Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 09:30

 

nv logo fnaut

 

Conférence de presse du vendredi 6 décembre 2013

Un premier bilan de l’action du gouvernement Ayrault

dans le secteur des transports : le grand retour de la route

 

 

 

 

2 / Les infrastructures de transport

 

Des mesures positives sont à mettre à l’actif du gouvernement :

 

+ le lancement des investissements du Grand Paris tout en poursuivant la modernisation etl’extension des infrastructures existantes ;

 

+ le lancement d’un troisième appel à projets de TCSP pour les villes de province ;

 

+ un effort accru pour la régénération du réseau ferré (2,5 milliards par an) et le renouvellement du matériel Intercités (500 millions d’euros) ;

 

+ le lancement de deux nouvelles autoroutes ferroviaires nord-sud.

 

Mais le rythme de régénération du réseau ferré classique reste insuffisant, des fermetures de lignes vont intervenir faute d’entretien et concernent des liaisons interrégionales : Clermont-Ferrand–Limoges, Verdun-Châlons-en-Champagne.

 

Les grands projets ferroviairesLe gouvernement a adopté le scénario 2 de la commission Mobilités 21 et annoncé la poursuite deplusieurs grands projets : les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, des travaux très importants à la gare de Marseille et le tunnel de base du Lyon-Turin (?).

 

Cependant ces grands projets, que la FNAUT estime nécessaires, n’ont pas été financés et ils sont rendus encore plus incertains suite au report de l’écotaxe, d’autant que la subvention de l’Etat à l’AFITF sera ramenée de 700 à 350 millions. D’autre part, l’urgence de la réalisation de la LGV Montpellier-Perpignan n’a pas encore été comprise.

 

Le grand retour de la route

 

+8 projets autoroutiers ont été relancés, en particulier l’A45 Lyon–Saint-Etienne, l’A31 Nancy-Luxembourg,

 

les contournements de Strasbourg, Rouen, Lyon,... : décision absurde car les routes et autoroutes existantes sont engorgées par un trafic de proximité et ce trafic ne pourra être absorbé que par des transports collectifs ferroviaires et routiers plus efficaces.

 

+ Le monstrueux projet de Nouvelle Routedu Littoral à la Réunion est maintenu alors que la liaison ferrée avait été approuvée par l’Etat avant d’être rejetée par le gouvernement Fillon.

 

+Le gouvernement négocie avec les sociétés autoroutières plusieurs milliards d’euros de travaux en échanged’un allongement de leurs juteuses concessions.

 

+ Supprimés en 2007, les volets routiers vont réapparaître dans les prochains contrats de plan Etat

 

+ Régions (CPER) puisque, selon le ministre des Transports, « le routier n’est plus tabou ». Les investissements sur le réseau ferré classique seront concurrencés.

 

+ Suite à la fronde contre l’écotaxe, le gouvernement a immédiatement annoncé une subvention de 100 millions d’euros pour le réseau routier breton.

 

+ L'Etat va consacrer 658 millions d'euros à la modernisation de la Route Centre Europe Atlantique en Saône-et-Loire. Mais le projet de Voie Ferrée Centre Europe Atlantique a été éliminé par lacommission Mobilité 21, selon laquelle « il s'inscrit clairement dans une logique de très long terme», alors qu’il constitue une opération exemplaire de maillage du réseau ferré par remise à niveau de l’existant. Cette orientation passéiste est sans doute le meilleur symbole du retour de la route, que lacommission a voulu « dédiaboliser ». Le constat de la FNAUT est toujours d’actualité : la route, onélargit ; le rail, on réfléchit.

 

Le projet de canal Seine-Nord, surdimensionné et ruineux, est réexaminé, mais son principe n’estpas remis en question malgré un rapport très défavorable du CGEDD et de l’IGF.

 

Enfin le projet de Notre-Dame-des-Landes n’a toujours pas été revu alors que sa pertinence parrapport à la modernisation de Nantes-Atlantique, reste à démontrer.

 

A suivre


- Télécharger le dossier de presse

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:30

 

nv logo fnaut

 

Conférence de presse du vendredi 6 décembre 2013

Un premier bilan de l’action du gouvernement Ayrault

dans le secteur des transports : le grand retour de la route

 

 

 

La transition énergétique et la fiscalité

 

Le gouvernement s’est dit favorable à une moindre utilisation de l’énergie fossile. Mais il a pris successivement trois décisions totalement contradictoires avec cet objectif.

 

La hausse du taux de TVA sur les transports collectifs


Avec le GART, l’UTP et la FNTV, la FNAUT a réclamé une baisse du taux de TVA au taux réduit de 5,5%, sur les transports collectifs de la vie quotidienne, ce qui aurait coûté 300 millions d’eurospar an à l’Etat. La hausse confirmée du taux de 7 % à 10 % est choquante :


+ elle va pénaliser tous les usagers, y compris les plus modestes, captifs du transport collectif qui est pour eux un service de première nécessité (alors que le taux de TVA sur les places de cinéma passera à 5,5% : on croit rêver...) ;


+ ce signal-prix d’autantplus déplorable qu’on épargne tous les automobilistes, même aisés ;


+ la hausse va provoquer une diminution de l’offre de transport de proximité alors que la demandeaugmente, et fragiliser les services non subventionnés (TGV).

 

L’écotaxe suspendue sine die


Comme son prédécesseur, le gouvernement Ayrault a accepté de multiples exonérations et retardél’application de l’écoredevance poids lourds pour des raisons techniques que l’on peut comprendre. Puis il l’a suspendue sine die face à la fronde bretonne.


Il n’a développé aucune pédagogie grand public, si bien que l’écotaxe est apparue comme un simple impôt supplémentaire alors qu’elle peut être un levier du report de trafic sur le rail. Le fiasco politique et financier est évident. Que faire aujourd’hui?

 

+ L’écotaxe est légitime et doit être maintenue, faute de quoi le financement des infrastructures, enparticulier ferroviaires, sera compromis car la subvention annuelle de l’Etat accordée à l’AFITF a été ramenée de 700 à 350 millions.

 

+ Un effort très important d’information du public est indispensable (sur le coût du transport routierde fret pour le contribuable et la collectivité, voir le rapport 2011 de la commission des ComptesTransport de la Nation ; sur les objectifs recherchés : remplacement de la taxe à l’essieu,financement des infrastructures de transport, report du trafic sur le rail ; sur l’impact sur les prix desbiens de consommation et sur les économies locales).

 

+ Comme en Allemagne depuis 2005, l’écotaxe doit être appliquée en priorité aux camions, françaiset étrangers, de plus de 12 tonnes, qui effectuent des parcours à longue distance et dont leschargements peuvent souvent être reportés sur le rail, et son produit ciblé sur le rail.

 

La contribution climat-énergie (CCE)


La CCE, introduite sous la forme d’une « composante carbone » de la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques fossiles (TICPE, ex-TIPP, qui rapporte 25 milliards d’euros par an) indexée sur le prix du carbone, concerne peu les transports. Les carburants automobiles ne seront surtaxés qu’à partir de 2015, et à dose homéopathique :

 

+ la sous-taxation du diesel n’étant pas corrigée, la santé publique attendra ;

 

+ l’Etat se prive de ressources pour financer la transition énergétique.


La CCE devrait rapporter 4 milliards en 2016, dont un seul sera consacré à la transition énergétique (essentiellement à la rénovation thermique des logements). Ce choix brouille le message écologique et détourne la fiscalité écologique de son objectif : pénaliser les comportements nocifs pourl’environnement, encourager les comportements vertueux

 

A suivre


- Télécharger le dossier de presse

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 07:30

nv logo fnaut

Communiqué de Presse du 3 décembre 2013

intercites

 

 

 


Intercités : la FNAUT demande leur ouverture

à la concurrence

 

 

La FNAUT demande un moratoire sur toutes les suppressions envisagées, un avenant à la convention pour préparer au plus tôt l’ouverture à la concurrence sous forme de délégation de service public et la révision par l’Etat des modalités de financement, face au déclin des services et l’accroissement de leur déficit.


La FNAUT a accueilli favorablement en 2011 la signature de la convention Etat-SNCF 2011-2013 qui fait de l’Etat l’autorité organisatrice des trains Intercités. Elle salue la décision de l’Etat d’investir 510 millions d’euros pour amorcer les renouvellements des matériels roulants.


La SNCF a réalisé certains efforts commerciaux mais, contrairement au service initial conventionné, le nombre de trains en circulation ne cesse de se réduire : suppressions sur Paris – Saint-Quentin, du train de nuit Hendaye – Genève, limitation du Cévenol ; les suppressions ne sont pas toutes justifiées par les travaux de modernisation des infrastructures. La FNAUT estime que l’esprit de la convention n’a pas été respecté.  

Les usagers, qui financent 80 % des coûts de fonctionnement des Intercités, ne peuvent plus accepter la dérive de ces coûts (la contribution publique est passée de 200 millions d’euros en 2010 à plus de 300 millions d’euros en 2013) et assister à la destruction progressive des services, particulièrement sur les lignes transversales et les trains de nuit.


Les demandes de la FNAUT

 

+ La FNAUT demande un moratoire sur toutes les suppressions envisagées de dessertes Intercités.

En concertation avec les usagers, l’Etat stratège (voulu par le projet de loi de réforme ferroviaire) avec les régions, doit établir au plus tôt un plan de transport à moyen terme définissant mieux les niveaux de service des trains Intercités et TER.

 

+ L’Etat doit revoir la répartition des financements de la subvention d’équilibre : la taxe d’aménagement du territoire versée par les sociétés autoroutières doit être augmentée (et non abaissée de 35 M € à 16 M €) et la contribution de la SNCF allégée, car l’extension des autoroutes sans modernisation simultanée du réseau ferré est une des causes de la fragilisation des Intercités.

 

+ Un avenant à la convention doit permettre d’expérimenter, au plus tard au service annuel 2016(soit au premier service horaire complet en dehors de l’actuelle convention Etat-SNCF) , l’ouverture des dessertes à la concurrence sous forme de délégation de service public. Outre la diminution des coûts, les nouveaux entrants devront apporter des démarches innovantes en matière d’organisation du transport et de services par exemple. 

 

Contact presse :


Jean Lenoir, vice-président de la FNAUT

Jean Sivardière, président de la FNAUT

 

2005-nantes-corail-bordeaux-quimper-v.jpg

Intercité Quimper - Nantes - Bordeaux c'était en 2005 

 

 

Catégorie : Communiqués de presse

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 18:00

 

nv logo fnaut

 

Conférence de presse du vendredi 6 décembre 2013
Un premier bilan de l’action du gouvernement Ayrault
dans le secteur des transports :le grand retour de la route

 

 

Introduction

 

D’une manière générale, la FNAUT constate le manque d’intérêt du gouvernement pour le secteur des transports, son impréparation, son absence de vision de l’intérêt général dans ce secteur, et sa faiblesse face aux nombreux lobbies qui cherchent à l’influencer.


Cette attitude débouche sur des décisions contradictoires et le bilan est globalement négatif : les bonnes intentions ne suffisent pas.

 

logo


La situation des transports collectifs terrestres, et en particulier ferroviaires, commence à se dégrader, et un grand retour de la route se met en place.


La FNAUT est à la fois une association de consommateurs agréée par l’Etat, une association de défense de l’environnement et un groupe de réflexion sur la politique des transports. Elle s’efforce d’avoir une vision globale des transports, de ne pas se contenter de critiques et d’avancer des propositions constructives et argumentées dans l’intérêt des usagers.

 

Son indépendance rigoureuse vis-à-vis des élus nationaux et locaux, de l’administration, des partis politiques et des syndicats est reconnue. Elle s’exprime librement, sans a priori dogmatique ou partisan, quand elle commente les décisions des pouvoirs publics. Elle ne cherche ni à « taper » sur le gouvernement ni à lui apporter un soutien inconditionnel.


Elle apprécie ces décisions au cas par cas. Elle a ainsi approuvé la fermeté du ministre de l’Intérieur en matière de sécurité routière, et désapprouvé le gaspillage de 500 millions d’euros, fin 2012, sous forme d’une réduction temporaire des taxes sur les carburants routiers. 

 

tgvrhone

 

Quatre sujets décisifs seront abordés au cours de cette intervention :

 

+ la fiscalité (TVA sur les transports publics, écotaxe poids lourds, taxation du diesel) ;

 

+ les infrastructures de transport (infrastructures existantes et grands projets) ;

 

+ la décentralisation (autorités urbaines, compétences des régions) ;

 

+ la gouvernance du système ferroviaire

 

 

suite de l'article demain

 

- Télécharger le dossier de presse

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 19:00

fnaut logo pdl

 

Communiqué de Presse du 6 décembre 2013

 

 

Réaction de la FNAUT à la suppression des circulations en Tram Train en Pays de la Loire

 

 

Suite à l'incident de tram-train du 3 décembre 2013 sur l'Ouest Lyonnais (blocage de roue), la totalité des circulations effectuées habituellement par des tram-trains Alstom Dualis ont été supprimées aujourd'hui sur la ligne Nantes - Clisson.


Les tram trains supprimés doivent être remplacés par des trains TER, mais dans la limite de leur disponibilité … Ce remplacement se retrouve également compliqué du fait que les conducteurs du tram-train n'ont pas l'habilitation pour conduire du matériel TER.

Il est surprenant que cette information de perturbation ne filtre pas dans la presse. Elle semble restée confidentielle et n'être connue en dehors de RFF/SNCF que par les syndicats de cheminots et la FNAUT.

À noter que ce choix de matériel tram train met en évidence l'incompatibilité des hauteurs de quai avec le matériel TER. Pourtant, c'est près de 10 millions d'euros qui ont été dépensés pour aménager les quais. Cette incompatibilité est regrettable et pénalisante en cas de perturbation, la preuve.


Regrettable également cette limitation d'exploitation à 100 km/heure sur le tronçon Nantes Clisson alors que les TER et la ligne permettent du 140 voire plus.


  nantes clissons html m390ec4a9

 


Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 08:30

image004

 

En septembre 2012, Nantes a créé la première ZTL (zone à trafic limitée) de France, sur le modèle des centaines de ZTL italiennes.
 
Résultat : en seulement un an, d'après des chiffres communiqués par Nantes Métropole, sur le tronçon central du Cours des 50 Otages, le trafic voitures a été divisé par 3 (de 17 100 à 5 700 véh/j) et le trafic vélo a été multiplié par 4 (de 700-800 à plus de 3000 vélos/j).
 
 La ZTL, une solution à généraliser ?

 

P1050107.jpg

  Le Cours des 50 Otages avant les aménagements

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 07:30

 

Un accident qui bloque tous les Trams Trains à quai ...

 

Mardi 3 décembre à 21h30, un Tram-Train a déraillé à hauteur de Fleurieux sur l’Arbresle, sur la ligne reliant la gare de Lyon St Paul à St Bel.

Toutes les circulations ont été suspendues sur l’Ouest Lyonnais. Le déraillement n'a entrainé a ucun blessé grave. Mais par contrecoup il a provoqué une réaction en chaine ayant des répercutions jusqu'en Pays de la Loire...


P1060111

Les Trams Trains resteront au dépôt de Doulon pour un temps...


Suite à l'incident de Lyon toutes les circulations de Tram Train Alstom Dualis sont interdites en France 

 

En effet, la décision administrative de la SNCF était sans appel : "Suite à un incident technique de la rame tram train n°217 de l'Ouest Lyonnais, et dans l'attente des résultats des expertises en cours sur l'engin en défaut par les spécialistes, nous vous demandons de suspendre l'exploitation commerciale à titre conservatoire.

Seuls sont autorisés les acheminements techniques à une vitesse qui ne doit pas dépasser 30 km/h..." La Région Pays de La Loire placé devant cette recommandation ne pouvait que s'éxecuter... Exit les Trams Trains  du réseau...


 

Prochains départs de Vertou

TER tram-train859723 17h53 CLISSON SUPPRIMÉ  
TER 858146 17h58 NANTES   4
TER 858895 18h34 LA ROCHE   1
TER 858848 18h39 NANTES   2
TER 859469 19h00 CHOLET   1
TER tram-train859726 19h04 NANTES SUPPRIMÉ  
TER 859464 19h17 NANTES   2
TER tram-train858154 19h24 NANTES SUPPRIMÉ  
TER 858858 19h31 NANTES   2
TER tram-train859725 19h31 CLISSON SUPPRIMÉ  
TER tram-train858156 20h07 NANTES SUPPRIMÉ  
TER tram-train859728 20h36 NANTES SUPPRIMÉ  

 

http://www.gares-en-mouvement.com/fr/frefy/horaires-temps-reel/dep/

 

Aucun Trams Trains n'a pu circuler sur Nantes - Clisson, alors que les dessertes sont assurées avec des perturbations avec le matériel de réserve disponible …

Ce déraillement pose  question sur les choix mis en place par la SNCF et le Conseil Régional pour répondre aux besoins des transports. D'autant que le matériel apparait  inadapté et peu fiable pour circuler sur des lignes autrefois réalisées en TER classiques.

 

P1100631

Le Tram Train : une erreur de casting ?

 

Un choix judicieux ?

 

Ce matériel Tram Train apparaît aujourd’hui comme la cause des nombreux dysfonctionnements, en terme de régularité et de sécurité.

 

Le choix était-il judicieux et qui en assume la responsabilité ? La SNCF comme exploitant et conseil, RFF comme gérant des infrastructures et des aménagements (quais...), la Région comme Autorité Organisatrice des Transports d'autant que la dimention politique n'est pas étrangère dans la décision... un éclaircissement s'impose...

 

Par contre, aucun média n'a fait échos de cette affaire car rien n'a filtré dans la presse …

 


Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 08:30

On y parlera certainement transport...

 

 

 

Jacques AUXIETTE

Président du Conseil régional des Pays de la Loire

a le plaisir de vous convier

à la soirée d'échanges

sur la Stratégie des Pays de la Loire pour 2040

mardi 10 décembre 2013 à 19 h

salle du 42e RT, Quartier Ferrié, rue de la Gaucherie

à Laval

 

Pour plus d'informations : téléchargez la plaquette d'invitation
pour une large diffusion au sein de votre structure

 


CONFIRMEZ VOTRE PRÉSENCE PAR MAIL À :
prospective@paysdelaloire.fr
 
Retrouvez l'ensemble de la démarche de prospective sur :
www.paysdelaloire2040.fr

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 07:30

Notre Dame des Landes apparait de plus en plus comme une  pompe à fric où les collectivités engloutissent l'argent  des contribuables ... au grand bonheur de Vinci... Au point que EELV s'interroge : «Il serait tout de même un comble, qu’en ces temps de restrictions budgétaires, Vinci fasse des opérations de placements et en tire des bénéfices grâce à de l’argent public »

 

images eelv

  Communiqué de Presse du 2 décembre 2013


 Combien d’argent public encore versé pour un projet à l’issue très incertaine ?

 

Le syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest était réuni cet après-midi pour se prononcer sur les orientations budgétaires de l’année à venir pour le projet d’aéroport à Notre-Dame-des- Landes.


le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes« Les conventions financières sont exécutées comme si la 1ère pierre avait déjà été posée » ont relevé Geneviève Lebouteux et Michel Perrier conseillers régionaux d’Europe Ecologie Les Verts de la région Pays de la Loire. En effet, 19,79 millions d’euros seront versés pour l’année 2014 par les collectivités à l’Etat et à Vinci pour la réalisation du projet. Et ainsi 42 millions d’argent public de subventions seront déjà versées par les collectivités locales sur les 115,5 millions prévus.


Mais que peut bien faire Vinci de cet argent ? Michel Perrier a demandé le détail précis et chiffré de l’utilisation par Vinci des sommes déjà versées. En effet, le projet ayant pris du retard, la phase de construction est loin d’être amorcée et la mise en service est repoussée de fait. «Il serait tout de même un comble, qu’en ces temps de restrictions budgétaires, Vinci fasse des opérations de placements et en tire des bénéfices grâce à de l’argent public » s’interrogent les élus écologistes.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 06:00

Le communiqué syndical de la CGT a le mérite d'être un bon argumentaire pour la défense de l'Ecotaxe et de faire le lien entre la protextion de l'environnement, la sous tarification du secteur routier, le dumping social... 


Communiqué de Presse de l'UIT - CGT

    Montreuil, le 30 octobre 2013

 

data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBxMSEhQUExIVFhUWGSAYEBgXFyEbHBoeIx4aICQaJh4aIioiGx8mHh0fKD0hKCkrLzAuHykzODMsNyotLisBCgoKDg0OGxAQGzcmHyI3LjA2NTQ0LC81Njc3NzQ0MDQvNCw0LzcsMS8sNC00NDQ0MDQyLCw4NCwtLSwsLC0sLP/AABEIAHMAVQMBEQACEQEDEQH/xAAcAAACAgMBAQAAAAAAAAAAAAAABgUHAgQIAwH/xAA9EAACAQMBBgQEAwQJBQAAAAABAgMABBEhBQYSMUFRBxNhcSIygZFzobE0QrLwFDM1UmLB0eHxFSOSorP/xAAbAQACAwEBAQAAAAAAAAAAAAAABQMEBgcBAv/EADQRAAEDAgQDBgQHAQEBAAAAAAEAAgMEEQUSITFBUWETInGRsfAGMoGhFCMzNMHR4UI1Ff/aAAwDAQACEQMRAD8AX6zy64ihCKEIoQihCKEIoQihCmNzv261/EH6GpoP1Wqhiv7KXwV807XMkUIXN1Z5dcRQhFCEUIRQhFCEUIRQhTG537da/iD9DU0H6rVQxX9lL4K+adrmSKELm6s8uuIoQihCKEIoQihCKEIoQmncrYxlInVyrQyjQDOVwCceuv15VSlxBtLUsa/5Tx5JLi1YIh2LhcPafP8ApW9Z3YfQkZxkEcmH94f5jodPU6tjw4AgrByxFmo29Oh96rar7UK5urPLriKEIoQjNCEUIRQhFCFP7n7BF3I3GSI0GXxzYnkuenv/ACFuJ1xpmDL8xSvFK80sYyfMdunVWPabIjgUiAcHUjOjH1z+tZaSqfMbym6yctXJO68xv/HgtmJ9FdQcNhiBzBI+YevcdRTrB8YNI/sJj3OfL/FC4alp3Gn+Hpy5KTi2pGAPMdFJGVJOFYdxn9On5nfNlaQDfdU3UryTkaT6jofeq59pEupIoQtvZtg0z8IIAGsjn5UXqxqKaYRNufoOagqJ2wszHU8BxJ5JoheBbS44Ih5IUpHIw+OWQ9R2AOP5FK3CY1DMzu9uQNgEmc2d1VHmd373IGzR16pMpytAihCKEJi3L28trIwkz5cmASP3SOR9qV4pROqWAs+Zv3SnFqB1VGCz5m/dWNBtaOUHyGEh5fDyB9T09udZd9M+I/mjL74LJvpJIj+cMvvgveCLKqgyVA4Rg4L40IB6KOrfQamtHg2C9u78TOO6dQOfU9PX1je+zi477+F/U8h9dlL2liFHxAFsAHTQAclA6KO1bdrQAqEs5cdNB71PMlc80hXVVlGhYhQMkkBR3J0A+9eEgC54Lxzg0EnYJ3GxEhh4JpPLhGGuDnDTP0Qf4Ry7n86SfinSyZoxd2w6Dn4n7LOfjXzS54m3fs3k0cz1P2Sztza5uGAChIk0hQcgO59aZ01MIQSTdx3KcUdIIASTdx3PvgozNWVcRQhFCEUITLubtZ0ZbdFBM0q8RJxpjHCO2cc+1VnUDKipY+TUDhz8UnxWkY9pnefkafPmrltbbgHQtjBIGAAOSgdFHatQ1tlgJJM56e9T1XvX0olzcP8Ais8uuJ33W3fEUiPMwEuC0UXUDHzH11pJXVhkYWxju7E/0s5iOIGWMsiHc2Lv4Cg9pQ3t1JxSQyZHIFSqqPQtgfXOtXoXUtOyzHDzuT5JlTvo6WOzHix63J8tVtbM3YRyRJcJxKOJo4vjbA5jIPP2zUU1e5ou1hsdLnRQ1GJvYLsjNjpc6BS9tGyxTMtqkUSIzRq6hpJCBzbOoH51TeWuewGQucSL22HgqEjmukY10hc4kAkGwHhZIhOdf0p8tNay+UITRsfca4uYUmRowr5xknOhI7elWWUr3tzBJarHKemldE8G4WexdhTW+0oEZC3BIpZ1UlMEZ+bGOtRxuYydrC4XvzC8q66Gow972m1wdDa+/JXNTxc+RQhUVupNMJHS3gEsrgcBIz5eM/F2A17jl1rLzUZqi1tzYcBx8V0rEmQlgdM/K0Xv16Jkh8P75n81rlFlPM5Yn7jH2pgMM7mTS3JKHfEFE1vZNjJb9FDb0bu30ILzlpY/3mViyj3Xp74xURoewF2tFuiYYdiNDMcsIyu5WsfoeKX7G3kkdUhVjIdECc/uOQ9eVfAbn7trprNJGxhdKQGje6ddmbi7QRvNEsaPjkWLZHY6YqZ+GdozK4CyztRjtA8dmWkt8LeSyG7dy8rJJY2vFji48sqt00K9fTAqsMKnBytkI8ivn/6VMyMPZM+21tCR5rKfd2eN4oxaWQaUkIcs3JSxzn0FDsKmuA6U69f8QzEYJGOeZX2ba+w3Nk9bC2YUgjWZVDgHiCE8A1OMD2q5Hg8BYBLdx6kkeW32WarKoPnc6Imx577cVDXewrs7QSVJALZWU8HERoFAOmO/rX0zDIo5g+NgACYRV1IKExPb+YQdbddPsnCmqQIoQl/cjYq2tqgx8bgPKepJHL2A0qCniDGDmU0xetdVVLj/AMt0Hvql/erxCaCdoYI0bgOJGfOp6qApHLvn6VXmrCx2Vo2TXDfh5s8IlmcRfYC3mbrdg8QbVrbzJRhzlWh+Yk46dCpzzOKkFXGWXPkqz/h+qbUZI9t823sr74b7NjEclysfB5zny1zngQHAXPqQT7Y7UUjBYvA3Rj1TIZG07nXyAXPM8/K33RvrvqbORYo41eQrxOWJwoOcDA1JOKKip7M5QNUYTgorGGWR1m7C3FSO5m8wvomYpwOhw4ByNeRHpUlPP2o6hVMVww0MgAN2nb/VH+Ie1Wtf6LMiqzLI2A2caxsOnvUdVIY8rgrWB0rartYXGwIG3iCpzdfabXNrFM6hWcHIXkMMR19qmheXsDiluI0zaapdC03At6XUFfb3SptJbMRpwFlXiOeL4lDd8VC6ocJuztomcOERPw41RccwBNtLaGycqtrPooQviEYGOXShem99Vz3thGW4nDfMJX4v/I6/XnSGQEPN11Slc10EZbtYei1OE4zg45Z6Z7Zr4U1xeyu/w/cHZ9vjopB9wSD+dOqY/lBc5xtpFdJfmq78T4WW/YkaOilPUAY/UUvrARKtX8PPDqEAcCb+qnvB+E4uH/dyqj31P+dT0A3KWfFLxeNvHUr38YP6m3/EP8Jr6rvlCj+Fv1ZPAeqnvD3+z7f2b+Nqmpf0glmOfv5Pp6BJ21/7fT8SP/5iqj/3Xl6J/S/+G7wd6q06ZrFIoQlXcDeNLmBY2YCaMBXXqQNAw7jH2NVaaYPbbiE7xvDn005eB3Hag/wvu8e40F3J5pZ43PzlMYb1II5+tey0rJDm2XlBjk9JH2YAcOF76eS3Idk2dlatG4XyRlpTJg8RxzPcnlgewr6EccbLHZV3VdXWVIe2+fYW4eHT2Umbmb4W8EssJHlW7uWt8nITOAQc8gcZ9DmqlPUsa4t2HBaHFsHnnjZKDmkAs7r4dRt1T/eWVtdoPMWOZOanRh9CKvOayQa6rLxTVNI85CWnyXzZM9sMwW5j/wC3qyR4wue+NM/nQws+VvBFSypNppwe9xPFKPjB/U2/4h/hNVa75Qn3wt+rJ4D1Ur4ZXavYRqDloyyuO3xMR/6kVJRuBiA5Kj8QROZWucRo6xHkAfupG53Xt3uluiG81SDo2hIGASPapDAwvz8VVjxSoZTGmBGU9OamqmS5FCFzjDKyMGVirDVSDgj6is+CQbhdac1r2lrhcFMMG/V+gx5+fVkBP3xU4qpRxSp+BULzfJbwJUTtTbE9yQZpWfHyg8h7AaVE+Rz/AJir1NRwUwtE0BWN4b21rPaANFG0kbMsmVBOpJB9sHH0NMKRrHR6jULJY9LUwVV2uIa4AjX6H7ry3z3BaZxJaLGvwhZI/lBwSeLQc9cfQV5UUmY3YpMJx5sTDHUknW4O/wBFJ+H+60lksjSleN8DCnIAGevfWpKWAx3J4qnjeKR1rmiMGzeagfF3aCs0MAILLl3HbIwAffU1DXPFw1M/hincGvmI0Og/lIdlfSwtxRSMjd1OM+/Q/WqLXOabgrTTQRzNyyNBHVM27G815JeW6SXDsjSAMDjBGvYVZhnkdIASk+IYZSR0sj2RgEDqrjpssAihC5weNhglSARlcgjI7jPMVn7ELrQc03AOyxzXi+kUIWzs7aMsD+ZDIUbuOo7EciK+mPcw3aVDPTxTsyStuE1W/iXeKMMsD+pVgfybH5VaFbIN7JI/4apHG7S4fUfyF43viJeyAgGOMHqiHP3Ymvl1ZIeili+HaKM3ILvE/wBAJUllLsWZizMcsSckn3qsTfUp01oaA1osAhI2bPCpOBlsAnA7nHIetABOyC5rbXNrqW3O/brX8Qfoalg/VaqWK/spfBXzTtcyRQhIF6PPm2WHt4zE6ZZghwDwOfLByQF68J109Kou7zo7jT3otRD+RDVFshD2na/Ud7x4X6qNsIVeW5dbeBIrZvJCiBpnbDtqFBGp6n/So2gFziALDTa6tzPcyKJjpHF0gzXzBoGg42O3D/VtX2yreCXaDC3jYRwpLGjD4Q2p5DkMgaCvp0bGufpsAVDDVVE8VO0yEFzi0kb2/teU1nbC6t5WttJrbjKpGXRHzgOUGuNfy+teFrM4JG4X2yaoNNJG2TVj7XJAJHIErNNjeWb8tbQTSxrG8KpGQvL+5nIPUrnX6172ds9wCRZfJrM/4cNkcxjswJJ189vA8Fn/ANFt3uYHeFFla1Mr2wGFMgxj4fqdP8PoaOyYXgka2vbqvn8bOynkax5LA8ND9zlO+vl59VhYbLilk2fJPbJFLKZVmhCcIZVSXDFG1HJdf9qGxtcWFwsTfTzX1NVSRR1DIZC5jchDr3sSW3Fx9fd0bubRDjaKRWsI8uLhjjVSxk4TIArDOXz2HeiJ984DRoivpyw0zpJXd51ySQLXy6jkvbcW0R0iKwKkquXnMkDfEOMj4HOg4eWNeWK9pmggWGvh6KPGZXse8OeS0gAWcNNP+hxvvdWHV9ZVFCFzum0pgFUSuFQ5jAY/CdRkdtCfvSDO7a+y6saaEkuLRc76b+KxhvpULMkjqX+cqxBbPfHOgPcNivXwRPADmggbaDRD38p4syueIcL5Y/EB0PcelGd3NAgiFrNGmo0Wce1J1IZZpAVHCpDnQdvb0ozuGxXhpYXAgsFjrsEy7t3T/wBB2jJxtx4Q8fEeLOeeedWYXHsnnjok9fEz8bTMyjLrpwSs17Iz+aZHMnMPxHi+/OquY3vfVOhDG1nZhoy8raLJtozM4lMrmQfK/EeIdND00J+9e53E3vqvBTRNZ2YaMvK2ixgvJI2445GVjzZSQTnn714HFpuCvXwxyNyPaCFNbobSmN3bRmWTgMoJXiOOp5e+tTwPd2jRfRLsUpoRSyyBozW3sLq8acrnCKEL/9k=

 

  La suspension de l’Ecotaxe poids lourd

 

... aura de graves conséquences pour le report modal, l’emploi, l’industrie et l’environnement

 

 

Le Gouvernement, en suspendant la mise en œuvre de l’écotaxe poids lourds au 1er janvier 2014, vient – une nouvelle fois - de céder aux pressions du Patronat, aux lobbies routiers, condamnant encore un peu plus tout report modal vers les modes alternatifs (rail-fluvial).

 

Le transport routier marchandises est sous-tarifé, l’ensemble des coûts externes (coûts d’usage des infrastructures, des nuisances et de la pollution, de l’accidentologie ...) ne sont pas facturés et sont donc supportés par la collectivité et le contribuable, ce qui permet aux entreprises de délocaliser leur production à tout va, de travailler à flux tendu et sans stocks, multipliant lesparcours parasites des marchandises.

 

Cette sous-tarification du transport routier demarchandises (TRM) est source de concurrence avec les modes plus vertueux ferroviaire et fluvial sur fond de dumping social à travers des travailleurs à bas coût des pays de l’Europe de l’Est, de précarité de l’emploi dans les entreprises de transports, mais aussi de désindustrialisation, de fermetures de sites de production, de licenciements...

 

Qui plus est cette sous-tarification du TRM qui tire vers le bas les conditions sociales et salaires des conducteurs, est également largement subventionnée par l’Etat à travers les réductions de la taxe à l’essieu et des remboursements de la taxe sur le gasoil professionnel.

 

Il faut également signaler que le patronat routier sera exonéré de la nouvelle taxe « climat énergie » qui reposera essentiellement sur les ménages et les salariés ce qui est encore unenouvelle injustice !

 

L’amalgame scandaleux qui est mis en avant par les différents protagonistes (allant de la FNTR, la FNSEA, le MEDEF ou autre CGPME... avec le soutien des forces politiques de droite et d’extrême droite) des mouvements de ces derniers jours a pour unique but de diviser – un peu plus - les salariés qu’ils exploitent, menacent, licencient à longueur d’année enprenant appui sur le juste mécontentement des salariés par rapport à ce gouvernement qui a choisi le camp du patronat auquel il multiplie lescadeaux fiscaux pendant que s’enchainent lesreculs sociaux pour les salariés.


Les intérêts du patronat sont toujours antagoniques

avec ceux des salariés !

 

Au sortir d’une Conférence Environnementale où, pour la 2ème fois, la question des transports était absente, comment continuer à parler « environnement » et « lutte contre le réchauffement climatique » quand on continue de favoriser et de subventionner le transport routier de marchandises qui participe fortement à ce que les transports soient la source première des émissions de Gaz à Effet de Serre ?

 

Le Gouvernement met en avant le concept d’économie circulaire. Ce qui pose la question de remettre l’appareil industriel au cœur des enjeux et du débat, d’œuvrer à la reconquête industrielle, de relocalisation des productions – dans un concept de circuit court territoria l-, posant bien la question du juste coût du transport des marchandises dans les coûts de production, de la complémentarité entre les modes passant par un véritable service public du transport marchandises par le rail, mais aussi d’un renouveau du fluvial ...

  cgt

+ Ce renoncement va avoir de lourdes conséquences sur le financement des infrastructures ferroviaires, fluviales et routières ; avec le risque d’aller vers de nouvelles concessions routières (nouvelles privatisations), la remise en cause du financement des Trains d’Equilibre du Territoire (TET)...

 

En plus du manque à gagner, de près de 800 millions d’euros pour les infrastructures, le gouvernement devra financer le Partenariat Public/Privé (PPP) engagé sous la présidence Sarkozy, conclu avec le consortium ECOMOUV (Groupe Autoroutier Italien Autostrade - Vivendi, SNCF, Thales) pour une période de 13 ans et qui se chiffrera à plusieurs milliards.

 

Un quart de la collecte écotaxe serait consacrée au paiement du loyer à cette société. Démonstration est faite – une nouvelle fois - de la nocivité des PPP, à quoi s’ajoute, dans ce cas, une privatisation d’une des missions régaliennes de l’Etat qui est de prélever les impôts et taxes.

 

Le contribuable, les salariés risquent - à nouveau - d'être sollicités pour financer le manque à gagner !

 

+  Il n’y a pas d’avenir économique, social et environnemental tant que l’on ne sortira pas de cette logique ultra-libérale dont les maitres mots sont : compétitivité, concurrence, coût du travail ... D’où l’importance de la campagne CGT sur «le coût du capital ».

 

 

La CGT appelle les salaries à s’unir, à agir  pour stopper les licenciements et toutes les regressions sociales et gagner sur leurs revendications !

 

Contact de presse

Dominique LAUNAY

Union Inter fédérale des Transports

UIT CGT - 263, rue de Paris – Case 571 – 93515 Montreuil Cedex
TEL: 01 55 82 80 47 - FAX : 01 55 82 80 49 - E- mail : uit@cgt.fr

 

voir communiqué de presse en format PDF
Voir le site www.cheminotcgt.fr

 

P1060895

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques