Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 12:28

 

Législatives dans la Sarthe : Lutte Ouvrière répond

 

Les cinq candidats de Lutte Ouvrière en Sarthe; Sylvie Maillet, Yves CHEERE, Thomas HUBERT, Thierry NOUCHY, Karine FOUQUET ont adressé une réponse commune à la FNAUT.

 

C'est Thierry NOUCHY  qui a transmis les positions de LO quant aux questions des transports, de la SNCF, du TER ainsi que sur Notre Dame des Landes.

 

 

Transports, SNCF, TER…

 

Transports en commun et ferroviaire

• Que pensez-vous de la stratégie de la SNCF dont le service rendu au public se dégrade (retards fréquents des trains, fermeture des points de vente au public, suppression des lignes, effets des grèves, sous-investissement chronique pour l’entretien du réseau (cf Nantes - Bordeaux), politique tarifaire illisible (Yieldmanagement) ?

 

Pour satisfaire aux demandes des grandes compagnies pétrolières, des fabricants automobiles et des concessionnaires d’autoroute, les gouvernements qui se sont succédés, de droite comme de gauche aujourd’hui, ont laissé tomber les transports en commun, à commencer par le train.

 

Des gares dites secondaires ont été fermées, obligeant les habitants à prendre leur voiture pour se rendre à leur travail, ce qui occasionne des frais et de la fatigue supplémentaires.

 

On a développé des réseaux autoroutiers, mais laissé aux collectivités locales le soin d’entretenir, à leurs frais, les routes départementales ou communales. L’entretien des transports publics urbains est négligé, ce qui augmente leurs dysfonctionnements.

 

Ce sont les grandes sociétés industrielles, commerciales et financières, c’est-à-dire une minorité de possédants, qui imposent leur mode de fonctionnement aberrant à l’ensemble de la société, au détriment du bien-être de la majorité de la population. Et tous les gouvernements qui se sont succédé, quelle qu’ait été leur étiquette politique, se sont pliés à leurs diktats.

 

Le manque de personnel et d’investissements dans l’entretien des voies et du matériel, et plus particulièrement sur les réseaux dits secondaires, pénalise les usagers qui, dans leur grande majorité, sont des travailleurs. Les retards accumulés leur causent des problèmes vis-à-vis de leurs employeurs, sans compter le stress et la fatigue supplémentaire. A cela s’ajoute le mépris de la direction de la SNCF, qui ne se donne souvent pas la peine de diffuser des informations, et encore moins de réparer les préjudices subis.

 

La SNCF devient de moins en moins un service public pour devenir un service commercial à la recherche de la rentabilité. Cette dégradation rejoint d’ailleurs celle des autres services publics indispensables, éducation, santé, logement social, etc., l’État faisant des économies sur tous ces secteurs pour distribuer des milliards aux banques ou aux grandes entreprises capitalistes sous prétexte de les « sauver » ou de les « aider à surmonter la crise ».

 

En Île de France - le trafic Transilien - a progressé de 30 % en dix ans. Mais, alors que le réseau est très dense et très fréquenté, il a été littéralement laissé à l’abandon pendant trois décennies. Les pannes fréquentes provoquent de nombreux retards. 

 

Les gouvernements ont tous poussé la SNCF à devenir rentable : en fermant des lignes secondaires, en donnant la priorité aux trains qui rapportent le plus. Aujourd’hui, avec l’extension de certaines lignes du réseau RER, les mêmes choix continuent. Des communes ne sont plus desservies et on refuse des arrêts dans des gares qui sont indispensables aux usagers.

 

Nous sommes persuadés que, pour mettre fin à ce gaspillage et pour obtenir que l’argent public aille aux services publics, il ne suffira d’un changement de gouvernement, mais il faudra une mobilisation profonde des travailleurs qui se battent pour défendre leurs intérêts. Et la qualité des transports publics à un prix abordable en fait partie.

 

 

NOTRE DAME DES LANDES

 

• Quel est votre positionnement par rapport à ce dossier sachant que ni l’effet TGV arrivant prochainement dans l’Ouest, ni le projet du réaménagement de Nantes Atlantiques, facilement connectable au réseau ferré, n’ont été intégrés à la réflexion.

 

• Faut-il poursuivre ce projet alors que le transport aérien contribue au réchauffement climatique et que Notre Dame des Landes encouragera une nouvelle extension progression du mitage périurbain dans des zones actuellement épargnées par l’urbanisation et consommera de nouvelles terres agricoles ?

 

Un rapport sur le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes affirmait que le projet retenu était "surdimensionné". Le projet initial date d'il y a 53 ans, la zone a été occupée pendant des mois par les opposants au projet et évacuée par la force par des centaines de policiers, des recours devant la justice ont été déposés pendant des années.

 

Mais ces grands chantiers commandités par l'État sont des mannes pour les trusts du BTP, comme Vinci, et plus le projet est pharaonique plus les profits pour les bétonneurs sont juteux. Tant pis s'ils s'avèrent inutiles pour les besoins de la population.

 

La consultation des habitants de Loire-Atlantique, décidée par Hollande en juin 2016, qui s’était traduite en faveur de ce projet à une courte majorité des votants, avait relancé l’affaire. Les opposants ont depuis le début contesté la manière dont ce référendum était organisé : le périmètre de la consultation limité à la Loire-Atlantique, le fait qu’on ne sache pas vraiment quel projet sera retenu en cas de construction, et quel sera l’avenir de l’aéroport actuel de Nantes-Bouguenais. Pour eux, le combat continue contre un projet qui n’apparaît de plus en plus ni nécessaire, ni urgent (53 ans après), et encore moins prioritaire par rapport aux besoins de la population.

 

Sylvie Maillet, Yves CHEERE, Thomas HUBERT, Thierry NOUCHY, Karine FOUQUET

candidats Lutte Ouvrière en Sarthe,

 

 

Voir le questionnaire :

Partager cet article
Repost0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 08:00

 

 

 

 

 

ASSOCIATION REGIONALE DES USAGERS

DES TRANSPORTS DES PAYS DE LA LOIRE

 

www.fnaut-paysdelaloire.org/

                                                                                            

                                                                                                            Laval , le 6 juin 2017

 

                       

à   Madame, Monsieur  rédacteurs en chef et  journalistes

 

Madame, Monsieur,

 La FNAUT Pays de la Loire (http://www.fnaut-paysdelaloire.org/  ) organise une réunion information sur le thème des transports régionaux à l'occasion de la mise en place des futurs horaires et du cadencement en juillet 2017, ainsi que de la "virgule de Sablé". 

 

Seront donc abordés ces différents thèmes.

                            
  •    La « Virgule de Sablé », c’est maintenant : Les nouveaux services Rennes - Laval - Sablé - Angers - Nantes
  •    Le cadencement :  Les nouveaux horaires des TER
  •     La reprise des transports départementaux par la Région 

 

Cette réunion sera organisée le  Samedi 10 juin à 10 h à 12H30 - Salle Lavaley, face à l’église, rue Léon Legludic – Sablé sur Sarthe

 

Accueil vers 9h30

 

En vous remerciant de la disponibilité que vous prendrez pour rappeler cette information dans votre journal, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l'assurance de nos salutations distinguées.

 

Le Président de la FNAUT Pays de la Loire

Fabrice EYMON

 

 

Contact possible :

 

fabrice.eymon@fnautpaysdelaloire.org  et  fnautpl@gmail.com

 

 

fnaut Pays de la Loire : Association Régionale des Usagers des Transports

Le président : Fabrice EYMON / 40 Avenue Chanzy 53000 LAVAL / tel : 02 43 53 15 54 - 07 68 11 62 48

Le secretaire : Dominique ROMANN / 35 Rue du Général Zimmer 44800 St HERBLAIN /   tel : 02 40 38 01 06

Siège social : Maison des Associations / 1 rue d’Auvours 44000 NANTES

 

Site Internet de La FNAUT Pays de la Loire : www.fnaut-paysdelaloire.org/

 
 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 00:46

Réponses des 3 candidats écologistes EELV sur les 3 circonscriptions de la Mayenne

 

 

  Sophie LETERRIER – Françoise MARCHAND – Maël RANNOUX

 

 

Et

d'Aurelien GUILLOT,  candidat pour le Parti Communiste et le Front de Gauche,

 

 

sur la 1ère circonscription, réponse groupée pour les autres candidats 

(fichier PDF)

 

 

 

Candidats aux élections législatives 2017 dans le département de la Mayenne

 

 

Transports en commun et ferroviaire

Aujourd’hui, le trafic du TGV part à la hausse (+7% en 2017) et nous ne pouvons que constater que le service rendu au public se dégrade.Les services TGV se dégradent principalement sur les liaisons radiales et particulièrement sur les relations province-province et les liaisons qui ne sont pas exclusivement TGV.

La mise à niveau annoncée par la SNCF des rames sur quelques relations radiales parcourues sur des lignes à grande vitesse ne sera pas suffisante.

En 2012, la SNCF a lancé le réseau des OUIBUS en concurrence avec le train, concurrence au train renforcée par la mise en place de services de covoiturage.

Ouibus concurrence et met en péril les Intercités et les TGV mais aussi les TER financés par les Régions.

La SNCF a mis en place une stratégie incohérente: l’autocar, le covoiturage, le taxi, la location de voiture doivent être complémentaires et non concurrents du train, c’est-à-dire faciliter le rabattement des voyageurs sur les services existants. Une offre routière ne doit pas remplacer le train : elle n’a de sens que sur les itinéraires dépourvus de toute infrastructure ferroviaire, ou à des horaires (très matinaux ou très tardifs) auxquels un service ferroviaire n’est pas justifié par le volume du trafic potentiel.
 

Notre Dame des Landes

  • Quel est votre positionnement par rapport à ce dossier sachant que ni l’effet TGV arrivant prochainement dans l’Ouest, ni le projet du réaménagement de Nantes Atlantiques, facilement connectable au réseau ferré, n’ont été intégrés à la réflexion.
  • Faut-il poursuivre ce projet alors que le transport aérien contribue au réchauffement climatique et que Notre Dame des Landes encouragera une nouvelle extension progression du mitage périurbain dans des zones actuellement épargnées par l’urbanisation et consommera de nouvelles terres agricoles ?

NDdL est et restera, je l’espère, à l’état de « grand projet inutile ».

Rien ne peut justifier ce projet datant de 50 ans, destructeur d’espèces rares et protégées, de biodiversité, consommateur de terres agricoles.

La consultation a été un simulacre de démocratie en excluant toutes les populations concernées de près ou de loin par ce projet.

Pas de projet de ligne TGV desservant l’aéroport, un non-sens !

 

Politique TER régionale

  • Vous engagerez-vous en particulier à intervenir pour que les usagers puissent être mieux entendus et qu’ils bénéficient de meilleurs conditions de transport, en particulier pour pallier aux conditions actuelles et par exemple à rendre l’accès aux T.G.V. possible aux titulaires de l’abonnement de travail régional ? (cf comme en Bretagne).

 

En 1989, première intervention remarquée à propos de la « virgule de Sablé » : sourires et ricanements aussi dans l’hémicycle du Conseil régional des Pays de la Loire. Première évocation de la « virgule de Sablé » grâce à la FNAUT des Pays de la Loire.

Le 2 juillet 2017, la « virgule de Sablé » faussement revendiquée par F. Fillon, sera mise en service entre Rennes et Nantes !

 

Bien, mais cela ne résoudra rien pour de nombreux usagers qui verront plusieurs trains TER supprimés alors qu’ils circulent à des horaires stratégiques pour qui se rend sur son lieu de travail, à l’université ou au lycée.

 

Il faut que, comme en Région Bretagne, les TGV deviennent accessibles aux voyageurs TER titulaires d’un abonnement travail régional.

 

Sur les TER des Pays de la Loire, il est écrit « avec la Région, l'avenir prend de l'avance ». Pour des centaines d'usagers, l'ouverture de la LGV est pour le moment synonyme du contraire. Il n'appartient qu'aux élus et aux responsables de la SNCF que cela devienne vraiment une réalité.

 

  • Quelle est votre position sachant que ces voies de chemin de fer, une fois fermées administrativement, ne peuvent plus être juridiquement ré-ouvertes ?
  • Vous engagerez vous, si vous êtes élu, contre tous les projets de fermeture ferroviaire qui sont un non-sens environnemental ?

 

Concernant la fermeture de nombreuses voies de chemin de fer dans notre région, il s’agit là d’un grand gâchis alors que ces voies ferrées auraient pu permettre à la fois le transport de fret, alternative à la route, le transport de personnes pour désenclaver des territoires uniquement desservis par la route. Ces voies fermées administrativement ne pourront-elles jamais être ré-ouvertes par décision administratives ?

 

Il aurait été beaucoup plus intéressant, sur le plan économique aussi, de réhabiliter ces voies ferrées et de les rouvrir au trafic ferroviaire plutôt que de consacrer des millions d’euros à consommer des terres agricoles en construisant routes et giratoires…

 

Alors, bien sûr, je m’opposerai aux projets de fermeture et je proposerai une loi foncière spécifique protégeant les terres agricoles et les espaces naturels.

 

Démocratie participative

  • Que proposez-vous pour que la population soit suffisamment associée aux projets et aux décisions se rapportant aux transports et aux déplacements?

 

Les associations d’usagers et le grand public doivent être davantage impliqués dans l’élaboration des politiques de transport et d’aménagement avec les différents acteurs de ce domaine (élu.e.s, administrations, entreprises, etc.. ils doivent être consultés en amont des décisions, durant leur mise en œuvre et pour donner leur avis sur les projets réalisés.

 

Vos propositions dans le domaine des transports

 

La politique des transports doit être cohérente et s’inscrire dans une politique d’aménagement globale qui contribue à l’équilibre des territoires. Au travers de la fiscalité et des priorités budgétaires, il faut prioriser le rail et la voie d’eau plutôt que la roue et l’aérien.

Nous proposons

  • la valorisation et l’amélioration des infrastructures notamment ferroviaires, existantes en recherchant le meilleur maillage possible.
  • Une meilleure répartition des moyens sur l’ensemble du territoire et la fin de la politique des grands projets inutiles (LGV Lyon-Turin, canal Seine – Europe, NDdl,..)
  • Un pilotage réel et efficace des établissements publics (SNCF, VNF, SEMCA, Aéroports de Paris, etc.) La dette du système ferroviaire est désastreuse pour la gestion de l’entreprise publique. Il faut donc une reprise de cette dette par les pouvoirs publics.
  • L’Etat et les collectivités devront développer des solutions intermodales à moindre impact environnemental pour limiter le recours à la voiture et au camion. Les pouvoirs publics devront inciter notamment au covoiturage, assurer la présence de transports en commun sur tout le territoire, concourir au maintien de l’emploi local, des services de proximité et du petit commerce et organiser le télétravail organisé en espaces collectifs.

 

Sophie LETERRIER – Françoise MARCHAND – Maël RANNOUX

Candidats aux élections législatives 2017 dans le département de la Mayenne

Partager cet article
Repost0
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 23:00

 

ASSOCIATION REGIONALE DES USAGERS

DES TRANSPORTS DES PAYS DE LA LOIRE

Laval, le 20 mai 2017

 

Questionnaire

 

Transports en commun et ferroviaire

La SNCF vient d’annoncer le changement de dénomination de son offre classique TGV en « in OUI « à court et moyen terme afin de préparer l’arrivée de la « concurrence ». Il semble que les préoccupations « marketing » prime plus que l’évolution du ferroviaire (voir). Alors que :

Le fret ferroviaire s’effondre : Il représente moins de 10 % de parts modales du transport intérieur de marchandise en 2014 et pourtant la SNCF est le premier transporteur routier de France.

Les autocars OUIGO (loi Macron) sont mis en place en parallèle des axes ferroviaires. L’offre (Ouigo, IDVROOM [covoiturage]…) que la SNCF développe aujourd’hui concurrence les TER et les trains inter cités, fragilisant l‘offre ferroviaire de proximité.

La dette de la SNCF est une dette d’infrastructure car elle s’est substituée à l’Etat pour construire des lignes TGV dans les années 80 qu’elle a financé en empruntant sur les marchés financiers.

Le groupe SNCF est déjà confronté à la concurrence sur le marché international car ses filiales (Kéolis) gèrent des réseaux urbains, des lignes régionales dans le monde (tramway de Melbourne, la Virginia Railway Express (USA), Transports urbains et interurbain de Göteborg etc).

 

Notre Dame des Landes

  • Quel est votre positionnement par rapport à ce dossier sachant que ni l’effet TGV arrivant prochainement dans l’Ouest, ni le projet du réaménagement de Nantes Atlantiques, facilement connectable au réseau ferré, n’ont été intégrés à la réflexion.

Les mesures de compensations environnementales, prévues pour pallier à la destruction du milieu, seront difficiles à mettre en œuvre et ne couvriront jamais les pertes de biodiversité d’après les conclusions du dernier rapport sénatorial sur le sujet.

  • Faut-il poursuivre ce projet alors que le transport aérien contribue au réchauffement climatique et que Notre Dame des Landes encouragera une nouvelle extension progression du mitage périurbain dans des zones actuellement épargnées par l’urbanisation et consommera de nouvelles terres agricoles ?

 

Politique TER régionale

Le 2 juillet, l’offre de transport ferroviaire régionale connait un changement majeur avec l’arrivée conjointement de la LGV Bretagne et Pays de la Loire et du « cadencement » des TER. Mais les retours et les observations émanant du terrain par les usagers des trains du quotidien sont critiques. Des trains du matin et du soir ont été supprimés ou déplacés à des horaires peu appropriés au rythme quotidien des scolaires, des étudiants et des salariés du fait du cadencement.

 

  • Vous engagerez-vous en particulier à intervenir pour que les usagers puissent être mieux entendus et qu’ils bénéficient de meilleurs conditions de transport, en particulier pour pallier aux conditions actuelles et par exemple à rendre l’accès aux T.G.V. possible aux titulaires de l’abonnement de travail régional ? (cf comme en Bretagne).

 

La FNAUT a engagé maintenant depuis dix-sept ans des actions de contentieux administratifs pour s’opposer dans certaines parties du territoire régional à la fermeture définitive d’itinéraires ferroviaires (cf : la Suze - la Flèche, Laval – Mayenne…) prononcées par RFF (actuel SNCF Réseau). Alors qu’en 2016, il a été construit plus de mille kilomètres de route en Pays de la Loire, la région a perdu des centaines de kilomètres de voies ferrées depuis les années 1990.

 

  • Quelle est votre position sachant que ces voies de chemin de fer, une fois fermées administrativement, ne peuvent plus être juridiquement ré-ouvertes ?

 

Le rail est la seule alternative au mode routier et à ses effets liés au réchauffement climatique, pour les déplacements de personnes et de marchandises, tout en permettant de rattacher les territoires au réseau ferré existant luttant ainsi contre l’enclavement des territoires.

 

  • Vous engagerez vous, si vous êtes élu, contre tous les projets de fermeture ferroviaire qui sont un non-sens environnemental ?

 

Démocratie participative

Les représentants des usagers et de la société civile sont rarement consultés. L’exemple des horaires des TER du futur cadencement est un cas concret ou encore le cas de la « virgule de Sablé » qui a été élaboré par la FNAUT, avant qu’elle ne soit écartée du projet après l’avoir présenté aux élus et à RFF…

 

  • Que proposez-vous pour que la population soit suffisamment associée aux projets et aux décisions se rapportant aux transports et aux déplacements?

 

Vos propositions dans le domaine des transports

 

  • Quelles sont vos propositions en matière de transport dans votre programme et en particulier de transport collectif ?

 

Merci d’avance pour votre réponse à venir

Le Président

FNAUT Pays de la Loire

 

 

Questionnaire élections législatives 2017

Partager cet article
Repost0
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 00:30

 

Cela fait maintenant de nombreuses élections que la FNAUT sollicite les candidats qui briguent  des mandats électoraux, le soin de répondre à des questionnaires... Voir pour s'en convaincre les pages de ce Blog...

 

ASSOCIATION REGIONALE DES USAGERS

DES TRANSPORTS DES PAYS DE LA LOIRE

 

Laval, le 20 mai 2017

 

Aux candidats aux élections législatives :

 

à Madame, Monsieur

Candidat(e) à la députation

en Pays de la Loire

 

Madame, Monsieur,

 

Vous êtes candidat aux prochaines élections législatives et nous souhaitons connaitre votre positionnement concernant différents sujets en lien avec le domaine des transports, en espérant qu’ils puissent faire l'objet d'un examen attentif de votre part.

Les élections présidentielles ont laissé peu de place aux questions d’environnement et de transport. Pourtant dans bien des cas, la qualité de vie, qui est au cœur des préoccupations des habitants de votre future circonscription, dépend largement des solutions retenues pour satisfaire la mobilité de la population et répondre à la problématique transport.

La circonscription dans laquelle vous vous présentez fait partie peut être de ces espaces enclavés qui ne bénéficient plus depuis plusieurs années d’axes de transports collectifs performants ou d’une desserte correspondant aux attentes de vos concitoyens. Ce sera alors probablement l’un des dossiers de votre législature, sachant que des projets où des choix futurs peuvent impacter de manière négative ou positive l'avenir des populations à court, moyen et long terme.

C'est la raison pour laquelle la FNAUT Pays de la Loire par ses représentations dans les départements, sollicite de votre part une réponse aux quelques questions que nous vous transmettons.

Vos réponses (ou votre silence) permettront d'enrichir le débat public. Elles seront examinées avec soin par les représentants, les adhérents et les associations partenaires de la FNAUT. Elles feront l’objet d’une publication sur le site internet de la FNAUT Pays de la Loire (http://www.fnaut-paysdelaloire.org/) et d'une communication nationale (Fnaut Infos) et / ou locale (Presse).

En vous remerciant de la disponibilité que vous prendrez pour nous faire connaître votre point de vue sur les questions transports, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l'assurance de nos salutations distinguées.

 

Le Président de la FNAUT Pays de la Loire

Fabrice EYMON

 

 

Merci de nous répondre le plus rapidement possible, avant l’échéance électorale si possible par internet (fichier word et Pdf) :

 

fabrice.eymon@fnautpaysdelaloire.org et fnautpl@gmail.com

 

fnaut Pays de la Loire : Association Régionale des Usagers des Transports

Le président : Fabrice EYMON / 40 Avenue Chanzy 53000 LAVAL / tel : 02 43 53 15 54 - 07 68 11 62 48

Le secrétaire : Dominique ROMANN / 35 Rue du Général Zimmer 44800 St HERBLAIN / tel : 02 40 38 01 06

Siège social : Maison des Associations / 1 rue d’Auvours 44000 NANTES

Site Internet de La FNAUT Pays de la Loire www.fnaut-paysdelaloire.org/

Partager cet article
Repost0
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 10:00
 

 

Le marketing du TGV, c’est inOui mais sa stratégie est inquiétante !


La SNCF revoit sa politique de marketing. Ce peut être un bon moyen de promouvoir l’ensemble de l’offre ferroviaire… à condition que cette offre soit cohérente et se développe.
                                             
Oui à la mobilité basée autour d’une prestation ferroviaire de qualité et durable
 
Les usagers disent OUI au vélo, à la location de voiture, au taxi, à l’autocar et au covoiturage si les prestations proposées facilitent l’accès à un mode ferroviaire économique et performant qui doit rester le cœur de métier de la SNCF.
 
Mais ils disent NON aujourd’hui aux incohérences : c’est par exemple Ouibus, réseau routier exploité par la SNCF, qui est le principal concurrent du train en France !
 
Non à un système ferroviaire qui ne cesse de régresser, TGV compris à réseau constant
 
Dans son programme 2017 - 2018 la SNCF annonce la mise à niveau des rames, mais uniquement sur quelques grandes relations radiales parcourues sur des lignes à grande vitesse.
 
Depuis plusieurs années, les services TGV régressent sur certaines liaisons radiales, particulièrement sur celles non exclusivement desservies par des LGV ainsi que sur de nombreuses relations province – province.
 
Alors que le trafic du TGV repart fort heureusement à la hausse (+7 % en 2017), les usagers attendent l’arrêt de la politique malthusienne des services voyageurs à moyenne et longue distance en vigueur depuis au moins dix ans et le rétablissement d’une desserte cohérente du territoire assurée par des TGV et des trains Intercités.
 
Un appel des usagers-contribuables à la SNCF et au gouvernement
 
Dans ces conditions, la FNAUT attend :
- de SNCF Mobilités une véritable politique de productivité basée sur la réduction généralisée de ses coûts de production, et non sur l’abandon des circulations estimées les moins rentables, solution de facilité ;
- de l’Etat et de la SNCF, puis en seconde étape des Régions, la définition des plans de transports nationaux et régionaux conformément à la loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire ;
- de l’Etat le bon niveau de financement nécessaire à la modernisation du réseau (4 milliards par an), la révision des contrats de performance signés avec SNCF Réseau et SNCF Mobilités et une politique de péages qui, comme chez nos voisins européens, favorise une utilisation plus intense du réseau.
 
De façon générale, la FNAUT demande que le gouvernement s’implique fortement dans une politique de transition énergétique intégrant les transports, en cohérence avec un réaménagement du territoire et une véritable fiscalité écologique.
 
 
Contacts presse :
- Bruno Gazeau, président de la FNAUT, tél. 06 76 73 31 09
- Jean Lenoir, vice-président, tél. 06 19 09 78 89
- Jean Sivardière, vice-président de la FNAUT, tél. 04 76 75 23 31

Partager cet article
Repost0
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 13:00

17 mai 2017

 

Réaction du Réseau Action Climat

 

Nicolas Hulot a déjà fait les preuves de son engagement et de sa détermination en faveur de l’environnement.

Mais le périmètre du ministère de la Transition Écologique et Solidaire devra être précisé pour s’assurer qu’il intègre les leviers essentiels pour la lutte contre les changements climatiques que sont le logement, l’énergie ou encore les transports.

Sans cette place primordiale qui doit être donnée par le nouveau Gouvernement à la transition énergétique et climatique, la pleine mise en œuvre, dans notre pays, de l’accord de Paris sur le climat et des objectifs de la loi sur la transition énergétique seront menacés.

Le Réseau Action Climat restera vigilant quant aux contours précis des ministères et à la tenue de l’engagement d’Emmanuel Macron de faire de la transition écologique le fil rouge de son projet.

 

Contacts presse :

Célia Gautier, Responsable des politiques européennes et internationales, Réseau Action Climat, celia@rac-f.org / +33 6 72 34 00 27
Simon Coquillaud, Responsable communication, Réseau Action Climat, simon@rac-f.org / +33 6 66 28 95 06

illustration

Partager cet article
Repost0
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 11:01

TRANSPORTS ET HANDICAPS : HALTE AUX DISCRIMINATIONS ! LIBERTÉ DE CIRCULATION !

 

Depuis plus de 40 ans, les Personnes à Mobilité Réduite (PMR), les personnes en situation de handicap que ce soit de façon permanente ou temporaire, les personnes âgées en perte d’autonomie, etc., soit une personne sur trois, attendent l’application effective des lois successives concernant l’accessibilité des moyens de transports collectifs publics.

 

 

Des textes fondateurs, et des promesses, toujours des promesses … non tenues :

1948 :  Déclaration universelle des droits de l’homme (art. 13) ratifiée par la France : « Tout homme a le droit de circuler librement … ».

 

1975 :  Loi Handicap et décrets parus en 1978 et 1985 :

  •  Définition des normes minimales d’accessibilité des transports en commun à appliquer ;
  •  Préconisation : mise en place de transports PMR à la demande, en porte à porte, afin de pallier l’inaccessibilité des réseaux de transports publics ;
  •  Constat : ce dispositif palliatif est inexistant sur de nombreux territoires, ou assorti de conditions disparates de fonctionnement préjudiciables aux usagers PMR …

 

2005 :  Nouvelle loi Handicap (celle de 1975 étant inappliquée) :

  •  Elle garantit sous 10 ans (soit pour le 11 février 2015) la mise en accessibilité de l’ensemble des réseaux de transports publics : infrastructures, matériels roulants, avec continuité de la chaîne de déplacements, etc.
  •  Constat : application contrastée selon les territoires et non-respect de l’échéance de 2015.

 

2006 :  Directive et réglementation prévoyant pour 2011 la mise en œuvre de « transports de substitution … destinés à assurer … dans des conditions analogues … la desserte de lignes de transport en commun non accessibles aux PMR … »

         Constat : ces transports servent trop souvent d’excuse pour l’absence d’une véritable politique d’accessibilité des transports en commun et les autorités organisatrices des transports en commun ne respectent pas les textes réglementaires.

         Aujourd’hui, la plupart des territoires ne sont toujours pas couverts par des transports de substitution. De plus, ces services ont des pratiques discriminatoires, notamment l’inscription et la réservation préalables pour les PMR (plusieurs jours à l’avance).

 

2014-2015 : Ordonnance sur l’accessibilité ratifiée, qui constitue une régression inacceptable, et prévoit :

  •  La mise en accessibilité de seulement certains arrêts dits « prioritaires » sur les lignes de transport en commun
  •  De nouveaux délais de réalisation augmentés de 3, 6 ou 9 ans (agendas d’accessibilité programmée et demandes de dérogations), sans sanctions en cas de retard.

L’accessibilité aux PMR des transports en commun collectifs publics se révèle encore une fois remise aux calendes grecques !

Aujourd’hui, les PMR restent privées de leur droit fondamental à circuler librement sur l’ensemble du territoire Français !

 

 

Couverture

CIAH31, CER Occitanie, CDTHED, Accessible pour tous

 

Je, soussigné(e), exige :

1.       Le droit aux transports publics et à la libre circulation de tous, sans restrictions : personnes en situation de handicap, personnes âgées en perte d’autonomie, etc. ; droit devant se traduire par l’engagement d’une véritable politique nationale transversale et coordonnée : volontariste, cohérente et efficiente en matière de TRANSPORTS ACCESSIBLES A TOUS POUR TOUS avec programmation, moyens financiers et humains, etc.

 

 

2.       L’abrogation de l’ordonnance accessibilité ratifiée en 2015 : ordonnance qui élargit et multiplie les dérogations et les délais ce qui se traduit par une accessibilité limitée aux lieux les plus fréquentés ;

 

 

3.       Dans l’attente, le respect du cadre légal des transports de substitution, c’est-à-dire sans inscription ni réservation préalable.

 

 

4.       La mise en place, sur tous les territoires (y compris les zones rurales), d’une DESSERTE PAR DES SERVICES TPMR (transport adapté aux personnes à mobilité réduite notamment les plus dépendantes), à la demande, en porte-à-porte,

 

 

5.       L’accès de ces services (transport de substitution et TPMR) à tous les usagers qui, du fait de leur handicap, ne peuvent pas utiliser régulièrement les transports en commun dans les mêmes conditions de confort et de sécurité que les usagers valides - cela sans restriction de domiciliation, d’âge ou de type de handicap, aux mêmes tarifs que ceux appliqués aux usagers dits « valides ».

 

 

6.       La disparition des procédures infantilisantes ou discriminatoires et des intrusions dans la vie privée prévues dans certains règlements locaux (dossiers de demande d'admission payants, absence de recours contre les refus éventuels, priorisation des déplacements en fonction de leurs motifs, ...)

 

 

Initiateurs de la pétition : CIAH 31 Collectif Inter Associatif Handicaps 31, Comité d’Entente Régional Occitanie des personnes en situation de handicap et de leurs proches, CDTHED Comité pour le Droit au Travail des Handicapés et l’Égalité des Droits, Réseau Accessible pour tous

Signez :

https://www.change.org/p/transports-et-handicaps-stop-discriminations-liberté-circulation?source_location=minibar

 

 

Cette pétition sera remise à:

  • Président de la République
  • Premier ministre
  • Groupement des Autorités Responsable de Transport GART
Partager cet article
Repost0
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 10:30
https://img.over-blog-kiwi.com/1/43/53/93/20170513/ob_12b237_index.jpg

 

Grandes infrastructures de transport :

la FNAUT réclame des investissements plus importants et ciblés sur la mobilité durable

 

Communiqué                                                                                                    24 mai 2017

 


La FNAUT appelle le gouvernement à prendre en considération l’impact des grandes infrastructures de transports sur la santé publique, l’aménagement du territoire et l’environnement.

 
Répondre d’urgence aux besoins croissants de mobilité

 
Deux décisions sont attendues d’urgence par la FNAUT :


- le lancement du 4e appel à projets de transports collectifs urbains et de mobilité durable prévu par le Grenelle de l’environnement, mais écarté de manière irresponsable lors du quinquennat précédent ;
- une hausse significative des crédits annuels affectés au réseau ferré classique, d’Ile-de-France et de province, pour enrayer sa dégradation et garantir la desserte des villes moyennes et le transport du fret.
 

 

Eviter des gaspillages et des atteintes inutiles à l’environnement


 - Les priorités du Grand Paris Express doivent être concentrées sur les lignes les plus utiles (14 et 15).
- Le transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes est inutile, la moitié des habitants de Nantes a d’ailleurs voté contre ce transfert lors de la consultation de juin 2016.
- Les projets de deuxième autoroute Lyon – Saint-Etienne (A45), de Grand Contournement Ouest de Strasbourg et d’A31 bis en Lorraine sont eux aussi des aberrations techniques et environnementales ; c’est le rail qui est adapté à la desserte des zones urbaines denses. 
- Le canal Seine-Nord est « un projet démesuré, d’une naïveté déconcertante, un gâchis économique et environnemental », selon Edouard Philippe, alors maire du Havre. Il faut en priorité moderniser le réseau navigable existant (fleuves et canaux) et améliorer la desserte ferroviaire de nos ports.


Par contre l’accès ferroviaire depuis Lyon au tunnel de base Lyon-Turin, en construction, et la LGV Bordeaux-Toulouse/Dax sont justifiés économiquement, bénéfiques pour l’environnement et indispensables à l’aménagement du territoire européen. La réalisation d’autres projets doit être accélérée : le tronçon Paris-Mantes de la ligne nouvelle Paris-Normandie incluant une gare à Nanterre-La Défense, le prolongement Belfort-Lutterbach de la LGV Rhin-Rhône, la VFCEA Nevers-Chagny.
 

 

Assurer le financement par la fiscalité écologique
 
Le financement du transport public et celui du transport non routier des marchandises peuvent être assurés par une fiscalité environnementale portant sur les transports aériens et routiers, dont la mise en place serait facilitée par le bas prix actuel du pétrole. En Allemagne, l’écotaxe poids lourds rapporte 4 milliards d'euros par an et finance les infrastructures de transport.
 

 

Contacts presse :

  • Bruno Gazeau, président, tél. 06 76 73 31 09

  • Jean Lenoir, vice-président, tél. 06 19 09 78 89

communiqué de presse du 24 mai 2017

Partager cet article
Repost0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 23:25

Mai 2017

 

OUIBUS, IDVROOM : la FNAUT dénonce la stratégie incohérente de la SNCF


Après avoir, en 2012, lancé le réseau de lignes d’autocars longue distance Ouibus qui concurrence le train, la SNCF renforce cette concurrence en mettant en place des services de covoiturage.

Ouibus concurrence les Intercités et les TGV

Comme cela a été démontré par l’Agence de Régulation des Activités Ferroviaires et Routières (ARAFER), le réseau des autocars Ouibus (ex-IDBus) est celui des réseaux de cars « Macron » qui concurrence le plus le train, principalement les Intercités et les TGV, mais aussi certains TER financés par les Régions.

Non seulement le réseau Ouibus, très étoffé en juillet 2016, fait perdre des recettes à la SNCF, mais il est déficitaire car la SNCF doit pratiquer des prix très bas pour résister à la concurrence de Flixbus et Isilines : son déficit cumulé était déjà de 41 millions d’euros fin 2013, son montant actuel n’a pas été publié.

En Allemagne, la Deutsche Bahn, après avoir mis en place un réseau de cars, a finalement renoncé à cette initiative et recentré ses activités sur le train : c’est l’exemple à suivre.

IDVROOM concurrence le TER

L’offre de covoiturage IDVROOM ne devait initialement concerner que des trajets courts de rabattement des voyageurs sur les gares, en particulier en bouts de lignes, afin de mieux remplir les trains.

Or la SNCF développe aujourd’hui cette offre en concurrence avec le TER, entre Bourgoin et Lyon puis, comme le fait Blablalines, sur des trajets plus longs tels que Dunkerque-Lille (80 km, un axe très bien desservi par le train, TER et TER-GV).

Le rôle rationnel des offres routières

Les offres routières de la SNCF (Ouibus, IDVROOM, IDCAB, IDPASS) sont accompagnées de publicités révélatrices de ses objectifs : « Profitez-en aussi au quotidien, même sans prendre le train ! ».

La FNAUT dénonce la stratégie incohérente de la SNCF : l’autocar, le covoiturage, le taxi, la location de voiture doivent être complémentaires et non concurrents du train, c’est-à-dire faciliter le rabattement des voyageurs sur les services existants. Une offre routière ne doit pas remplacer le train : elle n’a de sens que sur les itinéraires dépourvus de toute infrastructure ferroviaire, ou à des horaires (très matinaux ou très tardifs) auxquels un service ferroviaire n’est pas justifié par le volume du trafic potentiel.

Ce que les voyageurs attendent de la SNCF n’est pas une diversification routière de son offre, mais un renforcement des services ferroviaires, qui doivent rester son cœur de métier, et une maîtrise de leurs coûts de production afin d’éviter leur contraction.
                                                 
Contacts presse :      

  • Bruno Gazeau, président de la FNAUT, tél. 06 76 73 31 09
  • Jean Lenoir, vice-président, tél. 06 19 09 78 89
  • Jean Sivardière, vice-président, tél. 04 76 75 23 31
Partager cet article
Repost0

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques