Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 19:20

 

fnaut logo pdl

 

À Laval et à La Roche sur Yon, ses réseaux de transport proposent un service de soirée flexible pour les vendredis et samedis soir.

 

Pas de "Flexo" de soirée à Laval et La Roche sur Yon pour le soir de la Saint-Sylvestre

 

Seulement, pour la Saint-Sylvestre, ces villes n'ont visiblement pas jugé utile de faire rouler leurs bus.

 

Alors que d'un côté la sécurité routière incite les gens à ne plus prendre le volant en ayant consommé de l'alcool, si les réseaux de transports en commun ne sont pas adaptés, les messages deviennent contradictoires.

 

Dommage car même pour des petites villes, il est possible de voir qu'il existe une demande et des services, comme le service Noctambus de Saint-Nazaire ou Chambéry pour laquelle son réseau de soirée fonctionne normalement ce soir.

 

Voir l'étude de la FNAUT sur les circulations des T.C. les jours de fête.

 

P1070882

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 08:30

  P1040082.JPG

  Photo vintage (pour mettre dans l'ambiance !) de la gare de Ste Pazanne. Si depuis elle a été refaite et modernisée,

un détailque seul les usagers peuvent découvrir a été oublié au cours de la rénovation...

 

 

Vintage la gare de Ste Pazanne ? Pas totalement faux mais pour une gare qui vient de se refaire une beauté... l'affichage de l'intermodaliré  laisse à désirer ...


vendee 3230vendee 3229

  Un vestige de l'âge du fer, derrière une signalétique vélo ...

 

Entre les trains qui prennent des retards antédiluviens, une voie préhistorique, des installations dignes de l'âge de la pierre ou au mieux de l'âge du fer ... L'affichage des horaires des autocars devant la gare, il est vrai, même si son déchiffrage revient à faire de la paléographie, ne nous plonge pas encore dans la Haute Antiquité ... Ouf on respire ! 

 

vendee-3227.jpeg

  Préparez vos lunettes !

 

Quoiqu'il en soit on peut se demander si les usagers ne seraient pas pris pour des australopithéques ? Si on constate l'âge et la date des horaires en service supposé sur le totem, on est en droit de se le demander...


vendee-3228.jpeg

2008 !

 

En tout cas certaines personnes ne sont pas à la page et seraient bien avisés de changer d'agenda et de se mettre à l'heure… La protohistoire de la Régionalisation ça suffit !

 

Cette petite illustration me rappelle une autre anecdote celle d'avoir été en vacances en Dordogne il y a quelques années et du côté de Lascaux de trouver la trace d'horaires plus anciens à un arrêt d'autocar... Ils ne remontaient pas à l'âge des cavernes mais ils dataient des années 70... C'était déjà une époque héroïque pour les usagers...


Partager cet article
Repost0
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 08:01

photo-LIGNE-21.JPG

  Nantes escamotée du titre de la fiche TER de la ligne L21

 

C'est ce qu'il ressort au premier coup d'oeil sur les titres des fiches horaires TER Pays de la Loire de la L21... Mais que ce soit à l'intérieur ou sur le site officiel TER,  la 21 assure bien la desserte de Le Mans - Angers - Nantes...  Ouf on respire !

 

Une erreur d'imprimerie sans doute... Quoiqu'il en soit il est également conseillé de consulter la L 04 (Angers -Nantes) pour avoir une idée de l'offre TER ... sans oublier les fiches SNCF figurant l'offre TGV ... car les TGV ne figurent plus sur ces fiches régionales (ce qui n'est pas le cas partout voir la ligne Le Mans -Laval - Rennes -L 22)

 

Trois fiches au lieu d'une seule ! Faut prévoir des poches kangouroo quand vous prenez le train...

 

Pourquoi faire compliquer quand il est si facile d'être plus simple ?

 

 

 

logo2

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 13:00

schema-virgule-de-sable088.jpg

Bis répétita :  Rue 89 vient de récidiver à l'encontre de la Virgule de Sablé en glissant cet aménagement dans la liste des projets inutiles au même titre que des incinérateurs, Notre Dame des Landes, des extensions de port, etc ...

 

C'est trop d'honneur mais c'est surtout faire preuve d'une incompétence totale en terme de géographie des transports et d'aménagement du territoire...

 

Déjà le journal avait annoncé des contre vérités qui avaient conduit le premier ministre d'alors François FILLON à réagir ... Plutôt que de rectifier, les journalistes de Rue 89 persistent et s'enfoncent dans l'erreur une fois de plus... Du journalisme "raz les paquerettes" à défaut d'être un journalisme de terrain qui se serait pourtant apperçu rapidement que la "virgule de Sablé" est déjà accepté pour son utilité pour l'Ouest. 

 

Pour en savoir plus sur la "Virgule de Sablé" : lien

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 08:30

La Commission Mobilité 21 vient de relancer le débat autour de l' A 831 puisque c'est par Communiqué de Presse interposé que les 2 parties se répondent... Aux arguments "pseudo" économiques : l'autoroute de l'emploi (comme si les autoroutes généraient des emplois...) s'opposent à la lettre et aux conclusions du rapport Duron qui préconise une vision plus responsable de la politique des transports....

 

images eelv

Communiqué de Presse

3 juillet 2013

A831 : un nouveau déni de réalité ?

 

Le 27 juin dernier Philippe Duron, Président de la Commission Mobilité 21, a remis son rapport au Ministre des Transports Frédéric Cuvillier. Chargée de réviser et de hiérarchiser les projets du Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT), elle a priorisé les 63 projets pour un montant évalué à 245 Milliards sur 25 ans.


Les conseillers régionaux EELV des Pays de Loire ont souligné les choix judicieux du rapport, inscrits dans une vision responsable de l’offre de transports : sur le plan budgétaire, social et environnemental.


Que les élus partisans de l’A831 reçus aujourd’hui par le Ministre des Transports pour défendre le projet se déclare « confiants » quant aux suites que donnera le Gouvernement au projet est stupéfiant !  Faut-il rappeler qu’à propos de l’A831,  le rapport Duron stipule « les éléments ne permettent pas de mettre en évidence une contribution élevée du projet aux grands objectifs de la politique des transports, ni de bonnes performances de ce dernier en matière  écologique et sociétale » et que la Commission classe ce projet d’autoroute dans la catégorie « Horizon lointain » ?!


Pour le groupe Europe Ecologie Les Verts du Conseil régional des Pays de la Loire « Les porteurs de ce projet écologiquement et économiquement aberrant font complètement abstraction du contexte économique et social! Sans même évoquer les atteintes au marais poitevin, camper sur de telles positions à propos d’un projet si daté est un manque de lucidité et de clairvoyance quant à l’état des finances publiques».

 


http://elus-pdl.eelv.fr/c_presse-a831-un-nouveau-deni-de-realite/

Partager cet article
Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 08:00

Le point de vue d'un Syndicat de la SNCF sur les décisions récentes, en particulier la réforme... Un avant goût de la grève du 13 juin ...

 

cgt

SYNDICAT de THOUARS

9 bis, Rue Denfert Rochereau 79100 THOUARS

05.49.66.11.68 05.49.66.44.70
Thouars.syndicat-cgt-cheminots@wanadoo.fr

 

 

Communiqué de presse


La situation du transport express régional (TER) dans le Nord Deux Sèvres ne cesse de se dégrader. Les usagers, au quotidien, en payent le prix fort. Trains supprimés, ruptures de correspondances et délais de transport rallongés sont leur lot quotidien.
Les raisons de ces inacceptables dysfonctionnements sont connues et parfaitement identifiées par tous les décideurs susceptibles de faire changer les choses : le niveau de l’emploi et l’éloignement des centres de décisions.


images-hors-pl 0750

 

Pourtant, rien ne bouge.
Le président de la Sncf, Guillaume Pépy, fossoyeur du site de Thouars, vient d’être reconduit dans ses fonctions par le gouvernement socialiste. Sans aucune modification de sa « feuille de route ». Il avait pourtant été nommé par la précédente majorité, avec des objectifs très précis et contraires à la notion même de service public.

 

Le Nord Deux Sèvres reste le parent pauvre de la région en matière d’investissements ferroviaires. Alors même que ceux-ci évoluent positivement dans d’autres parties de la région (nous nous en félicitons), ils stagnent depuis plusieurs années dans le Nord Deux Sèvres.
Pire, de lourdes incertitudes pèsent sur leur pérennité à la fin de l’année. La Cgt estime que cette situation ne peut plus durer.


Le pouvoir politique, qu’il soit régional ou national, a tous les pouvoirs pour obliger la Sncf à revoir sa copie. Il faut maintenant agir et ne pas rester l’arme au pied. A moins que cette inaction ne soit le fruit d’une volonté délibérée.


Laisser pourrir la situation pour demain, comme cela a été le cas avec le secteur du transport de marchandises, présenter l’ouverture à la concurrence comme le remède miracle. Et ainsi satisfaire les appétits financiers de grands groupes dont l’objectif n’est pas de satisfaire les usagers, mais de faire du fric.


Les récentes exigences de la commission Européenne vont d’ailleurs dans ce sens. Sans être condamnées par le gouvernement….


La Cgt continuera d’oeuvrer pour le développement du service public et agira dans les prochains jours pour sensibiliser les usagers sur les menaces qui pèsent sur le TER dans le Nord deux Sèvres.

 

Thouars le 23 Mai 2013.

 

images-hors-pl 0762

Partager cet article
Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 07:30

Les actes administratifs de Réseau ferré de France sont publiés au bulletin officiel de l’établissement public. Dans le numéro 72 d'avril, la FNAUT constate de nouvelles décisions de fermeture d"anciennes voies ferrées". Ces nouvelles décisions, qui depuis des années ont morcelé le réseau ferré, grignotant les itinéraires qui étaient "bien souvent  alternatifs aux lignes principales".

 

Les Pays de la Loire sont concernés par deux ensembles sur les 5 groupes de fermetures et en particulier dans le Maine et Loire notamment où plusieurs raccordements sont visés.

Enfin c'est l’ancienne ligne de Sablé-sur-Sarthe à Montoir-de-Bretagne qui se voit amputer du plus long kilométrage de voies fermées : 41 kilomètres... d'un coup !

 

Il faut rappeler que la fermeture d'une voie conduit à son déclassement et donc à la sortie du réseau ferré national et au final à la vente de la plate-forme... Autant dire qu'il s'agit de la disparition de la voie ferrée... de son arrêt de mort !

P1060166

 

 

siteon0-38e4a

 

 

BO n°72 - avril 2013

Décisions de fermeture de sections de ligne du réseau ferré national

+ Fermeture de la section de ligne du réseau ferré national comprise entre les pk 180,715 et 201,200 de l’ancienne ligne de Busigny à Hirson

 

+ Fermeture de la section de ligne du réseau ferré national comprise entre les pk 35,500 et 39,780 de l’ancienne ligne d’Armentières à Arques

 

+ Fermeture des sections de lignes du réseau ferré national comprises entre les pk 2,811 et 4,140 de l’ancienne ligne d’Angers-Saint-Laud à La Flèche, entre les pk 301,962 et 304,611 du raccordement d’Ecouflant à Angers-Saint-Serge, entre les pk 342,220 et 349,388 et entre les pk 349,950 et 351,000 de l’ancienne ligne de Segré à Angers-Saint-Serge, entre les pk 349,388 et 350,008 du raccordement de Montreuil-Belfroy et entre les pk 153,827 et 154,538 de l’ancienne ligne de Loudun à Angers-Maître-Ecole

 

+ Fermeture de la section de ligne du réseau ferré national comprise entre les pk 76,550 et 86,100 de l’ancienne ligne de Rochy-Condé à Soissons

 

+ Fermeture de la section de ligne du réseau ferré national comprise entre les pk 314,000 et 355,464 et entre les pk 359,810 et 364,442 de l’ancienne ligne de Sablé-sur-Sarthe à Montoir-de-Bretagne et entre les PK 314,267 et 314,930 de l’ancienne ligne de Segré à Angers-Saint-Serge

 

 

defchgpn11-11a.jpgw Ch G 25012010 Rail et PELETEUSE354

L’ancienne ligne de Sablé-sur-Sarthe à Montoir-de-Bretagne à Château Gontier...

Partager cet article
Repost0
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 10:00
fnaut logo pdl

 

La FNAUT Pays de la Loire, de part ses actions, est membre d'un certain nombre de Collectif., elle participe également à des actions communes avec d'autres associations. C'est le cas avec l'ACIPA, dont elle partage de nombreux points de vue mais la FNAUT conserve son identité et ses propres positionnements. 

 

L'ACIPA a publié un communiqué de Presse fin mars sur la convergence des luttes avec d'autres grands équipements, entre autre avec le projet de Lyon -Turin.

 

Adhérent à l'ACIPA, et membre de la FNAUT, Aurélien Djament a réagi au communiqué de presse du 21 mars 2013. Réponse trés étayée, nous publions son texte car le bureau de l'association n'aurait pas mieux fait.  



Communiqué de presse de l’ACIPA – 21 mars 2013


"L'ACIPA salue et soutient la détermination de l'opposition française et italienne à la ligne LGV Lyon Turin, à l'occasion de la journée de manifestation du 23 mars. 

 

L'ACIPA  constate :  

1)  que, pour la 'justification' de ce grand projet, les prévisions fantaisistes établies depuis plus de 20 ans se sont révélées fausses bien avant la crise de 2008,


2) que la ligne ferroviaire existante permet aujourd'hui de transporter plus de 80% des marchandises transportées sur la route et les trains de voyageurs existant entre France et Italie,


3)  que, comme le constate Dominique Dord, député UMP anciennement partisan du projet, «sur longue distance, le transport maritime est lalternative naturelle à Vintimille», et propose la mise en place, non pas du Lyon-Turin, mais dune autoroute de la mer beaucoup plus écologique avec des navettes au départ de Barcelone ou de Valence vers les ports de lItalie dès 2020,


4)  que les chambres de commerce et d'industrie de la région PACA demandent des travaux sur les lignes existantes de chemin de fer plutôt que de continuer sur un projet de ligne à grande vitesse incertain et très coûteux,


5)   que, alors que des soupçons de conflits dintérêts pèsent sur ce dossier, le chantier de la ligne à grande vitesse de Firenze (Florence)  a été arrêté par la justice italienne pour de probables faits de corruption et détournements en lien avec la mafia.


Besoins sur-estimés, saturation inexistante, existence de solutions alternatives, questionnement sur les financements... Nos combats contre les grands Projets Inutiles Imposés se ressemblent, se soutiennent mutuellement, dans la démarche que nous avons engagée depuis plus de deux ans.  

A l'occasion de la journée du 23 mars, l'ACIPA est solidaire de la demande de larrêt immédiat des travaux du tunnel de la ligne Lyon-Turin." 

 

feu-rouge.jpg

Si je suis naturellement d'accord que les grands projets inutiles ne manquent pas, même en période d'austérité, et qu'il convient de développer des convergences contre ceux-ci, je conteste fortement l'inscription du TGV Lyon-Turin parmi ceux-ci. De surcroît, même si je respecte la position des adhérents de l'ACIPA hostiles à ce projet, je suis choqué de la fixation sur cette ligne ferroviaire comme "projet inutile", alors que l'ACIPA ne dit rien, ou pas grand-chose, des nombreux projets autoroutiers ou apparentés. Avant d'expliquer succinctement ma position, je précise que l'absence de dialogue et la répression envers les opposants au Lyon-Turin sont inacceptables, quelle que soit la position personnelle de chacun à l'égard de ce projet : elles ne témoignent que de la faiblesse du gouvernement, de son arrogance et son mépris de la démocratie (en continuité avec les gouvernements précédents). Sur ce point, l'ACIPA a raison de souligner les convergences avec NDDL et de dénoncer cette méthode du passage en force. Mais au-delà de la méthode, si l'on examine le contenu et les implications des projets d'aéroport à NDDL et de ligne à grande vitesse Lyon-Turin, la comparaison est loin de s'avérer aussi évidente que cela.



1) Il est écrit que "la ligne ferroviaire existante permet aujourd'hui de transporter plus de 80% des marchandises transportées sur la route et les trains de voyageurs existant entre France et Italie". Admettons, mais cet argument n'envisage aucun accroissement notable du trafic ferroviaire pour les voyageurs. Pourtant, le service actuel est très déficient, avec par exemple aucune liaison ferrée directe entre Lyon et Turin ! Résultat, des déplacements massifs par voies aérienne ou routière sur cet axe. Je pense que je n'aurai besoin de convaincre personne à l'ACIPA sur les gains environnementaux énormes engendrés par un report de trafic routier ou aérien sur la voie ferrée... c'est justement l'un de nos arguments contre NDDL (qui, s'il se réalise, induira également un accroissement du trafic routier : les groupes de pression routier et aérien marchent objectivement main dans la main).

Avec un trafic de passagers digne de ce nom, c'est-à-dire avec des dessertes omnibus fréquentes et des dessertes sur longues distances variées et assez rapides, permettant de vraiment concurrencer l'avion (et la voiture), les vitesses fort différentes de ces deux types de train (qui ne peuvent pas se dépasser sur la ligne actuelle, alors que la LGV éviterait le conflit de circulation entre trains rapides l'empruntant et trains de proximité sur la ligne existante) réduiraient largement les possibilités pour les trains de fret (qui circulent beaucoup plus lentement que les trains de voyageurs, surtout sur cette ligne de montagne dont les fortes rampes handicapent beaucoup le transport des longs trains de marchandises, extrêmement lourds) et rend l'argument des 80% de report de fret routier possible sur le fret ferroviaire totalement inopérant. De toute façon, le projet de LGV Lyon-Turin a toujours été conçu comme un projet mixte voyageurs/fret, ne considérer qu'un seul des deux aspects fausse complètement la discussion.


4a-route-littoral

2) L'argument du transport maritime comme meilleure alternative me laisse particulièrement sceptique. D'une part, rien ne démontre qu'une autoroute de la mer soit "beaucoup plus écologique" que le transport ferroviaire. D'autre part, le report de la route sur la voie maritime pour certains flux de marchandises est possible et souhaitable, mais l'intérêt du Lyon-Turin est de se connecter à l'autoroute ferroviaire ralliant le nord de la France puis le Benelux, pour lesquels le passage par Vintimille n'est pas pertinent (surtout que l'axe de la vallée du Rhône est saturé) ! De plus, le transport maritime est beaucoup plus lent que le transport ferroviaire, ce qui limite les marchandises pour lesquelles il peut constituer une alternative performante au transport routier, et surtout nécessite un transbordement (qui prend du temps et est coûteux) aux ports de départ et d'arrivée, alors que la voie ferrée peut irriguer bien davantage le territoire.

De plus, étant donnée la part écrasante des camions dans le transport des marchandises, pour un vrai changement écologique de politique de transport, il s'impose de développer à la fois les autoroutes maritimes et les voies de chemin de fer, ce ne serait pas de trop !


3) Il est question de "solutions alternatives" : au vu des arguments que j'ai esquissés plus haut, je me demande si la principale solution des opposants au Lyon-Turin n'est pas simplement de continuer comme aujourd'hui. Certes, ce n'est pas impossible, mais il faut en voir le coût écologique gigantesque, les montagnes françaises étant totalement asphyxiées de trafic routier (particulièrement gourmand en carburant en raison des pentes, avec une pollution qui stagne souvent dans les vallées). C'est bien la grande différence avec NDDL : dans les deux cas, bien sûr, on peut poursuivre avec l'existant sans que tout s'arrête. Mais dans le cas de l'aéroport, continuer avec Nantes-Atlantique évitera ou limitera le développement des trafics aérien et routier alors que, sur l'axe Lyon-Turin, c'est continuer avec les infrastructures existantes qui signifie accepter que les camions transportent une part écrasante des marchandises et que les transports de passagers soient effectuées essentiellement en voiture ou en avion plutôt qu'en train. Est-ce qu'on veut ?


4) Il est question de moderniser les lignes existantes plutôt que de créer de nouvelles lignes. Je suis bien d'accord que la priorité du développement ferroviaire en France réside effectivement dans cette modernisation (et la réouverture des lignes "secondaires" fermées), mais cela ne signifie pas que les autres projets n'aient aucune pertinence, dans un second temps ou en complément, ne serait-ce que pour éviter des problèmes de capacité que la seule modernisation des voies existantes ne peut pas toujours résoudre. 


Enfin, je voudrais terminer ce courriel par quelques arguments pour convaincre que même les opposants à NDDL qui sont hostiles au TGV Lyon-Turin ne devraient pas en faire le symbole des autres projets inutiles.

NON LGV PL

5) Si vraiment l'ACIPA cherche un exemple de LGV inutile et nuisible, il y en a un, sur lesquels tous les défenseurs du rail ou presque s'entendront, contrairement au Lyon-Turin (inutile de nous diviser sur des projets qui sont loin de Notre-Dame des Landes !) : la ligne envisagée entre Poitiers et Limoges. Effectuer le trajet Paris-Limoges en passant par Tours et Poitiers est un non-sens géographique évident, pour le trajet Poitiers-Limoges, qui n'est en rien un grand axe de transit comme l'est Lyon-Turin, la modernisation de la voie existante (dont les potentialités sont bien meilleures en terme de profil que Lyon-Turin) suffit sans aucun conteste. En revanche, pour aller de Paris à Limoges, assécher la ligne historique, conforme à la géographie, passant par Orléans et Vierzon constituerait une aberration pour l'aménagement du territoire - et même pour le seul trajet Paris-Limoges. Pourquoi alors se focaliser sur la LGV Lyon-Turin ?


6) Surtout, je trouve assez incroyable quand on défend un point de vue écologiste dans la politique de transports de ne pas dire haut et fort que la priorité des priorités est de cesser de construire des autoroutes ! Là, la liste est très simple : elles sont toutes inutiles et nuisibles, et il y en a déjà beaucoup trop en France - environ 10000 km, bien plus que de lignes ferroviaires à grande vitesse - et une LGV consomme environ deux fois moins d'espace qu'une autoroute, sans parler du gain énergétique (et en terme de sécurité) considérable. L'une des principales calamités écologiques en France est l'hypertrophie du transport routier, responsable annuellement, faut-il le rappeler, de milliers de morts (et de bien plus de blessés) directs par accident, de dizaines de milliers de morts par la pollution induite, et d'une destruction à grande vitesse de terres agricoles ou naturelles. Sur tous ces points, le rail est considérablement supérieur, et c'est le seul mode de transport à pouvoir concurrencer sérieusement la route (et l'aviation dans une large mesure). La portion congrue à laquelle le transport par voie ferrée est réduite ne vient pas d'une inadaptation mais d'une politique planifiée sur des décennies : depuis les années 20-30 (apogée du réseau ferrée en France), le réseau ferré a régressé - même en tenant compte des ouvertures de lignes à grande vitesse (ou autres, quasi-marginales de toute façon), de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres ; parmi les lignes qui ont survécu, une part considérable a été laissée quasiment à l'abandon. Pendant ce temps, l'argent n'a cessé de couler à flots pour construire partout des autoroutes, des voies rapides, des périphériques autour de toutes les grandes villes, élargir les routes existantes... aboutissant à la triste situation actuelle en matière de transports et de destruction de terres. Dans ce contexte, comment peut-on en se réclamant de l'écologie demander l'arrêt du projet ferroviaire Lyon-Turin sans même commencer par exiger l'abandon immédiat de tous les projets autoroutiers ?

vba 831

7) Pour prendre un exemple concret près de chez nous : le projet d'autoroute A831 en Vendée, qui tronçonnerait le marais poitevin, pendant que la ligne ferroviaire Nantes-Bordeaux continue de se dégrader - notamment dans la portion vendéenne en concurrence directe de laquelle cette autoroute s'inscrirait ! Je suggère donc aux dirigeants de l'ACIPA de faire figurer, derrière l'Ayrault-port bien sûr, en haut du palmarès régional des projets inutiles de notre région, cette autoroute. La proximité géographique rend la convergence des actions contre ces deux projets nocifs d'autant plus naturelle que l'un des points de la contre-argumentation est commun : la modernisation de la ligne ferroviaire Nantes/Bordeaux, axe majeur du littoral français, pour limiter les trafics routier et aérien, avec un coût financier bien inférieur aux projets mégalomanes de nos gouvernants, aucune nouvelle artificialisation de terre, gains en termes de sécurité et de pollution... Cela éviterait de diviser l'ACIPA sur le projet lointain et non consensuel parmi les défenseurs d'une politique de transports écologique qu'est la LGV Lyon-Turin. Bref, nous y gagnerions concrètement dans notre combat.


Bien cordialement,

   Aurélien Djament.

Partager cet article
Repost0
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 07:30

fnaut logo pdl

 

 

Éditorial : Merci Yannick ? Merci Jacques ?


La véritable agression contre la FNAUT, France Nature Environnement et les Amis de la Terre à la-quelle se sont livrés en mars successivement MM. Massiot et Auxiette, présidents des conseils régionaux de Bretagne et des Pays de la Loire à propos du rapport de 2007 sur le troisième aéroport parisien pourrait réjouir les militants de ces trois associations.


Elle a incontestablement contribué à notre renommée au moins dans la « blogosphère » et même dans l’opinion.

 

Elle a montré la réactivité de notre fédération et il convient de remercier ici notre président  Jean Sivardière pour son engagement sans faille dans le dossier de Notre Dame des Landes. Elle a enfin permis de mieux présenter l’originalité de notre argumentaire dans le débat contre ce projet inutile, faisant fi de la situation financière de notre pays, sacrifiant la nécessaire ré-flexion sur la desserte ferroviaire de la façade atlantique, ouvrant la boîte de pandore des projets de nou-velles traversées routières de la Loire.


Mais cette affaire rend compte aussi de l‘âpreté d’un débat qui a franchi les limites du raisonnable. Les porteurs du projet ont renoncé à l’argumentation économique et sociale qui faisait florès jusque-là (facilement mise à bas par les adversaires du nouvel aéroport) pour utiliser plutôt les ficelles vite démontées de la « com » et désormais de la calomnie.

fnautinfos114
Il faut savoir arrêter un débat stérile. Mais plus que jamais répétons à nos adhérents et amis que les bulletins «FNAUT Infos» sur le sujet des excès du transport aérien n’ont pas varié dans leur doctrine mais ont toujours mieux précisé nos exigences : optimisation des systèmes ferroviaires, juste fiscalité du kérosène, responsabilisation des collectivités locales et des organes consulaires face à l’effet de serre, méfiance vis-à-vis des partenariats public-privé.


Et pour terminer sur une note optimiste et un peu décalée nous vous informons que la collection bien classée (suite à déménagement) de « Fnaut Infos » est désormais disponible dans nos nouveaux locaux nantais du 1,rue d’Auvours. Mais que rien ne vaut un abonnement !

 

 

LETTRE D’INFORMATION
n°1 : avril 2013


 

Fresque 2006 06 25 07

Partager cet article
Repost0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 06:00

Voici une reprise du coup de gueule de la présidente de la FUB, qui a été publié sur le site CARFREE 

image001

 

Comparée à la FFMC (fédération française des motards en colère), la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) c’est le monde des Bisounours pour le gouvernement et les décideurs politiques!


Les premiers menacent de bloquer le périph’ si on les chatouille, donc on les reçoit et on les ménage, les seconds dialoguent, expliquent, quémandent…


La patience finit certes par payer: on ne peut nier les récentes avancées réglementaires du code de la rue mais combien d’années de négociation pour assouplir quelques règles et combien encore pour les voir appliquées sur le terrain ? Et quand on nous fait l’aumône d’un cédez-le-passage cycliste au feu, on nous dit qu’il va falloir attendre les calendes grecques pour de nouvelles mesures.

FUB cherche Plan National Vélo désespérément! Non seulement la France était très en retard sur ce sujet mais son PNV n’a existé que trois mois, de février à mai 2012.

8415594735 30603b1b6f c

Depuis un an, le nouveau gouvernement nous annonce un « programme ambitieux » mais les crédits fondent comme neige au soleil et les promesses sont oubliées. Pourtant les chantiers législatifs et réglementaires en cours sont nombreux: réforme des compétences des collectivités territoriales et des autorités organisatrices (futures AOMD en charge de la « mobilité durable »), réforme de l’urbanisme et des PLU… autant de sujets qui impactent fortement les choix de déplacement des citoyens. Le vélo dans tout ça ? Pour l’instant, simple variable d’ajustement pour se donner bonne conscience !


Mesdames et messieurs les décideurs: ouvrez les yeux, regardez autour de vous, les vélos sont de sortie et le tout-automobile est désormais derrière nous.

N’abusez pas de notre patience et ne tardez plus à rejoindre nos rangs: il est plus facile de négocier aujourd’hui avec la FUB que demain avec le Gang des Modes Actifs en Colère !

 

Geneviève Laferrère
Présidente de la FUB

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques