Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 08:00

Une nouvelle liaison interrégionale annoncée : Nantes / Brest

la Région Bretagne reçoit 9 trains hybrides électrique / diesel (les Bibi) voir ici  , qui permettront entre autres de réaliser fin 2009 des relations directes Brest / Nantes alors que jusqu'ici les trains venant de Nantes avaient pour terminus Quimper, fin de la ligne côtière Sud électrifiée.

 

                                                                                            En gare de Nantes ...


Cette idée a été avancée depuis longtemps par la FNAUT, pour mettre en relation directe la côte Atlantique avec la deuxième ville de Bretagne (voir textes joints).
 

De plus, Brest / Quimper va être modernisée (sur financement principal de la Région et des collectvités locales) pour abaisser le temps de parcours à moins d'une heure, contre 1h 15 actuellement et doubler le nombre de TER (12 allers retours / jour au lieu de 6). Son électrification est (provisoirement?) abandonnée.

Alors bientôt Nantes à 3 h de Brest ?

Voir plus d'informations sur le site de la Région Bretagne et du journal le télégramme

 

Partager cet article
Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 08:24

Voici le compte rendu de la Réunion Transports désenclavement du Sud Mayenne qui s'est déroulé le jeudi 11 juin 2009 à la quelle la FNAUT participait. 

 

 

C'etait la Première réunion-débat organisée par Un Autre Souffle à la Salle St Jacques à Bazouges.

 

Patrick Gé, président, ouvre la réunion en remerciant la soixantaine de présents et les excusés (Marc Bernier, Jean Arthuis, Philippe Henry représenté par Vincent Saulnier, Michel Hervé représenté par Géraldine Lainé, Michel Ferron, Andrée Gaudoin, Linda Bruneau).

 

Il  rappelle les objectifs de l’association, créée il y a un an, suite aux élections municipales : développer la démocratie, la citoyenneté et la solidarité dans le Sud Mayenne, être présente auprès des populations, animer la vie citoyenne par des échanges lors de réunions publiques et à travers le site internet et le blog.

Puis il présente les 2 intervenants :

 

Gilles BONTEMPS : Vice-président de la commission Infrastructures et aménagements conseiller régional des Pays de Loire en charge des transports.


Fabrice EYMON, Vice-président de la FNAUT Pays de la Loire : Fédération Nationale Associations d’Usagers des Transports

 

La soirée a commencé avec une intervention d’un quart d’heure de chacun des 2 invités, puis un débat a suivi avec les personnes présentes dans la salle, avec un intérêt constant pendant 1H30.

 

Un résumé des interventions pour chacun des deux invités vous est proposé ci-dessous :

 

Gilles BONTEMPS : Conseiller régional des Pays de Loire en charge des transports.

 

Le Conseil Régional a pour objectif de réduire les inégalités existantes par la mise en place de politiques de solidarités. Pour les transports, c’est la diminution des temps de déplacements des voyageurs et le désenclavement par le développement des transports publics, de liaisons régionales structurantes et de contournements d’agglomérations. Pour la Mayenne, c’est surtout le désenclavement et le développement économique car une diminution de population se dessine et le ferroviaire est une industrie porteuse de développement.

 

 TER à la Roche Sur Yon

 

Les régions ont la compétence ferroviaire depuis 2002 (avec expérimentation en Pays de Loire depuis 1998) : mais le transfert de compétence s’est fait sans dotation de l’Etat et il ne concerne que le fonctionnement et pas le réseau ferré. Le Conseil Régional Pays de Loire a toujours refusé les fermetures de lignes ferroviaires, mais c’est un simple avis et c’est RFF (Réseau Ferré de France) qui décide, sous prétexte de non-rentabilité : une ligne est d’abord fermée puis retranchée puis déferrée. RFF a seulement l’obligation de demander aux collectivités si elles veulent acheter le terrain avant de vendre. Il semble primordial de garder les emprises pour l’avenir, car il est compliqué de rétablir le linéaire ferroviaire quand il est détruit.

 

Les transports représentent 20% du budget de la Région, qui n’a comme recettes que les impôts fonciers, les taxes professionnelles, les cartes grises et la TIPP (taxe variable suivant le prix du pétrole). Il manque des recettes propres et dynamiques qui permettraient de faire plus de ferroviaire.

 

Les régions demandent qu’il n’y ait pas de suppression de  « la clause de compétence générale » qui permet à toutes les collectivités de décider de mettre en œuvre des politiques publiques, même si elles n’appartiennent pas à leur domaine de compétence. Cette suppression serait une importante limitation des possibilités des différentes collectivités qui ne pourraient plus mettre en œuvre que ce qui leur serait attribué par l’Etat.

 

 

Dans notre département :

L’emprise de la ligne Laval-Mayenne a été achetée par le Conseil Général puis rétrocédée à la Région, qui a programmé sa réouverture. 

Entre les 2 lignes de TGV : Paris-Nantes et Laval-Le Mans, la Région prévoit un raccordement appelé la « Virgule de Sablé », soit 4-5 km de TER rapides, qui rapprocheront le sud Mayenne du réseau national.

Des portions de l’ancienne ligne Sablé-Chateaubriant, passant par Château-Gontier, sont maintenant occupées par des constructions ou des ronds-points, qui compromettent sa réouverture, d’autant qu’une étude de faisabilité n’a pas montré de fréquentation suffisante pour le moment.

Le tracé de contournement de Château-Gontier par la Rocade Sud remonte au précédent mandat (1998/2004). Tous les élus locaux, sauf Azé, ont fait ce choix, que la Région ne peut pas remettre en cause, même si un autre tracé semble préférable. Le point clé est le viaduc d’Azé, dont le  déclassement  pénalise à long terme le ferroviaire.

 

Le désenclavement de Château-Gontier nécessite des lignes vers les villes de Laval et Angers, qui n’existent pas. La Région pallie par les cars TER avec en 2008 une augmentation de 13% des voyageurs : 11000 pour Angers, 2900 pour Nantes et 1800 pour Laval. Un tiers à un quart du prix réel du billet voyageur est financé par la Région.

 

 

Fabrice EYMON, Responsable FNAUT (Fédération Nationale Associations d’Usagers des Transports) pour le département de la Mayenne :

 

Les objectifs de la FNAUT sont :

Garantir aux usagers le droit au transport public.

Protéger l’environnement par un transport moins polluant, moins consommateur d’énergie et moins bruyant.

Se battre pour protéger le réseau ferroviaire.

 

Une comparaison des cartes ferroviaires montre la disparition du maillage ferroviaire qui existait dans la Région, comme dans toute la France, il y a une cinquantaine d’années. Beaucoup de lignes ont totalement disparu ou sont devenues des chemins pédestres.

 

 Carte ancienne de la Mayenne


Le routier a un impact important sur la pollution et un coût social par la dépréciation monétaire des biens des riverains, comme autour de la Rocade Sud.

 

Un des atouts des voies ferrées est l’existence d’ouvrages d’art (ponts, viaducs) qui coûtent cher et peuvent être remis en service. Une réouverture de ligne est structurante pour le secteur : rôle sur le tourisme, sur l’économie par le biais du transport de fret et aussi le développement de commerces autour de la gare.
La gare de Château-Gontier est la 2ème gare de la Mayenne pour l’achat de billets, malgré le développement d’internet.

L’entreprise Maisonneuve a permis le maintien de la voie ferrée, malgré un long trajet des marchandises transportées puisqu’elles arrivent de St Nazaire en passant par Tours et Le Mans.

 

Les réouvertures de lignes ou le maintien de lignes menacées de fermeture sont suivis d’une augmentation de la fréquentation, encore accrue par la crise écologique et le coût du pétrole.

 

La ligne passant par Château-Gontier est parallèle à l’axe Nantes-Paris qui est saturé. Elle serait utile pour désengorger l’axe existant et constituerait une alternative en cas de problème, comme un accident ou une grande crue de la Loire.

Concernant les transports par cars, il existe 7 lignes en « étoile » autour de Château-Gontier, en comptant les transports scolaires, mais leur point faible est une fréquence insuffisante pour habituer les usagers aux transports collectifs.

Quant aux transports urbains, Château-Gontier est une sous-préfecture sans transports collectifs, alors qu’il en existe dans des villes similaires, comme Sablé, Flers ou Mayenne. Le transport à la demande ne répond pas aux besoins des scolaires ou des salariés et la ville est engorgée aux heures de pointe, surtout au niveau des ponts.

 

En conclusion, Mr Eymon rappelle que c’est la FNAUT qui est a été à l’initiative de la réouverture de la ligne Laval / Mayenne ( ici ), ainsi que de la virgule de Sablé ( ici ).
La FNAUT continue de s’opposer à la Rocade Sud de Château-Gontier et surtout au déclassement du viaduc d’Azé.

Les associations ont un rôle indispensable pour qu’à un moment donné, les élus reprennent leurs propositions pour les mettre en œuvre.

 

Résumé par Dominique Morin,

Membre de l’Association Un Autre Souffle.

 

 

Vous pouvez retrouver ce compte-rendu sous forme d’un article plus détaillé sur le site : Un Autre Souffle

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 08:00


Planète en fête à CHAMPEON (sur la N.12, à 10 Km de Mayenne)

 

les samedi 4 et dimanche 5 juillet 2009


C'est le salon de l'environnement et du développement durABle de la Mayenne. La protection de l'environnement est plus que jamais d'actualité. Aussi, pour sa 6ème édition, « Planète en fête » continue son chemin en Mayenne et s'installe à Champéon au pied des éoliennes.

Le stand de la FNAUT en 2008

 

Pendant 2 jours, les visiteurs peuvent s'informer grâce aux conférences et auprès de la centaine d'exposants présents.

 

Un grand marché de produits biologiques permet de découvrir et acheter ces produits.

La manifestation est aussi un évènement festif : on y trouve des animations et une grande soirée le samedi soir. Un nouvel espace appelé « le ciné planète » offrira la possibilité aux associations de diffuser des documentaires sur leurs activités, support pour alimenter échanges et discussions.


 

Un espace conférence Débat est aménagé et la FNAUT et Tracès comme à COMMER en 2006 proposeront une conférence le samedi 4 à 16 heures sur la mobilité...

Les enfants auront leurs espaces d’expression et d’activités autour des cerfs-volants, des animaux… Des animations pédagogiques pour petits et grands : théâtre, musique, rando, lecture de contes, …

 

Ces deux jours seront ponctués d’animations qui nous réservent toutes leurs surprises. A noter en amont de l’événement, la date du 26 juin, pour la diffusion du film « Nos enfants nous accuseront », témoignage d’un village qui pourrait être le nôtre.



L'affiche officielle de la manifestation...



 

L’entrée en est gratuite. L’objectif est de faire découvrir un parc éolien, montrer à tous des exemples concrets, des actions quotidiennes, des solutions que chacun peut mettre en pratique pour protéger l'environnement au quotidien : développement durable, agriculture biologique, énergies renouvelables, habitat sain, commerce équitable, santé dans l’assiette et dans l’environnement, mobilité plus propre, ….

 

Plus d'infos : www.planete-en-fete.fr


Au départ des gares de Laval et Mayenne via Champéon, le  Conseil Général a mis en service du samedi de 10H à 23H30 au dimanche de 11H à 18H30 des navettes au Tarif : 1€.

Tous les horaires sont consultables sur les sites : ici   ou là :

Sans oublier le covoiturage (voir ci dessous ) et là http://www.planete-en-fete.fr/covoiturage.php


 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 08:00

Communiqué de Presse 

Nouvelle victoire en perspective pour la FNAUT Pays de la Loire, doublée d’une première nationale…

La prochaine audience le mardi 23 juin 2009 à 11 heures au Tribunal Administratif de Nantes va sans doute être marquée par une première nationale. En effet le décret du 23/11/2007 et le jugement du TA du 21/07/2008 a privé de base légale la cession par Réseau Ferré de France de la voie ferrée Laval/Mayenne au Conseil Général de la Mayenne…

La vente de la voie ferrée déclarée irrecevable  ...

La vente serait classée irrecevable compte tenue des conditions de session. Les contentieux étaient en cours à l’époque.

La Décision du TA fera certainement jurisprudence mais d’ors et déjà les conséquences "politiques" et ferroviaires sont donc très importantes. Si de nombreuses fermetures et déclassements ont déjà été annulés, et ont permis de contraindre RFF à renoncer à des ventes prévues, c'est la première fois qu’une décision juridique administrative pourrait revenir sur une vente déjà effectuée.

Pour la FNAUT c’est la suite des actions en contentieux engagés contre les décisions de RFF injustifiées depuis le retranchement de la ligne Laval / Mayenne, section La Chapelle-Anthenaise / Ambrières.

L'ensemble des travaux que la vente de la voie ferrée a permis d'effectuer s'en trouvent grandement entaché d'irrégularité et auraient pu ne pas être réalisé si les contentieux avaient été suspensifs (voie verte, arasement du talus pour la déviation...).

 

C’est la confirmation de la justesse de l’analyse de la FNAUT qui avait annoncé l’illégalité de la vente. Cela devrait faire jurisprudence et concerner directement les sections déjà vendues de la ligne Sablé / Château- Gontier / Segré/ Châteaubriant (tronçon Château- Gontier / Segré).

Pour La FNAUT
Fabrice EYMON
 
 


NB : L'audience concerne principalement Laval / Mayenne et la Suze / La Flèche...

Partager cet article
Repost0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 08:56

Nantes / Brest  : un temps de parcours indécent ...

Bien que Brest, (près de 300 000 habitants dans l’aire urbaine), soit à 300 km de Nantes, il faut compter au mieux 3h54 mn (près de 4 h) par le train, que l’on change à Quimper ou à Rennes. La ligne électrifiée et les trains venant de la côte Atlantique s’arrêtent à Quimper. La desserte Nantes Quimper vient d’être améliorée (après avoir été réduite ! ).


Le salut viendrait de ... l'électrification mais ...

L’électrification de Brest Quimper ne serait pas prioritaire dans le contrat de projet régional.



Tous les élus dans le même... train et les usagers dans la même galère...

Elus de Brest Métropole Océane, du Conseil Général du Finistère, de la Communauté de Quimper avaient pris le train ensemble (le 22 août 2006) pour protester et dire que faire 80 km en 1h10 mn n’était pas acceptable, en particulier pour le millier de migrants domicile travail journaliers. Ils demandaient que le trajet soit ramené à 50 mn, en électrifiant, et en modifiant si besoin certains tronçons.



Avantages...

D’autres usages sont possibles pour cette ligne. Des trains Brest Nantes donneraient un accès plus direct:


  • pour les Finistériens du Nord,  à la côte sud bretonne, à Nantes et aux correspondances vers la Vallée de la Loire et  la Côte Atlantique,
  • pour les Bretons du Sud (Vannes, Lorient,…), les habitants de Loire Atlantique, vendéens et angevins, au Finistère Nord

La LGV Ouest à la rescousse...

Les travaux à prévoir sur la Côte Sud bretonne en accompagnement de l’arrivée de la LGV à Rennes devraient permettre d’améliorer sensiblement les performances actuelles entre Quimper et Nantes. Brest Nantes en 3 h est donc un objectif raisonnable (et minimum vu la distance).


Tout cela devient moins utopique maintenant que des élus aussi (y compris des représentants du Conseil Général traditionnellement plus favorables à la route !) demandent la modernisation des voies ferrées longtemps restées sans investissement.



 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 08:00


Transports et Grenelle de l’environnement :

le fret ferroviaire est à contre-sens


 

La SNCF communique actuellement sur les grosses difficultés financières que rencontre sa branche Fret ferroviaire, avec comme conséquence l’abandon possible de l’activité du wagon isolé* qu’un audit a qualifiée d’activité non pertinente . Si cette activité est abandonnée, ceci représente près de 10 milliards de tonnes kilomètre pour l’année 2008 (l’équivalent de plus de 2 millions de poids lourds !) soit plus de 25% de l’activité fret ferroviaire.


 

Réaction et propositions des associations

Conformément à la loi Grenelle, le gouvernement affiche un objectif à court terme « une croissance de la part du fret non routier et non aérien de 25% à l’horizon 2012 par rapport à 2006 », objectif de plus en plus impératif au regard des urgences climatiques. Face aux annonces de la SNCF, le gouvernement refuse l’abandon du service wagons isolés….mais refuse aussi toute aide. Solution élégante pour obtenir rapidement au moins une perte de 25% des volumes du fret ferroviaire et une application parfaite des engagements du Grenelle…. Mais à contre sens !


A contre sens ... plus de route ! les engagements et les grands discours du Grenelle non respectés 


 

Si le gouvernement souhaite maintenir ses objectifs, il doit intervenir de façon active et non pas se contenter d’observer. La desserte ferroviaire effective de tous les territoires est un sujet d’intérêt général. Le risque d’un décrochement des entreprises et territoires français de l’Europe ferroviaire est réel. A ce titre, des décisions stratégiques s’imposent. Nous proposons quelques pistes :

- Prendre réellement et fermement le dossier en main au niveau gouvernemental : nommer un Monsieur /Madame Fret Ferroviaire indépendant de la SNCF et de RFF, qui devra s’assurer de la mise en œuvre des engagements du Grenelle de l’environnement dans ce domaine ;

- Mettre tout en œuvre pour la mise en place rapide des dessertes fines des territoires avec l’appui des collectivités, notamment par le projet « Opérateurs Ferroviaires de proximité »**, freiné par la SNCF depuis de nombreuses années ;

- Appliquer, au nom de l’intérêt général, une tarification spécifique et très faible sur les péages d’infrastructure *** sur l’activité de regroupement des wagons isolés, quitte à augmenter ceux des trains entiers ;

- Stopper tous les projets en faveur du mode routier qui défavoriseraient encore plus le fret ferroviaire (projets d'autoroutes, généralisation du 44 tonnes, expérimentation de méga camions, mesures fiscales…).

 

 Fret entre Pré en Pail et Alençon (photo Marc Lerochais)


 

Les échecs organisationnels de la SNCF ne doivent pas remettre en cause cette activité de transport de marchandises, présentant des avantages environnementaux évidents.


 

Face à une position d’attentisme de la part de l’Etat et de la SNCF, nous demandons que des actions en faveur du fret ferroviaire soient mises en œuvre au plus haut niveau. La première de ces mesures doit être le maintien, voire le développement, du wagon isolé et non son abandon. Elles doivent assurer la pérennité du transport ferroviaire et s’inscrire dans un plan de grande ampleur pour les années 2020 – 2025. Comment l’Etat tiendra-t-il ses engagements de transfert modal en transport marchandises et notamment le passage de la part du non routier et non aérien de 14% à 25% à l'échéance 2022 ?


 

Le Changement drastique de stratégie dans les transports, affiché au Grenelle de l’environnement, doit s’appliquer également au fret ferroviaire…Les choix à faire ne sont pas seulement économiques mais également environnementaux : c’est réellement le moment de mettre en œuvre la rupture annoncée.

 

Mardi 16 juin 2009

Communiqué de Presse Commun

FNAUT / FNE  / Réseau Action Climat France /  Les Amis de la Terre

 



* : wagon isolé : collecte et regroupement de wagons à partir des sites des clients de la SNCF, pour constituer un train entier

** : projet « Opérateurs Ferroviaires de proximité » : projet de la SNCF visant la prise en charge de la desserte ferroviaire locale par des acteurs économiques privés.

*** : péage d'infrastructure : péage payé par tout utilisateur du réseau ferroviaire à RFF. EN réduisant ce coût d'utilisation, on favorise le wagon isolé ( par rapport à la route) alors que le "train entier" est moins sujet à la concurrence routière.

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 08:18

Le slogan « Elargissez vos horizons » peut-il s’appliquer dans le Sud Mayenne ?

 

Alors que l’enquête publique sur la Rocade Sud se termine, il n’est pas inutile de rappeler les enjeux qui gravitent autour de la non réalisation du contournement de Château-Gontier à la place de la voie ferrée.

 

L’importance de la voie ferrée :

La ligne ferroviaire de Sablé-sur-Sarthe à Montoir-de-Bretagne constitue un itinéraire ferroviaire reliant initialement directement Paris-(Le Mans-Sablé) au port de Montoir de Bretagne puis St Nazaire en desservant Château-Gontier, Segré, Pouancé, Châteaubriant.


 

Seule une partie de l’emprise située entre Châteaubriant et Pontchateau a physiquement disparu. L’emprise ferroviaire reste physiquement ou juridiquement préservée de (Paris) Sablé à Châteaubriant suite aux 2 abrogations des décrets de Retranchement.

 

La réouverture de la ligne de Châteaubriant à Nantes étant programmée (fin des travaux 2013), il sera aisé de rejoindre Nantes et Savenay et la côte Atlantique. Il est déjà possible de rejoindre Rennes et la Bretagne Nord (St Malo…) à partir de Châteaubriant.

 

Autrement dit, cette ligne offre toujours la possibilité d’offrir un itinéraire ferroviaire « bis » en Pays de la Loire, entre Le Mans et Nantes, tout en desservant trois sous-préfectures (Château-Gontier, Segré et Châteaubriant).

Or la partie de l’itinéraire principal, située entre Angers et Nantes souffre de problèmes de saturation au point qu’est actuellement étudiée par R.F.F. la possibilité de construire des bouts de 3è voie, laquelle se heurte à d’importants obstacles techniques, environnementaux (La Loire est classée patrimoine mondial et la ligne sert de digue, contenant le fleuve sur une partie de son itinéraire ligérien. Quand sera–t’il en période de crue ?) et financiers  (travaux de génies civils coûteux et plus cher que le coût de réouverture).

A chaque extrémité de la ligne, est prévue la réouverture de sections ferroviaires : entre Châteaubriant et Nantes d’une part, entre Sablé et Château-Gontier d’autre part (au moins relance du trafic fret).

 La voie ferrée entre Sablé et Château-Gontier aux Agets St Brice 

La Rocade Sud  par son implication uniquement locale remet en cause la logique régionale d’aménagement du territoire et les perspectives de développement du territoire  à moyen et long terme. Le sud Mayenne peut-il se passer de la seule voie ferrée qui traverse son territoire  avec les aléas énergétiques que nous connaissons (hausse du pétrole, épuisement des ressources à long terme et crise écologique majeure).

 

La Rocade Sud est située dans la partie centrale de l’axe et sa coupure physique (symbolisée par la récupération par la route du seul pont ferroviaire) viendrait rendre impossible toute reconquête de l’axe ferroviaire dans son intégralité.

 

La balle dans le camp des élus.

La disparition physique de cette voie ferrée incombera aux seules élus de Château-Gontier, incapable de se projeter au delà des limites de leur territoire, à la Région incapable d’imposer ses vues surtout dans un domaine de sa compétence (le ferroviaire). Le problème est à Château-Gontier.

Avant d’entériner et de décider d’un nouvel aménagement routier, il serait plutôt judicieux que les élu(e)s locaux se prononcent sur une question de fond qui n’a à ce jour jamais été abordé mais toujours esquivé, à savoir :

Le Sud Mayenne peut-il décider, aujourd’hui de se couper irrémédiablement du réseau ferroviaire ? De se couper de Nantes, d’Angers, de Paris et de toutes les villes connectées par le rail en l’occurrence ?

 

Si les élu(e)s doivent faire un choix c’est d’abord celui ci, surtout dans une perspective à long terme. Avant même de se prononcer sur une variante routière de la rocade Sud, il serait plus profitable pour les populations (sans exclusivité) que le débat porte sur les conséquences à court, moyen et long terme de la non-possibilité de maintenir un lien ferré et des incidences en terme de développement.


 Circulation d'un train de FRET à destination des Etablissements Maisonneuve
 

 Aujourd’hui les Etablissements Maisonneuve se maintiennent sur Château-Gontier parce que la ligne dessert cette ville et que c’est un atout. 

 

Concernant la Rocade Sud il est assez surprenant qu’en 2009 on puisse proposer un aménagement routier en zone urbanisée qui est ou sera :

o         toujours plus gourmand en financement (le coût de la Rocade a été multiplié par 3)

o         toujours plus consommateur d’espace

o         toujours plus exclusif (au dépend de la voie de chemin de fer) et réducteur de l’offre de transport à la seule voiture.

o         toujours plus gênant pour les riverains en terme de nuisances.

Et cela sans jamais avoir pensé et réfléchi les déplacements dans la communauté de communes en dehors du schéma traditionnel de la voiture. D’autant que force est de constater que cette rocade Sud ne contribuera pas à réduire le trafic routier, bien au contraire. Les infrastructures nouvelles dopent les trafics qui se cumulent mais ne les suppriment pas. 


Le viaduc du Pendu : un enjeu majeur pour le retour du train
 

Une rocade et un nouveau pont ailleurs

Préserver l’avenir et les générations futures, serait la solution la plus sage. Actuellement  le sud Mayenne et le nord de l’Anjou ne sont pas des territoires attractifs. Les jeunes désertent le territoire et n’y reviennent pas. La route au contraire du rail, loin d’aménager le territoire contribue à le désertifier…

 

La solution est un barreau nord, ailleurs mais par au dépend du rail…

Partager cet article
Repost0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 08:09

C'est maintenant ou jamais !

 

Comme vous le savez, l'étude d'opportunité de réouverture de la ligne Thouars - Parthenay - Niort aux voyageurs est lancée depuis décembre 2008.

Les premières données sont tout à fait encourageantes et peuvent présager une réouverture. Seulement, rien n'est acquis pour autant.

 

TER en gare de Parthenay... (X73 500)

C'est pourquoi, l'Association pour le Développement du Transport Ferroviaire Thouet Sèvre Niortaise (ADTFTS) invite l'ensemble des citoyens, des élus, des entreprises... à signer la NOUVELLE PETITION appuyant la nécessité de réouvrir la voie ferroviaire reliant du nord au sud le département des Deux-Sèvres tout en répondant aux enjeux environnementaux et sociaux du XXIème siècle. Nous devons aller au bout de l'action !

 

Des actions de même nature existe en France. Nous ne sommes pas des cas isolés. Vous trouverez les informations correspondantes sur le site www.france-rails.fr.

 

Votre signature est très importante, associée à toutes les autres, nous pouvons réussir ce dessein collectif !

 

Rejoignez nous et signez la pétition ici . Et Faites suivre à vos proches, ami-e-s et autres contacts... 

 

Pascal BIRONNEAU

Pdt de l'ADTFTS

16, rue Blaise Pascal

79200 PARTHENAY

www.train-thouet-sevre.fr

Partager cet article
Repost0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 08:00

La FNAUT sera partie prenante d'une soirée débat organisée par une association-politique : un Autre Souffle de Château-Gontier.

Non la FNAUT n'est pas encartée politiquement ...
Elle milite pour faire avancer les dossiers ... Et parfois il faut saisir l'opportunité d'une tribune pour parler des transports. Surtout dans le contexte de la nouvelle Enquête Publique de Château Gontier ...

L'Association se présentera à cette soirée débat comme acteur du transport public et témoignera en apportant son éclairage associatif et son analyse.

CI-dessous l'invitation :

A  cette soirée débat il sera question :

Du  Ferroviaire ... et de l'avenir de la gare de Château-Gontier ...


Du devenir du viaduc du Pendu...
 
... et de la place du train dans le  Sud Mayenne ...

De la nouvelle enquête publique de la Rocade Sud ...

Des transports interurbains (quans ils ont une place...) (arrêt d'autocar rue Thiers à Château-Gontier)

Des transports urbains (ne cherchez pas il n'y en a pas !)


Et de l'aménagement du territoire ...

A bientôt ...

Partager cet article
Repost0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 08:02


Le 28 avril 2009 à St Nazaire s'est tenu le procès de deux opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes qui étaient jugés au Tribunal.

 

Voici la suite du compte rendu des dépositions des défenseurs appelés à la barre pour affirmer leur opposition au projet .

Les Notes sont de Catherine Edé, sauf les interventions de G. Poisson et G. Denigot reçues par mail et insérées telles quelles. Pour le site Internet quelques mises en forme ont été nécessaires.


Rappel des faits :

 

Le mercredi 14 janvier 2009, des sondages géotechniques sont effectués à Notre Dame par le Laboratoire des Ponts et Chaussées. Des prélèvements de terre sont placés dans un véhicule. Un manifestant brise une vitre du véhicule pour récupérer des échantillons, les gendarmes interviennent, un autre manifestant vient soutenir son camarade. Tous les deux sont interpellés et placés en garde à vue. Ils sont libérés le lendemain.

 

Gilles DENIGOT, conseiller général de St-Nazaire.

« Hier, Mr Le Président, j’étais sur le site devant 10 cars de gardes mobiles. J’étais présent pour m’opposer moi aussi aux forages sur le site agricole de Notre Dame des Landes. 

 

Je suis opposé à ce projet, car il est inutile, nuisible et  coûteux.

 

Ce projet est inutile car nous avons  déjà un aéroport international,  qui  dans son dispositif actuel tourne à 30% de ses capacités. Je vous invite Mr le Président à prendre le temps de regarder comme je l’ai fait moi-même, l’excellent diaporama que l’ACIPA expose. Je doute que vous puissiez alors trouver des arguments personnels  qui vous empêchent de comprendre leur lutte contre ceux qui leur volent la terre.

 

Ce projet est nuisible, car cet aéroport détruirait 2000 ha de terre agricole dévolues à une grande partie de la production laitière de notre région, détruirait  des bocages et des espaces riche pour la  biodiversité, détruirait 80 exploitations agricoles, c'est-à-dire les vrais emplois utiles et non dé-localisables.

Vous ne pouvez, Mr le Président être insensible  à la défense de la terre nourricière.

 

Ce projet est coûteux, car personne à part les promoteurs  et les élus français qui les croient ne sait sortir un tel ouvrage pour 581 millions d’€. Tous les chiffres montrent que le coût réel pour les autres aéroports en Europe et dans le monde est de 4 à six fois plus élevé.


                                                                            Manifestation contre ND des Landes


Je suis là aujourd’hui pour soutenir cette action légitime de désobéissance civile. Pour soutenir ces militants, ces agriculteurs pacifistes, qui veulent vivre sur leur terre et la transmettre comme un service public aux générations futures.

 

Quel tribunal aurait aujourd’hui l’idée de condamner Gandhi ou Lanza des Vasto ? Mr le Président, nous sommes les enfants de ces hommes là, et je partage l’opinion si bien exprimée d’Hannah Arendt lors quelle dit : « il y a une  distinction à faire entre la désobéissance civile et le mouvement criminel. Alors que les criminels violent la loi de manière clandestine, la désobéissance civile réclame  et clame sa désobéissance et ne cherche surtout pas à la cacher. Alors que les criminels peuvent user et abuser de toute forme de violence, la désobéissance civile bannit la violence sous toutes ses formes’ C’est d’ailleurs ce dernier trait qui distingue fondamentalement la désobéissance civile de la révolution car celle-ci peut être violente. » Hannah Arendt  démontre comment et pourquoi  la désobéissance civile est un moteur indispensable à la démocratie, un support pour que la justice en tienne compte et un rempart aux régimes totalitaires.

Georges Bernanos rajoute "que la désobéissance civile apparaît nécessaire à la respiration de la démocratie. Loin d'affaiblir la démocratie, elle la protège et la renforce. "Il faut beaucoup d'indisciplinés, écrit t-il, pour faire un peuple libre."

 

Mr le Président, nous ne regrettons pas aujourd’hui que les paysans du Larzac se soient mobilisés dans les années 70, comme les opposants à NDDL le font aujourd’hui pour garder leur terre et pour que nous puissions encore produire et vendre du Roquefort. L’armée Française ne s’en est pas trouvée affaiblie…

 

Mr le Président, je ne veux pas que les électeurs qui m’ont élu et les autres citoyens puissent m’accuser de ne  pouvoir répondre aux besoins de la société, en collèges, en lycées, en écoles, en crèches, en hôpitaux, en lieux sportifs, en  personnels pour tous ces services publics utiles.

 

Je veux en tant qu’élu pouvoir me  regarder dans la glace  et ne pas  entendre nos enfants nous accuser d’avoir contribué, soit par laxisme, soit  par ignorance ou manque de courage à  accélérer les dérèglements climatiques et la disparition d’une alimentation de proximité qui soit  saine.  

 

Enfin, Mr le Président, ce n’est pas parce qu’une déclaration d’utilité publique est prononcée que les projets voient le jour. Rappelons-nous ici, de cette centrale nucléaire au Pellerin, puis de celle du Carnet, puis de ce projet de plus de trente qui consistait à étendre le port sur les zones sensibles de Donges Est… 

 

Tous ces projets ont tous été abandonnés. Tous étaient inutiles, nuisibles et onéreux pour les deniers publics. Pour autant, vous pouvez prendre l’avion sans problème à Nantes-Atlantique, pour autant nous ne manquons pas d’électricité, car nous en exportons et nous  gaspillons beaucoup,  pour autant les activités du Port vont enfin pouvoir se développer non pas à Donges Est, mais vers la mer, c'est-à-dire ou il y a de l’eau pour accueillir les navires marchands.

 

Mr le Président, ces hommes qui sont cités à la barre, ne sont pas deux, ils sont 500, ils sont 5000, et plus encore… Je fais partie d’eux et vous demande de me poursuivre pour les motifs que vous leur reprochez.

 

Si vous les condamnez en les considérants comme des délinquants, alors je crains que vous ayez participé à un jugement contraire à ce que  l’histoire des hommes dira d’eux.

 

Elle se souviendra qu’ils ont défendu la planète, contre les appétits financiers des entreprises de BTP et autres et que la majorité des politiques soutient faute d’avoir fait la « mutation culturelle » sur le monde à construire et non à détruire.

 

L’histoire se souviendra du courage de ses opposants qui luttent pour la terre, pour notre terre »


 

Jean-Paul NAUD, maire de NOTRE DAME DES LANDES

« A titre personnel je suis contre ce projet et en tant qu’élu j’y suis opposé également. Notre commune représente 3 740 ha, ce projet représenterait 1/3 à ¼ de son territoire.

Pas d’accord avec les promesses de développement économique qu’on dit lié à ce projet car il s’agirait plutôt de déplacement d’emplois du Sud Loire vers le Nord Loire.

En ce qui concerne la création d’entreprises, que ce projet se fasse ou non, la CCEG fera les mêmes zones d’activité.

Par contre, ce que l’on aura à gérer c’est un afflux de population et malgré les mesures compensatoire annoncées, les communes ne seront pas aidées pour la construction de nouveaux équipements publics…

Le choix du site est une aberration écologique avec la présence de ZNIEF de type 1 ou 2.

C’est un projet d’un autre âge, coûteux et surdimensionné qui ne va pas dans le sens du Développement Durable et de l’Agenda 21.

Il est prévu pour 9 M de passagers en 2050 : chiche, pourtant Nice a 10 M de passagers sur 370 ha et Genève 10 M sur 340 ha."

 

Jean-Jacques KOGAN, Vice-Président de la CCEG

« A titre de témoin, je ne connais pas les prévenus, mais je connais leur combat relayé par les élus de la CCEG, qui a adopté une délibération pour un recours juridique, et du Sivu Aéroportuaire.

Ce combat est ancien, obsolète, sans avoir été modifié par rapport à son emplacement, sa superficie (1250 ha prévus pour un aéroport à 9 M de passagers en 2050, alors que partout dans le monde des aéroports de 340 ha gèrent un trafic à 20 M de passagers).

On peut comprendre la colère des gens confrontés à ces aberrations.

 

 

Mme Michèle PIERSON, procureure

« Il n’appartient pas à l’institution judiciaire de juger le bien-fondé du projet… mais il y a les faits dont la matérialité n’est pas contestée par les prévenus. Le but de cette réunion était de s’emparer de ces échantillons pour retarder le chantier.

Le défenseur de M. David invoque la légitime défense, cela supposerait que le laboratoire n’était pas dans la légalité hors il agissait dans le cadre légal, un arrêté préfectoral a autorisé ces sondages effectués sur un terrain privé exploité par Mr Briand. Un protocole prévoit une indemnisation de 2000 €. »

 

L’avocat de la défense intervient alors car il n’a pas connaissance de ces pièces.

 

Le juge n’en tient pas compte et la procureure reprend : « La procédure a été respectée ; aucune infraction de vol ne peut être retenue à l’encontre du laboratoire. Pas de légitime défense car il n’y a pas d’infraction de la DDE."

 

Les infractions – dégradation de véhicule et vol de terre – sont constituées

 

Complicité Balej, le gendarme Lefeuvre a été ceinturé par Balej : état de nécessité ?

 

Article 122-7

N'est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s'il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace.

 

Refus prélèvement ADN : le prélèvement était justifié.

 

La procureure  requiert la même sanction pour les deux prévenus :

-         refus prélèvement ADN : 2 mois d’emprisonnement avec sursis

-         vol et dégradation : 3 mois d’emprisonnement avec sursis

 

 

Après délibération, Rodolphe et Christian on été déclarés coupables et condamnés à  

2 mois d’emprisonnement avec sursis pour le vol

2 mois d’emprisonnement avec sursis pour refus de prélèvement d’ADN.


 

Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

Archives

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques