Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 08:01

  fnaut logo pdl

 

octobre 2014

 

 

TAN : Les publicités se suivent et ne se ressemblent pas

 

L’arrière des autobus nantais est toujours un bon lieu d’observation de notre société de l’Ouest, au combien pluraliste désormais.

En juin nos « Citaro » et autres « Heuliez » abordaient une affiche sobre invitant à participer au financement de l’Eglise catholique.

 

Autobus-Catholique.jpg

 Le denier du culte s'affiche...


Comme par contraste en cette rentrée le ton a été moins religieux et presque coquin puisqu’il s’agissait de promouvoir un site de rencontre favorisant les relations extra-conjugales.


20140902-Infidelite-conjugale.jpg

Et la contre "culture" aussi ...  site Gleeden

La direction de la SEMITAN ne nous dira probablement pas si dans le premier cas elle a reçu des pétitions des plus ardents défenseurs de la laïcité et si au contraire pour le second elle a subi les assauts des ligues de vertu. Ou s’il ne s’est rien passé

Et après tout cela ne nous regarde pas même si nous restons attentifs aux messages publicitaires et à leur impact sur les usagers surtout pour les campagnes internes. Mais bien entendu nous resterons plus réservés quand nos tramways ou autobus symboles d’une mobilité écologique font la publicité pour leur concurrente (qu’on le veuille ou non) dénommée automobile ou surtout pour les modes de déplacement les plus coûteux par unité transportée comme ci-dessous

 

 

(photo Volotea)

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 09:00

 

 

TOUR BUS ARTISTIQUE en Pays de Mayenne du vendredi 3 octobre au dimanche 5 octobre

 

Voilà une aventure à partager et  à vivre comme… une pochette-surprise ! Cela vous intrigue ? Alors montez dans le bus et laissez votre curiosité vous mener par le bout du nez !
Au programme : une balade artistique dans le Pays de Mayenne ponctuée par de petites formes de spectacles (créées pour l’occasion !) et quelques œuvres d’art contemporain.

Qui ? Quoi ? Où ? Mystère ! Trois choses à faire si vous aimez les surprises : nous faire confiance, en parler autour de vous et réserver votre place pour faire partie du voyage !
À la descente du bus, la chapelle des Calvairiennes vous ouvre ses portes pour découvrir des œuvres interactives, vous désaltérer et combler un petit creux. Petit frère de Lézard Nomade et cousin de Nuit Blanche Mayenne… ce nouvel événement, qui reviendra tous les deux ans, espère bien vous étonner par sa fraîcheur et son audace, vous faire sourire de plaisir, vous tatouer à l’encre indélébile du souvenir impérissable… Alors… à plus dans le bus ? 

image001.jpg-01CFDD99.11DB1920.jpg

 

Top départ ...

  • Vendredi 3 octobre : Départ Chapelle des Calvairiennes 18h30 
  • Samedi 4 octobre : Départ Chapelle des Calvairiennes 10h15 et 16h00 
  • Dimanche 5 octobre : Départ Chapelle des Calvairiennes 14h00 et 17h00 

Rendez vous :


A la Chapelle des Calvairiennes

Animation à partir de 6 ans
Durée : env.iron 2h30

Tarifs : Guichet : 7,50 €  /  Plein : 7,50 €  /  Réduit : 7 €Famille : 6 €

 

 

 

http://www.kiosque-mayenne.org/spectacles.php?id=550

 

 


Partager cet article
Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 08:45

Quel est le lien entre voiture électrique et le nucléaire. C'est une question à laquelle cette contribution répond.  Il s'agit du point de vue d'une association anti-nucléaire sur la voiture électrique... A l'heure ou le gouvernement alloue un bonus de 10 000€ pour l'achat d'un véhicule électrique et au moment ou la loi de transition énergétique est discutée... Cet éclairage "orienté" s'imposait....

 

  https://encrypted-tbn3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSwQUPfUm03uaH2sE7bhsHTt548VY5Xg7Q7sEHFC6EAw41dyLT0cQ

 


Vendredi 12 septembre 2014

 

Loi de transition énergétique : le carambolage de la voiture électrique... et nucléaire

 

 


  La voiture électrique n'est même pas efficace contre le co2

 

Le développement de la voiture électrique est un des axes majeurs du projet de loi dite de "Transition énergétique". Or, il suffit de se pencher quelques minutes sur ce dossier pour constater qu'il s'agit non seulement d'une impasse mais aussi d'un échec programmé concernant les objectifs écologiques : une étude de l'Ademe montre que, contre toute attente, la voiture électrique n'est même pas efficace contre les émissions de co2.

 

 Les constructeurs avouent : la voiture électrique n'est pas écologique

 

Avant tout, il faut rappeler que l'Observatoire du nucléaire a contraint ces derniers mois les principaux constructeurs - Renault, Citroën, Nissan, Mitsubishi, Opel, Bolloré et ses déclinaisons (Bluecar, Autolib, Bluely, Bluecub) - à retirer de leurs publicités pour voitures électriques les termes "propre", "verte" ou "écologique" (cf Le Monde.fr, 26 juin 2014, http://bit.ly/1lguS6q ).


En effet, il faut bien comprendre que, si elle ne pollue pas au moment où elle roule, la voiture électrique pollue avant, après, et ailleurs : matières premières et énergie pour la construction, pneus et batteries à l'usage, déchets en fin de vie, et bien sûr énergie pour mouvoir le véhicule.

 

En France, la voiture électrique est surtout… la voiture nucléaire


A ce sujet, les plans de développement des voitures électriques en France prévoient que le rechargement des batteries se fera quasi exclusivement sur le réseau électrique ordinaire, c'est-à-dire à 75% par le nucléaire.


La voiture électrique sera alors co-responsable des tares de l'atome, et l'on peut même parler d'une véritable délocalisation de la pollution : contamination du Niger par les mines d'uranium d'Areva, rejets radioactifs dans l'environnement et production de déchets radioactifs par les centrales nucléaires d'EDF, etc, sans oublier les mines de lithium (par exemple en Amérique du Sud) pour les batteries. Et tout ça pour permettre à des urbains privilégiés de rouler prétendument "propre"…

 

La voiture électrique n'est même pas efficace contre les émissions de co2


Mais, ce qui est probablement le plus notable, c'est que la voiture électrique n'est même pas efficace contre les émissions de co2. En effet, une récente étude de l'ADEME a montré que, compte tenu des pollutions citées ci-dessus, il faut avoir roulé de 50 000 à 100 000 kilomètres en voiture électrique avant de commencer à émettre moins de co2 qu'avec une voiture thermique (cf La Tribune.fr, 4 décembre 2013, http://bit.ly/WELjVz ).


Or, sachant que le trajet moyen en voiture électrique est très court, il est probable que la plupart des propriétaires de ces véhicules n'atteignent même pas le nombre de kilomètres requis : il faudrait rouler de 15 km à 30 km par jour, 365 jours par an, et ce pendant 10 ans.

 

Voiture électrique : des aides pour les ménages aisés


Les autorités publiques subventionnent déjà de façon indécente les acheteurs de voitures électriques - qui sont quasi exclusivement des ménages aisés - par des bonus abusivement dits "écologiques" pouvant dépasser 11 000 euros par le cumul d'aides d'Etat et d'aides régionales (cf 76actu.fr, 4 avril 2014, http://bit.ly/1uluDQ0 )


Sans ces subventions, le prix modéré du rechargement des batteries - mais pour combien de temps encore, vu l'explosion du coût de l'électricité nucléaire ? (cf Le Monde, 27 mai 2014, http://bit.ly/TPibtR ) - serait totalement contrecarré par le prix du véhicule à l'achat. A ce compte, n'importe quelle activité ruineuse peut devenir "rentable" à condition de la faire payer par l'argent public.

 

Bornes de rechargement : une facture de 100 milliards !


Non content de ces dépenses insensées, le gouvernement prévoit aussi l'installation en France de 7 millions de bornes de rechargement pour voitures électriques (projet de loi de transition énergétique). Le coût d'une telle borne est à ce jour d'environ 20 000 euros, pose comprise. En prenant 15 000 euros pour tenir compte de l'effet de masse, cela signifie une dépense d'environ… 100 milliards d'euros. Si par miracle les prix baissaient de moitié, cela ferait encore 50 milliards d'euros.


On se demande déjà où cette somme inouïe pourra bien être trouvée et, dans ce cas bien improbable, qui pourrait justifier une telle dépense dans un projet finalement anti-social et anti-écologique, alors que l'argent public manque pour l'éducation, la santé, les énergies renouvelables, etc ?

 

Objectif 2 millions de voitures électriques… sur 40 millions !


Qui plus est, les entreprises d'Etat - à commencer par La Poste, pionnière dans cette voie de garage - et les Collectivités territoriales sont fortement incitées à acheter elles-mêmes les voitures électriques dont, jusqu'à preuve du contraire, les citoyens ne veulent pas : à peine 0,4% du total de voitures vendues en France.


Le gouvernement espère, en dépensant ainsi sans compter l'argent public, que 2 millions de voitures électriques rouleront en France en 2020. Un chiffre totalement improbable mais, même s'il se concrétisait, qui ne concernerait qu'une voiture sur 20 : autant dire une "niche" aussi inutile que ruineuse.

 

Les voitures électrique françaises rechargées par les centrales allemandes au   charbon


Par ailleurs, que dire du rechargement de centaines de milliers de voitures électriques qui seraient branchées au même moment, le soir vers 18 heures lorsque leurs propriétaires rentreront du travail ? D'ores et déjà, la surconsommation française d'électricité, en particulier l'hiver avec l'option absurde du chauffage électrique, fait que la France est massivement alimentée… par les centrales électriques allemandes fonctionnant au charbon (Le Monde, 22 janvier 2013, http://bit.ly/YwStMY ).


Il est de bon ton de critiquer ces centrales et leurs émissions de co2 mais, sans elles, la France serait frappée de pénurie tous les soirs d'hiver. Le projet absurde de développement des voitures électriques ne ferait qu'aggraver encore cette situation. Et ce n'est pas le déploiement tout aussi absurde de compteurs électriques abusivement dits "intelligents" - c'est en réalité un autre projet ruineux et inefficace, mais aussi très dangereux pour les libertés publiques, nous y reviendrons dans un autre texte - qui y changera quelque chose.

 

L'argent public : ni pour la voiture thermique, ni pour la voiture électrique


Bien sûr, il ne s'agit pas pour nous de faire la promotion de la voiture thermique (essence ou diesel) qui est elle-même très polluante. Mais, justement, personne ne se hasarderait à offrir l'argent public aux propriétaires de voitures essence ou diesel, leur permettre de se garer gratuitement sur des places réservées, de recharger leurs réservoirs aux frais de la collectivité, etc : alors pourquoi le faire pour des voitures nucléaires ?

 

On ne sauve pas le Titanic en lui envoyant le Costa Concordia


L'argent public doit être affecté aux transports en commun, aux transports alternatifs, ou à tout autre projet d'intérêt général, mais certainement pas gaspillé dans la voie de garage qu'est la voiture électrique. L'objectif de la Loi dite de transition énergétique semble être de développer la voiture électrique pour doper la consommation d'électricité, en baisse depuis plusieurs années, et tenter ainsi de sauver l'industrie nucléaire, en totale déconfiture. Mais on ne sauve pas le Titanic en lui envoyant le Costa Concordia


Stéphane Lhomme
Directeur de l'Observatoire du nucléaire
http://www.observatoire-du-nucleaire.org



http://observ.nucleaire.free.fr/voiturelec-racket.jpg

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 08:30

index

 

Notre prochain Commissaire au climat: un baron du pétrole?

 

C'est avec un titre aussi, accrocheur qu'Avazz lance une pétition qui vise à faire barrage à la nomination à un poste clé d'un homme qui entretient des liens étroits avec l’industrie pétrolière.

 

L’UE est sur le point de confier les plus hautes responsabilités sur le climat à un champion des énergies polluantes. Il n’y a qu’une seule manière d’annuler cette nomination insensée: persuader les députés européens clés d’abandonner Cañete et de proposer un champion de la lutte pour le climat. Nous avons seulement 24 heures -- signez la pétition et partagez tout autour de vous:

 

Cañete est un homme qui entretient des liens étroits avec l’industrie pétrolière.

 

Le nouveau Commissaire à l'action pour le climat et à l'énergie sera responsable de la mise en place de l’ambitieux programme de réduction des émissions et devra mener l’UE vers une économie verte et décarbonnée.

 

cliquez pour dire NON à Arias Cañete et avertissez tout le monde autour de vous -- notre pétition sera directement remise aux députés européens:

https://secure.avaaz.org/fr/canete_climate_pa_fr/?bCrqIab&v=47200

 

https://s3.amazonaws.com/avaaz_images/12770_By3eOvZIQAAeO44_1_460x230.jpg

 

Pour en savoir plus voir Le Monde.fr du 30.09.2014 qui publie un texte d'un Collectif de députés européens écologistes dénonçant un conflit d'intérêt à la commission si le Député Espagnol Miguel Cañete était nommé Commissaire Européen en charge du climat et de l'Energie alors qu'il est proche du lobby pétrolier ...

 

Conflits d'intérêt à la commission : Miguel Cañete ne doit pas devenir Commissaire européen !

 

L'éthique en politique est une exigence de chaque instant. L'Europe n'y échappe pas. Le résultat de l'extrême droite et de certains populismes dans plusieurs pays européens ne dit rien d'autre. La crise démocratique s'accentue et nous risquons d'échouer à redonner espoir à des millions de femmes et d'hommes...]...[

 

Un coup de semonce

 

]...[C'est dans ce contexte que la proposition de nommer Monsieur Miguel Arias Cañete au poste de Commissaire en charge du climat et de l'énergie sonne comme un coup de semonce. La lettre des traités européens est pourtant claire : «Les membres de la Commission sont choisis en raison de leurs compétences générales, de leur engagement européen et parmi des personnalités offrant toutes les garanties d'indépendance».

 

Mais que reproche-t-on à cet ancien ministre et poids lourd de la droite espagnole ? Au-delà de propos sexistes inacceptables et de sa participation à l'un des gouvernements européens les plus hostiles aux énergies renouvelables, la candidature de M. Cañete soulève de possibles et très sérieux conflits d'intérêts....]...[

 

Voir la suite de l'article ici

 

Collectif de députés européens composé de

 

Les signataires de ce texte sont : José Bové, Karima Delli, Pascal Durand, Yannick Jadot, Eva Joly, Michèle Rivasi, députés européens, ainsi que Florent Marcellesi, porte-parole du parti écologiste espagnol au Parlement

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 07:20

nv logo fnaut

 

Communiqué de Presse du 1er octobre 2014

 

 

La FNAUT approuve la hausse de la taxation du gazole

 

La FNAUT estime que la hausse de la taxation du gazole (2 centimes par litre) décidée par le gouvernement est justifiée, et parfaitement supportable par les automobilistes. Cette décision est cohérente avec la perspective d’une transition énergétique.


La FNAUT réclame depuis longtemps une hausse de la fiscalité sur les carburants routiers et plus particulièrement sur le gazole. Elle approuve donc la décision du gouvernement mais déplore que les transporteurs routiers de fret soient exemptés de cette hausse.


Une hausse justifiée

  • La pollution par les particules fines émises lors de la combustion du gazole crée un problème majeur de santé publique, en particulier dans les zones urbaines. Il est donc souhaitable de réorienter la demande vers les voitures à essence.
  •  Alors que la production d’essence par les raffineries françaises est aujourd’hui excédentaire, une moindre consommation de gazole permettra de limiter de coûteuses importations de gazole.
  • Une taxation supplémentaire du gazole fournit à l’Etat une ressource nouvelle pour financer les transports collectifs urbains et ferroviaires qui souffrent de sous-investissement chronique.


Rudolf Diesel

Une hausse supportable par les automobilistes

  • Le prix du litre de gazole a baissé d’environ 10 centimes depuis 2012 : le prix du baril de pétrole est passé récemment de 110 dollars à moins de 100, et le poids de la fiscalité a diminué.
  • Le prix du gazole est bien plus élevé en Allemagne, aux Pays-Bas, en Italie, en Norvège, en Suède, en Grande-Bretagne (1,70 euro/litre) qu’en France.
  • Un habitant d’une zone périurbaine souhaitant se rendre à la ville-centre peut se rabattre en voiture sur une gare ou une station de transport collectif urbain, selon une pratique déjà très répandue. Il peut réaliser des économies importantes de carburant en pratiquant l’écoconduite.

La FNAUT demande :

  • l’accentuation progressive de la taxation du gazole afin d’annuler la différence de prix entre essence et gazole (20 centimes aujourd’hui) ;
  •  le lancement d’une campagne nationale en faveur de l’écoconduite sur le modèle des campagnes de sécurité routière, afin de limiter la consommation de carburant ;
  • une exemption de la hausse de la taxation du gazole consommé dans les transports collectifs.
 

Contacts presse :


Jean Sivardière, président de la FNAUT
Jean Lenoir, vice-président de la FNAUT

 

pompe.jpg

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 08:30

003_2.jpg

 

Les Editions du Petit Pavé publient un ouvrage intitulé "Un demi-siècle de petits trains en Mayenne" qu'un passionné, Pierre-Alain MENANT a consacré aux chemins de fer d'intérêt local en Mayenne.

Il est visible sur le site.

L'ouvrage sera imprimé cette semaine et disponible à la vente ces tous prochains jours.
 
L'auteur sera présent au 25 ème heure du livre où il dédicacera son livre sur le salon au stand des Editions du Petit Pavé (STAND B11 / B12 / Espace : Boulevard des éditeurs) les samedi 4 et dimanche 5 octobre 2014.

 

500-c-1 05 01 00a

Pour en savoir plus sur les Editions du Petit Pavé

http://www.petitpave.fr

 

Pour en savoir plus sur le Salon du livre du Mans :

www.la25eheuredulivre.fr

 

 

Pierre-Alain MENANT
Un demi-siècle de petits trains en Mayenne


Les Éditions du Petit Pavé - Boîte Postale 17 -  49320 Brissac-Quincé - FRANCE

Téléphone : 02 41 54 60 21  /  Fax : 02 41 54 68 70

E-mail : contact@petitpave.fr  /  site : www.petitpave.fr

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 07:30

nv logo fnaut

Communiqué de Presse du 29 septembre 2014

 

La FNAUT s’inquiète du nouveau report du péage de transit

 

La FNAUT s’inquiète du nouveau report du péage de transit des poids lourds. Elle déplore l’absence prolongée de ressource nouvelle compensant la perte de recette fiscale liée à l’abandon de l’écotaxe et à son remplacement par le péage de transit.


La FNAUT rappelle que l’écotaxe poids lourds, décidée à la suite du Grenelle de l’environnement, avait pour but premier de faire payer au transport routier les coûts qu’il impose à la collectivité, mais qu’elle devait aussi permettre le financement de nouvelles infrastructures de transport.


Or l’écotaxe a été reportée à de multiples reprises par les gouvernements Fillon, Ayrault et Valls sous la pression des transporteurs routiers et des chargeurs, puis remplacée récemment par un « péage de transit » dont le produit net pour l’Etat sera trois fois inférieur : environ 300 millions par an au lieu de 900 (4 300 km de voiries seront concernés au lieu de 15 000).


Il en résulte que le transport routier continue d’imposer ses nuisances aux riverains des grands axes de circulation, en particulier en Alsace, et de bénéficier d'une rente de situation financée par les contribuables et les automobilistes, et aggravée par les aides anticipées reçues par les transporteurs en contrepartie de l'écotaxe prévue.

P1110785

Il en résulte aussi une situation catastrophique pour les transports collectifs. En effet, faute de ressource nouvelle, la construction d’une centaine de nouveaux transports urbains en site propre est bloquée, et la rénovation du réseau ferré est fortement ralentie : son vieillissement n’est pas enrayé, au point que de nombreuses lignes voyageurs ou fret sont menacées de fermeture.


La FNAUT demande donc au gouvernement :

  • d’accélérer la mise en place du péage de transit ;
  • de mettre en place une fiscalité écologique sérieuse dans les transports routier et aérien ;
  • de dégager rapidement les moyens nécessaires pour développer les transports collectifs urbains en site propre et moderniser le réseau ferré.

L’absence de fiscalité écologique pénalise aujourd’hui les ménages les plus modestes en limitant l’offre de transport public, et décrédibilise le projet de loi sur la transition énergétique.

 

 

Contacts presse :


Jean Sivardière, président de la FNAUT : 04 76 75 23 31
Jean Lenoir, vice-président de la FNAUT : 06 19 09 78 89

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 08:30

fnaut logo pdl

 

 

La FNAUT Pays de la Loire, est de plus en plus sollicitée par des usagers qui se plaignent du service du Tram-Train Nantes - Châteaubriant. La presse s'est déjà fait l'échos des dysfonctionnements de l'exploitation et en particulier les suppressions de trains. L'incompréhension, voir la colère gronde...


La FNAUT publie le courrier ci-dessous d'un usager qui relate le service ces derniers temps et qui s'adresse en premier lieu aux responsables de  ce dossier, les élus régionaux et l'exploitant. Espérant à juste titre une prise en compte du problème pour une résolution... rapide !



logo2

 

Monsieur,

 


Je suis abonné au service de transport SNCF - TER Pays de la Loire de la ligne de tram-train Nantes-Chateaubriant, dans le cadre de mes déplacements domicile-travail. Offre alléchante si l'on considère les remboursements assurés par l'entreprise (50% minimum) et l'aide de la région (>45€/mois si déduction entreprise réalisée).


Je souhaite donc par ce présent courrier vous faire connaître mon profond mécontentement quant à l'activité de cette ligne de transport.
 
 En effet, le 1er septembre dernier, je n'avais pas été informé en temps utile du mouvement de grève des conducteurs et de l'impact sur le traffic de la ligne. Je me suis donc retrouvé contraint à prendre ma voiture pour rentrer chez moi, à Nantes.


 Le 24 Septembre dernier, le tram-train partant de Châteaubriant à 17h23 s'est retrouvé immobilisé durant plus d'une heure en gare de Sucé-sur-Erdre, le conducteur ayant grillé un signal ce qui a provoqué l'immobilisation du tram-train et la fermeture de la ligne. Cela a occasionné des congestions de trafic sur la ligne sachant qu'en dehors des gares, il n'existe qu'une seule voie de circulation pour les tram-train.
 
 A l'occasion de cette immobilisation j'ai eu le temps de discuter avec quelques habitués. Et je suis tout proprement scandalisé des préjudices qu'ils subissent en raison de l'innefficacité de cette ligne :

  •  Horaires non respectés
  •  Tram-train immobilisé trop fréquemment
  •  Système de plainte inadapté
  •  Système de remboursement décourageant et préhistorique

Bon nombre de ceux avec qui j'ai discuté ont été forcés de s'abonner, dans la mesure où certains transports d'autocar Lila ont été supprimés à l'ouverture de la ligne de tram-train. Cela concerne essentiellement les enfants allant à l'école. Ces derniers se retrouvent contraint fréquemment à faire du stop !!!!!!
 

 

Enfin, certains habitués après avoir renouvelé leur abonnement durant 9 mois, ont décidé d'abandonner ce service qui apporte plus de contraintes et de problèmes que de solutions !
 
J'attire donc l'attention des responsables du réseau ferré, de la SNCF, du département de Loire-Atlantique et de la Région Pays-de-la-Loire pour leur faire connaître le scandale de cette ligne de transport.
 
Je vous confirme l'URGENCE votre DEVOIR de régler au plus vite et au mieux les difficultés de cette ligne de transport.
 
Si la situation ne s'arrange pas vous vous retrouverez en faillite et vous aurez des comptes à rendre aux prochaines élections et lors des procès administratifs qui pourraient être lancés contre vous.
 
Veuillez agréer mes sincères salutations.

 

Benoit Leroux

Abonné de la ligne T1


 

P1100634

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 07:50

place-au-velo.jpg

 

L'association Place au vélo de Nantes avait menée le 14 mars 2014 une action pédagogique et de sensibilisation auprès des automobilistes sur le respect des aménagements cyclistes.

 

Cette opération intitulée "des jonquilles pour les SAS vélos" menée par Place au vélo avait pour objectif le respect des aménagements de sécurité par les automobilistes. Placé à proximité des "SAS vélos", les bénévoles distribuaient des fleurs aux conducteurs respectueux des aménagements et transmettaient un message pédagogique aux autres.

 
Peu après, le CEREMA (ex CERTU) a mené une étude poussée sur le "taux de respect des SAS vélo à Nantes", en partenariat avec Nantes Métropole.

Conclusion :
"Cette évaluation complète celle menée à Lyon en décembre 2011 dont le taux de respect de la LEF sur l'ensemble des 9 sites était de 58%.
Dans l'évaluation Nantaise, ces taux sont donc inférieurs avec un taux de respect de 49% pour les comptage manuels et de 36% pour ceux automatiques.

Considérant l'impératif du respect de la règle, ces résultats ne sont pas satisfaisants et posent concrètement la question de la compréhension du dispositif sas vélo par les automobilistes, plus de 30% ne le respectant pas même en présence des forces de l'ordre."
Et aussi : "80% des motards sont présents dans le sas"...

Et le CEREMA formule 3 recommandations, dont une rappelle l'opération "jonquilles"  :

  • renforcement du marquage,
  • minoration de la sanction
  • et communication...

 

Voir l'étude :
http://www.certu.fr/IMG/pdf/evaluation-tx-respect-sas-velo_final_cle1c1cbc.pdf

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 09:30

logofnaut2012

Communiqué de Presse vendredi 26 septembre

Grève des pilotes d’Air France : un enlisement absurde

 

 

La FNAUT condamne fermement l’enlisement des négociations entre la direction d’Air France et les syndicats de pilotes de ligne. Elle demande un rétablissement rapide des vols de la compagnie et rappelle que les voyageurs ont des droits qui doivent être respectés.


Après 12 jours de conflit entre la direction d’Air France et les syndicats de pilote de ligne, la moitié des vols de la compagnie est toujours annulée chaque jour.


La FNAUT condamne l’enlisement d’un conflit absurde dont les motifs relèvent de la gestion interne d’Air France. Elle appelle à un arrêt immédiat de cette grève qui pénalise les voyageurs. 


La FNAUT appuiera les démarches des voyageurs pour défendre leurs droits. Les clients victimes de l’annulation de leur vol ont droit au remboursement de leur billet ou à un réacheminement à leur convenance (avec prise en charge de leur hébergement et de leurs repas). Ils ont également droit à une indemnisation allant de 125 à 600 euros en fonction de leur vol, en application du règlement CE 261/2004.

 

Contacts presse :

  • Fabrice Michel, porte-parole de la FNAUT : 01 43 35 35 75
  • Jean Lenoir, vice-président de la FNAUT : 06 19 09 78 89

 

 

 

P1010998.jpg

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques