Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 08:00

 

logo-fnaut-pdl195.jpg

 

 

VOUTRE : Les granulats ne prennent plus le train à la suite d' une décision contestable de la part de la SNCF. 

 

Depuis le 22/10/1997 les carrières de VOUTRE, le plus important exportateur mayennais de granulats et de sable de la SNCF, assuraient l’approvisionnement des chantiers du Mans par le rail via la station d’enrobage de SACER à Spay et de COLAS à Monfort-le-Gesnois (Sarthe).

 

C'était presque 115 000 tonnes de trafic annuel  (en 1997) qui avaient été ainsi reprises à la route ; pourtant une distance d’environ 50 km seulement séparait les deux sites. C’était une première pour l'époque et l'expérimentation avait été transformée en modèle au point que l'ADEME (     ) citait cette expérience partout en France.

P1040917.jpg

 

Elle permettait de contredire le discours traditionnel en matière de transport de marchandises qui stipulait que le rail n’était pertinent qu'à partir de 150 km.

 

Des trains de 22 wagons n'effectuaient que des rotations...


La clé de cette réussite résidait dans une organisation adaptée et cadencée, des aménagements des sites de réception et un parcours terminal en camion. Les trains de 22 wagons n’effectuaient que des aller retours.

En somme un transport rail/route sur courte distance, qui n’avait été possible que grâce au changement d’attitude de la SNCF. En 1997, la société nationale annonçait s’intéresser aux courtes distances !

 

A l'époque, c'était l'osmose entre la la direction des carrières et la SNCF. La démarche, plus commerciale et plus performante face à la concurrence de la route était reconnue par le carrier...

 

Mais voilà, 14 ans plus tard, le transport vers Le Mans est arrêté...  

 

C'est ce qu'à décidé le président du directoire des Carrières de l'ouest. En effet,  la SNCF a triplé ses tarifs de fret pour 2012. Déjà en 2011, les carrières avaient supporté une hausse du coût de 25 %. (voir)


Les Carrières de Voutré ont rompu le contrat avec la SNCF et mis plus de camions sur les routes depuis le 1er décembre.

 

Ce qui n'est pas sans faire réagir l'Etat, car l'autorisation d'exploitation avait été accordée en 2000 sur la base d'un transport des cailloux, réalisé à 40 % par voie ferrée.


P1040920-wagon-tremis.JPG 

 

L'écologie et la préservation de l'environnement  : la SNCF s'en moque ...

 

En augmentant ses tarifs de manière excessif , la SNCF contribue à renchérir le fret ferroviaire ...

Pourtant le retour du trafic sur la route a des conséquences immédiatement visibles:

 

+ sur l’environnement (plus de bruits, de pollutions, de vibrations... ),

+ sur la sécurité routière (plus de trafic sur le même axe, insécurité accrue lors de la traversée des communes...),

 et sur la qualité du réseau routier ( 99% de l’usure des chaussées est imputable aux camions ) ...

 

Pour  les collectivités, le constat est déjà établi cela veut dire que les routes vont continuer à se dégrader, que la sécurité va être amoindrie et qu'au final le contribuable va payer...

 

 

Le ferroviaire  : une situation idéale pour le transport de granulats

 

Le train est pourtant la solution idéale en raison des capacités de transport et de souplesse parce que chaque train évite ainsi la rotation de 60 camions par jour ( ou 16 000 passages de camions en moins vers le Mans ).


Le transport combiné ou intermodal rail-route est une solution d’avenir d’autant plus que le bilan écologique est très favorable à ce mode de transport qui lutte efficacement contre les coûts externes (pollutions, nuisances, accidents, congestions de la voirie ... ) et atténue le bilan global des carrières qui sont, elles, génératrices de pollutions.

 

 

Décision incompréhensible !

 

Le transfert de trafic de la route vers le rail a des conséquences immédiatement visibles:

 

+ sur l’environnement (moins de bruits, de pollutions, de vibrations... ),

+ sur la sécurité routière,

 et sur la qualité du réseau routier ( 99% de l’usure des chaussées est imputable aux camions ) ...

 

P1020920

 

Un immense gachi qui profite toujours à la route...

 

D'une expérience exemplaire et qui aurait pu faire tâche d’huile, il ne reste qu'une impression de ratage.


Alors que les pouvoirs publics, les collectivités régionales ou locales se "gargarisent" de discours sur le développement durable ou font la promotion du transport bimodal rail/route, aucune ne soutient l'exploitant historique, la SNCF, pour lui permettre de pérenniser son trafic alors qu'elles financent abondamment les infrastructures routières (rocades, déviations, grands contournements...) contribuant ainsi d'une manière détournée à subventionner le transport routier de marchandises. La vitesse d'un train de marchandises stagne à 15 km/ heure alors que les camions bénéficient de temps de parcours améliorés au frais du contribuable ! 

 

Force est de constater que la SNCF, en 1997,  avait réagi efficacement pour enrailler le déclin du fret  et ne s'était pas contentée d’accompagner le déclin du rail.

 

En 2012, l'entreprise publique a retrouvé, à travers sa décision d'augmenter ses tarifs d'une manière exorbitante, une "logique" nihiliste qui en fait un des acteurs responsables de la dégradation du fret ferroviaire.

 

Fabrice  EYMON

 

 

 

N B:

+ Le camion est le moyen de transport de marchandises dont l’efficacité énergétique est la plus faible.

+ La route assure 60% du transport des marchandises mais consomme prés de 95% de l’énergie consacrée aux transports de marchandises.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Sarthe
commenter cet article

commentaires

Aymeric 28/01/2012 19:50

La SNCF fait tout pour se débarrasser du fret. Cette activité ne l'intéresse plus, seule les TGV l'intéresse ... Les compagnies privées et opérateurs ferroviaires de proximités sont la solution.
Certains ne les aiment pas et ne veulent pas les voir rouler, ni la SNCF d'ailleurs, mais il vaut mieux avoir des compagnies privées opérateurs de fret ferroviaire que des camions en plus sur les
routes déjà bien envahies. Rest maintenant à l'État de jouer le jeu et renforcer le rôle du transport ferroviaire de fret et empêcher le démantèlement continue des petites installations
ferroviaires de fret dans les petites gares qui amenuise petit à petit la possibilité pour des opérateurs ferroviaires de proximité d'exploité des wagons isolés ou des trains de marchandises courts
...

Fnaut Pays de la Loire 29/01/2012 10:55


Pour aller dans le même sens la SNCF est le 1er transporteur routier avec sans doute la 1ere flotte de camions.... Et pour en rajouter NOVATRANS est dans une situation catastrophique au point que
la filiale spécialisée dans le rail route est comparée à SEA FRANCE !


dominique Romann 28/01/2012 10:50


Les carriers connaissent parfaitement les différents opérateurs ferroviaires, SNCF et leurs nouveaux concurrents (ECR, ...). Mais le ferroviaire est généralement plus coûteux que le camion sur
les courtes distances. PRB a transféré du trafic du camion vers le train, mais c'est pour un long trajet vers le Sud Est.


La SNCF, peu réactive et chère, n'est donc pas la seule fautive. L' Etat lui a demandé de ne pas perdre d'argent et la SNCF ne fait que ce qu'on lui demande.  L'Etat ne veut pas taxer le
transport routier (aide au carburant, absence de taxe carbone ou km, augmentation de la charge utile autorisée, etc...) et les départements acceptent bon gré mal gré de refaire les routes
démolies par les camions, alors qu'ils refusent fréquemment de mettre de l'argent dans la réfection des voies ferrées.


Il ne faut donc pas mettre tous les torts sur le dos de la SNCF.


 


 


 

Fnaut Pays de la Loire 28/01/2012 15:56


Un rappel nécessaire ... il est préférable de "connaître la musique avant de tirer sur le pianniste"...


Jacques 24/01/2012 22:54


Tout dépend de quelle manière l'appel d'offre a été lancé. Les Carrières connaissaient-elles ECR ?


Qui les a conseillé ? Sans doute pas la SNCF !

Fnaut Pays de la Loire 24/01/2012 23:31


Le montant du contrat n'est pas négligeable : l'appel d'offre doit selon son montant faire l'objet de publications dans la presse spécialisée. Ce n'est pas de l'interêt du carrier de ne pas avoir
de réponses... ECR assure dejà il me semble des trains sur cette ligne...


Jacques 24/01/2012 11:01


Même avec une augmentation de tarif de 25%, je ne comprends pas cette décision. Le coût du routier ne peut qu'être supérieur ne serait-ce que par le coût du carburant et les charges salariales
des conducteurs de camions. Je ne m'appesentis pas sur le coût infligé à l'environnement.


Pourquoi les carrières ne se rapprocheraient-elles pas de PRB à La Mothe-Achard qui a pris la décision tout à fait opposée dernièrement en confiant au rail son traffic de granulés ? Certes le
traffic PRB ne sera pas assuré par la SNCF mais par ECR. Pourquoi ne pas faire pareil ?

Fnaut Pays de la Loire 24/01/2012 11:35


Visiblement aucune entreprise ferroviaire n'a répondu à l'offre des carrières...


N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques