Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 07:30

 fnaut logo pdl

 

 

Il semble que les mensonges ont la vie dure aussi comme pour les vaccins il faut des rappels ... Ce dernier s'impose concernant la position de la FNAUT .... Non la FNAUT n'a jamais été favorable à Notre Dame des Landes...

 

Ce qui était écrit dans le chapeau de l'article de FNAUT infos N°114 n'a pas pris une ride.... Le contraire nous aurait étonné ...

 

"Transférer les aéroports de Nantes et Toulouse à la campagne pour  faire face à leur saturation annoncée et soulager leurs riverains ? Simple déplacement de nuisances qui pourraient être réduites sur place et solution de facilité face à la congestion, cette fausse bonne idée est basée sur les mêmes erreurs et illusions que celle d’un troisième aéroport parisien : prévisions de trafic délirantes, croyance à l’impact économique miraculeux des dessertes aériennes, sous-estimation systématique des possibilités alternatives du rail. La FNAUT refuse cette fuite en avant : il y a mieux à faire de l’argent public que d’offrir de nouvelles capacités d’accueil à l’avion au moment où on parle de ”développement durable” et de lutte contre le changement climatique."

 

fnautinfos114

http://www.fnaut.asso.fr/images/docs/publications/fi2003/114.pdf   FNAUT INFO 2003

 

 

Pour retrouver l'article sur le Blog  :

 

La FNAUT a toujours été opposée à N.D.d.L. et aux autres aéroports inutiles (1)

 

La FNAUT a toujours été opposée à N.D.d.L. et aux autres aéroports inutiles (2)

 

 

le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 07:00

  nv logo fnaut

 

 

Après Notre Dame des Landes, une autre politique pour les transports

 

Arrêtons le gaspillage de temps, d’énergie et d’argent que représente la poursuite d’un projet inutile, mal conçu, qui a laissé de côté des composantes majeures du projet (accès, site Airbus), qui est source de gaspillage de terres et d’argent public. Il y a mieux à faire pour relier l’Ouest Atlantique au reste du territoire, sans pénaliser l’environnement  :

 

A Nantes Atlantique, augmenter la part de voyageurs ne venant pas en voiture et (re)construire l’aérogare

 

Modernisation/reconstruction d’une aérogare plus écologique

En attendant la mise en route d’un transport en site propre (TER, tram train, tram) relié à l’étoile ferroviaire nantaise, accroissement de la fréquence des bus dédiés venant de la Gare (qui accueille 3 fois plus de passagers que NA et doit être agrandie) et du Centre Ville ; modifications des lignes bus 74 et 98 pour amener à l’aéroport les habitants de l’Ouest et du Sud de l’agglomération ; développer la desserte par minibus à partir des villes régionales

 

Capture d’écran 2012-11-05 à 15.31.15

La voie ferrée est à 260 metres de l'aérogare

 

Réduire les nuisances sonores

 

Amélioration de l’équipement de guidage et des approches avion

Taxation des avions bruyants

Transfert des vols loisirs et affaires non prioritaires, vers des aéroports à proximité (en particulier Ancenis à 20 mn de Nantes, St Nazaire, la Roche sur Yon). Ces mouvements ( atterrissage + décollage ) représentent un cinquième des vols à Nantes Atlantique.

 

Mais il y a encore plus efficace pour voyager en diminuant les gaz à effet de serre, en particulier ceux émis lors de vols à haute altitude, particulièrement nocifs pour l’athmosphère  :

 

Reporter les vols courte distance sur le ferroviaire, en desservant les territoires intermédiaires

 

Le km/voyageur en TGV est des dizaines de fois moins polluant qu’en avion. Le train est pertinent sur les courtes et moyennes distances. Air France vient de reporter ses voyageurs de Paris à Strasbourg sur le TGV. Le train assure 90 % du trafic si le trajet ferroviaire est de 2h (exemple de Paris Nantes), 60 % si le trajet est de 3h, encore 30 % si le trajet est de 5h. Des liaisons ferroviaires plus rapides sont donc essentielles.

 

Les Pays de la Loire, placés bien à l’Ouest de l’Europe, doivent améliorer leurs liaisons terrestres dans au moins trois directions, où il est actuellement difficile de concurrencer l’avion au carburant détaxé. Si sur le premier axe, la région Pays de la Loire intervient, elle ne se mobilise pas sur les deux autres axes où les enjeux pour le futur sont importants :

 

Le Nord et l’Est : les TGV de Nantes, Angers, le Mans ou de Rennes Laval vers la Lorraine, l’Alsace, le Nord desservent aussi la banlieue parisienne, où ils doivent coexister avec des RER. Les travaux d’amélioration avancent très lentement, de même que le raccordement direct à l’aéroport d’Orly. La solution d’ « interconnexion Sud » entre LGV n’est toujours pas choisie. Enjeux principaux : 5700 mouvements d’avion/an et 395 000 passagers avec Paris, 1550 avec Strasbourg (chiffres 2011).


P1070893

TGV quittant la gare d'Angers en direction de Nantes

 

Le Centre et Sud Est via Angers : partant des mêmes villes, les TGV doivent faire un long détour par la banlieue parisienne surchargeant des tronçons saturés. Une nouvelle liaison POCL (Paris Orléans Clermont Lyon), loin d’être programmée encore, pourrait pourtant améliorer aussi les liaisons Est Ouest via la région Centre. Enjeux principaux  : 4 000 mouvements d’avion et 358 000 passagers avec Lyon, 3 000 et 268 000 passagers avec Marseille, 1 800 mouvements avec Montpellier. Mais la Région Pays de la Loire ne se mobilise pas pour promouvoir un scenario qui permettrait d’améliorer les liaisons Est Ouest.

 

Le Sud Ouest via la Vendée et la Charente : la nouvelle LGV Sud Europe Atlantique est en construction de Tours à Bordeaux. Le trafic va s’y développer vers Toulouse et vers le Pays Basque, le Béarn et l’Espagne. L’Ouest est toujours aussi mal relié au Sud Ouest, alors qu’il serait possible de gagner une demie heure en modernisant la ligne actuelle Nantes Bordeaux, puis une demie heure encore via Nantes Poitiers, à rééquiper en ligne rapide. Enjeux principaux  : 3000 mouvements d’avion et 146 000 passagers avec Toulouse, 1200 avec Bordeaux. Là encore la Région n’est pas motrice pour améliorer la ligne Nantes Bordeaux, pour laquelle on cherche toujours des financements.

 

Ces 20 000 mouvements d’avion en 2011 (sur 45 500 mouvements commerciaux, chiffre peu variable ) pourraient, avec des lignes ferroviaires plus rapides, être réduits de près de 10 000 mouvements, ce qui limiterait aussi les nuisances de Nantes Atlantique.

 

L’Etat et les collectivités devraient mettre leurs actes en accord avec leurs paroles sur le développement durable ou de transition énergétique : taxation du kérosène, interdiction de subvention aux compagnies aériennes, réorientation des investissements, etc…

 

La Région devrait se préoccuper de l’évolution des liaisons ferroviaires à moyenne distance, plutôt que de soutenir un projet d’aéroport injustifié.

 

Fresque 2006 06 25 07

Partager cet article
Repost0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 12:05

rac.giflogofnaut2012

 

Communiqué de presse du RAC  

Avril 2013

 

Les rapports des commissions du dialogue et des experts, qui intègrent bien les préoccupations en terme de biodiversité locales, laissent de côté un volet pourtant majeur et mis en avant à Rio par François Hollande : le climat.

 

Climat : le grand oublié

 

Les rapports des Commissions du dialogue et des experts confortent enfin les craintes des associations environnementales soucieuses de préserver la biodiversité locale qui serait mise à mal par la réalisation du projet d’aéroport. En revanche, elles font fi des problématiques globales que constitue la raréfaction des ressources et les changements climatiques.

Pourtant, de par ses rejets de CO2, de Nox et de vapeur d‘eau, le trafic aérien produit 5% des émissions mondiales de gaz à effet serre, et continue de croitre. Les émissions de gaz à effet de serre issues de l’aviation ont connu une augmentation de plus de 100% depuis 1990 ! Malgré cet impact non négligeable sur le climat, le secteur aérien, très peu régulé, est paradoxalement exempt de toute participation à l’effort mondial de lutte contre le changement climatique et reste en France gracieusement subventionné ! (1)

Notre Dame des Landes est incompatible avec la transition énergétique

Compte tenu de l’urgence de la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, il est impensable de continuer cette politique de l’offre qui, accentuée par le développement des low-costs, aura pour effet d’augmenter le trafic aérien, au détriment du report modal. Or une hausse prolongée du trafic aérien serait contradictoire avec le scénario de transition énergétique de Négawatt étudié au sein du débat sur la transition énergétique et qui prévoie notamment une diminution du trafic aérien intérieur pour atteindre le facteur 4.

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTbatS5CbkIAzS66u-Bh1-GYcIic9U1r0Tfy6mlUb--usxca7Gx

 

Il faut abandonner le projet d’aéroport

Les infrastructures de transports, en particulier celles qui sont décidées aujourd’hui et qui déterminent le trafic de demain, doivent être en cohérence avec la transition énergétique.

Pour Morgane Créach, Directrice du RAC, « à la fois la commission du dialogue et le Premier Ministre ont fait table rase de l’enjeu essentiel du dérèglement climatique. Alors que le Gouvernement a déclaré vouloir faire de la transition énergétique une priorité du quinquennat, il faut abandonner le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, un projet dispendieux, inutile et anachronique, et réguler le secteur aérien de façon à ce qu’il contribue à la hauteur de ses impacts, à la lutte contre le changement climatique. »

Appel à la mobilisation

Pour faire pression sur les décideurs qui ferment encore trop souvent les yeux sur ces enjeux, et pour refuser catégoriquement le projet de NDDL, nous vous donnons rendez-vous samedi 13 avril à la ZAD pour la manifestation « Sème ta ZAD » et le 11 mai au même endroit pour la grande chaine humaine.

 

- Site du RAC-France

 

(1) Sur le plan international, les émissions de CO2 ne sont pas couvertes par Kyoto et l’Union européenne a mise entre parenthèse l’inclusion des vols extra européens dans son système d’échange des quotas. Au niveau national, le kérosène utilisé comme carburant dans l’aviation ne subit ni TVA ni TICPE. Le taux de TVA sur les billets d’avions nationaux est réduit et nul pour les vols internationaux. Pour en savoir plus : http://www.rac-f.org/DocuFixes/stop...

 


Lorelei Limousin, Chargée de mission Transports au Réseau Action Climat :
lorelei@rac-f.org et 01 48 58 89 77

Partager cet article
Repost0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 08:00

Une Chaîne Humaine contre le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes


affiche-chaine-humaine-9fevrier2013-mini

 

45 ans de lutte pour faire sauter les verrous régionaux et donner un éclat national et symbolique à l'opposition au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes.

45 ans pour que 40 000 personnes se lèvent contre le gaspillage d'argent public, la destruction de terres nourricières et l'inutilité du projet aujourd'hui techniquement dépassé.

45 ans pour que de nombreux journalistes s'emparent de ce sujet brûlant.

2013 année décisive pour enterrer le projet !

L'État a repoussé le début des travaux de 6 mois. Saisissons cette opportunité.
 

 

Tous, nous pouvons faire de cette chaîne humaine un moment historique !

Rendez-vous le 11 mai 2013 sur la ZAD
pour la constitution de la chaîne à 14h00.
 

Chaîne Humaine du 11 mai : l’organisation pratique de ce grand évènement se poursuit de manière dense et les équipes de travail ne demandent qu’à être étoffées.

 

« Enterrons le projet ! », c'est le slogan mobilisateur qui a été retenu pour mobiliser le plus de personnes, le 11 mai, tous unis main dans la main, contre ce projet inutile. 

 

A l'organisation de la chaîne humaine, c'est joint la fabrication de plus de 1 000 panneaux explicatifs qui vont fleurir le long des routes de France... Le 11 mai, un hélicoptère survolera la chaîne humaine pour une retranscription nationale et internationale de notre geste politique fort, soutenu également par deux soirées de concerts avec des artistes engagés...

 

Vous pouvez participer à cette chaîne humaine de 3 façons :


+ vous serez présent et vous souhaitez participer financièrement à l’opération (modique somme de 2€ souhaitée)

 

+ vous serez présent mais vous ne souhaitez pas participer financièrement à l’opération,


+ vous ne pourrez pas être présent mais vous souhaitez participer financièrement à l’opération.

 

Sur le site internet, http://www.chaine-humaine-stop-aeroport.org, il est possible de faire son choix selon ses convictions !

 

le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 09:00

Les opposants au projet répondent au promoteur de Notre Dame des Landes et en particulier à la "com" officielle. Celle du PS en particulier qui a distribué dernièrement un tract dont le contenu contient un certain nombre d'omissions que le texte ci-dessous corrige...

 

Désintox : Notre-Dame-des-Landes ou les "bobards du PS"

1/ Un nouvel aéroport mal conçu, comme on n’en fait plus depuis les années 70
 

Pour un trafic prévu à terme à 9 millions de passagers, une piste suffit amplement. La DGAC a prétendu que la loi imposait deux pistes à partir de 4 millions de passagers, c’est faux. Les deux pistes ne sont pas parallèles, ce schéma ne se fait plus nulle part depuis les années 70.


Il impose trop de contraintes dans l’utilisation des pistes. Elles n’ont pas de taxiways (voies de dégagement) dans la version prévue pour 2017. Plusieurs dizaines de pilotes de ligne,  réunis en collectif, sont très critiques, vu le nombre important de failles techniques du dossier.


ndl presse ocean

 

2/  Zones humides : ce projet est contraire à la Loi sur l’Eau

 

Il y a 50 ans, on n’avait pas conscience du rôle des zones humides et elles ont été détruites en très grand nombre. On pensait même bétonner les marais salants de Guérande ! Aujourd’hui leur rôle primordial est reconnu : sur le climat, les écoulements, la qualité de l’eau, la dépollution… Et la loi les protège. Quand bien même il faudrait un nouvel aéroport, il ne doit pas être situé à cet endroit !

 

Pour un projet de construction sur une zone humide, il faut :


1) prouver qu’il n’y a pas d’alternative : cela n’a pas été fait pour le projet d’aéroport;


2) chercher à réduire les impacts : faire deux pistes et des parkings à l’horizontale augmente au contraire les impacts ;


3) compenser en créant de nouvelles zones humides : surface identique à proximité, surface double plus loin.


Il est impossible de compenser les surfaces qui seraient détruites par le projet. Vinci et l’État ont donc proposé une méthode «expérimentale» pour passer outre. Au-delà du projet d’aéroport, si cette méthode était validée, ce serait la fin de la protection des zones humides et l’arrivée d’un droit à les détruire !


Fresque 2006 06 25 07

 

3/ Le projet est contraire au Grenelle de l’Environnement

Le projet est contraire à la loi Grenelle 1 qui affirme la nécessité de « lutter contre la régression des surfaces agricoles et naturelles, contre l’étalement urbain, assurer une gestion économe des ressources et de l’espace ».

 

Elle demande que toutes les alternatives soient examinées avant tout projet de nouvelles infrastructures. Le projet a été classé «grenello- incompatible » par toutes les grandes associations environnementales.

 

4/  Les bases économiques du projet sont contestées

Le collectif des élus qui doutent de la pertinence du projet (CéDpa) a fait expertiser l’analyse économique de 2006 qui concluait à un avantage économique du projet.

Le cabinet d’experts CE Delft est formel : ce projet représente un coût global pour la société, et non pas un avantage. L’optimisation de l’aéroport existant serait par contre un avantage global.


Entre autres éléments de cette expertise, il est question de la valeur donnée à une heure de temps gagnée par un passager. Il semble que l’étude de 2006 ait multiplié par cinq le coefficient de valorisation pour certaines dates, ce qui a permis de valoriser à 911 millions d’euros le temps gagné par les passagers sur 30 ans, soit 80% des avantages du projet d’aéroport !

 

Plus d’un an après la publication de l’expertise, la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) a rédigé une note tentant de valider les données de 2006. Cette note très incomplète a plutôt pour effet de raviver les doutes sur la probité des calculs de 2006. Il est d’ailleurs surprenant que dans l’analyse économique de 2006  elle-même, le bruit ne compte que pour 1 à 2% des avantages du projet et l’urbanisation pour moins de 10%! L’essentiel des avantages de ce projet serait donc le temps gagné par les passagers !
   badge

 

Le CéDpa a saisi le Conseil d’État pour demander l’abrogation de la déclaration d’utilité publique de février 2008, puisqu’un de ses fondements se révèle erroné.

 

Plus d’information sur : aeroportnddl.fr

5/  Un projet destructeur d’espèces protégées

 

Du fait de la création de la « zone d’aménagement différé » dans les années 60, les terres du projet ont échappé à tout remembrement. Un grand nombre d’espèces protégées y sont aujourd’hui recensées, tant pour la flore que pour la faune. 200 naturalistes indignés par le projet procèdent à des relevés tous les mois sur la zone.

 

Plus d’informations sur : naturalistesenlutte.overblog.com

 

Pour aller plus loin :

Si vous avez envie d’aller plus loin dans la connaissance de ce dossier, voici la liste des fiches argumentaire disponibles sur acipa.free.fr, rubrique «Ce qu’il faut savoir» :

 

Coordination des opposants au projet d’aéroport

  Avril 2013


le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

Pour découvrir le document dans son intégralité :  voir

Partager cet article
Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 07:30

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTbatS5CbkIAzS66u-Bh1-GYcIic9U1r0Tfy6mlUb--usxca7Gx

 

Quand l'Ecologie s'en mèle...

 

Le rapport que le collège d'experts scientifiques a rendu public il y a peu a été très peu commenté et même ignoré par les promoteurs du Projet de NDDL. Pourtant le rapport est très sévère sur le volet environnemental du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Non seulement il a émis douze réserves majeures qui mettent en pièces la méthode de compensation des dégâts causés à l'environnement.

Et en plus les travaux ne pourront pas commencer tant que cette méthode n'aura pas été validée.

 

Le Conseil national de protection de la nature (CNPN) enfonce le clou.

 

Son comité permanent fait sienne les douze objections. Ainsi il recommande des inventaires complémentaires des espèces "sur au moins deux années". Et relève "le manque de justifications et l'inopérance de la méthode".

 

Le CNPN est une commission rattachée au ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer. Il donne son avis sur tous les projets et textes qui touchent les espèces sauvages et les espaces naturels.

Ors le site du projet d'aéroport recèle une richesse écologique insoupçonnée que vient de mettre en lumière le collège d'experts scientifiques. Paradoxalement c'est l'existence du projet depuis 40 ans qui est à l'origine de cette richesse puisque le Bocage a été préservé. Le site qui se situe sur la ligne de partage des eaux entre les 2 bassins versants (Loire et Bretagne) lui confére une biodiversité exceptionelle. Plus de 100 espèces protégés en France s'y trouvent et 25 le sont au niveau européen...

 

Nouvel éclairage pour le CNPN

 

Le rapport des scientifiques vien éclairé le CNPN, qui s'était prononcé l'été dernier pour le transfert d'espèces protégées alors qu'il ne disposait pas de toutes les informations à son grand regret. Les conclusions du rapport  modifie donc l'avis du  CNPN qui revient sur sa décision précédente.

 

Le CNPN demande de reconsidérer les précédentes dérogations avec la nouvelle méthode. Quand celle-ci aura été mise au point, et validée.

 

Des procédures à revoir ici et ailleurs...

 

Dépassant le cas de Notre-Dame-des-Landes, l'instance du ministère de l'Environnement demande à l'État de revoir l'instruction des projets d'aménagement du territoire.

 

Ainsi, à Notre-Dame-des-Landes, l'application de la loi sur l'eau, qui pose une difficulté majeure, arrive en tout dernier dans la procédure.

 

Voir l'article de breizhjournal

 

Fresque 2006 06 25 07


Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 06:00
http://www.terraeco.net/local/cache-vignettes/L195xH273/arton49312-3a5ed.jpg
Le mirage Notre-Dame-des-Landes

« En arrière toute ! » En toute rigueur, cet ordre aurait dû être inscrit dans le rapport de la commission du dialogue sur le projet d’Aéroport du Grand Ouest. Mais la tour de contrôle a décidé de jouer la montre. Le vol sera-t-il finalement annulé ? « Terra eco » vous dit tout.

 

C'est avec cette accroche que le journal Terra Eco, aborde le dossier de Notre Dame des Landes. A travers plusieurs sujets, se basant également sur des analyses économiques variées, l'enquête met à mal le projet...  

 

 

DÉCRYPTAGE  : Aéroport du Grand Ouest : la contre-enquête

 

REPORTAGE : A Notre-Dame-des-Landes, l’espoir germe au printemps

 

INTERVIEW  : « L’analyse économique du projet est partielle et fragile »

 

DOCUMENTS  : Notre-Dame-des-Landes : des archives inédites pour comprendre

 

QUIZ  : Aviation : le crash-test

 

 

A lire dans Terra Eco N°47, mai 2013


 

P1010998.jpg

Il n'y aura jamais de gros porteur à Notre Dame des Landes (cf : 747 )

 

N° 47 - mai 2013

Le mirage Notre-Dame-des-Landes
Terra Eco, N°47 ? MAI2013

 

N° 4

N° 47 - mai 2013

Le mirage Notre-Dame-des-Landes

7 - mai 2013

Le mirage Notre-Dame-des-Landes

N° 47 - mai 2013

Le mirage Notre-Dame-des-Landes

N° 47 - mai 2013

Le mirage Notre-Dame-des-Landes
Partager cet article
Repost0
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 18:00

Dans chaque département il est organisé des actions en soutien et notamment des conférences par les Comités de soutien constitués d'associations. Voir le site de l'ACIPA pour connaitre le calendrier. Le lundi 29 avril ce sera à Laval.

 

!cid 731094BD4F904E1C8ECCF6E410E235D5@JeanBernard

 

 

Notre Dame des Landes : faire le point sur le projet d'aéroport

Ces dernières semaines ont été riches en nouveautés sur le projet de second aéroport nantais à Notre-Dame-des-Landes. Trois commissions ont remis leurs rapports qui vont entrainer de nouvelles études et, pour le moins, un report du chantier durant deux ans. Le projet n'en reste pas moins toujours sur la table.

 

Pour faire le point le collectif NDDL53 organise une réunion publique de soutien qui aura lieu :

 

salle du Palindrome, Centre Multi-Activité de Saint-Nicolas,

25 rue Albert Einstein

à Laval

le lundi 29 avril à 20h30.


Cette conférence/débat se déroulera en présence d'acteurs majeurs de ce combat contre ce projet d'aéroport dont :

 

+  Françoise Verchère, Conseillère générale de Loire-Atlantique

 

+  Julien Durand, porte-parole de l'ACIPA

 

+  Vincent Peslier, membre de l'ACIPA

 

+  Dorian Piette, universitaire, juriste du dossier

 

+  Cyril Bouligand, paysan, animateur du Copain 44

 

+  et d'un jeune occupant de la Zad.



L'Entrée est libre

mais chaque participant a la possibilité de manifester son soutien aux opposants en lutte de la ZAD en apportant symboliquement 1kg de denrées non périssables (riz,conserves, sucre, farine)  qui seront remises dès le lendemain à Notre-Dame-des-Landes.

 

le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

Partager cet article
Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 07:30

LogoAPE1.jpg  logofnaut2012logoLES AMIS DE LA TERREimage-greenpeacerac.giflogo conf paysanne

 

Notre Dame des Landes : surtout ne rien lâcher !

 

 

Appel d’Agir pour l’environnement, Aitec, Les Amis de la Terre, Attac, Confédération Paysanne, FNAUT, Greenpeace, Reseau Action Climat France, Solidaires

 

 

Après la réponse, ce 15 avril, du gouvernement français aux questions formulées par les deux Directions Générales auprès de la Commission Européenne : celle de l'Environnement et celle de la Concurrence.

 

Après la publication la semaine dernière de trois rapports sur le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes :

 

+ l'un rédigé par la commission dite de 'dialogue', nommée par JM Ayrault pour apaiser les tensions après les violentes expulsions/destructions de octobre-novembre 2012,

+ le deuxième par le Comité d'experts scientifiques, censé expertiser les compensations de la destruction des zones humides et des espèces protégées, proposées par Vinci, compensations exigées par la loi sur l'eau),

+ et le troisième sur les impacts agricoles, les deux derniers demandés suite à l'enquête publique 'loi sur l'eau' de l'été 2012.

 

Nous constatons qu'aucun des trois groupes n'avait comme « feuille de route » le réexamen ni la remise en cause globale du projet. Ils ne se sont donc pas prononcés « pour » le projet (ni « contre » d'ailleurs!), mais ils ne l'ont pas pour autant validé.

Le rapport de la commission de dialogue valide les arguments des anti-aéroports bien au-delà de ce qu'eux même pouvaient espérer. Le travail du Comité d'experts scientifiques porte le coup le plus rude au projet en refusant clairement la validation de la méthode de compensation proposée par Vinci. Les impacts sur l'agriculture sont également jugés sous-estimés et beaucoup trop importants.

 

Le coup de grâce est donné par le Comité Permanent du Conseil national de protection de la nature qui confirme la nécessité de mener des études sérieuses (d'une durée probable de 2 ans) et de remettre la méthodologie à plat.


Fresque 2006 06 25 07

 

La multitude de compléments d'études ou de modifications demandés devrait en bonne logique conclure à l'abandon du projet, ce que nos organisations attendent depuis longtemps. Jamais les réserves émises sur ce projet n'ont été aussi fortes et nombreuses et pourtant, ses porteurs, Jean-Marc Ayrault et des élus des collectivités territoriales en tête, s'y cramponnent, réaffirment leur foi dans le bien-fondé du projet et leur volonté de le faire aboutir au lieu de saisir l'opportunité d'un recul légitime et digne.

 

Mais ne nous y trompons pas : la bataille est loin d'être gagnée, les décisions juridiques déjà prises localement permettent les expulsions à tout moment.

 

Montrons notre détermination contre ce projet, ne laissons pas les forces répressives reprendre du terrain.

Tous à la chaîne humaine du 11 mai autour de la Zone à Défendre de Notre-Dame-des-Landes, puis au grand rassemblement de l'été les 3 et 4 août !

 

 

http://www.france.attac.org/articles/notre-dame-des-landes-surtout-ne-rien-lacher

Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 11:00

Invitation pour une soirée publique en Charente- Maritime...

 

Depuis plusieurs mois nous entendons parler du projet de construction de l’aéroport de Notre Dame Des Landes en Loire-Atlantique. Beaucoup d’informations pour ou contre circulent sans que nous puissions démêler le vrai du faux et ainsi se forger une opinion en toute connaissance de cause.

 

   Alterenvie(s)     

 

organise 

 

Le Vendredi 19 Avril 2013


à 20 heures 30


Salle du centre RICHARD, rue du Général DE GAULLE


A TONNAY - CHARENTE

 


un grand débat contradictoire

                 
pour ou contre l’aéroport de Notre Dame Des Landes...

 

 

 

... qui comme le transfert de l’aéroport de La Rochelle vers Rochefort / St Agnant interroge la population.

 

 

Programme de la soirée :

 

+ Projection d’un document « Pour et Contre » de 40 minutes


+ Suivie d’un grand débat contradictoire où les invités des deux bords ainsi que les personnes présentes dans la salle pourront donner leur point de vue.


 

Venez nombreux !

 

156234 10150879358717661 86539967660 9562491 988057261 n

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques