Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 08:11

De Nantes à Coutances par le  train : témoignage


Un militant de la FNAUT à fait le trajet Nantes Coutances (Manche). Le Blog vous livre son témoignage.


Du fait du manque de train sur le trajet direct par Rennes aux horaires souhaités, un retour par Caen le Mans s'est imposé : un tiers de temps « train » et 50 % de km en plus, près de 70% de coût supplémentaire par rapport à l’aller !


2005_caen_rennes_1v.jpg

X 76500 est la version diesel de l'autorail à grande capacité (AGC), communément appelé XGC ou AGC diesel. Ici sur Caen Rennes

 

Des temps de correspondances pénalisants 


Les trajets sont pénalisés par rapport à la route par les temps de correspondance (Redon et Rennes à l’aller, Caen et le Mans au retour), variant entre une demie heure et une heure et demie.


Il manque des trains directs, qui ne seraient pas ridicules en vitesse avec la route ; mais il faut évidemment améliorer la voie entre Dol et Avranches.

 

Des trains Caen Rennes supplémentaires, mais avec une bonne correspondance à Rennes, pour la Bretagne Sud, Nantes et la côte atlantique, sont indispensables.

 

P1010183.JPG

Gare nord de Rennes  : une bonne correspondance est indispensable

 

Les voyages donnent des idées  


Une idée complémentaire aux Caen Rennes serait de mettre en œuvre :


+ des Nantes Rennes Cherbourg qui auraient l’avantage de desservir l’axe Nord Sud du département de la Manche,


+ de relier les liaisons maritimes de Cherbourg (plusieurs ferries transmanche par jour) à l’Atlantique, alors que le Nord Manche n’est actuellement connecté en direct que vers la Région Parisienne.

 

 + Les 120 000 habitants de Cherbourg, les 2 000 passagers / jour en moyenne du transmanche nécessitent aussi un accès direct en transport public vers le Sud.

 

 

Objectif  Nantes Cherbourg en 4 heures


Mettre en place des liaisons Nantes Cherbourg (338 km par la route) en nettement moins de 4h devrait pouvoir s'envisager pour réduire le temps de parcours qui est autour de 7h actuellement et de fait dissuasif.

 

Enfin pour terminer il est indispensable de visiter le site internet de l'ADPCR (ici) l'Association de Défense et de Promotion de la ligne Caen Rennes qui milite pour le développement de cette liaison ferroviaire... qui revient de loin.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jouannet 19/06/2010 17:46


Vous pointez en filigrane un point important qui est souvent occulté: le fait que les TER ne servent pas seulement à servir les étudiants et les salariés, mais bien souvent ont un rôle touristique
important, et pas seulement l'été. Nos responsables régionaux devraient en tenir compte plus souvent. Je ne parle même pas de la question environnementale pour laquelle je me suis vu répondre par
le vice-président régional: je ne veux pas entendre ça! C'est révélateur.


Fnaut Pays de la Loire 21/06/2010 01:51


Dans ce dossier on peut même parler de liaison de type intercité. On peut même envisager une relation Bordeaux / Caen et au delà vers la Haute Normandie...


DJAMENT A. 18/06/2010 10:46



Sujet d'autant plus pertinent qu'il décrit hélas une solution absolument générale pour la plupart des liaisons ne se situant pas sur des radiales importantes.


À titre d'exemple que je connais un petit peu mieux, les liaisons depuis Nantes nécessitant un changement à Tours ou Saint-Pierre des Corps (que j'utilise de temps en temps pour visiter des
châteaux de la Loire) : outre le manque de trains sur la ligne Nantes/Tours, qui a quand même l'avantage d'être assez rapide (même si la suppression des passages à niveau serait de salubrité
publique pour accroître la vitesse sur les nombreuses portions complètement rectilignes de la ligne entre Angers et Tours), on déplore le manque considérable de directs Nantes/Orléans, alors que
le taux de remplissage de ces trains est le plus souvent très important, surtout pour un TER. Cela permettrait par exemple de créer quelques liaisons, au moins le week-end, avec des arrêts plus
nombreux que les trains les plus rapides de la ligne (seuls arrêts Angers/Saumur/St-Pierre DC/Blois) desservant plus de petites gares. Alors que la SNCF fait un peu de publicité, et c'est une
bonne chose, pour la liaison Intercités directe entre Paris et Onzain qui dessert en saison le château de Chaumont et son festival des jardins, aucune possiblité directe depuis Nantes et
correspondances médiocres - résultat, le temps de parcours est en général au moins égal à celui nécessaire pour se rendre à Orléans, alors qu'Onzain est plus près de Nantes que Blois ! De même,
très peu de correspondances pratiques pour les Tours/Vierzon avec arrêts pour Chenonceaux : de quoi dissuader les touristes non parisiens de prendre le train... Alors qu'une poignée de nouvelles
liaisons chaque semaine pourrait rendre déjà les choses plus rapides et agréables. Les exemples sont certainement légions de ce type, et l'on mesure certes surtout le sous-développement
ferroviaire général, mais aussi les effets pervers de la régionalisation dès lors qu'on veut changer de région, même de façon proche (Nantes étant orientée naturellement, d'un point de vue
touristique comme plus global, aussi bien vers la Bretagne ou le Centre que la région Pays de Loire).



N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques