Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 07:20

 

nv logo fnaut

 

Ce texte est tiré de la Conférence de Presse organisée par la FNAUT le  vendredi 16 mai 2014 dont le titre : La politique des transports à la veille d’une régression ? abordait trois thématiques :

 

1 - La politique des nouveaux élus municipaux

 

2 - Les contrats de plans Etat - Régions et les projets autoroutiers

 

3 - L’écotaxe poids lourds

 

 

 

L’écotaxe poids lourds : l'argumentaire de la FNAUT

 

 

Les critiques incompréhensibles de la ministre de l’Ecologie


1 -  Il faut abandonner l’écotaxe pour éviter toute forme de “ fiscalité punitive ”.


2 - Répercuter la taxe sur les chargeurs est “absurde”, “on n’atteindra pas l’objectif car c’est aux camions de payer l’entretien des routes”.


3 -  Les transporteurs routiers n’ont pas d’alternative ferroviaire crédible à leur disposition.


4 - Il faut taxer les seuls transporteurs étrangers: “si tout lemonde passe sous les portiques, tout le monde paye” (en réalité, les portiques ne servent qu’à dépister les fraudeurs).

 

 Dessin de Na - Dessin de Presse  : http://www.dessinateur.biz/blog/2013

 

1 - Considérer l’écotaxe comme un impôt est un contresens.

L’écotaxe vise au contraire à soulager le contribuable qui paie une part importante des coûts du transport routier.

C’est une redevance kilométrique d’usage de la voirie par les camions (comme les péages versés à RFF ou VNF), combinée à une taxe pollueur-payeur.

- Le faible niveau prévu de l’écotaxe (4 fois inférieur à celui en vigueur en Allemagne, où la LKW Maut rapporte 4,5 milliards d’euros par an) n’entraînerait qu’une hausse marginale (inférieure à 1 %) du prix des biens de consommation.

 

2 - Ce sont bien les chargeurs qu’il faut taxer, car ce sont eux les donneurs d’ordre ; l’écotaxe les inciterait à rationaliser leur logistique et à davantage utiliser le rail et la voie d’eau. Les transporteurs font leur métier, et ne peuvent répercuter l’écotaxe

 

3 - Dès aujourd’hui, le rail et la voie d’eau permettent des reports de trafic par rabattement.


4 - Tous les camions (600 000 français et 200 000 étrangers) usent les routes et sont à l’origine d’accidents et de nuisances, tous doivent donc être soumis à l’écotaxe. Aujourd’hui les étrangers ne paient rien, il y a distorsion de concurrence, mais l’écotaxe vise à la corriger.

 

Des propositions difficiles à mettre en œuvre

 

5 - Imposer aux transporteurs étrangers une vignette à l’entrée en France, “comme en Suisse” (à l’entrée en Suisse, ce sont les automobilistes, non les camions, qui paient une vignette).

 

6 - Les obliger à utiliser les autoroutes (mais comment ?) et taxer les sociétés d'autoroutes, car elles bénéficieraient alors de recettes supplémentaires.


5 - La législation européenne (libre circulation des biens et des personnes), issue du traité de Romede 1959, interdit toute discrimination entre transporteurs français et étrangers. Une vignette ne peut être imposée qu’en complément d’une écotaxe.

- Une vignette serait forfaitaire, et non kilométrique.

 

6 - Taxer les bénéfices des sociétés autoroutières est une bonne idée, mais on peut (et on doit) le faire si l’écotaxe est maintenue car ces sociétés bénéficieraient alors de reports de trafic.

 

Un report punitif

 

Le maintien de l’écotaxe est crucial. Son report est en effet punitif pour :

+ les usagers des transports (blocage des projets de TCSP – sans réaction du ministre Frédéric Cuvillier, ralentissement des investissements ferroviaires et abandon de lignes régionales et interrégionales) car la subvention annuelle de l’Etat à l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France (AFITF) a été ramenée de 700 à 350 millions;

+ les habitants soumis aux nuisances du transport routier le long des axes de transit ;

+ les contribuables qui continuent à subventionner le transport routier de fret.

 

Outre une perte annuelle de 800 millions d’euros, son abandon - auquel le Président de la République et le Premier ministre semblent favorables - obligerait l’Etat à dédommager la société Ecomouv, chargée de collecter l‘écotaxe, à hauteur de 800 millions.

 

P1060895

 

Un objectif oublié


+ Les propositions de la ministre ignorent l’objectif premier de l’écotaxe : réduire le nombre excessif de camions en circulation.


+ La principale distorsion de concurrence est celle qui existe entre la route et le rail.


+ De multiples avantages concurrentiels ont été accordés récemment au transport routier : poursuite des travaux routiers, diminution de la taxe à l’essieu (par anticipation de l’écotaxe, coût annuel 50 millions) et de la taxation du gazole (coût annuel 150 millions), autorisation générale de circulation des 44 tonnes (400 millions de surcoût annuel d’entretien des routes),suppression par l’Etat de sa subvention annuelle de 135 millions d’euros à RFF pour le fret.


+ Une relance du fret ferroviaire nécessite de grands investissements (VFCEA, CFAL, autoroutes ferroviaires...). Sans ressource nouvelle, le trafic restera majoritairement sur route.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 07:00

C'est la question que la FNAUT Nationale se pose légitimement au vue des évolutions de la socièté et des choix politiques. Il n'est donc pas surprenant que les FNAUT Régionales réagissent aux différentes situations et notamment à certaines annonces récentes, comme celle de Mayenne

 

nv logo fnaut

 

 Communiqué 

 16 mai 2014

 

 

La politique des transports à la veille d’une régression ?

 

 

Une politique des transports responsable doit tenir compte des évolutions de la société et des contraintes nouvelles identifiées à ce jour, et anticiper.

  • La demande sociale de transport collectif s’amplifie. Elle est liée à l’augmentation de la population, à son vieillissement, à sa concentration dans les zones urbaines ; à la nouvelle attitude des jeunes face à la voiture.
  •  Les contraintes de circulation en voiture s’accentuent : allongement des distances à parcourir, croissance des embouteillages, difficultés de stationnement ; diminution du pouvoir d’achat d’une partie des ménages et hausse du coût d’usage de la voiture.
  • La nécessité d’enrayer la pollution de l’air urbain et la dégradation de la santé publique a été mise en évidence par le pic de pollution de l’air qui a affecté de nombreuses agglomérations, début mars dernier, et par l’inertie de l’Etat et des collectivités locales : « ne bougez pas, respirez avec modération et attendez que le vent se lève ».
  • Le dernier rapport du GIEC est alarmiste : il n’est plus temps de tergiverser si on veut limiter à 2°C la hausse de la température moyenne de la surface de la planète d’ici 2100, il faut agir vite et fort. Au-delà de 2°C, la vie sur terre deviendrait problématique.

  http://www.fnaut.fr/images/stories/tramway.jpg


Selon un sondage récent (YouGov pour 20 Minutes), 85,5 % des personnes interrogées estiment, face aux embouteillages et aux pics de pollution, que « davantage de moyens alternatifs à la voiture devraient être proposés pour circuler en ville ». 


Par ailleurs, la contrainte financière se renforce. Il est admis qu’il faut aujourd’hui réduire la dette publique et les dépenses de l’Etat et des collectivités territoriales, il faut donc dépenser mieux et concentrer l’argent disponible sur les orientations d’avenir. A noter qu’il y a des mauvaises économies (par exemple, suppression ou dégradation des services de bus, remplacement de trains par des cars ou de tramways par des bus) mais aussi des bonnes (abaissement du coût de production des TER par des délégations de service public).

 

 

 

 

Pour accéder à la suite du dossier :  http://www.fnaut.fr/images/docs/communiques/14potrvr.pdf

Partager cet article
Repost0
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 07:00

fnaut logo pdl 

Nantes, le 15/05/2014

 

Deuxiéme partie

 

Non à Notre Dame des Landes (1), Oui à des transports reliant toute la région à l’extérieur et qui aient peu d’impact sur le climat (2)

 

 

Oui à des transports reliant toute la région à l’extérieur et qui aient peu d’impact sur le climat

 

 

Mesures pour rééquilibrer les déplacements entre l’Ouest Atlantique et le reste de la France, en réduisant les pollutions et l’impact climatique :

 

Des mesures nationales seraient nécessaires :

 

+ Application du principe pollueur payeur au secteur aérien : taxation du kérosène, au moins sur les vols nationaux dans un premier temps, arrêts des aides aux lignes aériennes, transfert des financements des collectivités locales pour des aéroports peu fréquentés vers la modernisation du réseau ferroviaire, …..

 

+ Idem pour la route, avec la mise à niveau de la taxation du gas-oil, très nocif, la perception d’une éco redevance poids lourds

 

Les investissements sont à réorienter vers le réseau ferroviaire, dans les directions où la concurrence entre ferroviaire, aérien et routier est importante :

 

+ Le Nord et l’Est, (Lille et Strasbourg): Actuellement, les TGV de Nantes, Angers, le Mans ou de Rennes Laval sont ralentis en banlieue parisienne, car ils doivent emprunter les mêmes voies que des RER. Les travaux d’amélioration et d’accroissement de capacité sont à accélérer ; la liaison entre la gare de Massy TGV et l’aéroport d’Orly devrait aussi être facilitée.

 

image002

 

+ Le Centre Est et Sud Est (Lyon, Marseille, Montpellier). Les TGV passent aussi par la banlieue parisienne, et sont handicapés par le surcroît de kilométrage imposé par ce détour. Une nouvelle liaison POCL (Paris Orléans Clermont Lyon) est à l’étude (mais non programmée) pour pallier à la saturation de la LGV Paris Lyon ; elle devrait servir aussi à transférer les liaisons du Grand Ouest vers Lyon sur l’itinéraire direct ancien via Bourges, qui redeviendrait alors attractif. D’ores et déjà une étude vient de montrer que des liaisons directes Nantes Clermont et Nantes Lyon par la ligne classique, moins rapide, étaient justifiées économiquement. Cette ligne est à améliorer.

 

+ Le Sud Ouest via la Vendée et la Charente : la nouvelle LGV Sud Europe Atlantique est en construction de Tours à Bordeaux et va développer via Bordeaux le trafic vers Toulouse et vers le Pays Basque, le Béarn et l’Espagne. Pour se rapprocher de ces destinations, l’Ouest a tout intérêt à améliorer ses liaisons avec Bordeaux. Plus d’une demie heure peut être gagnée entre Nantes et Bordeaux en modernisant et électrifiant la ligne actuelle, pour approcher les 3h 15, au lieu de 4h actuellement. Ceci permettrait de créer des liaisons plus fréquentes et plus rapides vers Bordeaux et Toulouse. Or le programme de réhabilitation à l’étude ne prévoit que de très faibles réductions de temps de parcours entre Nantes et Bordeaux.


DSC02103

L'infrastructure sur Nantes Bordeaux doit être remplacée condition de base pour améliorer lesxtemps de parcours

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 22:59

 

 Une conférence qui ne va pas manquer d'intérêt ...

http://www.emn.fr/z-dre/lsd/upload/surveys/22148/images/CTS-bandeau%281%29.jpg

 

ECOLOGIE, DEMOCRATIE ET MODES DE VIE :

 

QUELLES VOIES DE TRANSITIONS ?

 

avec Dominique BOURG,

 

philosophe, professeur à l'Université de Lausanne

 

 

Mercredi 3 juin 2014

 

19h50-22h15

 

Ecole des Mines de Nantes

 

PENSEZ AU CHRONOBUS C6 POUR VENIR A LA CHANTRERIE

 

 

 

Voir le site

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 09:00

En tant que membre du comité de pilotage transport de 2009 à 2014, l'ancien conseiller municipal Christian ROGER réagit à l'abandon de la procédure de DSP, voté jeudi soir en Communauté de Commune  du Pays de Mayenne.

 

P1080412nv-copie-1

Le Transport Collectif prend décidément des chemins compliqués pour ne jamais aboutir finalement (L'espace

gare à Mayenne avec le pôle culturel le Grand Nord implanté dans l'axe de l'emprise de la voie vers Laval)

 

Voir  la réaction de la FNAUT

 

 Communiqué : 

 

Après 5 ans d’une trop longue gestation (multiples réunions en commissions et plus de 100.000 € gaspillés), le projet de réseau de bus est remisé au placard. Cette décision d’abandon de la procédure laisse en suspens beaucoup de point d’interrogation ?

 

Coût excessif ? 1.000.000 € annuel ? Pourquoi des villes voisines, de taille assez similaire (Flers, Argentan, Vitré, …) ont des coûts sans aucune mesure avec ce chiffre annoncé ? Pourquoi ne pas, dès le début, comme cela devrait se faire dans tout projet, avoir fixé une enveloppe maximale. N’est-ce pas la 1ère question que tout ménage se pose avant de faire construire sa maison : quel montant de ressources puis-je consacrer à mon projet ?

 

Réelle volonté politique ? Qualifiée de 2ème priorité du Pays de Mayenne, après le santé, le traitement de cette question de la mobilité est une nouvelle fois reporté. Rappelons que les prochains travaux de déviation sur la voie verte vont aussi faire disparaître toute possibilité de connecter un jour notre territoire au réseau régional. Transition énergétique mais surtout attractivité de notre ville qui perd des habitants imposeraient pourtant plus de volontarisme.

 

Cohérence ? Si comme M. Angot a pu le dire hier, le territoire n’est pas assez dense pour intéresser des opérateurs de transports, alors pourquoi encore aggraver la situation en éparpillant les équipements ? Ne doit-on pas revoir par exemple l’implantation excentrée de la piscine dont la contrainte éloignement des habitations et des écoles avait été balayée par la mise en place de feu transport collectif ?

 

 

DSCF5574P1060600

Pourquoi certains projets dans le domaine des TC sont une réussite alors que d'autres s'enlisent avant d'être

abandonnés ? Le politique n'aurait-il pas une part de responsabilité ?

 

 

Gouvernance : pourquoi avoir lancé ce projet à l’échelle intercommunale ? La minorité avait défendu dès 2008 un projet communal, à l’échelle unique de Mayenne dans un premier temps. Seuls les scolaires de Mayenne ne bénéficient pas de transports collectifs.

 

Enterrement de 1ère classe ?  Non assure M. Angot. On verra. Mais ce type de projet a besoin d’être porté. Le manque d’empressement que M. Angot a toujours manifesté à l’égard des transports collectifs peut laisser perplexe sur la suite. De même le nouveau président de la commission ad hoc, maire de Martigné, fut l’un des seuls à s’abstenir sur ce projet. Il est vrai que Martigné bénéficie naturellement d’une bonne desserte.

 

Retour à la case départ ? On veut réinterroger les conseils municipaux pour qu’ils interrogent à leur tour leur population. Cette étude de besoin a déjà été faite et payée au cabinet. Compte tenu des contraintes avancées et notamment financière, pourquoi ne pas dès maintenant envisager le réseau uniquement sur Mayenne. 6 années ont déjà été perdues. Certains maires le souhaitent. Il sera toujours possible de l’étendre ensuite en fonction des besoins exprimés par chaque commune.

 Christian Roger 
Partager cet article
Repost0
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 07:00

fnaut logo pdl

 

Nantes, le 15/05/2014

 

 

Non à Notre Dame des Landes (1), Oui à des transports reliant toute la région à l’extérieur et qui aient peu d’impact sur le climat (2)

 

 

Non à Notre Dame des Landes

 

Le projet NDdL ne prend pas en compte des composantes majeures induites par l’opération de transfert (accès en transport en commun, maintien de Nantes Atlantique pour Airbus, nouveau pont pour la liaison avec la Vendée).

 

Il est opposé aux objectifs de transition énergétique, de préservation des milieux naturels, qui devraient être maintenant prioritaires. La Fnaut demande une réorientation profonde des investissements pour mieux relier l’Ouest Atlantique au reste du territoire :

 

 Améliorer et adapter l’aéroport actuel de Nantes Atlantique

 

+ Accès facilité en transport collectif : amélioration des dessertes par bus ; réalisation d’un transport en site propre, pour réduire les accès en voiture.

 

+ Modernisation/reconstruction d’une aérogare plus écologique, adaptée au trafic


P1020540.jpg

Affichage des trains en gare de Tours

 

Reporter les vols courts sur le train, qui dessert les territoires intermédiaires

 

Des mesures nationales sont nécessaires, comme la taxation du kérosène, toujours détaxé, l’arrêt des aides aux liaisons aériennes, la prise en charge par la route de tous ses coûts indirects. L’écoredevance poids lourds (ex écotaxe ) permettrait de dégager des ressources pour des transports plus « propres ».

 

Des liaisons ferroviaires rapides permettraient de réduire la part de l’avion et de la route dans les déplacements. Le train assure 90 % du trafic si le trajet ferroviaire est de 2h (cas de Paris Nantes), 60 % pour 3h, encore 30 % pour 5h. Le train, des dizaines de fois moins polluant que l’avion, peut être pertinent jusqu’à un millier de km et permettrait de réduire le nombre de mouvements d’avion à Nantes Atlantique.

 

Pour les Pays de la Loire, les liaisons terrestres à moyenne distance, assurées principalement par TGV, sont à améliorer dans les directions, où il y a actuellement concurrence avec l’avion, vers Paris, le Nord, le Nord Est, vers Lyon, vers Bordeaux.

P1080741 Le tout TGV ... ici à la gare Montparnasse.. comme en province

 

Donner la priorité au ferroviaire rapide sur l’aérien et la route satisferait les habitants des villes intermédiaires ignorés par l’avion, tout en réduisant fortement les consommations d’hydrocarbures.

 

Alors que les climatologues annoncent qu’il faut maintenant diviser par 3 nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 pour limiter la hausse des températures à 2°, il est urgent de réorienter les investissements et de faire payer les pollueurs pour rendre le réseau ferroviaire plus rapide et plus attractif, multiplier les trains rapides (TGV et Intercités), et favoriser l’accès de tous au transport.

 

A suivre

Partager cet article
Repost0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 10:00

  place au velo

Laval organise la manifestation "Un dimanche à Laval", le dimanche 18 mai, à partir de 14 h 30, les habitants sont invités à laisser leur voiture et à (re)découvrir le vélo, le roller ou simplement la marche.

Ce n'est pas une " journée sans voitures", seulement un après midi , où la population est invitée à laisser sa voiture au garage pour profiter du beau soleil annoncé pour (re)découvrir d'autres modes de transport :  cette proposition est faite par la Ville de Laval, une opération lancée par l'ancienne municipalité, en partenariat avec plusieurs associations, pour mettre en place cette nouvelle édition d'"Un dimanche à Laval". 

 

Dimanche 18 mai, à partir de 14 h 30, square de Boston et c'est gratuit.

 

Le point central de cette manifestation est le Square de Boston, le 18 mai, pour une journée sans voiture !

 

ROLLER :

Circuit en centre-ville de 14h30 à 16h30
(casque et protections obligatoires)

VÉLO :
CIRCUIT EN VILLE avec encadrement
Départs à 14h30 et 15h
13 km - durée 1h30
(port du casque facultatif)

CIRCUIT CAMPAGNE avec encadrement
Départs à 14h30 et 15h
32km - durée 2h à 2h30
(casque obligatoire)

ATELIER DE REMISE EN SELLE
Comment reprendre ses marques après plusieurs années sans avoir fait de vélo.

RANDONNÉES PÉDESTRES
Circuit autonome en ville de 14h30 à 15h30
5,7 km - durée 2h
Plan du circuit remis aux participants

 

 

bourse-velo-5-04-08-148.JPGLe lieu de départ de cette manifestation est le Square de Boston

Partager cet article
Repost0
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 07:30

fnaut logo pdl

Antenne de la Mayenne

 

communique de presse

15 mai 2014

 

 Mayenne dénonce sa DSP. Son réseau de bus attendra encore ... un peu... beaucoup?

 

L'annonce de la remise à plat du projet de réseau de transport collectif à Mayenne ne peut que faire réagir la FNAUT, l'Association régionale des usagers des transports des Pays de la loire.


En effet, avec l'association Tracès, elle a fait parti du comité de pilotage qui a accompagné l'élaboration du projet et la réflexion des élus. Une bonne chose qu'il faut mettre à l'actif de la collectivité car cela n'existe pas partout (cf : Château Gontier).

 

Depuis 2008-2009, la réflexion était lancée et la FNAUT regrette que ce projet d'un service public de transport, dont l'ensemble de la population allait bénéficier n'aboutisse pas au bout de 5 ans de démarche...

 

Car un nouveau départ signifie nouvelle concertation pour une conclusion dans combien d'anneés ?

 

A la FNAUT, on a coutume de dire : "pour les transports publics on réfléchit, pour les routes on élargit" car en effet il n'existe pas la même prudence pour le réseau routier, les ronds points qui, bénéficient toujours et encore de budgets conséquents. A Château Gontier, la Rocade Nord est affichée à 32 millions d'Euros et le futur transport public devra se contenter d' un montant annuel de 350 000 € ...


P1060600

Le bus à Mayenne ... Une version très "light" d'un service de bus à encore de belles années devant lui...

 

Pourtant les transports collectifs ne sont pas considérés comme une priorité alors que :

 

C'est un service public qui correspond à un service attendu par la population (scolaires, salariés, personnes à mobilité réduite...), qu'il est plus économique dans un contexte où le budget des ménages est contraint (par rapport à l'usage de la voiture... ), qu'il est créateur d'emplois non délocalisables, qu'il lutte contre les nuisances, les pollutions et l'effet de serre, qu'il est un outil de lien sociale entre les quartiers assurant une mobilité des personnes les moins autonomes...

 

Pour tous ces aspects le transports publics est incontournable ... ce qui est surprenant c'est que ces enjeux ne soient pas intégrés par de nombreux élus en Mayenne....

 

Les Associations avaient proposés un projet moins ambitieux en concentrant les lignes de bus sur Mayenne et  là où la continuité urbaine existe, proposant du TAD (Transport A la Demande) pour les communes périphériques et des transports spéciaux pour les salariés, voir des transports occasionnels. Sans doute que les professionnels du transports urbains ( veolia, transdev, kéolis) ont considéré la DSP impossible à tenir ce qui explique l'absence de leur offre...

 

Les usagers ne vont pas renoncer pour autant car les transports publics sont nécessaires et attendus plus que les élus décideurs ne le pensent...

 

Pour la FNAUT

Fabrice EYMON

Partager cet article
Repost0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 12:00

 

Non il ne s'agit pas d'un message subliminal ni d'éléphants roses mais c'est du sérieux. Le Festival des 3 éléphants continue dans sa démarche écologique et intégre la dimension transport. Localisé dans le centre ville de Laval, le Festival ne peut à la fois accueillir  les stands, les scénes musicales, le public et le stationnement des festivaliers au même endroit... La démarche d'une desserte en TC avec de l'intermodalité  prend ici toute sa mesure et on peut même se renseigner sur le site internet du festival... Bravo !

 

Les 3 éléphants prennent le bus ...

 

Le festival des « 3 Éléphants »,va débuter le 23 mai, à Laval. Pour la première fois et afin de desservir les lieux des concerts il est organisé un service de navettes. Elles permettront d'effectuer un aller retour en toute sécurité et en toute tranquilité.

 

Quatre parkings relais seront accessibles gratuitement pour les festivaliers afin qu’ils puissent y garer leur véhicule avant de prendre le bus, en correspondance et se rendre sur le festival. Le ticket TUL ne coûtera pour l'occasion que 1,15€,

 

http://www.les3elephants.com/wp-content/uploads/2012/02/PUB_NAVETTE_.jpg

 

 

Liste des parkings relais (tous desservis par les TUL) :  

 

+ route de Fougères (rue Charles Toutain)

+ route de Tours, devant le Centre Multi-Activités (225 avenue de Tours), 

+ zone de la Technopole (rue Albert Einstein)

+ route de Nantes, au dessus de la Polyclinique (avenue des Français Libres).


La desserte des communes périurbaines n'a pas été oubliée

 

Pour le retour, le transport s’effectuera gratuitement de minuit à quatre heures vers les quatre parkings relais et les communes périphériques :

 

de Bonchamp (arrêt rue de la Perrière),

de Changé (arrêt rue du Centre),

de Saint-Berthevin (arrêt avenue de la Libération)

de Louverné (arrêt rue Claude Monet)

et de L’Huisserie (arrêt rue de Laval).

 

F-te-de-la-musique1237.jpg

Déjà pour la Fête de la musique , le recours au TUL existait...

Partager cet article
Repost0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 09:00

 

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques