Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 08:34

 

image002

Communiqué de Presse

19 décembre 2014

 

« Amnésie » juridique ?

La commission juridique qui assiste les associations d'opposition à Notre-Dame-des-Landes marque sa surprise devant les déclarations de M.Valls et de J.Auxiette. Ces déclarations sont singulières, sur le plan juridique, à deux titres :

  • Manuel Valls semble connaître à l'avance le résultat des décisions de justice, et c'est en soi très inquiétant pour celui qui est, en raison des ses fonctions, l'un des garants de l'indépendance de la justice.
  • Quant à J. Auxiette, il veut oublier qu'après la première instance, s'ouvre une procédure d'appel quelle que soit la partie perdante, puis de cassation devant le Conseil d’État.

Tous deux ignorent qu'en outre les espèces protégées ne peuvent être déplacées ou détruites avant l'automne. Comment  prétendre donc commencer les travaux dès ce printemps ? Ils manifestent ainsi leur double ignorance des procédures juridiques et des difficultés écologiques du projet.

 

Nous rappelons au Premier Ministre que des accords politiques successifs ont été conclus au plus haut niveau de l’État, accords qui prévoient que le début des travaux ne peut avoir lieu avant épuisement des droits de recours.

 

Nous lui rappelons aussi l'existence d'une procédure européenne et l'exigence de plusieurs autorisations à venir.

 

Enfin à ce jour le permis de construire n'a pas été délivré. Les délais de recours ne sont pas une question de mois mais bien d'années.

 

Débuter les travaux dès avril prochain serait donc un passage en force.


 

le-changement-passe-aussi-par-notre-dame-des-landes

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 07:30

 

logofnaut2012

 

Communiqué de Presse

29 décembre 2014

 

 

SNCF : une hausse tarifaire injustifiée et dangereuse

 

Début 2014, la SNCF a augmenté ses tarifs de 2,8 %, mais seulement pour répercuter la hausse du taux de TVA de 7 % à 10 %. Elle vient d’obtenir du gouvernement une forte hausse d’une partie de ses tarifs (+ 2,6 %), très supérieure à l’inflation (0,9 % en 2013 + 0,3 % en 2014).


Une hausse injustifiée 

  • La qualité de l’offre se détériore (fermetures de points de vente, suppressions inopinées de trains, transferts sur route de services TER et Intercités, grèves répétitives).
  • La hausse n’offre aucune garantie d’amélioration de l’offre.
  • Enfin, avant d’augmenter ses tarifs, la SNCF doit en priorité maîtriser ses coûts de production.

 

Une hausse dangereuse 


Au moment où le prix des carburants automobiles vient de chuter et où se développe la concurrence agressive de l’avion à bas coût, de l’autocar interrégional et du covoiturage, la hausse risque de décourager les voyageurs d’utiliser le train. 

 

Et la transition énergétique ? 


La FNAUT s’étonne que cette nouvelle hausse ait été approuvée par le gouvernement, et plus particulièrement par le ministère de l’Ecologie qui préconise une « transition énergétique », alors qu’il s’oppose à la hausse pourtant faible (0,57 %) des péages demandée par les sociétés concessionnaires d’autoroutes.


Pour des raisons sociales et écologiques évidentes, le train doit rester un transport de masse accessible à tous. La FNAUT demande au gouvernement d’abaisser le taux de la TVA sur les transports publics de 10 % à 5,5 %, taux en vigueur pour d’autres produits de première nécessité.


 

P1100643

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 14:36

images

Nantes, décembre 2014

 

358 500 € pour des abris voyageurs dans 12 gares et haltes ligériennes
dans le cadre du projet Européen Citizens Rail.

 

 

Une décision de la Commission permanente du 15 décembre 2014

 

La Commission permanente du Conseil régional des Pays de la Loire réunie le lundi 15 décembre 2014 à l’Hôtel de Région à Nantes, a voté une enveloppe de 358 500 € à Gares & Connexions pour financer les études et travaux d’abris voyageurs dans 12 gares et haltes ligériennes dans le cadre du projet Européen Citizens Rail.

 

La Région des Pays de la Loire, en tant qu’autorité organisatrice des transports régional de voyageurs, et à ce titre compétente pour l’amélioration de la qualité du réseau TER, est directement concernée par l’attractivité et la valorisation des gares régionales. Elle a saisi l’opportunité de mener un travail expérimental au travers d’un projet européen orienté sur une thématique du mode ferroviaire dans des environnements urbains peu attractifs : «Citizens rail» (le rail pour et avec les citoyens).

 

Merci l'Europe !


Dans le cadre de ce projet européen Citizens Rail, la Région des Pays de la Loire s’est engagée à mettre en oeuvre trois actions :

  • Redynamiser la ligne La Roche-sur-Yon/Bressuire. Il s’agit d’étudier toutes les solutions possibles pour relancer cette ligne qui dessert des territoires ruraux et enclavés, en recherchant des expérimentations innovantes en lien avec les collectivités et les populations desservies.
  • Valoriser la halte de Penhoët (St-Nazaire) dans une démarche expérimentale avec une école de design.
  • Soutenir la création de services aux habitants dans des gares rurales en réhabilitant d’anciens bâtiments ferroviaires.

Redynamisation de la ligne La Roche-sur-Yon / Bressuire !


Les études menées dans le cadre de la redynamisation de la ligne La Roche-sur-Yon/Bressuire et de la réhabilitation d’anciens bâtiments ferroviaires ont mis en avant les enjeux liés au confort d’attente dans les gares. Les voyageurs et représentants institutionnels ont souhaité une amélioration du mobilier en gare. Ce souhait s’est appuyé sur un constat de sous-dimensionnement des abris voyageurs face à la forte fréquentation des gares ou d’un besoin de mise à niveau du mobilier afin de répondre aux standards appliqués sur le réseau.


carte-PDL-TER-2008239.jpg

 

La Mayenne encore oubliée !

 

La Région des Pays de la Loire a donc décidé de financer, avec l’aide de l’Union européenne, la mise en place d’abris voyageurs dans les 12 gares suivantes : Batz-sur-Mer (44), Boussay (44), Ingrandes (49), La Ménitré (49), Tiercé (49), Voivres (72), Belleville (85), Bournezeau (85), Chantonnay (85), Fougeré (85), La Chaize-le-Vicomte (85), Olonne-sur-Mer (85).
 

Elle a voté une subvention de 358 500 € à Gares & Connexions (SNCF).

 

pays de la loire

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 08:36
logofnaut2012
Tickets verts et rouges attribués lors du Congrès de la FNAUT à Nantes

Tickets verts

  • La Communauté d’agglomération du Grand Besançon, et son président Jean-Louis Fousseret, maire PS de Besançon et président du Grand Besançon, pour l’introduction du tramway dans une agglomération de taille moyenne. Cette introduction a été rendue possible grâce à la recherche systématique d’une réduction des coûts, sans affecter la qualité du service offert aux usagers et des aménagements urbains. Elle démontre que la pertinence du tramway n’est pas limitée aux grandes agglomérations.
  • Les régions Aquitaine, Centre, Franche-Comté, Pays de la Loire et Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour leur politique de réouvertures de lignes régionales, qui va à l’encontre de la politique de contraction du réseau ferroviaire poussée par l’Etat. Les lignes dont la réouverture est effective ou engagée sont respectivement : Oloron-Bedous (première phase de la réouverture de Pau-Canfranc), Chartres-Voves (première phase de la réouverture de Chartres-Orléans), Belfort-Delle, Nantes-Châteaubriant et Avignon-Carpentras.

 

Coups de chapeau

  • Jean Germain, ancien maire PS de Tours, pour la réalisation exemplaire du tramway de Tours, dont le succès commercial dépasse largement les prévisions.
  • Joël Bruneau, maire UMP de Caen, pour la décision de remplacer le TVR par un « vrai » tramway (un choix inverse a malheureusement été fait à Nancy par le maire André Rossinot).

 

Ticket rouge

  • Brigitte Fouré, maire d’UMP d’Amiens, et Alain Gest, président UMP d’Amiens Métropole, nouveaux élus qui ont fait échouer un projet de tramway, alors que ce mode de transport a démontré son efficacité pour le service public et l’environnement dans toutes les villes françaises où il a été réintroduit.
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 07:30

badge

 

Communiqué de presse du CéDpa

 

lundi 22 décembre 2014

 

 

Saturation de Nantes Atlantique ? Un mensonge éculé

 


Plus de dix ans que l’on entend parler des passagers sans parler des mouvements d’avions. Le mensonge sur la saturation de l’aéroport est éculé.

Que Nantes Atlantique ait accueilli cette année 4 millions de passagers ne signifie absolument pas que l’aéroport soit saturé. Certes, son aérogare, conçue pour un maximum de 4,3 millions de passagers, doit être agrandie et restructurée. C’est tout à fait possible. La DGAC a d’ailleurs admis qu’un réaménagement de l’aéroport était faisable et moins coûteux que de construire un nouvel aéroport. Elle en a par contre exagéré les coûts : des architectes ont démontré en juin dernier que cela pouvait se faire pour un coût bien plus raisonnable.

Comme dans la plupart des aéroports, la croissance du nombre de passagers s’est accompagnée d’une stabilité du nombre des mouvements d’avions, les appareils anciens étant remplacés par des appareils de plus grande capacité. Moins de 50 000 mouvements à Nantes Atlantique ces dernières années : saturé cet aéroport ?

Que dire alors de celui de Genève qui, sur une surface semblable et avec une seule piste, a accueilli l’an passé 193 000 mouvements (sans compter les dizaines de milliers de jets privés, et la très importante activité fret) et 14 millions de passagers ?
Un peu de sérieux, s’il vous plait.
Il serait intéressant de savoir précisément où se situe la prétendue saturation :

  • L’un des 34 comptoirs d’enregistrements ? Il en est prévu 16 à Notre Dame des Landes dans le projet visant 4,5 millions de passagers à l’ouverture.
  • L’un des 8 postes de filtrage des passagers ? 7 prévus à Notre Dame des Landes.
  • L’une des 5 passerelles d’embarquement ? Seulement deux à NDL.
  • Ou encore, à l’arrivée, l’un des 4 tapis de livraison des bagages ? Il en est prévu trois à NDL.

La « gêne » évoquée, si elle  existe réellement, pourrait se trouver aux terminaux automatiques de paiements de parking, où malgré l’augmentation de 40% des tarifs depuis l’arrivée de Vinci, il arrive qu’on fasse la queue !

 

P1060782

Nantes Atlantique

 

Autre manipulation dévoilée au passage : alors que sur les 11 premiers mois de 2014,  l’emport frôle les 90 passagers par avion à Nantes Atlantique, la DGAC qui n’attendait cet emport que dix ans plus tard, refuse de reconsidérer ses calculs de PEB prévisionnels. Elle surestime ainsi de 33 % le nombre de mouvements d’avions par rapport à la tendance. Compte tenu de la non prise en compte des performances acoustiques remarquables des avions actuels, les zones de bruit officielles sont ainsi, au minimum, doublées ; la réalité étant qu’à Nantes comme partout ailleurs, les zones de bruit diminuent d’année en année. 

A l’heure où François Hollande appelle à un renouveau des réflexions préparatoires à des grands projets, nous sommes fin prêts pour travailler sérieusement sur les vraies données aéroportuaires nantaises. Abandonner enfin ce projet  inutile et destructeur pour l’environnement, libèrerait les énergies et l’activité économique pour réaménager l’aéroport actuel. Cela peut démarrer très vite sur la zone aéroportuaire existante. Cela donnerait en plus des marges de manœuvre financières pour des projets réellement utiles à la population.
Qui s’en plaindrait ?

 

Site du CEDPA

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 07:29
logofnaut2012
A l'occasion du XIXème Congrés de la FNAUT...

 

Motion adoptée par les congressistes


La FNAUT demande à l’Etat de réorienter sa politique pour relancer les services publics de transport et tenir compte des impératifs écologiques :

 

Les infrastructures de transport

  • l’abandon de grands projets inutiles et nocifs pour l’environnement (aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Nouvelle Route du Littoral, A 831, autoroutes urbaines, canal Seine-Nord, LGV Poitiers-Limoges, métros automatiques dans les zones rurales d’Ile-de-France, gares TGV exurbanisées d’Agen, Montpellier,...) ;

  •  la mise au point d’un schéma des infrastructures ferroviaires ;

  •  un nouvel appel à projets de TCSP portant sur la revitalisation des étoiles ferroviaires urbaines ;

  •  la rénovation des 2 500 km de lignes ferroviaires capillaires dédiées au fret et menacées de disparition par le manque de moyens financiers de RFF ;

  • la réorientation des Contrats de plan Etat-Régions en cours de négociation vers les transports collectifs urbains et ferroviaires.

 

Gouvernance et réglementation

  • l’obligation pour les agglomérations de moins de 100 000 habitants d’établir un Plan de déplacements urbains visant à une réduction de la circulation automobile ;
  • l’autorisation sans conditions de l’expérimentation du péage urbain ;
  • l’obligation pour l’Education nationale d’établir un plan de déplacements concernant les personnels et les élèves, afin de réduire, en particulier, l’accompagnement automobile des enfants ; - une réduction de 10 km/h des vitesses maximales autorisées sur les routes et autoroutes et le lancement d’une campagne nationale en faveur de l’écoconduite ;
  • une intervention rapide pour maintenir et développer les services ferroviaires Intercités, en évitant en particulier leur mise en concurrence avec des services réguliers d’autocars à longue distance, ces derniers n’étant pertinents qu’en complément du train ;
  • la création d’une instance permanente de concertation entre l’Etat, la SNCF et les utilisateurs des Intercités et des TGV.

 

La fiscalité

  • l’abaissement du taux de TVA sur les transports publics de 10 % au taux réduit de 5,5 % autorisé par Bruxelles pour les produits et services de première nécessité.
  • l’alignement progressif de la taxation du gazole sur celle de l’essence ;
  • la taxation du kérosène consommé lors des vols intérieurs.
  • la revalorisation de la taxe à l’essieu, pour compenser l’abandon de l’écotaxe et l’autorisation de circulation des poids lourds de 44 tonnes.

 

P1060467

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 08:00

nv logo fnaut

Communiqué de presse du 16 décembre 2014

La FNAUT demande à l’Etat un schéma national des transports

 

Face à des dessertes nationales de trains Intercités qui continuent de se dégrader, la FNAUT demande à l’Etat de prendre ses responsabilités et d’assurer des services de meilleure qualité à des coûts réduits pour l’usager et le contribuable.

 

Malgré certains efforts, les services Intercités continuent de décliner : des trains supprimés pour cause de travaux ne sont pas rétablis quand les travaux sont achevés, la qualité de certains trains de nuit baisse… Ces pratiques discréditent l’Etat Autorité organisatrice et la SNCF : on ne change pas les « règles du jeu » de la convention actuelle avant d’en avoir validé de nouvelles.


La convention Etat-SNCF relative aux trains Intercités dits « d’équilibre du territoire » doit être renouvelée fin 2015. Elle devra pérenniser trois exigences de l’aménagement du territoire :

  •        la desserte des villes moyennes et des grandes agglomérations non assurées par le TGV,
  •        les liaisons province-province,
  •        la réponse aux besoins de la desserte du grand bassin parisien.

Le besoin n’a pas cessé de croître : le développement du TGV a réduit fortement l’offre. Les usagers qui ne peuvent anticiper leur voyage supportent difficilement les tarifs très élevés des TGV.

 

L’enjeu est très important et doit être vu selon une approche socio économique (1).

 

P1070669

 

La FNAUT attend aujourd’hui de l’Etat, conformément à la loi de réforme ferroviaire du 4 août 2014, qu’il élabore et présente au Parlement un Schéma national des transports positionnant les différents services TGV, Intercités et TER.

 

Ce schéma doit être établi conformément aux  décisions du ministre des Transports qui demande la valorisation du réseau classique et des « axes structurants d’aménagement du territoire ». Il doit fixer des objectifs précis pour les Intercités :

  •        une offre mieux ciblée face à la concurrence de la voiture, du covoiturage et de l’autocar,
  •        une amélioration de la performance économique et des pratiques de la SNCF,
  •        la préparation du renouvellement du matériel roulant afin d’offrir aux voyageurs un confort « grandes lignes » pour les trajets à moyenne et longue distance.

La recherche d’un optimum socio-économique pour les relations nationales ne doit pas se réduire à un simple transfert des services les plus déficitaires aux régions, qui n’ont pas pour mission l’aménagement du territoire national.

 

La FNAUT demande simultanément d’expérimenter au plus tard au service annuel 2016 l’ouverture à la concurrence sous forme de délégation de service public. A commencer par les trains de nuit qui restent indispensables sur de nombreuses relations, et pas seulement celles ne disposant pas de TGV.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 08:00

 

logofnaut2012  image001http://www.rac-f.org/IMG/jpg/RAC-F_MD-2.jpg

 

http://www.loire-solidaires.org/files/styles/large/public/reseau-citiz-reseau_cmjn_ok_0.jpg?itok=gjy4Rip8

 

 

 

Communiqué de presse,
18 décembre 2014

 

 

La FNAUT, le réseau Citiz, la FUB et le RAC demandent une extension de la prime à la conversion des véhicules diesel anciens à toutes les composantes de la mobilité durable.


Le gouvernement envisage d’accorder une prime à la conversion des véhicules diesel anciens pour l’achat d’un véhicule électrique, hybride rechargeable ou répondant à la norme Euro 6.


Encourager les modes doux et l’intermodalité


La FNAUT, Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports, CITIZ, réseau coopératif de services d’autopartage, la FUB, Fédération Française des Usagers de la Bicyclette, et le RAC, Réseau Action Climat, demandent qu’une prime soit accordée également aux habitants qui renoncent à la possession d’un véhicule diesel ancien et adoptent des solutions de mobilité alternatives à la voiture particulière, telles que :

  • l’achat d’un abonnement à un service de transport collectif, régulier ou à la demande ;
  • l’achat d’un abonnement à un service d’autopartage, formule très incitative à l’usage du transport collectif et du vélo ;
  • l’achat d’une bicyclette ou d’un abonnement à un service de location de vélo.

Si l’objectif du gouvernement est bien la transition énergétique et la lutte contre le dérèglement climatique, il doit aussi inciter les automobilistes à se tourner vers les mobilités douces et l’intermodalité, alternatives à l’usage de la voiture qui seules permettront de réduire durablement nos émissions de gaz à effet de serre.

 

 

FNAUT / Jean Sivardière, président,
tél. 04 76 75 23 31

 

CITIZ /Jean-­Baptiste Schmider, directeur général,
tél. 03 88 23 45 33

 

FUB / Geneviève Laferrère, présidente,
tél. 06 44 00 71 64

 

RAC / Lorelei Limousin, chargée de mission,
tél. 01 48 58 89 79

 

 

Rudolf Diesel

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 07:10

Première réaction politique aux déclarations du Premier Ministre sur la réalisation de Notre Dame des Landes : celle d'EELV...

 

images eelv

 

 

 

NDDL : le droit ignorera les effets d’annonces et l’entêtement du Premier Ministre.

 

 

Au sortir de la conférence environnementale au cours de laquelle le Président de la république a demandé des études sérieuses sur les alternatives concernant les grands projets d’infrastructure, Manuel Valls s’entête à réaffirmer sa volonté de démarrer les travaux de l’aéroport à Notre Dame des Landes au premier semestre 2015.

 

« Préemptant l’issue des recours déposés auprès du tribunal administratif relatifs aux lois sur l’eau et les espèces protégées, ainsi que les appels probables auprès de la Cour administrative d’appel, le Premier Ministre, en visite en Bretagne, tenterait-il un ultime effet de communication destiné à caresser dans le sens du poil les partisans de l’aéroport du Grand Ouest ? » s’interroge Jean-Philippe Magnen, président du groupe EELV du Conseil régional des Pays de la Loire.

 

Pour les écologistes, Manuel Valls – en étant si affirmatif- reste dans une posture qui fait fi de l’état de droit et qui, en outre, fait preuve d’une certaine amnésie car d’autres procédures légales empêchent le démarrage des travaux : rappelons par exemple le recours de la Commission européenne contre le gouvernement français pour non-respect de la directive cadre sur l’eau.

 

«Le droit, l’indépendance de la justice et l’opposition de très nombreux citoyens pacifistes à Notre-Dame-des-Landes sont autant d’obstacles  à votre vision dépassée de l’aménagement du territoire » poursuit Pascale Chiron, co-présidente du groupe écologistes et citoyens de Nantes Métropole.

 

En cette année 2015 qui doit voir se concrétiser des mesures décisives pour le climat à l’occasion de la COP21 à Paris, le courage politique sera d’affirmer l’exemplarité de la France en abandonnant le projet d’aéroport de Notre-Dames-des-Landes et en privilégiant enfin des projets d’aménagement durables, comme le réaménagement de l’aéroport existant.

 


Les élu-e-s EELV du Conseil régional des Pays de la Loire

Les élu-e-s écologistes et citoyens de Nantes Métropole

 

 

Fresque 2006 06 25 07

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 08:13

nv logo fnaut

Synthèse du 19ème congrès de la FNAUT


19ème congrès de la FNAUT :

les usagers dénoncent la politique des transports

 

 

Le 19ème congrès de la FNAUT s’est tenu à Nantes les 15 et 16 novembre 2014. Les 150 participants, venus de toute la France, ont exprimé leur déception et leur vif mécontentement.

 

Les transports oubliés


Comme celle du gouvernement Ayrault, la politique actuelle des transports n’a été précédée d’aucune réflexion de fond et se met en place de manière improvisée, incompréhensible car sans ligne directrice, sans vision économique, sociale et écologique à long terme.


Le projet de loi sur la transition énergétique ne concerne que la voiture électrique et ignore totalement le secteur du transport collectif : un comble !


Le redécoupage régional est conçu sans la moindre référence aux flux de déplacements.

 

Une faiblesse regrettable devant les lobbies


Le gouvernement cède à tous les lobbies : « bonnets rouges », transporteurs routiers, constructeurs automobiles, autocaristes, syndicats de cheminots, entreprises de travaux publics et bien d’autres.


Cette faiblesse amène à des décisions incohérentes, démagogiques, contraires à une transition énergétique et ruineuses pour l’Etat : l’abandon de l’écotaxe en est le meilleur exemple.  


2006_interloire_st_nazaire_v1.jpg

 

Le service public menacé


Refusant la suppression des niches fiscales anti-écologiques et la mise en œuvre d’une fiscalité écologique soi-disant punitive, le gouvernement se prive des moyens nécessaires à une politique ambitieuse d’investissements de transports urbains et ferroviaires (alors que les pays européens voisins relancent leurs investissements de transports collectifs).


Les transports collectifs sont de plus en plus saturés dans les zones denses et restent sous-développés dans les zones périurbaines et rurales.


Une dégradation très sensible du service public ferroviaire est déjà observée : transferts sur route de services TER et Intercités, fermetures de lignes régionales et interrégionales.

 

Une politique routière dépassée


Des projets autoroutiers sont relancés même en milieu urbanisé : A45, A31 bis, GCO de Strasbourg, Nouvelle Route du Littoral à La Réunion,… Les travaux routiers sont réintroduits dans les Contrats de plan Etat-Régions. RFF ne peut plus entretenir 2 500 km de lignes capillaires fret.


La libéralisation des services interrégionaux d’autocars est engagée sans recherche d’une complémentarité entre train et autocar, elle menace les services Intercités par écrémage.

 

Des contradictions


La FNAUT ne critique pas systématiquement et reconnaît que des décisions positives ont été prises. Ainsi 500 millions € vont être consacrés au renouvellement du matériel Intercités et la réforme ferroviaire affirme le rôle de l’Etat-stratège et crée un « gestionnaire d’infrastructure unifié ». Mais l’ouverture indispensable du rail à la concurrence (qui a pourtant fait ses preuves en Allemagne) a été écartée alors que la concurrence va être introduite dans le transport de voyageurs par autocar.


La FNAUT demande au gouvernement de corriger d’urgence sa politique qui menace très sérieusement le transport public au moment où la demande du public est croissante, et qui contribue à la dégradation de l’environnement local et global.

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques