Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 08:05

 

Un car très rare en attendant, à longue échéance ou jamais, un TGV ?

Depuis, la fermeture de la voie ferrée en 1974 entre Cholet et Poitiers, la desserte par car n’est guère brillante : si les Poitevins peuvent passer un après midi à Nantes et revenir chez eux le soir, les Nantais doivent dormir à Poitiers.

 

La Région assure qu’il n’y a pas de demande (Comité de Ligne du 29 sept 2008). Pas étonnant vu le niveau de service : plus de 3h de trajet dans un car ! Donc les voyageurs prennent leur voiture et l’on s’efforce de passer l’itinéraire routier en 2 x2 voies. Même avec le faux nez de la route « durable » ou « environnementale », on constate encore que l’on n’est pas près de faire baisser les émissions de CO² dans les transports.

gare-Nantes.jpg

Un potentiel voyageurs à capter par des transports collectifs performants

Le potentiel voyageurs est pourtant là entre deux capitales régionales, (trois avec Limoges) permettant de nombreuses correspondances et desservant des agglomérations significatives : Clisson, Cholet, Bressuire, Parthenay. Sur d’autres liaisons transversales analogues, comme Amiens Rouen ou Dijon Nancy, les Régions ont plutôt tendance à augmenter le nombre de trains.

 

L’amélioration de Poitiers Limoges en cours, ainsi que les projets de Ligne à Grande Vitesse Sud Atlantique (Tours Poitiers Bordeaux) et Poitiers Limoges montrent pourtant l’urgence de profiter de ces investissements pour raccorder le Grand Ouest et lui donner accès au centre de la France et à la péninsule ibérique.

 

Les perceptions évolueraient :

Jean Marc Ayrault, maire de Nantes, place au sein des priorités la nécessité de connecter Nantes, mais aussi Rennes, au réseau ferroviaire européen, ce qui passe par la nécessité de relier Nantes à Poitiers ? (Ouest France du 17 mars 09).

 

La Région avance à « très petit pas » : il y aurait une « petite possibilité » de deuxième desserte car le matin au départ de Nantes, mais en 2011 (Comité de Ligne du 30 nov 2009).

 

carte-PDL-TER-2008239.jpg

Une voie ferrée pour un coût 10 fois moindre que celui du TGV 

Entre le statu quo et le réseau ferroviaire européen (=LGV), solution coûteuse et hypothétique, il y aurait pourtant la solution de reconstruire en la modernisant la voie ancienne, dont l’emprise a été confiée aux départements. Un trajet confortable entre 1h30 et 2h ferait apparaître la réalité du trafic, pour un coût sans doute 10 fois moindre par rapport à la LGV (500 millions contre 5 milliards ?).

 

La Fnaut a d’ailleurs inséré cet axe dans son réseau Intercités, intermédiaire entre Lignes à Grande Vitesse et lignes régionales, réseau qui devrait être de la responsabilité de l’Etat (confer site « fnaut.asso.fr » aux rubriques Communiqué et Dossiers)

 

Pour le moment, la ligne a été déposée en bonne part entre Cholet et Parthenay. Les Régions Pays de la Loire et Poitou Charentes ne souhaitent pas (pour le moment) se lancer dans le chantier de la réouverture, qui serait effectivement de la compétence théorique de l’Etat. Mais si les Régions ne bougent pas, l’Etat ne bougera pas.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT interrégional
commenter cet article

commentaires

DJAMENT A. 11/12/2009 08:28


Intéressant, mais on peut aussi fortement soupçonner JM Ayrault (compte-tenu des orientations générales qu'il promeut en matière de transport, du soutien intangible à Notre-Dame des Landes à
l'augmentation tarifaire démesurée pour la TAN sans aucun vrai investissement sur ce réseau) de vouloir défendre la liaison ferroviaire Nantes/Poitiers (ce qui reste encore largement à voir...)
pour mieux assécher Nantes/Bordeaux : la phrase citée de volonté de raccordement au réseau LGV européen (qui serait évidemment positive... mais pas si on ne commence pas par améliorer le réseaux
classique, à commencer par Nantes/Bordeaux) pourrait aussi signifier faire circuler des TGV Nantes/Bordeaux (puis peut-être au-delà) en passant par une ligne Nantes/Poitiers électrifiée et mise aux
normes TGV. et en laissant à l'abandon la ligne Nantes/Bordeaux. Ce qui serait cohérent avec les vues mégalomanes d'Ayraut, pour qui Nantes a vocation à devenir une mégalopole européenne de premier
plan, dans laquelle un immense aéroport et quelques liaisons TGV avec de très grandes villes sont indispensables, mais dans laquelle la connexion avec une "petite" ville proche comme la Rochelle
n'a guère d'intérêt (saut sans doute en matière routière, mais là la plupart de nos élus sont convaincus qu'il faut des voies rapides partout).

Cela dit, à côté de la vigilance nécessaire face au discours du maire de Nantes, il est évident que tout ce qui peut améliorer les chances de réouverture de la liaison ferrée Nantes/Poitiers (des
cars supplémentaires seraient un succédané bien maigre, sans réel intérêt pour un voyage de bout en bout de la ligne) est bon à prendre : si la mairie commence à bouger sur le sujet, il importe de
se saisir de cette opportunité au maximum !


Fnaut Pays de la Loire 12/12/2009 01:42


C'est de l'ordre du frémissement... Il n'y a pas si longtemps encore la liaison entre les 2 agglomérations relevaient de l'autocar...Alors qu'il y a une trentaine d'année, lors de la fermeture
ferroviaire la CCI en avait profité pour mettre une liaison aérienne régionale... qui au file du temps a péricliter. Une liaison ferroviaire s'impose et semble essentielle pour des questions
d'aménagement du territoire.


N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques