Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 01:34

Communiqué de Presse                                                                                                                    Décembre  2016

Pollution : oui à des mesures de fonds, non à la gratuité des transports publics

 

Instaurer la gratuité des transports lors des pics de pollution est  une erreur qui ne nous prépare pas aux défis futurs. Le principe pollueur payeur doit être appliqué, et non l’instauration de mesures « populaires » mais  inefficaces sur les changements de comportements. La gratuité du transport, au risque d’aller ensuite  vers une demande générale de gratuité, ne décourage pas de l’usage de la voiture.

 

L’automobiliste prend sa voiture parce qu’il la juge plus performante. Le coût du transport public, déjà moins élevé que la voiture, n’est pas la cause première de son niveau d’utilisation : les fréquences, les temps de trajet, le confort, sont beaucoup plus importants. Pour le vélo, la qualité des infrastructures, le sentiment de sécurité, la protection contre le vol, le ralentissement des voitures, sont les éléments clefs. Pour les piétons : agrément du parcours,  bruits et pollutions limitées, sécurité du trajet.

 

Ce sont ces objectifs qu’il faut poursuivre pour limiter durablement les atteintes à la sécurité et à la santé. On ne peut tout attendre de la voiture électrique, coûteuse, et qui produit aussi des particules, qui déporte les nuisances et ne change rien à l’accidentologie, à l’occupation de l’espace public, ou à la consommation de matières premières.

 

L’utilisateur des transports urbains donne l’exemple tous les jours, tout en participant à ses coûts de déplacement. Il ne comprend pas que les jours de pollution ses conditions de transport soient dégradées par des utilisateurs accueillis gratuitement. Les opérateurs de transport, qui vont  décevoir ces usagers occasionnels par de mauvaises conditions de transport, ne peuvent être chargés de  tâches supplémentaires avec des recettes amputées, alors qu’on manque de financement pour développer les transports publics et les modes actifs.

 

 Une politique cohérente, de long terme,  est nécessaire, au-delà des efforts actuels :

  • Renforcer les mesures contre la pollution : interdiction d’accès aux véhicules moteurs les plus polluants, circulation alternée, réduction de capacité de voies, péage urbain,…..

  • Renforcer et communiquer sur le transport public et sa gamme tarifaire, mais aussi sur les modes actifs (vélo, vélo électrique,  marche), qui sont aussi une possibilité de déplacement.

  • Annoncer des objectifs et des moyens accrus à  5 et 10 ans pour réduire la pollution, en favorisant les modes peu ou pas polluants : répartition de l’espace public donnant plus de place aux voies bus, vélos, espaces piétons, relance de nouvelles  lignes de structurantes du transport (tram, bus en site propre), réduction du stationnement en centre-ville, développement des équipements vélos, de l’intermodalité, avec une offre ferroviaire élargie.

  • Favoriser une ville de courtes distances   : déconcentration des services et commerces, développement des pôles de quartier,  arrêt de l’étalement urbain.

 

 

Président : F. Eymon, fabrice.eymon@fnaut-paysdelaloire.org 02 43 53 15 54 Secrétaire D.Romann : dominique.romann@wanadoo.fr 02 40 38 01 06   Trésorier : JB Lugadet :  lugadet-stemler@orange.fr 06 20 54 10 57

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fnaut Pays de la Loire - dans Transport et Environnement
commenter cet article

commentaires

Aurélien Djament 18/12/2016 10:01

"L’automobiliste prend sa voiture parce qu’il la juge plus performante. Le coût du transport public, déjà moins élevé que la voiture"

Pour des personnes qui voyagent en groupe, il n'est pas certain que le prix des transports en commun soit toujours inférieur à celui de la voiture individuelle.

Et si l'on passe des transports de proximité au train, c'est encore pire. Plusieurs personnes me disent régulièrement qu'elles voyagent en voiture en famille plutôt qu'en train, y compris sur des trajets où le train est rapide, fiable et fréquent (Nantes/Paris par exemple) parce que ce dernier est trop cher. Une réduction massive des tarifs est indispensable pour le transport ferroviaire, même si ce n'est pas la principale mesure à prendre pour le rétablir comme moyen de transport majoritaire parmi les déplacements motorisés.

Fnaut Pays de la Loire 23/12/2016 15:45

Il faudrait peut être tout simplement surenchérir l'usage de la voiture... Et du camion...

N'hésitez pas à réagir à notre vision de l'univers régional des transports en Pays de la Loire et un peu au-delà parfois !

Vous Cherchez ?

La FNAUT sur scoop.it

Capture-d-e-cran-2013-04-20-a--14.15.39.png

En Ligne Hier...

Nos Rubriques