Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 09:30

Après la journée d'étude organisée par l'Observatoire Régional des Transports, ou la Conférence sur le Potentiel Fret sur l'agglomération Mancelle, sans oublier le développement de la plateforme Fret de Château - Gontier, le FRET ferroviaire a le vent en poupe dans l'Ouest. Un constat quI ne déplait nullement à la FNAUT bien au contraire... pour peu que les réalisations soient concrêtes et que des voies ferrées soient ainsi préservées de la fermeture...

 

 

 

17 AVRIL 2014
rESERVEZ CETTE DATE
 
 
 
 
 
 
 
 

Sous le haut patronage de Frédéric Cuvillier, ministre délégué
auprès du ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie,
chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche



CCI France, les CCI des Pays de la Loire et la CCI Deux-Sèvres
ont le plaisir de vous inviter à :

L'ETAPE DU TOUR DE FRANCE DU FRET FERROVIAIRE
DANS LE GRAND OUEST

Report modal dans l'Ouest : mythe ou réalité ?

Comment devenir acteurs collectivement dans un monde qui change ?


Réservez dès à présent votre journée du
Jeudi 17 avril 2014, à partir de 9h30 à Nantes

 

Lieu de la manifestation
Salons d'Affaires - CCI Nantes St-Nazaire
Centre des Salorges
16 quai Ernest Renaud - CS 70515
44105 NANTES CEDEX 4

 

Le programme détaillé de la journée vous sera dévoilé prochainement


 
 
    En collaboration avec
   
   

   
   

 

Un événement labellisé 

Partager cet article
Repost0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 12:00

L'annonce faite hier par le gouvernement donne encore un mauvais signal car d'échéance en échéance la mise en place de l'accessibilité dans les lieux publics est encore repoussée... Pourtant cette question est un enjeu primordial pour une partie de plus en plus nombreuse de la population... La SNCF a donc 9 ans pour se mettre en conformité...

 

logoapf

 

L’accessibilité, ce n’est pas maintenant mais dans 3 à 9 ans

 

Le verdict gouvernemental est tombé. Comme un couperet. Les personnes en situation de handicap devront attendre au mieux neuf ans de plus pour vivre dans une France accessible. Le Premier ministre a annoncé, ce mercredi 26 février, à l’issue de la concertation menée depuis début octobre (photo ci-contre), ses décisions sur les nouvelles modalités de mise en œuvre du volet accessibilité de loi de février 2005. Une loi qui fixe à début 2015 l’échéance légale pour la mise en accessibilité de tous les établissements recevant du public et de tous les moyens de transport.

 

Jean-Marc Ayrault a confirmé la création des agendas d’accessibilité programmée (Ad’ap) : tous les exploitants ne respectant pas l’échéance légale pourront s’engager sur un calendrier précis de mise aux normes, s’échelonnant de trois à neuf ans selon la nature de l’établissement ou du transport.

 

« Le non-respect de l’échéance du 1er janvier 2015, sauf dérogation validée, reste passible de sanctions pénales. Les Ad’ap sont un dispositif d’exception qui permet de poursuivre en toute sécurité juridique des travaux d’accessibilité après le 1er janvier 2015 », explique Matignon.


arret laennec saumur

 

Les services du Premier ministre ont également annoncé que les normes allaient évoluer pour simplifier la réglementation : « L’ensemble des propositions issues de la concertation ont été retenues par le gouvernement. » (Faire Face y consacrera un prochain article analysant avancées et reculs).

 

L'APF amère et sceptique

 

« Ce nouveau délai est difficile à accepter, commente la Fnath, l’association des accidentés de la vie. Toutefois, ce dispositif reste la moins mauvaise des solutions, à condition qu’il s'accompagne dans la durée par une mobilisation de l'ensemble des acteurs. »

 

L' Association des Paralysés de France est beaucoup plus amère et sceptique : « Si les Ad’ap présentent quelques aspects positifs, ils comportent également de nombreuses lacunes qui font douter de leur efficacité!» « Nous attendons que des sanctions significatives soient mises en œuvre » a réclamé son président, Alain Rochon

Franck Seuret

 

 

Communiqué provenant du site : http://www.faire-face.fr/archive/2014/02/26/l-accessibilite-ce-n-est-pas-maintenant-mais-dans-3-a-9-ans-66875.html

 

En savoir plus sur les agendas d’accessibilité programmée 

Partager cet article
Repost0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 08:00
P1110875IMGP6779.jpg
L'Observatoire Régional des Transports,

a le plaisir de vous convier au Mardi de l'ORT

OFP*, transport combiné ou multimodal,...
Quelles initiatives dans le fret ferroviaire en Pays de la Loire ?

 

qui se déroulera


 

le mardi 25 février 2014 à partir de 14 h

 au Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire
18 quai Ernest Renaud - Nantes)


imageort

 
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 00:30

C'est une question que France 3 pause dans le cadre d'un sondage partagé avec d'autres médias au sujet d'une question d'actualité ... Et à laquelle vous pouvez répondre... ici

 

http://www.linternaute.com/regie/2013/sondage-francetv/bandeau.jpg

 

 

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a annoncé ce mardi 21 janvier sur BFMTV son intention de tester la  limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire, dans une dizaine de départements, dès cette année.

 

Abaisser la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires peut-il, selon vous, sauver des vies ?

 

 

PENSEUR

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 14:00

http://pietons.org/sitewp/wp-content/uploads/2012/12/logo.png

 

Communiqué de Presse du 7 janvier 2014

Stationnement payant pour les deux-roues motorisés !

 

L’association LES DROITS DU PIÉTON a saisi le Tribunal Administratif afin que celui-ci enjoigne au Maire de PARIS d’appliquer le stationnement payant aux véhicules à deux-roues (et trois-roues) motorisés.

 

Cette requête a été réceptionnée par le Tribunal le 14 octobre 2013 et la Ville de PARIS doit y répondre pour le début de janvier 2014.

 

Elle fait suite à un échange de courriers sur ce sujet entre LES DROITS DU PIÉTON et la Mairie de PARIS, celle-ci invoquant des difficultés techniques pour ne pas étendre dès à présent aux motos et cyclomoteurs la règle du stationnement payant en vigueur pour les véhicules à quatre roues depuis 1971.

 

http://pietons.org/sitewp/wp-content/uploads/2012/12/Rue-de-la-Villette-Paris-19-676x300.jpg

 

L’Association LES DROITS DU PIÉTON considère que ces prétendues « difficultés techniques » ne sont que le prétexte invoqué pour ne pas appliquer aux utilisateurs des 2 et 3 roues motorisés une mesure dont aucune considération objective ne justifie que ceux-ci en soient dispensés et qui heurte le principe d’égalité, alors que par ailleurs elle contribuerait à la régulation de l’usage des véhicules dont le nombre pose des problèmes de stationnement qui se traduisent par l’envahissement des trottoirs au détriment des piétons.

 

C’est la raison pour laquelle LES DROITS DU PIÉTON a également saisi le Tribunal Administratif de PARIS d’une demande tendant à ce que le Préfet de Police l’indemnise du préjudice porté aux intérêts dont elle a la charge en raison du laxisme dont celui-ci fait preuve en ce qui concerne la verbalisation des deux-roues motorisés illégalement stationnés sur les trottoirs.

 

site de l'Association Les Droits du Piéton

 

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 07:00

 

nv logo fnaut

 

 

A la demande de la FNAUT, Jean-Marie Beauvais, économiste des transports, a déterminé le coût, pour le consommateur, des différents modes de transport de voyageurs, pour les déplacements de proximité et pour les déplacements à moyenne et longue distance.

 

Dans la perspective de la transition énergétique et écologique, cette étude soulève de nombreuses questions :

+ l’automobiliste connaît-il le coût d’usage de son véhicule et celui des transports collectifs ?

 

+ faut-il, pour le rendre plus attractif pour l’automobiliste et le passager aérien, abaisser le prix du transport collectif terrestre, ou étoffer l’offre et améliorer sa qualité ?

 

+ faut-il au contraire chercher à augmenter le coût d’usage de l’automobile et de l’avion en jouant sur la fiscalité pour intégrer les coûts externes à la tarification ?

 

Ces questions seront examinées lors d’un colloque qui réunira des responsables politiques, des professionnels des transports, des économistes et des usagers :

 

le vendredi 10 janvier 2014 à Paris


101 rue de l’Université 75007 Paris
salle Lamartine immeuble Jacques Chaban-Delmas


Participation gratuite - Inscription obligatoire

 

DESSIN-FNAUT098.jpg

 

 

Programme définitif


9h15 Accueil, café

 

10h Ouverture du colloque

Intervention de Valérie Lainé, collaboratrice de Jean-Paul Chanteguet, député de l’Indre, président de la commission Développement durable et Aménagement du territoire de l’Assemblée Nationale

 

10h15 Etude sur les dépenses supportées par les voyageurs selon les modes de transport

Jean-Marie Beauvais, économiste des transports

 

11h Evolution probable des coûts de production et d’usage des différents modes de transport

Jacques Pavaux, directeur de JP Conseil, ancien directeur général de l’Institut du Transport Aérien

 

11h20 Différentiation tarifaire et attractivité des transports publics

Catherine Bouteiller, chercheur au Laboratoire d’Economie des Transports

 

11h40 Propositions de la FNAUT

Jean Sivardière, président de la FNAUT

 

12h00 Déjeuner libre

 

 

14h00 Table-ronde sur la tarification des transports publics terrestres

Animatrice : Marie-Hélène Poingt, rédactrice en chef du magazine Ville, Rail et Transports
Grand témoin : Bruno Faivre d’Arcier, professeur à l'université Lyon 2, chercheur au LET

Intervenants :

+ Gérard Schrepfer (ConsoFrance),
+ Jean Lenoir (FNAUT),
+ François Saglier (UTP),
+ Eric Ritter (secrétaire général de la FNTV),
+ Guy Le Bras (directeur général du GART)

 

15h15 Table-ronde sur la tarification de la voiture et de l’avion

Animateur : Robert Viennet, rédacteur en chef du magazine Transport Public
Grand témoin : Guillaume Sainteny, professeur d’économie à l’Ecole Polytechnique

Intervenants :

+ Lorelei Limousin (Réseau Action Climat),
+ Gilles Laurent (FNAUT),
+ Barbara Dalibard (directrice générale de SNCF-Voyages),
+ Philippe Ayoun (directeur des études statistiques et de la prospective, Direction Générale de l’Aviation Civile),
+ Stéphane Levesque (directeur de l’Union Routière de France)

 

16h30 Conclusion du colloque

Thierry Guimbaud, directeur des Services de Transport, Direction Générale des Infrastructures,
des Transports et de la Mer (DGITM)

 

P1000504.JPGFaudrait-il, pour le rendre plus attractif pour l’automobiliste abaisser le prix des T.C. ou étoffer l’offre et améliorer sa qualité ?

Le Colloque devrait pouvoir apporter des pistes de réponse...

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 07:30

nv logo fnaut

 

Editorial de la Revue FNAUT Infos N°221

 

Une politique calamiteuse

 

La situation des transports publics - urbains, départementaux et ferroviaires - n’a jamais été aussi préoccupante qu’aujourd’hui. Le gouvernement accumule en effet les décisions qui les fragilisent face à la voiture.

 

Ce constat n’est pas seulement celui de la FNAUT : lors des récentes Journées du Transport Public organisées à Bordeaux par le GART (Groupement des autorités organisatrices de transport) et l’UTP (Union des transports publics et ferroviaires), l’inquiétude des élus gestionnaires des transports et des transporteurs sautait aux yeux.


Comment, en effet, financer les nouvelles infrastructures de transport si l’Etat réduit de 350 millions d’euros sa dotation à l’AFITF (Agence de financement des infrastructures de transport de France) et, dans le même temps, la prive du revenu de l’écotaxe poids lourds, soit 800 millions par an ?


Des lignes ferroviaires vont fermer, ce qui amènera la disparition de liaisons régionales et même interrégionales : l’aménagement du territoire n’est plus qu’un slogan. Même les TCSP qui viennent de faire l’objet d’un 3ème appel à projets sont menacés.


Et comment maintenir l’offre de transport public et la développer, alors que les ressources provenant du versement transport des entreprises stagnent, que l’Etat réduit ses dotations aux collectivités territoriales, et qu’il porte de 7 % à 10 % le taux de TVA sur les transports publics, y compris de proximité ?

 

images-hors-pl 0738

L'offre TER est menacée


L’offre TER est la plus menacée, mais l’élagage de l’offre urbaine et départementale a commencé discrètement.

 

La situation du transport ferroviaire de fret n’est pas plus brillante que celle des transports publics : après avoir autorisé, en décembre 2012, la circulation des poids lourds de 44 tonnes sur 5 essieux et reporté l’écotaxe, l’Etat va réduire de 135 millions d’euros sa subvention permettant à RFF d’alléger les péages exigés pour la circulation des trains de fret, tout en relançant l’extension du réseau autoroutier, ce qui facilitera encore la circulation des camions.

 

Comme pour la sécurité routière, les solutions sont connues, mais impopulaires puisqu’elles passent par une réduction des avantages fiscaux accordés à la route : on verra plus tard...

 

 

Jean SIVARDIERE

Président dela FNAUT

FNAUT Infos N°221

(janvier -février 2014)

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 09:30

logofnaut2012

 Le 16 décembre 2012

Réouverture de la ligne Serqueux-Gisors : La FNAUT applaudit, mais il faut aller plus loin

 

Ce lundi 16 décembre 2013 des trains de voyageurs circuleront à nouveau entre Serqueux et Gisors. C’est un événement rare dans la nécessaire reconquête du réseau ferré national que la FNAUT appelle de ses vœux. Rare, mais non isolé, puisque cette réouverture suit celles de la Cluse-Bellegarde (2010), Besançon-Auxon (2011) et Mulhouse-Müllheim (2012) et précède celles de Belfort-Delle, Nantes-Châteaubriant et Avignon-Carpentras (travaux en cours).


La ligne Serqueux-Gisors est stratégique pour la desserte du port du Havre car elle fait le lien avec la ligne Motteville-Montérolier-Buchy dont la réouverture a été retardée par une regrettable opposition de quelques riverains devant les tribunaux. La FNAUT rappelle qu’elle a soutenu Réseau ferré de France (RFF) dans ces procès pour obtenir le feu vert de la justice en 2008.


La FNAUT se réjouit également de l’adoption par RFF, le 25 octobre dernier, de l’avant-projet d’électrification de Serqueux-Gisors, qui permettra de faire circuler 25 trains de marchandises par jour, évitant ainsi d’importantes pollutions et nuisances routières.


http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLAaT6xWp9U_ChBEDNmifVlAIp6fGE8g62HgtR9kSYVKr9gjzA

Gare de Gournay-Ferrières   Photo wikipédia

 

Il est cependant nécessaire d’aller plus loin… jusqu’à Dieppe, pour desservir également un port ainsi qu’une agglomération de 60 000 habitants. La réouverture complète de l’axe historique Paris-Dieppe permettrait d’éviter les changements de train à Rouen, de désengorger sa gare, d’échapper à la saturation du secteur de Mantes-la-jolie, d’obtenir des temps de trajet de 1h30 contre 2h15 actuellement, grâce à un itinéraire plus court de 33km.

 

La section  Serqueux-Dieppe, de 40 km seulement, a été administrativement fermée en 2001 par RFF, malgré un avis défavorable de la SNCF. Cette fermeture, et le déclassement qui a suivi, ont été annulés par la justice en 2002 et 2006, sur recours de la FNAUT, qui a récemment obtenu (Cour administrative d’appel de Douai 27-06-2012) l’injonction à RFF de résilier la vente de l’emprise au département de la Seine-Maritime. RFF refuse d’exécuter la décision de justice de la République, ce qui est inacceptable de la part d’un Etablissement public. La FNAUT vient donc d’engager une procédure pour obtenir l’exécution forcée de la résiliation.


A terme, il faudra, dans l’intérêt général, rouvrir Paris-Dieppe et trouver des substituts à l’Avenue verte aménagée irrégulièrement par le Département. Mais dans l’immédiat, celle-ci peut continuer d’être exploitée, tout en redevenant la propriété de RFF.

 


Contact presse : Xavier Braud, juriste de la FNAUT

- 02 32 43 40 02 - xavier.brionne@orange.fr

 

 

 

Communiqué de Presse de la FNAUT

 

Dossier de remise en état de la ligne Serqueux-Gisors

 

Communiqué de Presse de la CGT

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 06:01

 

24e Rencontres nationales du transport public - 27-28-29 novembre 2013 - Bordeaux - Parc des expositions
Informations pratiques Congrès Exposition Presse
Rendez-vous demain aux Rencontres !
 
 

Les Rencontres ouvrent leurs portes demain à 9h30, au Parc des expositions de Bordeaux.

Dès 10h, participez aux débats dans la salle de Congrès : trois débats sont au programme de cette première journée, avec une séance sur l'accessibilité (à 10h), une autre sur la communication grand public (à 15h30), et la première séance du bilan du tour de France du GART et de l'UTP consacrée à la tarification (à 14h).

 

Pour tout savoir sur les Rencontres, connaître le programme complet ou consulter le plan du salon, rendez-vous sur le site Internet :

www.rencontres-transport-public.fr

ou sur le fil Twitter des Rencontres (@24eRNTP).
 
Contact :
GIE Objectif transport public
Tél. : 01 48 74 04 82
E-mail :
info@objectiftransportpublic.com
Un événement organisé par :
GIE Objectif transport public

Partenaires institutionnels :
La Cub - Communauté urbaine de Bordeaux Région Aquitaine
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 08:30
La grogne gagne également les usagers qui vont être pénalisés avec la hausse de la TVA... Avec un nouveau message presque "subliminal" du gouvernement qui en renonçant à l'écotaxe et au principe pollueur-payeur, maintien une TVA qui va pénaliser ceux qui utilisent des modes de transports écologiques... et promouvoir un nouveau principe : l'écolo-payeur...
Un collectif spontané d'usagers s'est constitué pour contester la TVA à 10%... et revendiquer également... A cette occasion il a rédigé une lettre ouverte à un "Bonnet Rouge" que nous reproduisons sur ce Blog utilisant des arguments que les associations ont déjà mis en avant  ...
http://www.wmaker.net/bonnetsverts/photo/mod-6353205.png?v=1384099559
Lettre ouverte à un « Bonnet Rouge ».

Cher Bonnet Rouge,
 
Depuis quelques temps, tu nous harcèles avec cette complainte de la « Bretagne oubliée, malmenée, sacrifiée…». Je souhaite ici te rappeler ce que tu sembles avoir occulté dans ta « révolte ».
 
Tu dois être traité comme nous autres. Alors que la circulation sur le réseau routier est actuellement gratuite pour les poids lourds, l’utilisation des réseaux ferroviaires et fluviaux est soumise à un péage. Il est normal que les transporteurs français et étrangers, utilisateurs principaux du réseau routier, paient leur part, sur le principe de l’utilisateur/payeur mais aussi du pollueur/payeur. Quant au frais d’entretien du réseau routier, ils sont depuis toujours supportés par la collectivité, donc le contribuable lorsqu’il paye ses impôts.
 
Tu as déjà été aidé fiscalement. Ces quatre dernières années, le transport de tes « Produits en Bretagne » a bénéficié d’une réduction de la taxe à l’essieu et de l’augmentation du dégrèvement des taxes sur le gasoil. Cela a représenté un coût important pour les finances de notre pays.
 
Tu n’es pas seul au monde. Une redevance type écotaxe est déjà entrée en vigueur dans plusieurs pays européens : Allemagne (depuis 2005), Suisse (depuis 2001), Autriche (depuis  2004). L’écotaxe permet de financer la modernisation des infrastructures routières, mais aussi ferroviaires, fluviales et portuaires. Exemple : La Ligne Grande Vitesse qui va relier Paris à Rennes, ta capitale est finançable via l’écotaxe.
Sans les recettes de l’écotaxe, comment notre pays peut-il se donner les moyens de promouvoir des modes de transports plus vertueux et comment pourra t’il financer les transports du futur?

L’écotaxe est ton amie. Elle est calculée en fonction du nombre de kilomètres parcourus et du poids du véhicule. En faisant payer plus cher le transport sur la longue distance, on devrait rendre plus compétitifs les produits de proximité. C’est aussi de cette manière qu’on lutte contre la délocalisation d’activités. Et en limitant la consommation de gasoil, on protège mieux notre environnement et donc notre santé. 

N’oublie pas ceci ! La suspension de l’écotaxe représente un manque à gagner qu’il faudra obligatoirement compenser par une augmentation des impôts. Soit 1,2 milliard de manque à gagner annuel et 800 millions à payer au prestataire en cas de dédit.
 
Je terminerai Cher Bonnet Rouge par cette pensée d’Aristote : « Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous».
 
Bonnet Vert

 

Rédigé le Dimanche 17 Novembre 2013

 

 

Pour rejoindre les "Bonnets verts" 

http://www.wmaker.net/bonnetsverts/forms/Avec-les-Bonnets-Verts_f3.html

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

Archives

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques