Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 09:00

 

nv logo fnaut 

 

Conférence de presse du vendredi 6 décembre 2013

Un premier bilan de l’action du gouvernement Ayrault

dans le secteur des transports : le grand retour de la route

 

 

4 / La gouvernance du système ferroviaire

 

Basé sur les recommandations du décevant rapport Bianco et ignorant largement celles du rapport Auxiette, le projet de réforme ferroviaire inquiète fortement la FNAUT.

 

Un point fort : la création du GIU


La création du gestionnaire d’infrastructure unifié GIU, qui regroupera RFF et deux services de la SNCF (Direction des Circulations Ferroviaires et SNCF Infra), est le point fort du projet de réforme, elle fait l’objet d’un consensus depuis les Assises du Ferroviaire. On en attend une clarification des responsabilités et une réduction des coûts de gestion du réseau.

En effet, les dysfonctionnements du système ferroviaire apparus depuis la réforme Pons - Idrac de 1997 ne sont pas dus à la séparation gestionnaire du réseau - opérateur mais à la séparation entre maîtrise d'ouvrage (études par RFF) - maîtrise d'œuvre (travaux réalisés par la SNCF).

 

Une usine à gaz


Le projet du gouvernement est d’une extrême complication, alors qu’une organisation simple et réactive est nécessaire. Il crée en effet un «EPIC de tête» qui coiffera deux EPIC, l’exploitant SNCF et le GIU, et sera dirigé par un directoire formé des présidents de ces deux EPIC, et un conseil de surveillance dominé par l’Etat. Un «Haut-comité des parties prenantes» contribuera à la définition de la stratégie ferroviaire. A ce dispositif s’ajoutent l’ARAF (le gendarme du rail),l’EPSF (chargé de la sécurité ferroviaire), l’Etat organisateur des services Intercités, les Régionsorganisatrices du TER, les exploitants privés.

 

 

SNCF logoHDsiteon0-38e4a

 

 

Le risque d’un retour au monopole


L’EPIC de tête ne doit pas avoir de caractère hiérarchique afin d’éviter le retour d’une « pensée unique » ferroviaire imposée par la SNCF. RFF a introduit des innovations qui doivent être préservées : cadencement, régénération du réseau classique grâce à la hausse des péages TGV, volonté de développer le transport du fret (desserte des ports, soutien aux opérateurs ferroviaires deproximité), clarification de la rentabilité des investissements.

Le projet de loi écarte l’introduction de la concurrence pour l’exploitation du TER en délégation de service public, qui sera imposée par Bruxelles dès 2019, alors que son expérimentation permettrait certainement de sauver des lignes fragiles grâce à une réduction des coûts d’exploitation et que, dans le secteur du fret, la concurrence a eu des effets positifs.

L’ARAF étant affaiblie et les gares restant gérées par la SNCF, des entraves à la concurrence, déjà constatées dans le fret, sont à craindre après 2019. La réussite du rail en Allemagne, souvent citée en exemple, n’est pas due à l’existence d’une holding rassemblant la Deutsche Bahn et le gestionnaire du réseau, DB Netz, mais au désendettement par l’Etat, au bon état du réseau et à la concurrence régulée entre exploitants.

 

Les usagers écartés


Alors que les usagers sont aujourd’hui représentés dans les conseils d’administration de la SNCF et de RFF, le projet de loi écarte une représentation spécifique des usagers dans ceux de l’EPIC de tête, de la SNCF et du GIU : c’est un recul démocratique, foulant aux pieds les avancées de la loi de 1983 sur la démocratisation du secteur public.

Par ailleurs aucun espace démocratique d’information et de concertation avec les voyageurs n’est prévu pour les dessertes TGV et Intercités.

 

 

- Télécharger le dossier de presse

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans FNAUT en France
commenter cet article

commentaires

michou 16/12/2013 10:00


Belle usine à gaz en effet, mais qui devrait inciter à un peu plus de mesure.


Ecrire que l'ouverture à la concurrence du Fret ferroviaire a eu des effets positifs, c'est tout de même un peu fort. il faut lire la presse de temps en temps pour comprendre que c'est tout le
contraire qui s'est produit ! Dans notre région il reste juste quelques trains-blocs (privés) de céréales... Le reste a disparu et les herbes folles prolifèrent. Merci qui  ?.....

Fnaut Pays de la Loire 16/12/2013 23:47


Ce n'est pas la faute de l'ouverture à la concurrence si la SNCF perd des contrats ... Elle les perd contre la route parce que la concurrence est faussée entre modes de transport... parce que
certains ne payent pas tous les coûts...


N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques