Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 08:00

L'Association pour la Défense et la promotion de la Ligne Ferroviaire Caen-Saint-Lo-Rennes (ADPCR) a ouvert les colonnes de son journal ADPCR Infos aux promoteurs de la réouverture de Laval Mayenne.



Dans le dernier numéro, le N° 63 on peut lire page 18 (voir ci dessus), une information qui permet de faire le point sur le dossier.

Un point supplémentaire a été rajouté par Guy FONTENELLE , Président de l'ADPCR : la création de la nouvelle LGV Bretagne / Pays de la Loire  mettra Laval à 1h10 de Paris
ce qui donne un atout supplémentaire à la réouverture de la ligne, en favorisant les correspondances TER / TGV.

Pour en savoir plus  sur l'ADPCR : http://adpcr.hautetfort.com
Partager cet article
Repost0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 16:35

            Dans notre série en cours « il faut lire les magazines des collectivités locales » nous ne pouvons pas, face aux  lecteurs du blog de FNAUT Pays de la Loire, ne pas réagir à la tribune du groupe d’opposition Démocratie 44 du Conseil général de la Loire Atlantique. Intitulée « Nouveau franchissement de la Loire : renoncer est une faute » elle est un plaidoyer pour un nouveau pont (gigansteque) entre ceux de Saint Nazaire et de Chéviré. Plaidoyer  essentiellement axé sur une critique de la procédure suivie tant par le Conseil général que par  la Préfecture qui a entériné le refus d’investissement de Patrick MARESCHAL qui lui constatait le…. non engagement de l’Etat. Plaidoyer reprenant aussi les vieilles antiennes sur l’accompagnement de la croissance démographique du Pays de Retz (évidente depuis la fin du péage sur le pont de Saint Nazaire), la nécessité de relier la Vendée à l’aéroport de Notre Dame des Landes dont l’utilité n’est pas mise en cause.

                Nous préférerions que les mêmes élus, surtout ceux de l’agglomération nantaise moins soumis aux pressions locales, adoptent en la matière une logique plus proche du « Grenelle de l’Environnement » et renoncent au surinvestissement routier, à l’illusion des voies autoroutières facteur de développement (voyez le Nord, voyez la Lorraine). Peut être que FNAUT Pays de la Loire n’a pas assez soutenu sur ce point Patrick MARESCHAL lorsqu’il était venu en 2006 nous présenter à Chéméré ses analyses plutôt hostiles à l’étalement urbain.

                 Mais il n’est pas trop tard. Nous nous adresserons prochainement aux groupes du Conseil Général de la Loire Atlantique pour leur rappeler nos positions :

-           hostile à tout ouvrage créant une voierie routière  favorisant une circulation automobile dans des nouveaux territoires ruraux, facteur d’embouteillages au bout de quelques années et d’étalement urbain

-          favorables à l’optimisation de l’étoile ferroviaire nantaise (cadencement) et à sa coordination avec les services d’autocars du Conseil général

-          demandant une mise en œuvre rapide de nouvelles traversées en bateau de la Loire (St Brevin-St Nazaire, Paimboeuf-Donges et St Nazaire),

-          contre le projet d’aéroport alors que devraient  croître et être améliorées les liaisons ferroviaires au départ de Nantes (existantes ou à recréer : Nantes-Poitiers, contournement de la Région Parisienne, Nantes Bordeaux) délestant l’aéroport de trafics à moyenne distance

-          -favorables aux aménagements proposés ou à envisager (par exemple priorité aux voitures chargés et transport en commun, taxation en heure de pointe) sur le pont de Saint Nazaire qui ne doivent pas oublier le transport public alors qu’enfin on annonce des investissements sur le réseau STRAN de St Nazaire (que l'on aimerait revoir à St Brevin et Paimboeuf!)

Persister dans le gaspillage de deniers publics et la promotion d’un nouveau pont routier coûteux au dessus de la Loire ne serait pas une faute mais un crime contre l’environnement, contre la lutte contre les désordres climatiques, contre le véritable développement.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 08:30
 Le 28 avril 2009 à St Nazaire s'est tenu le procès  de deux opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes qui étaient jugés au Tribunal 

 

Rappel des faits

 

Le mercredi 14 janvier 2009, des sondages géotechniques sont effectués à Notre Dame par le Laboratoire des Ponts et Chaussées. Des prélèvements de terre sont placés dans un véhicule. Un manifestant brise une vitre du véhicule pour récupérer des échantillons, les gendarmes interviennent, un autre manifestant vient soutenir son camarade. Tous les deux sont interpellés et placés en garde à vue. Ils sont libérés le lendemain.

 

 

Christian DAVID de Couëron et Rodolphe BALEJ de Nantes comparaissent pour les faits suivants qui leur sont reprochés :

- Dégradation de véhicule et vols de terre,

- Complicité de dégradation de véhicule et vols de terre,

- Refus d’ADN pour les deux interpellés,

- Résistance aux forces de l’ordre.

  

Au cours du procés  7 témoins se succèdent à la barre :

 
Sylvain FRESNEAU, agriculteur à NOTRE DAME DES LANDES

« Ce projet date des années 1962, je suis né avec lui. Je me suis installé en 1984 en refusant ce projet. C’est une aberration .

Ce secteur a été mis en valeur par nos parents et nos grand-parents. Il y a une qualité de vie et de travail en équipe, des compétences, sur tout le secteur.

Le dossier est resté longtemps en sommeil et a été relancé en 2000. 68 exploitants sur les 1425 ha de ZAD.

La moyenne d’âge des agriculteurs du secteur est la plus jeune du département. Le quota de lait est le plus important par rapport au reste du département. D’un désert, on a fait une valeur, une force.

17 exploitations seraient complètement détruites et 35 autres très impactées. 1 actif agricole fait travailler 7 actifs salariés.

De grandes idées dans le Grenelle de l’Environnement mais nous on est complètement dedans, nous avons de l’avance sur le Grenelle. C’est aberrant de saccager des terres. »

 

Gérard POISSON, agriculteur, membre de la CONFEDERATION PAYSANNE


Son intervention est basée sur 5 points : 

1/ Intervention position départementale

La confédération paysanne majoritaire en 44 est défenseur des fermiers. Non corporatiste, elle est à l'origine du statut du fermage.

Elle  s'inquiète de la consommation d'espace dans le département sur 600 000 ha, il y a 400 000 ha de surface agricole, qui est le deuxième département en zones humides après les Bouches du Rhône (70 000 ha). La consommation actuelle est de 2 500 ha par an, en 130 ans il n’y aura plus de surfaces agricoles.

 

2/ La consommation de cet espace tout le monde la dénonce

En moyenne sur 20 ans,  1/3 des terres consommées l'ont été par l'urbanisation, liée aux flux migratoires et au dynamisme,  1/3  l'ont été par les infrastructures (10 ha par Km), Z.I.D. (150 ha), les Z.A.C, les carrières etc. Enfin  le dernier 1/3 par les loisirs (étangs, chevaux etc. )

 

3/ Carte blanche

La zone agricole représente  20% des emplois.

1 agriculteur  = 7 emplois. C'est la deuxième force économique de France après le tourisme et c'est une activité non délocalisable. Enfin l'étalement urbain constitue un véritable gaspillage. 

 

4/ Résistance positive

L'agriculture est passée des années 70 à un type intensif en montrant dans les années 80 des signes de qualité, les années  2000 sont placées sous le signe du durable.

et les autres forces économiques (habitat, éducation, santé, transport?)

 

5/ L'avenir et la sobriété

Des interrogations et des Contradictions avec un projet ancien. Les générations futures sont -elles prises en comptes : l'emprunt sera pour nos enfants, pourra t’il être remboursé et qui payera les intérêts ?

Un hectare de terre pèse 5 000 tonnes ; qui sont devant nos génération futures les vrais voleurs de terre ?

 


Jean RENARD, professeur émérite à l’Université de Nantes, géographe, spécialiste des questions foncières depuis 50 ans.

« Je crois bien connaître les problèmes de consommations d’espaces pour l’urbanisation. C'est un projet qui va accélérer cette consommation d’espace. Un projet surdimensionné de 1650 ha avec des effets indirects sur l’environnement proche et lointain (zones industrielles). Il y a DANGER. Depuis 1970 la donne a changé.Un article le 14/04/09 du journal Le Monde soulève le problème de la Ruée sur les terres agricoles.

Ce projet est un non-sens en 2009, ce qui n’était pas le cas en 1973.

MIRABEL est concomitant de NDL ; MIRABEL a été réalisé, aujourd’hui il est devenu un parc d’attractions car le trafic est revenu sur l’aéroport de Dorval.

Nous ne sommes plus dans le toujours plus, nous sommes dans le toujours mieux. Il a été annoncé 6 Millions de passagers à Nantes-Atlantique, on en est à un peu plus de 2 M. Le trafic aérien n’aura pas la puissance annoncé dans les 30 glorieuses (30 piteuses).

Ce projet est inutile et démesuré. Le site est une zone dynamique, un bassin laitier important. Ce projet est le Larzac de la Loire-Atlantique qu’on essaye de démanteler.

Ce projet est identique des projets qui ont été abandonnés : Donges-Est, La Martinière, et Le Carnet qui devait régler tous les problèmes énergétiques de la région ».

 

                                                                                Une opposition ancienne...

 

Yannick JADOT, tête de liste Europe Ecologie pour l’Ouest

« Ce projet est un projet des « 30 glorieuses » : argent public, futur linéaire, trafic en augmentation, élus locaux qui aimaient les grands projets.

Aujourd’hui, ce projet est un projet du passé, dépassé. Dans la presse récemment, le Préfet annonce que beaucoup d’opérateurs sont candidats car c’est le seul projet européen d’aéroport, mais ailleurs on réaménage ce qui existe. La mobilisation citoyenne est légitime face à ce projet aberrant.

Le Grenelle de l’Environnement aurait dû stopper ce type de projet. Je cite Nicolas Sarkozy lors de son discours du 25/10/07 concluant le Grenelle de l’Environnement :

  Il faut avoir le courage de reconnaître que nous ne pouvons plus définir des politiques en ignorant le défi climatique, en ignorant que nous détruisons les conditions de notre survie… tous les grands projets publics, toutes les décisions publiques seront arbitrées en intégrant leur coût pour le climat, leur « coût en carbone ». Toutes les décisions publiques seront arbitrées en intégrant leur coût pour la biodiversité. Très clairement, un projet dont le coût environnemental est trop lourd sera refusé… nous allons renverser la charge de la preuve. Ce ne sera plus aux solutions écologiques de prouver leur intérêt. Ce sera aux projets non écologiques de prouver qu’il n’était pas possible de faire autrement. Les décisions « non écologiques » devront être motivées et justifiées comme « dernier recours. Nous allons appliquer immédiatement ce principe à la politique des transports. Le Grenelle propose une rupture »

 

  A suivre

Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 08:00
Route ou Chemin de Fer...

L'Enquête Publique sur la Rocade Sud  est  relancée... Vous allez pouvoir vous exprimer sur " inutilité de ce projet" qui détruit la dernière possibilité de rejoindre Sablé à Nantes via Châteaubriant et de servir d'itinéraire annexe à la ligne suivant la loire. (voir
 A quelques variantes prés même si la voie ferrée est réutilisée en voie verte et partiellement "sauvée", le pont ferroviaire est réutilisé par la route et des talus sont arrasés...


Grenelle de l'environnement  vous avez dit Grenelle ...


L'Association ROCAD a réalisé des cartes postales (voir ci dessous) pour dire son opposition... Elles sont disponibles dans les mairies d'Azé, de St Fort et de Château Gontier. La FNAUT peut vous l'envoyer par Courriel...



Pour en savoir plus cliquer sur les deux liens suivants et découvrez les différents articles concernant le dossier dans les pages FNAUT Mayenne : http://www.fnaut-paysdelaloire.org/article-6331454.html
ou  : http://www.fnaut-paysdelaloire.org/article-1716195.html




Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 12:00

 

Alors que les collectivités régionales évoquent de nouveau la question de l'électrification de la ligne Caen / Tours, de passage en gare de Château du Loir, on peut voir de vieux wagons marqués par les âges remisés sur les voies de garage.
Ils appartiennent, semble t'il à la SNCF et attend(ai)ent une transformation hypothétique mais surtout catastrophique en fourgon pour les équipes d'entretien de la voie...


Le groupe de voitures anciennes vues du BV de Château du Loir...


Patrimoine en péril à Château du Loir...

Lors d'une récente visite sur le site de la Gare de Château du Loir, il est possible de remarquer un groupe de voitures, fourgons anciens garés sur les voies à l'opposé de l'espace gare...  Ces matériels anciens attendent une restauration hypothétique mais néanmoins nécessaire... Un ensemble qui pourrait constituer un début de collection  et qui aurait toute sa place dans l'ancienne rotonde ferroviaire, elle aussi en grand péril.   

Une voiture mixte 1ère ou 2ème classe + fourgon,  peut être de type Ouest. Si c'est le cas il s'agit d'une voiture modernisée
construite sur le châssis d'une ancienne voiture en bois à portières latérales).


Cette "voiture fourgon" à 2 essieux provient de la "métallisation" d'anciennes voitures omnibus ex ETAT,  jadis à caisses en bois tôlé et portières latérales (par exemple : C 7t ou B 6t...); ces voitures, en différentes versions (3 ème classe ou mixtes, mais peu ou pas de 1ère ) avaient été construites à partir des années 1908/1910 et, pratiquement elles furent les seules jusqu'à l'apparition des premières métalliques de banlieues dites TALBOT, c'est à dire... 1928 ! Des voitures similaires ont été construites pour le C° de l'Est. Seul le numéro de châssis peut déterminer si il s'agit vraiment d'une voiture Etat ou Est .

Un intérêt certain pour sauver ce matériel
Le cas de cette "voiture fourgon" mérite un sauvetage d'urgence. Une restauration s'impose et peut être, même une reconstruction si nécessaire. En effet, si quelques voitures "métallisées"  par la SNCF dans les années 1950/1960 de  type "Etat" à 2 essieux ont été sauvées, aucune aménagée "mixte" comme celle-ci n'existe (une autre similaire, garée à Lorient a été incendiée et ferraillée).  
Certains voitures non mixtes ont roulé à la TRANSVAP, d'autres, peut être les mêmes, roulent actuellement au CFVE de Paçy sur Eure, en Alsace à St Nabor... 

Un fourgon ex Etat - métallisé - à 2 essieux ...
 
Plusieurs fourgons attendent sur les voies. L'un d'eux ne fait aucun doute sur son origine: il s'agit d'un "ex Etat - métallisé - à 2 essieux", qui, même avec des voitures modernes - type UIC - rentraient encore dans la composition des rapides et express, dont les vitesses n'excédaient pas 120 ou 140 Km/h, au début des années soixante dix !



Un autre fourgon semble lui, par contre, être étranger au réseau  de l'ouest (Est ou Nord?)


Un fourgon à 3 essieux surnommé "3 pattes" venant  du PLM, figure parmi les matériels stationnés.


L'origine n'est pas trop difficile à établir pour ce Fourgon ex PLM, car, exceptés les "prises de guerre" en 1919/20, seul le PLM (le réseau de La Compagnie Paris Lyon Méditerranée) disposait d'un parc très important de "voitures et fourgons, à 3 essieux" !


Dans ce domaine ex PLM, il ne faut pas oublier à ce sujet les voitures dites:  "trois pattes - métallisées" ex PLM, qui furent largement employées sur nombres d'omnibus et semi - directs, dès le milieu des années ciquante et, même, bien après la fin de la traction vapeur ! (seules 3 exemplaires restent en service sur la rame de renfort du Chemin de Fer de la Doller (http://www.train-doller.org/medias/pour-le-passionne/b6-burnhaupt-ph-r-renauld-01.jpg), les autres étant en positions statiques, pour loger des bénévoles, comme à Rillé dans l'Indre et Loir (http://aecfm.fr/).



Un autre fourgon "plus commun"...  Attention ne pas tamponner...

Alors si vous vous sentez l'âme de sauveur, ce patrimoine est peut être pour vous... Il suffit de prendre contact  avec le bon interlocuteur et vous apporterez votre soutien à la protection du patrimoine.
La FNAUT Pays de la Loire se fera l'écho de vos actions. Ci contre son courriel : fnautpl@gmail.com

Fabrice EYMON, FNAUT Pays de la Loire


Merci pour les précisions à  Jean Claude LEHOUX et  Olivier TANIOU
Partager cet article
Repost0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 11:35

Dès les années 90 la FNAUT a été à l'avant garde de la réflexion sur l'empilement des autorités organisatrices notamment pour réclamer une simplification des autorités organisatrices en matière de transport. La réflexion a fini par entraîner la création de la "commission Balladur" et ses propositions qui ont créé un débat médiatique explosif et apparemment sans issue. C'est probablement cela le génie français.

L'existence de 4 degrés de compétence territoriale ont le mérite dans notre société dite de communication de nous approvisionner en revues périodiques gratuites dites institutionnelles dont je recommande une lecture attentive à tous les citoyens . Je reçois personnellement le journal municipal de Saint Sébastien sur Loire, la revue de Nantes Métropole, le magazine du Conseil Général de la Loire Atlantique et "l'Esprit grand ouvert" de la région des Pays de la Loire.

Je vous proposerai d'ici le 15 juin trois ou quatre "zooms" dans ces magazines dans notre seul sujet de compétence les transports et la mobilité avec pour objectif de voir si le développement durable est réellement une donnée dans l'action de nos édiles ou si tout continue comme avant ...

Pour commencer lisons la page 7 du n° de mai du magazine "Loire Atlantique" consacrée aux délibérations du Conseil Général à propos des crédits de soutien aux travaux routiers des  "petites communes" . On y apprend que plus de 2 200 000 €  (j'espère que mon addition est juste car évidemment les sommes sont affectéesà 20 entités, corollaire d'une organisation que toute l'Europe nous envie) seront dépensés pour cet objectif

Nous sommes là au coeur du débat sur la cométence universelle. On peut légitiment se réjouir de voir le département aider des communes dont les budgets sont structurellement et conjoncturellement étriqués. Mais tout cela c'est surtout ici à des fins de  bitumage  que l'on pourra certes nommer "sécurisation". J' aimerais  être démenti et apprendre qu'une partie de ces crédits finira en voie cyclable,trottoir sécurisé....

En même temps Nantes Métropole annonce que ce sont désormais les communes qui prendront en charge les services les moins rentables : liaisons peu fréquentes en milieu quasi périurbain (on peut penser sans trop la désigner à  la ligne 47 :Vertou)

Nous ne voulons pas ici bien entendu opposer villes et campagnes . Ces dernières ont été les plus handicapées par la déshérence entre 1950 et 1990 du transport public. Mais permettez nous de dire qu'il faudra mieux nous expliquer la logique de développement durable et de solidarité dans ces décisions... Surtout si l'on considère que les communes rurales concernées par l'aide du département sont apparemment celles concernées par la croissance périurbaine plus coûteuse en CO2, en dépenses énergétiques...

Par souci d'équilibre politique notre prochain "coup de gueule" portera prochainement sur le troisième pont ,réclamé par l'opposition à Patrick Mareschal...

Mais nous attendons d'ores et déjà les réactions citadines,rurales et...institutionnelles

                                                                                                   J B LUGADET (ANDE,FNAUT Pays de la Loire)

Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 08:20

 

Dans le cadre du débat lancé sur la 2e ligne de tram, le Collectif Transport de l'Agglomération Mancelle tient à apporter sa première contribution.


 Inauguration fictive de la 2ème ligne de Tram par le Collectif


Pour le CTAM la proposition actuelle du Maire du Mans n'est surtout pas une 2e ligne, mais bien une 2e branche de la ligne principale comme celle de l'Espal.

 

Le CTAM avait proposé une vraie 2e ligne Sargé – Allonnes avec une intersection place de l'Eperon et la création d'une réelle station d'échange de correspondance.

 



                                                Pour le Collectif  la  2ème ligne de Tram (en bleue) s'impose...

Aujourd'hui sans aucune concertation le Maire veut faire croire aux Manceaux à la création d'une 2e ligne.

 

Pour le CTAM la proposition de la municipalité n'est pas cohérente:

Bellevue – La Gare où sera située la station d'échange des flux de voyageurs, à la préfecture?

Comment les rames de tram repartiront en sens inverse de la gare?

 

Quelle configuration du terminus de la gare ?


Le CTAM pense qu'il serait plus judicieux d'aller à Saint Martin de Pontlieue, mais la, rapidement la partie de la ligne comprise entre Préfecture et Pontlieue arrivera à saturation.

 

Côté Bellevue quid de la création d'un parking relais, facteur d'une bonne fréquentation par les usagers extérieurs au Mans.

 

Le CTAM met en débat la création (à partir de l'intersection boulevard Zamenhof et route de Bonnétable) d'une voie unique vers Bellevue et d'une autre vers Sargé avec création d'un parking relais du côté de la rocade.

 

Le CTAM souhaite une large concertation sur la réalisation d'une véritable 2e ligne, comme cela s'est fait dans toutes les villes ayant déjà réalisé une 1e ligne de tram et non pas cet ersatz de 2e ligne proposée aujourd'hui au Mans.

 

Communiqué de Presse 
du Collectif Transport de l'Agglomération Mancelle





Le débat est ouvert sur le NET : un grand quotidien régional invite ses lecteurs et les citoyens à s'exprimer ici et à répondre à la question suivante : une étude montre que l'extension du réseau entre la gare et Bellevue, via les Jacobins, est pertinente. Qu'en pensez-vous?

Partager cet article
Repost0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 10:52

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          
 
                                        
 Le mardi 19 mai, à la demande de Jacques MICHAUX, président de FNAUT Pays de la Loire ,j'ai assisté à l'Hôtel de région au colloque "ICT for Mobility management" * organisé dans le cadre du programme européen  Intereg IVB  et placé sous la présidence de Gilles BONTEMPS.

*" l'amélioration des services de transport grâce aux technologies de l'information"

On pourrait certes jeter un regard "eurosceptique" sur ce genre d'opérations: 11 présentations,11 diaporamas, 11 compte-rendus d'expériences très localisées et à la fin une conclusion sur la "voiture intelligente",oxymore total pour un militant de la FNAUT.....
   

Mais je regrette de ne pas avoir été accompagné par beaucoup plus de militants. On s'instruit bigrement dans ces réunions entre professionnels  et on s'aperçoit que les positions de la FNAUT ne sont pas méconnues des décideurs et des chercheurs.
 Enfin et surtout on découvre que nos "discours" menés depuis 30 ans sont pris au sérieux en matière de coordination des services, d'information du public, de simplification des tarifications

A la sortie du colloque toutefois j'ai été immédiatement confronté à  deux applications de la journée en matière de coordination,d'information, de nouvelles technologies:

Rien n'indique à la station "Beaulieu' du busway (ligne 4) qu'elle est en correspondance avec les lignes d'autobus 52 et 24: il suffit de descendre un escalier (un peu raide) et de marcher 100m le long de la Loire vers les stations "Beaulieu" ou "Mandel" pour pouvoir accéder à l'est de l'Ile de Nantes. Un effort de signalisation, un rapprochement (à discuter) d'une des deux stations voire une intégration des horaires dans les affichages interactifs du busway et le réseau TAN aurait un nouveau "pôle" on n'ose dire multimodal....

A propos de l'affichage interactif je n'étais pas sitôt monté dans le busway qu'une jeune et pertinente usagère faisait remarquer près de moi que jamais les correspondances de la ligne 39 à Gréneraie ne sont indiquées sur ce moyen d'information de plus en plus utilisé par les passagers de la ligne 4.

J'espère qu'au moins un des six cadres et techniciens* de la SEMITAN *   présents au colloque lira ces lignes et pourra vérifier l'affirmation de l'usagère et, rêvons-en, lui donner satisfaction. Sans oublier ma rengaine sur l'utilité d'afficher en haut des escaliers de la même station Gréneraie les temps d'attente vers Vertou et Saint Sébastien plutôt que ceux vers Pirmil....

                                                         


C'était notre rubrique "on ne nous a pas invité pour rien"!

                                                        J B LUGADET (Association Nantes Déplacement Environnement)

                         
*  seul parmi les réseaux urbains de la région celui  de Cholet était représenté et a fait une intéressante intervention sur son système d'information et de gestion
                         
                    

Partager cet article
Repost0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 08:00
Le billet ForfaiTER qui permet de voyager à plusieurs au prix unique de 35 euros est reconduit à partir du 1er mai et jusqu'au 30 septembre.
La vente de ce titre de transport régional a progressé de 16 % par rapport à 2007. En 2008 11 099 titres ont été vendus.  Pour connaitre les conditions de vente : voir ici




On peut se féliciter du développement des déplacements loisirs en TER. Ce titre le permet mais il ne répondra réellement à sa mission que lorsque l'offre TER sera conséquente le week end et qu'il sera accepté ou valable sur d'autres réseaux TER limitrophes de la Région Pays de la Loire (Bretagne, Centre ....).
Voir à ce propos sur ce site  qui reflète assez bien ce que la FNAUT a déjà évoqué dans les colonnes de ce Blog...

Partager cet article
Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 08:10

 

Il existe en France environ 18 000 passages à niveau (PN). Une centaine de collisions, dues dans leur quasi-totalité, à l’imprudence des usagers de la route, se produit chaque année entre des trains et des véhicules routiers. 40 tués en moyenne sont à déplorer.

 PN sur l'axe Le Mans / Tours à Vaas

Des accidents mortels ayant une cause routière...
Fin 1997, après l’accident de Port-Saint-Foy (13 morts), l’Etat a identifié 437 PN dits “préoccupants” : il en reste 282. De nouvelles signalisations routières ont été expérimentées.

On observe aujourd’hui que le risque d’accident à un PN est plus diffus car le trafic TER s’est intensifié sur des lignes peu ou moyennement circulées où subsistent de nombreux PN.

Carte de quelques passages dangereux...
 
A l'origine du rapport Bussereau ... 

Le 26 juin 2008, Dominique Bussereau a remis au Premier ministre un plan d’action pour la sécurisation des PN, commandé à la suite de la collision entre un train TER et un car scolaire survenue à Allinges (Haute Savoie). Il préconise 20 mesures regroupées en 4 chapitres :

1 - responsabiliser les automobilistes et chauffeurs routiers (prévention, contrôle, sanction) ;

2 - mobiliser les gestionnaires de la voirie (inspection des PN) ;

3 - accélérer le traitement des PN, “préoccupants” ou non ;

4 - proscrire la création de tout nouveau PN sur les lignes voyageurs (mesure n°20) :

“veiller ce que les projets de création, mais aussi de réouverture de lignes, qui créent de nouveaux services - en général par reconstruction de l’infrastructure - sur des sections peu ou plus fréquentées, ne conduisent pas à la création de fait de nouveaux PN”.

 

PN  sur l'axe Château -Gontier / Segré, à coté de Chemazé...

Conditionner la réouverture d'une ligne ferroviaire à la suppression de tous les passages à niveau : une mauvaise réponse au problème de sécurité routière.  

Des suppressions de PN lors d’une réouverture peuvent être nécessaires : 15 PN sans barrières ont été ainsi supprimés sur la ligne Bourg-Bellegarde destinée aux TGV Paris-Genève. La suppression de PN conservés lors de la réouverture de Cannes-Grasse est aujourd’hui envisagée. Mais une suppression systématique ne s’impose pas : tout dépend du PN considéré, et de la nature (intensité, vitesse) des trafics routier et ferroviaire (TER ou tramtrain).

 

L'emprise de la voie ferrée Bourg-Bellegarde destinée aux TGV Paris-Genève, au niveau d'un PN.

La suppression des PN une mesure parmi d'autres...  

Dès le 7-9-2008, la FNAUT a fait part de son désaccord à Dominique Bussereau:

- le nombre des PN réintroduits lors de réouvertures serait marginal par rapport au nombre des PN existants dont la suppression n’est pas envisagée ;

- aucune comparaison n’a été faite entre le risque lié à l’existence de nouveaux PN et sa diminution due au report du trafic routier sur le rail ;

- la recommandation ne tient pas compte de la possibilité de réduire le risque aux PN par les autres mesures proposées (renforcement de la signalisation, pose de ralentisseurs et de radars ;

- en faisant exploser les devis d’au moins 50%, son adoption bloquerait les réouvertures envisagées ou décidées par diverses régions, souvent à l’initiative de nos associations locales. Si on avait appliqué la mesure n°20, la ligne Cannes-Grasse n’aurait jamais été rouverte. La réouverture de Sathonay-Trévoux passserait ainsi de 76 millions d’euros à 120 environ (11 PN à supprimer pour 3 à 5 millions d’euros chacun) ; celle d’Oloron-Bedous, financée par la seule région Aquitaine, de 30 à 62 millions. Bien d’autres lignes sont concernées : Rouen-Louviers-Evreux, Fontenay-Niort, Avignon-Carpentras, Cavaillon-Pertuis, Digne-SaintAuban, Clamecy-Nevers, Chalons-Troyes, Belfort-Delle, Guebwiller-Bollwiller, ...

 

Au signal lumineux arrêt immédiat...

"Qui veut faire quelque chose, trouve un moyen. Qui ne veut rien faire trouve un pretexte": proverbe SNCF / RFF. 

La recommandation n°20 n’a évidemment aucune valeur juridique, mais il semble que RFF en tienne déjà compte. Ses effets pervers sont évidents : l’Etat, RFF et la SNCF peuvent en tirer prétexte pour faire des économies en évitant des réouvertures, et les régions les moins motivées ont un bon prétexte pour y renoncer tout en dénonçant la responsabilité à l’Etat. Il est grand temps que Dominique Bussereau clarifie cette situation confuse qui pénalise inutilement le rail.

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

Archives

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques