Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 12:58

 

"Refusons le repli sur soi et l’intolérance, défendons la solidarité, l’égalité, les libertés et les droits pour tou.te.s" : 61 ONG se rassemblent pour signer un appel à voter contre le Front National.

 

http://www.francenetinfos.com/wp-content/uploads/2017/03/Election-Pr%C3%A9sidentielle-2017.jpg

 

Dans quelques jours, nous élisons un.e président.e de la République.

Pendant cinq ans, il ou elle aura le pouvoir de changer les choses. Pour le meilleur… ou pour le pire.

 

A la veille de cette élection aux enjeux majeurs, nous, organisations de la société civile, souhaitons lancer un cri d’alarme pour défendre les valeurs qui nous animent et qui constituent le socle de la société dans laquelle nous voulons vivre. Ces valeurs sont celles de notre devise nationale : la liberté – de critiquer, de manifester, de penser autrement, de proposer des alternatives –, l’égalité – bien réelle entre toutes et tous, face à l’emploi, aux aides sociales, à l’accès aux soins et au socle de droits–- et la fraternité – c’est-à-dire la générosité et l’humanité envers tous comme le respect de notre environnement partagé.

Beaucoup d’entre nous, beaucoup d’entre vous, observent avec effroi la mise à mal croissante des solidarités. Si la protection sociale assure toujours pour partie les solidarités à tou.te.s, elle ne permet plus à certains d’accéder à l’indispensable.

Nombreux se voient bafoués, ici, de leurs droits à l’emploi, au logement, à l’éducation, à la santé... et, plus loin, d’autres endurent la famine, la guerre, les dérèglements climatiques dans l’indifférence que nos solidarités internationales contribuent à combattre.

Notre société n’assure pas une vie digne à tou.te.s.

Nos organisations côtoient toutes celles et tous ceux qui peuvent être tentés par le découragement, la colère, l’indifférence ou l’opposition aux politiques qui n’ont pas répondu aux inégalités et à l’injustice que beaucoup ressentent. Elles constatent le foisonnement des initiatives, des propositions et alternatives que portent les citoyennes et citoyens, une citoyenneté active à laquelle elles participent pleinement.

 

C’est pour nous, organisations de la société civile, autant de raisons de repenser lors du prochain quinquennat nos interventions pour mieux interagir avec toutes celles et tous ceux qui ne croient plus à l’action collective et à la défense de nos idéaux. Protéger les valeurs universelles – liberté, égalité, fraternité –, c’est agir pour nos combats quotidiens, c’est choisir un modèle de société auquel le plus grand nombre aspire. C’est aussi promouvoir et accompagner la transition vers un autre modèle de développement, plus respectueux des impacts sociaux et environnementaux : un modèle de développement qui ne laisse aucune partie de la société au bord de la route.

Avec l’expérience des dernières décennies, la tentation est forte de considérer que nos combats ne se gagneront pas par le vote, qu’il n’y a pas grand-chose à attendre de ce qui sortira des urnes.

 

Pourtant, si le meilleur n’est pas forcément garanti, le pire reste malheureusement possible. Le pire, ce sont nos valeurs mises à sac. Le pire, c’est une remise en cause des droits qui ne seraient pas les mêmes pour tou.te.s, de la solidarité qui ne s’appliquerait pas à tout le monde et, pour garantir notre sécurité, le renoncement à nos libertés et l’affaiblissement de notre démocratie.

Nous ne pouvons pas rester spectateurs. Mobilisons-nous face à celles et ceux qui prônent le rejet de l’autre et le repli sur soi. Il en va de la défense de nos valeurs les plus universelles, un enjeu majeur de cette élection.

 

61 organisations cosignataires

ActionAid France - Peuples Solidaires, Aides, Alofa Tuvalu, Alternatiba, Animafac, ANV-COP 21, Association des Paralysés de France, ATTAC, CCFD Terre Solidaire, Centre Primo Levi, Ceras, Concordia, Coordination Sud, CRID, Emmaüs France, Etudiants et Développement, FADEAR, Fédération des acteurs de la solidarité, Fédération des associations de marocains en France, Fédération Loisirs Solidarité retraités, Fondation Abbé Pierre, Fondation Energies pour le Monde, Foodwatch, FORIM, France Libertés, France Nature Environnement, France Terre d'Asile, Générations Futures, Greenpeace France, Hôtel social 93, JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), L'Auberge des Migrants, La Cimade, La Ligue de l'Enseignement, La Main Tendue, Les Amis de la Terre France, Ligue des Droits de l'Homme, LVN - personnalistes et citoyens, Maison des Potes, Médecins du Monde, MIRAMAP, Mountain Wilderness France, MRJC, Noé, OMPE, ONE, Osez le féminisme !, Oxfam France, Pas sans Nous, Place to B, Planning familial, REFEDD, Réseau Action Climat, Réseau CIVAM, Secours Islamique France, Sherpa, Solidarité Laïque, SOS Racisme, Utopia 56, WWF, Zero Waste France.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 11:30

Comme cela a déjà été évoqué, sur ce Blog, le domaine du Transport n'a pas été au coeur des préoccupations des candidats.

Pour la FNAUT, par la voix de son président, Bruno Gazeau « les candidats sont restés sur des voeux pieux et ne sont pas rentrés dans le détail de mesures concrètes. il serait temps que les candidats à la présidentielle s’engagent plus en amont, en proposant par exemple, une TVA à 5, 5 % pour le prix des transports en commun, et en précisant le niveau des investissements qui doit être fait sur les infrastructures ou sur la manière dont ils pourront développer les véhicules autonomes dans les zones peu denses en population ».

https://en-marche.fr/images/couverture-programme.png

Mobilité :

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/mobilite

Environnement et transition écologique :

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/environnement-et-transition-ecologique

 

 

https://www.marine2017.fr/wp-content/uploads/2017/04/affiche-officielle_bd-724x1024.jpg

https://www.marine2017.fr/programme/

 

Quelques comparatifs ont été fait sur la toile :

https://www.actu-environnement.com/ae/news/resultat-election-environnementale-macron-lepen-28868.php4#xtor=EPR-1

Une analyse récente sur les français et les transports.

http://www.mobilicites.com/011-6140-Une-France-peripherique-en-mal-de-transports.html

 

Les deux candidats ont eu l'occasion de détailler leurs différences durant la campagne, notamment dans leur réponse au questionnaire transports du think tank TDIE.

 

Concurrence dans le rail

Pro-européen, le candidat d’En Marche ! propose en matière d'application du quatrième paquet ferroviaire de se passer de l’expérimentation pour l'ouverture à la concurrence de certaines lignes de TER par des Régions candidates. Emmanuel Macron préconise d'adopter directement une loi d’ouverture permettant à toutes les Régions d'utiliser ou non ce cadre. De quoi remettre en cause le consensus auquel sont parvenus l'exécutif sortant et Régions de France.

A l'inverse anti-européenne, la candidate du Rassemblement bleu Marine rejette toute perspective de libéralisation imposée par Bruxelles. Elle n'envisage donc pas d'ouverture du TER à la concurrence.

Elle dénonce également les autocars Macron, parlant d'échec et de course au profit à court terme.

Gouvernance de la mobilité

Emmanuel Macron s'inscrit dans la continuité des lois votées (NOTRe, Maptam, etc.) durant le quinquennat Hollande qui désignent la Région comme chef de file de la mobilité organisant le TER et les lignes d'autocars conventionnées, et font émerger la Métropole.

Marine Le Pen propose un grand chambardement. Elle supprimerait la Région, l’échelon distingué par l’Europe, pour repartir ses compétences entre le triptyque – État, département, commune. La candidate de l'extrême droite n'en détaille pas les conséquences sur la gestion du TER qui – on l'imagine – serait centralisée au niveau étatique.

Grands travaux

Les deux candidats convergent sur la nécessité de donner la priorité à l'entretien des réseaux ferroviaires et routiers existants.

Pour autant, il ne s'agit pas de stopper tous les grands travaux lancés avec des fonds européens. Emmanuel Macron prône la poursuite du Canal Seine-Nord et du Lyon-Turin. Peut-être parce qu'elle est élue des Hauts-de-France, Marine le Pen défend la réalisation du Seine-Nord, ne "crachant" pas sur le cofinancement européen de 40%. En revanche, si elle était élue, elle arrêterait le Lyon-Turin dont elle estime le coût à 50 milliards d'euros.

Autoroutes et financement des infrastructures

C'est un autre point de divergence. Elue présidente, Marine Le Pen affirme qu'elle renationaliserait les autoroutes sans chiffrer le coût de la mesure, et affecterait les dividendes à l'entretien des routes via l'AFITF. Toutefois, la candidate d'extrême droite laisse planer le doute sur le maintien de l'AFITF. Surprise, elle cite la Cour des comptes hostile à cet instrument.

Pas question d'une nationalisation des autoroutes pour Emmanuel Macron. Au contraire, le candidat d'En Marche !, qui envisage de vendre certaines participations de l'État ou de vendre certaines sociétés publiques, pourrait continuer le mouvement amorcé dans les années 2000. Ce n'est pas écrit dans son programme mais, selon nos informations, les "tunnelières" SFTR (Fréjus) et l'ATMB (Mont-Blanc), les deux seules concessions autoroutières alpines encore publiques pourraient faire l'objet d'une vente, le scénario ayant été évoqué sous ce quinquennat. Plusieurs investisseurs sont sur les rangs.

Financement du transport public

Pour le leader d'EM et pour Marine Le Pen, pas question de toucher au versement transport (VT), une mesure qui fonctionne selon les deux candidats.

Sur la question du rétablissement de la TVA à 5,5% (au lieu de 10%) pour les transports publics, le secteur ne peut pas fonder grand espoir sur l'arrivée de l'un ou l'autre candidat.
Emmanuel Macron esquive la question et Marine Le Pen affirme être opposée à une baisse du taux au nom de la stabilité fiscale pour les entreprises.

Régimes de retraite spéciaux

Emmanuel Macron promet de mettre fin aux régimes spéciaux comme ceux des cheminots et des agents de la RATP. Mais comme l'a précisé son allié François Bayrou au lendemain du premier tour, ce chantier de taille s'étalerait sur dix ans.

Marine Le Pen promet aussi de s'attaquer aux régimes spéciaux tout en considérant que certains se justifient malgré tout.

 

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 12:35

http://static.ccmbg.com/www.linternaute.com/img/election_presidentielle/logo_election_presidentielle_2016_x-large.jpg

A moins de 6 jours du premier tour de l’élection présidentielle, la FUB et ses partenaires mobilisent les Français et demandent aux candidats de se prononcer sur leur stratégie vélo.


Le site web dédié https://www.parlons-velo.fr/ rappelle les leviers pour développer la solution vélo, informe du programme cyclable des onze candidats.


Une campagne neutre et transparente pour parler sérieusement vélo, car la France en a besoin !

 Plus d’infos dans le communiqué de presse ci-joint et sur
http://www.fub.fr/presse

Communiqué de Presse commun de 15 associations

Partager cet article
Repost0
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 11:57

Grands Prix Ville Rail et Transports 2017 : l'Ouest en pointe

La 7e édition des Grands Prix des Régions, le rendez-vous incontournable des acteurs de la mobilité en Région, a rendu son verdict mardi 21 mars au salon SIFER de Lille: trois Régions sont à l’honneur sur les sept régions lauréates, à commencer par la Normandie, sacrée Grand Prix TER 2017.

Depuis 2000, Ville, Rail et Transports réalise, avec la complicité de Régions de France, un classement de la qualité de l’exploitation ferroviaire dans les Régions françaises.  Une année sur deux, l’événement a lieu durant le SIFER à Lille. En 2017, c’est donc dans la Région Hauts-de-France que Ville, Rail et Transports a récompensé les meilleures initiatives des Autorités Organisatrices en matière de développement des transports collectifs régionaux.

Ce palmarès, totalement indépendant et réalisé par la rédaction de Ville, rail & Transports, est un classement des Régions françaises après l’analyse de l’évolution des principaux indicateurs de la qualité du service ferroviaire sur l’année échue. Cette année, Ville, Rail & Transports a pris en compte la nouvelle donne des Régions dans son palmarès, en réduisant le nombre de prix par rapport à 2016.

L'Ouest arrive 3 fois dans le palmarès des régions. Outre le grand prix, pour la Normandie, la Bretagne se place dans la catégorie usager pour la communication des nouveaux horaires de juillet 2017 grâce à une Star Up. La Normandie se reclasse dans la catégorie  innovation et enfin les Pays de la Loire se distinguent pour l'exploitation de la ligne routière régionale Nantes – Noirmoutier.

Le palmarès

  • Grand Prix TER: la Normandie, pour la reprise des trains Intercités
  • Usagers: la Bretagne, pour l’outil développé par la Région pour consulter les usagers sur les nouveaux horaires TER
  • Innovation: la Normandie, pour Commentjyvais, première fusion entre portails de calculs d’itinéraires
  • Pôles d’échange et d’accessibilité: Hauts-de-France, pour l’espace multimodal en gare de Lille-Flandres
  • Service routier: Pays de la Loire, pour la ligne routière régionale Nantes – Noirmoutier
  • Notoriété: Occitanie, pour les Etats Généraux du Rail et de l’Intermodalité
  • Offre intermodale: Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour le référencement des transports régionaux sur Google Maps
  • Tourisme ferroviaire: Nouvelle-Aquitaine, pour la réouverture de la ligne Oloron-Bedous

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 02:34

Les "bonnes nouvelles" sont toujours annoncées pendant les comités de ligne...

Lundi soir, l'annonce que les TER, roulant sur la ligne Le Mans - Alençon, devaient baisser leur vitesse commerciale sur deux points du trajet, à cause de la corrosion "avancée" de la structure de la voie, est tombée au cours du Comité de ligne de Montbizot.

En cause : le mauvais état de l'infrastructure et en particulier des entretoises des traverses bibloc en bétons qui sont attaquées par la corrosion. L'équipement de la ligne est composé de traverses en béton formées de deux blocs de béton, les blochets, sur lesquels reposent les rails, reliés par une entretoise métallique nécessaire pour maintenir le même écartement

L'usure est importante au point que des ralentissements préventifs pourraient concerner 40 km de voie et être mis en place à partir de la mi-décembre. SNCF Réseau, prend très au sérieux la situation et a mis la ligne en observation car crainte de risques de déraillement du fait que les traverses s'écartent.

 

Retour à la vitesse des trains de grand papa...

La voie est examinée actuellement pour déterminer si d'autres éléments de la structure sont dégradés ce qui va permettre de mesurer l'étendue du kilométrage concerné afin d'adapter la vitesse a mettre en place en décembre 2017 pour le service 2018. Les trains pourraient rouler à 100 km/h au lieu de 140 km/h. Un exploit !

La ligne de chemin de fer est pourtant une de plus ancienne de la Sarthe car l'ouverture de la ligne le Mans - Alençon remonte au

 

Les trains du quotidien pénalisés une fois de plus.

Par manque d'investissements depuis les trente dernières années, de nombreuses lignes régionales sont fragilisées. Et les trains y roulent bien souvent moins vite que dans les années 80. Conséquence directe, le trajet vers l'Orne sera donc plus long de 5 à 8 minutes.

 

Diagnostic à l'étude mais les travaux eux ne sont pas prévus

Il faut dans un premier temps, que la phase diagnostic soit terminée  car elle déterminera la nature des travaux à réaliser. Ensuite un montant sera calculé par SNCF Réseau. Il ne restera plus qu’à chercher le financement.

Cette ligne n’a jamais bénéficié, malgré les demandes des associations et des syndicats, des élus, du budget nécessaire pour la mettre à niveau. Même le vice-président LR du conseil régional des Pays de Loire, M. Roch Brancour en convient au point de déclarer : « il est temps aujourd'hui qu'on remette davantage d'investissements sur les lignes régionales ». Ce qui n’empêche pas l’actuelle majorité du Conseil Régional de financer à hauteur de 115 millions les routes qui ne sont pas de la compétence régionale…

Avant que les travaux ne commencent, la ligne se sera encore un peu plus dégradée… entrainant de nouveau un allongement du temps de parcours au risque de perdre des usagers un peu plus…. A cela il faut rajouter les horaires du futur cadencement !

 

Ce qui est déplorable c’est que l’annonce est faite sans que SNCF Réseau ne donne de délais pour résoudre ce problème.

Cette ligne en aura vue de toutes les couleurs depuis ces dernières années, puisqu'elle a connu :

  • la suppression de trains par manque de matériel car cette ligne (Caen- Tours) à cheval sur 3 régions servait de variable d'ajustement pour le matériel lorsqu'il en manquait sur d'autres lignes des 2 régions périphériques.
  • l'absence de l'électrification puisque l'Etat n'a jamais entrepris les travaux (pourtant c'est un maillon indispensable de l'itinéraire de contournement du grand  Paris)
  • la menace de la disparition des TET puisqu'elle fait partie des 3 lignes menacées. Elle est pilotée depuis peu par la Région Normandie.
  • l'attaque des blaireaux qui destabilisaient la voie...

et maintenant se sont les ralentissements imposés par l'état de l'infrastructure...

Il y a quelques années un directeur régional Sncf de Normandie s'était prononcé favorablement à la circulation d'autocars sur l'autoroute... Encore un petit effort pour la SNCF et elle y parviendra !

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 06:21

L'autocar et le train n'assure pas le même service

et jamais dans les mêmes conditions ...

 

La FNTV et le député Hervé Mariton réclament que les autocaristes soient autorisés à exploiter des services express à moyenne et longue distances sur autoroute, " en complémentarité avec le train ".

Il est normal, et souhaitable, qu'une telle autorisation leur soit déjà accordée pour les relations sur lesquelles, faute de voie ferrée directe, le train n'est pas compétitif par rapport au car express, par exemple Nice - Aix-en-Provence ou Nantes - Poitiers. Mais, hors de ces cas très particuliers, le train et le car sont inévitablement en concurrence sur les liaisons intercités : la FNTV parle d'ailleurs d'offre " alternative ou complémentaire au rail " et imagine que " des lignes d'autocars pourraient utilement remplacer les lignes ferroviaires en grande difficulté ".

Exploiter les deux modes en parallèle ne pourrait en effet qu'affaiblir le train, en le privant d'une partie de sa clientèle - au moment même où l'État cherche à maintenir les trains dits " d'équilibre du territoire ".
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le voyageur serait perdant car les services ferroviaires les plus fragiles disparaîtraient (Caen - Rennes, Lyon - Bordeaux), la circulation automobile augmenterait et les autocaristes ne capteraient qu'une clientèle limitée attirée par une offre " low-cost " : quel intérêt pour la collectivité ?

Sur les axes plus importants, on peut se demander si le car aurait du succès, car le public préfère le train. Selon une étude récente commandée par la SNCF, les usagers des trains Intercités réclament (avant même la ponctualité ou un bar) des prises de courant pour faire fonctionner les appareils permettant de valoriser leur trajet : ordinateurs, lecteurs DVD, smartphones, téléphones, lecteurs MP3... Aucun car n'offre ce type de service.

 

Pour en savoir plus :

http://www.fnaut.fr/actualite/communiques-de-presse/474-liberalisation-du-transport-par-autocar-une-reforme-utile-mais-improvisee

Partager cet article
Repost0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 06:28

Calendrier des principales dates politiques en 2017 Si cela vous est utile... Il en manque sans doute mais voici l'essentiel :

 

  • 9 et 10 mars : Conseil européen des chefs d'Etat et de gouvernement

  • 20 mars : clôture de la liste des candidats à la présidentielle par le conseil constitutionnel

  • 20 mars : débat politique entre tous les candidats à la présidentielle sur TF1

  • 25 mars : Conseil européen pour l'anniversaire du Traité de Rome, sur le futur de l'UE

  • 20 avril : débat entre tous les candidats sur France 2

  • 23 avril : 1er tour de l'élection présidentielle

  • 7 mai : 2nd tour de l'élection présidentielle

  • 8 ou 9 mai : sommet franco-allemand ?

  • 8-18 mai : intersession de négociations internationales de Bonn

  • 30-31 mai : sommet des chefs d'Etat du G7 en Italie (1ere sortie internationale du future président français)

  • 1er juin : premiers éléments sur l'avenir de la PAC (?)

  • 11 juin : 1er tour des élections législatives

  • 18 juin : 2nd tour des élections législatives

  • 22-23 juin : Conseil européen

  • 26 juin : début de la nouvelle législature ? + Conseil des ministres ENVI de l'UE sur le Paquet 2030 (DEE, DPEB, ENR, gouvernance, marchés de capacité)

  • 7-8 juillet : G20 en Allemagne

  • Vers le 10 juillet : projet de loi de finance rectificative ?

  • ​19-23 septembre : Assemblée générale des Nations unies à New York

  • ​24 septembre : élections sénatoriales

  • 24 septembre : élections fédérales allemandes

  • 19-20 octobre : Conseil européen

  • 6-18 novembre : COP23 à Bonn sous présidence fidjienne

  • Mi-fin novembre : formation d'un gouvernement de coalition en Allemagne

  • 14-15 décembre : Conseil européen​

 

http://www.vie-publique.fr/focus/2017-annee-electorale.html

Partager cet article
Repost0
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 05:26

Une réunion publique est organisée par la CGT Cheminot le mardi 28 mars 2017 de 19h à 21h au Cinéma le Royal, avenue Félix Géneslay au Mans.

Cette réunion s'inscrit alors que la SNCF et la Région des Pays de la Loire négocie la  nouvelle convention TER.

La CGT promeut la défense d’un service public ambitieux et … assuré par la SNCF. Alors que la Région se propose d'expérimenter l'ouverture à la concurrence... En étant d'ors et déjà sur les rails de l'expérimentation, la Région lance la polémique et l'ensemble des intervenants entre sur un terrain miné ... Aucune informations ne filtrent des discussions...

La FNAUT est invitée à cette réunion publique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 07:00

 

Dans le cadre de sa tournée « Demain en Région avec SNCF », Guillaume PEPY, Président du Directoire de SNCF et Président directeur général de l’EPIC SNCF Mobilités, marquera une étape en Région Pays de la Loire les 7 et 8 mars prochain.

 

Cette tournée sera l’occasion de rencontrer les acteurs parties prenantes dans la mobilité sur le territoire et d’échanger autour du rôle-clé que joue le Groupe SNCF en matière de dynamisme économique des territoires, de ses propositions innovantes en termes de solutions de mobilités au bénéfice des voyageurs et pour les marchandises, et de ses actions en faveur de l’emploi.

 

Pour débuter cette séquence ligérienne, Guillaume PEPY, accompagné de Stéphanie DOMMANGE, Directrice Régionale SNCF Mobilités Pays de la Loire, et de Sandrine CHINZI, Directrice Territoriale SNCF Réseau Bretagne Pays de la Loire, invite des représentants de la FNAUT  Pays de la Loire et d'autres associations de consommateurs et d'usagers à une rencontre qui se tiendra le 7 mars de 15h30 à 16h30 à Nantes.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 04:36

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Février 2017

Communiqué

 

Un bonus de 200 €

pour les vélos à assistance électrique, un bon début

 

Jusqu'ici exclus de tout dispositif national d'aide, les vélos à assistance électrique auront eux aussi leur bonus : 20 % du prix d'achat dans la limite de 200 euros. Sept organisations[1] se réjouissent de l'annonce de la Ministre de l'environnement, Ségolène Royal, concernant la création de ce dispositif. Déjà mise en pratique avec succès dans certaines collectivités, cette mesure était attendue pour le territoire national. Elle marque une étape importante pour la reconnaissance du vélo en tant que mode de déplacement à part entière, et comme solution de mobilité durable. 

 
Le vélo à assistance électrique, une solution pour la pollution, le climat, les déplacements et la santé

Le vélo à assistance électrique (VAE) permet de réduire la pollution de l’air par rapport aux deux-roues motorisés et aux voitures, tout en allégeant les efforts et la sur-ventilation des cyclistes fragiles. C’est aussi une solution pour la nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre des transports, en particulier en zone périurbaine ou rurale où les solutions de transports publics sont moins développées. En effet, la moitié des usagers du vélo à assistance électrique qui ont déjà bénéficié d’une aide locale à l’achat d’un VAE ont fait ce choix en remplacement de la voiture, selon l’étude de l’Ademe sur les bénéfices des services vélo[2]. Rappelons qu’environ la moitié des trajets automobiles fait moins de 3 km et pourraient pour la plupart être faits autrement. 

Le décret paru au JO le 18 février 2017 marque l’adoption de cette mesure, dans des conditions encourageantes (20% du prix d’achat, plafonné à 200 euros). A noter que cette aide n’est pas cumulable avec les aides éventuellement déjà accordées par certaines collectivités locales.

Nous sommes convaincus que cette mesure permettra à de nombreux Français d’accéder à une mobilité propre, durable, tout en confortant une filière industrielle en plein essor et créatrice d’emplois locaux. Le tout permet également d’agir contre le fléau de la sédentarisation des Français.

Cette mesure doit aussi s’inscrire dans une politique cyclable volontariste, en commençant par le déploiement complet des mesures déjà partiellement mises en place, comme l’indemnité kilométrique vélo. Pour encourager efficacement les déplacements domicile-travail à vélo[3], elle doit être obligatoire dans le secteur public comme le secteur privé, être cumulable avec le remboursement de 50% de l’abonnement transport en commun. Son plafond de défiscalisation, aujourd’hui limité à 200 euros, doit se montrer plus généreux. Espérons aussi que le nouveau bonus soit prochainement élargi à d’autres usages utilitaires tels que les vélos cargo et pliants.

 

Vers une politique nationale favorable à la marche et le vélo ?

Enfin, nos associations attendent la mise en œuvre d’une véritable stratégie nationale de développement des mobilités actives (marche et vélo).

Pour rendre crédible son engagement, l’État doit donc se doter d’un fonds national dédié, permettant :

  • de soutenir les investissements des collectivités territoriales par des appels à projets "villes pilotes" notamment à destination des villes moyennes,

  • de permettre de résorber les coupures urbaines et autres ruptures de continuités,

  • de financer des campagnes nationales de communication positive en faveur des mobilités actives,

  • de généraliser l’apprentissage de la mobilité à vélo, avant la sortie de l’école primaire,

  • de finaliser le maillage des véloroutes d’intérêt national d’ici 2030 (et les itinéraires principaux - Eurovélo - d’ici 2022). 

Avec la mise en place d’un fonds national vélo, la France serait ainsi le premier pays à répondre à l’appel des Nations Unies qui recommande de consacrer au minimum 20% du budget transports aux mobilités actives (marche et vélo). L’organisation internationale en fait une condition d’atteinte des objectifs climatiques, mais également une exigence de santé publique et d’amélioration de la qualité de l’air[4].

 

Contacts presse :

Olivier Schneider 
Président de la Fédération française des Usagers de la bicyclette (FUB)
06 16 09 12 29 - president@fub.fr

Lorelei Limousin 
Responsable transports-climat au Réseau Action Climat France (RAC-F)
07 70 31 09 19 - lorelei@rac-f.org

Bruno Gazeau 
Président de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT)
06 76 73 31 09 - bruno.gazeau@fnaut.fr

Demba Diedhiou            
Coordinateur du réseau Transports et Mobilités Durables à France Nature Environnement (FNE)
01 44 08 77 81 - demba.diedhiou@fne.asso.fr

Denis Voisin
Porte-parole Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme (FNH)
01 41 22 10 70 - d.voisin@fnh.org

Olivier Blond
Président de Respire
olivier@respire-asso.org

Marielle Chaumien
Attachée de presse à WWF France
06 15 39 24 95 - mchaumien@wwf.fr

 

[1] La Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB), Réseau Action Climat, France Nature Environnement,  Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, FNAUT, WWF et l’Association Respire.

[2] Ademe, Etude d'évaluation sur les services vélos, 2016 http://www.ademe.fr/etude-devaluation-services-velos

[3] Selon l'enquête de l'Insee, seuls 2% des déplacements domicile-travail étaient effectués à vélo en France en 2015 : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2555446

[4] Rapport du PNUE intitulé "Perspectives mondiales sur la marche et le cyclisme » et publié en octobre 2016. 

 

Télécharger le communiqué de presse commun aux sept organisations.

 

Le communiqué du Club des villes et territoires cyclables suite au décret VAE

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

Archives

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques