Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 06:00

nv logo fnaut

 

Paris, le 30/10/13

Communiquéde Presse


La suspension de l’écotaxe poids lourds est une mesure irrationnelle qui pénalisera le rail

 

 

La FNAUT peut admettre que des difficultés techniques aient amené le gouvernement à reporter à deux reprises la mise en œuvre de l’écotaxe poids lourds. Mais la nouvelle suspension, en l’absence de tout effort pédagogique, est consternante.

 

Une décision irrationnelle


+ L’écotaxe devait entraîner une hausse du prix du transport routier inférieure à 10 %, donc une hausse minime, inférieure à 1 %, du prix des biens de consommation.


+ La Suisse (en 2001), l’Allemagne (en 2005), puis l’Autriche, la République tchèque et la Slovaquie ont déjà institué une écotaxe routière : la croissance du fret routier a été enrayée, et les transporteurs ont optimisé le remplissage des ensembles routiers, améliorant ainsi leur productivité.


+ La Bretagne devait déjà bénéficier d’une réduction de 50 % de l’écotaxe ; les transports de lait et le principal axe routier est-ouest (RN 164) devaient en être exonérés. Les voies ferrées bretonnes auraient pu bénéficier de son produit.


+ L’écotaxe était justifiée : le transport routier est loin de payer ses coûts économiques (congestion, usure des routes) et écologiques (accidents, nuisances locales, émissions de gaz à effet de serre). Elle permettait d’amorcer la transition énergétique.

 

Le rail doublement pénalisé

 

+ Le report de l’écotaxe sur l’ensemble du territoire privera le transport ferroviaire du fret d’un avantage compétitif indispensable pour inciter les chargeurs à utiliser le rail, après la légalisation des ensembles routiers de 44 tonnes et la suppression de la taxe à l’essieu (deux faveurs accordées par avance au lobby routier en compensation de... l'écotaxe).

 

+ D’autre part ce report privera l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) de moyens financiers (750 millions d’euros par an) indispensables à la régénération et à la modernisation du réseau ferré, négligées depuis 30 ans.

 

La FNAUT rappelle que bien des liaisons régionales et interrégionales risquent de disparaître à très court terme faute des investissements modestes nécessaires pour maintenir la sécurité des circulations, par exemple Verdun – Châlons-en-Champagne et Clermont-Ferrand – Brive.

 

Elle rappelle par ailleurs que, si le transport routier de fret est épargné, le gouvernement n’a pas hésité à augmenter de 7 % à 10 % le taux de la TVA appliquée aux transports collectifs.

 

Contact presse :
Jean Sivardière, président de la FNAUT
Jean Lenoir, vice-président

 

P1060895

Partager cet article

Repost 0

commentaires

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques