Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2005 2 06 /09 /septembre /2005 00:00

Sans doute en clin d'oeil au thème 2005 du festival des Accroche-coeur, qui débute dès demain à Angers, trois nouveaux distributeurs de billets "grandes lignes" viennent d'atterrir dans la gare SNCF.


La chute a du leur causer quelques menus soucis. L'un n'accepte que certaines cartes bancaires, au gré de ses humeurs.


Et tous les trois disposent d'écrans tactiles qui se transforment rapidement en punching-ball sous les coups de boutoir des clients énervés par la placidité sans réponse de ces merveilleuses lucarnes, leur tactilité demeurant pour le moins aléatoire...


La fête foraine n'est pourtant prévue qu'en novembre à Angers !

 
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Maine et Loire
commenter cet article
5 septembre 2005 1 05 /09 /septembre /2005 00:00

La nouvelle gare d'Angers commence à vieillir. Son entretien va devoir monter en puissance pour conserver l'image d'une gare récente et moderne.

 

Exemples glanés :

  • - éclairage nocture du hall ; une bonne partie des projecteurs sont en rade, sans doute simplement du fait que le changement des ampoules nécessite une équipe d'alpinistes ou des engins de levage coûteux en location. Pour une ampoule grillée, rien de grave, nous direz-vous. Mais là, cela devient urgent, le hall principal étant désormais plongé dans un intéressant clair-obscur.
  • - Portes coulissantes : souvent en panne, elles couinent de plus en plus (avis aux preneurs de sons !)

  • - Escalier extérieur le long de la gare sur le parvis : des têtes de marches (plaques métalliques de renfort) manquent à l'appel

  • - quant à l'horloge "artistique", la voici une fois de plus en petite santé, son décompteur de secondes figé jusqu'à la prochaine réparation (avec alpinistes encore ?)

Quand on n'a pas de montagnes, on les invente...

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Maine et Loire
commenter cet article
4 septembre 2005 7 04 /09 /septembre /2005 00:00
A l'occasion de la 12 ème semaine européenne des transports publics qui se déroule du 16 au 22 septembre sur le thème "Au travail autrement" dans le but de promouvoir des déplacements domicile / travail et domicile / études ou école plus respectueux de l'environnement, l'association Tracés et l'antenne mayennaise de la FNAUT Pays de la Loire ont le plaisir de vous convier à une

 conférence-débat
Lundi 19 septembre à 20h
au lycée Lavoisier (rue du Pommier)
de Mayenne

sur le thème
:

Transports publics : mobilité, desserte du territoire et environnement
Besoins, enjeux et perspectives pour la Haute-Mayenne.

La soirée sera animée par :
- Jean-Claude OESINGER : Président de la FNAUT Centre et vice-président de la FNAUT, il a pris part au processus de réouverture de la ligne SNCF Tours / Chinon et est spécialiste des questions d’intermodalité (différents modes de transports).
- Marc LE ROCHAIS : Ancien chargé de mission Transports à France Nature Environnement. Président du Réseau Vert de Basse-Normandie, il a pris part aux études de potentiel en vue de la réouverture de la ligne SNCF Caen / Flers.
- P. A. M. : Étudiant stagiaire dans une société de transports publics urbains, il a étudié le réseau de bus de Mayenne.

La conférence sera ensuite suivie d’un débat avec la salle et les élus présents.

Fabrice Eymon  - FNAUT Mayenne

 
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Laval - Mayenne : il faut le fer
commenter cet article
3 septembre 2005 6 03 /09 /septembre /2005 00:00
Les informations de ce Blog vous plaisent ?

La défense des transports publics vous intéresse ?

Rejoignez donc la FNAUT Pays de la Loire !

Simple membre (les cotisations sont nécessaires à notre fonctionnement associatif), voire membre actif, qui sait... N'hésitez pas à rejoindre et étoffer l'une des équipes départementales.

Pour nous contacter, envoyez-nous un courriel.

Quelques réunions locales conviviales (nous sommes dans une région de vignobles que la pratique du train nous invite à déguster sans crainte du gendarme), quelques réunions régionales parfois délocalisées ailleurs qu'en Loire Atlantique (merci les nantais !) ponctuent notre vie associative "interne".

Nous participons à de nombreuses instances de concertation avec les collectivités territoriales et les transporteurs (dont la SNCF bien entendu).

C'est enrichissant, instructif, ...

Et si le temps vous manque mais que le train vous invite à lire, abonnez-vous à la revue nationale de la FNAUT : FNAUT infos. Pour savoir coment s'y abonner, cliquez sur le lien présent sur ce blog, vers le site national de la FNAUT.

Nous vous attendons !



 
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans La FNAUT Pays de Loire pratique
commenter cet article
29 août 2005 1 29 /08 /août /2005 00:00

Dimanche 28 août, Ouest France a publié un article vantant les trains corails et TER, moins chers que le TGV, et parfois plus rapides.

Deux exemples cités :

  • Nantes - Montpellier par Bordeaux, (8h30 ou 10h00 de voyage mais 75 Euros seulement l'Aller retour , contre 150 Euros en 7 à 9 h  en TGV via Paris avec carte 12/25)
  • Cherbourg - La Roche sur Yon : 82,50 Euros en 7 h via Pris (Corail puis TGV) alors que via Lison, Rennes et Nantes, avec des Corails et RTER, c'est 57,20 Euros en 6h19...


La SNCF répond en ces termes : "nous proposons les trajets les plus rapides..." (sic !)

Lundi 29 août, Ouest France remet ça, en citant une campagne de pub  pour les trains Corail.  Le contenu de l'article laisse à penser qu'il s'agit d'une pub pour les TER... Nuance ? A suivre...

 
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT interrégional
commenter cet article
18 août 2005 4 18 /08 /août /2005 00:00

Ce 18 août, les boîtes aux lettres angevines ont reçu le nouveau guide horaire 2005/2006 des bus urbains et suburbains (gérés par la COTRA pour le compte d'Angers Agglomération).

Alléché par la nouveauté, la FNAUT Maine et Loire a parcouru le guide. Et retrouvé les mêmes défauts que les précédentes versions :

  • * plan du réseau non actualisé (la ligne 10 est annoncée prolongée vers le Bd Doyenné, mais seul l'ancien tracé figure sur le plan)
  • * pas de service le premier mai (marche à pied, vélo, ou voiture obligatoire ...)
  • * des pubs pour les scooter sur tous les plans des lignes suburbaines (ou "comment se faire piquer des clients en 10 leçons ?")
  • des pubs pour les auto écoles (si avec ça, vous avez encore envie de prendre le bus...)

Bref, un réseau figé avec la seule ambition d'attendre l'arrivée du tramway en 2008 (2009 ? 2010 ?...).

La FNAUT demande depuis plusieurs années, appuyée par certains chauffeurs de bus :

  • * une ligne d'heure de pointe vraiment express entre la gare SNCF et la Fac de Belle Beille sans passage par le centre ville : suivant l'itinéraire du 6 entre la gare et le château. L'origine de cette ligne pourrait être place Lorraine, pour capter les étudiant habitant en centre ville. Du Château, les bus emprûnteraient l'autoroute comme la ligne 1 express.
  • * Plus généralement, la refonte du réseau avant le tram, permettant de tester certaines options du futur réseau, en cessant dès maintenant de rallonger les lignes existantes en leur faisant faire des tours et détours parfois ubuesques ! (Ligne 15 dans le secteur Espace Anjou / Foucaudière)
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Maine et Loire
commenter cet article
17 août 2005 3 17 /08 /août /2005 00:00
Les adhérents au programme grand voyageur de la SNCF reçoivent actuellement une offre de rentrée valable uniquement en plein tarif ou tarif fréquence.

Les titulaires d'abonnements "forfait" grandes lignes attendent leur offre de rentrée, surtout quand ils sont titulaires de cartes familles nombreuses.

Car il faudrait être fou pour payer plein tarif pour cumuler des Smile's...

Monsieur Laffon, exemple cité dans le prospectus SNCF, n'est pas père de famille nombreuse (qui commence à trois enfants pour les non initiés...)
 
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans GRAND VOYAGEUR
commenter cet article
11 août 2005 4 11 /08 /août /2005 00:00

De nombreuses liaisons ferroviaires interrégionales – transversales telles que Lyon-Nantes ou radiales telles que Paris-Bâle – sont menacées à court terme d’une nouvelle régression, voire d’une disparition pure et simple (Caen-Tours), la SNCF refusant d’en supporter seule le déficit d’exploitation (124 millions d’euros par an pour 25 lignes), l’Etat et les régions refusant de s’engager.

La SNCF fait valoir que l’exploitation du réseau TGV ne lui permet plus de soutenir ces liaisons en raison de la forte augmentation des péages qu’elle doit verser à RFF, et que des bénéfices lui sont indispensables pour pouvoir autofinancer la modernisation de ses gares et le renouvellement de son matériel roulant. L’Etat estime que ces liaisons n’ont pas de caractère national alors qu’en reliant entre elles des agglomérations importantes et en irriguant de nombreuses villes moyennes, elles ont un rôle décisif à jouer pour un aménagement harmonieux du territoire. Enfin les régions considèrent que leurs moyens financiers limités doivent aller en priorité aux liaisons régionales dont elles sont devenues autorités organisatrices.

Curieusement aucun des trois acteurs ne s’interroge sur l’origine du déficit des liaisons interrégionales, c’est pourtant par là qu’il fallait commencer.


- La SNCF a sa part de responsabilité. Depuis l’introduction très réussie des turbotrains sur les lignes Lyon-Nantes/Bordeaux/Strasbourg au début des années 70, elle n’a pris aucune initiative technique ou commerciale pour attirer la clientèle. Et, depuis plus de dix ans, elle a laissé se dégrader la qualité des services, qu’il s’agisse de l’information, du confort, des fréquences, des correspondances ou de la restauration : dès qu’elle le peut, elle privilégie même le report de la clientèle sur le TGV, quitte à occulter son offre sur les lignes classiques et à imposer aux voyageurs des détours longs en kilomètres donc coûteux.


- Mais la SNCF, sans cesse poussée par l’Etat à rechercher des économies à court terme, n’a pas disposé des moyens financiers nécessaires pour maintenir et développer son offre. Les performances des infrastructures se sont dégradées, faute d’entretien, sur la majorité des lignes à trafic moyen ou faible (soit les deux-tiers du réseau national), obligeant la SNCF à réduire la vitesse de ses trains et à supprimer des arrêts intermédiaires pour ne pas trop augmenter les temps de parcours de bout en bout. Le matériel roulant a vieilli : sur Nantes-Bordeaux, les voitures ont 25 ans d’âge moyen et les locomotives 35. Des points de croisement ont été supprimés sur les lignes à voie unique. Les coûts d’exploitation ont augmenté et la régression du trafic de fret a reporté tous les frais fixes sur le seul trafic voyageurs.


- L’Etat a par ailleurs vigoureusement favorisé la concurrence routière et aérienne en renforçant le maillage routier (recalibrages, déviations) et autoroutier du territoire et en soutenant de nombreuses liaisons aériennes déficitaires alors que le rail était handicapé par le sous-investissement.


- Enfin si les régions ont efficacement pris en charge les liaisons régionales, elles se sont, sauf exception, désintéressées des liaisons interrégionales à longue distance. Faute de coopération entre régions voisines, certaines lignes ont été fragilisées par le tronçonnage de liaisons de bout en bout dites « de cabotage ». Et les régions, de concert avec les départements, accompagnent les efforts de l’Etat en faveur de la route et de l’avion sans se préoccuper des conséquences sur le rail : l’autoroute A 65 Bordeaux-Pau coûtera 1 milliard d’euros, elle sera financée à 25% par l’Etat et 25% par l’Aquitaine et les départements.

La menace de nouvelles suppressions de services par la SNCF, avec l’aval implicite de l’Etat, doit inciter à repenser en profondeur l’offre ferroviaire interrégionale, sa gestion et son financement.


- Les lignes interrégionales françaises, handicapées par la démographie, un tracé sinueux et parfois le relief, répondent essentiellement à des besoins d’aménagement du territoire et relèvent donc du service public. A ce titre, elles auraient dû bénéficier depuis longtemps d’une intervention financière spécifique de l’Etat et des régions, tant pour l’investissement que pour l’exploitation.


- Il ne s’agit cependant pas de maintenir en l’état des services coûteux, inadaptés aux besoins des voyageurs et parfois peu fréquentés. RFF et la SNCF doivent présenter un plan ambitieux de valorisation des infrastructures interrégionales existantes, de modernisation du matériel roulant et de développement de l’offre, en concertation avec les élus régionaux et les représentants des usagers.


- L’Etat, sauf à renier tous ses discours sur le service public, l’aménagement du territoire, l’environnement, le développement durable, … ne peut rester indifférent à l’avenir du rail sur les itinéraires interrégionaux : il n’est pas acceptable que de nombreuses villes moyennes ne soient plus desservies que par des trains régionaux alors qu’elles sont presque toutes, aujourd’hui, situées à proximité d’un axe autoroutier.


- Enfin les régions ne peuvent écarter dogmatiquement tout engagement financier. Elles se disent prêtes à accepter un rôle d’autorité organisatrice des dessertes interrégionales, c’est un point très positif. Mais on comprendrait mal qu’elles refusent d’en partager le coût avec l’Etat et la SNCF alors qu’elles n’hésitent pas, de la Basse-Normandie à l’Aquitaine, à financer de très importants travaux routiers, concurrents directs du rail, bien que la loi ne leur ait confié aucune responsabilité en ce domaine.

 
Repost 0
Published by Jean Sivardière - Président de la FNAUT - dans FNAUT interrégional
commenter cet article
11 août 2005 4 11 /08 /août /2005 00:00

Construite depuis plusieurs années, la nouvelle gare SNCF d'Angers, certifiée NF Services, cultive un certain sens du paradoxe : en plein coeur du nouvel ouvrage subsiste un no man's land culinaire, en cette gourmande région angevine, réputée pour ses bons vins et ses bonnes tables.


Le voyageur en attente, en cas de creux, n'a pas d'autre solution que de quitter la gare pour trouver une table digne de ce nom (le quartier en est fort bien pourvu certes). En effet, annoncé mainte fois, le buffet tant attendu se fait toujours attendre.


Les paris sont ouverts, et la FNAUT Maine et Loire offre un verre d'excellent vin d'Anjou à celui ou celle qui saura le premier lui fournir la date d'ouverture du buffet de la Gare d'Angers Saint Laud, qui voit s'arrêter plusieurs dizaines de TGV par jour.

 
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT Maine et Loire
commenter cet article
11 août 2005 4 11 /08 /août /2005 00:00

La FNAUT Mayenne s'insurge contre la modification des modalités de déclassement des lignes ferroviaires, suite à une ordonnance qui va faciliter singulièrement les procédures et permettre à Réseau Ferré de France de solder ses lignes inutilisées au profit de collectivités intéressées par une emprise "bon marché", pour faire des routes et rocades notamment.

Les céréales de ce silo gagneraient à retrouver le chemin du rail, à quleuqes kilomètres de Châteaubriant

 Tronçon de la ligne Châteaubriant / Segré (photo prise à proximité de Châteaubriant)

La FNAUT Pays de la Loire a pris bonne note des engagements du conseil régional, qui affirme qu'il surveillera de très près toute dérive de RFF en ce domaine.

 
Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Contentieux et actions juridiques fnaut
commenter cet article

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques