Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 07:00

fnaut logo pdl

 

Communiqué de Presse du 25 septembre 2014

 

 

Nouvelle politique commerciale de la SNCF : la FNAUT réagit !


 

Agression en Sarthe dans un TER entre Chartres et Le Mans et fermeture annoncée de la boutique SNCF dans la galerie Commerciale d’Auchan à St Saturnin sont des faits divers dont la presse s’est fait l’écho récemment.

 

A priori ces deux événements n’ont aucun rapport direct bien qu’à bien y regarder de plus près ces deux situations ont bien un même dénominateur commun : la réduction par la SNCF des effectifs au contact du public et des usagers…

 

Il est vrai que la Société Nationale n’en est pas à son premier coup d’essai :

  •  que ce soit pour la réduction des effectifs dans les trains ;
  •  ou que ce soit dans la suppression des points de ventes et des gares (ex : Château–Gontier, La Flèche…) et dans une moindre mesure la réduction des horaires d’ouverture (Sillé-le-Guillaume, La Suze…).

Ce qui est sûr c’est que les points de vente ouverts au public disparaissent ou se réduisent comme une peau de chagrin…

 

Et ce phénomène n’est pas limité à la Sarthe puisque les boutiques d’Angers et la gare de la Chapelle sur Erdre sont dans le collimateur également … Et qu’au-delà, dans d’autres régions la même situation se reproduit (par exemple à Lyon avec la suppression des agences SNCF de la Croix Rousse, de Villeurbanne…)

 

La SNCF a réponse à tout puisque la suppression des points de vente s’explique par la hausse des ventes via internet mais comment acheter à un guichet ou dans une gare si ces lieux disparaissent ? La fracture numérique ne semble pas préoccuper la SNCF le moins du monde… Et la proximité de l’information et du public ne semble pas être un argument commercial solide…

 

touche pas à ma gare

Action de la FNAUT contre la fermeture de la gare de Château Gontier

 

La méthode de la SNCF est imparable ...

 

La méthode de la SNCF est imparable car lorsque la fraude augmente … elle réduit la durée de la validité des billets : CQFD. La part des ventes via internet augmente, elle ferme les points de vente… Résonnement ubuesque qui nous fait redouter le pire… par exemple les trains ne sont pas assez remplis, la SNCF les remplace par des autocars… Ne rigolez pas elle y pense déjà…

 

La solution de la SNCF : toujours au dépend des usagers !


Pour la SNCF la réponse est simple, la solution se fait toujours au dépend des usagers. La SNCF ne remet jamais en cause ses décisions quand à réviser sa politique qui est catastrophique en terme d’aménagement du territoire, du maintien des services publics et des emplois. Mais peu importe il semble que la Direction Nationale de la SNCF a décidé de fermer la plupart des boutiques SNCF pour permettre à « l’entreprise de s’adapter aux évolutions de son environnement afin d’assurer la viabilité de son activité …».

Si l’entreprise SNCF n’était qu’une entreprise comme une autre, cela pourrait se comprendre mais la SNCF est un EPIC : un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial et cela change tout…

Elle a des missions de service public pour lesquelles elle reçoit des subventions… de l'Etat. L'Etat qui verse des fonds aux entreprises privée pour crééer des emplois, ne peut-il pas le faire pour maintenir des emplois assurant un service public auprès des populations ?

 

LE MANS 004

Espace vente de la gare sud du Mans  fermé... une décision déjà condamnée par la FNAUT

 

Aucune autre solution  ?


De plus des solutions existent : comment s’étonner de l’absence de contrôles systématiques dans les trains alors que la Région pourrait l'imposer dans le cadre de la convention TER avec la SNCF ? D’autant qu’un agent ou un contrôleur existe bien pour chaque circulation, alors que les contrôles ne sont pas systématiques. Par contre l’absence du personnel SNCF d’accompagnement vaut suppression systématique du TER au grand dame des usagers . Les usagers réclament de la cohérence …

 

Une politique discriminante...

 

L’Etat sera sollicité sur cette question. Pour la FNAUT cette politique a des effets pervers en terme d'accessibilité des services publics pour les populations.

Elle est discriminante puisque le territoire national n'est pas touché de la même manière et les usagers les plus fragiles sont les plus impactés.

Cette politique de desertification contribue de plus à la croissance des inégalités et à l'augmentation des pollutions induites par la concentration des déplacements vers les pôles restants.

 

La FNAUT s’oppose à la fermeture des gares, qui sont les maillons essentiels d’une politique de transport favorisant les modes alternatifs à la voiture. Conserver de multiples points de vente c'est conserver le contact avec le public et connaître ses attentes en permettant une proximité qu’internet ne procurera jamais!

 

La FNAUT interpellera également le Ministre des Transports via les parlementaires… En attendant de saisir la SNCF au niveau régional dans le cadre d’une réunion consommateurs - SNCF qui ne s’est pas réunis depuis des années… La SNCF aurait-elle peur du public ?

 

 

Fabrice EYMON

Président de la FNAUT Pays de la Loire

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 08:00

Nantes fait l'acquisition de bus tri-caisses à super-condensateur avec recharge rapide en station et recharge longue en tête de ligne (6 mn) pour équiper le Busway...

 

La première ligne du genre en France

 

Si Nantes Métropole opère ce choix, c'est qu'elle considére que la technologie est mûre pour l'exploitation commerciale.
 

Par contre rien n'a filtré sur le type de véhicule. On sait que le Lightram 3 du constructeur Hess avait été testé. Ce dernier dans son catalogue ne propose pas de modèle à super-accumulateur, mais, comme Genève a opté également pour ce choix avec du matériel Hess, il est probable que ce soit un bus à super-condensateur basé sur le Lightram 3 trolley de Hess (TOSA), celui qui a été testé à Genève il y a 1 an et demi.

Si ce n'est pas ce choix ce sera  une marque chinoise car il n'y a guère le choix pour le moment.
 

 

Quel sera le montant de la facture ?

 

Rien en effet n'a été présenté en terme financier ... Car même si ce projet devient un véritable laboratoire, cela deviendra une vitrine en cas de réussite...

 

Pour autant ce que la FNAUT a dit à l'occasion du choix du busway pour la ligne de 4 reste valable, car l'addition des coûts, des investissements et des transformations à venir, permettra  de savoir si la solution "tramway" n'aurait pas été un meilleur choix de départ car plus économique et profitant de l'effet réseau.

 

_0873.jpg

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 07:13

image002-copie-2.jpg

 

 

Place au Vélo a le plaisir de vous inviter à un débat avec Olivier Razemon le jeudi 2 octobre à 20 heures.

 

invitation Razemon

 

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, Olivier Razemon est :

  •  auteur du blog "L'interconnexion n'est plus assurée" sur le site du Monde.fr
  •  auteur de plusieurs livres sur le vélo dont "Le pouvoir de la pédale: comment le vélo transforme nos sociétés cabossées"
  •  un des spécialistes du vélo et des mobilités actives en France,
  •  membre du comité scientifique de Vélocity Nantes 2015.


A l'occasion de son dernier livre, Olivier Razemon sera à Nantes le 2 octobre à la Médiathèque Jacques Demy (Salle Jules Vallès) à 20 heures, pour présenter son livre et échanger avec vous sur le vélo en France et à Nantes, les enjeux pour notre association dans les années à venir, la place que tiendra le vélo dans l'avenir et l'organisation de Vélocity, congrès mondial du vélo urbain qui prendra ses quartiers à Nantes du 3 au 5 juin 2015.

 

On compte sur vous pour venir nombreux rencontrer ce spécialiste du vélo également cycliste au quotidien et dont l'humour renforce le beau plaidoyer pro-vélo que constitue son livre.

 

N'hésitez pas à faire circuler l'information et à venir chercher quelques affiches (également en PJ) pour diffuser l'information à Nantes.

 

Au plaisir de vous retrouver lors de ce débat prometteur,

Amicalement


L'équipe de Place au Vélo

02 40 20 04 00

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 07:30

  place au velo

 

A Laval l’association « Place au vélo », relais départemental des véloroutes et voies vertes, propose que la journée nationale se fasse le dimanche 28 septembre 2014, une balade, départ à 10h devant l’office de tourisme de Laval. 

 

L'association "Place au vélo", membre de la Fubicy pour la promotion du vélo moyen de déplacement au quotidien  mais aussi relais départemental de l'af3v depuis 2013 a décidé de s'associer cette année à la journée nationale des voies vertes par une balade le dimanche 28 septembre. 

 

2-bifur-l-r-zi-aligne-160307.jpgP1010120.JPG

L'emprise de l'embranchement de l'ancienne voie ferrée Laval / Pouancé / Châteaubriant qui s'écarte de l'axe Paris / Brest

 

Elle propose une boucle d’environ 22 km, au départ  de l’office de tourisme, puis le parcours empruntera les  rues de Bretagne, Bernard Le Pecq, de Grenoux, du Verger, chemin de la Perdrière,  piste cyclable bd Du Guesclin et tunnel pour accéder à l’ancienne voie de chemin de fer ( la voie verte, de la borne km zéro ) vers St Berthevin, entreprise Gruau contournée, voie verte vers Renazé jusqu’à la route de Cossé, poursuite par la piste cyclable vers l’Huisserie et retour à Laval par le halage.

 

 

L'absence de signalétique directionnelle est souvent déplorée par les usagers qu'ils  viennent du halage par le sud, par le nord ou du centre ville pour trouver la voie verte.

 

 

l-r-borne-st-berthevin-16-13-07.jpg

 

Journée nationale des véloroutes voies vertes (www.af3v.org )  

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 07:23

 

L'échangeur autoroutier de Connerré Beillé a fait l'objet récemment d'une nouvelle réunion publique. Cofiroute comme promoteur et maître d'ouvrage du projet a présenté le dossier de ce "futur échangeur qui se trouve à mi-chemin entre La Ferté-Bernard et Le Mans et qui s'inscrit dans un programme global avec le barreau de liaison à la RD 323 réalisé sous maîtrise d'ouvrage du conseil général de la Sarthe.


Sa mise en service est prévue en 2018.


2006--a28-berce-v1.jpg

Une politique qui vise encore et toujours à renforcer le réseau autoroutier avec l'aide de l'argent public

 

Et comme tout projet routier, ce dernier selon ses promoteurs va contribuer à  :

  • développer l'économie et le tourisme;
  •  améliorer l'accessibilité du secteur;
  • mais aussi délester le trafic de la RD 323 afin d'améliorer le cadre de vie des riverains ...
  • améliorer la sécurité... Car  " l'autoroute reste la voie routière la plus sûre avec cinq fois moins d'accidents que sur les routes nationales et départementales."

Et l'effet de serre dans tout celà ? 

 

dscn5614.jpg

La Région a autre chose à faire que de financer le mode routier en particulier dans la Sarthe où l'axe Le Mans -

Connerré - Chartres - Paris MP aurait bien besoin d'investissement ...

 

La où ça grince c'est le coût du projet ...  "Le coût total des travaux s'élève à 13 397 000 EUR hors taxe. Cofiroute en prend en charge le tiers soit 4 466 000 EUR et le conseil général prend le reste en charge en partenariat avec le conseil régional soit 8 931 000 EUR."

 

Pour la route, on élargit, pour le rail on réfléchit...

 
Même si la convention de financement a été signée avec le conseil général le 13 juin 2013, il n'en demeure pas moins que les financements publics seraient plus utiles dans les transports publics surtout depuis que les sociétés, d'après l’Autorité de la concurrence, bénéficient d’une véritable « rente autoroutière».  Elles «affichent toutes une rentabilité nette exceptionnelle, comprise entre 20 % et 24 %, nourrie par l’augmentation continue des tarifs des péages. Et cette rentabilité n’apparaît justifiée ni par leurs coûts ni par les risques auxquels elles sont exposées» affirme le rapport réalisé suite à la saisie par la commission des Finances de l'Assemblée nationale.


Un rapport de la cour des Comptes de juillet 2013 précise que " le modèle économique est construit de telle sorte que tout investissement est compensé par une hausse de tarifs. Les bénéfices des sociétés concessionnaires n'ont pas à être réinvestis dans des investissements nouveaux ou dans des diminutions de tarifs. Par construction, ce modèle ne peut qu'aboutir à une hausse constante et continue des tarifs", résumait déjà la Cour des Comptes dans son rapport.

 

n138122470568_2871.jpg

 

Le modèle autoroutier ne peut qu'aboutir à une hausse constante et continue des tarifs 

 

Dans ces conditions on voit mal comment la Région dont la compétence n'est pas routière et qui va devoir gérer un domaine du transports élargie en 2017 devrait participer aux financements de dossiers qui ne sont pas de sa compétence ...

 

Avant de financer un échangeur à Connerré,  n'y a-t-il pas des investissements plus urgents, plus prioritaires ? Il y a encore une réforme dans la tête de nos élus à faire... Le changement c'est demain !

 

 

Consulter l'intégralité de l'avis 14-A-13 du 17 septembre 2014 sur le secteur des autoroutes après la privatisation des sociétés concessionnaires

voir le site :

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 07:50

 

Alors que le débat public, liaisons ferroviaires Bretagne-Loire (LNOBPL) est lancé depuis quelques jours la FNAUT avait déjà donné un avis sur les liaisons rapides dans l'ouest en décembre 2012. 

 

 

fnaut logo pdl

Le 5 décembre 2012

ASSOCIATION REGIONALE DES USAGERS

DES TRANSPORTS DES PAYS DE LA LOIRE

1 rue d’Auvours, 44 000 Nantes


RFF Région Pays de la Loire

 

 


Objet : Débat Rennes Brest/ Rennes Quimper – Nantes Rennes Bretagne Sud

 

 

Monsieur le Directeur,

 

Dans le cadre de la préparation du débat cité en objet, la Fnaut Pays de la Loire souhaite vous faire part des points suivants, de façon à ce qu’ils soient abordés dans les études préalables au débat et dans le débat lui-même.

 

 1) Les liaisons Rennes - Brest et Rennes - Quimper

 

Pour obtenir les gains de temps souhaités vers Brest et Quimper (objectif 3 h de Paris), une   part des lignes actuelles serait doublée et courcircuitée par des LGV sur lesquelles le matériel bimode faisant actuellement Nantes Brest ne pourrait passer.

 

Si cette information est confirmée par les scenarii, le gain de temps espéré ne concernerait donc pas ou secondairement les liaisons Nantes Brest.


A)   La Fnaut veut que les doutes soient levés sur l’avenir de ces lignes classiques qui desservent aussi une série de petites villes et des lignes annexes en antenne (Quiberon, Carhaix, Paimpol, Roscoff, etc…). Elle demande que l’étude porte sur l’ensemble des deux lignes (actuelle et  doublure par LGV), en évaluant les temps de parcours, les péages  de chacune, pour évaluer leur rôle respectif, leur trafic potentiel, et donc avoir une idée de leur équilibre financier futur ( péage/ coût entretien )  qui conditionne leur niveau de performance. Si  les Régions doivent ensuite faire face seules aux besoins d’entretien des  lignes anciennes, il est évident que cela va diminuer leurs moyens affectables sur les autres lignes, les pousser à transférer des liaisons sur route au lieu de les améliorer, etc….


S’il n’est pas possible de garantir l’entretien de la ligne actuelle, il est préférable de l’améliorer, au besoin lourdement,  pour y concentrer les trafics.


La Fnaut Pays de la Loire indique que les minutes coûteusement gagnées doivent être rapportées au gain réel de clientèle ; il ne faut pas être obnubilé par le chiffre mythique de 3 h. Même si le transfert modal de l’aérien vers le ferroviaire est important,  il ne sera pas brutalement modifié si l’on est à 3h 15 au lieu de 3h, d’autres évolutions (prix ou taxation du kérosène, fréquences offertes, tarifs) pouvant être plus importantes dans les répartitions modales.


Elle constate que RFF et la région Bretagne ont mobilisé la majorité de leur budget transport sur la LGV le Mans Rennes et  bientôt les côtières Nord et Sud, alors qu’elles ont  abandonné l’électrification de Brest - Quimper,  la réouverture de St Brieuc - Auray, la modernisation de Rennes - Caen, Rennes - Châteaubriant,  qui aurait dû être faite en parallèle avec la réouverture de Nantes - Châteaubriant.  Les désidérata des décideurs politiques et économiques (qui prennent peu le TER) sont passés avant ceux des voyageurs du quotidien.


B)  Pour la Fnaut Pays de la Loire (et pour la Bretagne sud + les brestois), la relation Nantes Brest par la Bretagne Sud est importante et doit être prise en compte dans les études (évaluation du temps de parcours, du potentiel de trafic, des fréquences). Cette liaison doit profiter de l’amélioration des caractéristiques de l’infra, d’autant qu’elle peut renforcer la rentabilité des investissements : on peut espérer une fréquence supérieure à 3 AR jour, qui est celle de Nantes Orléans actuellement avec une configuration de longueur et de densités analogues. Elle suppose une remise à niveau de Quimper Brest (amélioration des vitesses, électrification, raccourcissement).

 

2) Nantes - Rennes


La solution de moderniser Nantes - Rennes par Châteaubriant ne serait pas étudié car ne pouvant améliorer la liaison vers la Bretagne Sud ; de nouvelles liaisons Nantes - Rennes seraient recherchées à l’Ouest de cette voie en utilisant la sortie Ouest de Nantes.


Pour la Fnaut, une liaison nouvelle peut se justifier, même si l’aéroport de Notre Dame des Landes ne se fait pas. La Fnaut a indiqué depuis longtemps qu’elle était contre ce projet aéroportuaire, alors que l’argent public devrait au contraire être concentré sur le ferroviaire, qui impacte peu la nature et permet la desserte des villes intermédiaires, pour favoriser le transfert modal et faire disparaître les liaisons aériennes à moyenne distance.

 

Une liaison nouvelle ou partiellement nouvelle Nantes - Rennes ne doit pas être forcément une LGV ; une ligne rapide (220 km/h) suffit largement pour une distance courte et permet une exploitation moins coûteuse, une tarification plus abordable, une mixité des usages.


La liaison rapide nouvelle se justifiera mieux si Nantes - Bordeaux est amélioré (non seulement par électrification, mais surtout en réduisant les temps de parcours). Idem pour Rennes - Pontorson (Mont St Michel) - Caen, qui mériterait des rectifications de tracé. Pour le moment on constate que la Région Bretagne et RFF ont laissé la seule région Basse Normandie faire des efforts sur cette liaison, qui mériterait un projet global. 

 

Beaucoup d’activités et d’habitants se déportent sur le littoral, qui de Bordeaux à la Basse Seine a besoin d’une ligne structurante de qualité, ce qui donnerait du sens à des efforts dispersés (la Rochelle Rochefort, la Roche sur Yon Nantes, Caen Rouen).


3) Le raccordement de l'agglomération de St Nazaire et de la presqu’île guérandaise (200 000 hab)


Le manque de liaison ferroviaire de St Nazaire avec Rennes à une centaine de kilomètres est une aberration étant donné leur poids et la complémentarité des villes. Ceci  justifierait au moins d’une dizaine de liaisons AR par jour, en semaine et en WE, ce qui permettrait de conforter la justification des investissements.


Une simple bretelle permettant d’éviter le rebroussement à Savenay n’est pas adaptée à un trafic voyageurs qui demande des trajets directs et rapides.


L’agglomération nazairienne doit être prise en compte dans les scenarii. Les études doivent indiquer les hypothèses de raccordement, les temps de parcours, qu’il s’agisse de la liaison directe de St Nazaire avec Rennes, ou de celle avec la Bretagne Sud, qui pourrait se faire par correspondance.

 

4) L’accès ferroviaire  nantais par l’Ouest doit être amélioré, sécurisé et doublé.


Le trafic va augmenter par l’accès Ouest qui connaît déjà des contraintes importantes (tunnel, convois de fret du port). La gare principale de Nantes a des possibilités d’extension « voies » très limitée, ce qui limitera les possibilités d’utilisation de l’étoile ferroviaire nantaise. 


L’urbanisation de l’île de Nantes offre une opportunité exceptionnelle de doubler l’accès Ouest à partir de Chantenay par un franchissement du bras de la Madeleine, de desservir cette extension du centre de Nantes aux fonctions régionales multiples (université, santé, loisir, sièges sociaux). C’est une opportunité pour le train de conquérir de nouvelles clientèles, de faire face à l’extension des trafics, de sécuriser son fonctionnement.  L’aménageur de l’île doit y trouver l’intérêt  de valoriser les terrains urbains proches de la gare qui y serait implantée au voisinage d’un réseau de transport urbain dense. Les contraintes de ce passage (coupure de l’île, occupation maritime du bras de la Madeleine) peuvent être réduites et traitées.


Toute autre solution, dont un passage d’une ligne (et d’une gare nouvelle) par le Nord de l’agglomération relève au mieux du très long terme, et favoriserait l’étalement de l’agglomération.

 

La Fnaut demande donc que la saturation des équipements nantais existants soit étudiée,  que les conditions de réalisation d’un deuxième accès à l’Ouest de Nantes, d’une halte /gare dans l’île  soient préservées et que  l’hypothèse de la valorisation des infrastructures ferroviaires de l’île de Nantes soit étudiée dans le cadre d’un partenariat avec Nantes Métropole. 

 

Vous remerciant pour l’accueil que vous nous avez souvent réservé, et espérant que ces propositions retiendront votre attention, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de  notre considération.

 

 

Le Président

Jacques Michaux

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 23:59

A l'occasion du sommet des Nations unies réunissant les chefs d’États sur le changement climatique, des millions de citoyens se mobilisent partout dans le monde.

 

En France, cette mobilisation sera encore plus déterminante pour rappeler à notre gouvernement son rôle-clé pour le succès de la Conférence Climat qui aura lieu à Paris en 2015.


AFFICH-marche-pour-le-climat.png

A Paris, la marche pour le climat est le 21 septembre...

 

A l’intention de tous les responsables locaux, nationaux et internationaux:

 

Les scientifiques nous préviennent que le changement climatique pourrait s’accélérer au point de devenir incontrôlable, menaçant notre survie et tout ce que nous aimons. Nous vous demandons de maintenir la hausse des températures en dessous du seuil dangereux des 2°C, en réduisant progressivement à zéro la pollution liée aux émissions de dioxyde de carbone.

 

Pour parvenir à ce résultat, vous devez de toute urgence conclure des accords locaux, nationaux et internationaux réalistes afin de faire basculer nos sociétés vers des énergies 100% propres d’ici à 2050. Cette transition doit s'effectuer de manière équitable en venant en aide aux personnes les plus vulnérables. Notre monde mérite d’être sauvé et c’est maintenant qu’il faut agir. Pour tout changer, nous avons besoin de tout le monde. Rejoignez-nous!

 

Le rendez-vous est fixé le dimanche 21 septembre, à 14h Place de la République

carte marche pour le climat2014 Partout en France ...ça marche...

Apportez vos tambours et habits verts, et rejoignez la lutte mondiale contre le changement climatique ! De nombreuses activités seront organisées en marge de la Marche pour le Climat, consultez le programme en septembre sur ce site.

 

Organisations ayant rejoint la marche à Paris :


Action Contre la Faim, Agir pour l’environnement, Alofa Tuvalu, Amazon Watch, Art of Change 21, AVAAZ, Bloom, Blue Energy, CARE France, CCFD – Terre Solidaire, Centre d’information sur l’environnement et d’action pour la Santé, CFDT, Chrétiens unis pour la Terre, Climates, Comité 21, Coordination Sud, Ecolo Info, Fédération Protestante de France, Fondation France Libertés, Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement, GERES, Greencross France, Greenpeace France, Greenraid, Groupe URD, Iddri, Jeûne pour le Climat, Koom, La Ruche, Les engraineurs, Mouvement Colibris, Mouvement de la Paix, Mouvement Générations Cobayes, Oxfam France, Pax Christi France, Planète Amazone, Plateforme Océans et Climat, Pari Roller, REFEDD, Réseau Action Climat, Secours Catholique – Caritas France, Sherpa, Singa, Sum of Us, Surfrider Foundation Europe, Vélorution Paris Ile-de-France, Vignerons Franciliens Réunis, WWF France, Youth Diplomacy, 2° Investing Initiative, 350, 4D.


bandeau

 

Avec le soutien de :

Europe Écologie Les Verts, Jeunes écologistes, Mouvement des Jeunes Socialistes, Nouvelle Donne, Parti de Gauche
Merci à : Solar Sound System, Pellicam, Puerto Cacao, Soul Shake

 

climateflag.jpg

Pour en savoir plus :

 

https://secure.avaaz.org/fr/event/climate/Marche_Pour_le_Climat_167?cl=5851744247&v=45954 

https://webmail1e.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&IDMSG=115840&check=&SORTBY=1 

http://eelv.fr/2014/09/12/mobilisons-nous-pour-le-climat/

http://earthhour.fr/?utm_source=email&utm_medium=email&utm_campaign=Communication

http://peoplesclimate.org/paris/

Les populations les plus pauvres sont les premières victimes du changement climatique et souvent les plus durement touchées. Sécheresses, inondations et autres phénomènes climatiques extrêmes ont notamment des effets dévastateurs sur la faim dans le monde. Il est temps de changer le cours des choses !

Dans deux semaines, les chefs d’Etats, et notamment François Hollande, se réuniront à l’occasion d’un sommet extraordinaire organisé par le Secrétaire Général des Nations unies, M. Ban Ki Moon, pour donner un nouvel élan à la lutte contre les changements climatiques et annoncer des mesures ambitieuses.

Fini de jouer, exigeons de l’action !

A deux jours de ce Sommet, dimanche 21 septembre, des milliers de citoyens et de citoyennes du monde entier se mobiliseront pour exiger des chefs d’Etats des engagements concrets et ambitieux pour lutter contre le changement climatique.

En France, cette mobilisation est d’autant plus importante que nous accueillerons en 2015  la Conférence internationale sur le Climat (COP 21). Pourtant,pour l’instant, aucun engagement concret n’a été pris de la part du Président de la République ou du gouvernement pour :

  • Aider à financer l’adaptation des pays en développement aux conséquences du changement climatique en contribuant à hauteur d’un milliard au Fonds Vert pour le Climat ;
  • Mettre un terme aux subventions directes et indirectes aux projets énergétiques polluants ;
  • Réaliser 40% d'économies d'énergie d’ici à 2030.

Ce sera donc l’occasion de rappeler à nos dirigeants le rôle-clé de la France dans les négociations climatiques et surtout les engager à donner l’exemple !

Si vous aussi vous souhaitez prendre part à ce rassemblement citoyen sans précédent, rejoignez la grande Marche pour le climat ! Pour participer à nos côtés lors de ce rassemblement citoyen, rendez-vous à Paris dimanche 21 septembre place de la République à 14h.

Partagez avec vos proches, famille et ami-e-s et venez nombreux à Paris ou près de chez vous pour faire entendre votre voix !

Jusqu’à la COP 21 en 2015, les Etats auront de nombreuses opportunités de faire avancer les négociations climatiques. L’enjeu est de taille, c’est pourquoi Oxfam France se mobilisera pendant plus d’un an pour que la France prenne ses responsabilités et qu’un accord mondial à la hauteur des attentes soit obtenu sur le climat. Pour ne rien rater de ce combat de longue haleine et ajouter vos forces aux nôtres, inscrivez-vous ci-dessous. Vous recevrez ainsi nos informations et nos appels à action sur le changement climatique

- See more at: http://www.oxfamfrance.org/agir/tous-ensemble-pour-justice-climatique#sthash.9qsELPLy.dpuf
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:30
FNE Pays de la Loire et ses associations membres en Maine et Loire ont organisé l'évènement Opération Park(ing) Day à Angers vendredi 19 septembre.

fne pdl  LA SAUVEGARDE DE L'ANJOU  place-au-velo-angers.jpg

 

 

Communiqué de presse du 19 septembre 2014

 


 

Opération Park(ing) Day à Angers ou

comment mieux réfléchir à la place de la voiture en ville


 

Tous les ans, pendant la semaine de de la mobilité, a lieu le 3ème vendredi du mois de septembre l’opération Park(ing) Day. Cette année, les associations FNE Pays de le Loire, La Sauvegarde de l’Anjou et Place au Vélo Angers investissent la Place de la Visitation à Angers pour interpeller les citoyens sur la place de la voiture en ville et ce qu’ils souhaiteraient comme ville demain.

 

Un évènement mondial décliné à Angers Park(ing) Day est un évènement mondial qui mobilise citoyens, artistes, activistes,... pour transformer temporairement des places de parking payantes en espaces végétalisés, artistiques et conviviaux.


Pendant une journée, les espaces bétonnés deviennent des lieux d’initiatives engagées, originales, créatives et écologiques. PARK(ing) DAY, c’est surtout l'occasion de réfléchir au partage de l'espace public, d'imaginer de nouveaux usages urbains et de formuler ensemble des propositions pour la ville durable de demain !

 

image002-copie-1

Les politiques municipales ne vont pas toujours dans le bon sens

 

 

Une ville avec moins de voiture, nous y croyons ...


Devant le constat que les voitures impactent négativement la santé et l’environnement, qu’elles sont sources de nuisances sonores et de stress, qu’elles occupent littéralement l’espace public (voies de circulation mais surtout stationnement), les associations de protection de la nature et de l’environnement agissent. Transformer la ville pour la rendre plus agréable, moins polluée, favoriser les déplacements piétons et cyclistes ... sont les clés d’une ville apaisée et attractive. Pour Roseline Picorit, coprésidente de Place au Vélo Angers : «il est prouvé que l’accessibilité à pied et à vélo de la ville favorise les commerces du centre  - ville : en moyenne, un cycliste ou un piéton dépense plus dans un commerce de proximité qu’un automobiliste. Offrons plus d’alternatives pour venir faire ses courses en ville!»


Les associations interpellent citoyens et élus sur les enjeux de la mobilité Place de la Visitation à Angers, les associations de protection de la nature et de l’environnement occupent plusieurs places de parking, pour en faire un espace de convivialité et aller au - devant des citoyens.


2005-angers-velo-gare-v.jpg

 

Pour Florence Denier - Pasquier, vice -présidente de FNE/La Sauvegarde de l’Anjou, «il est important pour nos associations d’aller à la rencontre des citoyens pour échanger avec eux sur les défis environnementaux d’aujourd’hui et leur expliquer que la transition énergétique et écologique est l’affaire de tous».

 

 

Contacts presse :

Yves Lepage , Président de FNE Pays de la Loire

Tél : 06 88 81 16 27

Florence Denier -Pasquier , Vice-présidente de La Sauvegarde de l'Anjou

Tél : 06 07 96 38 19

 

Pour en savoir plus :

Xavier METAY

Coordinateur FNE Pays de la Loire
76 ter rue Lionnaise - 49100 ANGERS
tél : 02 53 61 10 34
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 18:30

nv logo fnaut

Communiqué de Presse du 19 septembre 2014

 

 

 

Grève des pilotes d’Air France : le bras de fer a assez duré

 

 

La FNAUT condamne l’enlisement des négociations entre la direction d’Air France et les syndicats de pilotes de ligne. Elle appelle à une résolution rapide du conflit dans l’intérêt des voyageurs pénalisés par ce blocage.

 

Le bras de fer joué entre les syndicats de pilotes et la direction d’Air France dure depuis maintenant six jours. Plus de la moitié des vols de la compagnie sont annulés chaque jour aux dépends des voyageurs qui subissent ce conflit de plein fouet.

 

avion2

 

 

La FNAUT condamne les menaces de transformation du conflit en grève illimitée


Alors que le conflit s’enlise, la FNAUT condamne les menaces de transformation du conflit en grève illimitée.

 

La FNAUT ne se prononce pas sur les motifs de la grève qui relèvent de la gestion interne d’Air France tant que la qualité de service offerte au client des transports aériens reste assurée.

 

Elle appelle à un arrêt immédiat de la grève qui pénalise une fois de plus les voyageurs, non acteurs dans le conflit mais premiers a être pénalisés.


Les voyageurs victimes de l’annulation de leur vol ont des droits

La FNAUT rappelle aux voyageurs victimes de l’annulation de leur vol qu’ils ont droit au remboursement de leur billet ou à un réacheminement à leur convenance (avec prise en charge de leur hébergement et de leurs repas). Ils ont également droit à une indemnisation allant de 125 à 600 euros en fonction de leur vol, en application du règlement CE 261/2004.

 

 

Contacts presse :

  • Fabrice Michel, porte-parole de la FNAUT : 01 43 35 35 75
  • Jean Lenoir, vice-président de la FNAUT : 06 19 09 78 89



Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 07:30

journee-sans-voitures-20141.jpg

 

Le site Carfree lance la journée mondiale sans voitures

 

Le 22 septembre 2014, respirez un bol d’air frais lors de la journée mondiale sans voitures. Chaque année, des personnes se réunissent aux quatre coins de la Terre dans le but de rappeler au monde entier que nous ne sommes pas obligés d’accepter une société dominée par l’automobile.


Faisons de la Journée mondiale sans voitures une vitrine de ce à quoi nos villes devraient ressembler sans voitures… 365 jours par an.


Alors que notre climat se réchauffe, la Journée mondiale sans voiture est l’occasion idéale de libérer la planète de cette surchauffe et de demander à nos urbanistes et à nos politiciens de rendre prioritaires le vélo, la marche et les transports publics plutôt que l’automobile.

 

 

semaine-Euro-des-tp-public-2007081.jpg

  La campagne « Bougez autrement » du 16 au 22 septembre consacre le concept technocratique « d’intermodalité ».

 

La fin du mois de septembre arrive avec la date de la défunte « journée sans voiture » qui s'est transformée on ne sait trop comment en « Semaine de la mobilité et de la sécurité routière ». Ainsi on ne parle plus de « Journée sans voiture », sans doute parce que le concept était trop agressif pour la majorité des français automobilistes.


Désormais, on parle « mobilité », ce qui ne veut rien dire car tous les modes de déplacement sont mis à égalité, comme le montre le logo de l’opération (un pied, un bus, un vélo et une voiture…). La campagne « Bougez autrement » du 16 au 22 septembre consacre ainsi le concept technocratique « d’intermodalité ». Le principal, c’est « d’utiliser tous les modes de déplacement » sans affirmer trop clairement qu’il serait préférable de laisser sa voiture au garage, ce qui constituerait à n’en pas douter une atteinte grave à la liberté individuelle de l’automobiliste de polluer et de tuer.


C’est pourquoi, on a associé la sécurité routière à la semaine de la mobilité en question, qui s’appelait d’ailleurs  encore l’année dernière « Semaine de la mobilité durable » (Tiens, ils ont aussi fait sauter le « durable »…). C’est donc cette année essentiellement une « Semaine de la sécurité routière » qui dit en gros aux automobilistes de lever le pied durant une semaine afin de limiter la casse ...

A ce rythme, l’année prochaine le ministère « du développement durable » organisera peut-être une « Semaine de la mobilité routière et de la sécurité durable »…

 

voir le site carfree


Télécharger l’affiche au format jpg (1,28 Mo)

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques