboires que le "tramway" sur pneus (en faite un trolleybus guidé) accumule depuis sa mise en service. Cela ne va pas hâté plus vite pour autant son remplacement qui est acté par la ville de Caen pour 2018 date à laquelle il sera remplacé par un véritable tramway sur fer.


P1080249La roue centrale qui sert au guidage, photo prise sous un TVR à Nancy

Selon un communiqué de Viacités, l’autorité organisatrice des transports de l’agglomération caennaise, l’incident, qui s’est produit à proximité de l’arrêt Bernières, serait dû après analyse "à la rupture des vis de fixation du moteur implanté à l’arrière du véhicule" et qu'aucune anomalie n’avait été constatée lors de la visite de contrôle du serrage des vis de fixation effectuée tout les 30 000 km .

 

La technologie n'est pas toujours la solution miracle...


Nul doute que ce nouvel incident fera perdre ces derniers partisans à ce système de transport qui loin d'être la solution miracle (voir) pour les transports urbains accumule les déboires, les incidents depuis sa mise en service. Un  article de mobilicités retrace également les problèmes juridico-politiques de l'agglomération caennaise face au constructeur...

 

P1020255.JPGLe TVR de Caen est un trolleybus guidé par un rail central. Ce qui en fait  un véhicule routier et non un véhicule ferroviaire
 

 

Pour plus d'information , vous pouvez vous reporter à l'article de fonds de la FNAUT sur le sujet :   FNAUT Infos N°98 - octobre 2001 Les universitaires sur pneus : ignorance et désinformation .


Repost 0
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 09:16

logofnaut2012

 

Si vous pensiez aux squales, aux requins,  vous avez tout faux... Plus destructeur que lui il y a... la  nouvelle route du littoral qui est un danger global pour l'environnement et pour l'homme !

 

Avec ce projet pharaonique de nouvelle route du littoral, l'île de la Réunion court à la catastrophe :

 

+ sur le plan environnemental, car les deux énormes digues vont avoir un impact meurtrier sur la biodiversité terrestre et marine,


+ sur le plan social car ce projet ne sert que les intérêts du lobby automobile au détriment du transport en commun aujourd'hui sacrifié,

 

http://avaazdo.s3.amazonaws.com/26bf2ba1db1d00493421ea02f18f7904.jpg

 

+ sur le plan économique car le chantier ne créera pas d'emplois durables,


+ sur le plan financier car cette route coûtera au bas mot 2,5 milliards d'euros et tous les dépassements du budget initialement prévu seront supportés par les contribuables réunionnais qui sont actuellement parmi les plus endettés de France.

 

Vous aussi dites Non à la Nouvelle Route du Littoral !

 

http://www.avaaz.org/fr/petition/NON_A_LA_NOUVELLE_ROUTE_DU_LITTORAL/

 

Pour avoir une idée de l'impact de cette route  :  http://www.youtube.com/watch?v=hdl7s21Wciw

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Il faut sauver ... Agir avec la FNAUT
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 10:30

 

 

nv logo fnaut

Paris, le 24 juillet 2012

Communiqué

 

Plan automobile : une vision à long terme est indispensable

 

 

Le gouvernement va publier un plan de soutien à la filière automobile française. Ses intentions sont elles à la mesure d’une crise qui n’a pas été anticipée ?

 

1 - Un retour de la prime à la casse est judicieusement écarté en raison de ses effets pervers pour l’industrie et de son coût excessif pour l’Etat. Il doit en être de même de tout autre encouragement financier (aide au crédit) apporté directement aux consommateurs pour l’achat de voitures neuves : l’argent public, devenu rare, ne doit pas être gaspillé.

 

2 - Un renforcement du bonus-malus est envisagé. Mais le dispositif actuel est déjà très coûteux pour l’Etat et ne concerne pas la pollution chimique de l’air. Le bonus n’est pas justifié, il suffit d’alourdir le malus.

 

3 - Un « soutien massif » aux véhicules électriques et aux agrocarburants est également envisagé. Mais cette démarche supposée écologique repose sur des illusions technologiques. En réalité le bilan carbone de ces deux techniques est bien loin d’être positif, comme l’ont démontré, en particulier, les études de l’ADEME.

 

affiche salon déplacement vert

La voiture écologique : un mythe ?

 

4 - Il faut aborder le fond du problème, qui est la politique des transports. Non seulement le marché automobile français n’est plus aujourd’hui qu’un marché de renouvellement du parc, mais le besoin même d’automobile est structurellement en repli en raison de l’offre croissante de transports collectifs, d’aménagements cyclables, de covoiturage, d’autopartage ; de l’altération de l’image valorisante de la voiture, en particulier chez les jeunes ; de la hausse inéluctable du prix des carburants ; de la densification urbaine.

 

5 - Au-delà d’une nécessaire adaptation énergétique et environnementale de la production (qui exige des efforts de recherche mais aussi un alignement de la fiscalité du gazole sur celle de l’essence), c’est donc un ambitieux plan de reconversion progressive des constructeurs et équipementiers automobiles vers des activités d’avenir telles que les énergies renouvelables qui doit être mis en oeuvre.

 

6 - La FNAUT rappelle enfin que d’autres secteurs d’activités sont au moins autant créateurs d’emplois et de richesse que la filière automobile. C’est le cas des transports publics où on peut créer de nombreux emplois pérennes et non délocalisables, et de l’industrie ferroviaire qui va rapidement rencontrer des difficultés en l’absence de stratégie de l’Etat.

 

Contact presse : Jean Sivardière, président de la FNAUT - 04 76 75 23 31

 

 

P1070218P1000744.JPG

Autopartagée à Strasbourg et véhicule électrique de livraison à Carcassonne des solutions d'avenir

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT en France
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 08:00

  image002-copie-2

 

Chaque année, l'État français accorde des dizaines de milliards d'euros de subventions aux activités et secteurs qui polluent, participent aux changements climatiques et menacent la biodiversité (raffineries, transport routier, aviation, agrocarburants...).

 

Et ce alors que ce même État dit chercher partout entre 7 et 10 milliards d'euros pour boucler son futur budget.

Une coalition d'ONG, d'économistes et de citoyens - VOUS - lancent l'appel STOP AUX SUBVENTIONS A LA POLLUTION au Président de la République François Hollande pour mettre fin à ces subventions nocives pour l'environnement.

 

On ne doit plus payer pollueurs !

 

Rendez-vous sur le site www.stopsubventionspollution.fr
pour SIGNER L'APPEL et visionner la vidéo de la campagne.

 

Une fois que vous avez signé, n'oubliez pas d'informer vos proches, amis, familles, collègues...

 

C'est important, et le contexte n'a jamais été aussi favorable pour que les choses changent en profondeur.

Merci

 

 

Marc Mossalgue
Réseau Action Climat - France
01 48 58 83 92

Ils participent :

  • Réseau Action Climat (RAC-F)
  • Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme (FNH)
  • 4D
  • Agir Pour l'environnement (APE)
  • Alofa Tuvalu
  • ATTAC
  • Comité de Liaison Énergies Renouvelables (CLER)
  • Colibris
  • Centre national d'information indépendante sur les déchets (CNIID)
  • Commission Internationale pour la Protection des Alpes (CIPRA)
  • Énergie Partagée
  • Fédération Nationale d'Agriculture Biologique (FNAB)
  • Fédération Nationale des Associations d'usager de Transport (FNAUT)
  • France Libertés
  • France Nature Environnement (FNE)
  • Fédération Française des Usagers de la Bicyclette (FUB)
  • Générations Futures
  • Global Chance
  • Goodplanet
  • Greenpeace
  • Helio International
  • Hespul
  • Humanité et biodiversité
  • Les Amis de la Terre
  • Ligue de Protection des oiseaux (LPO)
  • Mountain Wilderness
  • Oxfam France
  • Peuples Solidaires
  • Réseau Environnement Santé (RES)
  • Solar Génération
  • Women in Europe for a Common Future (WECF)
  • WWF
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Il faut sauver ... Agir avec la FNAUT
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 08:00

nv logo fnaut

 

Communiqué de Presse

Paris, le 22 juillet 2012

 

iDBUS : une initiative à surveiller

 

 

La SNCF, s’inspirant de l’exemple de transporteurs routiers privés, va mettre en service une offre nouvelle de transport par autocar entre Paris et Londres, Bruxelles, Amsterdam.


La SNCF vise le marché des automobilistes tentés par le covoiturage. Cette initiative peut aussi répondre à un besoin des voyageurs à faible pouvoir d’achat mais, compte tenu des écarts de temps de parcours, iDBUS ne devrait concurrencer que marginalement les TGV Eurostar et Thalys.


P1070914

La SNCF est déjà habituée à faire circuler des autocars en France, notamment via sa filiale Kéolis.

(Stationnement des autocars devant l'ancien dépôt machine en gare de Laval)


On peut craindre cependant qu’à travers cette expérimentation, la SNCF, sur le territoire français, cherche trop facilement à remplacer par des iDBUS certains services ferroviaires Intercités, voire à réduire ses offres de tarifications à bas prix.


La FNAUT attend de la SNCF qu’elle consacre le même effort d’innovation et de recherche de qualité de service aux trains Intercités qu’à iDBUS : le rôle de la SNCF est d’abord de faire circuler des trains à des coûts maîtrisés et de les remplir.

 


http://www.idbus.fr/sites/speed/files/sncf_banner_FR.png

iDBUS : une autre manière de prendre l'autocar ? voir le site

 

 

Sur les itinéraires où il est disponible, le train classique peut et doit être valorisé par des initiatives techniques (matériel moderne, aisément accessible), organisationnelles (trains à tranches multiples, personnel polyvalent) et commerciales (fréquences, services à bord, tarification simple et attractive).

 

 

Contact presse : Jean Sivardière, président de la FNAUT 


Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT en France
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 08:15

nv logo fnaut

 

Communiqué de Presse

Paris, le 12 juillet 2012

 

 

Lignes à grande vitesse : la FNAUT s’étonne des intentions du gouvernement

 

 

 

S’appuyant sur une recommandation de la Cour de Comptes, le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, vient de déclarer que le gouvernement pourrait renoncer à de nouvelles liaisons ferroviaires à grande vitesse (LGV) afin d’économiser l’argent public.


Le Schéma National des Infrastructures de Transports (SNIT) publié par le gouvernement précédent et dénoncé de longue date par la FNAUT, est certes une collection de projets coûteux (260 milliards d'euros, dont un tiers à la charge de l'Etat et un autre tiers à la charge des collectivités locales), incohérents, non hiérarchisés et non financés.


Il est cependant étonnant que le ministre focalise son attention sur les LGV. A juste titre, il estime prioritaire une rénovation du réseau ferré classique – mais sans annoncer les nouveaux moyens financiers nécessaires pour l’accélérer. Cette approche n’est pas satisfaisante.


1 - Des économies sont nécessaires, mais elles doivent porter en priorité sur les projets inutiles ou nocifs pour l’environnement : autoroutes (A45, A831,…) dont on sait depuis longtemps qu’elles ne permettent pas de venir à bout de la congestion routière ; aéroport de Notre-Dame-des-Landes; canal à grand gabarit Seine-Nord, qui placerait l’Ile-de-France dans l’orbite des ports belges et néerlandais au détriment du Havre, dont il faudrait au contraire renforcer la desserte ferroviaire.

 

Fresque 2006 06 25 07

Les économies doivent porter en priorité sur les projets inutiles ou nocifs pour l’environnement(cf Notre Dame des Landes)


2 - La pénurie d’argent public n’est pas inéluctable. De nombreuses niches fiscales antienvironnementales peuvent être supprimées : non-taxation du kérosène consommé en transport aérien intérieur, sous-taxation du carburant diesel par rapport à l’essence, surestimation d’environ 30% du coût d’usage de l’automobile par le barème fiscal kilométrique… Plusieurs milliards d’euros par an sont disponibles.


3 – Outre les gains de temps qu’elle peut apporter aux voyageurs, et qui n’ont rien de marginal, la construction de nouvelles LGV bien sélectionnées permet de réduire les trafics aérien et routier (dont les nuisances locales, la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre sont particulièrement élevées), et de désaturer le réseau classique (en particulier les lignes littorales Perpignan-Montpellier et Marseille-Nice) au bénéfice du TER. Aucun programme de redéveloppement du fret ferroviaire n’est possible sans des LGV absorbant le trafic voyageurs.


tgvrhone

La construction de nouvelles LGV bien sélectionnées permet de réduire les trafics aérien et routier


La FNAUT attend donc du gouvernement qu’il révise le SNIT sans a priori, en effectuant un tri raisonné parmi les projets de LGV, qui ne sont pas tous prioritaires, et en cherchant à provoquer les transferts de trafic les plus bénéfiques pour l’environnement.


Contact presse : Jean Sivardière, président,

téléphone 04 76 75 23 31.

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT en France
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 08:00

 Logo-FNE-web-little.jpg

Communiqué de Presse

vendredi 6 juillet 2012

 

« Dieséliser » tue

 

Comme chaque année, le début de la période estivale est synonyme de grands départs en vacances. Des millions de véhicules vont ainsi quitter les grandes agglomérations pour rejoindre plages et autres lieux de villégiature. Présent sur une majorité de véhicules, le moteur diesel tue, rend malade et coûte cher : morbidité et coûts sanitaires, dégradation des conditions de vie, destruction de l’environnement et amendes à payer aux institutions européennes pour non respect de la législation dus aux dépassements de polluants.

 

Le constat

 

Les trois quarts des voitures vendues aux particuliers roulent avec un moteur diesel et plus de 80% du fret se fait par la route. Victime de politiques fiscales, d’aménagement du territoire et de transports qui ont entrainé toute l’économie depuis plusieurs décennies dans le « tout automobile » très dieselisé, la France doit aujourd’hui faire face au revers de la médaille.

Les gaz d’échappement diesel, prétendument moins polluants car moins émetteurs de CO2 sont désormais reconnus comme cancérogènes avérés par l’OMS et sont responsables de l’émission de particules fines et de NOx néfastes pour la santé. On estime à 42000, le nombre de morts par an en France, liées à la pollution de l'air par les particules fines dont celles issues des diesel.

 

Le traitement des maladies liées à la qualité de l’air coûte très cher à la collectivité (à minima, entre 20 et 30 milliards d’euros par an selon un rapport provisoire de la Cour des Comptes). De plus, le carbone suie contenu dans les particules fines se dépose sur les glaces des pôles et contribue directement au changement climatique, en accentuant leur fonte.

 

P1060895

 

 

Sortir le diesel de nos villes

 

Les solutions de mobilité proposées pour l’instant sont insuffisantes pour nous sortir de l’ornière et notamment en ville où les particules fines de diesel sont les plus nombreuses. Les automobilistes sont les premiers exposés dans leur habitacle suivis des cyclistes et des piétons et bien évidemment des riverains. Toute politique de transports et de mobilité durable doit concilier nos besoins de déplacements avec le respect et la préservation de notre qualité de vie et de l’environnement.

 

Selon Michel Dubromel, Vice-président et responsable Transports et mobilités Durables de FNE : « Pour atteindre cet objectif il convient de se déplacer et transporter moins, mieux et autrement, en agissant aussi bien sur l’offre de transport et les types de mobilités proposées que sur la demande en transports et les comportements.»

 

Des actions sont possibles !

 

FNE appelle en priorité à l’interdiction des poids lourds et des véhicules les plus polluants en ville. Elle demande également le développement des alternatives, tels que le développement des transports en commun, du co-voiturage et de l'auto-partage, les camions électriques ou hybrides pour les livraisons du dernier kilomètre, dans le cadre des plans de déplacements urbains (PDU) ainsi que des plans de déplacements en entreprise. Enfin, FNE réclame la suppression des avantages fiscaux offerts au diesel.

 

télécharger le dossier le presse

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNE - Communiqué de Presse
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 08:00

Logo-FNE-web-little.jpg

  Communiqué de presse

 

Les infrastructures de transports, poids-lourds du déficit de l’Etat

 


Alors que le gouvernement s’efforce actuellement de trouver des moyens pour réduire le déficit public abyssal, trois français sur quatre préféreraient que le gouvernement réduise les dépenses publiques plutôt qu’augmenter les impôts selon un sondage Ifop pour Acteurs publics. L’abandon de nombreux projets d’infrastructures en débat aujourd’hui, dont l’utilité publique est très contestable et les impacts sur l’environnement très lourds, constituerait une manne financière non négligeable. France Nature Environnement demande la suspension des projets symptomatiques.

 

Des grands projets d’infrastructures dispendieux et inutiles


L’évaluation des projets du Schéma National des Infrastructures de transport (SNIT), représente dans son ensemble, hors projet « Grand Paris », au moins 260 milliards d’euros dont près de 86 milliards d’euros seraient à la charge de l’Etat et 97 milliards d’euros à la charge des collectivités locales, le reste étant pris en charge par d’autres partenaires. Certains projets peuvent faire l’objet d’un abandon dans un contexte de déficit public.

540 millions pour l’aéroport de Notre Dame des Landes, 360 millions pour l’aéroport de Mayotte, plus de 300 millions pour l’autoroute Castres-Toulouse, 16 milliards pour la ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon, 4 milliards pour l’autoroute Bordeaux-Toulouse…Les sources d’économies ne manquent pas !

 

L’abandon du Grand Contournement Ouest de Strasbourg montre la voie

 

Le ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie a récemment fait savoir que le groupe Vinci n’était plus le concessionnaire pressenti du Grand Contournement Ouest de Strasbourg signant ainsi la fin de ce projet d’un budget de 600 millions d’euros pour 30 km d’autoroute. Ce projet aurait sacrifié 350 hectares de terres parmi les plus riches d’Alsace et mis un coup d’arrêt à toutes les actions de protection du Grand Hamster pour lequel la France encoure une condamnation par la Cour de Justice de l’Union européenne pour non respect de la Directive Habitats.
Michel Dubromel, Vice-président de France Nature Environnement : « la décision de l’abandon de ce projet arrive au moment du grand débat sur l’équilibre du budget de la nation et doit montrer la voie aux autres projets d’infrastructures ».

 

Notre Dame des Landes : une suspension est nécessaire


Le projet de nouvel aéroport cumule les impacts environnementaux négatifs pour un bénéfice douteux. Outre l’activité agricole sinistrée, les milieux naturels, le climat et les territoires en seraient les principales victimes. Face à la prise de conscience de tout un territoire, prenons le temps de la réflexion face à un projet de plus de 540 millions d’Euros ! Des solutions alternatives sont disponibles. France Nature Environnement propose que l’Etat suspende le projet de Notre Dame Des Landes et les grands projets nuisibles, jusqu’au retour à l’équilibre des finances publiques.


Bruno Genty, président de France Nature Environnement : «La suspension des projets d’infrastructures dénoncés par FNE à cause de leur impact environnemental et au regard du faible service qu’ils rendent, constituera une économie budgétaire significative mais aussi un signal d’espoir pour l’environnement».

 

 Télécharger ce communiqué en format PDF. 


Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNE - Communiqué de Presse
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques