Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 09:22

C'est la Fédération France Nature Environnement qui se pose la question en constatant le décalage croissant entre la perception des français et celle des décideurs politiques...

 

Afficher l'image d'origine

Les Français osent l’écologie, quid des candidats ?

Malgré la crise les Français continuent de se préoccuper d’environnement. Tel est le premier enseignement de ce sondage. A noter également qu’au regard de la couleur politique des sondés, on remarque que l’écologie politique n’est plus l’apanage d’un seul parti. Que l’on parle des transports, de l’agriculture, des énergies renouvelables, des repas sans viande dans les cantines ou encore du retour de la consigne, les Français se préoccupent de leur environnement et dessinent des priorités pour les futurs élus de leur région.
 

Priorité aux transports en commun

Ainsi, ils sont 44% à trouver prioritaire, le maintien des lignes de TER s’opposant ainsi à toute fermeture de gare. Ce chiffre monte à 88% si l’on ajoute ceux pour qui c’est important. Seuls 11% des sondés considèrent que le maintien des transports de proximité n’est pas prioritaire. Cette volonté exprimée des Français est un soutien au modèle défendu par FNE dans lequel les investissements publics vont en priorité sur les transports en commun du quotidien plutôt que sur les lignes à grande vitesse. Le bénéfice en matière de climat d’un report des déplacements domicile-travail de la route vers les lignes de TER ne reste plus à prouver quand ces déplacements représentent 30% des émissions de CO2 de la France.

Les élus ont une éolienne de retard sur les Français

La frilosité des collectivités est d’autant plus incompréhensible face à l’engouement des Français pour les énergies renouvelables (ENR) (Les Français sont 85% à souhaiter le doublement des ENR sur leur territoire). Ces derniers semblent avoir compris l’importance majeure du développement des ENR pour diminuer notre impact climatique lié à l’usage des hydrocarbures mais aussi pour diminuer la pollution de l’air et réduire le risque nucléaire. Les conseillers régionaux, pour être représentatifs doivent être le moteur de ce doublement souhaité par les citoyens.

Viande dans les cantines : moins et mieux

Au regard des chiffres, les Français savent que la sortie de crise du monde agricole passera par le développement d’une démarche de qualité semblable à celle engagée hier par le monde viticole. Ainsi les Français tournent clairement le dos à l’agriculture « low cost » et exigent à 89% que les aides européennes servent à la mutation de notre agriculture industrielle en une agriculture de qualité. Ils sont également 49% à trouver important qu’un repas sans viande puisse être servi dans les lycées s’il permet, pour les autres repas, d’acheter de la viande de qualité : bio, label rouge, élevée à l’herbe, française... Ils ne sont malgré tout que 24% à considérer cette mesure comme prioritaire. Il n’est pas exclu que ce chiffre s’explique en partie par le débat actuel portant sur les « repas confessionnels » alors que l’intention de FNE était de rappeler que le coût environnemental et climatique de la viande, industrielle en particulier, est tel qu’il justifie à lui seul de tenter d’en consommer moins et mieux.

Michel Dubromel, Vice-président de FNE : «Malgré une offre politique assez pauvre en matière d’environnement, les Français sont prêts. Des mesures faciles à mettre en œuvre existent. Quand nos concitoyens promeuvent à 73% le retour de la consigne des bouteilles et des flacons, nous ne pourrions pas comprendre que les candidats aux élections régionales ne s’en saisissent pas pour poser un acte concret et visible permettant de réduire notre empreinte écologique. Ce sondage, qui propose des pistes d’action, doit aider les élus à s’engager résolument en faveur de la transition écologique. »

Consulter le sondage

Télécharger ce communiqué en format PDF.

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 09:00

C'est ce que l'on pourrait conclure du résultat des élections en Mayenne car deux conseillers généraux sortant et "défenseurs" du retour du train ont été battu : Jean Marc ALLAIN sur le canton de Gorron (DVD) et Jean Pierre Bernard HERVE (PS).

 

L'un et l'autre avait répondu à notre questionnaire.

 

Le Président du Conseil Général, sort renforcé de l'élection, deux cantons basculent à droite ce qui fragilise le "soutient politique" au retour du train...  La gauche unie ayant fait des annonces dans ce sens...

 

logo-phpbb.gif

 

Mais la FNAUT Pays de la Loire ne va pas s'arrêter au milieu du guet ... Elle va reprendre son bâton de pèlerin...

 

 

P1080412nv

Le résultat des élections cantonnales en Mayenne : la route sortira-t-elle gagnante de la confrontation politique ?

(La gare de Mayenne  et le grand Nord à l'arrière plan - la direction de Laval se trouve derrière).

 


Repost 0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 07:50

 

logo-fnaut-pdl195.jpg

Antenne Mayenne

 

La Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports  souhaite savoir dans quel état d’esprit les  candidats abordent la problématique des transports collectifs dans leur circonscription. notamment dans la perspective de la future réforme territoriale.

 

Voici les réponses au questionnaire.

 

La première réponse est arrivée lundi 14/03 : Il s'agissait de celle de Jean Marc ALLAIN, majorité départementale sur le Canton de GORRON. Celle de Christian ROGER, sans étiquette est arrivée le 18 / 03  pour le Canton de Mayenne Est. Jean-Pierre BERNARD-HERVE, candidat Gauche Unie sortant sur le canton de Mayenne Est également a adressé sa réponse le 17/03. 

A suivre

 

  DSCF5574 

Nos questions : leurs  réponses

 

1/ Politique départementale des transports en Mayenne

 

Quels sont selon vous les avancées ou les retards de la politique départementale en matière de transports collectifs en Mayenne  ?


Les avancées : le petit pégase, le transport scolaire transformé en transport de voyageur, le transport à la demande, l’augmentation des navettes entre Mayenne-Laval…

Les retards : la réouverture de la ligne ferrée entre Mayenne-Laval pour laquelle je milite ouvertement depuis de nombreuses années, j’ai voté contre le transfert de cette voie au CG.

 

+ navette Mayenne-Laval que j’avais initiée lors de planète en fête

-  billet unique avec l’agglo de Laval

 

 

Pour évoquer le positionnement de la majorité départementale, à laquelle je n'appartiens pas, je veux d'emblée dire qu'elle se livre actuellement a une tentative de marchandage vis à vis de la Région en conditionnant son adhésion à la virgule de Sablé à la poursuite du co-financement des infrastructures routières dans la Mayenne par la Région, alors que cela n'est pas dans les compétences régionales.

 

+ les avancées : les navettes rapides Laval Mayenne même si dès notre élection en 2004 M. Angot et moi avons défendu ce dispositif, nécessaire pour attirer plus d'utilisateurs.

+ les retards : on peut regretter le très faible intérêt du Conseil général pour un transport ferroviaire entre Laval et Mayenne. Ce dossier est traité par la dérision, alors qu'il peut répondre à la nécessité de plus en plus évidente de remplacer les transports de type individuel par du collectif -précarisation des ménages par la conjoncture économique et sociale, hausse carburants, coût élevé de la gestion de l'automobile, préservation environnement...

 

Une étude menée par le conseil de développement du Pays de Haure Mayenne montre cet impact des besoins en transport collectif car un habitant du département sur 2 quitte sa commune de résidence pour exercer son activité professionnelle dans une autre commune, souvent éloignée d'ailleurs.


2/ Conjoncture économique, investissements et services publics

 

N’est-il pas paradoxal au moment 

- où le prix de l’essence atteint de nouveaux records avec comme corollaire une incidence à la baisse des déplacements routiers,

- alors que l’Etat vient d’acter  la généralisation des camions de 44 tonnes qui se traduira par une dégradation accrue du réseau routier (le passage d’un véhicule poids lourd équivaut au passage de 100 000 véhicules légers),

- alors que le Conseil Général vient de voter l’application de l'éco-taxe poids lourds sur une petite partie du réseau routier départemental,

que le Conseil Général se lance dans un programme ambitieux d’infrastructure routière (25 millions d’Euros) ?

 

Des contournements de collectivités locales sont indispensables (COSSE, PRE-EN-PAIL, …) et l’application de l’éco-taxe (qui use, paye) permettra de conserver un réseau en état. Un partage équitable des coûts entre les collectivités est naturel.

 

Pour les routes secondaire qui participent à l’aménagement de notre territoire, il faut veiller à un entretien régulier qui évite des dégradations conséquentes  entraînant souvent des travaux de réfection très importants.

Je propose  sur 3 Km qui vont du carrefour de Coulonges vers Aron un élargissement de la D7. Ces travaux permettrait d’éviter de réaliser la 3ème tranche de la déviation de Mayenne qui s’avère inutile coûteuse et très impactante pour l’environnement et l’agriculture.

 

Est-ce à la collectivité locale de subventionner le transit routier en aménageant les voiries alors que des infrastructures performantes (Autoroutes A28 en Sarthe et  A84 en Ille-et-Vilaine) existent déjà ?

 

La collectivité locale ne doit participer que pour ses aménagements urbains.

 

Selon vous cette politique est elle durable, conforme à la bonne gestion de l’argent public et cohérente avec une politique de lutte contre l’effet de serre et le réchauffement climatique ?  

Alors que la population dans sa grande majorité réclame le maintien des services de proximité et des services publics, on constate des décisions politiques qui vont à l’encontre des attentes des citoyens et qui encouragent l’étalement urbain, la péri-urbanisation et la consommation des terres agricoles.


De plus en plus, le conseil général tient compte de ces différents paramètres et préconise dans le cadre de l’agenda 21 une politique liée au développement durable et intelligent.

 

Est-il normal qu’une politique favorisant les infrastructures routières et l’extrême mobilité  automobile se fasse au détriment de la disparition des postes, des commerces, des gares (ex : Château-Gontier), des tribunaux…et se traduise au final par le renforcement des inégalités au sein des populations moins mobiles de facto ?


Le département a une politique d’infrastructures routières raisonnable et d’ailleurs la raréfaction des finances publiques incite et oblige à une politique de rigueur. Le département participe à son niveau à conforter tous les services publics de proximité. La mise en place des RSP avec l’Etat en est la preuve. Le développement d’internet favorise également le désenclavement des mayennais. Il faut vivre avec son temps tout en tenant compte du passé afin d’améliorer l’avenir.

 

Les conséquences dramatiques de la RGPP sur le maintien des services publics, y compris et surtout en milieu rural, sont connues désormais. Pour la population de la Haute Mayenne la peine peut être doublée voir plus :


+ pas ou peu de transports collectifs cadencés et coordonnés entre eux

+ disparition des services publics et de proximité et donc besoin de moyens de transport

+ difficultés croissantes des ménages -voir ci dessus-


Il y a donc, mais c'est dans la logique initiale de la réforme des collectivités locales, un véritable affaiblissement des territoires ruraux au profit des métropoles (réforme de la TPU, migration vers les zones urbaines avec surconsommation des terres agricoles et pression sur les services de ces zones rapidement dépassés, difficultés de recrutement sur les territoires ruraux. c'est un cercle vicieux et inéluctable).

 

3/ Le ferroviaire en Mayenne

 

La Mayenne a perdu en moins de 30 ans la grande majorité de son réseau ferroviaire. Tout dernièrement, après Château-Gontier / Segré / Châteaubriant  (en 2010), Alençon / Pré-en-Pail est la nouvelle victime de l’absence d’entretien des voies ferrées et de la désaffection politique manifeste pour un mode de transport qui devait être encouragé dans le cadre du Grenelle de l’Environnement. 

La réouverture de la voie ferrée Laval / Mayenne est en sommeil alors que les besoins existent et que la liaison « rapide » par autocar rencontre un succès réel. Certains candidats au Conseil Général précisent dans leur profession de foi qu’ils « accompagneront » la réouverture de la ligne.  Quelle sera votre position ? Quels engagements prendrez-vous dans les trois ans à venir ? Dans la perspective de la fusion des collectivités territoriales (Région-Département) et des compétences (régionalisation des TER) quels engagements pourrait prendre la future assemblée territoriale dans ce dossier ?


J’ai toujours milité pour la réouverture de cette ligne alors je continuerai à faire entendre ma voix. Dans les 3 ans à venir, il faudra être vigilent pour que ce dossier ne soit pas mis dans les oubliettes. La future assemblée régionale devra prendre ses responsabilités.

 

Je suis l’un des 1ers à avoir plaidé pour ce dossier. Ma détermination reste aussi grande. Je propose aussi la mise en place d’une zone d’activité au sud de Moulay connectable facilement pour le fret à la ligne ferroviaire.

 

Outre la virgule de Sablé j'ai aussi défendu le maintien de la ligne Pré en Pail / Alençon dans un dossier mené par le député, en apportant l'expression d'industriels des carrières de la Haute Mayenne. En effet ce sont presque 500 000 tonnes d'agrégats par an qui sont transportés par la route vers la région parisienne alors que le ferroviaire peut le faire - un train peut livrer 1500 tonnes par convoi - et cela permettrait aussi de limiter le trafic sur la RN12.

 

En ce qui concerne la ligne Laval Mayenne je suis pour et vous l'ai déjà écrit. Ce dossier dépend aussi de la capacité budgétaire de la Région qui comme on le sait va être obérée par la réforme des collectivités.


4/ TGV et Aérien

 

La FNAUT Pays de la Loire a eu l’idée de la « virgule de Sablé » en 1999. Elle a obtenu sa prise en compte par RFF et réussi à obtenir l’adhésion de la quasi-unanimité des élus mayennais à cet aménagement qui réduit de moitié le temps de parcours entre Laval et Nantes par exemple.

 

Est-ce opportun d’investir des fonds publics dans l’aérodrome de Laval en vue de son extension alors que la LGV favorisera en 2016 d’une part une meilleure accessibilité des infrastructures aéroportuaires en Région Parisienne et à Nantes et d’autre part une réduction des temps de parcours en train ?


L’extension de l’aérodrome de Laval doit se faire en toute transparence et mettre en avant avantages et inconvénients, nécessité et perspectives. Pour le développement de la Mayenne, il faut mettre tous les atouts de notre côté sans oublier l’impérieux devoir de laisser à nos enfants des équipements d’indispensable nécessité.

 

Non  

 

Lors de l’arrivée du TGV au Mans en 1989, la ville avait préparé longtemps à l’avance l’évènement. A Laval aucune avancée significative n’est constatée. Que proposez-vous ?

 

Bien communiquer autour de cet évènement serait utile mais de là à en faire un évènement majeur ?


La précédente municipalité lavalloise n'avait rien fait sur ce dossier il serait donc injuste de reporter cette responsabilité sur l'actuelle compte tenu aussi du déficit trouvé à son arrivée. Mais tout doit être fait pour trouver un espace multimodal associant train, cars, aires de covoiturage avec cependant les difficultés liées à chaque tentative des élus pour trouver des terrains.

 

5/ Vos propositions dans le domaine des transports

 

Si vous êtes élu(e) que comptez-vous faire immédiatement et/ou à plus longue échéance en ce qui concerne les transports collectifs pour votre canton et la région dans la perspective de la réforme territoriale?


Conforter ce qui existe, développer ce qui permettrait de faire mieux et faire avancer mes idées exposées plus en amont.

 

Travailler sur un billet unique de transports, le développement du réseau de bus sur le Pays de Mayenne et renforcer la navette en augmentant encore le cadencement notamment en direction des actifs.

 

 

6/ Question orientée pour les candidats du Nord Mayenne

 

La FNAUT milite pour le retour du train entre Laval / Mayenne. Elle a le souci de la faisabilité de ce projet. Après avoir obtenu en 2008 l’abrogation du décret de retranchement de la ligne, juridiquement indispensable à la réalisation du dossier, la FNAUT souhaite que le  train desserve la gare actuelle et que le bâtiment voyageurs SNCF (BV) de Mayenne soit réutilisé pour des raisons d’économie et de proximité du centre ville.     

L’espace culturel « le Grand Nord » ayant été construit à partir de 2008 en plein milieu de «l’espace gare» (photo de gauche), sauf à passer sur le parvis de l’entrée de ce bâtiment, l’arrivée à l’emplacement des anciens quais paraît compromise. Par contre l’accès côté cour est libre.

Suffisamment large, cet espace pourrait accueillir au moins une voie, des quais et se prêterait particulièrement bien à l’intermodalité en permettant un échange quai à quai avec les transports interurbains par autocar et les bus du futur réseau urbain de la communauté de communes de Mayenne. Que pensez-vous de cette proposition et soutiendriez-vous l’initiative de la FNAUT ?

 

Je suis déjà intervenu à maintes reprises quant à l’utilisation de l’espace public autour de la gare de Mayenne. Dans la charte du Pays Haute Mayenne réalisée en 2001, j’avais déjà insisté pour que l’on note de conserver une emprise suffisante de la gare afin de ne pas obérer l’avenir quant à l’éventualité du retour du train à Mayenne. Malheureusement les élus de l’époque ne semblaient pas aussi concerné par cette possibilité et ceux qui ont suivi, ils ont continué d’envahir cet espace !

N’oubliez pas non plus que le train ne s’arrêtait pas en terminus à Mayenne mais prolongeait son parcours vers Ambrières et l’Orne. L’aménagement de la salle omnisports en face le collège Jules Ferry ne favorise pas non plus la poursuite de la voie ferrée. Personnellement, j’ai toujours soutenu cette option et je continuerai à militer en sa faveur en soutenant les initiatives de la FNAUT.

 

C’est en effet une faute de prospective grave qu’a faite la municipalité en plaçant le pole culturel en plein milieu. Cela est une contrainte pour le train mais aussi pour une future gare routière à rénover.  Votre suggestion est intéressante et mérite d’être étudiée. Mais je crois aussi possible d’envisager de passer devant la gare actuelle.

 

Questions 5 et 6 :

La municipalité de Mayenne réfléchit a l'aménagement de l'esplanade F. Mitterrand et de ses abords. Je pense que la partie sud de cet espace global est de nature à répondre à la création d'un ensemble multimodal. La réflexion est en cours et associe le conseil du quartier.

Mon objectif à terme sur cette partie du canton est de construire une réelle cohérence entre un service de transports collectifs sur l'ensemble du territoire de la CCPM et les apports des autres partenaires concernés (petit pégase, navettes rapides, train ou autre mode alternatif au véhicule individuel).

 

 

 

 

imm005-6.jpg

La gare de Mayenne

Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 17:55

logo-fnaut-pdl195.jpg

 

Voici la réponse des Candidats Front de Gauche Manuel DOUMEAU et Colette DEBIEU sur le canton de Château-Gontier Est, les seules a avoir répondu sur ce secteur... Réponse arrivée le 18/ 03 mais sur une autre boîte courriel que celle indiquée.
Avec toutes nos excuses pour cette information tardive...

 

 

Aux candidats aux élections cantonales :

Département de la Mayenne

 

Madame, Monsieur

 

 

Depuis 1998, la FNAUT, en Mayenne, sonde les candidats à chaque échéance électorale (municipale, cantonale, législative, régionale. Voir le site internet de la Fnaut Pays de la Loire http://www.fnaut-paysdelaloire.org/).

Les réponses des différents candidats et en particulier ceux et celles qui remportent les élections sont toujours riches de projets et de bonnes intentions pour les transports collectifs (TC). Mais ces projets ne se concrétisent pas toujours une fois l’élection faite ; en effet les TC sont souvent pénalisés par un certain « immobilisme décisionnel», véritable handicap dans le cadre d’une véritable politique « durable » des transports.

 

Merci

bandoba-sansfaseNos questions

 

1/ Politique départementale des transports en Mayenne

 

Quels sont selon vous les avancées ou les retards de la politique départementale en matière de transports collectifs en Mayenne  ?

 

En avance ou en retard n’est pas l’angle d’attaque de cette problématique. Il faut l’évaluer selon le projet politique que l’on porte. Celui que je défends avec ma co-candidate Colette Debieu est celui d’un département qui protège et qui porte attention à TOUS ceux qui y vivent, d’un département qui « ménage son territoire » au lieu de seulement le penser en termes d’aménagements. Selon ce niveau d’exigence, le département ne conduit pas une politique de développement des transports collectifs à la hauteur des enjeux écologique et humain. Le développement du réseau de transport collectif doit répondre à plusieurs nécessités :

+          la protection de l’environnement et l’abandon de la logique du tout routier,

+          la lutte contre l’isolement territorial,

+        un accès à tous et surtout aux personnes ayant un handicap,

+        Un politique tarifaire adaptée au plus grand nombre et en priorité aux personnes à faibles revenus, précaires, étudiants, privés d’emploi : Nous défendons l’idée de création d’un service public des transports routiers et ferroviaires qui tende vers la gratuité pour tous.

La politique menée par le Conseil Général s’inscrit dans le tout routier. Nous défendons l’exigence de création de voies ferroviaires (axes Mayenne, Laval, Château-Gontier et Sablé, Château-Gontier, Saint-Nazaire). De même nous exigerons que soit établie un schéma d’organisation des transports collectifs publics en Mayenne pour offrir à tous une alternative à l’utilisation de leur véhicule personnel et qui encourage le co-voiturage.

 

 

2/ Conjoncture économique, investissements et services publics

 

N’est-il pas paradoxal au moment 

+ où le prix de l’essence atteint de nouveaux records avec comme corollaire une incidence à la baisse des déplacements routiers,

+ alors que l’Etat vient d’acter  la généralisation des camions de 44 tonnes qui se traduira par une dégradation accrue du réseau routier (le passage d’un véhicule poids lourd équivaut au passage de 100 000 véhicules légers),

+ alors que le Conseil Général vient de voter l’application de l'éco-taxe poids lourds sur une petite partie du réseau routier départemental,

que le Conseil Général se lance dans un programme ambitieux d’infrastructure routière (25 millions d’Euros) ?

Est-ce à la collectivité locale de subventionner le transit routier en aménageant les voiries alors que des infrastructures performantes (Autoroutes A28 en Sarthe et  A84 en Ille-et-Vilaine) existent déjà ?

 

Selon vous cette politique est elle durable, conforme à la bonne gestion de l’argent public et cohérente avec une politique de lutte contre l’effet de serre et le réchauffement climatique ?

 

Alors que la population dans sa grande majorité réclame le maintien des services de proximité et des services publics, on constate des décisions politiques qui vont à l’encontre des attentes des citoyens et qui encouragent l’étalement urbain, la péri-urbanisation et la consommation des terres agricoles.

 

Est-il normal qu’une politique favorisant les infrastructures routières et l’extrême mobilité  automobile se fasse au détriment de la disparition des postes, des commerces, des gares (ex : Château-Gontier), des tribunaux…et se traduise au final par le renforcement des inégalités au sein des populations moins mobiles de facto ?

 

Plusieurs points sont abordés dans cette série de questions. Je tiens à rappeler les principes qui guident notre action. :

1)       Les axes routiers principaux (Routes nationales, voies rapides…) sont du ressort de l’Etat qui doit organiser un maillage cohérent de l’ensemble du territoire national. Les collectivités comme le département ne doivent pas se substituer à l’état ni être partenaire financier de telles opérations d’infrastructures routières. Il en est de même pour la création de LGV.

 

2)       La politique du Conseil Générale doit intégrer l’impasse du développement capitaliste et productiviste qui menace durablement les écosystèmes et met en péril la vie humaine à terme. C’est pourquoi nous nous opposons à la création de pôle de compétitivité ou de pôle d’attractivité, dont les seuls objectifs sont de répondre à des impératifs des milieux financiers qui exigent des infrastructures toujours plus démesurées, et fortement concentrées dans le seul but de la maximisation des profits.

 

3)       Le département doit inscrire son action au regard de l’impératif écologique.

 

4)       Le département doit assurer à tous les habitants la possibilité de bénéficier de services de proximité. Il doit s’opposer à la fermeture des bureaux de poste, des bureaux SNCF (Et celui de Château-Gontier est menacé). Mais il doit également mener une politique volontariste de lutte contre la désertification structurelle dans un projet de soutien et de réimplantation des commerces de proximité, des services à la personne, d’écoles…

 

Nous refusons la logique de concentration des lieux de vie. C’est pourquoi le conseil Général doit garantir à tous les moyens de sa mobilité à travers la mise à disposition de transports collectifs de proximité pour pouvoir aller travailler, faire ses courses, se soigner, ou simplement pour ses déplacements d’agrément.

 

3/ Le ferroviaire en Mayenne

 

La Mayenne a perdu en moins de 30 ans la grande majorité de son réseau ferroviaire. Tout dernièrement, après Château-Gontier / Segré / Châteaubriant  (en 2010), Alençon / Pré-en-Pail est la nouvelle victime de l’absence d’entretien des voies ferrées et de la désaffection politique manifeste pour un mode de transport qui devait être encouragé dans le cadre du Grenelle de l’Environnement. 

La réouverture de la voie ferrée Laval / Mayenne est en sommeil alors que les besoins existent et que la liaison « rapide » par autocar rencontre un succès réel. Certains candidats au Conseil Général précisent dans leur profession de foi qu’ils « accompagneront » la réouverture de la ligne.  Quelle sera votre position ? Quels engagements prendrez-vous dans les trois ans à venir ? Dans la perspective de la fusion des collectivités territoriales (Région-Département) et des compétences (régionalisation des TER) quels engagements pourrait prendre la future assemblée territoriale dans ce dossier ?

 

Je suis pour l’extension du réseau ferroviaire de voyageur et de marchandises l’intégralité du territoire notamment par la remise en circulation de voies secondaires.  Nous défendrons l’exigence de création de voies ferroviaires (axes Mayenne, Laval, Château-Gontier et Sablé, Château-Gontier, Saint-Nazaire) au sein du CG de la Mayenne et continuerons ce combat au sein de la future collectivité issue de la Réforme Territoriale, reforme que nous combattons cependant. De plus, nous inciterons à un grand débat public avec la population, les associations et les acteurs locaux pour faire progresser cette exigence sur tous les fronts. 

 

4/ TGV et Aérien

 

La FNAUT Pays de la Loire a eu l’idée de la « virgule de Sablé » en 1999. Elle a obtenu sa prise en compte par RFF et réussi à obtenir l’adhésion de la quasi-unanimité des élus mayennais à cet aménagement qui réduit de moitié le temps de parcours entre Laval et Nantes par exemple.

 

Est-ce opportun d’investir des fonds publics dans l’aérodrome de Laval en vue de son extension alors que la LGV favorisera en 2016 d’une part une meilleure accessibilité des infrastructures aéroportuaires en Région Parisienne et à Nantes et d’autre part une réduction des temps de parcours en train ?

 

Investir des fonds publics sur ce projet ne me paraît pas être prioritaire. Le département et les collectivités locales doivent d’abord porter leur actions sur le maillage de proximité.

 

Lors de l’arrivée du TGV au Mans en 1989, la ville avait préparé longtemps à l’avance l’évènement. A Laval aucune avancée significative n’est constatée. Que proposez-vous ?

 

Ce qui me parait important c’est la garantie du maintient des TER en provenance et à destination de Laval et d’assurer l’interconnexion avec les lignes secondaires qui devront être crées ((axes Mayenne, Laval, Château-Gontier et Sablé, Château-Gontier, Saint-Nazaire). La recherche du gain de temps ne doit pas être notre motivation principale ? c’est l’objectif d’assurer la plus grande mobilité de proximité de TOUS qui notre priorité.

 

 

5/ Vos propositions dans le domaine des transports

 

Si vous êtes élu(e) que comptez-vous faire immédiatement et/ou à plus longue échéance en ce qui concerne les transports collectifs pour votre canton et la région dans la perspective de la réforme territoriale?


Je m’oppose au projet de rocade sud à sur le canton de Château-Gontier Est du fait de son emprise sur les terres agricoles, de la ligne de démarcation territoriale qu’il inscrit dans la communauté de communes, de son inutilité à juguler effacement le trafic, et de son schéma de construction qui mène au retranchement de lignes ferroviaires existantes. Je me permets d’indiquer que je trouve la position de Monsieur Henri très démagogique. D’un coté il annonce vouloir renforcer le ferroutage et de l’autre soutien et encourage la disparition de lignes ferroviaires existantes a travers le projet de rocade Sud ou la généralisation de voies vertes sur les tracés des voies ferroviaires.

 

De plus je m’opposerai à tous les projets de plateforme logistique qui ne s’inscrivent pas dans l’interconnexion rail/routes.

 

6/ Question orientée pour les candidats du Nord Mayenne

 

La FNAUT milite pour le retour du train entre Laval / Mayenne. Elle a le souci de la faisabilité de ce projet. Après avoir obtenu en 2008 l’abrogation du décret de retranchement de la ligne, juridiquement indispensable à la réalisation du dossier, la FNAUT souhaite que le  train desserve la gare actuelle et que le bâtiment voyageurs SNCF (BV) de Mayenne soit réutilisé pour des raisons d’économie et de proximité du centre ville.     

L’espace culturel « le Grand Nord » ayant été construit à partir de 2008 en plein milieu de «l’espace gare» (photo de gauche), sauf à passer sur le parvis de l’entrée de ce bâtiment, l’arrivée à l’emplacement des anciens quais paraît compromise. Par contre l’accès côté cour est libre.

Suffisamment large, cet espace pourrait accueillir au moins une voie, des quais et se prêterait particulièrement bien à l’intermodalité en permettant un échange quai à quai avec les transports interurbains par autocar et les bus du futur réseau urbain de la communauté de communes de Mayenne. Que pensez-vous de cette proposition et soutiendriez-vous l’initiative de la FNAUT ?

 

Je soutiens cette proposition qui va dans le sens de notre projet.

 

P1080412nvP1080414 nv

La gare de Mayenne : côté quai                                            côté cour

 


Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 16:15

logo-fnaut-pdl195.jpg

 

En attendant la réponse de la Gauche Unie, voilà ce qui est écrit dans le programme...

 

logos-gauche-unie-53447.jpg

Extrait de la brochure "Le contrat 2011-2014 pour la Mayenne"

 

Aider les territoires

Chacun doit pouvoir bien vivre en Mayenne, à proximité d'équipements publics

+   Le Conseil général doit défendre un égal accès aux services publics pour tous les Mayennais : présence postale, écoles communales, gendarmerie 

+   Créer un bouclier services au public, pour la population et les entreprises, en partenariat avec l'État, l'ARS, les opérateurs de services publics, qui permettra de définir, en fonction des caracté­ristiques de chaque territoire (population, desserte, niveau d'équipement) l'offre de service public nécessaire pour garantir la cohésion du territoire 

+    Accroître l'attractivité de la Gare de Laval, en particulier les correspondances avec le réseau de transport départemental, avec l'arrivée de la Ligne à Grande Vitesse Ouest 

+   Aménager la liaison Laval-Angers-Nantes par la virgule de Sablé et accompagner la réou­verture de la liaison ferroviaire Laval-Mayenne 

+    Profiter du succès de la navette Mayenne-Laval pour développer l'offre de transports collec­tifs avec des liaisons directes en car comme Ernée-Laval ou Château-Gontier-Laval 

+    Mise en place d'un Billet de Transport Unique pour se déplacer facilement d'un point à l'autre du département en utilisant le réseau de tous les transports en commun 

+    Renforcer les aires de covoiturage aux abords des sorties d'autoroute et en créer de nouvelles aux abords des grands axes et des entrées de communes 

+    Donner la priorité aux contournements routiers à des coûts raisonnables. De nombreuses communes mayennaises ne peuvent plus supporter ces flux de circulation 

+    Sécuriser et entretenir les 3000 km de routes de réseau secondaire

...][

 

P1080412nvConcrêtement cela se passe comment pour la réouverture de Laval / Mayenne ?  Et selon la Gauche Unie "accompagner la réou­verture de la liaison ferroviaire Laval-Mayenne" c'est faire quoi ?


Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 10:45

logo-fnaut-pdl195.jpg

 

 

C'est assez rare et il faut le signaler, qu'un Président d'un Conseil Général, en l'occurrence Jean Arthuis, Président du CG de la Mayenne, lui même Conseiller Général d'un canton non renouvelable, prenne le soin d'écrire et de répondre à notre questionnaire (même s'il ne répond pas aux questions directement ). Mais nous ne pouvons que le féliciter et le remercier de cette démarche. La FNAUT a reçu la réponse par courrier papier le 18 mars d'ou le délai de mise en ligne (un courriel s'est plus simple !) mais au moins elle a reçu une réponse ...  A la date d'aujourd'hui elle attend toujours celle de la gauche unie...

 

Avant de publiez la réponse quelques remarques sont nécessaires :

Sur la forme, une réponse unique, cela évite aussi d'avoir plusieurs réponses qui pourraient être contradictoire sur certains points de la part des candidats de la "majorité départementale". Une réponse unique sert  également à maintenir la cohésion politique au sein de son assemblée. Seul jusqu'à présent Jean Marc ALLAIN avait répondu défendant le retour du train sur le Nord Mayenne comme il a toujours fait. La FNAUT , par contre, aurait bien aimé la réponse de Mme DOISNEAU qui est conseillère Régionale et départementale pour nous expliquer son avis sur les transports collectifs et le retour du train sur Laval / Mayenne par exemple ...


P1020831.jpg

La N162 à Louverné

 

Sur le fond, rien de surprenant, le Président définit une politique très conservatrice même s'il est noté quelques avancées...

La Mayenne n'échappe pas aux (sur)investissements routiers d'une part (la N12 en 2X2 voies ! et la 2ème déviation de Château-Gontier !) et d'autre part que dire du soutient à l'aérien quand ce mode de transport commercial est marginal voir quasiment négligeable pour Laval. Un paradoxe alors que l'Assemblée Départementale vient de voter un plan draconien d'économie en baissant par exemple les financements des associations tout secteur confondu de 10%. Mais ce goût pour les travaux routiers et "le désenclavement" est largement partagé au sein de la gauche (PC et PS) entre autre.

 

Par contre Jean Arthuis relève avec un brin d'ironie (dont il a déjà usé pour parler du retour du train sur Laval / Mayenne) que le dossier de la gare de Laval n'avance pas notamment pour l'accueil du TGV Ouest et que "la réouverture de la voie ferrée Laval/Mayenne par le Conseil régional des Pays de la Loire est loin d'être sur les rails !". Deux pierres dans le jardin de la "gauche" pour la ville de Laval et la Région... mais qui font mouche...  

 

Bonne lecture et bon vote...

 

 

 

banner 008633900 1734 14022011

 

 

Monsieur,

 

L'antenne mayennaise de l'Association Régionale des Usagers des Transports, adhérente de la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports (F.N.A.U.T) a récemment adressé aux candidats de la Mayenne Ensemble présentés par la Majorité Départementale, une lettre ouverte relative à certaines de ses préoccupations dans le cadre de la campagne électorale des élections cantonales des 20 et 27 mars 2011. Qu'il me soit permis de vous remercier de l'intérêt que vous portez à ce scrutin qui est l'occasion de rappeler à nos concitoyens le rôle essentiel du Conseil général dans leur vie quotidienne s'agissant notamment du transport et de la mobilité.

 

Sur fond de crise économique, parer aux risques de délocalisations et renforcer la performance et la compétitivité du territoire départemental demeurent des priorités du Conseil général. C'est dans cet esprit que les candidats de la Mayenne Ensemble présentés par la Majorité Départementale entendent faire de la Mayenne, une terre d'avenir pour la création de richesses au service de l'emploi en même temps qu'un lieu de vie préservé. Ils s'attachent ainsi à développer des propositions qui visent à renforcer la position concurrentielle de notre département par des éléments favorables à son attractivité. Cette ambition repose sur un socle de priorités complémentaires les unes des autres :

 

1 - Promouvoir une politique active d'investissements routiers :

 

Dans le cadre des lois de décentralisation, le Conseil général s'est vu conforté au fil du temps, comme l'acteur essentiel de l'action publique de proximité. Dans ce cadre, il modernise et sécurise un réseau routier départemental de 3 700 km dont il a désormais la gestion. Le Département s'est ainsi engagé dans une politique ambitieuse d'aménagement et d'entretien d'infrastructures routières pour relier les territoires en veillant en maintenir l'équilibre entre les espaces ruraux et les pôles urbains. Le Conseil général génère ainsi un chiffre d'affaires d'environ 20 millions € au bénéfice des entreprises de travaux publics, donc de l'emploi et de l'économie locale.

 

La Majorité Départementale s'attachera dans le cadre de son projet 2011/2014 à améliorer l'accessibilité de la Mayenne par un maillage d'infrastructures routières de qualités ; assurer une meilleure desserte des bassins d'emploi et leur raccordement aux grands axes de communication ; moderniser et entretenir les itinéraires routiers d'intérêt local dit de «3eme catégorie » (2 407 km) notamment dans les territoires ruraux ; favoriser les déplacements Nord-Sud Interrégionaux par la mise à 2 x 2 voies des N 162 et N 12 complémentairement aux réseaux autoroutiers (A 84 et A 28) ; mettre à l'étude les contournements d'agglomérations (ex : Château-Gontier, Ernée, Cossé-le-Vivien ).

 

2 - Développer une offre de transport collectif et solidaire des territoires et des familles.

 

Dans un esprit de développement harmonieux, équilibré et solidaire des territoires, la volonté du Conseil général est de proposer également aux Mayennais, des transports collectifs de qualité, dans des conditions optimales de sécurité. Qu'il s'agisse du transport de voyageurs ou du transport scolaire, le Conseil général, par une politique tarifaire attractive entend offrir aux familles, un service public de proximité et favoriser l'égalité des chances pour les personnes, quel que soit leur lieu de vie.

 

Dans un département caractérisé par un habitat dispersé en zone rurale, le Conseil général continuera de semobiliser pour satisfaire une demande croissante de mobilité et permettre ainsi à tous les Mayennais de se déplacer dans les meilleures conditions, en prenant en compte le risque d'isolement des publics fragiles. Agissant ainsi, il contribue à l'aménagement équilibré du territoire en proposant aux usagers une offre de transport diversifiée. C'est dans cette perspective de développement durable que le Conseil général a mis récemment en place une navette express quotidienne Laval/Mayenne, véritable innovation en matière de transport interurbain (la réouverture de la voie ferrée Laval/Mayenne par le Conseil régional des Pays de la Loire est loin d'être sur les rails !) qui rencontre un franc succès et le développement d'un site Internet dédié au covoiturage, www.covoiturage53.fr, qui sera prochainement complété par la mise à disposition d'aires de covoiturage.

Carte-postale-covoiturage-en--Mayenne-2293.jpgPar ailleurs dans le cadre de sa politique de transport collectif, le Conseil général assure l'organisation et le financement des transports scolaires, de l'ensemble des élèves, de la maternelle à la terminale. Il se mobilise, au plus près des familles, pour offrir aux 13 200 élèves mayennais, un moyen de transport adapté, à un coût réduit. Rappelons que la participation financière du Conseil général représente pour chaque famille une économie d'environ 750 € par enfant transporté. Le Conseil général poursuivra sa politique relative à l'amélioration de la qualité du transport scolaire par la réduction des kilomètres parcourus et des temps de trajet raccourcis.

3 - Ligne à Grande Vitesse et aménagement de la Gare de Laval

Au-delà de la réalisation de la « virgule de Sablé » dont le Conseil général a participé à l'étude de faisabilité, qui permettra de réduire à terme le temps de parcours entre Laval et Nantes, l'arrivée de la nouvelle ligne à Grande Vitesse est une opportunité pour mettre Laval à 80 minutes de Paris et ainsi faciliter l'accueil de nouvelles entreprises et populations. A l'heure où les travaux vont bientôt commencer, il ne se passe rien sur le site de la gare de Laval ! La Zone d'Aménagement Concerté (ZAC) mise en place par l'ancienne municipalité a été annulée ! Manifestement abandonnée depuis 2008 par l'actuelle équipe municipale, ce quartier n'offre à ses visiteurs de passage et à ses usagers que le visage d'une friche urbaine. Dans le même temps, les villes de Rennes et du Mans sont déjà prêtes à accueillir le TGV et les chantiers s'activent. Que dire du retard pris dans l'aménagement de la nouvelle gare routière de Laval dont l'état actuel est pitoyable et insécurisant pour ses utilisateurs.

Il devient urgent de mobiliser les acteurs afin de relancer ce dossier vital pour l'économie locale. Le problème de l'accessibilité de la gare et du stationnement alentours doit être également rapidement traité. La nouvelle Ligne à Grande Vitesse ne desservira plus la gare de Vitré et les habitants de l'Est de l'Ille-et-Vilaine viendront à Laval. Afin d'accompagner cette opportunité de développement, et ainsi garantir le maintien des dessertes TGV de Laval, il nous faut agir rapidement. Dans le même temps, parce ce qu'il y a place en Mayenne pour le développement d'une aviation commerciale, le Conseil général participe à hauteur de 140 000 € au fonctionnement et à l'investissement (aménagements de sécurité) de l'Aérodrome de Laval aux côtés de la Laval Agglomération et de la Chambre de Commerce et d'Industrie qui en assure l'exploitation.

Telles sont les informations que je souhaitais porter à votre connaissance. Elles illustrent l'ambition des candidats de la Mayenne Ensemble présentés par la Majorité Départementale d'offrir à nos concitoyens un territoire résolument avec confiance vers l'avenir grâce à la complémentarité de ses moyens et de ses infrastructures de transport.

Je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de mes sentiments distingués.

 

Jean ARTHUIS

Président de la Majorité Départementale La Mayenne Ensemble


P1000988.JPGLa gare de Laval va t-elle voir passer les TGV sans réagir ?

 

 
Repost 0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 07:30

 

logo-fnaut-pdl195.jpg

 

Alors que le premier tour des cantonales se profile à l'horizon, la FNAUT Pays de la Loire publie les informations concernant les questions transports des candidats en opposition. A ce jour, nous n'avons toujours pas reçu le programme de plusieurs candidats  et ce malgré les relances et les seuls éléments que l'on trouve sur le site sont ceux que la FNAUT a pris le soin de publier.


Par contre deux listes (PC et La Mayenne Ensemble / Majorité Départementale) ont adressé une réponse globale à notre questionnaire sans s'attacher à répondre point par point.

 

Nous publions les réponses en bloc tel que sans intégrer nos questions...

 

Une précision concernant le panel des candidats sélectionnés : Aucun candidat Europe Ecologie n'y figure, vous ne trouverez pas de réponses de ce parti car il est absent dans les circonscriptions choisies.  La Mayenne est l'un des rares départements où la Gauche et les écologistes ont présenté des listes communes. Par contre le Front National a été solicité pour répondre mais sans succès ... comme à son habitude !

 

 

PCF.jpg

 

 

Bonjour,

Je vous remercie de votre interpellation sur les transports dans le cadre de la campagne des élections cantonales. ]... [  Ainsi, je vous envoie dans un premier temps (voir ci dessous) ce que nous proposons au niveau départemental sur les transports et je vous propose de vous adresser une réponse plus complète un peu plus tard sur l'ensemble de vos questions.


Aurélien Guillot.
Secrétaire départemental du PCF.

 

 

 

L’aménagement de l’espace et l’équipement est une compétence essentielle du Département également marquée du sceau du désengagement de l’Etat. Il en est ainsi avec le transfert non compensé au département d’une partie importante des routes nationales. Les dépenses d’entretien et les investissements concernant la voirie départementale s’en sont trouvés largement accrues.

 

Nos candidats interpelleront très fortement l’Etat pour qu’il s’engage à mettre de l’argent pour la mise en 2 fois 2 voies de la RN 12. ( axe Alençon – Mayenne – Ernée). Il faut aussi réfléchir à la mise en 2 fois 2 voies de la RN 162 entre Laval et Château Gontier.

 

Par ailleurs, au niveau ferroviaire, nos candidats interpelleront l’Etat pour qu’il ait un engagement financier de haut niveau sur le projet de la virgule de Sablé, permettant la liaison rapide entre Laval, Angers et Nantes. Nous sommes favorable également à la poursuite des études engagées par le conseil régional des Pays de la Loire sur le projet de ligne Laval-Mayenne, qui serait un élément de dynamisation de notre territoire.

 

La mise en service de la LGV aura pour conséquence de libérer en grande partie l’actuelle ligne SNCF. Nous souhaitons que cette libération doit servir à développer le fret, afin d’avoir moins de camions sur les routes en Mayenne.

 

Nous soutenons une politique des transports plus volontariste en favorisant les usagers les plus défavorisés dans l’accès aux transports et en développant l’inter-modalité en lien avec les autres autorités organisatrices de transports sur le territoire (Région, Intercommunalités).

 

Le 17 mars 2011

 

 

touche pas à ma gare


Repost 0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 07:55


logo-fnaut-pdl195.jpg  Pays de la Loire                              

 NANTES, le 15/03/2011

 

Le Secrétaire 

 aux candidats aux élections cantonales 

Canton de Nantes 3

 

Madame, Monsieur,

 

 

 

Vous êtes candidat(e) prochaines élections cantonales du 20 et du 27 mars 2011 dans le canton de Nantes 3 et à ce titre vous allez assurer des fonctions dans une autorité organisatrice des transports et il nous semble important que différents sujets concernant ce domaine puissent faire l'objet d'un examen attentif de votre part .

 

Notre association adhérente à la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports souhaite savoir dans quel état d'esprit vous abordez la problématique des transports collectifs dans votre circonscription. Notamment dans la perspective de la future réforme territoriale.

 

Dans bien des cas, la qualité de vie, qui est au coeur des préoccupations des habitants de votre future circonscription, dépend largement des solutions retenues pour satisfaire la mobilité de la population, le développement économique, l'attractivité du territoire et la protection de l'environnement.

 

Nous souhaiterions particulièrement et en urgence avoir votre avis sur le projet annoncé par Nantes Métropole de l'aliénation de la portion de voie-ferrée située entre la rue de l'ancienne Gare de Legé et le « Hangar à bananes ». Selon nous cette voie ferrée dispose d'un potentiel à court (service tram-train desservant l'île de Nantes) et moyen terme (possibilité d'une liaison vers Chantenay dans le cadre de l'optimisation de l'étoile ferroviaire nantaise) indispensable à son maintien. Les perspectives proposées par Nantes Métropole nous semblent en totale contradiction avec celles du Conseil régional qui affirme vouloir conserver les infrastructures ferroviaires. Cette situation nous renvoie à nos propositions incessantes pour la création d'une autorité commune gérant la mobilité dans notre agglomération.

 

Vos réponses (ou votre silence) permettront d'enrichir le débat public. Elles seront examinées avec soin par les représentants, les adhérents et les associations partenaires de la FNAUT Régionale notamment l'Association Nantaise Déplacements Environnement qui nous représente dans l'agglomération

 

Elles feront l'objet d'une communication nationale et locale, par le biais du site Internet de la FNAUT Pays de la Loire (http://www.fnaut-paysdelaloire.org).

 

En vous remerciant de la disponibilité que vous prendrez pour nous faire connaître votre point de vue, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur , en l'assurance de nos salutations distinguées.

 

Veuillez recevoir mes respectueuses salutations.

 

    Jean Bernard LUGADET

 

P1070933

 

  Des infrastructures ferroviaires à Nantes de plus en plus menacées...

 


Repost 0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 09:00

 

fbmayenne.jpglogo-ouest-france.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des débats thématiques autour des missions du Conseil général seront diffusés sur France Bleu Mayenne en partenariat avec la Rédaction de Ouest France  du lundi 14 au vendredi 18 mars de 18h05 à 18h30.

 

Deux débats en particulier peuvent intéresser les lecteurs de ce blog.

 

Celui du mardi 15 mars ou il sera question de “Transports” avec Michel Angot (GU -PS) et Daniel Lenoir (Majorité Départementale).

 

Le jeudi 17 mars l' “Environnement” sera au coeur du débat avec Claude Gourvil (GU-EuEco) et Gérard Lemonnier (Majorité Départementale).

 

A vos radios !!

Pour écoutez :  ici

Repost 0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 07:50

logo-fnaut-pdl195.jpg

Antenne Mayenne

 

La Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports  souhaite savoir dans quel état d’esprit les  candidats abordent la problématique des transports collectifs dans leur circonscription. notamment dans la perspective de la future réforme territoriale.

 

Les réponses au questionnaire commence à nous parvenir et enrichir ainsi le débat public.

 

La première réponse est arrivée lundi; Il s'agit de celle de Jean Marc ALLAIN, Candidat sortant de la majorité départementale sur le Canton de GORRON.

 

  DSCF5574 

Nos questions : Ses réponses

 

1/ Politique départementale des transports en Mayenne

 

Quels sont selon vous les avancées ou les retards de la politique départementale en matière de transports collectifs en Mayenne  ?


Les avancées : le petit pégase, le transport scolaire transformé en transport de voyageur, le transport à la demande, l’augmentation des navettes entre Mayenne-Laval…

Les retards : la réouverture de la ligne ferrée entre Mayenne-Laval pour laquelle je milite ouvertement depuis de nombreuses années, j’ai voté contre le transfert de cette voie au CG.

 

2/ Conjoncture économique, investissements et services publics

 

N’est-il pas paradoxal au moment 

- où le prix de l’essence atteint de nouveaux records avec comme corollaire une incidence à la baisse des déplacements routiers,

- alors que l’Etat vient d’acter  la généralisation des camions de 44 tonnes qui se traduira par une dégradation accrue du réseau routier (le passage d’un véhicule poids lourd équivaut au passage de 100 000 véhicules légers),

- alors que le Conseil Général vient de voter l’application de l'éco-taxe poids lourds sur une petite partie du réseau routier départemental,

que le Conseil Général se lance dans un programme ambitieux d’infrastructure routière (25 millions d’Euros) ?

 

Des contournements de collectivités locales sont indispensables (COSSE, PRE-EN-PAIL, …) et l’application de l’éco-taxe (qui use, paye) permettra de conserver un réseau en état. Un partage équitable des coûts entre les collectivités est naturel.

 

Est-ce à la collectivité locale de subventionner le transit routier en aménageant les voiries alors que des infrastructures performantes (Autoroutes A28 en Sarthe et  A84 en Ille-et-Vilaine) existent déjà ?

 

La collectivité locale ne doit participer que pour ses aménagements urbains.

 

Selon vous cette politique est elle durable, conforme à la bonne gestion de l’argent public et cohérente avec une politique de lutte contre l’effet de serre et le réchauffement climatique ?  

Alors que la population dans sa grande majorité réclame le maintien des services de proximité et des services publics, on constate des décisions politiques qui vont à l’encontre des attentes des citoyens et qui encouragent l’étalement urbain, la péri-urbanisation et la consommation des terres agricoles.


De plus en plus, le conseil général tient compte de ces différents paramètres et préconise dans le cadre de l’agenda 21 une politique liée au développement durable et intelligent.

 

Est-il normal qu’une politique favorisant les infrastructures routières et l’extrême mobilité  automobile se fasse au détriment de la disparition des postes, des commerces, des gares (ex : Château-Gontier), des tribunaux…et se traduise au final par le renforcement des inégalités au sein des populations moins mobiles de facto ?


Le département a une politique d’infrastructures routières raisonnable et d’ailleurs la raréfaction des finances publiques incite et oblige à une politique de rigueur. Le département participe à son niveau à conforter tous les services publics de proximité. La mise en place des RSP avec l’Etat en est la preuve. Le développement d’internet favorise également le désenclavement des mayennais. Il faut vivre avec son temps tout en tenant compte du passé afin d’améliorer l’avenir.

  P1070464

 

3/ Le ferroviaire en Mayenne

 

La Mayenne a perdu en moins de 30 ans la grande majorité de son réseau ferroviaire. Tout dernièrement, après Château-Gontier / Segré / Châteaubriant  (en 2010), Alençon / Pré-en-Pail est la nouvelle victime de l’absence d’entretien des voies ferrées et de la désaffection politique manifeste pour un mode de transport qui devait être encouragé dans le cadre du Grenelle de l’Environnement. 

La réouverture de la voie ferrée Laval / Mayenne est en sommeil alors que les besoins existent et que la liaison « rapide » par autocar rencontre un succès réel. Certains candidats au Conseil Général précisent dans leur profession de foi qu’ils « accompagneront » la réouverture de la ligne.  Quelle sera votre position ? Quels engagements prendrez-vous dans les trois ans à venir ? Dans la perspective de la fusion des collectivités territoriales (Région-Département) et des compétences (régionalisation des TER) quels engagements pourrait prendre la future assemblée territoriale dans ce dossier ?


J’ai toujours milité pour la réouverture de cette ligne alors je continuerai à faire entendre ma voix. Dans les 3 ans à venir, il faudra être vigilent pour que ce dossier ne soit pas mis dans les oubliettes. La future assemblée régionale devra prendre ses responsabilités.

 

4/ TGV et Aérien

 

La FNAUT Pays de la Loire a eu l’idée de la « virgule de Sablé » en 1999. Elle a obtenu sa prise en compte par RFF et réussi à obtenir l’adhésion de la quasi-unanimité des élus mayennais à cet aménagement qui réduit de moitié le temps de parcours entre Laval et Nantes par exemple.

 

Est-ce opportun d’investir des fonds publics dans l’aérodrome de Laval en vue de son extension alors que la LGV favorisera en 2016 d’une part une meilleure accessibilité des infrastructures aéroportuaires en Région Parisienne et à Nantes et d’autre part une réduction des temps de parcours en train ?


L’extension de l’aérodrome de Laval doit se faire en toute transparence et mettre en avant avantages et inconvénients, nécessité et perspectives. Pour le développement de la Mayenne, il faut mettre tous les atouts de notre côté sans oublier l’impérieux devoir de laisser à nos enfants des équipements d’indispensable nécessité.

 

Lors de l’arrivée du TGV au Mans en 1989, la ville avait préparé longtemps à l’avance l’évènement. A Laval aucune avancée significative n’est constatée. Que proposez-vous ?

 

Bien communiquer autour de cet évènement serait utile mais de là à en faire un évènement majeur ?


P1010778.jpg 

5/ Vos propositions dans le domaine des transports

 

Si vous êtes élu(e) que comptez-vous faire immédiatement et/ou à plus longue échéance en ce qui concerne les transports collectifs pour votre canton et la région dans la perspective de la réforme territoriale?


Conforter ce qui existe, développer ce qui permettrait de faire mieux et faire avancer mes idées exposées plus en amont.

 

6/ Question orientée pour les candidats du Nord Mayenne

 

La FNAUT milite pour le retour du train entre Laval / Mayenne. Elle a le souci de la faisabilité de ce projet. Après avoir obtenu en 2008 l’abrogation du décret de retranchement de la ligne, juridiquement indispensable à la réalisation du dossier, la FNAUT souhaite que le  train desserve la gare actuelle et que le bâtiment voyageurs SNCF (BV) de Mayenne soit réutilisé pour des raisons d’économie et de proximité du centre ville.     

L’espace culturel « le Grand Nord » ayant été construit à partir de 2008 en plein milieu de «l’espace gare» (photo de gauche), sauf à passer sur le parvis de l’entrée de ce bâtiment, l’arrivée à l’emplacement des anciens quais paraît compromise. Par contre l’accès côté cour est libre.

Suffisamment large, cet espace pourrait accueillir au moins une voie, des quais et se prêterait particulièrement bien à l’intermodalité en permettant un échange quai à quai avec les transports interurbains par autocar et les bus du futur réseau urbain de la communauté de communes de Mayenne. Que pensez-vous de cette proposition et soutiendriez-vous l’initiative de la FNAUT ?

 

Je suis déjà intervenu à maintes reprises quant à l’utilisation de l’espace public autour de la gare de Mayenne. Dans la charte du Pays Haute Mayenne réalisée en 2001, j’avais déjà insisté pour que l’on note de conserver une emprise suffisante de la gare afin de ne pas obérer l’avenir quant à l’éventualité du retour du train à Mayenne. Malheureusement les élus de l’époque ne semblaient pas aussi concerné par cette possibilité et ceux qui ont suivi, ils ont continué d’envahir cet espace !

N’oubliez pas non plus que le train ne s’arrêtait pas en terminus à Mayenne mais prolongeait son parcours vers Ambrières et l’Orne. L’aménagement de la salle omnisports en face le collège Jules Ferry ne favorise pas non plus la poursuite de la voie ferrée. Personnellement, j’ai toujours soutenu cette option et je continuerai à militer en sa faveur en soutenant les initiatives de la FNAUT.


 

P1080412nvP1080414 nv

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La gare de Mayenne : côté quai                                            côté cour


 


Repost 0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques