Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 08:00

fnaut logo pdl

 

 

Réponse d'un candidat sur la 3 ème circonscription de la Sarthe....

 

bandoba-sansfase

Bonjour,


Vos revendications sont plus que justifiées, elles correspondent au défi majeur qui sont à relever pour l'avenir :


+ tout d'abord il y a un enjeu social : celui du droit au transport pour tous assurant un service public de qualité avec une haute sécurité avec un personnel qualifié et attentif aux besoins des usagers quesl qu'ils soient.


+ un enjeu écologique : celui d'une prise en compte des exigences environnementales contre les pollutions de tous ordres. 

Faire du transport de marchandises une question d'intérêt général permettant de privilégier les modes les moins générateurs de gaz à effet de serre et consommateurs d'énergie


+ un enjeu économique : celui de l'efficacité du système de transport au service de l'activité et de l'emploi. Un maillage amélioré du territoire avec une véritable complémentarité entre les secteurs d'activité économique et avec une relocalisation des entreprises


+ un enjeu démocratique pour une meilleure réponse à l'intérêt général en donnant plus de pouvoirs aux usagers, aux élus locaux aux syndicats et aux associations aux cotés de l'état et des directions d'entreprises


Pour répondre à ces défis, il faut rompre avec la logique actuelle de concurrence généralisée dont le seul but est la recherche du profit à tout crin loin des préoccupations des citoyens.


En tant que candidate Front de Gauche je suis porteuse de ce message


 

Sonia HERTZ candidate Fde G 

3ème circonscription de  la Sarthe

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans 2012 : une année électorale
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 16:00

nv logo fnaut

 

Suite des réponses des candidats aux législatives en Loire Atlantique...

 

 

logo-modem-carre-blancAccueil

 

 

 

La Chapelle sur Erdre, le 3 juin 2012,

 

Madame, Monsieur,

 

 

Forts de leur indépendance non négociable et indispensable pour voter les lois et approuver ou rejeter les projets, M.E.I et MoDem s'associent sur la 5ème circonscription du 44, et c'est ainsi que je me présente à vos suffrages le 10 juin prochain. Nous voulons, à l'abri de compromissions, examiner les projets et prendre les décisions en pleine indépendance au seul bénéfice de la population, de l'emploi et des contraintes environnementales.

 

J'ai bien reçu votre questionnaire, qui a reçu toute mon attention, étant moi-même engagée activement dans un réflexion globale sur les transports via l'association Nexus* (www.nexus.asso.fr), visant à promouvoir à la fois un report des transports aérien et routier vers le rail ainsi que les déplacements doux.

 

Dans un premier temps, je vous adresse en pièce jointe une réponse détaillée sur les projets structurants, qui constituent pour nous une véritable colonne vertébrale du transport collectif. Par un prochain courrier, nous répondons au plus tôt à la suite de votre questionnaire.

 

Je reste à votre disposition pour tout contact ou renseignement complémentaires, et vous prie d'agréer, Mesdames, Messieurs, l'expression de ma respectueuse considération.

 

 

 

Annie Le Gal La Salle

Candidate 5ème circonscription de Loire Atlantique

legallasalle.legislative2012@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Réponse de Annie Le Gal La Salle, candidate MEI/ MoDEM aux législatives 5ème circonscription de Loire Atlantique au :

questionnaire de la FNAUT daté du 22 Mai 2012

 

 

Première partie – Infrastructure de transport :

 

L’ordre des priorités de réalisation des gros projets transport par les Elus actuels à la ville de Nantes, au département, à la Région est le suivant : (1) Aéroport NDL, (2) LGV Rennes Nantes, (3) Prolongement de la LGV depuis Sablé sur Sarthe jusqu’à Nantes

Nous sommes en profond désaccord avec l’ordre de priorité de ces projets et sommes donc favorables à une réflexion (sur) et révision approfondie au plus tôt du SNIT.

 

Nous préconisons :

+ Une optimisation de l’aéroport de Nantes Atlantique incluant une desserte ferroviaire performante de son aérogare par le rétablissement du tracé initial de la ligne Nantes-Bouaye vers Pornic ou St Gilles.

 

+ Un abandon immédiat du projet pour un aéroport de plus à Notre Dame des Landes. Ce projet étant au seul bénéfice d’une vision d’aménagement urbain par quelques élus et d’intérêts sectoriels très localisés. mais sans profit au bénéfice de l’intérêt général.

 

+ Un abandon du projet de LGV Rennes-Nantes totalement démuni d’un trafic suffisant et à coup sûr lourdement déficitaire.

 

+ Une mise à l’étude du projet de prolongement de la LGV depuis Sablé sur Sarthe jusqu’à Nantes via un tracé Sud Loire. Ce tracé permettant la meilleure accessibilité pour le plus grand nombre en desservant l’aéroport d’Angers Marcé, Angers, Cholet, et /ou La Roche , Nantes

 

+ Une rénovation de la gare de Nantes permettant un axe Nord Sud direct (sur voies ferrées existantes) depuis Sucé sur Erdre jusqu’à Bouaye avec un accès facilité aux universités, un accès direct au Parc des expositions, au stade de la Beaujoire, aux cliniques Jules Verne, au Centre Beaulieu, aux NCN et Centre hospitalier Catherine de Sienne, à l’aérogare de Nantes Atlantique et des correspondances avec L1, L2, L3 et L4 de tramways ou busways.

 

+ Des mesures foncières conservatoires strictes pour une réouverture à terme de la ligne ferroviaire Saint Hilaire de Chaléons-Paimboeuf.

 

+ Une mise à niveau des voies ferrées sur ligne Nantes-Pornic et Saint Hilaire de Chaléons-Challans- St Gilles  Croix de Vie. avec à terme une électrification 25.000 volt de ces voies permettant des TGV fin de ligne à Pornic et St Gilles Croix de Vie (à l’instar du Croisic)

 

+ Une mise à l’étude d’une liaison tunnel Paimboeuf - Donges (ferroviaire et routier) permettant ainsi une continuité des réseaux ferroviaires Nord et Sud Loire et un complément au pont de Saint Nazaire.

 

+ Des mesures foncières conservatoires pour une réalisation possible de la Bretelle ferroviaire de Savenay

 

+ Des mesures foncières conservatoires pour une réalisation possible de la Bretelle ferroviaire de Montoir

 

+ La réouverture de la station Nantes Etat, et la création d’un quai embarcadère ainsi que le maintien d’un nombre de voies approprié sur la pointe Ouest de l’Ile de Nantes.

 

+ La mise à l’étude d’un pont mixte à Nantes (ferroviaire et collectif routier entre Nantes Etat et Chantenay.

 

+ La mise à l’étude d’une station ferroviaire en sous sol à Petite Hollande, voire aussi gare maritime/L1, sécurisant ainsi le tunnel de Chantenay.

 

+ Une évolution de la desserte lente tram train Nantes-Châteaubriant vers un TER Rapide et confortable. Pas de voyages « debout » pour les scolaires, et les personnes agées.

 

+ Une liaison TER rapide depuis Nantes à Rennes via Châteaubriant sans changement de train.

 

+ Une mise à l’étude de la réouverture au trafic voyageurs de la liaison Doulon-Carquefou.

 

+ L’installation d’une station ferroviaire à Sainte Luce et la mise en place d’une desserte performante par TER sur l’axe Ancenis-Nantes-Chantenay-Savenay.

 

+ La diamétralisation des circulations ferroviaires dans la gare de Nantes

 

+ l’implantation de parkings en bordure des lignes ferroviaires mais au-delà du périphérique nantais

 

+ Des services de rabattements par transport collectif vers les gares SNCF du département.

Nous soutenons aussi :

 

+ Une mise à niveau de la liaison existante Nantes-Redon-Rennes

 

+ Parallèlement au choix d’une LGV Sud Loire, l’électrification du tronçon La Roche sur Yon – La Rochelle

 

+ Le raccordement du projet de Grande Rocade Ferroviaire Ouest ( Mézidon- Le Mans- Tours) à la ligne LGV Bretagne Pays de la Loire par la réalisation de « bretelles » au Nord du Mans.

 

Globalement, nous préconisons les choix conduisant à des reports de trafic de l’aérien et du routier vers le rail (passagers et fret).

 

Annie Le Gal la Salle

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans 2012 : une année électorale
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 09:00

nv logo fnaut

 

 

Vous vous présentez aux élections législatives de juin 2012 dans la 5° circonscription de la Loire Atlantique. Pourriez-vous répondre au questionnaire suivant rédigée par la Fédération nationale des associations d’usagers des transports et sa délégation régionale : FNAUT Pays de la Loire ? A la fin du questionnaire vous trouverez des interrogations susceptibles de concerner plus particulièrement votre circonscription

 

bandoba-sansfase

Les réponses de Françoise Thibaud Meslé et Teddy Francisot sur la 5° circonscription de la Loire Atlantique

 

1 - Infrastructures de transport

Etes-vous favorable à une révision approfondie du SNIT (Schéma national des infrastructures de transport) impliquant la définition d’un ordre de priorité des investissements tenant compte de leur capacité à limiter la dépendance pétrolière et les émissions de gaz à effet de serre, et en particulier : l’ abandon des projets nocifs pour l’environnement (autoroutes, aéroport de Notre-Dame-des-Landes) le réexamen du programme des LGV (abandon de projets de peu d’intérêt ou présentant des effets pervers : Poitiers-Limoges, Normandie, préciser les critères de pertinence), l’abandon des gares TGV exurbanisées sans connexion avec le réseau classique, une accentuation de la modernisation du réseau ferré classique (liaisons intercités et lignes capillaires), des réouvertures de lignes interurbaines une accélération du subventionnement des investissements de TCSP urbains (en particulier tramways et dessertes ferrées périurbaines), d’aménagements cyclables urbains et de véloroutes

 

Oui je suis opposée depuis le début à la construction du projet inutile de NDDL et à toutes les infrastructures proposées. Mon programme c’est « l’humain d’abord » avec la planification écologique.

 

2 - Modes doux, santé et sécurité routière

Etes-vous favorable à l’approfondissement du code de la rue à une politique ambitieuse d’incitation à l’usage du vélo (prime accordée par les entreprises aux salariés effectuant leurs déplacements domicile-travail à vélo, extension du réseau des véloroutes et voies vertes) à des restrictions strictes de la circulation des véhicules les plus polluants dans les villes dont la qualité de l’air n’est pas conforme aux règles européennes et nationales à une réduction de 10 km/h des vitesses maximales autorisées sur route et autoroute (si la vitesse diminue de 1%, le nombre des tués diminue de 4% et le pétrole est économisé) à l’interdiction totale de l’usage du téléphone portable au volant à une limitation à 0,2 g par litre de sang, comme en Suède, du taux maximum autorisé d’alcoolémie, en commençant par les professionnels de la route et les jeunes conducteurs à un contrôle plus efficace du transport routier de fret (charges, vitesses, temps de travail)

 

Oui je suis d’accord avec vos propositions et m’engage à les défendre si je suis élue.

 

3 - Exploitation et financement des transports collectifs de proximité (TCU, autocar, TER)

Etes-vous favorable à l’obligation d’établir des PDU dans les agglomérations de moins de 100 000 habitants à l’obligation générale d’établir des plans de déplacements d’entreprise (entreprises privées et publiques, administrations, zones d’activités, établissements scolaires) à l’élargissement des responsabilités des AOTU à la décentralisation de la gestion du stationnement urbain de surface (avec dépénalisation des amendes), à l’aménagement des grandes voiries, au stationnement, à l’autopartage, au covoiturage et à la location de vélos (ordinaires ou à assistance électrique) à l’extension du versement transport des entreprises aux entreprises de moins de 10 salariés et aux entreprises implantées hors périmètre de transport urbain à un renforcement de l’efficacité du « service prévisible » en cas de grève

 

Oui je pense qu’il faut d’abord travailler à l’aménagement du territoire, et ensuite prendre en compte l’existant, vos solutions me semblent opportunes, mais je propose en plus la gratuité des transports en commun pour que les usagers puissent au maximum les utiliser ; ce qui simplifie toutes vos propositions.

 

4 - Exploitation du réseau ferré

L’Etat étant désormais AO des services intercités TET, quelles mesures préconisez-vous pour les développer et améliorer leur qualité ? Etes-vous favorable à l’extension de la validité de la carte enfant-famille aux trains TET à la constitution d’un réseau cohérent de dessertes TET complémentaire du réseau TGV et des réseaux TER, intégrant les actuelles dessertes TER à longue distance au maintien des services ferroviaires sur les lignes actuellement très déficitaires à la sauvegarde et au développement des dessertes fret de proximité à la sauvegarde des emprises ferroviaires actuellement inutilisées (les déclassements éventuels étant soumis à enquête publique) à la suppression de la « circulaire Bussereau » (en fait une mesure imposée par l’ancien ministre) qui exige la systématique des passages à niveau en cas de réouverture de ligne ferroviaire à une expérimentation de l’ouverture du TER à la concurrence à l’apurement par l’Etat de la dette de RFF à une réunification de RFF et de la SNCF « à l’allemande » ou, au contraire, à une séparation intégrale des deux établissements publics Vous engagez-vous à favoriser l’émergence d’un réseau de relations classiques Intercités, complémentaire des réseaux TGV et TER, intégrant les relations TER à longue distance, accessible à un tarif modéré et sans contrainte de réservation obligatoire ?

 

Je redis mon engagement pour un pôle public des transports, le développement du rail avec des dessertes de proximité et le tout avec l’accès gratuit pour l’usager.

 

5 - Réforme des collectivités territoriales

Etes-vous favorable à l’extension du SCOT et du PTU au bassin de vie, et plus généralement à un renforcement des compétences des structures intercommunales, en particulier en matière de politique d’urbanisme, et à l’élection des conseillers communautaires au suffrage universel à une répartition des compétences transport des départements entre agglomérations (lignes périurbaines) et régions (lignes interurbaines, routes), qui permettrait une meilleure coordination entre services urbains et périurbains d’une part, interurbains routiers et ferroviaires d’autre part

 

Un conseiller territorial doit être élu au suffrage universel des citoyens pour toutes les collectivités pour un mandat renouvelable une fois seulement. Les compétences de transports s’apprécient dans un schéma d’aménagement du territoire en concertation avec les citoyens.

 

6 - Conditions de concurrence entre modes

  Etes-vous favorable à une harmonisation des conditions économiques et sociales de concurrence entre modes, et en particulier à la taxation du kérosène à la suppression des subventions occultes dont bénéficie les compagnies à bas coût et les aéroports à la suppression de la taxe « réseau » qui n’est payée que par le rail à une révision du barème fiscal automobile, qui surestime le coût d’usage de la voiture au financement de la sécurité routière par les usagers de la route

 

Les transports en commun gratuits pour la population gérés dans un pôle public, ne doivent pas être taxés mais doivent être favorisés. Les populations doivent pouvoir habiter au plus près de leur entreprise pour éviter les déplacements trop longs.

 

7 - Fiscalité

  Etes-vous favorable à une taxation du stationnement sur les emprises des entreprises, administrations et grandes surfaces commerciales à la libre expérimentation du péage urbain par les collectivités locales, quelle que soit la taille de l’agglomération, avec affectation obligatoire du produit du péage à l’AOTU à une taxation supplémentaire du produit des péages autoroutiers au profit des trains TET à l’intégration des coûts externes dans l’écoredevance poids lourds à l’instauration d’une contribution climat-énergie ou « taxe carbone » dont le produit serait affecté au développement des modes écologiques (TCU, transport ferroviaire et fluvial) à la prolongation des aides à la production de biocarburants

 

Les biocarburants doivent être développés, mais pas au détriment de la terre nourricière, qui est une priorité. La recherche doit être développée pour un changement radical d’énergie combustible.

 

8 - Maîtrise de la mobilité et aménagement du territoire

Etes-vous favorable à une densification de l’habitat et des activités autour des gares urbaines et périurbaines à des mesures fiscales favorables au commerce de proximité à un encouragement au développement du télétravail et des télé ou vidéoconférences à un renforcement du rôle des villes moyennes par rapport aux métropoles Quelles mesures concrètes mettrez vous en œuvre ?

 

Comme dit plus haut, l’aménagement du territoire doit équilibrer les populations, dans un schéma d’aménagement qui tient compte de la planification écologique. (voir le programme l’humain d’abord)

 

9 - Démocratie et vie du mouvement associatif Etes-vous favorable à une revalorisation de l’aide apportée par l’Etat aux associations de consommateurs et de protection de l’environnement Que proposez-vous pour renforcer le rôle des usagers dans les processus de décision et de suivi (choix des infrastructures de transport, contrôle de l’exploitation) Dons et reçus fiscaux

 

Depuis les années 1970 je suis adhérente de : « Que Choisir » et pense qu’une association de consommateur doit être entièrement libre, donc vivre de ses cotisations.

 

Par contre la démocratie exige que les représentants des usagers puissent siéger dans un pôle public, à parité, avec droit de vote.

 

10 - Amnistie présidentielle

Etes-vous favorable à une amnistie des petits délits (non-respect du code de la route et des règles du stationnement, incivilités et vandalisme dans les transports publics) ?

 

NON

 

11 – Questions liées à la 5° circonscription de la Loire-Atlantique

Êtes-vous favorable à l’optimisation des étoiles ferroviaires : notamment avec la remise en service de la ligne Nantes-Carquefou et au delà Êtes-vous favorable au développement parallèle des LGV et des services TER notamment au travers de l’aménagement de la liaison Nantes-Angers et de la réalisation d’une LGV des Pays de la Loire Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire sur les analyses et actions de la FNAUT

 

Je suis allée au lycée de Châteaubriant, à l’époque c’était la micheline, et c’était très bien, je n’ai jamais compris pourquoi ce service public a été supprimé ! Maintenant on nous ressort quelque chose de plus compliqué, certes avec des infrastructures plus modernes, mais cela me semble une vaste nébuleuse. Et je redis ma priorité à la gratuité de ces transports. Si on veut véritablement que la population utilise les transports en communs, je pense que c’est le seul moyen. Les contrôleurs pourraient assurer la sécurité en toute convivialité au lieu de faire le contrôle des billets, tout le monde gagnerait en sérénité.

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans 2012 : une année électorale
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 08:00

nv logo fnaut

 

Les réponses des 4 candidats candidats EELV nous sont parvenues en même temps. La trame qui figure ci-dessous ne correspond qu'au point important du questionnaire. Pour retrouver l'intégralité du questionnaire il suffit de cliquer ici

 

images eelv

 

Questions à poser aux candidats aux élections de 2012 en Sarthe 

 

 

Le Mans, le 31 mai 2011

 

Objet : votre questionnaire à l’attention des candidat-e-s aux élections législatives

 

Madame, Monsieur,

 

Vous avez souhaité connaître notre position sur un certain nombre de questions concernant essentiellement les transports et nous vous remercions de nous permettre de vous présenter les propositions écologistes.

Nous nous sommes efforcés de répondre au mieux à votre courrier, et espérons que les différents éléments exposés ci-dessous nourriront votre conviction quant à l’intérêt de voir un groupe de députés écologistes siéger à l’Assemblée Nationale d’ici quelques semaines. Vous imaginez bien cependant, que compte tenu de la quantité de questionnaires reçus, il nous est difficile de vous répondre plus dans le détail.

Si toutefois certains éléments ne vous semblaient pas assez développés, ou si vous aviez d’autres questions à nous poser, sachez que le vendredi 8 juin, nous donnons rendez-vous aux habitants de la Sarthe de 18h à 21h, à la Maison de l’Écologie, 81 rue Nationale. Un temps au cours duquel nous souhaitons permettre à chacune et chacun d’échanger librement avec nous !

 

Amitiés écologistes,

 

Catherine GOUHIER, candidate sur la 1ère circonscription, et son remplaçant, Eric LUCAS

Rémy BATIOT, candidat sur la 2ème circonscription, et sa remplaçante, Florence PAIN

Isabelle SÉVÈRE, candidate sur la 4ème circonscription, et son remplaçant, Loïc TRIDEAU

Elen DEBOST, candidate sur la 5ème circonscription, et son remplaçant, Jean-Pierre AUBERT

 

1 - Infrastructures de transport


Oui, une révision approfondie du SNIT est indispensable. Nos élus régionaux ont d’ailleurs voté contre le projet de SNIT lors de son passage en session le 13 décembre 2010 (voir les interventions de Michel Perrier et Jean-Philippe Magnen sur le site : http://www.ee-cr-pdl.net). Nous reprenons par ailleurs à notre compte l’avis adopté à l’unanimité par le conseil économique, social et environnemental, qui dit notamment : « il présente d’importantes limites et des marges de progression » ; « la concrétisation des objectifs environnementaux n’est pas avérée (…) les contributions du SNIT à l’effort contre les gaz à effet de serre ne sont pas en rapport avec l’objectif global que s’est fixé la France : réduire ses émissions par quatre par rapport à 1990 dans le cadre de la lutte internationale contre le réchauffement climatique ».

 

Nous sommes, et depuis longtemps, opposés au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes et demandons son abandon. Nos élus des différentes collectivités (Nantes Métropole, Conseil Général, Conseil Régional) ont toujours voté contre ce dossier.

 

De même, nous sommes opposés à tout nouveau projet d’autoroute, et demandons un moratoire permettant de réexaminer un certain nombre de projets de lignes LGV. Le projet Poitiers-Limoges est un excellent exemple d’un projet qu’il faut abandonner. L’abandon de ces projets doit permettre d’investir plus dans la modernisation du réseau ferré classique. Là encore, nous pouvons citer le CESE : « il faut consacrer l’argent disponible pour régénérer les réseaux de transport existants, privilégier les infrastructures qui offriront une vraie alternative à la route et à l’aérien avant d’envisager toute nouvelle LGV… »

 

Nous sommes favorables à une augmentation du subventionnement des projets de TCSP urbains. Après s’être retiré du financement des TCSP de province entre 2003 et 2007, l’Etat s’est de nouveau engagé, suite au Grenelle de l’environnement, via deux appels à projet. Mais c’est encore insuffisant, le GART (Groupement des Autorités Responsables des Transports) a recensé une quarantaine de projets de TCSP, et réclame le lancement d’un troisième appel à projet, refusé par l’ancien ministre des transports, Thierry Mariani.

 

Nous sommes également favorables au subventionnement des aménagements cyclables urbains et des véloroutes. Il est indispensable de favoriser la pratique du vélo comme mode de déplacement.

 

2 - Modes doux, santé et sécurité routière


De manière générale, nous sommes favorables à un soutien massif à une politique ambitieuse en faveur du vélo en ville. Cela passe par des lignes budgétaires importantes, comme par exemple consacrer obligatoirement au moins 10% de tout investissement de voirie aux aménagements cyclables et aux offres de stationnement spécifiques au vélo). Cela passe également par un approfondissement du code de la rue. Certaines des mesures du code la rue appliquées dans nos centres-villes comme l’autorisation du « tourne à droite » aux feux rouges pour les vélos ou la généralisation des double-sens cyclables dans les zones 30 ont déjà donné des résultats positifs, sans augmentation du nombre d’accidents.

 

Oui, il faut que les entreprises puissent accorder une prime aux salariés (une indemnité kilométrique vélo) effectuant les déplacements domicile-travail à vélo. C’était une mesure demandée par les associations lors de l’élaboration du plan vélo national (présenté en mars par le ministre des transports), mais elle n’a pas été retenue. Dans cette logique de développement du vélo comme mode de déplacement, nous soutenons l’extension du réseau des véloroutes et voies vertes.

 

Oui, il faut restreindre la circulation en ville des véhicules les plus polluants, et pour nous, pas seulement dans les villes dont la qualité de l’air est mauvaise. C’est une mesure indispensable de santé publique.

 

Les accidents de la route sont un vrai fléau, et les 4.000 morts par an sur nos routes sont intolérables. Toutes les mesures pouvant réduire ce nombre de tués sont les bienvenues, comme la réduction des vitesses autorisées (entre 10 et 20km/h), la limitation à 0,2 g par litre de sang du taux d’alcoolémie ou l’interdiction totale de l’usage du portable au volant.

 

3 - Exploitation et financement des transports collectifs de proximité (TCU, autocar, TER)

 

De manière générale, pour développer les modes de transports alternatifs à la voiture, il faut inciter au changement de mode de déplacement, et pouvoir coordonner les offres de déplacements et l’offre de stationnement. Nous ne savons pas s’il faut aller jusqu’à l’obligation d’établir des PDU dans les agglomérations de mois de 100.000 habitants et d’établir des PDE, mais il faut au minimum une incitation forte. Et dans le même temps, oui, il faut élargir les responsabilités des AOTU, qu’elles puissent coordonner l’ensemble des offres de déplacements alternatives à la voiture. Nous sommes favorables à la dépénalisation des amendes, mesure proposée depuis de nombreuses années par les associations et dans de nombreux rapports officiels (dont un rapport présenté fin 2011 au gouvernement par le sénateur Louis Nègre) mais jamais mise en application. Nous sommes également favorables à l’extension du VT aux entreprises de moins de 10 salariés et aux entreprises implantées hors PTU, les recettes ainsi dégagées permettant de financer le développement de l’offre de transports en commun, ce qui bénéficiera entre autres aux salariés de ces entreprises.

 

Quant au renforcement de l’efficacité du « service prévisible » en cas de grève, il est peut-être nécessaire de commencer par tirer un bilan de sa mise en œuvre, avec toutes les parties concernées (compagnies de transports, usagers, syndicats).

 

4 - Exploitation du réseau ferré


A côté et en complément du réseau TGV, il faut un réseau ferré classique (TET, TER…) performant, y compris sur les lignes déficitaires. Nous sommes donc favorables à un réseau cohérent de dessertes TET et TER, et de dessertes fret de proximité, qu’il convient d’entretenir et de développer, ce qui passe par la sauvegarde des emprises actuellement inutilisées.

 

Concernant l’ouverture du TER à la concurrence, nous ne savons pas si les conseils régionaux sont intéressés par cette mesure. Nous pensons que leur souci principal est d’avoir des infrastructures de qualité et les financements nécessaires. Nous proposons donc que les régions deviennent des « autorités organisatrices de la mobilité durable ». Elles seraient les chefs de file dans la coordination des transports publics voyageurs et fret, seraient dotées pour cela d’un financement pérenne. Dans le même temps, la SNCF doit être beaucoup plus transparente sur ses coûts, notamment vis-à-vis des régions.


La séparation actuelle RFF/SNCF ne marche pas. Il est devenu extrêmement difficile d’identifier qui fait quoi et d’avoir une lisibilité cohérente quant à la politique menée par l’Etat, RFF et la SNCF. Loin de régler le problème de la dette (28 milliards d’euros), cette organisation l’a amplifié, et son remboursement est clairement hors de portée de RFF. La dette de RFF doit donc être reprise par l’Etat. L’organisation actuelle doit évoluer vers un pilotage unique en mettant en place un système ferroviaire intégré SNCF/FRR, en s’appuyant sur les exemples allemand, belge, italien.

 

5 - Réforme des collectivités territoriales


Oui, il faut renforcer les structures intercommunales, qui permettent une meilleure gestion des politiques publiques (urbanisme, logement, déplacements) à l’échelle de territoires comme le PTU ou le bassin de vie.

Nous sommes depuis très longtemps favorables à l’élection des conseillers communautaires au suffrage universel. Nous espérons que cette mesure pourra être mise en œuvre lors des prochaines élections municipales de 2014.

 

Il faut effectivement réfléchir à une meilleure répartition des compétences transport, ce qui permettra une meilleure organisation et donc une plus grande efficacité. Cette réflexion devra faire partie des discussions parlementaires qui auront lieu sur la future réforme territoriale.

 

 

6 - Conditions de concurrence entre modes


Il faut faire en sorte que la concurrence entre les différents modes de déplacements soit loyale. Dans cet esprit, il faut évidemment taxer le kérosène, avantage injustifié accordé à un mode de transport polluant. Il est estimé que cette mesure pourrait rapporter 1,3 milliard d’euros à l’Etat. De même, il faut supprimer les octrois de subventions occultes attribués aux compagnies « low-cost », qui faussent la concurrence et entretiennent l’illusion que le transport aérien peut être un transport bon marché.


La fiscalité doit intégrer les coûts d’usage des véhicules : nous proposons de renforcer le dispositif bonus-malus, de fixer les péages autoroutiers en fonction des normes de pollution, d’aligner les taxes gazole sur celles de l’essence, et de renégocier la privatisation des autoroutes.

 

7 - Fiscalité

Êtes-vous favorable

+ à une taxation du stationnement sur les emprises des entreprises, administrations et grandes surfaces commerciales

On le sait très bien, une offre de stationnement gratuite ou bon marché incite à l’utilisation de la voiture individuelle. La taxation du stationnement sur les emprises citées peut être une mesure à appliquer, mais cela peut également passer, pour les entreprises et administrations, par la mise en place de Plan de Déplacements d’Entreprises, incitant les salariés à utiliser les modes de déplacements alternatifs à la voiture.

 

+ à la libre expérimentation du péage urbain par les collectivités locales, quelle que soit la taille de l’agglomération, avec affectation obligatoire du produit du péage à l’AOTU

Oui

 

+ à une taxation supplémentaire du produit des péages autoroutiers au profit des trains TET

+ à l’intégration des coûts externes dans l’écoredevance poids lourds

Oui.

 

+ à l’instauration d’une contribution climat-énergie ou « taxe carbone » dont le produit serait affecté au développement des modes écologiques (TCU, transport ferroviaire et fluvial)

 

Nous proposons la création d’une Contribution Climat Energie, qui reposera sur une triple assiette : énergie primaire, gaz à effet de serre et risques environnementaux et sanitaires. Cette CCE alimentera un fonds national de conversion écologique, qui pourra être affecté en partie au développement des modes écologiques de déplacement.

 

+ à la prolongation des aides à la production de biocarburants

 

Nous sommes pour l’abrogation des aides à la production de « biocarburants », que nous préférons appeler « agrocarburants », et pour l’arrêt de leur importation.

 

8 - Maîtrise de la mobilité et aménagement du territoire

 

Êtes-vous favorable :

+ à une densification de l’habitat et des activités autour des gares urbaines et périurbaines

 

Oui, il faut absolument lutter contre l’étalement urbain, consommateur d’espace et créateur de déplacement automobiles. Il faut donc lier étroitement les politiques de logement, d’urbanisme et de déplacements. Nous proposons une loi d’orientation d’affectation et d’usage des sols, qui visera à stopper l’étalement urbain, à maintenir la mixité sociale urbaine par le logement, les activités, les loisirs. Elle donnera aux collectivités territoriales et aux EPCI la capacité de mobiliser les ressources foncières pour permettre un équilibre entre habitat, activités, espaces publics et espaces naturels. Cet effort contre l’étalement urbain se traduira donc par une densification de l’habitat, notamment le long des axes lourds de transports en commun et des gares.

 

+ à des mesures fiscales favorables au commerce de proximité

 

Oui, il faut privilégier les commerces de proximité, où l’on peut se rendre à pied ou à vélo, plutôt que les grandes surfaces, très souvent situées en périphérie, consommatrices d’espaces et aspirateurs à voiture.

 

+ à un encouragement au développement du télétravail et des télé ou vidéoconférences

 

Oui, il faut favoriser toutes les formes de travail et d’échanges qui diminuent les déplacements.

 

+ à un renforcement du rôle des villes moyennes par rapport aux métropoles

 

Oui, il faut effectivement éviter un trop grand déséquilibre entre les villes moyennes et les métropoles.

 

Quelles mesures concrètes mettrez-vous en œuvre ?

 

Il est difficile d’envisager la mise en œuvre de mesures concrètes à l’échelon national et il s’agit surtout de donner les moyens aux territoires pour mettre en œuvre des projets cohérents prenant en compte leur spécificité.

 

Au-delà des commerces de proximité qu’il faut protéger de la concurrence des grandes surfaces, la relance des maisons de services publics polyvalents rendra plus vivants les centres des petites communes. Pour arrêter la destruction de terres agricoles, des mécanismes fiscaux pourront freiner la périurbanisation tout en contribuant à la reconversion des friches industrielles et commerciales. Pour veiller à un développement plus équilibré du territoire, nous proposons d’améliorer le fonds de péréquation des régions, ainsi que leur redécoupage progressif pour les rendre plus fortes. Sans punir Paris, il est donc possible d’harmoniser le développement du pays.

 

Il nous paraît essentiel d’accélérer également la mise en œuvre du plan national très haut débit. Pour résoudre la « fracture numérique » française en 5 ans, tous les acteurs concernés devront être mis à contribution, et notamment les opérateurs qui bénéficieront économiquement de la modernisation du réseau.

 

Pour combler le fossé physique et psychologique entre territoires urbains et ruraux, la mise en place d’une politique spécifique pour les transports ruraux doit aller de pair avec l’ensemble des mesures proposées ici. Elle comprendra l’amélioration du maillage en transports collectifs, le développement du covoiturage et du co-partage, ou encore la fin d’une politique ferroviaire biaisée qui avantage systématiquement les lignes à grande vitesse et les métropoles au détriment du reste du territoire

 

9 - Démocratie et vie du mouvement associatif

 

Êtes-vous favorable à une revalorisation de l’aide apportée par l’Etat aux associations de consommateurs et de protection de l’environnement ?

 

Oui, les associations de consommateurs et de protection de l’environnement font un travail remarquable dans leurs champs d’activité, et participent au maintien du lien social. Il faut donc accentuer l’aide que l’Etat leur apporte.

 

Que proposez-vous pour renforcer le rôle des usagers dans les processus de décision et de suivi (choix des infrastructures de transport, contrôle de l’exploitation) ?

 

C’est une question qui se pose non seulement pour les usagers, mais l’ensemble de la société civile. Il faut associer encore mieux et le plus en amont possible toutes les parties prenantes aux décisions. Nous défendons des processus de co-construction.

 

10 - Amnistie présidentielle

 

Etes-vous favorable à une amnistie des petits délits (non-respect du code de la route et des règles du stationnement, incivilités et vandalisme dans les transports publics) ?

 

Non. La perspective de l’amnistie incite au relâchement et à la multiplication des petites infractions.

 

11 -  Questions liées à la Sarthe

 

Pour nous, la question des transports en Sarthe ne peut être découpée par circonscription, et c’est bien une approche globale et transversale que nous souhaitons porter. La Sarthe est riche de son étoile ferroviaire, patrimoine à entretenir et à ne pas perdre. Outre la rénovation de l’existant et le travail nécessaire en termes de cadencement, nos propositions s’articulent autour de trois objectifs :

 

11-1. Renforcer les complémentarités villes/campagnes

 

Au lieu d’opposer l’espace rural au monde urbain, nous prônons la coopération active entre les différentes collectivités et l’État pour passer au plus vite du “tout voiture” à des modes de transports alternatifs :

+ Financement de la deuxième ligne de tramway (Préfecture-Hauts de Coulaines), et de la ligne de bus en site propre Le Mans-Alonnes, avec les parkings-relais nécessaires.

+ Ticket unique Ter-Tis-Setram (c’est-à-dire : trains régionaux, cars départementaux, bus et tramway manceaux), pour faciliter le passage d’un mode de transport à l’autre.

+ Création d’un Pass mobilité Ter-Tis-Setram pour les personnes sous le seuil de pauvreté ou au chômage pour une meilleure accessibilité aux tarifications existantes.

+ Amélioration de certains arrêts des TIS sur la ville du Mans : avenue de Paderborn, lycée G. Touchard, et d’autres, poursuite des recherches de complémentarités Tis/Setram.

+ Assurer la continuité des itinéraires cyclables autour du Mans.

 

11-2. Irriguer le territoire de modes doux ou collectifs

 

Nous soutiendrons le renforcement du réseau départemental de bus (cadencement et amplitudes horaires, minibus de rabattement vers les gares, accessibilité aux personnes à mobilité réduite) et encouragerons les complémentarités possibles entre cars scolaires et cars TIS.

Nous soutiendrons l’établissement d'un schéma départemental mettant en cohérence les modes de déplacement doux (pistes cyclables, véloroutes, cheminements pédestres), dans le périurbain et en milieu rural, avec création systématique d’itinéraires cyclables sécurisés entre les centre-bourgs et les gares ou les arrêts TIS (avec embarquement possible des vélos dans les cars). Ce schéma devra intégrer le tourisme via la création d’itinéraires cyclables le long des cours d’eau et vers les lieux touristiques.

 

 Nous soutiendrons l’implantation et l’accès aux nouvelles mobilités :

+ En accompagnant la structuration des mobilités partagées (auto-partage, autostop participatif, …) ;

+ En faisant du covoiturage un véritable outil de mutualisation des déplacements, notamment pour les entreprises, administrations et zones d’activités où le nombre d’employés présents facilite ce type de démarches

+ En créant les « plans de déplacement administration et collectivité », associant les fonctionnaires et agents des collectivités et les élus, pour une administration publique plus économe et exemplaire ;

+ En étudiant la possibilité pour des personnes isolées de pouvoir accéder à l’opportunité de places non occupées dans des transports scolaires pour rejoindre des pôles locaux de communication.

 

11-3. Priorité aux infrastructures existantes et utiles au plus grand nombre

 

Pour nous, écologistes, les financements publics n’auraient pas dû être accordés au projet de nouvelle ligne à grande vitesse Rennes-Le Mans. Au contraire, nous avons plaidé pour le projet de réouverture de la ligne de proximité La Flèche-La Suze et la modernisation des lignes ferroviaires traversant notre département en priorité.

Au nom de la sécurité et du désenclavement rural, notre département doit assumer pleinement ses compétences d’entretien des routes. Cependant nous prônons l’arrêt de toute expansion, nécessairement extrêmement coûteuse, du réseau routier, la priorité étant l’amélioration du réseau existant.

 

 

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans 2012 : une année électorale
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 12:25

 

nv logo fnaut

 

 

Questions à poser aux candidats aux élections de 2012

 

 

1 - Infrastructures de transport

 

Etes-vous favorable à une révision approfondie du SNIT, impliquant la définition d’un ordre de priorité des investissements tenant compte de leur capacité à limiter la dépendance pétrolière et les émissions de gaz à effet de serre, et en particulier

+ l’abandon des projets nocifs pour l’environnement (autoroutes, aéroport de Notre-Dame-des-Landes) ou inutiles (canaux interbassins)

+ le réexamen du programme des LGV (abandon de projets de peu d’intérêt ou présentant des effets pervers : Poitiers-Limoges, Normandie, préciser les critères de pertinence), l’abandon des gares TGV exurbanisées sans connexion avec le réseau classique, une accentuation de la modernisation du réseau ferré classique (liaisons intercités et lignes capillaires), des réouvertures de lignes interurbaines

+ une accélération du subventionnement des investissements de TCSP urbains (en particulier tramways et dessertes ferrées périurbaines), d’aménagements cyclables urbains et de véloroutes

 

2 - Modes doux, santé et sécurité routière

 

Etes-vous favorable

 

+ à l’approfondissement du code de la rue

+ à une politique ambitieuse d’incitation à l’usage du vélo (prime accordée par les entreprises aux salariés effectuant leurs déplacements domicile-travail à vélo, extension du réseau des véloroutes et voies vertes)

+ à des restrictions strictes de la circulation des véhicules les plus polluants dans les villes dont la qualité de l’air n’est pas conforme aux règles européennes et nationales

 + à une réduction de 10 km/h des vitesses maximales autorisées sur route et autoroute (si la vitesse diminue de 1%, le nombre des tués diminue de 4% et le pétrole est économisé)

+ à l’interdiction totale de l’usage du téléphone portable au volant

+ à une limitation à 0,2 g par litre de sang, comme en Suède, du taux maximum autorisé d’alcoolémie, en commençant par les professionnels de la route et les jeunes conducteurs

+ à un contrôle plus efficace du transport routier de fret (charges, vitesses, temps de travail)

 

3 - Exploitation et financement des transports collectifs de proximité (TCU, autocar, TER)

 

Etes-vous favorable

+ à l’obligation d’établir des PDU dans les agglomérations de moins de 100 000 habitants

+ à l’obligation générale d’établir des plans de déplacements d’entreprise (entreprises privées et publiques, administrations, zones d’activités, établissements scolaires)

+ à l’élargissement des responsabilités des AOTU à la décentralisation de la gestion du stationnement urbain de surface (avec dépénalisation des amendes), à l’aménagement des grandes voiries, au stationnement, à l’autopartage, au covoiturage et à la location de vélos (ordinaires ou à assistance électrique)

+ à l’extension du versement transport des entreprises aux entreprises de moins de 10 salariés et aux entreprises implantées hors périmètre de transport urbain

+ à un renforcement de l’efficacité du « service prévisible » en cas de grève

 

4 - Exploitation du réseau ferré

 

L’Etat étant désormais AO des services intercités TET, quelles mesures préconisez-vous pour les développer et améliorer leur qualité ?

Etes-vous favorable :

+ à l’extension de la validité de la carte enfant-famille aux trains TET

+ à la constitution d’un réseau cohérent de dessertes TET complémentaire du réseau TGV et des réseaux TER, intégrant les actuelles dessertes TER à longue distance

+ au maintien des services ferroviaires sur les lignes actuellement très déficitaires

+ à la sauvegarde et au développement des dessertes fret de proximité

+ à la sauvegarde des emprises ferroviaires actuellement inutilisées (les déclassements éventuels étant soumis à enquête publique)

+ à la suppression de la « circulaire Bussereau » (en fait une mesure imposée par l’ancien ministre) qui exige la systématique des passages à niveau en cas de réouverture de ligne ferroviaire

+ à une expérimentation de l’ouverture du TER à la concurrence

+ à l’apurement par l’Etat de la dette de RFF

+ à une réunification de RFF et de la SNCF « à l’allemande » ou, au contraire, à une séparation intégrale des deux établissements publics

 

Vous engagez-vous à favoriser l’émergence d’un réseau de relations classiques Intercités, complémentaire des réseaux TGV et TER, intégrant les relations TER à longue distance, accessible à un tarif modéré et sans contrainte de réservation obligatoire ?

 

5 - Réforme des collectivités territoriales

 

Etes-vous favorable :

+ à l’extension du SCOT et du PTU au bassin de vie, et plus généralement à un renforcement des compétences des structures intercommunales, en particulier en matière de politique d’urbanisme, et à l’élection des conseillers communautaires au suffrage universel

+ à une répartition des compétences transport des départements entre agglomérations (lignes périurbaines) et régions (lignes interurbaines, routes), qui permettrait une meilleure coordination entre services urbains et périurbains d’une part, interurbains routiers et ferroviaires d’autre part.

 

6 - Conditions de concurrence entre modes

 

Etes-vous favorable à une harmonisation des conditions économiques et sociales de concurrence entre modes, et en particulier :

+ à la taxation du kérosène

+ à la suppression des subventions occultes dont bénéficie les compagnies à bas coût et les aéroports

+ à la suppression de la taxe « réseau » qui n’est payée que par le rail

+ à une révision du barème fiscal automobile, qui surestime le coût d’usage de la voiture

+ au financement de la sécurité routière par les usagers de la route

 

7 - Fiscalité

 

Etes-vous favorable :

+ à une taxation du stationnement sur les emprises des entreprises, administrations et grandes surfaces commerciales

+ à la libre expérimentation du péage urbain par les collectivités locales, quelle que soit la taille de l’agglomération, avec affectation obligatoire du produit du péage à l’AOTU

+ à une taxation supplémentaire du produit des péages autoroutiers au profit des trains TET

+ à l’intégration des coûts externes dans l’écoredevance poids lourds

+ à l’instauration d’une contribution climat-énergie ou « taxe carbone » dont le produit serait affecté au développement des modes écologiques (TCU, transport ferroviaire et fluvial)

+ à la prolongation des aides à la production de biocarburants

 

8 - Maîtrise de la mobilité et aménagement du territoire

 

Etes-vous favorable

+ à une densification de l’habitat et des activités autour des gares urbaines et périurbaines

+ à des mesures fiscales favorables au commerce de proximité

+ à un encouragement au développement du télétravail et des télé ou vidéoconférences

+ à un renforcement du rôle des villes moyennes par rapport aux métropoles

 

Quelles mesures concrètes mettrez vous en œuvre ?

 

9 - Démocratie et vie du mouvement associatif

 

Etes-vous favorable à une revalorisation de l’aide apportée par l’Etat aux associations de consommateurs et de protection de l’environnement

 

Que proposez-vous pour renforcer le rôle des usagers dans les processus de décision et de suivi (choix des infrastructures de transport, contrôle de l’exploitation)

 

Dons et reçus fiscaux

 

10 - Amnistie présidentielle

 

Etes-vous favorable à une amnistie des petits délits (non-respect du code de la route et des règles du stationnement, incivilités et vandalisme dans les transports publics) ?

 

 

logofnaut2012

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans 2012 : une année électorale
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 12:00

fnaut logo pdl

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elections législatives de juin 2012 en Mayenne                             53 

  Nombre de circonscription en Mayenne : 3 , retenue par la FNAUT : 3

Circonscription 1 : Laval 

Liste

Date Envoi

Réception

Candidats

Suppléants

 

 juin 2012

 

Aurélien GUILLOT (PC)

Anne DAVOUST (PC)

Front de gauche

 X

 

Guillaume GAROT (S)

Sylvie PICHOT

PS - PRG 

 

Samia SOULTANI VIGNERON  

Georges JACQUEMIN

UMP 

 X

 

Yves CORTES

Alain GUINOISEAU

UMPdissident DVD 

X

 

Isabelle DUTERTRE

Kris SOCKALINGUM

Alliance Centriste

 

Christine de SAINT GENOIS

 

N.C.

 

 

Marie-Alix LE COMTE

Paul LE MORVAN

Front national 

 

 

Isabelle KOZLOWSKI

Max PADIOU

M.E.I.  Sout. EELV

 

 

Bernadette BRESARD

 

A.E.I. 

 X

 

Sophie DELORD

 

NPA 

 

 

Bernard FAUVERTE

Christophe GOSSET

LO Ext. Gauche

 

Emile SEIGNEUR

 

Ext. Gauche POI 

  

 

 

 

Circonscription 2 : Château Gontier

Liste

Date Envoi

Réception

Candidats  S Vacant

Suppléants

 

  juin 2012

 

Julie COCHIN (PC)

Manuel DOUMEAU (PG)

Front de gauche

 X

 

Marie-Noëlle TRIBONDEAU

Quentin MAUJEUL

PS - PRG 

 X

 

Philippe HENRY

Yannick BORDE

DIV.D.

 X

 

Guillaume CHEVROLIER

Catherine DIRSON

UMP

 

Mégane MAINFROI

 

D.R.

 

Jocelyne MALLEZ

Jean-Michel CADENAS

Front national

 

 

Claude GOURVIL

Virginie VAUDESCHAMPS-DESNOS

EELV

 X

 

Elisabeth DOISNEAU

Pierre THEBAULT

Alliance Centriste

 X

 

Martine  AMELIN

Maryse LEPRON

LO Ext. Gauche

 X

 

Joachim CARLIER

 

NPA

 

 

 

 

Circonscription 3 : Mayenne

Liste

Date Envoi

Réception

Candidats

Suppléants

 

  juin 2012

 

Hervé EON (PG)

Claire JAN (PC)

Front de gauche

 X

 

Marie-Paule CATHELINE

Serge HERMENIER

LO  Ext. Gauche 

 X

 

Anne REMINIAC

 

Gauche Anticapitaliste

 

 

Yannick FAVENNEC (S)

 

UMP

 X

 

Bruno DE LA MORINIERE

Odile LE MORVAN

Front national

 

 

Christian QUINTON

Françoise MARCHAND

EELV Sout. PS-PRG 

 X

 

Alexandra LEULIETTE

 

Le Centre pour la F MODEM

 

 

Esther LUBIATO

 

D.R.

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans 2012 : une année électorale
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 10:00

vba 831

 

Vivre Bien en Aunis invite chacun à bien se renseigner sur les candidats aux législatives, concernant le projet d'autoroute A831.

 

Pour vous y aider, vous pouvez consulter le lien suivant : http://non-a831.chez-alice.fr/election.htm

 

Cette information est à diffuser le plus largement possible.

 

 

n138122470568_2871.jpg

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans 2012 : une année électorale
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 08:14

nv logo fnaut

            Pays de la Loire   

       juin 2012

 

                                                                                                     Madame, Monsieur

                                                                                          Candidat(e) à la Députation 

Objet : votre candidature à l’élection législative

en Mayenne

 

 

Madame, Monsieur,

 

Vous êtes candidat(e) aux prochaines élections législatives et il important qu’un futur député s’exprime sur les thématiques transports qui seront abordées lors de la prochaine mandature parlementaire. Nous constatons en effet que les transports ont déserté le débat politique et les programmes des candidats à cette élection et cela nous fait réagir en tant que représentant des usagers et association de consommateurs.  Notre questionnaire est basique et il est allégé en raison des délais. Les réponses seront traitées uniquement par courriel pour être publié sur notre site internet (http: //www.fnaut-paysdelaloire.org).  

 

Notre association adhérente à la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports  soutient le transport public. Notre action s'inscrit dans le développement durable pour soutenir et développer des transports moins polluants plus économe en espace et en énergie, plus respectueux de l’environnement et plus juste socialement et répondant mieux aux besoins de mobilité de tous les habitants. Notre association « questionne » les candidats à l’occasion des élections depuis plus de 30 ans et notre site internet met en ligne les réponses aux dernières élections.

 

Nous avons besoin de connaître votre positionnement national et local sur :

+  Le choix en matière d’infrastructures de transport [Programme autoroutier, construction de Notre Dame des Landes, « virgule de Sablé », réouverture des voies ferrées (cf : Laval / Mayenne…)]
+  Les Modes doux, les aspects santé et sécurité routière en lien avec les transports…
+  Exploitation et financement des transports collectifs de proximité (extension du versement transport…)
+  Exploitation du réseau ferré et ses différents aspects (ouverture du TER à la concurrence, dette de la SNCF, réforme du système ferroviaire…)
+  Conditions de concurrence entre modes (taxation du kérosène, contribution climat-énergie, péage urbain…)
+   Le rôle des usagers dans les processus de décision et de suivi (choix des infrastructures de transport, contrôle de l’exploitation…)


La FNAUT Pays de la Loire par sa représentation en Mayenne, sollicite de votre part une réponse sur ces quelques points que nous vous transmettons. Nous vous  serions reconnaissants d’y répondre et de nous les retourner par courrier électronique : a.gillaizeau@gmail.com; fnautpl@gmail.com.

 

Vos réponses (ou votre silence) permettront d'enrichir le débat public. Elles seront examinées avec soin par les représentants, les adhérents et les associations partenaires de la FNAUT. Elles seront portées à la connaissance de l’ensemble de ses membres, des citoyens intéressés par ces questions et à la presse notamment via son  site Internet : http://www.fnaut-paysdelaloire.org.

 

En vous remerciant de la disponibilité que vous prendrez pour nous faire connaître votre point de vue sur les questions transports, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l'assurance de nos salutations distinguées.

 

Pour Le Président

                                                                                    Aymeric GILAIZEAU

et Fabrice EYMON

 

 

 

fnaut  Pays de la Loire : Association Régionale des Usagers des Transports

Le président: Jacques MICHAUX / 36 avenue de la Noëveillard 44210 PORNIC /

Antenne Mayennaise de la FNAUT : 40 Avenue Chanzy 53000 LAVAL / tèl : 02 43 53 15 54

Siège social : Maison des Associations / 8 rue d’Auvours 44000 NANTES

 

Site Internet de La FNAUT Pays de la Loire :http://fnautpl.over-blog.com

 

 

 


 


logofnaut2012

 

Nom :

Prénom :

Partis :

 Questionnaire


1.       Quelles sont vos propositions en matière de transport et en particulier de transport collectif ? En tant que député quelles sont les moyens que vous voudriez mettre en avant ou les lois qui vous semblent prioritaires dans le secteur des transports  pour lutter développer les transports dits durables et lesquels ?

 


2.   Depuis 2000, suite aux diverses actions des associations pour obtenir  le retour du train sur l’axe Laval / Mayenne, les prises de position de différents responsables politiques mais aussi plusieurs décisions administratives et juridiques sont venues conforter notre volonté de préserver l’emprise de la voie. Tout irait pour le mieux pour ce projet, si l'implantation de l'échangeur de la future déviation de Mayenne  ne venait annihiler toutes perspectives de réouverture.

Il est donc urgent de revoir cette implantation et la configuration du point d’échange afin d’assurer le maintien d’une emprise à gabarit ferroviaire permettant le retour du train ultérieurement. Etes-vous favorable d’exiger de la part de l’Etat une modification de cet échangeur ? Si oui, comment comptez-vous faire aboutir rapidement cette demande, étant donné son caractère urgent ?

 

 

3.       Quel est votre positionnement vis à vis du projet d’Aéroport à Notre Dame des Landes ?

 

 

mayenne-73500.jpg


Annexe 2

 

 

Le projet de déviation qui à l’origine l'empruntait l'ex-voie ferrée pour la pénétrante du Petit-Mesnil (en rouge sur le plan) avait été modifié suite aux recommandations de la Commission d'enquête.

Un nouveau tracé parallèle (en bleu), avait alors été adopté ce qui préservait la possibilité de réhabilitation de cette voie. Mais cela n’est pas encore suffisant, il faut modifier aussi le point d’échange !

S’il était réalisé en l’état, ce tracé pourrait hypothéquer définitivement toute perspective de remise en service de la voie ferrée.

En effet, au niveau de l’échangeur du Mesnil, la 4 voies et les 2 bretelles correspondantes couperaient à niveau et irrémédiablement la continuité de l’emprise ferroviaire, aujourd’hui voie verte.

Pour éviter ce pont d’achoppement, cela implique de revoir de façon urgente, à cet endroit, la configuration du point d’échange et de réaliser un ouvrage d’art au gabarit ferroviaire.

 

Plan

 

echangeur2.jpg

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans 2012 : une année électorale
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 09:00

 

  logofnaut2012

 

 

Les arguments de la FNAUT contre la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

 

 

1 - Si le déplacement de l’aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes répond à un impératif de sécurité, comme l’affirme les élus locaux promoteurs du projet, on ne comprend pas pourquoi la Direction Générale de l¹Aviation Civile n¹est pas intervenue plus tôt pour assurer la sécurité. Un collectif de pilotes de lignes a d¹ailleurs nié tout problème de sécurité à Nantes, aéroport tout aussi sûr que beaucoup d'autres aéroports proches d'une grande ville.
 

P1100692 

2 - Pour réduire les nuisances aériennes subies par les Nantais, il est possible d'améliorer les procédures d'approche, de réorienter la piste de Nantes-Atlantique de l¹axe nord-sud sur un axe est-ouest, ce qui coûterait dix fois moins cher que la construction d¹un nouvel aéroport et éviterait de sacrifier un poumon vert de l¹agglomération nantaise.


3 - Les élus locaux croient que Notre-Dame-des-Landes permettrait de mettre en place des vols internationaux et d¹assurer ainsi le développement économique du Grand Ouest. C¹est une illusion : même à Lyon-Saint-Exupéry, aéroport qui dispose d¹une zone d¹achalandise bien plus importante, il est difficile de pérenniser des vols vers la seule destination de New-York. Curieusement, cet argument n'est d'ailleurs plus mis en avant par les élus, qui préfèrent maintenant parler du bruit et de la sécurité.


Fresque 2006 06 25 07
4 - La volonté de construire le nouvel aéroport est contradictoire avec la prochaine mise en service de la ligne à grande vitesse Bretagne qui facilitera l¹accès des habitants du Grand Ouest à l¹aéroport de Roissy qui offre toute une panoplie de vols internationaux, et celle de l'interconnexion Sud qui facilitera l'accès à l'aéroport d'Orly.


5 - Le nouvel aéroport serait surdimensionné et sa construction ruineuse – près de 600 millions d¹euros sans compter les accès routiers et ferroviaires - pour un résultat économique démontré uniquement par des slogans : il y a manifestement mieux à faire aujourd’hui de l¹argent public et privé disponible !!!

 

Une étude réalisée en 2011 par un bureau hollandais, financée par "les élus doutant du projet", comparant différentes solutions pour desservir Nantes, préconise l'amélioration de l'aéroport existant et remet fondamentalement en cause l'étude ancienne qui justifiait Notre-Dame-des-Landes. Ses promoteurs refusent cependant toute confrontation des arguments et des scénarios.

 

P1060782

Vue aérienne de Nantes Atlantique


6 - Pour la Fnaut, il serait plus prioritaire et plus écologique de pousser au transfert sur le rail des trafics aériens courte distance (Nantes-Paris et Nantes-Bordeaux) ou moyenne distance (Lyon, Lille, Strasbourg,...). Pour la voie ferrée Nantes-La Rochelle-Bordeaux, les collectivités qui se sont engagées à financer Notre-Dame-des-Landes (Etat, Région, Départements) sont aussi celles qui rechignent à réunir les financements nécessaires pour réduire de près d'une heure le trajet (4 h 15 actuellement contre 3 h 45 il y a vingt ans) entre ces métropoles atlantiques, dans une zone en fort développement.

 

7 - Indépendamment de la destruction d¹un territoire agricole précieux et du risque de gâchis financier, la construction du nouvel aéroport ne peut qu’encourager, du moins tant que le kérosène restera d¹un prix abordable, le développement du transport aérien dont les effets sur le réchauffement climatique ne peuvent plus être occultés (la contribution affichée de l’avion à l’effet de serre est d’ailleurs sous-estimée d’un facteur 2 car on oublie généralement l’émission de vapeur d’eau en haute altitude, qui se traduit par la création des traînées de condensation et des cirrus, voir une note publiée par l’Institut Français de l’Environnement en novembre 2004).

 

Dans ces conditions, qualifier l¹aéroport d¹investissement «durable» relève de l¹ignorance ou de la tromperie pure et simple.


c313.gif


Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans 2012 : une année électorale
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 08:00

nv logo fnaut

 

 

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : un moratoire ne suffit pas !

 

 

Paris le 14 mai 2012

 

 

La FNAUT interpelle le Président élu et dénonce l’obstination des promoteurs du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.


Les opposants à la construction de cet aéroport viennent d’obtenir un premier succès : la suspension des expulsions des propriétaires et exploitants agricoles présents sur les terres concernées par le projet. Ce moratoire constitue une décision positive mais ne suffit pas.

 

La FNAUT comme d’autres associations nationales, s’est opposée de longue date à ce projet d¹aéroport. Elle estime que ce moratoire doit traduire un souci d’écoute véritable et déboucher sur un abandon pur et simple de ce projet ruineux, nuisible, dont l’utilité n’a jamais été démontrée de manière sérieuse (cf. annexe  ici).

 

Ainsi le nouvel aéroport comporterait deux pistes. Or l’aéroport de Genève (plus de 13 millions de passagers en 2011) ne dispose, comme l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique (moins de 3,5 millions de passagers en 2011), que d’une seule piste !

 

La décision qui sera finalement prise par le Président élu sera un test de sa volonté de mettre en oeuvre une politique écologique et économique des transports.


La FNAUT rappelle qu’un troisième aéroport parisien, autre ineptie économique et écologique, a été longtemps considéré comme « inéluctable », mais est devenu brutalement « inopportun » en 2002, au lendemain d’une autre élection présidentielle. Il n’en est résulté aucune catastrophe.

 

 

Contact presse :

+ Régis Bergounhou, secrétaire général de la FNAUT :  06 82 55 54 91

+ Jean Lenoir, vice-président : 01 48 73 84 81

+ Jean Sivardière, président : 04 76 75 23 31

 

P1100691autocollant non ndlP1100694

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans 2012 : une année électorale
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques