Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2006 5 08 /09 /septembre /2006 08:29

Une nouvelle plaquette pour faire la promotion de la voie ferrée Sablé / Châteaubriant (Montoir de Bretagne) la ligne trait d'union des Pays de la Loire


La FNAUT Pays de la Loire a édité une plaquette pour présenter la liaison ferrée Sablé /  Château-Gontier / Segré / Châteaubriant, dont la section Château-Gontier / Segré vient de faire l'actualité en Pays  de la Loire avec la dernière décision du Conseil d'Etat daté du 21 août.


Cette décision favorable à la FNAUT a annuler le décret de retranchement du 17 octobre pour vice de procédure.



 

 

Après le déferrrement illégal de 9 km de voie entre St Fort (périphérie de Château-Gontier) et le Maine et Loire en novembre 2005 la plateforme n'est plus intact sur cette section (voir réaction de la FNAUT à ce sujet).


Fabrice EYMON

 

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 09:12

... avec l'annulation du décret du 17/10/01 de retranchement  du réseau ferré national de la voie ferrée Château-Gontier (53) - Segré (49)


Le Conseil d'Etat instance suprême  de la justice administrative vient de notifier le 21 août dernier son arrêt du 4 août concernant son annulation du décret de retranchement du 17/10/01 de la voie ferrée  Sablé  / Montoir (tronçon Château Gontier/ Segré) du Réseau Ferré National .


Une nouvelle "Nuit du 4 août " pour RFF. Le déferrement est bien illégal.


Cette  décision était attendue par la  FNAUT qui l'attendait  depuis  décembre 2003 date de l'annulation du décret  du 12 février 2001 qui concernait le tronçon Segré / Châteaubriant.


La ligne n'était déjà plus fermée depuis novembre 2004 suite à la décision de Réseau Ferré de France. Ce qui n'avait pas empêché RFF de faire procéder au déferrement d'une dizaine de km de voie entre St Fort et Le Maine et Loire  et ensuite de procéder à la vente de ces terrains.


Suite à cette nouvelle  décision de justice favorable à La FNAUT, elle n'est, dorénavant ,  même plus retranchée du Réseau Ferré National. Les terrains  devraient dans l'ordre des choses être réintégrés dans le domaine ferré national.

 

L'arrêt du Conseil d'Etat : une décision qui préserve la voie ferrée


Le projet de  Rocade Sud qui devait emprunter le viaduc du Pendu sur la Mayenne à Château Gontier n'a plus aucune base juridique. Le deferrement de novembre 2005, ainsi que la vente des terrains au Conseil Général de la Mayenne sont  bien entâchés d'irrégularité et la ligne est réaffectée au domaine ferroviaire !!!

Comme l'avait prédit la FNAUT,  le vice de procédure a été constaté.

Juridiquement c'est une nouvelle victoire qui permet une fois de plus d'arrêter le démantellement du seul itinéraire alternatif pour aller à NANTES sans passer le long de la Loire.


FNAUT Mayenne

Partager cet article

Repost0
10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 01:04

Pendant l'été, les travaux routiers se poursuivent et le dépeçage du réseau ferré continue !


Le 10 juillet 2006, le Président du Conseil Général de la Mayenne a inauguré la déviation routière de Chemazé et la voie verte sur un tronçon de la voie ferrée partant de Château-Gontier.


Les travaux d'aménagement n'ont pas trainé sur la voie ferrée Château-Gontier / Segré entre le moment du déferrement  illégal en octobre / novembre 2005  (voir précédentes pages du blog) et  la mise en place des aménagements liés au cheminement. Comme s'il fallait rapidement faire disparaître toutes traces du passé et rendre hypothétique le retour  du train... Un empressement d'autant plus remarquable que d'autres itinéraires de voies ferrées attendent des  aménagements  depuis bien longtemps.


Travaux de deferrement en novembre 2005


Curieux moment en effet de casser l'itinéraire ferroviaire Sablé - Château Gontier - Segré - Châteaubriant :
- constituant un véritable trait d'union en Pays de la Loire (parce qu'il dessert 3 sous-préfectures (Château Gontier, Segré, Châteaubriant) et Sablé, en  traverse  4 des 5 départements de la Région. Cette ligne dispose d’une véritable vocation régionale en constituant un axe structurant de ces bassins de vie )
 
- alors que le cours du pétrole ne cesse de grimper vers des sommets (30$ le baril en 2003, 40$ en 2004, +79$ actuellement)
- au moment où :
    ---> SEGRE intégre dans son PLU la préservation de l'emprise  et qu'une  étude lancée par la Région sur une éventuelle réouverture de la ligne a été confirmé récemment par le maire de SEGRE

    ---> Réseau Ferré  de France et la Région des Pays de la Loire vont lancer une réflexion sur les anciennes voies ferrées et leurs usages futurs ... 


La ligne à Châteaubriant qui constitue un  trait d'union ...
oublié mais potentiel en Pays de la Loire


Un exemple local de la politique des transports menée au niveau national

L'inauguration de l'aménagement sur la voie ferrée se faisait conjointement  à celle de la déviation de Chemazé. un exemple qui, une fois de plus, démontre bien la totale incohérence de la politique des transports menée en France.  Au  lieu de corriger les effets pervers du "tout  routier", elle ne fait qu'entretenir les désequilibres et renforcer la prédominance du  mode routier  sur le ferroviaire qui est encore le mode de transport mécanisé le moins polluant.

Une déviation qui ne se justifie pas par le trafic

La FNAUT rappelle à l'occasion de l'inauguration du contournement de la  Route Départementale 20 à Chemazé, que la croissance du trafic routier n'est que la résultante de l'absence d'un itinéraire alternatif ferroviaire. De plus le trafic reste modeste sur cet axe par rapport à d'autres axes, en 2001 on comptabilisait respectivement 6910 véhicules sur la N°162, 6161 sur la N°171 et seulement 3981 véhicules sur la D20.)  D'autres communes mayennaises sont légitimement en droit de demander de tels aménagement au vue de leur situation.

La déviation : un choix qui laisse croire  à la  population  qu'elle va trouver ainsi un moyen d’échapper aux nuisances engendrées par le "tout routier"

Le contournement de Chemazé etait programmé pour permettre aux habitants de ne pas subir les nuisances liées au trafic routier de transit en particulier celui des poids lourds. Loin de vouloir  minimiser  ce que subissent les habitants, elles sont réelles et la route est une des premières sources de nuisances sonores et d’insécurité Mais  ce type d'infrastructure s'apparente à une fuite en avant  en renforçant  une fois de plus la route. Un choix qui laisse croire  à la  population  qu'elle va trouver ainsi un moyen d’échapper aux nuisances engendrées par un système de transport, qui favorise le flux tendu, l’absence de stock et le "just in time" et ne répond pas aux enjeux présents et futures (effet de serre, pollutions, coût de l'energie...). Il s'agit bien d'une politique contraire à  une politique "durable" dans le domaine des Transports.

La FNAUT ne s'oppose à la randonnée pédestre sur les emprise ferroviaires tant qu'elle ne remet pas en cause le retour du train.

La FNAUT rappelle qu'elle n'est pas opposée à la randonnée pédestre. Elle se permet seulement de signaler que l'emprise ferroviaire de cette ligne est une double voie et qu'il y avait par conséquent toutes les conditions de largeur possible pour faire cohabiter voie ferrée et voie verte. De plus, cet itinéraire est enclavé entre la future et trés contestée Rocade Sud et le Maine et Loire, où l'tinéraire est envahi par les ronces. Des perspectives effectivement trés réjouissantes pour la randonnée.
 
Reste à attendre le résultaut du contentieux opposant la FNAUT au déferrement abusif et illégal ; le Conseil d'Etat devrait délibérer prochainement et sa décision est attendue avec impatience...

Fabrice Eymon
FNAUT 53

Partager cet article

Repost0
16 juin 2006 5 16 /06 /juin /2006 15:18
L'Enclavement de la Mayenne est-il  routier ou ferroviaire ?

La dernière visite du Président de la Région des Pays de la Loire en Mayenne, le 23 mai dernier a été accompagnée de nouvelles déclarations dans la presse. Ces  interventions ont fait réagir  le Président de l'Association  Tracès , M. Christian ROGER qui analyse dans Le texte ci-dessous, la question du désenclavement de la MAYENNE le seul département des Pays de la Loire qui n'est pas connecté par le mode ferroviaire à sa capitale régionale.


"Jacques Auxiette a justifié lors de sa visite en Mayenne la participation de la Région au financement des routes en ces termes : « il y a effectivement ce handicap des liaisons routières » … « parce que en ce qui concerne le ferroviaire le TGV permet de désenclaver de façon positive La Mayenne ».


Si l’on poursuit cette comparaison, on dira que le département dispose de l’autoroute A81 Paris-Rennes exactement parallèle à cette ligne TGV. Sur ce plan là, il y donc parfaite égalité. Par contre l’équilibre est complètement rompu sur les liaisons avec Angers et surtout Nantes. Les liaisons ferroviaires directes entre La Mayenne et ces deux agglomérations sont complètement absentes. Les temps d’accès pour les usagers mayennais sont donc considérables.


Même avec le TGV passant par LAVAL, la MAYENNE reste toujours éloignée de NANTES .
La "virgule de SABLE" préconisée par la FNAUT permettrait une réelle amélioration.


Certes les routes peuvent être améliorées, sécurisées, et certaines agglomérations contournées. Cependant, quels que soient les efforts faits, Mayenne restera toujours à 2 H par la route de Nantes ! Le gain marginal pour l’automobiliste de quelques minutes apparaît donc bien dérisoire au regard des centaines de millions d’€uros qu’il faudrait investir pour réaliser une 4 voies complète entre Mayenne - Laval - Angers et ... Nantes ?


 

Deferrement illégal de la portion de voie entre Château Gontier et le Maine et Loire à l'automne 2005.

Alors que les Collectivités  territoriales dépensent des Millions d'Euros dans les infrastructures routières elles réagissent mollement quand elles n'encouragent pas la destruction des dernières emprises ferroviaires à un moment ou l'augmentation du prix du pétrole nécessiterait des mesures conservatoires.


 

Ces sommes dépensées dans les routes sont donc autant d’investissements en moins pour les transports collectifs. Or, rappelons que la Région est la seule compétente en matière de transports ferroviaires.

Elle a ainsi donné un coup d’accélérateur au développement du rail dans les autres départements avec les réouvertures de Châteaubriant-Nantes, Fontenay-Niort, … Pour la Mayenne, ces déclarations récentes font craindre un certain renoncement, à sa mission première, en matière de transport, dans notre département. Rappelons, par exemple, que Mayenne est la seule sous-préfecture des Pays de Loire avec Mamers non desservie par les TER (train ou autocar).


Automoteur  Z2  en gare de LAVAL sur l'axe LE MANS / RENNES

En MAYENNE, c'est le seul axe parcouru par les TER , la MAYENNE est bien
 le département de la Région qui bénéficie le moins des retombées de la
Régionalisation des Transports Ferroviaires.


 

« Le président Arthuis a raison de dire que la Mayenne n'est pas tellement concernée par les TER... » avait déjà déclaré M. Auxiette (19-20 de France 3 le 24 mars). Sous prétexte que ce territoire est trop excentré, déjà mal doté, trop éloigné, … la Région va-t-elle se satisfaire de cette fracture territoriale et renoncer à la diminuer. Pourquoi notre territoire se trouverait-il ainsi exclu de la dynamique régionale en matière de transport collectif ? Dans un contexte de développement durable, c’est faire peser une hypothèque lourde sur son développement futur que de tout miser sur la route.


Pourtant M. Auxiette a, dans ses engagements électoraux, la virgule de Sablé, (Laval – Nantes en 1 h 30 par le TGV) dont le coût apparaît assez dérisoire au regard du service attendu, une étude de réouverture de La ligne Mayenne – Laval, permettant un réel désenclavement du Nord – Mayenne notamment pour les 25 % d’habitants qui n’ont pas accès à la voiture : jeunes, personnes âgées, personnes à mobilité réduite.


les villes de la Région de plus en plus proches, les temps de parcours fondent … des temps de parcours attractifs permettent à chacun de travailler loin de son domicile” ! Faisons le vœu que ces déclarations qui figurent régulièrement dans la revue du Conseil Régional à propos des TER, puissent aussi concerner, un jour, les Mayennais ? Pour cela, le Conseil Régional doit choisir une autre voie que celle du tout-routier pour la Mayenne."


Christian ROGER - Association Tracès

Titre et illustrations FNAUT MAYENNE



Déclaration complète d’Auxiette sur France bleue le 23 mai 2006 :

"Un gros dossier qui n’est pas, pour l’instant, intégré dans le contrat de projet, c’est toute la démarche concernant le désenclavement routier de La Mayenne. Parce que pour ce qui concerne le ferroviaire la ligne GV, le TGV, ça permet, quand même, de désenclaver de façon positive la Mayenne en matière ferroviaire. Mais il y a effectivement ce handicap des liaisons routières. Donc, j’ai confirmé au Président du Conseil Général et à mes interlocuteurs que la Région souhaitait accompagner le département, l’état et les territoires pour faire en sorte que le désenclavement de La Mayenne soit pris en compte dans la période qui vient.


L’état pour l’instant ne prend pas en compte les routes dans son prochain contrat. Mais dès cette année, nous avons décidé d’apporter un financement supplémentaire aux routes départementales et de prévoir, avec l’état, une participation de la Région, éventuellement sur la N.162, qui relie Mayenne en passant par Laval jusqu’à Angers. Ca paraît une priorité, à la fois, de l’ensemble des acteurs et que la Région accompagnera."

 

Partager cet article

Repost0
9 avril 2006 7 09 /04 /avril /2006 23:39

Lors de l'inauguration de la foire exposition de Segré, Gilles Dupuis, conseiller régional, a annoncé qu'une étude pour la réouverture du tronçon ferroviaire Château-Gontier – Segré – Châteaubriant allait être lancée à l'initiative du Conseil Régional.


Ce tronçon ferroviaire est le chaînon manquant de l'axe Sablé Nantes via Châteaubriant, qui, outre des relations TER, permettrait le transit de Fret entre St Nazaire, Nantes et la région Parisienne, via Sablé, Le Mans, Chartres. La ligne classique Sablé – Paris sera définitivement libérée de nombreux TGV une fois le projet TGV Ouest réalisé, à l'horizon 2012.


Déferrement "sauvage" sur la ligne Segré - Châteaubriant en 2005...

 A quand de nouveaux rails et des trains ?

Si on se réjouit du lancement d'une telle étude, on peut comme d'habitude, dès qu'il s'agit de ferroviaire, s'interroger qu'il faille attendre 2 à 3 ans pour connaître les résultats de cette étude : les calculs se font à la main ou avec une règle à calcul ?


La FNAUT Pays de la Loire serait heureuse de contribuer à accélérer le processus en fournissant à la Région l'ensemble de la documentation qu'elle accumule sur cette ligne depuis plusieurs années, dans le cadre de son combat contre la disparition pure et simple de la ligne.


Une fois de plus, nos idées et nos actions sont reconnues par les responsables politiques de tous bords.

 

Partager cet article

Repost0
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 08:00

Les dernières déclarations du Président de la Région  Pays de la Loire enterrent les TER Mayennais.

Les propos de J. AUXIETTE au JT19/20 de France3 le vendredi 24 mars 2006,  concernant le contrat de plan état région pour la Mayenne et qui est en négociation en ce moment font réagir  la FNAUT.

(« Le président Arthuis a raison de dire que la Mayenne n'est pas tellement concernée par les TER. Mais là encore ce n'est pas la faute du président actuel du Conseil régional. Moi je ne laisse enlever aucune voie ferrée dans la région. »)


Fausses promesses

Cette déclaration marque un nouveau constat  du double langage des élus qui ne respectent pas leurs engagements électoraux. (cf Le programme de la gauche unie en Mayenne revendiquait comme 24éme proposition : un train au service des mayennais *). (*:« Après avoir préservé les anciennes emprises ferroviaires de toutes destructions ou coupures irrémédiables, le département, en lien avec la Région, étudiera la remise en service de la ligne Laval / Mayenne et la réouverture de celle de Sablé / Château-Gontier / Châteaubriant / Nantes ».)


 

Entente au sommet

La précipitation dans les déclarations alors que nouveau Schéma Régional d’Aménagement et de Développement du Territoire (SRADT) est en cour d’élaboration (une réunion de présentation a eu lieu à Laval le 15 mars dernier) et que le Schéma Régional des Infrastructures et des Transports (SRIT) est inclus dans le SRADT, cette annonce s’apparente plus à un petit arrangement politicien qui ne répond ni à l’intérêt régional ni à celui de la Mayenne.


Une logique routinière 

La FNAUT dénonce la gabegie financière scandaleuse occasionnée par les travaux routiers. Elle rappelle par exemple que la France concentre 80% des ronds points de l’Europe entière ce qui a déjà occasionné une dépense de plus de 50 milliards d’EUROS, alors que leurs efficacités n’ont absolument pas été prouvées sauf pour les dépenses publiques qui se sont envolées.


Tout pour les routes

L’association d’usagers des transports et de consommateurs dénonce le saupoudrage financier sur les 3 itinéraires allant vers Nantes. La N 162 par Angers, N 171 par Craon et la D 20 par Chemazé, Segré, présentées tous comme des itinéraires incontournables. A défaut de faire un choix, on assiste à une surenchère financière et avec pour conséquence un défaut d’efficacité. Les trafics sur les tronçons en limite du département y sont pourtant modestes puisqu’en 2001 on comptabilisait respectivement 6910 véhicules sur la N°162, 6161 sur la N°171 et seulement 3981 véhicules sur la D20. Ce dernier étant le moins parcouru et surtout on peut douter très sérieusement de son intérêt car le département voisin du Maine et Loire, l’ignore il suffit de passer « la frontière » pour s’en apercevoir de visu. Ce petit « cadeau » ne doit pas faire illusion. Chemazé se situe dans le « fief », la circonscription de J. ARTHUIS. L’association demande donc que soit fait des choix au niveau routier surtout à un moment où la rareté de l’argent public devrait réorienter les crédits vers des solutions durables en terme d’environnement, d’aménagement du territoire et de transport (transports ferroviaires …)


Et le Conseil Général de la Mayenne fait des économies sur les suppressions des PN dangereux.

La FNAUT condamne les déclarations du président du Conseil Général qui souhaite le transfert des crédits ferroviaires vers les routes alors qu’il vient de réduire le budget des suppressions des passages à niveau (cf : Neau). Faut-il rappeler qu’il y a trop régulièrement des accidents routiers sur les PN ? Et qu’il y a eu des morts tout récemment,

 

La gare des Agets St BrIce entre Sablé et Château -Gontier


Un Président frappé d'amnésie ?

La FNAUT dénonce enfin le mensonge du président de la Région car contrairement à ce qu’il dit « Moi je ne laisse enlever aucune voie ferrée dans la région ». Il a bien contribué par son silence, au démantèlement de la voie ferrée puisqu’il a bien été informé en octobre 2005 par des courriers de la FNAUT de la situation alarmante de la ligne Château-Gontier / Segré / Châteaubriant qui allait être déferrée entre St Fort et le département du Maine et Loire le mois suivant.

Cette déclaration est affligeante et ne pourra qu’entacher son «image» de défenseur des Corails ? Il est d'autant plus regrétable que J . AUXIETTE lors de son dernier passage à Château-Gontier le 15 janvier dernier s'était prononcée favorablement pour l’étude de la réouverture du tronçon Sablé / Château-Gontier, proposition lancée par lui alors que la FNAUT  l'interpellait   sur le Dossier. (voir les réactions de la FNAUT)


FNAUT MAYENNE

                    Fabrice EYMON

 

 

 

La preuve par l'image :

 

 http://www.ouest.france3.fr/videojt/ puis "19/20 Pays de la Loire")

 

Dans le JT de France3 de vendredi 24 mars 2006 à propos du contrat de plan état région qui est en négociation en ce moment.

 

 EXTRAITS

 

"Nous demandons au nom de la solidarité et de l'équité que ce qui n'est pas versé pour le ferroviaire puisse permettre l'amélioration du réseau routier mayennais". Jean Arthuis

 

 "Le président Arthuis a raison de dire que la Mayenne n'est pas tellement concernée par les TER. Mais là encore ce n'est pas la faute du président actuel du Conseil régional. Moi je ne laisse enlever aucune voie ferrée dans la région. Mais nous tiendrons compte de cette réalité là à la fois pour aider ce département l à se désenclaver, le problème des routes mais pas seulement sur des routes départementales, notamment sur l'axe Mayenne - Laval - Angers qui est l'axe prioritaire". Jacques Auxiette

 

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2006 6 28 /01 /janvier /2006 15:07

Il y a quelques mois, la FNAUT  interpellait  les élus au sujet  des travaux illégaux sur la voie ferrée  Château-Gontier / Segré / Châteaubriant . Il y a une semaine, J. AUXIETTE cautionnait  ses travaux  en quelque sorte en ne remettant pas en cause la Rocade Sud qui se ferait  pourtant aux dépends de la voie ferrée. La FNAUT répond ici à l'argumentaire de RFF.


L’affaire du déferrement illégal des 9 km de voie ferrée entre Saint-Sauveur-de-Flée et St Fort est suffisamment dérangeante pour que le Directeur Régional de Réseau Ferré de France Bretagne Pays de la Loire ai été obligé de justifier l’attitude du gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire dans la presse.

 
Au passage RFF évite les questions qui fâchent et expose "sa lecture" des procédures de fermeture-retranchement-déclassement qui laisse perplexe la FNAUT en tant qu’association citoyenne, de consommateurs et d’usagers des transports publics.


Pourtant, il ne peut y avoir deux lectures d’un même texte de loi surtout lorsque la justice c’est déjà prononcé sur le sujet par jurisprudence interposée. Depuis 2003 la FNAUT n’a jamais perdu aucun de ses contentieux ce qui n’est pas le cas de RFF qui pour éviter sa « Bérézina » a essayé d’obtenir le non-lieu dans toutes les affaires de contentieux en procédant au retrait des fermetures des lignes dont celle de Château-Gontier.


La crédibilité de RFF est mise à mal

Par contre la crédibilité de RFF est mise à mal dans ce dossier, par manque de clairvoyance et surtout par un trop plein d’assurance.

En effet :

    ►  RFF ne peut prétendre défendre le développement du transport par le rail car pour y parvenir encore faudrait-il protéger les emprises ferroviaires. En tronçonnant la voie ferrée en mille feuilles avec des usages différents, des états inégaux sur une distance de seulement 24 km, RFF complique le processus pour un retour du train. RFF préfère répondre aux sollicitations d’une collectivité, qui n’a pas de compétence ferroviaire, comme vient de le réaffirmer Jean Arthuis dans le cadre des débats à l’assemblée départementale, plutôt que de garder l’emprise dans son domaine.

La FNAUT dénonce cette stratégie qui privilégie le court terme et l’exercice comptable de l’année civile aux perspectives futures de reprise.


Une vente illégale au Conseil Général de la Mayenne qui ne soulagera pas la dette de RFF

  La FNAUT constate qu’un simple jeu de signature supprime une voie ferrée au profit d’un nouveau chemin à usage multiple mais à fréquentation minime, sans que la population se soit exprimée ! Le gain est nul pour la collectivité car cela coûtera plus cher en entretien que si son état initial avait été maintenu avec une activité vélo-rail ! La vente ne soulagera pas la dette de RFF (héritage de la SNCF) La charge est transférée au Conseil Général, le contribuable mayennais appréciera. C’est bien une perte réelle pour le Haut Anjou. Ou est l’intérêt général dans ce dossier alors que le président du C.G se plaint de l’augmentation des dépenses et parle déjà de procéder à des coupes dans certains budgets (dont la suppression des passages à niveau) ? Le tourisme aurait-il trouvé sa « locomotive » alors que cette « voie verte » sera totalement enclavée entre le bitume et les ronces ? 

Un dossier piloté de Nantes où de Paris ignorant la problématique transport du Haut Anjou - Segréen. 

 ►  Comment RFF peut-il mieux savoir ce qui est bon pour le Haut Anjou et surtout sa population alors qu’il n’a jamais fait la moindre étude des potentiels et est absent du terrain ? Comment pourrait-il en être autrement puisque ce dossier est piloté de Nantes où de Paris ?


   La FNAUT affirme que le retrait rétroactif de la fermeture en novembre 2004 rend ipso facto illégal le déclassement (cf. T.A de Limoges du 22 septembre 2005) dont l’annulation rétroactive par le Tribunal Administratif de Nantes induira en tout état de cause la remise en cause de la vente. Une infrastructure non fermée ne saurait légalement être vendue. Le décret de retranchement est lui-même en contentieux et doit être jugé par le Conseil d’Etat.


   Seule la fermeture permet la dépose de la voie c’est le sens de l’article 22 du Décret encadrant les procédures. Nul n’est censé ignorer la loi. La Mayenne est-elle un département de non droit ?


  Les services de l’infrastructure à la région SNCF de Nantes n’ont pas eu connaissance des travaux de déferrement sur une voie ferrée dont elle a la gestion par délégation de RFF. Ce dossier ne va pas améliorer les relations entre les deux administrations, déjà tendues. D’autant que le prestataire de service (la SNCF) a été abusé par les « certitudes » de RFF afin que les appels d’offre soient lancés. Faut-il rappeler que la SNCF avait émis un avis défavorable en septembre 2000 à la fermeture de la section de ligne Château-Gontier / Segré ?


Le Directeur de RFF reconnait publiquement dans Ouest France l'illégalité des travaux!

     ►  La faute de l’entreprise de ferrailleur qui est allée déferrer en Maine et Loire est reconnue publiquement ! Qui a pour mission de veiller sur l’intégrité du Réseau ferroviaire national ? Il semble que la vigilance de la FNAUT ait permis d’éviter le pire. Que se serait–il passé si la FNAUT n’avait pas dénoncé cette situation ? La FNAUT va réclamer la remise en état initial.


RFF brade le patrimoine Ferroviaire

    ►  RFF ignore également qu’elle vient de vendre au poids de la ferraille un tronçon dont l’état général était bon et sur lequel on trouvait une voie posée sur une partie des 9 kilomètres en 1962 et 1967 avec du rail 45 kg au mètre linéaire (cf. schéma d’armement) alors que la voie a été posée en 1910-1911, avec du rail plus léger, sur Sablé / Château-Gontier le seul tronçon encore en activité.

Un véritable scandale alors qu’un audit récent de l’état de l’infrastructure ferroviaire pointe du doigt l’âge des voies ferrées en France (âge moyen des rails est de 30 ans contre 22 en Allemagne et 15 en Suisse) et les carences d’entretien.

La FNAUT doit–elle rappeler que certaines lignes exploitées en voyageurs en Pays de la Loire dispose d’une infrastructure plus obsolète encore que le matériel de cette ligne (Nantes / Pornic par exemple) ?

Il est donc faux de faire croire aux populations qu’une exploitation ferroviaire impose automatiquement de tout changer !

Contrairement à une idée reçue, remettre en service une voie inutilisée est une opération relativement peu coûteuse (10km de ligne remise en service = 1 km de 2x2 voies neuves). S’abstenir de déclasser permet de préserver l’avenir et ne coûte rien à la collectivité.



RFF se trompe démonstration par l'exemple
 

   ►  L’analyse de RFF mettant en avant l’absence de trafic depuis 1994 sur cette ligne et son retranchement est un alibi « bidon ». En 2002, sans étude RFF fermait une section de la ligne Poitiers-Parthenay pour permettre une déviation routière. Un an plus tard, elle était retranchée. Fin 2004, la fermeture était déclarée illégale par le tribunal administratif suite à l’action de la FNAUT. RFF devait faire marche arrière et retirer sa décision. Le 20 juillet 2005, un train de 22 wagons de cailloux circulait sur la ligne (1350 tonnes l’équivalent de 55 camions).


Malgré la méthode du fait accompli et la désagréable impression de braderie du patrimoine ferroviaire tant au Sud Mayenne qu’au Nord, l’analyse de la FNAUT est confortée régulièrement tant sur le fond que sur la forme. La FNAUT compte bien interpeller prochainement les élus sur ce dossier.



 FNAUT Antenne Mayennaise - Fabrice Eymon.

 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2006 6 21 /01 /janvier /2006 21:59
Intéressant communiqué de presse des Verts de la Mayenne :

"Jacques AUXIETTE, Président du Conseil Régional était à Château-Gontier ce vendredi 13 janvier pour la signature du CTU du pays de Château-Gontier. 

A cette occasion il a fait des annonces qui auront de graves conséquences pour l’avenir.

Bien sûr, il propose une étude rapide concernant la réouverture de la ligne voyageurs Sablé/Château-Gontier, dans l’objectif de pouvoir y rejoindre la ligne Le Mans-Nantes à Sablé. Mais parallèlement à cette annonce en trompe l’œil, il a déclaré que la rocade Sud de Château-Gontier emprunterait le tracé de la voie ferrée et sans doute le viaduc de Pendu.

Cette décision condamne donc définitivement le retour du train sur cette ligne. Le Président du Conseil régional, sous prétexte de continuité républicaine, avalise donc le projet insensé de la rocade SUD passant par le viaduc. Quelle triste illustration de la politique du tout transport routier, alors que Jacques Auxiette veut se présenter comme un chantre de la bataille du rail !

Cette décision va à l'encontre de l’intérêt général :
- de l'intérêt général qui dictait de conserver cette ligne permettant de rallier Nantes via Segré et Châteaubriant sans créer un 3ème fuseau le long de la Loire.
- "accessoirement" des demandes (et de l'intérêt) des habitants du pays de CG et de la Mayenne,
- à l'encontre des engagements de la campagne électorale disant donner la priorité au ferroviaire,
- des remarques faites par le CESR sur cette ligne
- et également des engagements pris dans le Manifeste régional écrit à la suite des Assises régionales.

Cette décision a été prise sans tenir compte de l'avis des conseillers généraux ou régionaux mayennais de gauche et sans aucune concertation publique. Les Verts de la Mayenne s’opposent totalement à cette décision et souhaitent rencontrer au plus vite le président du Conseil régional pour exprimer leur désaccord.

Fin du communiqué.

Effets d'annonce, campagnes de communication sur les rames TER à deux niveaux...
Pendant ce temps, le Conseil régional condamne la continuité de la ligne ferroviaire
Sablé Nantes via Châteaubriant, pourtant très intéressante pour constituer un
axe TER et FRET àlternatif à l'axe majeur via Angers.

Commentaire de la FNAUT Pays de la Loire : sans commentaire ! (mais nos lecteurs de ce blog peuvent réagir et commenter ce différent au sein de la majorité régionale, qui en rappelle d'autres, plus anciens mais sur le même sujet, au sein de l'ex majorité régionale...).

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2006 3 18 /01 /janvier /2006 21:08

COMMUNIQUE DE PRESSE


Le retour du train à Château-Gontier : une nouvelle promesse de la Région ?

Les visites des Présidents de Région se suivent et se ressemblent. Celle de Jacques Auxiette est pareille à celle de son prédécesseur. Les déclarations du Président, suite à l’interpellation de la FNAUT, laisseront certainement, a posteriori, pour les habitants du Haut Anjou, l’impression d’une occasion manquée.


La FNAUT salue pourtant la décision d’une étude sur la réouverture aux voyageurs du tronçon Sablé / Château-Gontier. Mais cette déclaration ne doit pas faire illusion. Il ne s’agit que d’une étude programmée pour la fin 2006 et plutôt 2007. En Pays de La Loire, les dossiers de transport collectif s’éternisent en études qui n’en finissent pas et qui ne dépassent pas toujours le seuil des concrétisations.


La ligne n’étant pas abandonnée puisque les Etablissements Maisonneuve sont les principaux utilisateurs, la remise en service pour les voyageurs devrait en être facilitée. La FNAUT qui avait envisagé avec Re gare et l’association des modélistes ferroviaires de la Mayenne une circulation touristique pour les journées patrimoines entre Sablé et Château-Gontier fera parvenir à la Région le devis que la SNCF avait transmis pour ce projet.


Les TER de la Région Bretagne n'ont jamais déserté la gare de Châteaubriant, en Pays de la Loire

La FNAUT dénonce par ailleurs la poursuite du projet de Rocade Sud car la voie ferrée forme un tout de Sablé à Châteaubriant. L’absence de vision globale et de prospective future en matière de mobilité est décevante.

En tant qu’association de consommateurs, la FNAUT dénonce d’emblée la gabegie annoncée de l’aménagement d’une 3ème voie le long de La Loire sur l’itinéraire saturé entre Angers et Nantes. Ce scénario se profile pourtant avec l‘abandon de l’axe Sablé à Châteaubriant comme axe alternatif aux voyageurs et aux marchandises. Pour aménager l’emprise d’une nouvelle voie il faudra en effet faire sauter la falaise, dans un milieu fragile, protégé pour son patrimoine et menacé par les crues du grand fleuve alors que la voie Ferrée sert de digue naturelle. Cette décision est incohérente pour un élu garant des deniers publics et sera lourde de conséquences.


Le bilan de la visite du Président de la Région est très en deçà des attentes des associations d’usagers qui savent combien l’urgence est grande en matière de transport collectif. Alors qu’il faudrait réorienter les crédits, la FNAUT assiste à un attentisme (un an de palabres et de beaux discours au cours des assises régionales notamment) et une passivité déconcertante (aucune réaction face à l’arrachage illégal de la voie ferrée par exemple).

 


Elle rappelle que les réouvertures programmées de Voie Ferrée (Nantes / Châteaubriant, Fontenay le Comte / Niort) ont toutes été initiées par l’ancienne majorité.


Pour la Mayenne, les associations constatent que : le simple prolongement au-delà de Laval vers Mayenne des lignes régionales d’autocar pour une desserte de Nantes et d’Angers nécessite des études, la commande des études de faisabilité de la « virgule de Sablé » (dossier TGV liaison Laval / Angers) n’a toujours pas été passée malgré le vote des crédits …

La centrale de mobilité par internet envisagée par la région n’a pas retenu l’expérience acquise de la Mayenne dans ce domaine. Et quid de l’Axe Laval / Mayenne alors que les associations obtiennent un moratoire ?


La FNAUT attendait plus de l’ancien président du GART (Groupement des Autorités Responsables des Transports) et d’un « défenseur du rail » sans doute plus prompt à faire des déclarations politiciennes dans le cadre de la bataille des corails. Mais peut-on reprocher à l’Etat ou à la SNCF de se désengager des transversales quand dans le même temps la Région finance 2 échangeurs autoroutiers (Rouessé Fontaine et Parigné l’Evêque) sur l’A 28, pourtant parallèle à la voie ferrée Caen / Tours ?


Mais l’Association Régionale des Usages des Transports n’a pas encore épuisé toutes ses actions et jeté l’éponge. La FNAUT attend plusieurs décisions de justice administrative concernant la Rocade Sud, le déferrement et la vente en toute illégalité de la voie ferrée.


Pour la FNAUT Mayenne - Fabrice EYMON

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2006 1 16 /01 /janvier /2006 21:44
C'est Jacuqes Auxiette qui l'évoque sur FR3 et dans la presse quotidiene régionale : il est question d'étudier la réouverture de la ligne Sablé (72) - Chateau Gontier (53), pour offrir au Sud Mayenne et Nord Maine et Loire des trains TER pour une correspondance TGV/TER à Sablé...

Cette annonce ravit la FNAUT Pays de la Loire, qui avait dévoqué cette idée lors d'une Assemblée Générale sise aux portes de Chateau Gontier...

Par contre, nous sommes fort déçus que Monsieur Auxiette semble entériner la réutilisation de la plate forme ferroviaire au delà de la gare de Château-Gontier par ... une déviation routière...

Grippe pompidolienne pour Moneiru Auxiette ? (du nom d'un ancien président de la république qui voulait faire de Paris un vaste autodrome...).

Au delà de Chateau Gontier, entre cette ville et
Châteaubriant, la bataille du rail est loin d'être gagnée...
Sur ce cliché, la voie non loin de Châteaubriant, en 2004

Partager cet article

Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques