Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2018 5 16 /03 /mars /2018 13:00

 

« Réserver le ferroviaire aux seules grandes villes ne ferait que créer de nouveaux territoires abandonnés de la République »

 

TRIBUNE

 

PAR COLLECTIF

Le 14 mars 2018

 

Un collectif d’associations d’usagers, de syndicats de cheminots et d’élus locaux appelle, dans une tribune au « Monde », le gouvernement à ne pas sacrifier les « petites » lignes sur l’autel de la réforme de la SNCF.

 

Tribune. Il n’y a pas plus de « petites lignes » que de petits territoires. Les lignes ferroviaires de proximité, comme les autres, sont une réponse évidente aux besoins de mobilité et à la pollution grandissante. L’Etat, avec les collectivités, doit les entretenir et les redynamiser. Pourtant, le manque d’investissements dans la régénération du réseau ferroviaire menace aujourd’hui de fermeture environ 9 000 km de lignes, dites « petites ». Comment ce terme aussi méprisant a-­t-­il pu s’imposer ? La Creuse est-elle un « petit » territoire ? Un seul exemple : la gare de Veynes (Hautes-Alpes), cœur de l’étoile ferroviaire du même nom, voit circuler vingt-neuf trains par jour. Est-ce « petit » ? Et l’une de ses branches, la ligne Grenoble - ­Gap, compte un millier de voyageurs quotidiens.

 

AU TOTAL, CENT TRENTE ET UNE LIGNES SONT SUR LA SELLETTE

 

Mais la SNCF a l’art d’accuser son chien d’avoir la rage : dans sa communication habituelle, elle avançait un chiffre de moitié inférieur. Résultat, cette ligne est désormais menacée de fermeture à court terme. Au total, cent trente et une lignes sont sur la sellette. Si elles ne sont pas les plus fréquentées – personne ne le conteste –, ces lignes, le plus souvent rurales mais parfois urbaines, sont des lignes de proximité, tout simplement.

Le gouvernement est grand prince : « On ne décide pas de la fermeture de 9 000 km de lignes depuis Paris. »Même le rapport Spinetta ne le préconisait pas ; alors, pourquoi s’en défend-il ? Dans les faits, l’équation est simple. L’Etat assure que les engagements déjà pris, à hauteur de 1,5 milliard d’euros dans le cadre des contrats de plan Etat-­région (CPER), « seront tenus ». Mais comme la ministre des transports, Elisabeth Borne, l’a reconnu devant le Sénat, « il apparaît aujourd’hui clairement que cette somme ne sera pas suffisante ». Dès lors, il ne reste plus au gouvernement qu’à transmettre la patate chaude aux régions.

 

Le credo de la ministre

 

En octobre 2017, donc bien avant le rapport Spinetta, la ministre des transports était déjà très explicite à propos des lignes de proximité : « Il appartient aux collectivités territoriales et notamment aux régions (…)d’identifier les réponses les plus pertinentes. » En clair : bon débarras et à vous de jouer ! En outre, les actuels CPER se terminent en 2020 et les négociations pour les prochains ne vont plus tarder. L’Etat continuera­-t-­il d’investir dans les lignes de proximité, comme il l’a fait sous les derniers gouvernements, de gauche comme de droite ?

 

QUAND UN TRAIN EST REMPLACÉ PAR UN CAR, ENVIRON 30 % DES VOYAGEURS REPRENNENT LEUR VOITURE INDIVIDUELLE

 

Le credo de la ministre est de« maintenir une accessibilité dans ces territoires, quel qu’en soit le mode ». Mais, au bout du compte, c’est le car et le bitume pour toutes et tous qui se profilent. Tant pis pour les personnes âgées, handicapées ou ceux qui souhaitent transporter leur vélo ou travailler en route : impossible dans les cars. L’existence et la fréquence des trains sont aussi l’un des critères de choix de destination pour les touristes des grandes métropoles, qui choisissent de plus en plus de ne pas posséder de voiture. D’après plusieurs études concordantes, quand un train est remplacé par un car, environ 30 % des voyageurs reprennent leur voiture individuelle.

Les conséquences, chacun les connaît : la pollution, les accidents et leur cortège de morts, la dégradation accélérée du réseau routier (payé par l’ensemble des contribuables), le poids en constante progression du budget automobile dans le budget général des ménages ruraux. Au total, réserver le ferroviaire aux seules grandes villes ne ferait que créer de nouveaux territoires abandonnés de la République.

 

Patrimoine magnifique

 

Les lignes de train ne sont pas des lignes comptables. A­-t­-on jamais demandé à une route départementale d’être rentable ? Plutôt qu’un abandon fondé sur des calculs de rentabilité économique à court terme, nous avons besoin aujourd’hui d’une politique de rénovation et d’innovation pour redéployer un service public et répondre aux impératifs écologiques. L’Etat ne doit pas se contenter d’un engagement financier dans la rénovation du réseau principal, il doit participer à la régénération des lignes régionales ou interrégionales. Elles sont un patrimoine (souvent magnifique) qu’il nous appartient d’entretenir et de redynamiser pour les générations futures.

 

LA VOIE EMPRUNTÉE PAR LE GOUVERNEMENT NE PERMETTRA PAS DE RESTAURER UN SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE DE QUALITÉ

 

Rappelons qu’en moyenne, un déplacement en train émet au moins dix fois moins de CO2 que le même trajet en voiture, et jusqu’à cinquante fois moins que l’avion. A l’heure du réchauffement climatique et des grands discours sur l’écologie, à l’heure où les besoins de mobilité sont énormes, il constitue une solution évidente. C’est pourquoi l’Etat, avec les collectivités concernées, doit rénover les lignes de proximité et favoriser le développement de l’offre et des services (intermodalité, transport des vélos) pour reconquérir les flux de voyageurs et de marchandises ; redévelopper les trains classiques de jour et de nuit, avec des liaisons transversales, régionales et internationales fiables et fréquentes, couvrant l’ensemble du territoire ; décider d’une véritable fiscalité écologique pour remettre les camions sur les rails et rendre le train attractif face à la route et l’avion.

Beaucoup d’entre nous seront présents à la manifestation du 22 mars. Tous, nous sommes persuadés que la voie empruntée par le gouvernement ne permettra pas de restaurer un service public ferroviaire de qualité. Nous appelons les voyageurs, les cheminots, les collectivités, les élus, les associations et toutes les personnes attachées au train à constituer un collectif pour obtenir la redynamisation des lignes de proximité, qui sont, pour nous, des lignes de vie.

 

 

Les signataires de la tribune : 

Collectifs de défense des lignes de proximité (Alternatiba Paris, Amis du rail azuréen, Association d’usagers de la ligne Perpignan-Cerbère-Portbou, Collectif de défense et de modernisation de la ligne ferroviaire Alès-Bessèges, Association de promotion de la ligne Morlaix-Roscoff, Association de promotion de la ligne Nantes-La Rochelle-Bordeaux, Association des élus pour la défense de la ligne des Cévennes, Association des usagers des TER dans le Gard et les départements limitrophes, Association des usagers des transports - Aisne Nord, Association des voyageurs du TER Metz-Luxembourg, Association pour la défense de la gare d’Assier, et pour la promotion du rail 
Association TER Brest-Quimper, Collectif citoyen de défense de la gare de Villefort, Collectif de coordination pour la défense de la ligne SNCF Agen-Périgueux-Paris, Collectif de défense des axes sud Normandie, Collectif de l’étoile ferroviaire de Veynes, Collectif des usagers des transports du Haut-Allier, Collectif des usagers des transports ferroviaires du sud du Massif central, Collectif des usagers des transports publics en Sud-Ardèche, Collectif non LGV Poitiers-Limoges Oui au POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse), Collectif Oui au train de nuit, Collectif pour la réouverture de la rive droite du Rhône aux trains de voyageurs, Collectif train lozérien, Collectif Tuck (Toulouse), Comité de défense et de développement du rail du Bassin montluçonnais et du Val de Cher, Comité de sauvegarde et de développement des lignes ferroviaires du Tréport - Mers, Périgord Rail Plus, Rallumons l’étoile (Toulouse), Tarsly-Fnaut promotion rail, Tous ensemble pour les gares, Usagers du TER Metz-Luxembourg), 

Syndicats de cheminots (CFDT Cheminots, CGT des cheminots - secteur Alpes, Fédération des syndicats Sud rail) 

et élus locaux (Julien Bayou, conseiller régional d’Île-de-France, Esther Benbassa, sénatrice de Paris, Vanik Berberian, président de l’Association des maires ruraux de France, Christophe Bouillon, député de Seine Maritime, Guy Bricout, député du Nord, David Cormand, secrétaire national d’EELV, Jérôme Fauconnier, président de la Communauté de communes du Trièves (Isère), Joël Giraud, député des Hautes-Alpes, Guillaume Gontard, sénateur de l’Isère, Joël Labbé, sénateur du Morbihan, Guy Malaval, maire de Langogne, Patrick Malavieille, conseiller départemental du Gard, Yann Mongaburu, président du syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération grenobloise, Pierre Morel À-L’Huissier, député de la Lozère, Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes, Patricia Morhet-Richaud, sénatrice des Hautes-Alpes, Marie-Laure Mugnier, conseillère départementale de Haute-Loire, Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement de Lyon, Alice Prud’homme, conseillère municipale de l’Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), Frédérique Puissat, sénatrice de l’Isère, Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d’EELV, Marie-Thérèse Roubaud, maire de Langeac (Haute-Loire), Rémi Roux, conseiller municipal de l’Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), Martial Saddier, député de Haute-Savoie, Bénédicte Taurine, députée de l’Ariège, Benjamin Trocmé, conseiller départemental de l’Isère).

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2018 5 16 /03 /mars /2018 05:00

 

 

 

 

 

 

ASSOCIATION REGIONALE DES USAGERS

DES TRANSPORTS DES PAYS DE LA LOIRE

 

Communiqué du 16 Mars 2018

 

Nouvelle tarification TER en Pays de la Loire  : 

utile, mais à cadrer dans un projet ambitieux

 

La FNAUT Pays de la Loire  a reçu des informations partielles concernant la future tarification. La FNAUT a toujours milité pour que les usagers participent aux coûts d’exploitation du TER. Elle  comprend donc  l’objectif global d’attirer de nouveaux usagers et d’accroître la part « usagers », à condition que cela soit compensé par une amélioration du service : 

  • Les enquêtes confirment que la première demande des usagers est de disposer de plus de trains et de fréquence. Or aucune réponse n’est prévue, malgré des manques évidents ; le cadencement  reste en général une appellation trompeuse.
  • Avant l’augmentation des tarifs des abonnés, la qualité et la fiabilité du  service doivent être  améliorées nettement et les observations principales des collectifs et de la FNAUT doivent être entendues et discutées. Il serait incompréhensible que sur plusieurs lignes, on augmente les tarifs après avoir diminué l’offre ou l’avoir rendue moins attrayante (horaires inadaptés, correspondances imposées).
  • Les intérêts des travailleurs pauvres et ménages économiquement faibles doivent être préservés, qu’il s’agisse des tarifs occasionnels ou abonnés. Des tarifications sociales doivent neutraliser des augmentations très fortes.
  • Idem pour ne pas pénaliser les habitants qui circulent entre deux régions, ce qui demande des accords inter-régions.
  • La FNAUT salue les efforts tarifaires ou les avantages qui seraient envisagés  pour développer la fréquentation en fin de semaine (samedi et dimanche), mais redoute que le résultat ne soit très limité si  l’offre y reste aussi faible et inadaptée.
  • Les tarifs des cars TER sont trop élevés : qu’est-il prévu ?
  • La billetterie multimodale est le chantier à ouvrir : quelles avancées, par exemple à quand une carte régionale intégrant les réseaux urbains et les ex-cars départementaux, la location de vélos, etc…?
  • L’accès à l’information et à l’achat de billets est de plus en plus sélectif, réservé aux initiés. Pourquoi la Région, qui s’implique justement dans les espaces santé locaux, ne s’implique t’elle pas, par exemple, dans la programmation d’espaces « mobilité », au lieu de regarder la SNCF fermer des guichets de gare.

 

Maison des Associations    1 rue d’Auvours      44000 NANTES                    http://www.fnaut-paysdelaloire.org/

Président :  Fabrice Eymon – Laval - 02 43 53 15 54 et 07 68 11 62 48          fabrice.eymon@fnaut-paysdelaloire.org

Secrétaire : Dominique Romann – Saint Herblain - 02 40 38 01 06                               dominique.romann@wanadoo.fr

Trésorier :   Jean Bernard Lugadet – Saint Sebastien -    06 20 54 10 57      lugadet-stemler@orange.fr            

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 17:30

Depuis fin janvier la Virgule de Sablé est au point mort ! Et aucune solution pérenne et efficace ne se dégage... A cela s'ajoute le silence de la SNCF qui sait communiquer mais peu informer...

Nous recevons des courriels de réclamations d'usagers qui ont bien souvent modifié leur rythme ou leur quotidien avec l'arrivée de la Virgule et sont touchés par l'arrêt soudain de ce service. Ils vivent très mal la nouvelle exploitation.

Ci dessous un de ces courriels qui pointe entre autre l'inadaptation des horaires des trains virgules.

 

 

"Je me permets de vous envoyer ce mail pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, je tiens à vous remercier de toutes les actions entreprises par la FNAUT afin d'aider les usagers de la virgule de Sablé.

 

Trois modalités de transport

 

Comme vous le savez, la situation actuelle est très désagréable pour les personnes comme moi, qui habitent à Laval et qui doivent se rendre à Angers tous les jours pour raison professionnelle.

 

J'ai connu les 3 modalités de transport :

- Ligne 29 (car)

- Train TER via virgule de Sablé

- Suppression Virgule de Sablé (car + train)

 

La première modalité (ligne 29) était idéale pour moi puisqu'elle desservait le centre ville de Laval et le site de Belle-Beille à Angers. Cette situation était également très plaisante pour les jeunes lavallois qui font leurs études à Angers (le campus est à Belle-Beille).

 

Mais le plus important était la garantie d'arriver à destination à l'heure en toute sécurité. En effet, cette modalité de transport était très rassurante contrairement à la Virgule de Sablé qui rencontre des dysfonctionnements chroniques (retards indéterminés, suppression constante des trains à la dernière minute, information incohérente de la SNCF...)."

 

La virgule critiquée pour son absence de fiabilité

 

"Pour les usagers réguliers, la virgule de Sablé est anxiogène, et ce d'autant plus que ni la SNCF, ni les services du conseil régional n'apportent des réponses rassurantes et satisfaisantes. Le système de transport routier par bus présentait ainsi une réelle fiabilité pour l'ensemble des usagers.

 

Disposez-vous de plus d'informations quant aux solutions qui pourraient être mises en place par la Région ? Et surtout, sous quel délai ?

 

Dans l'attente de votre réponse, je vous remercie de l'attention que vous aurez porté à mon mail.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2018 3 21 /02 /février /2018 01:35

 

 

 

 

Communiqué de l’Association Régionale des Usagers des Transports

                                                           30 janvier 2018

 

La «Virgule» ne répond plus pour la deuxième fois, la robustesse du réseau ferré des pays de la Loire en prend un coup

 

Depuis le 18 janvier, la ligne 28 des TER Pays de la Loire  qui passe par la virgule de Sablé, est fermée et remplacée par des autocars.

C’est un nouvel épisode concernant le dysfonctionnement dont fait l’objet cet aménagement de 3,6 km de long connecté à la LGV Bretagne Pays de la Loire. Après l’épisode de l’automne, ce nouveau rebondissement avec la suspension, à la demande de la Région des Pays de la Loire, des circulations des TER y roulant à 200 km/h,  interpelle les usagers, en posant concrètement la question de la robustesse du réseau ferré (à plus forte raison quand il s’agit d’une infrastructure neuve), en questionnant les solutions préconisées par la SNCF et sa réactivité à faire face aux situations de crises.

 

La FNAUT  constate:

  • Que les usagers ont été mis une nouvelle fois devant le fait accompli;
  • Que la place du transport du quotidien est de nouveau fragilisé car seul les TER sont impactés par ce dysfonctionnement;
  • Que les questions posées par les usagers lors de la précédente panne restent toujours sans réponses.

Il serait temps en effet que la SNCF arrête  de communiquer et apporte de réelles réponses en informant les usagers!

 

La FNAUT ne cherche pas à «tirer sur le pianiste» en accablant la SNCF ou le délégataire  Eiffage car la recherche des responsabilités n’est pas pour l’instant la priorité. La justice pourra toujours trancher plus tard

Dans l’immédiat ce qui importe le plus aux usagers c’est de savoir quand la panne sera identifiée et quand  elle sera traitée...

L’Association souhaite savoir quand la Région pense pouvoir rétablir les circulations afin d’assurer la desserte conformément aux attentes des usagers et aux engagements et quand l’Autorité Organisatrice des Transports  annoncera un calendrier. En effet de nouvelles fiches horaires sont sorties intégrant les services de substitution ce qui suppose que la situation s’inscrit dans la durée ce qui n’est pas acceptable pour la FNAUT !

 

La FNAUT, au vue de la situation, réclame:

  • Une expertise, réalisée par un cabinet d’étude indépendant, voire étranger, composé d’experts n’ayant aucune relations de près ou de loin avec les prestataires. Le rapport dressera l’inventaire des défauts et pointera les responsabilités.
  • le remplacement immédiat par des rames TGV (Ex Sud Est  ou Réseau)  sans atteindre les résultats techniques pour assurer les relations assurées par les Z 21700. La SNCF doit assumer le service pour laquelle la Région la paye. Il est inconcevable que le service soit assuré par des autocars sur plus de la moitié du trajet!

Aussi dans l’attente d’une solution pérenne, la FNAUT demande:

  • Que les circulations soient rétablies entre Rennes et Laval en train. Il est inadmissible que les trains virgules assurés au départ de Rennes soient tous remplacés par des autocars au temps de parcours dégradés (1h24 contre 41 minutes en mode ferroviaire).

D’autant que l’axe Rennes / Laval / (Le Mans) n’a bénéficié d’aucun apport supplémentaire de trains lors de la refonte horaire en juillet 2017 liée au cadencement à l’exception des trains «virgules». L’autocar et le train n’assurent pas le même service ! Ce sont des pertes nettes en termes de qualité de service et de desserte de la gare de Laval, ce sont des voyageurs qui reprennent la voiture ou abandonnent des déplacements,

  • Le rétablissement de liaisons directe Laval / Angers en autocar qui existaient avant la création de la virgule pour permettre aux usagers d’avoir des conditions de transport améliorées (pas de correspondance et une desserte avec des horaires mieux adaptés aux usagers pour un temps de transports quasi équivalent)
  • une compensation pour les usagers de cette ligne bien au-delà de la gratuité accordée lors du précédent incident .

L'Association Régionale des Usagers des Transports réclame le rétablissement rapide d’une liaison ferrée entre Laval et Sablé et la mise en place d’un service correspondant aux attentes des usagers et aux annonces lors du lancement du projet (8 AR par jours).

 

Pour la FNAUT / Fabrice EYMON

 

 voir : http://www.fnaut-paysdelaloire.org/-20

 

FNAUT  Pays de la Loire / Association régionale des usagers des transports  

Maison des Associations 1 rue d’Auvours 44000 NANTES     http://www.fnaut-paysdelaloire.org

Président :  Fabrice Eymon – Laval -  07 68 11 62 48  fabrice.eymon@fnaut-paysdelaloire.org

Secrétaire : Dominique Romann – Saint Herblain -   dominique.romann@wanadoo.fr

Trésorier :   Jean Bernard Lugadet – Saint Sebastien -   lugadet-stemler@orange.fr   

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2018 2 23 /01 /janvier /2018 06:06

L’abandon de Notre Dame des Landes

doit enclencher une autre politique des transports

 

Communiqué Fnaut PL du 20 Janvier 2018

Lien vers le Communiqué Fnaut nationale

 : 180117 CP Fnaut Abandon nlbs.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le projet de déplacement de l’aéroport est enfin abandonné. Ne garantissant aucunement des liaisons aériennes supplémentaires, le projet était coûteux et nuisible pour l’environnement. L’analyse comparative de la Commission de Médiation a confirmé ces points mis en avant depuis longtemps par les opposants.

 

Il est maintenant nécessaire de remobiliser les énergies pour développer des transports plus respectueux de l’environnement.

 

Une desserte de l’aéroport Nantes Atlantique moins « automobile »

 

NA ne doit pas rester le seul aéroport national d’importance sans desserte ou programme  tram ou train de qualité. Nantes Métropole doit lancer la prolongation du tram sur 2 km à partir de Neustrie ; il permettra d’assurer avec une forte fréquence une desserte sur une plage horaire couvrant l’horaire d’ouverture de l’aéroport, pour répondre aux besoins des voyageurs et des employés de l’aéroport et des activités voisines, qui nécessitent aussi des équipements cyclables.

 

La ligne ferroviaire Nantes Pornic St Gilles doit desservir l’aéroport par une halte nouvelle, pour le relier au réseau régional.

 

Il serait aussi judicieux que les deux régions Pays de la Loire et Bretagne favorisent  une liaison ferroviaire mettant en relation les deux  capitales régionales et leurs aéroports, qui sont très proches de la voie ferrée, et ce avec des fréquences améliorées.

 

Des alternatives ferroviaires aux relations des Pays de la Loire avec le territoire national

 

Le Premier Ministre a affirmé la volonté de mieux relier Nantes avec les aéroports parisiens. Cela passe par l’augmentation des capacités du tronçon Nantes Angers, qui est saturé, et par la réalisation de l’interconnexion Sud (tronçon Massy Valenton en banlieue parisienne) bloquée depuis des années. L’investissement donnerait de nouvelles capacités et améliorerait la fiabilité des TGV diamétraux, qui desservent Roissy, et mettent surtout en relation l’ensemble de la Région, via les gares de Nantes, Angers et le Mans  avec les axes en direction de Lille, de Strasbourg, de Lyon et de la Méditerranée.

 

La Fnaut demande une amélioration du projet de réhabilitation de la ligne ferroviaire Nantes Bordeaux, qui peut se parcourir en 3h15. Plus rapide, elle pourrait ainsi être empruntée par une partie des 250 000 voyageurs annuels des vols Nantes Toulouse, tout en bénéficiant au littoral vendéen et charentais.

 

Il serait enfin nécessaire que les décisions prises soient à l’origine d’une politique globale de transfert modal, visant à réduire l’expansion incontrôlée du transport aérien et de sa production de Gaz à Effet de Serre. La France est très en retard dans la taxation écologique de l’énergie, à laquelle échappent toujours de nombreux secteurs des transports, dont l’aérien.

 

 

fnaut pays de la loire             Maison des Associations         1 rue d’Auvours  44000 NANTES 

 

Président :  Fabrice Eymon – Laval - 02 43 53 15 54 et 07 68 11 62 48          fabrice.eymon@fnaut-paysdelaloire.org

Secrétaire : Dominique Romann – Saint Herblain - 02 40 38 01 06                               dominique.romann@wanadoo.fr

Site internet      :            http://www.fnaut-paysdelaloire.org/

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 10:05

 

L’accès au transport pour tous :

guichets et espaces mobilité

 

Communiqué  – 23 octobre 2017

 

La FNAUT se réjouit de constater la remise en état de gares dans un cadre élargi (PEM : Pôle d’échange multimodal). Mais ceci est incohérent avec les réductions de service, allant jusqu’à la fermeture de guichets. La SNCF le justifie par l’achat croissant via internet.

 

Une partie de la population n’a pas accès au réseau internet pour diverses raisons, accidentelles ou permanentes. Des réclamations, des  informations ne peuvent être obtenues sur écran.  Distributeurs de billet ou achat au contrôleur, de plus en plus rares, ne peuvent répondre à tous les besoins. Les fractures sociales et territoriales doivent  être contenues.

 

Avec la reprise des cars départementaux, la Région a une responsabilité élargie sur la mobilité. Le transport collectif est le plus efficace pour aller d’une agglomération à l’autre, et pour la transition énergétique. La Région doit, avec les opérateurs et les collectivités, organiser la mise en place d’un réseau cohérent de services d’accès au transport public.

 

Dans un souci d’égalité des territoires et des habitants, d’ailleurs affiché par la Région, des guichets de substitution peuvent être implantés dans les offices de tourisme, des commerces, et des guichets mobiles sont d’ailleurs essayés ; des imprimés, des ordinateurs et imprimantes d’accès public doivent pouvoir fournir fiches horaires, fiches déplacement, conditions tarifaires, etc…

 

Mais on doit d’abord chercher à transformer le guichet classique de gare en espace mobilité, en diversifiant ses missions, en lien avec les collectivités locales. Par exemple :

  • Information et vente de billets (trains, cars, transports urbains). Mise en relation avec taxis, covoiturage, autopartage, pour en faire un point actif de la chaîne de transport
  • Location, stockage et entretien de vélos et vélos électriques
  • Information touristique, économique, environnementale, associative, ….
  • Services appréciés sur un lieu de passage : dépôts de colis, de pain, de paniers de nourriture, crèches, locations courtes de salles et bureaux, etc…
  •  

 

La FNAUT demande donc une politique d’accès à la mobilité qui ne soit pas définie uniquement par les contraintes à courte vue du budget de la SNCF :

  • Arrêt par la SNCF des fermetures ou réductions de service décidées unilatéralement, sans mise en place de solution de substitution en accord avec la Région et la collectivité.
  • Dans la future convention liant Région et SNCF, définition d’un schéma impératif de points d’information et de distribution des titres de transport, dans des sites largement accessibles, avec du personnel compétent pour l’ensemble des modes de transport (vélo, car, train, accès aux modes collaboratifs,…) et  les équipements d’accompagnement, couvrant les principales villes de chaque département et chacun des territoires.
  • Mise en place d’une politique d’appui (ligne financière, contractualisation avec les opérateurs et les collectivités locales, expérimentations, transfert à la Région de gares et d’espaces gares sous réserve d’un usage prioritaire de mobilité collective…), donnant une large place aux collectivités locales et aux usagers.

 

fnaut pays de la loire    association régionale des usagers des transports      

Maison des Associations         1 rue d’Auvours    44000 NANTES               http://www.fnaut-paysdelaloire.org/

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 06:06

 

Les Assises de la Mobilité sont lancées

 

Alors que la déclinaison régionale des Assises nationales de la mobilité tarde à être lancée en Pays de la Loire, l'Etat brillant par son absence de réactivité, il existe toujours la possibilité de participer au niveau nationale à la consultation.

 

En ce qui concerne, la déclinaison Régionale des Assises... on reste sur sa faim.

 

Rappelons que les Assises ont été annoncées officieusement  en juillet 2017, à l'occasion des inaugurations des lignes TGV. Elles sont lancées officiellement au niveau national en septembre 2017 mais pour ce qui est sa déclinaison Régionale ... on reste sur sa faim.

 

Rien ou presque ne transparait. Il semble que deux réunions soient programmées une en Sarthe, à la Flèche et l'autre à Cholet à Maine et Loire mais dates et heures ne figurent même pas sur le site de la DREAL des Pays de la Loire au 29 octobre !

 

Deux réunions en Pays de la Loire  !

 

Il faut aller sur le site national [ les assises de la mobilite -ateliers en region] pour avoir des informations, ce qui est prodigieusement incroyable!

 

A la Flèche, la réunion se fera le lundi 6 novembre et celle de Cholet le Vendredi 10 novembre au Campus universitaire à 18h. Pas d'heure pour la Flèche et au vue des heures et des lieux cela va être d'une grande simplicité pour s'y rendre en Transport Collectif ... ne parlons même pas du retour !

Quand aux thèmes abordés : rien n'a filtré...

 

Participez à la consultation nationale

 

Vous pouvez donc apportez vos contributions au niveau national à défaut de le faire au niveau régional ! Pour participez à la consultation en ligne et connaitre les ateliers thématiques, RDV sur https://www.assisesdelamobilite.gouv.fr/

 

Cet espace offre la possibilité de donner son avis et de contribuer au débat en répondant à différentes questions. Les contributions que les usagers posteront sur la plateforme seront prises en compte dans le bilan des Assises nationales de la mobilité.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 08:00

 

Initialement programmé le jeudi 09/11 à 18h15, le Comité de lignes n°8 « Angers – Le Mans – Nogent le Rotrou », est reporté au  :

 

Mercredi 15 Novembre 2017 à 18 h 30

 

Le lieu reste inchangé. Il se déroulera à  Étriché, dans le Maine et Loire (49330)  à la salle de l’Alerte – place Victor Humeau.

 

Il y sera question des nouveaux horaires, des fermetures des gares, de la desserte, des attentes des usagers... Des dossiers d'actualités...

 

N'hésitez pas à faire remonter les informations ...

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 09:30

Communiqué de Presse du 14 octobre 2017

 

La virgule de Sablé : bon pour le service les usagers sont

contents de l’apprendre    

Logiquement la «Virgule de Sablé» sera bonne pour le service lundi 16 octobre presque un mois de dysfonctionnement après (panne révélée le 17 septembre) et deux semaines d’exploitation arrêtée (arrêt des circulations dès le jeudi 28 septembre). Après le désagrément de cette panne, alors que SNCF, la Région, les Syndicats se sont prononcés, la FNAUT Pays de la Loire met un point à intervenir dans ce dossier.

La Virgule de Sablé fermée…  la faute à pas de chance?

Pour un équipement neuf: ce n’est pas de chance. Car la LGV comme la Virgule sont neuves et pourrait-on dire «sous  garantie du constructeur». Elles ont été inaugurée le 1er et le 2 juillet 2017 et ont donc 3 mois d’ancienneté. La «virgule» qui ne faisait pas parti du dossier de base a été adoptée et ses travaux ont été réalisés de manière concomitante à ceux de la LGV. La virgule a même été encensée, nommée, reconnue, par les élus des territoires des Pays de la Loire, la Direction de la SNCF, la Ministre lors de l’inauguration ligérienne de la LGV, à Angers, bien plus que la ligne nouvelle et ses gains de temps minimes vers Nantes. Depuis la virgule a fait son trou, même si la fréquence est insuffisante et les horaires mal positionnés pour les villes intermédiaires. Elle permet un gain de temps apprécié sur de nouvelles relations ferroviaires qui n’existaient pas auparavant,

 

... Quand cela fonctionne...

Pour les usagers: la SNCF nous doit plus que le transport…

Shintage, remplacement d’appareil de voies, problèmes de pédales, défaut d’alimentation électrique entre le rail et la roue... les informations sont parcellaires, incomplètes, diffuses. Pour la FNAUT, comme pour les usagers de la Virgule et des autres lignes, la SNCF nous doit plus que le seul fait de nous transporter. Cette culture du secret, très technocratique ne peut que favoriser la suspicion, la désinformation, la défiance et ne permet pas d’apporter des réponses aux trop nombreuses questions légitimes qui restent en suspens.

Est-ce le matériel qui était en cause? L’infrastructure et dans ce cas à quel endroit ? Sur les raccordements réalisés et sous maîtrise d’œuvre de SNCF Réseau où sur la ligne construite par Eiffage? Seuls les TER étaient impactés par cette panne. Mais s’agit-il d’une panne ou d’une malfaçon? Après tous les contribuables et les usagers que sont les abonnés, les voyageurs ont légitimement le droit d’avoir accès à cette information. C’est bien l’argent des ligériens qui a financé la «Virgule de Sablé». Et cette panne n’était-elle pas prévisible? Après tout  la SNCF n’avait-elle pas unilatéralement  réduit  l’offre TER sur l’axe Laval -Angers, pourtant annoncée à 8 par la Région  à 5 en juillet 2017.

SNCF Réseau arguant (réponse  donnée à l’occasion du Comité de Ligne n°5 du 3 novembre 2016 à Louverné. «Plusieurs facteurs pourraient fragiliser la production de ces trains : existence de deux gestionnaires d'infrastructure (SNCF Réseau et Eiffage), la possibilité de bugs informatiques sur les équipements de signalisation embarqués (fiabilité du nouveau matériel roulant ZTER à éprouver), le système de coupe/accroche et les nouvelles normes européennes. Aussi, pour fiabiliser ces circulations, la SNCF souhaite les introduire progressivement. En cas de difficultés, les choix horaires réalisés permettent d'engager moins de matériel roulant en unité multiple et donc de disposer de souplesse dans la gestion de la maintenance. 5 A/R sont confirmés dès le 02/07/2017 puis 8 A/R ensuite.»)

Cette déclaration était-elle prémonitoire? Ou y avait-il suspicion, probable, de l’actuelle panne? Les usagers voudraient être éclairés.

Visiblement la SNCF n’avait pas tout prévu mais à sa décharge il faut dire que la fiabilité des réalisations ferroviaires chute depuis quelques années et que plusieurs dossiers touchent la LGV: des pannes à Montparnasse en juillet en passant par le dossier des nuisances phoniques dans les départements traversés, la «Virgule» maintenant. Mais on pourrait citer aussi  la ligne «Nantes-Pornic / St gilles Croix de Vie» qui depuis sa rénovation totale voit sa qualité de service en deçà des attentes: les  pannes, les problèmes techniques s’enchaînent à tel point qu’«Après cinq mois de relative amélioration de la qualité de service, malgré la persistance de pannes de signalisation et de trains, le mois de septembre se caractérise par une rechute spectaculaire de la qualité de service témoignant de l’incapacité des exploitants ferroviaires à maintenir dans la durée continuité et régularité du service public ferroviaire régional» indique le dernier rapport sur la qualité de la desserte du mois de septembre de l’ASLO.

 

 

La SNCF doit plus que le transport aux usagers car ils vont être mis davantage à contribution: Des annonces de la Région ont été faites dans ce sens. A participation financière supérieure, les usagers auront le droit d’être plus exigeants en réclamant davantage de choses.

D’une part, non seulement ce qui leur ai dû, du faite du contrat de transport à savoir: la qualité de service, des transports efficients (à l’heure, non surchargés, offres suffisantes… ). Choses qui sont loin d’être acquises à l’heure actuelle.

Et d’autre part des avancées comme une plus grande concertation, la prise en compte des usagers comme étant des partenaires à part entière dans le dialogue, l’accès à de nouveaux services, prise en compte plus large des dédommagements en cas de dysfonctionnement.

Quelle fiabilité?

La FNAUT ne peut s’empêcher de poser cette question. Car alors que le problème était constaté par la SNCF onze jours avant l’arrêt des circulations, deux jours après cet arrêt, le samedi, on constatait que la SNCF n’était toujours pas capable d’informer convenablement les usagers. Par exemple, la samedi 30, à Angers au départ du train virgule de 9h29, aucune information visible ou sonore n’indiquait que le train allait être détourné vers Le Mans avec à la clé un retard de 45 à 50 minutes! Les voyageurs ayant des correspondances à Rennes pour St Malo où Brest, ne l’ont su qu’une fois le train parti  et après écoute d’une annonce sonore : panique à bord …

La SNCF a du mal à faire face aux situations de crise, Elle n’a pas su profité des délais avant l’interruption du trafic pour préparer l’information aux usagers. Elle a peu communiqué sur son plan de transport de substitution et les usagers ont dû s’adapter sans avoir une vue d’ensemble. Cela a même agacé la Région ce qui est même assez révélateur.    

C’est vrai que la SNCF est plus habituée à fermer les lignes qu’à les ré-ouvrir

Sans être de mauvaise foi, c’est le moins que l’on puisse dire puisque le vendredi 29 septembre la SNCF obtenait la fermeture de 2 lignes et emprises ferroviaires auprès de la Région des Pays de la Loire.

Même si la fermeture la veille de la «virgule de Sablé» pour raison « d’incident d'origine électrique» est une «tuile» pour l’exploitant ferroviaire c’est quand même assez révélateur d’un état de fait.  Avait – elle seulement pris le soin d’informer suffisamment à l’avance la Région de la situation critique?

Un bon point pour l’exploitant

L’annonce par la SNCF de la  gratuité d’un mois d’abonnement est une bonne chose. Les usagers n’en attendaient  pas moins de la part de l’exploitant. Reste à savoir comment elle sera appliquée, tous les usagers ne semblant pas être  informés de cette mesure.

Alors que les Assises de la mobilité, annoncées par le Président de la République en juillet ont été lancées il y a peu sur les territoires, il est grand temps que la mobilité durable liée aux déplacements en transport collectif gagne en fiabilité. C’est un objectif prioritaire et un enjeu de société.  

Pour la FNAUT / Fabrice Eymon

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 04:47

Avant les usagers, la CGT cheminote des Pays de la Loire s'est exprimée sur ce dossier à travers un communiqué de presse daté du 29 septembre .

 

VIRGULE DE SABLE :

ARRET TOTAL DES CIRCULATIONS TER

 

Trois mois, presque jours pour jours après sa mise en service le 02 juillet 2017, la virgule de Sablé qui relie Sablé à la LGV Bretagne–Pays de la Loire, est interdite aux matériels TER 200 KM/H pour des raisons de sécurité.

En effet le 17 septembre dernier, un TER 200KM/H reliant Rennes à Nantes, a disparu «des radars» pendant 8 secondes (déshuntage) et seule la vigilance de l’agent circulation de Rennes a permis de constater cette grave anomalie.

Dès constatation de ce dysfonctionnement, OPERE- filiale d’EIFFAGE – constructeur, propriétaire et exploitant de la voie, a été contraint de lancer des investigations avec l’aide de SNCF (ingénierie, équipement) pour en déterminer la ou les causes.

Pourtant, 12 jours après cet incident, les deux entreprises ne parviennent toujours pas à en identifier la ou les origines, entrainant l’interdiction totale de la circulation des matériels TER 200KM/H sur cette portion de voie.

Pour la CGT, si cette mesure va dans le sens de la sécurité, elle a néanmoins des conséquences Importantes pour les usagers empruntant cette ligne.

En effet, seuls ces TER 200KM/H (série 21700) et les TGV sont autorisés à circuler sur la virgule. L’impossibilité de substituer ce matériel par un autre (y compris par des TGV pour insuffisance de rames et de conducteurs) engendre un passage par la gare du Mans et augmente d’une heure le temps de parcours.

Même si pour l’heure les causes de ce dysfonctionnement sont indéterminées, la CGT remarque néanmoins que depuis l’industrialisation du recours à la sous-traitance et aux PPP(Partenariats Public Privé), d’importants dysfonctionnements sont à constater sur des lignes dont la réalisation a été entièrement confiée au privé. Les exemples de Vanves cet été (incident gare Montparnasse), de Saint - Gilles/Pornic fin 2016 ou de Nantes/Châteaubriant en février 2014 en sont l’illustration.

La CGT note également, que si SNCF réalise de moins en moins ce type de travaux au prétexte de coûts prétendument trop élevés, il est à contrario systématiquement fait appel au savoir-faire et aux compétences des cheminots de SNCF pour la résolution des dysfonctionnements leur faisant suite. Pour la CGT, il est donc urgent et indispensable d’en tirer les conclusions qui s’imposent, en réinternalisant ces charges de travail au sein de l’entreprise publique historique.

Pour sa part, la CGT restera très vigilante sur les suites de l’enquête toujours en cours et veillera à ce que la sécurité des usagers et des cheminots soit l’absolue priorité. Mais elle sera également particulièrement attentive à ce que les conditions de transport des usagers et de travail des cheminots ne soient pas les variables d’ajustement d’une situation pour laquelle ils ne sont en rien responsables.

 

Nantes, le 29 septembre 2017

 

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

Archives

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques