Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 01:33
http://www.arafer.fr/wp-content/uploads/2015/09/nuage-arafer-autocar.png

L’Arafer est une autorité publique indépendante créée fin 2009 sous le nom d’Autorité de régulation des activités ferroviaires (Araf), pour veiller au bon fonctionnement du marché ferroviaire en France. Ses missions ont été étendues en 2015 au transport interurbain par autocar et aux autoroutes sous concession, faisant de l’Arafer un régulateur de transport multimodal. Depuis 2016, l'Arafer corégule les conditions d'accès au tunnel sous la Manche, avec l'Office of rail & road, son homologue britannique.

 

Communiqué de Presse

Paris, le 8 février 2017
 

L’Arafer ne valide pas les péages 2018 de SNCF Réseau et ouvre par ailleurs une procédure en manquement suite à l’introductionde modifications touchant au droit d’accès des opérateurs à l’infrastructure ferroviaire.

 

http://www.arafer.fr

Repost 0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 07:39

Pas né de la dernière pluie...

Si l'information vous parait suspecte, c'est que vous êtes d'un naturel méfiant ou tout simplement vous ne prenez pas pour argent comptant ce que l'on vous annonce .... Car un usager avertie en vaut deux !

 

La SNCF n'a pas augmenter ses prix ... c'est une bonne blague !

Même si en 2017, année de promesses et de cadeaux (élections obligent), la SNCF a annoncé l'absence d'augmentation de ses prix, rien ne prouve qu'au moment de l'achat, le prix du billet ne sera pas plus élevé pour autant. Tout simplement et c'est la FNAUT qui a levé le lièvre car même si ce sont les prix des billets les plus chers qui n'augmentent pas, ce n'est pas le cas pour tous ! Exemple a l'appui, si un trajet Paris-Lyon fait au maximum 100 €, ce tarif ne va pas changer.

En revanche, rien n'empêche la SNCF, qui pratique le yield management,(l'entreprise fait varier ses prix en fonction de la demande), de proposer en 2017 davantage de billets à 80 € plutôt qu'à 70 €. Au final, les prix des billets auront augmenté.

 

La stratégie tarifaire de la SNCF loin d'être transparente 

Comme le dit Jean Lenoir, le vice-président de la FNAUT « La stratégie tarifaire de la SNCF est gardée secrète » et il quasi impossible de connaître la clef de répartition tarifaire dans une rame de TGV. L'usager peut toujours se tourner vers la concurrence quand bien même il soit   « Difficile pour la compagnie ferroviaire de maintenir des prix trop hauts ». Encore une chance pour voyager en train !

Le statu quo tarifaire a été imposé par la tutelle de l'Etat. Il peut cacher des rattrapages insidieux effectués par l'entreprise ferroviaire sur ses tarifs minimum ou intermédiaires ou bien sur le quota de petits prix mis en vente. Le yield management insidieusement, permet en effet de nombreuses astuces pour faire varier le prix moyen acquitté par les voyageurs.

 

Un gel des tarifs annoncé officiellement

C’est l'Etat, le Ministère de tutelle qui a annoncé le gel tarifaire, le deuxième depuis 2016. Même si l'annonce a été faite officiellement que "les tarifs SNCF n'augmenteront pas au 1er janvier 2017, il est difficile de se défaire d'une réalité car depuis le début de la décennie, l’entreprise publique – avec l’accord de l’Etat – a trop souvent sollicité le pouvoir d'achat de ses clients-usagers : +2,85% d'augmentation en 2011 ; +3,2% en 3012 , +2,3 % en 2013 ; +3%  en 2014 ; +2,6 % en 2015

La SNCF a assumé seule une politique tarifaire sans aucun contrôle de l'Etat, autorité de tutelle, avec comme conséquence, le sentiment qui se développe au sein des usagers que le TGV est hors de prix aux horaires et aux périodes les plus prisés et si on ne réserve pas des semaines à l’avance. Et ce n'est pas une campagne de publicité qui pourra effacer ce sentiment profond...

La SNCF ce n'est pas elle qui devait nous faire préférer le train ?

 

 

Repost 0
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 07:30

 

logofnaut2012

 

Communiqué de Presse

29 décembre 2014

 

 

SNCF : une hausse tarifaire injustifiée et dangereuse

 

Début 2014, la SNCF a augmenté ses tarifs de 2,8 %, mais seulement pour répercuter la hausse du taux de TVA de 7 % à 10 %. Elle vient d’obtenir du gouvernement une forte hausse d’une partie de ses tarifs (+ 2,6 %), très supérieure à l’inflation (0,9 % en 2013 + 0,3 % en 2014).


Une hausse injustifiée 

  • La qualité de l’offre se détériore (fermetures de points de vente, suppressions inopinées de trains, transferts sur route de services TER et Intercités, grèves répétitives).
  • La hausse n’offre aucune garantie d’amélioration de l’offre.
  • Enfin, avant d’augmenter ses tarifs, la SNCF doit en priorité maîtriser ses coûts de production.

 

Une hausse dangereuse 


Au moment où le prix des carburants automobiles vient de chuter et où se développe la concurrence agressive de l’avion à bas coût, de l’autocar interrégional et du covoiturage, la hausse risque de décourager les voyageurs d’utiliser le train. 

 

Et la transition énergétique ? 


La FNAUT s’étonne que cette nouvelle hausse ait été approuvée par le gouvernement, et plus particulièrement par le ministère de l’Ecologie qui préconise une « transition énergétique », alors qu’il s’oppose à la hausse pourtant faible (0,57 %) des péages demandée par les sociétés concessionnaires d’autoroutes.


Pour des raisons sociales et écologiques évidentes, le train doit rester un transport de masse accessible à tous. La FNAUT demande au gouvernement d’abaisser le taux de la TVA sur les transports publics de 10 % à 5,5 %, taux en vigueur pour d’autres produits de première nécessité.


 

P1100643

Repost 0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 12:00

 

L'affirmation est fausse et très éloignée de la réalité...

 

Le ministre de l’Economie veut promouvoir le transport privé par autocar en indiquant que  le car coûte « de 8 à 10 fois moins cher que le train ».

Cette affirmation est fausse et très éloignée de la réalité comme le démontre deux expertises réalisées récemment à l’initiative de la FNAUT. Elles montrent conjointement que la différence de prix entre le train et l’autocar est très nettement inférieure à celle qui est avancée par le Ministre.

 

Cette manipulation des chiffres accrédite l’idée, répandue mais fausse, que le train est toujours cher, donc fait pour les riches, et que l’autocar est le transport des « pauvres ».

 

Et sI le Ministre souhaite voir les tarifs des transports interurbains plus accessibles aux voyageurs les plus modestes, il suffit que son Ministère ramene à 5 %, au titre des services de première nécessité, le taux de TVA sur les transports publics récemment porté de 7 % à 10 %.

 

 

CQFD...

 

P1070909



 Mais non, Monsieur Macron, le car n’est pas moins cher que le train...

 

 

Dans le cadre d’une expertise sur le covoiturage, suggérée par la FNAUT et financée par le GART et l’UTP, le cabinet ADETEC a étudié les prix proposés le 15 novembre 2013 par les transporteurs pour un trajet Paris-Lyon effectué au cours de la quinzaine suivante, et le 20 décembre 2013, début des congés de fin d’année.

  •   Le prix de l’autocar : Il était compris entre 19 € et 42 € (Eurolines) ou entre 29 € et 39 € (iDBus).
  •   Le prix du train : Le prix du TGV dépend fortement du jour et de l’heure de départ.

Les prix cités ci-dessous concernent la seconde classe.

 

Prix proposés le 15 novembre

  • Sans carte de réduction, le tarif du TER était de 62 €. Le tarif minimum du TGV était compris entre 29 € et 51 € ; le tarif médian (1) entre 53 € et 92 € ; le tarif maximum entre 65 € et 92 €.
  •  Avec une carte Jeune, le tarif du TER était compris entre 31 € et 48 €. Le tarif minimum du TGV était compris entre 27 € et 36 €, le tarif médian entre 38 € et 67 € ; le tarif maximum était de 67 €.

 Prix proposés le 20 décembre

  • Sans carte de réduction, le tarif du TER était de 62 € ; le tarif minimum du TGV était compris entre 38 € et 92 €.
  • Avec une carte Jeune, le tarif du TER était compris entre 31 € et 48 € ; le tarif minimum du TGV était compris entre 36 € et 67 €.

Une expertise du cabinet Beauvais-Consultants, également suggérée par la FNAUT et financée par le GART, l’UTP, la SNCF et plusieurs autocaristes, avait déjà montré que les prix moyens (2) de l’autocar et du TER sont très voisins, de l’ordre de 7 centimes par km, le prix moyen du train Intercités étant de 9 centimes et celui du TGV de 10 centimes sur les relations intérieures.

 

P1090946

 

(1) Le tarif médian est le tarif en dessous duquel se situent la moitié des tarifs proposés.

 

(2) Le prix moyen est obtenu en divisant les recettes commerciales (perçues par le transporteur) par le nombre de kilomètres parcourus par les voyageurs.

 

voir  communiqué de Presse sur le sujet

 

  octobre 2014

 

 

 


Repost 0
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 09:00

logofnaut2012

 

 

Le ministère des Transports vient d'indiquer jeudi 31 juillet que les tarifs de la SNCF n'augmenteront pas au mois d'août. Cette annonce a été faite dans un message laconique diffusé  jeudi :

 

Frédéric Cuvillier a décidé qu'il n'y aurait pas d'augmentation des tarifs de la SNCF au mois d'août 2014.  Au 1er janvier 2014, seule la hausse de la TVA avait été répercutée sur le prix des billets des TGV et TER.  Attentif au pouvoir d'achat des usagers des transports, Frédéric Cuvillier a souhaité que les tarifs de la SNCF n'aillent pas au-delà.


Les tarifs de la SNCF avaient déjà augmenté en janvier et la hausse avait été supérieure à l'inflation. Les usagers ont ensuite  été affecté par la hausse de la TVA sur les titres de transport, qui est passée de 7 à 10%.  
 

 

Les tarifs sont recalculés à partir d'un barème kilométrique validé par l'Etat qui prend en compte plusieurs facteurs comme la hausse générale des prix par exemple. Au cas par cas, cependant, selon le type de train emprunté (TGV, TER etc.), les politiques tarifaires varient, sans compter les diverses offres promotionnelles comme sur la Bretagne cet été.


Régulièrement la FNAUT proteste contre l'augmentation des tarifs car bien souvent les services ne suivent pas ...
Il faut donc saluer la non augmentation des tarifs de la SNCF décidée par l'Etat qui préserve le pouvoir d'achat des usagers et qui du même coup ....épargne celle du président de la République ?

2005-angers-gare-sncf-nouveaux-distributeurs-v.jpg
Repost 0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 08:00

 

LOGO-FNAUT192.jpg

 

 

 

Communiqué de presse du 28 décembre 2011

 

 

Tarifs SNCF : la FNAUT réclame une offre de trains à bas prix

 

La hausse des tarifs que vient d'annoncer la SNCF s'explique par le rattrapage de l'inflation 2011, évaluée à 1,7%, et par la hausse du taux réduit de TVA de 5,5% à 7%.

 

Les tarifs de la SNCF doivent par ailleurs supporter la hausse des péages exigés par RFF pour lui permettre de rénover et de moderniser le réseau classique après plus de 20 ans d'abandon.

 

La FNAUT déplore la décision du gouvernement relative à la TVA : les transports publics - urbains, routiers et ferroviaires - font en effet partie des services de première nécessité, et leur usage devrait être encouragé selon les objectifs du Grenelle de l'environnement.

 

P1010718--2-.JPG

 

 

La FNAUT rappelle que les tarifs du TGV et des trains Téoz et Lunea sont considérés comme excessifs par les familles et par les voyageurs obligés d'organiser leurs déplacements en dernière minute et d'acquitter alors le prix fort.

 

Cependant le TGV, s’il est très performant, est une technique intrinsèquement coûteuse en infrastructures et en matériel roulant.

 

C'est la raison pour laquelle la FNAUT demande que la SNCF maintienne, parallèlement aux lignes à grande vitesse, un minimum de services ferroviaires Intercités, plus lents mais aux tarifs plus accessibles - et renonce à mettre en place des services d'autocars qui ne répondent pas aux besoins de confort des voyageurs et ne relèvent pas de la mission de la SNCF.


P1020580.jpg

 

Quant aux trains de jour Téoz, la SNCF devrait renoncer à la réservation obligatoire coûteuse, l'expérience montrant que, quand ils ont le choix, les voyageurs préfèrent utiliser des trains facilement accessibles.


 

Contacts presse

Jean Sivardière, président de la FNAUT, 04 76 75 23 31

Jean Lenoir, vice-président, 01 48 73 84 81

Repost 0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 08:00

LOGO-FNAUT192.jpg

 

 

La Fédération Nationale des Usagers des Transports dénonce la hausse de 3,2 % que la SNCF va appliquer en 2012 aux TGV et aux trains Téoz et Lunea.

Repost 0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 08:00

 

... à bord pour fixer ses tarifs ?

 

logo FNAUT

 

C'est souvent au coeur de l'été que sont prises des décisions qui passent presque inaperçu sans contestations possibles. Pourtant les répercutions sont importantes c'est le cas d'un décret publié cet été dans le journal officiel qui laisse à la SNCF les coudées franches dans la fixation des prix....

 

Ainsi, le décret 2011-914 du 29 juillet paru au J.O le 31 juillet, laisse à la SNCF a possibilité  de décider de sa future politique tarifaire.

 

Ce décret s'il rentre en application annonce des modifications tarifaires futures à la SNCF qui ne contribueront pas à rendre le prix du billet de train plus transparent.  L’article 14 (voir)  précise les conditions.

  SNCF logoHD

Le but :  

 

Pouvoir adapter l’encadrement des tarifs de la SNCF à la faveur de l’ouverture progressive à la concurrence du marché ferroviaire. En un mot permettre au service public d’équilibrer ses comptes.

 

La situation nouvelle : 

 

Disparition des périodes de pointe et normale, le tarif le plus bas sera le prem’s, le plus élevé celui de la seconde classe plein tarif en période de pointe actuelle.


P1080338

 

L’opérateur historique pourra bénéficier d’un panel beaucoup plus large de prix.


Jusqu’ici, lorsqu’un train était en période normale, les prix ne pouvaient pas aller au-delà du plafond de la 2e classe plein tarif période normale, même quand la demande était forte.


Et, lorsqu’un train était en période de pointe, les prix ne pouvaient pas être en-deçà du tarif le plus bas possible fixé pour une 2e classe période de pointe, même quand la demande était très faible.

 

La SNCF pourra donc s’affranchir de cette contrainte.


P1080267

Au Congrès national à Nancy

 

Voilà qui va satisfaire pleinement Monsieur Azéma (directeur délégué SNCF) grand adepte du yield management, et que nous avons pu entendre lors de notre congrès national à Nancy en novembre dernier. Lors de sa conférence de presse du 28 juillet pour la publication des résultats semestriels de l’entreprise il laissait bien entendre les futures dispositions du décret.

 

L’échéance :

 

Il faudra un arrêté conjoint des ministères concernés pour application, et après consultation des associations d’usagers précise le décret.

La FNAUT sera-t-elle consultée. Nous l’espérons. Réponse au prochain épisode à l’automne !

 

 

D'après le site de la FNAUT Franche Comté : http://www.fnaut-fc.fr/spip.php?article354 

 

Repost 0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 08:00

 

logo FNAUT

 

Communqué de la FNAUT Nationale

 

 

Un communiqué de presse de la SNCF inadmissible. Des évolutions de prix supérieures à l’inflation.

 

Par un communiqué de presse du 23 juin, la SNCF annonce les évolutions tarifaires au 1er juillet 2011 des Intercités (les trains d’équilibre du territoire sans réservation obligatoire) et des TER qui sont soumis au barème kilométrique.

 

Les 8 exemples cités ne mentionnent que des écarts de prix en euros, à partir desquels on doit calculer les augmentations, qui apparaissent comprises entre 2,27 % et 2,99 %.

 

Contrairement aux pratiques antérieures élémentaires, le pourcentage moyen d’augmentation des prix homologués par l’Etat n’est plus mentionné.


P1020579.jpg

 

Les éléments fournis sur 8 prix seulement (moyenne : +2,63 %) ne permettent pas d’apprécier le niveau réel d’augmentation, à rapporter à une inflation de 2 % entre mai 2010 et mai 2011. Ce niveau est notamment d’autant plus important que les prix des déplacements en TER pour les voyages familiaux occasionnels est jugé comme très élevé.

 

La FNAUT demande à l’Etat, autorité organisatrice des TET, mais aussi tutelle de la SNCF, de faire rétablir immédiatement une information claire et complète sur la tarification : évolution moyenne réelle au 1er juillet 2011, information sur les distances des voyages et méthode exacte de calcul des prix.

 

La FNAUT rappelle également que si les cartes commerciales 12-25, Escapade, Enfant+ et Senior n’ont pas augmenté depuis 3 années consécutives, le nouveau calendrier voyageurs instauré en juillet 2008 reste très inadapté aux Intercités province – province et conduit à des augmentations de prix très importantes à certaines périodes pour les titulaires de ces cartes.

 

FNAUT Nationale

28 juin 2011

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 08:00

LOGO-FNAUT192.jpg

 

Communiqué de Presse du 26 janvier 2011

 

 

Pour la FNAUT, la hausse des tarifs TGV ne résout pas le problème de financement du système ferroviaire

 

La hausse moyenne de 2,85% des tarifs TGV, Teoz et Lunea en 2nde classe plein tarif, homologuée par l’Etat, est supérieure au taux de l’inflation constatée en 2010, soit 1,7%.

Elle peut sembler « raisonnable » au regard de la hausse de 5% que demandait la SNCF, mais elle pèsera sur le budget des voyageurs en s’ajoutant à celles des années précédentes, elles aussi supérieures au taux de l’inflation.


2005-angers-gare-sncf-nouveaux-distributeurs-v.jpg

 

Une évolution tarifaire obscure

 

Il est difficile de se prononcer sur l’évolution réelle des tarifs en raison de la complexité et du manque de transparence de la tarification SNCF :


+ l’Etat n’homologue que les tarifs Loisir maximum ;

+ les quotas de places accessibles aux tarifs Loisir réduits (avec ou sans cartes commerciales) sont inconnus ;

+ la documentation fournie aux voyageurs ne permet plus de déterminer facilement l’évolution (qui paraît arbitraire car incompréhensible) du nombre de TGV circulant en période de pointe ;

+ les tarifs Pro, qui sont aussi utilisés pour des voyages personnels, ont jusqu’à présent augmenté beaucoup plus vite que les tarifs Loisir.

 

Si les tarifs Prem’s permettent d’abaisser le prix moyen des billets :


+ ils ne concernent souvent que les voyages pouvant être programmés en avance ;

+ ni échangeables ni remboursables, ils contribuent à la baisse du rapport qualité/prix du train ;

+ ils créent un e discrimination croissante entre les liaisons importantes sur lesquelles ils sont proposés et les autres, qui concernent en particulier les villes moyennes.


P1010718--2-.JPG

 

Une remise à niveau indispensable de la qualité de service

 

Il est évident qu‘une hausse des tarifs doit impliquer aujourd’hui une remise à niveau très rapide de la qualité de service, qui s’est dégradée bien avant les récents « épisodes neigeux », y compris sur des lignes à grande vitesse bien dimensionnées et bien entretenues.


D’autre part, compte tenu de la hausse des tarifs accordée par l’Etat, la SNCF doit impérativement maintenir la consistance de son offre TGV (nombre de dessertes, relations directes).

 

Le financement du système ferroviaire non résolu !

 

La hausse des tarifs ne résout en rien le problème du financement du système ferroviaire car Il manque au rail près de deux milliards d’euros par an :


+ la SNCF doit financer le renouvellement de son matériel roulant TGV et la modernisation des gares ;

+ RFF doit assurer la rénovation et la modernisation du réseau classique à un rythme permettant d’éviter la fermeture de 3 à 4 000 km de lignes dégradées.

 

2006_train_travaux_angers.jpg

 

En complément de la hausse accordée, l’Etat doit continuer à financer une part des péages car, contrairement aux engagements qu’il avait pris à la création de RFF en 1994 et comme cela a té fait en Allemagne, il n’a pas joué son rôle d’actionnaire en reprenant la dette.

 

A ce titre, des moyens financiers nouveaux peuvent être dégagés en rapprochant la fiscalité du diesel de celle de l’essence, en taxant le kérosène consommé dans les vols intérieurs, enfin en créant, dans l’esprit du Grenelle de l’environnement, des écotaxes sur les trafics autoroutier et aérien.


Cette politique permettrait par ailleurs d’assainir les conditions de concurrence entre le rail, peu consommateur d’espace et d’énergie, et les modes concurrents.

 

 

Contacts presse :

Jean Lenoir, vice-président de la FNAUT : 01.48.73.84.81

Jean Sivardière, président de la FNAUT : 04.76.75.23.31

Repost 0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques