Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 00:27
La FNAUT Pays de la Loire a saisi un instantané encore rare pour quelques mois : le tramway des Maréchaux, Porte de Versailles, à Paris.


La rame visible sur le cliché était en "marche d'essai"...

Dès la fin 2006, le tramway sera de retour dans Paris, pour des dizaines de milliers d'utilisateurs quotidiens.

Le Mans suivra en 2007, Angers en 2009 (si tout va bien...)
Partager cet article
Repost0
28 avril 2006 5 28 /04 /avril /2006 22:04
En Belgique, il y a déjà quelques années que l'adaptation du code de la route aux situations urbaines est en débat.  Des idées, on est passé à l'acte depuis le premier janvier 2006. Si vous vous rendez dans une ville belge, ce n'est plus seulement le code de la route qui s'applique, mais aussi le code de la rue.

Un principe simple : priorité au moins protégé.

Ce code de la rue introduit une notion essentielle : la priorité est donnée au moins protégé. Le piéton a priorité sur le vélo, lequel a priorité sur la voiture, laquelle a priorité sur le poids lourd. (reste à savoir comment on classe un bus, habituellement prioritaire).

Grâce au code de la rue, il devient plus facile de circuler à vélo en ville.

Le sens interdit, c'est pour la voiture, pas le vélo !

Parmi les autres points forts du code de la rue, le vélo peut circuler à contre-sens dans toute rue à sens unique pour les voiture. L'exception devient la règle et vice-versa. Quelques rues (on dit bien quelques !) peuvent demeurer interdites au vélo dans les deux sens, s'il y a vraiment un danger avéré (on a bioen dit avéré!). Ce changement remet les vélos sur la chaussée, dans les rues où les cyclistes s'étaient habitués à circuler à contre-sens ... sur les trottoirs. D'où une meilleurre cohabitation avec les piétons.


Elus de tous bords commencent à se mobiliser : reste à passer aux actes !

Depuis plusieurs années, associations de piétons et de vélo "urbain" réclament une telle adaptation pour la France. Dominique Perben, Ministre des Transport, vient enfin de donner écho à cette notion qui va donner obliger les usagers de la chaussée urbain à plus de respect mutuel.  La mairie de Paris pousse aussi dans ce sens, même si elle se heurte au .. préfet !

En Pays de la Loire, l'idée est encore loin d'être passée dans les esprits. Quelques contre-sens cyclables apparaissent ici ou là, mais cela tient encore de l'homéopathie.


Partager cet article
Repost0
14 mars 2006 2 14 /03 /mars /2006 20:41
Avec l'annonce du bénéfice record de la SNCF, les membres de la FNAUT Pays de la Loire ont de quoi se poser des questions.

Sur certains services, la SNCF réalise des bénéfices qui compensent largement les pertes constatées sur d'autres axes, dits "d'aménagement du territoire".

La maquettte de la future motrice du TGV Est, exposée devant la gare de ... Paris Lyon !
En toute logique, le TGV Est dopera encore le trafic dès 2007, notamment grâce aux
 relations province / province, en plein boom. Et donc les bénéfices de la SNCF...
Les rames Corail libérées pourraient servir à relancer les lignes
 classiques qui persisteront... Question de volonté, puisque ...
les sous coulent à flots !


A l'heure où Réseau Ferré de France va de se faire ponctionner par l'Etat de recettes qui lui auraient permis de ratrapper une partie de son abyssal retard dans l'entretien du réseau, (Merci au Canard Enchaîné pour cette révélation), voilà deux annonces qui tendent à prouver que les "gros sous" gouvernent notre pays et non l'intérêt général...

Partager cet article
Repost0
26 février 2006 7 26 /02 /février /2006 18:59
Malié, société du sud-ouest de la France propose depuis peu des maisons en kit et ...déplaçables. Pour 100 000 Euros (ça ne vous rappelle rien ?).

Nouvelle idée fumeuse dans notre monde  en bouillonnement permanent ?  Pas forcément...

Alors que les lotissements continuent de fleurir à tout bout de champ, pariant sur la pérennité d'une mobilité basée sur l'automobile, le fait de se payer une maison qu'on puisse emporter avec soi lors d'un déménagement n'est pas idiote.

Un modèle parmi d'autres

Si, dans les 20 ans qui viennent, le coût des transports individuels devient insuportable ou si le réchauffement climatique nous impose des mesures drastiques, il faudra rapprocher l'habitat du lieu de travail ou d'un système de transport performant et peu polluant.

Il sera naturellement plus facile de déplacer les maisons si elles ont été construites avec cette ... fonctionnalité.

A méditer avant de faire bâtir la maison de vos rêves à 35 km de votre boulot, dans un endroit sans gare et sans bus fréquents et rapides ...


Partager cet article
Repost0
25 février 2006 6 25 /02 /février /2006 08:00
La rénovation des TGV Atlantique a enfin débuté. Actuellement, les premières rames rénovées sont prioritairement engagées sur Paris Bordeaux. Le grand Ouest a droit aux miettes, essentiellement des TGV "Réseau" dont la rénovation est plus avancée, car une partie des rames servira au lancement du TGV Est, en 2007.


Nous avons donc droit à des équipements de confort usés par les millions de passagers (tissus noircis, accoudoirs défaillants, poubelles manquantes, liseuses individuelles HS, ...) et le vent et le soleil (notre photo).

En Pays de la Loire, préférez le TER !  Neufs ou rénovés, ils offrent un confort supérieur, sans obligation de réservation...


Partager cet article
Repost0
24 février 2006 5 24 /02 /février /2006 01:03
On parle beaucoup de camions sur les routes, de voitures qui bouchonnent avec une seule personne à bord. On parle moins des camions, fourgonnettes et utilitaires légers qui sillonnent nos villes et campagnes pour livrer à domicile des commandes faites auprès de sociétés de Vente par Correspondance (VPC).

Le boom des achats sur INTERNET favorise ce type de livraisons. Si le client peut comparer plusieurs offres sans se déplacer, ce qui est un bon point sur le plan écologique, la livraison peut générer des déplacements inutiles.

Le client est absent, le camion repassera

En effet, la plupart du temps, le jour et l'heure de livraison ne sont pas convenus entre le vendeur et l'acheteur. Ce qui entraîne soit des tournées supplémentaires du livreur, soit l'obligation pour le client de se déplacer vers le centre de stockage du livreur pour prendre livraison de son colis sans supplément. Or, ces centres sont souvent situés près d'échangeurs routiers, en dehors des agglomérations, ce qui oblige la plupart du temps à s'y rendre ... en voiture.

Dépôts chez le commerçant

Certains grands de la VPC ont trouvé une astuce pour remédier à ces problèmes. Ainsi les 3 Suisses, La Redoute  et la Camif proposent à leur clients de prendre livraison de leur commande à une date annoncée par Email, courrier, voire SMS. Pour ces sociétés et l'environnement, c'est excellent car le camion de livraison ne s'arrête plus que dans 2 ou 3 points d'une agglomération, dans lesquels il dépose l'ensemble des colis, d'où des coûts et un kilométrage moindres

CAMIF et dévelopement durable

Paradoxalement, pour bénéficier de ce ... "service", certaines de ces sociétés sur-facturent celui-ci. (1,50 Euro pour la CAMIF). Financièrement, le client a intérêt à ce que le camion, passé une première fois sans le trouver à son domicile, se représente une seconde fois (c'est gratuit à la CAMIF).

Dans le cadre des Plans de Déplacement Urbains (PDU), il serait intéressant d'envisager des lieux de dépôt des colis, communs à plusieurs acteurs de la VPC. Des expériences sont en cours à La Rochelle.
Partager cet article
Repost0
23 février 2006 4 23 /02 /février /2006 11:26
Ce jeudi 23 février, Ouest France publie, dans le cadre de son enquête sur les "banlieues, 3 mois après", d'intéressants articles sur Clichy-Sous-Bois (on vous les conseille !).  Cependant, un article sur le temps d'accès à Paris par les transports en commun a attiré l'oeil de la FNAUT Pays de la Loire, dont quelques membres sont d'anciens banlieusards parisiens.

Une heure et demi pour relier Clichy-Sous-Bois à Paris en transports en Commun ?

Le journaliste d'Ouest France, pour relier Clichy-Sous-Bois au Centre Georges Pompidou, près de Châtelet les Halles, a suivi un curieux itinéraire dans Paris.

Arrivé en RER E depuis la banlieue Est, il est descendu à Hausmann - St Lazare pour récupérer la ligne 14 du métro ("après d'interminables couloirs"), descendre à Chatelet pour prendre une correspondance pour "Les Halles" (ligne 4 sans doute), d'où il a terminé son parcours à pied vers le Centre Georges Pompidou.

Clichy - Beaubourg, correspondance à St Lazare !

Cet itinéraire est pour le moins étonnant. Déjà, la dernière correspondance à Châtelet aurait pu être évitée, puisque la station et à moins de 400 mètres à pied du centre Pompidou.

Mais mieux ! Pour éviter la gare St Lazare et ses couloirs, notre journaliste provincial aurait pu descendre à la station RER E précédente : MAGENTA. Cette station souterraine est située entre les gares de l'Est et du Nord, proches l'une de l'autre, et les couloirs sont courts vers la ligne 4 du métro. En un bon quart d'heure, vous passez du RER E au Centre Pompidou, après être descendu à la station de métro Etienne Marcel.

La gare RER E - Magenta, située entre gare de l'Est et gare du Nord (Cliché de Michel)

Bilan : la FNAUT aurait mis 15 à 20 minutes de moins que Ouest France pour le même trajet

Notre journaliste aurait  pu consulter le site de la RATP, qui prodigue d'excellents conseils de déplacements sur l'Ile de France. Clichy-Sous-Bois est donc à 1 heure de la Gare de l'Est, ce qui est fort courant pour une ville de banlieue située à 20 km de Paris, quand on n'a pas la chance d'habiter devant la gare RER et qu'il faut prendre ses pieds ou un bus pour la rejoindre. D'autres cités de banlieues, "chaudes" ou pas, sont nettement plus éloignées (Evry, Dreux...) et ne disposent pas forcément d'un RER qui abrège une partie du parcours (Les Ulis dans l'Essonne).

Clichy-Sous-Bois a donc ses problèmes, comme beaucoup d'autres cités de banlieue ou ... de villes de l'Ouest, avec des bus englués dans les embouteillages, peu fréquents, aux itinéraires parfois tortueux.
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2005 6 31 /12 /décembre /2005 16:51
Alors que depuis un semestre, un audit externe du réseau ferré français a relaté l'état de sous-entretien manifeste des infrastructures, rien ne vient, en cette fin 2005, annoncer le début d'une quelconque décision.

L'Etat, juridiquement responsable de l'infrastructure au travers de la société "réseau ferré de France - RFF" n'a (officiellement) plus de sous pour financer ne serait-ce que le maintien en l'Etat du réseau  exploité.

Si l'on injecte pas plus de  fonds pour renouveler les voies, postes d'aiguillages et autres installations vitales, une partie du réseau risque à terme de devoir être purement et simplement abandonné. Sur ce réseau circulent de très nombreux TER...

Les journaux français se sont récemment gaussés de l'état de délabrement du réseau ferré britanique (qui, actuellement, fait l'objet d'une rénovation à marche forcée, suite aux séries d'accidents de ces dernières années). Encore quelques années et la presse anglaise pourra se moquer de nous, avec un argument des plus percutants : nous savions ce qui allait nous arriver !

La FNAUT vient de publier, dans son dernier numéro de FNAUT Infos, une analyse résumée de cet audit. Pour en savoir plus et vous procurer ce document, merci de cliquer sur le lien vers le site INTERNET national de la FNAUT.
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2005 6 24 /09 /septembre /2005 00:00

Afin de mieux évaluer l'état du réseau ferré français, Réseau Ferré de France (RFF), entité chargée de la gestion des infrastructures ferroviaires françaises, a demandé à une société suisse de mener un audit.

Le rapport, publié récemment, tient du distillat vitriolé... Très agréable à lire car claire et sans langue de bois, il est démoralisant dans son contenu.

Retards d'investissements dans l'entretien du patrimoine et choix de gestions purement financiers, à courte vue, préjudiciables à la pérennité des ouvrages, les auditeurs n'y vont pas de main morte.

2005_vu_en_decrepitude.jpg


Entre les poteaux caténaires qui rouillent faute de remise en peinture, postes d'aiguillages obsolètes dont l'entretien relève parfois de la mission impossible, rien n'est oublié.

Nul doute que les régions, qui ont su investir dans les matériels ferroviaires TER, auront coeur à mettre la pression sur RFF et l'Etat, pour que l'infrastructure soit sauvegardée pour les générations futures.

Le rapport préconnise en tous cas une politique de rattrapage forte, qui permettra au réseau de mieux fonctionner, avec, à terme, des économies d'entretien.

Les exemples suisses (le bon !) et anglais (ce qu'il ne faut pas faire mais ce vers quoi on tend actuellement) inspirent trois scénarios dont un seul permettra au rail d'assurer ses missions de transport de masse, économique, et environnementalement tenable.

Le rapport complet est disponible sur le site de RFF :

 http://www.rff.fr/biblio_pdf/dos_p_audit_reseau.pdf

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2005 1 19 /09 /septembre /2005 00:00

En titre du quotidien économique "La tribune" en ce 19 septembre, une information qui surprend : 800 millions d'euros de bénéfice semestriel pour la SNCF.

Bigre !

Voilà de quoi financer le déficit des lignes CORAIL, voire beaucoup mieux : mise en route de nouvelles circulations, ce qui donnera à RFF quelques moyens pour rénover l'infrastructure de Nantes Bordeaux par exemple...

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques