Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 14:08

Une ligne qui ne manque pas de FRET !

Alors qu'une réunion technique pour les élus va se dérouler vendredi 13 à Château-Gontier sur la réalisation trés controversée de la Rocade Sud, cette déviation routière aménagée au dépens de l'emprise ferroviaire de la voie ferrée  Château-Gontier / Segré / Châteaubriant, la seule gare du sud mayenne encore ouverte voit passer des trains de marchandises.

rocade-sud.jpg

  La Rocade Sud , un obstacle majeur à la reprise du trafic de fret et au transport des voyageurs sur l'axe Sablé / Châteaubriant .


Il y a encore quelques trains de Fret qui viennent à Chateau-Gontier de temps en temps. Principalement les convois assurent  essentiellement de la desserte terminale de l'entreprise Maisonneuve. 


100-3328.JPG

 Un train de FRET à Château-Gontier le 11 juillet.(PHOTO Ollivier TANNIOU).


Il s'agit de trains complet en provenance de St Nazaire, assurant un parcours  St Nazaire / Tours / Le Mans / Sablé / Château-Gontier , en plusieurs étapes pour changer de traction. Au minimum 3 jours de transports alors que le parcours se fait en 1:2 journée par la route...
Les convois pour Maisonneuve sont de plus en plus long (le 11 juillet : 21 wagons pour 1700 tonnes!)  . Il faut rappeler que cette entreprise était le 1er client fret de la SNCF ...

100-3322.JPG

Photo côté SABLE, les 2 engins de traction effectuent leur manoeuvre de remise en tête. (PHOTO Ollivier TANNIOU).   En arrière plan la ligne file vers Segré. C'est ce tronçon que menace la rocade sud.


La remise en tête de la machine s'effectue en gare de Chateau-Gontier, avant de manoeuvrer vers l'ancien embranchement et de retourner sur Sablé.
La  gare typiquement de type "ouest" arbore de superbes couleurs suite à sa rénovation il y a peu .
Il ne manque plus que des TER pour la refaire revivre. 

Partager cet article

Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 20:18

La FNAUT sous le feu de l'actualité  

Depuis plusieurs semaines l'actualité permet à la FNAUT de s'exprimer dans les médias que cela soit  la presse écrite ou la radio.

Retrouvez les déclarations et les prises de positions sur le sujet de la défense du patrimoine ferroviaire sur France Bleu Mayenne.

Journal de 8h du 25/04/2007 : (Ecouter)

"Sud-Mayenne / La Fnaut conteste la délibération votée hier soir par la communauté de communes du Pays de Château-Gontier pour l'acquisition d'emprises ferroviaires en vue de la construction de la rocade Sud. La Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports annonce qu'elle va saisir le Tribunal Administratif de Nantes. Le vote d'hier soir a donné lieu à six voix contre et quatre abstentions." (localisation à 3'57 du début du journal  fin 5'42)

Journal de 8h du 5/05/2007 (Ecouter)

"La Fnaut marque un point ... La petite ligne de chemin de fer entre Laval et Mayenne remise peut être en service , un jour .
Les usagers viennent d'obtenir du Conseil d'Etat l'abrogation du décret qui avait permis de fermer la voie " (localisation à   '     du début du journal  fin    '    )

 

Attention les archives ne sont accessibles que pendant une durée déterminée (environ 2 semaines)

Partager cet article

Repost0
19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 09:49

Quelles peuvent être les attentes de la FNAUT pour le sud Mayenne et le Haut Anjou à l'occasion des échéances électorales ?  (suite)

Quelles décisions pourraient être prises rapidement en matière de voie ferrée et qui auraient des répercussions à l'échelle locale ?
La remise en état et l'extension du réseau ferré exigent un énorme effort financier, mais cet effort est à la portée des collectivités françaises si on met en place une fiscalité écologique efficace (comme en Allemagne ou en Suisse avec la RPLP par exemple). 
Passage à niveau  aux Agets St Brice entre Sablé et Château-Gontier
 
Il s'agit également d'une volonté politique. Les élu(e)s locaux n'ont jamais abordé une question de fond : Le Sud Mayenne peut-il décider, en 2007 de se couper irrémédiablement du réseau ferroviaire ?
D'ailleurs un exemple récent vient le démontrer l'importance de la volonté politique. Au cours de sa séance du 16 mars dernier, le Conseil Régional des Pays de la Loire a validé le budget couvrant la totalité de la remise en service des 32 kilomètres de la ligne entre Niort et Fontenay-le-Comte pour un montant de 8,2 millions d'euros. Cet engagement est intégré au Contrat de Projet Etat-Région 2007-2013. 

Une gare sans trains de voyageurs : Château-Gontier

  1.       A l'échelle locale, un préalable serait la réouverture aux voyageurs des 30 km entre Sablé et Château-Gontier où déjà les marchandises circulent. Certains élus mayennais ne pourraient plus affirmer que la Mayenne n'est pas concernée par les TER. Ainsi, la Mayenne ne serait plus « terre d'exception » en matière de TER (mais à qui la faute !) .
  2.        La deuxième urgence c'est la préservation de l'emprise de la voie ferrée entre Château-Gontier et Châteaubriant afin de permettre une remise en service ultérieure du train. Cela commence par l'abandon purement et simplement du projet actuel de rocade sud (mais cela n'empêche pas de trouver d'autres solutions pour contourner Château-Gontier). Solution technique indispensable pour préserver la voie ferrée et le viaduc du pendu. La Rocade Sud est un projet coûteux et obsolète (construire une rocade en zone urbaine et détruire une voie ferrée alors que l'enjeu national est de trouver des alternatives à la route !).
  3.        A une échelle régionale voir interrégionale, la « virgule de Sablé » dans le cadre du prolongement de la LGV OUEST est également à réaliser afin d'améliorer les relations entre la MAYENNE et Nantes mais aussi entre Rennes et Angers.

 
 Fabrice EYMON
pour la FNAUT
  
 

Partager cet article

Repost0
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 07:40

 Quelles peuvent être les attentes de la FNAUT pour le sud Mayenne et le Haut Anjou à l'occasion des échéances électorales ?  

 
Petit focus sur les attentes de la FNAUT en prenant comme exemple un territoire de notre région,   
 
Dans bien des cas, la qualité de vie, qui est au coeur des préoccupations des habitants de ces territoires, dépend largement des solutions retenues pour satisfaire la mobilité de la population et répondre à la problématique transport.
 
Le territoire du Sud Mayenne et du Haut Anjou / Segréen est un espace enclavé qui ne bénéficie plus depuis plusieurs années d'un axe de transport collectif performant et de qualité, répondant aux exigences du développement durable (lutte contre le réchauffement climatique, respect de l'environnement ). Ce sera sans doute l'un des dossiers de la législature et au-delà, dans la mesure où les choix retenus engageront l'avenir des populations et des générations futures à court, moyen et long terme.
   
Pour faire du transport collectif, une priorité nationale, il faut dégager de nouvelles ressources. La France est par certains aspects un pays « arriéré» au niveau des transports collectifs. Le TGV c'est l'arbre qui cache la forêt. C'est un paradoxe car nos voisins très proches ont peut être des trains qui roulent moins vites mais le service rendu est bien souvent de qualité supérieure. 
 
 
 la qualité de l'intermodalité en Allemagne  
 
Les attentes de la FNAUT par rapport aux candidats à la  présidentielle ? 
 
La FNAUT attend des élus que des choix soient faits pour qu'ils :
  1.        Renforcent l'usage des transports collectifs en appliquant des mesures incitatives pour lutter contre l'étalement périurbain (Plan de Déplacement Urbain pour les villes de moins de 100000 hab. par exemple : Segré, Château-Gontier seraient concernées par cette mesure) et l'usage exclusif de la voiture comme mode de transport.
  2.      Qu'ils contribuent à protéger l'environnement en instituant une redevance sur les poids lourds (LKW en Allemagne, Autriche, RPLP en Suisse et bientôt en Angleterre) ou en instituant les péages urbains (comme à Londres) pour favoriser l'usage des transports alternatifs à la voiture dans les grandes agglomérations et améliorer le cadre de vie urbain. La principale source d'émission des gaz à effet de serre est le transport routier à hauteur de 40%.
  3.       Soient efficace contre l'insécurité routière
  4.       Soient à la hauteur des espérances du monde associatif et de la population (la classe politique est souvent en décalage avec la population) dans les choix de société.
  
 Rail et Route à Château-Gontier
 
 
Quelles devraient être les priorités en matière de transport ? 
  1.       Un rééquilibrage des modes de transport en faveur des moins contributeurs à l'effet de serre est nécessaire.
  2.       Pour ce faire il faut arrêter la construction de nouvelles autoroutes et de nouveaux aéroports.
  3.       Une réduction du nombre des autorités organisatrices de transport pour simplifier la prise de décisions s'impose. L'empilement des niveaux administratifs est préjudiciable pour les dossiers de transports (réouverture de ligne...)
  4.       Mettre en place des réseaux de transports collectifs dans toutes les villes et encourager toutes les solutions alternatives (covoiturage, modes doux). Château-Gontier n'a même pas de réseau de transport public urbain digne de ce nom à l'instar de villes de taille comparable. Idem pour Segré. Les réseaux cyclables sur voirie urbaine sont à peine développés. Il n'y a pas de pédibus ou de vélobus pour desservir les écoles alors que la taille des villes y est prédisposée... 
  5.       Les questions de qualité de vie, d'accessibilité du territoire, de maintien des services publics sont au coeur des préoccupations des concitoyens. Il apparaît de plus en plus certain que le retour du train est écologiquement nécessaire, humainement souhaitable et économiquement indispensable dans beaucoup de territoire, le Sud Mayenne Haut Anjou / Segréen en particulier.

Pour la FNAUT
Fabrice EYMON

    

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 07:17
Alors que le giratoire du parc Saint Fiacre est terminé, la FNAUT dénonce une nouvelle tentative    d’ « intox » de la population concernant l’information sur la possibilité de réutiliser les emprises ferroviaires.
 
Pour les promoteurs de la ROCADE SUD, la voie serait libre de tout obstacle juridique ? Du point de vue juridique il n’en est rien !
 
Nouvelle péripétie dans le dossier de la voie ferrée, force est de constater la volonté des promoteurs de la Rocade de passer en force, sans tenir compte des avis de la justice administrative. L'information qui est soigneusement transmise aux élus minimise la porté juridique de la victoire de la FNAUT : « tout va être régularisé », « une nouvelle procédure a commencé ». « La simplification de la procédure facilite les choses ». Ce stratagème  à déjà permis de faire croire aux Commissaires Enquêteurs lors de l'Enquête Publique  qu'une nouvelle procédure était lancée alors que l'originale était encore en délibération au Conseil d'Etat et non achevée !

 
Il est utile pourtant que les données juridiques soient connues de tous. 
 
Pour pouvoir s’approprier une emprise ferroviaire il faut au préalable que la voie ferrée soit fermée puis retranchée.
A la date d’aujourd’hui la voie ferrée Château–Gontier / Segré / Châteaubriant n’est :
  • ni fermée depuis le 18 novembre 2004,
  • ni retranchée depuis les arrêts du Conseil d’Etat du 3 décembre 2003 et du 5 août 2006.
Actuellement les terrains concernés sont réaffectés juridiquement au service public ferroviaire et ne sauraient légalement être vendus. D’ailleurs le retrait de la fermeture en novembre 2004 rendait ipso facto illégal rétroactivement le déclassement s’il avait été prononcé (jurisprudence du T.A de Limoges du 22 septembre 2005).
 
La nouvelle procédure, le Décret du 4 décembre 2006, ne favorise absolument pas la transparence et la démocratie. Elle renforce le caractère aléatoire des procédures antidémocratiques. Un paradoxe a quelques semaines des élections ! Comment s’en étonner puisque la procédure a été dictée par RFF (Réseau Ferré de France) et sans concertations ?
 
La FNAUT ne peut que s’étonner de l’empressement de la Communauté de Communes du Pays de Château-Gontier à vouloir acheter des terrains qui ne sont pas à vendre actuellement.
 
Cela est d’autant plus surprenant car la nouvelle procédure supprime la consultation des usagers, de la SNCF, des communes et des départements. Seule la région a la possibilité de donner son avis. Un avis de projet de fermeture doit être publié dans une publication professionnelle du secteur des transports et RFF doit motiver la fermeture auprès du Ministre des Transports. A ce jour la Région n’a été saisie d’aucun nouveau dossier de fermeture et aucune publicité n’a été faite !
 
Cette précipitation est suspecte car la délibération proposait ni plus ni moins, à la collectivité, de se porter acquéreur d'un bien dont les conditions de vente n'étaient pas réunies ! En quelque sorte, le voeu ignorait l'absence de la fermeture et du retranchement et passait à l'étape du déclassement, allégrement sans aucune difficulté! Déclassement qui n’a jamais été prononcé même quand le décret de retranchement existait !!!Ce vœu ne faisait qu’entériner clairement la stratégie du morcellement de l'emprise qui serait tronçonnée sans garantie de continuité comme toujours.
 
Grâce à la vigilance de la FNAUT, la délibération de la Communauté de Communes du Pays de Château-Gontier a été repoussée au 24 avril.
   
Des décisions de justice en attente.

Le Tribunal Administratif de Nantes doit se prononcer très prochainement pour confirmer et suivre l’avis de l’instance juridique suprême, le Conseil D’Etat, en annulant les décisions de RFF. D’autant que depuis juin 2005, le T.A. n’a plus enregistré d’échanges entre les parties prenantes (RFF / FNAUT) sur le dossier et que le jugement se fait attendre (5 ans d’instruction … !) D ‘autres décisions sont attendues notamment concernant le démontage illégal des 9 km de voies autour de Chemazé (entre St Fort et le département du Maine et Loire).
 
Déficit démocratique

La FNAUT rappelle que si Château-Gontier souhaite le retour du train en direction de Sablé, il faut que l’initiative de la mairie de proposer aux citoyens de donner leur avis sur le retour du train, dans le journal municipal, soit étendue à l’ensemble des habitants de la Communauté de Communes de Château-Gontier et du Bassin de vie. Cela marquera la volonté politique du maire de voir aboutir ce projet.
Il est dépassé le temps des déclarations préélectorales très favorables à l’écologie et au développement des transports alternatifs à la route. Il faut maintenant des faits concrets. 

 
Pour les élus, il s’agit d’un devoir de précaution à destination des générations futures et d’une action concrète en faveur d’une politique soutenable des transports. Alors que la semaine du développement durable vient de se terminer le choix des élus se résume entre l’immobilisme et le changement de cap, entre le soutien à la Rocade Sud, projet coûteux et inefficace et le choix d’une solution alternative qui n’occulte pas les possibilités de réouvrir la voie ferrée tout en permettant le contournement de Château-Gontier
 
Alors que la région vient de voter les crédits de la réouverture de Fontenay le Comte / Niort qui est programmé pour 2009. Que les réouvertures des lignes de Parthenay / Thouars sont envisagées en 2013 et que   celle de Nantes / Châteaubriant à partir de 2010, pour la FNAUT, il apparaît de plus en plus certain que le retour du train est écologiquement nécessaire, humainement souhaitable et économiquement indispensable entre Sablé et Châteaubriant et dans le Haut Anjou.
 
Le 24 avril 2007 à 18H30, la FNAUT sera au rendez-vous, lorsque le vœu sera reformulé et une nouvelle délibération proposée au vote. En espérant que le « bon sens » reviendra et que les choix, qui feraient fi   des décisions de justice, ne précipiteront pas l’ensemble d’une collectivité dans une impasse.
 
Pour La FNAUT
 Fabrice Eymon.
 
 communiqué de presse de la FNAUT
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 07:46

La FNAUT sur le qui-vive !

C'est un entre-filet dans un grand quotidien régional, à la page locale, qui a attiré l'attention de la FNAUT puis l'a alerté. En effet, il était écrit que  la Rocade Sud et les emprises ferroviaires nécessaires à sa construction ferait partie  des points abordés au prochain Conseil Communautaire du Pays de Château-Gontier du 27 mars 2007.

 

Réactivité de la FNAUT immédiate ! 

La  décision est prise d'adresser un courrier aux élus communautaires, afin de  leur transmettre l'information non manipulée. En effet force est de constater la volonté des promoteurs de la Rocade de passer en force, sans tenir compte des avis de la justice administrative. L'information qui est soigneusement transmise aux élus est sous contrôle et minimise la porté juridique de la victoire de la FNAUT : "tout va être régularisé", "une nouvelle procédure a commencté". Ce stratagème  a permis de faire croire aux Commissaires Enquêteurs lors de l'Enquête Publique  qu'une nouvelle procédure était lancée alors que l'originale était encore en déliberration au Conseil d'Etat et non achevée !


Pour la FNAUT il est utile que les données juridiques soient connues de tous. 

Dans le courrier la FNAUT soulignait que malgré l’annonce de l’annulation d’un premier décret de retranchement en décembre 2003 , des élu(e)s n’en n'avaient pas tenu compte et avaient contre le « bon sens » voulu passer en force, faisant fi des futures décisions de justice, précipitant de la sorte l’ensemble d’une collectivité dans une impasse. 
 
Passage à niveau sur la RD 20 avant Chemazé, à droite direction Château-Gontier, à gauche Segré, état avant travaux du contournement et arrachage de la voie en novembre 2005.
 
Avant toute chose : la Fermeture
Pour pouvoir s’approprier une emprise ferroviaire il faut au préalable que la voie ferrée soit fermée puis retranchée.
Et justement au cours du débat, l'impression s'est vite dégagée qu'il était demandé aux élus de faire un voeu en vue d'acheter la voie ferrée sur la portion située entre la gare et la Rocade Sud.
Mais comment peut-on acheter avant que le bien ne soit disponible ? En effet à la date d’aujourd’hui la voie ferrée Château–Gontier / Segré / Châteaubriant n’est :
  • ni fermée depuis le 18 novembre 2004,
  • ni retranchée depuis les arrêts du Conseil d’Etat du 3 décembre 2003 et du 5 août 2006.

Annonce des travaux de la Rocade SUD commençant "traditionnellement "par un rond point 

Décisions en attente au T.A
..
A ce jour la Région n’a été saisie d’aucun nouveau dossier de fermeture. Aucune procédure n’a été depuis relancée. Le Tribunal Administratif de Nantes doit se prononcer très prochainement pour confirmer et suivre l’avis de l’instance juridique suprême en annulant les décisions de RFF. D ‘autres décisions sont attendues notamment concernant le démontage illégal des 9 km de voies autour de Chemazé (entre St Fort et le département du Maine et Loire .
 Arrachage illégale des voies  en Mayenne en novembre 2005 
 
RFF en prenant la décision administrative de fermeture, a supprimé ce qui constituait la base juridique des retranchements et du déclassement permettant l’aliénation des terrains. Actuellement les terrains concernés sont réaffectés juridiquement au service public ferroviaire et ne sauraient légalement être vendus. D’ailleurs le retrait de la fermeture en novembre 2004 rend ipso facto illégal rétroactivement le déclassement (jurisprudence du T.A de Limoges du 22 septembre 2005).
 

Le décret de retranchement ayant été annulé par le Conseil d’Etat (C.E.), plus aucune base juridique n’existe pour une appropriation par un projet routier de la voie ferrée. La Commission d’Enquête avait d’ailleurs exprimé des réserves à ce sujet indiquant dans ses conclusions générales que le choix du viaduc ferré devait être validé par le C.E. 

 

Ces élèments en main, les élus les plus réceptifs à la préservation de la voie ferrée, ont au cours du débat, pu en s'appuyant sur les informations de la FNAUT, démontrer la précipitation de la délibération qui proposait ni plus ni moins, à la collectivité, de se porter acquéreur d'un bien dont les conditions de vente n'étaient pas réunie ! En quelque sorte, le voeux ignorait l'absence de la fermeture et du retranchement et passait à l'étape du déclassement, allégrement sans aucune difficultés ! 

Il a même été évoqué le coût d'achat pour l'emprise : 0,15€ le m2 !!! (prix indicatif payé par le Conseil Général). Les projets (encore une voie verte!) et surtout il est apparu clairement la statégie du morcellement de l'emprise qui serait tronçonnée sans garantie de continuité comme toujours ...


Reculer pour mieux sauter

Le débat a été assez irréaliste, du fait des auteurs  et du rapporteur du dossier qui ont multipliés les confusions et les erreurs.  Des imprécisions, des confusions qui ont conduit la présidente  de la communauté a retirer la délibération !

Au final, le voeu doit être reformulé et une nouvelle délibération doit être proposée au vote le 24 avril 2007 à 18H30.  

La FNAUT sera au rendez-vous!

 

Partager cet article

Repost0
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 07:16
Rocade Sud et destruction irrémédiable de la voie ferrée.
 
Le projet de Rocade Sud pose un problème de fond :
Pourtant avant de choisir et de décider d’un nouvel aménagement routier, il aurait été plus judicieux que les élu(e)s locaux se prononcent sur une question de fond qui n’a à ce jour jamais été abordé mais toujours esquivé, à savoir :
Le Sud Mayenne peut-il décider, aujourd’hui de se couper irrémédiablement du réseau ferroviaire ?

De se couper de Nantes, d’Angers, de Paris et de toutes les villes connectées par le rail en l’occurrence ?
Si les élu(e)s devaient faire un choix c’était d’abord celui ci, surtout dans une perspective à long terme. Avant même de se prononcer sur une variante routière de la rocade Sud, il aurait été plus profitable pour les populations (sans exclusivité) que le débat porte sur les conséquences à court, moyen et long terme de la non-possibilité de maintenir un lien ferré et des incidences en terme de développement. Aujourd’hui les Etablissements Maisonneuve se maintiennent sur Château-Gontier parce que la ligne dessert cette ville.
 
La voie ferrée a déjà été victime physiquement d'une destruction. C'était en 1944, au moment du retrait des troupes allemandes, le pont avait perdu une arche. (photo de la reconstruction avec un autorail en circulation, les travaux de consolidation sont provisoires).
 
Rocade Sud, tout commence par un  rond point.
 
Concernant la Rocade Sud il est assez surprenant qu’en 2002, lorsque le projet a été entériné par les élu(e)s de la communauté de commune, il a été proposée un aménagement routier en zone urbanisée qui sera :
+        toujours plus gourmand en financement
+        toujours plus consommateur d’espace
+        toujours plus exclusif (au dépend de la voie de chemin de fer) et réducteur de l’offre de transport à la seule voiture.
+       toujours plus gênant pour les riverains en terme de nuisances (bruit, pollutions, nuisances visuelles, perte de valeurs des biens immobiliers...).
Et cela sans jamais avoir pensé et réfléchi les déplacements dans la communauté de communes en dehors des schémas traditionnels (le tout voiture). D’autant que force est de constater que cette rocade Sud ne contribuera pas à réduire le trafic routier, bien au contraire. Les infrastructures nouvelles dopent les trafics qui se cumulent mais ne les suppriment pas.
 
Il est regrettable que des élu(e)s soient toujours « décalés » par rapport aux opinions des populations et perméables aux effets d’annonce (ndlr les propos de M. Fillon en mars 2002). Ce qui est grave c’est que l’empressement à courir après l'argent des Contrats de Plan, empêche toute vision globale pour les décideurs. La satisfaction immédiate prime sur l’avenir des générations futures.
 
Au nom du principe de précaution, et dans le cadre d’une politique durable des transports, le projet de Rocade Sud ne doit pas aboutir afin que la voie ferrée et le viaduc du Pendu reste à usage ferroviaire.

 

Fabrice EYMON 

FNAUT Mayenne

  

Partager cet article

Repost0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 07:01

Un projet qui coûte de plus en plus cher

Tout commence par la volonté politique d'imposer un projet archaïque et destructeur de la seule voie ferrée desservant le sud mayenne, le Haut Anjou...  pour construire une rocade urbaine de contournement, de conception archaïque car construite en plein milieu des quartiers pavillonnaires.

 

Et comme en France tout début de travaux de génie civil qui soit "digne de ce nom", commence par un rond point . La France qui concentre 80% des ronds points européens n'en n'est pas à un prés. C'est par un ouvrage comparable que les travaux de la rocade sud  ont commencé à Château-Gontier. Histoire de montrer que les travaux ont vraiment débuté. Et qu'ils vont déboucher sur ... une impasse si la justice administrative  donne  de la voie suite aux actions de la FNAUT. 

 

Le projet de Rocade Sud qui a été retenu est le projet E 1 (tracés rouge). Le rond point en chantier se trouve au niveau de la lettre E1. A noter que le point E 3 figure le Pont Rail qui enjambe la N° 162 . Il sera détruit si le projet abouti. C'est le meilleur moyen pour empêcher le rétablissement de la ligne qui victime des destructions coûteuses ne pourra être rétabli ...


La ligne Sablé / Château-Gontier / Segré / Châteaubriant véritable trait d'union en Pays de la Loire victime du nihilisme routier !

Talus arasés, plate-forme ferroviaire remblayée, Pont-Rail déboulonné, voilà le spectacle que nous réserve le projet routier : un véritable cauchemar pour le citoyen épris de développement durable et de lutte contre l'effet de serre.


Mais également pour le citoyen soucieux de l'argent public car la Rocade Sud n'en finit pas de voir son coût augmenter car d'un montant initial de 3 514 285 euros, somme inscrite dans le contrat de plan 2000-2006, le projet devait coûter 8 850 000 euros (en 2005). Chiffre à revoir à la hausse dans la mesure où le ministère des transports vient de trouver un financement supplémentaire de 7 000 000 euros (janvier 2007) pour "éviter toute discontinuité dans la réalisation des travaux".


Curiosité bien française, de constater que la "bourse" des collectivités s'ouvre plus largement pour les projets routiers que pour les dossiers ferroviaires. Le seuil d'acceptation socio-économique d'un projet n'est pas placé sur le  même curseur, les investissements routiers bénéficiant d'un niveau de tolérance et de largesse beaucoup plus important de la part des décideurs.


Le Pont Rail sur la N°162, un camion passe sous l'ouvrage (rond point rouge le plus au sud sur le plan) qui sera également dégradé par l'aménagement routier. Illustration parfaite de la politique des transports menée en France et déclinée à l'infini sur le plan local : moins de rail et plus de camions sur les routes.


Pourtant la voie ferrée permettrait de doubler l'itinéraire le long de la Loire à peu de frais et surtout éviterait de tripler l'infrastructure existante sur l'itinéraire Angers / Nantes, éviterait de payer des coûts pharaoniques  en aménageant un itinéraire alternatif pour détourner les convois Le Mans / Nantes par Château-Gontier et Segré .


En desservant 3 sous-préfectures (Château Gontier, Segré, Châteaubriant) ainsi que Sablé et au moins 7 pays, en parcourant 4 des 5 départements de la Région, cette ligne dispose d'une vocation régionale et constitue un axe structurant de ces bassins de vie : un véritable trait d'union en Pays de la Loire.


Elle relie et redynamise des espaces enclavés (le Segréen, le Pays de Châteaubriant) illustrant ainsi la nouvelle politique d'aménagement du territoire (SRU)  et la régionalisation .


                                                                                                                                          Fabrice EYMON 

FNAUT Mayenne

  

Partager cet article

Repost0
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 07:48

C'est ce que propose, ni plus ni moins le journal municipal de Château-Gontier / Bazouges, commune associée, dans son numéro 32 (hiver 2007).

Ce dernier numéro présente une nouvelle formule (http://www.ville-chateau-gontier.fr/pdf/journal32.pdf ) et inaugure un exercice de démocratie participative que la FNAUT salue. Il propose à ses lecteurs de formuler un avis concernant la possibilité de la réouverture de la ligne ferroviaire entre Sablé et Château-Gontier. Les réponses des lecteurs devraient servir à l'occasion du prochain Comité de ligne et être force de proposition.


Un X 73 500 en gare de Château-Gontier, photomontage en 2007 où réalité future en 200 8..9..10 ???


Un dossier de 2 pages faisant le point de la situation des transports dans le Pays de Château-Gontier.

C'est assurément la page 5 qui retient toute notre attention car on y parle en plus de la "Virgule de Sablé", complément indispensable de la réouverture d'une portion de la voie ferrée entre Sablé et Châteaubriant.

Mais à aucun moment il n'est évoqué la destination de la voie qui passe par Château-Gontier, ni les dernières péripéties du chemin de fer.


Aucune mention de la date de  circulation du dernier train de voyageurs entre Sablé  et la préfecture du Sud Mayenne n'est faites. D'ailleurs le savez-vous lecteurs du BLOG de la FNAUT Pays de la Loire? Vos réponses seront les bienvenues.

 

Besoin d'en savoir plus ?

Si vous êtes à cours d'arguments, vous pouvez vous référez à la plaquette de la FNAUT sur le sujet.


A vos stylos, plumes, feutres et autres crayons pour défendre et soutenir la réouverture de cette ligne.

 


Fabrice EYMON

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2006 1 11 /09 /septembre /2006 08:21

La fnaut répond au président du Conseil Général de la Mayenne sur France 3.

 

Malgré la décision du Conseil d'Etat favorable à la Fnaut, jean ARTHUIS, président du Conseil Général de la Mayenne et Maire honoraire de Château-Gontier s'obstine  à vouloir faire passer une rocade de contournement  en pleine zone urbaine  (quartiers pavillonnaires) en lieu et place de la voie ferrée.  La rocade Sud, tel est son nom condamnerait le viaduc ferroviaire du PENDU .


le viaduc du PENDU et son emprise à 2 voies


Depuis 2001 date à laquelle a débuté le contentieux RFF / FNAUT,  la majorité des élus ont soutenu une solution obsolète   alors qu'il existait une solution alternative de Rocade nord plus efficace avec un nouveau pont routier sur La MAYENNE, préservant la réouverture de la voie ferrée.

Pour voir le Journal télévisé du  19/20 de france 3 Pays de la Loire du mardi 5/09/2006

http: // jt.france3.fr

Le reportage commence 9minutes30 après le début du JT et dure 2 minutes.

FNAUT Mayenne

Partager cet article

Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques